Une nouvelle vie

par Keysapocalypses

Chapitre 2: Une nouvelle vie. 

 

« Si seulement tu connaissais le pouvoir du côté obscur. Obi-Wan ne t'a jamais dit ce qui est arrivé à ton père. » 

« Oh, il m'en a dit assez. Il m'a dit que vous l'aviez tué ! » 

« Non, Luke. Je suis... ton père. » 

« Génial ! » s'exclama mentalement Naruto. « Tout bonnement incroyable. Ça, c'est du scénario ! » 

Actuellement, le garçon était torse nu, en train de faire des pompes... la tête à l'envers accroché au plafond. Ainsi, il travaillait à la fois son chakra et son corps. Ajouté à la gravité, cela rendait l'exercice beaucoup plus difficile que la version plus classique. Toutefois, pour ajouter encore de la difficulté, son attention n'était pas porté sur sa formation, mais sur un film qu'il regardait sur la télévision. C'était actuellement Star Wars V: l'Empire contre-attaque ! Un vrai chef-d'œuvre. 

À l'origine, toutefois, ce n'était pas pour le film lui-même qu'il regardait la télévision, mais pour la maîtrise de son chakra. Autrefois, lorsqu'il était encore genin... Erf, mauvaise référence temporelle. Après tout, Naruto n'avait jamais été autre chose que genin dans sa vie de shinobi. Bref, lorsqu'il était un jeune genin encore relativement novice, soit entre sa mission à Nami no kuni et sa mission à Yuki no kuni, lui et son équipe avaient pris l'habitude de s'entraîner à la maîtrise de leur chakra en allant regarder des films au cinéma, mais la tête en bas et les pieds fixés au plafond. L'objectif avait été de pouvoir contrôler son chakra instinctivement, ce qui pouvait faire gagner plusieurs dixièmes de seconde, souvent la différence entre la vie et la mort au combat. 

Naturellement, désormais, Naruto n'avait plus à se soucier des questions de vie ou de mort, puisque le monde shinobi avait disparu, pour être remplacé par celui-ci. En 35 000 ans, les choses étaient devenues... ennuyeuses. Oui, c'était le mot. Personne ne tentait de vous tuer, pas de mission dangereuses, pas même quelqu'un capable de vous donner un échauffement décent en combat. Oui, définitivement ennuyeux. Surtout que Naruto n'avait jamais été une personne naturellement patiente ou fainéante. Pas comme un certain Nara qu'il avait connu... 

Secouant la tête pour ne plus penser à ses amis défunts, l'Uzumaki fit une dernière pompe et se laissa tomber sur le sol. Dans une pirouette adroite, il atterrit sur ses pieds et attrapa une serviette à proximité pour essuyer son visage et son torse couverts de sueur. En dépit du temps qu'il avait passé à s'entrainer, Naruto avait l'air morose. 

« Seulement 500 pompes et je suis crevé... Dire qu'avant j'étais capable d'en faire le triple dans le même temps sans me fatiguer. Mon corps a vraiment mal supporté le passage du temps. » 

Le problème avec le corps de Naruto était qu'il était mort une fois, 35 000 ans plus tôt. À cause des résidus de chakra démoniaque encore présent dans son organisme, couplé au fait qu'il était en pleine utilisation de l'ultime senjutsu, l'Uzumaki avait été capable de se régénérer à partir de rien, exactement comme un biju lorsqu'il meurt. Son âme avait été envoyé au Néant, la dimension finale ou rien n'existe plus, où il avait très lentement retrouvé assez de force pour recréer son corps. 

Le hic avait été que contrairement aux bijus, il n'était pas une entité de pur chakra. Son corps nouvellement formé avait été rattrapé par 35 000 ans de non-nutrition, ce qui l'avait rendu faible au point qu'il était à peine capable de tenir debout. Seul le fait qu'il était un Uzumaki corps et âme, et de fait possédait une vitalité hors du commun, l'avait empêché de mourir sur le coup une seconde fois. Ça et le fait qu'Ophis l'avait probablement aidé lorsqu'il s'était matérialisé dans sa dimension, car il n'avait pas autant ressentit sa faiblesse dans la dimension du Dieu-Dragon de l'Infini qu'une fois de retour sur Terre. 

« Parlant d'Ophis, la prochaine fois que je la vois, je vais probablement la tuer. Non, c'est certain que je la tuerais. » songea sombrement Naruto. 

Le fait était qu'Ophis devait avoir un sens de l'humour particulier. Soit ça, soit elle était une sadique, ce qui n'était pas forcément mieux, et peut-être pire. Quoi qu'il en soit, lorsque le Dieu-Dragon de l'Infini l'avait renvoyé sur Terre, elle (ou il, Naruto n'était pas tout à fait certain, mais dans le doute, il la traiterait comme une femme, au vu de son apparence) l'avait matérialisé complètement nu. Sans aucun vêtement. En plein milieu d'une ville. 

Ophis ne pouvait pas ne pas savoir que les êtres humains portaient des habits, d'une part parce qu'elle les surveillait de loin depuis des millénaires, et d'autre part parce qu'elle même portait une tenue de gothique lolita. Et Naruto était tout à fait certain de ne pas vouloir en connaitre la raison. Ce n'était donc pas un oubli de sa part. En fait, la seule explication que l'Uzumaki espérait être vraie, c'était qu'Ophis l'avait envoyé sur Terre en l'état, car il n'était pas vraiment revenu du Néant habillé. Mais même, elle aurait au moins pu lui laisser quelque chose pour donner l'illusion qu'il était habillé. Ce ne devait pas être bien dur pour un dieu, plus particulièrement pour le Dieu-Dragon de l'Infini. Mais non, il fallait que Naruto passe par ça. 

Encore heureux qu'il soit apparut dans un terrain vague, car en plus d'être nu, l'Uzumaki s'était retrouvé incapable de bouger. Sur Terre, à cause de la gravité, la faiblesse de son corps s'était faîte trop pour qu'il puisse le supporter et Naruto s'était effondré sur le sol, sans la moindre grâce. En plus, comme son corps était définitivement sous-utilisé, il ne possédait presque plus d'énergie physique, ce qui l'empêchait d'utiliser son chakra, qui était la combinaison de l'énergie physique et spirituelle dans le corps d'un individu... Enfin autrefois, puisque le Dieu biblique avait retiré ce don à l'humanité pour sauver le monde. Il était le dernier humain à pouvoir s'en servir. 

Après près d'une heure d'immobilité totale et forcée, Naruto avait été capable de canaliser une petite quantité de chakra sen en utilisant le senjutsu yang, qu'il avait l'habitude d'appeler senjutsu des crapauds. Il avait d'ailleurs remarqué que puisque le clan des crapauds était mort depuis longtemps, son senjutsu avait subi quelques modifications. Il n'y avait plus de pigmentation orangée autour des yeux, qui n'étaient pas devenus jaune-orangé, mais dorés et ses pupilles ne s'étaient pas allongées horizontalement, mais fendues verticalement. 

Ainsi donc, avec son corps désormais renforcé par le senjutsu, Naruto avait été en mesure de se déplacer à peu près correctement, mais surtout, assez rapidement et discrètement pour qu'une personne non alerte ne le remarque pas. Dans son malheur, il avait eut de la chance, car à peine à une cinquantaine de mètres du terrain vague où il se trouvait, il y avait une maison avec un jardin dans lequel quelques vêtements séchaient au soleil. Naruto n'était pas un voleur, mais il s'agissait là d'une situation exceptionnelle et humiliante auquel il avait fallu absolument remédier. 

Il avait saisit un pantalon, ainsi qu'une chemise et s'était habillé avant de prendre la fuite, avec l'intention de les ramener dès qu'il n'en aurait plus besoin. Et il avait rapidement découvert comment il allait s'y prendre. Naruto avait toujours été une personne chanceuse, comme dans ridiculement et scandaleusement chanceuse. Aussi, lorsqu'il se trouva devant un casino, il n'hésita pas et entra dedans. Cinq minutes après être entré, il avait trouvé un jeton sur le sol. Trente minutes après, il était ressortit avec assez d'argent pour se payer un hôtel pour une semaine, de la nourriture et des vêtements. Certes, l'argent était différent, des yens à la place des ryos, mais c'était une différence mineure. 

La première chose qu'il avait fait avait été de se trouver à manger. Après 35 000 ans, il n'avait pas fait la fine bouche et s'était contenté d'un sandwich et d'une bouteille d'eau. Il n'avait pas pu manger plus, à son grand damne, car son organisme était encore trop fragile. Malgré cela, il s'était sentit incroyablement mieux. Il avait donc fait ensuite un arrêt à une boutique de vêtement où il avait acheté des tenues à sa taille, et pas trop grand comme ce qu'il portait actuellement, ainsi qu'un sac pour transporter ses achats. Il avait également acheté une paire de lunette de soleil à forte teinte pour dissimuler ses yeux modifiés par senjutsu. Enfin, il avait fini par trouver un hôtel à un prix raisonnable pour passer la nuit, après qu'il ait remis les vêtements empruntés à leur place, ni vu ni connu. 

Une chose que Naruto avait remarqué était que la langue parlée, bien que proche de la sienne, comportait quelques différences mineures, accent inclus. Cela ne l'avait pas empêché de communiquer, mais les gens l'avait parfois regardé bizarrement lorsqu'il parlait, et pas seulement à cause de ses joues trop creuses et de ses mains trop maigres. 

Une fois que les besoins immédiats de Naruto avaient été rempli et qu'il ait prit une bonne nuit de sommeil, le garçon avait commencé à cherché un lieu plus permanent pour vivre, et commencer activement sa remise en forme. Après une semaine de recherches intensives, il avait finalement trouvé un appartement en location. Il n'y avait qu'une chambre, une cuisine, une salle de bain, des toilettes et un séjour, mais cela suffisait au blond. Au bout d'une heure de négociations et de deux heures de jeux dans trois casinos différents pour récolter la somme demandé, Naruto avait pu emménager et commencer à meubler. 

Il avait fallut une autre semaine pour que son corps récupère suffisamment pour commencer un entrainement physique, et une autre encore avant qu'il ne puisse utiliser son chakra. Tout cela s'était déroulé six mois plus tôt. Son corps avait repris une apparence décente, mais était encore loin de ce qu'il avait été, même s'il était déjà au-delà de la plupart des gens qu'il avait rencontré jusqu'à présent. Pour gagner sa vie, il avait été obligé de trouver un emploi en ville, car les casinos avaient commencé à le remarquer, ce qui n'était pas une bonne nouvelle pour lui. En réalité, il n'avait pas un mais cinq emplois simultanés, dont les postes étaient occupés par ses clones sous henge. 

Ainsi, sa vie avait commencé à devenir plus stable. Toutefois, le fait que Naruto ignore tout de son nouveau monde avait rendu le garçon mal à l'aise. Deux mois plus tôt, il s'était donc, avec de grandes réticences mais un besoin encore plus grand, rendu à une bibliothèque pour... étudier. Le premier jour, il avait passé la journée dans les différents livres. Le second jour, et tous les suivants, il avait envoyé dix clones sous henge pour apprendre à sa place, et était parti faire autre chose. 

C'était ainsi qu'il était tombé sur une vidéothèque et qu'il avait acheté la saga du film qu'il regardait actuellement. Le vendeur lui avait expliqué que Star Wars était une série de six films, divisée en deux trilogies, les épisodes IV, V et VI étant les premiers sorties chronologiquement, et les épisodes I, II et III étant les derniers. Cela avait un peu intrigué Naruto, qui avait acheté l'ensemble, ainsi que plusieurs films populaires. Il n'avait définitivement pas regretté son choix et était même devenu un fan, même s'il n'avait vu que les épisodes IV et V. 

Malheureusement pour lui, à cause de son âge, Naruto avait été obligé de s'inscrire à l'école. Il avait été horrifié lorsqu'il l'avait découvert, mais ne pouvait pas y faire grand chose. En plus, si ça se trouvait, il allait peut-être apprendre quelque chose d'intéressant. Et sinon, comme ce serait probablement le cas, il finirait par envoyer un clone à la place. Il s'était donc inscrit à la Kuoh Academy, par commodité étant donné que c'était le lycée le plus proche de chez lui. Heureusement pour lui, personne ne connaissait l'âge de Naruto, en dehors de lui-même, et il faisait plus mature que son âge. Cela lui permit ainsi de gagner une année. Il se retrouva ainsi inscrit en troisième année au lieu de seconde année comme il aurait dû. Mais l'Uzumaki n'était pas fou, et il n'avait pas l'intention de passer plus de temps que nécessaire dans une école. 

Comme l'année avait commencé depuis un certain temps déjà, il avait été considéré comme un étudiant transféré, ce qui était déjà moyen. Et le pire, de l'avis du blond, c'était que sa rentrée était aujourd'hui. Cela faisait 35 000 et quelques années qu'il n'avait pas mit les pieds dans une salle de classe ! Six mois étaient trop peu pour se préparer psychologiquement. Il lui fallait au moins encore 35 000 ans, en espérant qu'il meurt entretemps. 

Soupirant, Naruto prit une douche pour se rafraichir avant de se rendre dans la cuisine. Là, il avisa du regard les deux plus grands blasphèmes que l'histoire ait jamais connus. Lorsqu'il avait fait les courses, composés principalement de ramens instantanées, on ne se refaisait pas, il était tombé sur ça. Honnêtement, l'Uzumaki ne savait pas s'il devait rire de l'ironie, pleurer de la cruauté ou s'énerver pour le sacrilège. 

C'était orange, mais ça avait un goût qu'il détestait. C'était orange, mais sa vue l'horrifiait. C'était orange, mais c'était un supplice. C'était la couleur des dieux, mais c'était la tentation du diable. C'était orange, mais c'était une orange. Un fruit. Frais. Et Naruto détestait les fruits, qu'ils fussent frais ou non. Il avait une liste, relativement courte de choses qu'il détestait, à savoir qu'on fasse du mal à ses amis, que les gens se croient supérieurs aux autres, ceux qui se prenaient pour Dieu, les trois minutes d'attente avant de pouvoir déguster les ramens, qu'on se moque de ses rêves, les fruits, les légumes et quelques autres. 

Or, l'orange était un fruit. Le problème était que c'était un fruit qui avait la couleur des dieux. Et pour en ajouter à son supplice, l'orange avait des cousines: la clémentine, la mandarine, le pamplemousse... Il y en avait plein. Et ce n'était pas encore le pire, car à coté de l'orange se tenait le second sacrilège. C'était orange, c'était petit, ça se mangeait et ça aurait dû être bon, mais c'était une carotte. Un légume. Qui était sur la liste des choses qu'il détestait. Versant des larmes d'anime, Naruto se dit qu'un dieu, quelque part, devait lui en vouloir pour avoir créer des fruits et des légumes oranges. Car pour Naruto, si c'était orange et que ça se mangeait, alors il allait le manger. Même si c'était un fruit ou un légume. C'était ça, l'ironie. 

Après avoir pris un petit déjeuner et s'être préparé de quoi manger pour le repas du midi, Naruto soupira une fois de plus, avant de s'emparer de son sac de cours et de quitter son domicile, avec la bonne humeur d'un condamnée se rendant sur l'échafaud. Pas très gai, mais c'était l'école. Et y aller ramenait les souvenirs de ses amis qu'il ne reverrait plus jamais. Donc non, Uzumaki Naruto n'était pas enthousiaste à l'idée de se rendre à l'école. 

Tout le long du trajet, Naruto ne cessait de se dire qu'il pouvait encore faire demi-tour, qu'il avait encore le temps, que ce n'était pas de la lâcheté, qu'il pouvait envoyer un clone à la place... Mais malgré tout, il continuait d'avancer, car il voulait au moins une fois faire l'expérience personnellement et pas à travers un clone. C'était cette seule idée qui le poussait à continuer d'avancer alors que sa seule envie était de partir dans la direction opposée. 

Après une trentaine de minutes de marche, Naruto arriva enfin à la Kuoh Academy. Jusqu'à tout récemment, ce lycée était encore un établissement privée pour filles seulement. Cela faisait seulement quelques années que les garçons y avaient été accepté. Le ratio garçon/fille était donc de 1/23 approximativement, pour un total de 500 élèves environ. Beaucoup de garçons verraient là un signe pour débuter leur harem. Pas Naruto. 

Il avait juste assez d'expérience avec les femmes, Tsunade et Sakura, pour savoir que la simple idée de penser à une chose pareille serait mal perçu dans un tel établissement. Les deux lui ont apprit, parfois à la dure, que les pervers ne faisaient pas long feu en présence de filles, et qu'il ne fallait jamais, jamais, mettre une fille en colère. Encore moins une horde de filles. Il avait vu ce que cela donnait avec Jiraya. 

Un sentiment de nostalgie s'empara de Naruto lorsqu'il se mit à penser à eux et il secoua la tête avec férocité. Il avait déjà fait son deuil, mais parfois la tristesse revenait. Pourtant, ce n'était pas le moment de se remémorer du passé. Inspirant à fond,  l'Uzumaki passa le portail de la Kuoh Academy. 

Autre nouveauté pour Naruto, c'était que l'établissement obligeait le port d'un uniforme. Dans le cas des filles, il était composé d'une chemise blanche à manches longues, boutonnée avec un ruban noir au niveau du col, d'un corset noir et d'une très courte jupe magenta avec des bords blancs. Pour celui des garçons, c'était un blazer noir aux bords blancs par-dessus une chemise blanche à manches longues, un ruban noir au niveau du col et un pantalon de la même couleur que le blazer. Une horreur, de l'avis de l'Uzumaki. Pourtant, lui aussi était obligé de porter cet uniforme. Toutefois, il s'était permis quelques retouches personnelles Le blazer et le pantalon, au lieu d'être noir, étaient orange foncé et les bords, au lieu d'être blanc, étaient noir. Le ruban qu'il portait autour du cou était d'un orange encore plus sombre que le reste de l'uniforme. 

Le mieux dans cette affaire, c'était qu'il avait vérifié le règlement de la Kuoh Academy et qu'il était parfaitement autorisé à changer la couleur de son uniforme, tant qu'il ne modifiait pas la tenue elle-même. Il était bien le seul à avoir remarqué la subtilité, ou le seul assez audacieux pour le faire. Haussant les épaules, il se dirigea vers sa classe. 

Sur le chemin, personne ne se retourna vers lui. Il aurait dû être difficile pour quiconque de se déplacer au milieu de la foule, vêtu d'orange, et de réussir à ne pas se faire remarquer. Pour Naruto, c'était presque aussi simple que de respirer. Après tout, il avait bien réussit à barbouiller la falaise des hokage, qui était presque au centre du village, en plein jour, vêtu d'orange encore plus vif que ce qu'il portait actuellement. Et il ne s'était pas fait prendre avant qu'il n'ait fini sa farce... 

Une fois de plus, Naruto repoussa sa nostalgie et sa peine en secouant la tête, avant d'afficher son masque habituel, un faux sourire jovial, et de continuer son chemin. 

********** 

Rias Gremory était une magnifique demoiselle en fin d'adolescence avec une poitrine bien développée, une peau claire et des yeux turquoise. Sa caractéristique la plus distinctive était toutefois sa longue et magnifique chevelure cramoisie, avec une unique mèche rebelle qui défiait la gravité. Sa frange couvrait son front et encadrait son visage, rajoutant à sa beauté naturelle. Elle était connue à la Kuoh Academy comme l'une des deux grandes Onee-sama, avec Himejima Akeno, qui étaient les deux étudiantes les plus belles du lycée. Officiellement, elle était une étudiante studieuse et sans histoire. 

Officieusement, elle était Rias Gremory, héritière du clan Gremory: l'un des 72 piliers. Ce qui faisait d'elle une démone de sang-pur. Et étant issue d'une famille aussi puissante, elle était donc de fait une démone de haut-rang, avec un fort pouvoir coulant dans ses veines. En outre, elle était également possesseur du Pouvoir de Destruction, capacité normalement utilisable uniquement par les membres du clan Bael, un autre des 72 piliers. Toutefois, à cause de ses liens du sang, elle en avait également accès. 

En tant que démone de haut-rang, Rias Gremory avait commencé à former sa pairie. Une pairie était un ensemble de serviteurs sous le contrôle et la protection d'un démon de haut-rang ou plus élevé. Pour devenir membre d'une pairie, il fallait donc passer un contrat avec un démon de haut-rang ou plus élevé, qui alors seulement réincarnait le pactisant. C'était d'ailleurs généralement le démon qui choisissait ses futurs serviteurs plutôt que l'inverse. Pour réincarner un humain, ou autre chose, en démon, les démons avaient recours aux Pièces Démoniaques, basées sur le jeu d'échecs. Il y en avait quinze en tout: huit [pions], deux [cavaliers], deux [fous], deux [tours] et une [reine]. La pièce du [roi] n'existait pas dans la mesure où c'était le possesseur d'une pairie qui occupait ce rôle. 

Actuellement, la pairie de Rias était composée de quatre membres, dont trois d'entre eux étaient scolarisés à la Kuoh Academy. Le premier était la [reine]: Himejima Akeno. C'était une jeune femme d'un âge équivalant à la jeune Gremory. Elle avait des yeux violet et de très longs cheveux noirs qu'elle portait en queue de cheval par un ruban orange, et qui malgré cela lui atteignait le bas des jambes. Deux mèches lui encadraient le visage. Sa poitrine était encore plus grosse que celle de Rias. En apparence elle était une personne très douce et chaleureuse, mais elle cachait une personnalité sadique, ce qui lui avait d'ailleurs valu le titre de Sadique Ultime de la part de son [roi]. Comme Rias, elle était une élève de troisième année et était avec elle l'une des deux grandes Onee-sama du Lycée. Elle était également une démone réincarnée de bas-rang. 

Le second membre de la pairie de la Gremory était Kiba Yuuto , un [cavalier]. C'était un jeune garçon aux yeux gris et aux courts cheveux blonds. Il était connu pour son optimisme et sa bonne humeur presque permanente. Joli garçon, il était également l'unique idole masculine de la Kuoh Academy, ce qui lui valu le titre de Prince par les étudiantes. Il était un étudiant de deuxième année, ainsi qu'un démon réincarné de bas-rang. 

 Enfin, le troisième et dernier membre de la pairie de Rias était Toujou Koneko, une [tour]. C'était une jeune lolita aux yeux noisette et aux cheveux blancs mi-longs, dont une partie était retenue par une pince à cheveux noire en forme de chat. Son visage affichait une expression stoïque et inexpressive permanente, ce qui lui donnait un petit air adorable. De ce fait, Koneko était  considérée comme la mascotte de la Kuoh Academy. Elle était une élève de première année, ainsi qu'une démone réincarnée de bas-rang. 

En tant que membres d'une même pairie, Rias, Akeno, Yuuto et Koneko étaient quotidiennement amenés à se réunir pour diverses raisons. Pour cette raison, ils dissimulaient leur regroupement sous la forme d'un club scolaire, nommé Club de Recherche Occulte. Le nom était volontairement peu attrayant pour qu'un élève ordinaire ne veuille pas volontairement s'inscrire en dépit du fait qu'il n'y avait que des personnes populaires. Jusqu'à présent, cela avait plutôt bien marché. Rias en était la présidente (buchou), et Akeno la vice-présidente 

Actuellement, Rias avançait dans l'un des couloirs de l'école. Comme une fois par semaine, elle avait un rendez-vous avec la présidente du Conseil Étudiant : Sitri Sona. C'était une réunion informelle durant laquelle elles jouaient aux échecs tout en discutant des nouvelles concernant la Kuoh Academy ou la Pègre car oui, Sitri Sona était elle aussi l'héritière du clan Sitri, l'un des 72 piliers. Outre cela, la présidente du Conseil Étudiant était une démone de sang-pure et de haut-rang, tout comme Rias. Les deux étaient à la fois amies et rivales. 

Toquant à la porte, la jeune Gremory attendit d'avoir l'autorisation d'entrer avant de pénétrer dans la salle du Conseil Étudiant. Sona était déjà présente, assise à coté d'une fenêtre, un plateau d'échecs devant elle. La Sitri était une demoiselle à l'apparence juvénile aux yeux violets et aux cheveux noirs mi-longs. Elle était une personne sévère et stricte, même également juste et impartiale. Elle était également une élève de troisième année, bien que dans une classe différente que Rias. 

Contrairement à son amie, Sona s'était adaptée à la coutume japonaise qui consistait à présenter son nom de famille en premier, suivie ensuite de son prénom. En effet, les japonais accordaient une grande importance à leur nom de famille et à leurs ancêtres, raison pour laquelle il était mis en avant. Or, les démons comme Sona ou Rias étaient occidentaux, issues de la culture Européenne, dans laquelle l'individualité était privilégiée, raison pour laquelle il était le prénom précédait le nom. Toutefois, La jeune Sitri avait décidé que puisqu'elle vivait au Japon, elle devrait s'adapter à la culture japonaise. À Rome, fais comme les romains, comme dirait le proverbe... 

Tout comme la Gremory, Sona possédait sa propre pairie, composée de six membres, outre elle-même. Il y avait sa [reine], Shinra Tsubaki, sa [tour] Yura Tsubasa, son [cavalier] Meguri Tomoe, son [fou] Hanakai Momo, son autre [fou] Kusaka Reya et son [pion] Nimura Ruruko. Il existait une saine rivalité entre Rias et Sona au sujet de laquelle de leurs deux pairies était la meilleure, mais ni l'une ni l'autre n'avait véritablement envie d'affronter l'autre pour le vérifier. 

La Germory s'installa en face de la Sitri et les deux se saluèrent silencieusement avant de commencer leur partie d'échecs. Sona, qui avaient les blancs, commença. Tandis qu'elles jouaient, elles échangèrent quelques civilités, sans grande importance. Pendant près d'une vingtaine de minutes, le jeu se poursuivit, jusqu'à ce que la présidente du Club de Recherche Occulte n'aborde un sujet bien plus intéressant selon elle. 

- Au fait, as-tu entendu parlé du nouvel étudiant transféré ? Demanda Rias en s'efforçant de dissimuler sa curiosité. 

- Uzumaki Naruto, acquiesça Sona. Élève de troisième année. Je ne sais pas grand chose sur lui en dehors du fait qu'il sera dans ta classe à partir d'aujourd'hui. Un garçon assez mystérieux, en somme. Je ne sais même pas à quoi il ressemble. Son dossier d'inscription ne contenait pas de photo d'identité. 

« Etrange, ce nom ne me semble pas inconnu... Pourtant, je suis sûr de ne jamais avoir rencontré quelqu'un portant ce nom. » songea Rias. 

- Ufufu... J'ai hâte de le rencontrer. Admit-elle, avant qu'elle ne fronce les sourcils. Je ne sens pas de présence inconnue dans l'enceinte du lycée. Notre petit nouveau serait-il en retard ? 

- Qui sait ? Répondit Sona en haussant des épaules. Peut-être est-il juste nerveux et qu'il hésite à entrer dans l'école. Les humains ont parfois ce genre d'incertitudes. 

- Les démons aussi. Fit remarquer Rias. 

- C'est vrai. 

Pendant encore plusieurs minutes, Rias et Sona continuèrent de jouer, jusqu'à ce que la Gremory fut finalement mise échec et mat. Celle-ci poussa un soupir résigné. Le résultat était attendu, mais elle avait espéré faire mieux. Face au stratège de génie qu'était Sitri Sona, cependant, il n'y avait pas grand chose qu'elle pouvait faire. C'était déjà bien qu'elle ait pu tenir aussi longtemps, mais cela faisait peut-être partie de la stratégie de son adversaire. 

Quelques minutes plus tard, Rias était de nouveau dans les couloirs, se rendant à son premier cours de la journée. La Gremory s'installa à son bureau et, en élève modèle, sortit ses affaires. Elle attendit ensuite, les jambes croisées sous la table, dans une position parfaitement détendue. Mais en dépit de son apparente bonne humeur, elle était déçue du retard du nouvel élève. Il était rare d'avoir de nouveaux élèves, alors il était naturel pour tout le monde, même pour Rias, de se montrer curieuse. Toutefois, la Gremory ne sentait toujours pas la présence d'une personne qu'elle ne connaissait pas dans l'enceinte de la Kuoh Academy. Visiblement, l'élève devait être une mauvaise graine, car il n'avait pas prit la peine de venir à l'heure au lycée. 

Ses pensées se portèrent instantanément sur ses cours lorsque le professeur entra dans la salle de classe. Elle nota qu'il avait un regard confus et jetait des coups d’œil peu discret vers la porte. Elle trouva cela assez amusant. 

- Avant de commencer le cours, je voudrais vous présenter un nouvel étudiant qui vient d'être transféré. Déclara le professeur d'une voix hésitante. 

Rias haussa un sourcil à cela. Elle ne sentait toujours aucune personne qui lui était inconnue. Le professeur s'était-il trompé ? Non, à voir la tête qu'il faisait, il n'y avait pas place au doute. Mais dans ce cas, à quel point effrayant était l'apparence du nouvel élève. Et pourquoi n'arrivait-elle pas à sentir la présence du nouveau venu ? 

Ses préoccupations s'envolèrent lorsque la porte s'ouvrit. Un garçon d'environ 17 ou 18 ans pénétra dans la classe. L'esprit de Rias devint blanc lorsqu'elle vit l'étudiant transféré. Il était blond, ses cheveux en bataille lui tombant juste au dessus des épaules. Ses yeux étaient d'un bleu aussi profond que l'océan. Son visage affichait une grande maturité et ses joues portaient trois marques chacune, rappelant les moustaches d'un renard. Il était étonnamment beau. 

Mais ses caractéristiques physiques n'étaient pas la seule chose qui attiraient l’œil. En effet, bien que le garçon portait l'uniforme de la Kuoh Academy, la couleur n'était pas vraiment réglementaire. Son blazer et son pantalon, au lieu d'être noir, étaient orange foncé et les bords, au lieu d'être blanc, étaient noir. Le ruban qu'il portait autour du cou était d'un orange encore plus sombre que le reste de l'uniforme. Le nouvel élève portait la couleur orange étrangement bien. C'en était déconcertant. En le voyant ainsi, l'héritière Gremory eut la sensation qu'il lui était familier, sans vraiment savoir pourquoi. 

Plus important encore, malgré le fait qu'il se trouvait juste devant elle, Rias était toujours incapable de détecter sa présence, et cela la rendait mal-à-l'aise. Elle n'avait jamais rencontré quelqu'un dont elle ne pouvait pas déceler la présence et ne savait pas comment réagir. À coté d'elle, Akeno émit un léger rire. 

- Ara ara, quel jeune homme en bonne santé... 

Rias n'avait absolument aucune envie d'écouter les sous-entendus de sa [reine], qu'elle seule dans la classe pouvait comprendre, mais avait du mal à ne pas être d'accord avec elle. Cet étudiant transféré attirait tous les regards. Pas étonnant que le professeur ait été si perturbé en le voyant tout à l'heure. Le garçon se mit au coté du professeur et se tourna vers la classe. La Gremory croisa alors son regard. Aussitôt, elle sentit un vertige la traverser. Les yeux du blond dégageait une telle puissance contrôlée. Il était rare pour un être humain de posséder un tel regard, seuls quelques maîtres en arts martiaux le possédaient. C'était effrayant. Et excitant. Du coin de l’œil, Rias vit Akeno se frotter discrètement les cuisses l'une contre l'autre. Elle aussi avait remarqué. 

- Bonjour à tous. Je m'appelle Uzumaki Naruto. Ravi de vous rencontrer. 

********** 

Lorsque le professeur annonça sa présence, Naruto ouvrit la porte et pénétra dans la classe. Il n'en montra rien, mais il était très fier de son effet. Tout le monde étaient bouche-bée, stupéfait par sa tenue. Quelques filles avaient même rougi, ce qui était nouveau pour lui, Hinata mis à part. Toutefois, alors qu'il avançait vers le professeur, il sentit quelque chose d'étrange dans la salle. Du coin de l'œil, il observa ses futurs camarade de classe. Son regard s'arrêta sur deux personnes en particulier. 

La première était une demoiselle aux yeux turquoise et aux longs cheveux rouge, magnifiques. Cette élève émettait une aura qui ne lui était pas inconnue. Il était certain d'avoir déjà ressentit cela par le passé. Et pour cause, Kurama, et les bijus en général, émettait le même genre de présence. Dans leur cas, c'était bien plus puissant, majestueux et dense que pour le cas de l'adolescente, mais la base était la même. Se rappelant sa conversation avec Ophis, Naruto comprit instantanément ce qu'elle était: un démone. Probablement une des descendantes des humains dont le corps avait été exposé aux émanations du chakra de Juubi lors de la quatrième guerre shinobi. Il retint un soupir de soulagement. Il avait craint que la corruption du démon originel avaient transformé les humains contaminés en abominations de la nature. Cela ne semblait pas être le cas. 

La seconde était une autre jeune femme, aux yeux violet et aux cheveux noirs si longs qu'ils touchaient le sol, du fait de sa position assise. Elle émettait une aura similaire à la fille aux cheveux cramoisie. Similaire, mais pas identique. Quelque chose dans la présence de cette élève le troublait légèrement. Elle avait la même base démoniaque que l'autre, mais pas aussi complète, ce qui était étrange. Il semblait qu'il y avait aussi autre chose, mais il ne parvenait pas à mettre le doigt dessus. Si Naruto devait faire un hypothèse, ce serait qu'elle était également une démone, mais pas à 100%. Au moins avait-elle bon goût, car la nœud qu'elle utilisait pour tenir ses cheveux en queue de cheval était orange. Après tout, quelqu'un qui porte du orange ne peut pas être une mauvaise personne. 

- Ara ara, quel jeune homme en bonne santé... fit-elle à voix basse, mais Naruto l'entendit malgré tout. 

Pour une raison quelconque, le commentaire faillit le faire frissonner, mais il se contrôla à temps. Naruto arriva finalement au coté du professeur et se tourna alors vers le reste de la classe, lui permettant de les observer directement. Il balaya la pièce du regard. Non, en dehors de ces deux filles-démones, il n'y avait rien de particulier à signaler. Il nota cependant que lorsque leurs yeux se rencontrèrent, la fille aux cheveux rouges écarquilla les siens presque imperceptiblement et la fille aux cheveux noirs se trémoussa légèrement, ce qui le rendit mal-à-l'aise. 

- Bonjour à tous. Je m'appelle Uzumaki Naruto. Ravi de vous rencontrer. 

Comme si un signal avait été lancé, la classe se remplit de murmures. La plupart des filles semblaient assez excités pour diverses raisons, toutefois, une ou deux personnes dans la salle lui avaient jeté un regard incrédule lorsqu'il avait annoncé son nom. Était-il si étrange ? Où s'était-il trompé quelque part ? Il avait voulu faire l'effort de se fondre dans la culture japonaise, et donc s'était présenté avec son nom d'abord, suivi ensuite de son prénom. Jusque là, il avait toujours utilisé une présentation plus occidentale, prénom puis nom, mais il était un shinobi et savait se fondre dans la masse. 

Comme Naruto restait là, immobile, le regard intense et qu'il ne semblait pas vraiment désireux de se présenter d'avantage, le professeur le laissa s'installer à une table vide. Le cours commença ensuite. Comme l'Uzumaki l'avait prévu, ce fut ennuyeux au possible. Toutefois, il se félicitait d'être venu en personne, car il avait pu voir de ses propres yeux deux démones qui, honnêtement, n'étaient pas désagréables à regarder. Mais le visage seulement, Naruto ne voulait pas qu'on le prenne pour un pervers et connaissait la nature violente de certaines femmes lorsque leurs actifs étaient menacés. Tsunade, en particulier, était... Non, il devait cesser de se remémorer son passé encore et encore, car il se faisait du mal inutilement. 

Au cours des heures qui suivirent, alors que le professeur faisait son travail, Naruto sentit à de nombreuses reprises un ou des regards posés sur lui. Merci à ses instincts de shinobi pour remarquer cela. Il savait ainsi que les deux filles-démone l'avaient également observé du coin de l'œil. L'Uzumaki n'était pas sûr de savoir comment se comporter devant l'attention soudaine qu'il recevait des adolescentes autour de lui. Il n'avait, pour ainsi dire, presque aucune expérience d'interaction avec des femmes. Toutefois, il parvint à glaner que la fille à la chevelure cramoisie se nommait Rias, et que l'autre s'appelait Akeno. 

L'heure de la pause déjeuner arriva enfin. Naruto ne perdit pas une minute, alors même qu'il était encore entouré de personnes curieuses à son sujet, il utilisa divers de ses stratagème de shinobi et parvint à passer inaperçu jusqu'à ce qu'il sorte du bâtiment et s'installe dans le parc entourant la Kuoh Academy, assit au pied d'un arbre, les jambes étendues devant lui et son dos contre le tronc. Et il était toujours habillé en orange... 

Naruto sortit de son sac plusieurs sandwichs enroulé dans du cellophane, qu'il entreprit de déballer avant de le manger. Il aurait mille fois préféré un bon ramen, mais il n'aimait pas les ramens froids. Ce n'était pas la faute des ramens, après tout, c'était le repas des dieux. Mais ce plat divin se devait d'être mangé chaud ! Donc pas question d'en emmener au lycée. Et le stand le plus proche était à vingt minutes de marche, pour un être humain normal. D'ordinaire, cela ne l'aurait pas gêné, mais il devait essayer de rester le plus ordinaire possible. Or, il semblerait qu'il avait attiré l'attention de quelques personnes sur lui. Sa technique passive de détournement de l'attention fonctionnait bien sur des civils ordinaire et sans formation. Mais ce n'était pas suffisant pour berner un démon, visiblement. Et il s'était avéré qu'il y en avait plus à la Kuoh Academy que juste les deux qu'il avait déjà rencontré. 

Et justement, l'un d'eux se trouvait juste derrière lui. Pour une raison quelconque, un des démons qu'il n'avait pas encore rencontré semblait s'être installé de l'autre côté de son arbre. Se retournant pour connaître l'apparence de cette personne, il fut surpris de découvrir qu'il s'agissait d'une fille. Encore. Les démons étaient-ils tous des femmes ? Bref, celle-ci était plus jeune que Rias ou Akeno, avait les yeux noisette et des cheveux d'un blanc pur mi-long. Son visage était inexpressif et sa posture droite et raide en position de seiza. Et elle mangeait divers bonbons avec une application méthodique. Elle était très concentrée sur cette tache. 

Son aura était étrange. C'était différent de Rias, qui semblait avoir une seule base démoniaque. C'était plus proche d'Akeno dans le sens où elle semblait ne pas être 100% démone. Mais parallèlement, c'était également différent d'Akeno, car la deuxième base de son aura se rapprochait plus de quelque chose de démoniaque que dans le cas de la demoiselle aux cheveux noirs. Étrangement, cette seconde base lui laissait une sensation familière, mais il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. 

Sentant probablement le regard de Naruto posé sur elle, elle se retourna pour lui faire face. Leurs yeux se croisèrent et ceux de la démone aux cheveux blanc clignèrent, comme si surprise. Ce fut l'unique réaction qu'elle manifesta. L'Uzumaki sourit et prit la parole: 

- Salut, je m'appelle Naruto. Accepterais-tu de me dire ton nom ? 

- … Koneko. 

- Ravi de faire ta connaissance, Koneko-chan. Je te souhaite un bon appétit. 

- … Merci. 

Hochant la tête, Naruto reposa son dos contre le tronc de l'arbre et recommença à manger. Il n'avait pas fini son premier sandwich qu'il sentit quelqu'un s'installer à ses cotés. Un rapide coup d'œil lui apprit que Koneko avait fait le tour de l'arbre pour manger avec lui. Elle était toujours assise dans la même position, comme si elle n'avait pas bougé en premier lieu. Cela fit sourire l'Uzumaki un peu plus. Au moins, il savait comment gérer ce genre de situation... un peu. 

Ils continuèrent à manger en silence pendant plusieurs minutes; jusqu'à ce que Naruto ait fini de manger. Avec un soupir de bien-être, il posa sa tête contre le tronc de l'arbre et ferma les yeux, laissant les rayons du soleil caresser son visage. Bien qu'ayant une nature hyperactive, les cours avaient sur lui un léger effet somnolent, et il se sentait bien là où il était. Il restait encore une bonne demi-heure avant la reprise des cours. 

Environ quinze secondes après qu'il les ait fermés, Naruto rouvrit les yeux pour découvrir que Koneko était assise sur ses genoux, son dos appuyé contre son torse et continuant à manger ses bonbons comme si de rien n'était. La situation sembla un peu irréelle pour le garçon, qui ne sut pas trop comment réagir. Pas que cela le gênait. 

- Euh... Koneko ? Demanda-t-il, hésitant. Je ne voudrais pas être impoli en posant cette question, mais pourrais-tu me dire la raison pour laquelle tu es sur mes genoux, s'il te plait ? 

La jeune démone cessa un instant de manger, tournant la tête pour regarder Naruto dans les yeux pendant plusieurs secondes. Plus l'Uzumaki la regardait, plus il était persuadé que la seconde base de son aura lui était familière; mais sans trouver pourquoi. 

- … Ma place ? 

Le ton de Koneko semblait incertain, comme si elle-même n'était pas sûre de la raison qui l'avait poussé à s'installer sur les genoux de Naruto. Le garçon la regarda quelques instants avant de sourire doucement et de hocher la tête. 

- Bien sûr, Koneko. Reste-là aussi longtemps que tu le souhaites. 

- … Merci. 

Et aussitôt, elle se remit à manger ses bonbons, la conversation déjà loin derrière. Ils passèrent ainsi la demi-heure comme cela, Naruto assis adossé à l'arbre, et Koneko assise sur et appuyée contre l'Uzumaki. Lorsque la cloche de reprise des cours se firent entendre, ils se séparèrent finalement pour rejoindre leur classe respective.