Agression

par bubullgom

Voilà je commence une autre fiction, en espérant qu’elle vous plaira ! Que ceux qui suivent « une vie à trois » ne s’inquiètent pas, je ne compte pas la laisser tomber ! Bonne lecture !

 

 

 

Il régnait une ambiance glaciale dans l’un des ghettos de New York. Il faisait nuit noire, et les rues étaient totalement désertes. Il planait une odeur de sang à chaque coin de rues, et seulement quelques chiens galeux traînaient ici et là, fouillant dans les poubelles entassées sous les fenêtres des habitations. Des bruits de pas affolés se firent entendre, rompant le silence angoissant de ces rues. Une jeune femme courait à toute allure, les larmes aux yeux. Ses cheveux noirs initialement coiffés en chignons s’étaient détachés, laissant quelques mèches rebelles voler sur ses frêles épaules. Ses yeux blancs nacre embués de larmes cherchaient frénétiquement une issue de secours. Sa robe légère blanche était trempée et salie par la poussière et la terre. Elle prit un tournant, mais se retrouva dans un cul de sac. Paniquée, elle voulu faire marche arrière mais trois hommes apparurent devant elle. Le premier tenait un revolver entre ces mains, s’approchant dangereusement d’elle. La jeune femme s’accroupie, se blottissant dans le recoin de la paroi. Elle ferma les yeux, alors que ses sanglots redoublèrent de plus belle. L’homme s’approcha d’elle, et se mit à sa hauteur. Avec son arme, il caressa son visage.

 

Homme 1: J’en ai assez de me répéter… Tu vas venir avec moi ! Je m’en voudrais tellement de blesser une si jolie fille que toi…

 

Il lui prit le menton entre les doigts, la forçant à le regarder dans les yeux. A ce contact, elle lui cracha à la figure, ce qui repoussa son agresseur. Il se leva, s’essuyant le visage. La brune profita de ce moment d’inattention pour se lever et se mit à courir, quand un des deux autres hommes la plaqua contre le mur, lui donnant une énorme gifle.

 

Homme 2 : Pétasse !!

 

Alors qu’il s’apprêtait à la frapper une seconde fois, une voix s’éleva de l’autre côté de la rue.

 

Femme : LACHE LA IMEDIATEMENT !!!!

 

Les trois hommes et la jeune femme tournèrent la tête vers la nouvelle venue. Elle était plutôt grande, élancée, les cheveux étrangement roses. Elle transpirait à grosse gouttes, preuve de sa course effrénée. Son débardeur blanc était trempé, et son short court était taché de sang. Elle pointait sur l’homme un révolver, alors que ses yeux brillaient d’une lueur meurtrière.

 

Femme : J’AI DIT, LACHE LA !!!

 

La jeune brune en la voyant se mit à hurler entre deux sanglots :

 

Brune : SAKURA !!!

L’homme qui la tenait tourna la tête vers elle de surprise, faute grave, puisque ce laps de temps permis à Sakura de lui asséner un énorme coup dans la tempe qui le fit tomber à la renverse. Les deux autres hommes se jetèrent sur elle en même temps. Le troisième homme, possédant une matraque se précipita sur elle près à la frapper, alors que la jeune femme aux cheveux rose lui tira une balle dans le pied. Sous la douleur, l’homme lâcha son arme s’effondra.

 

Homme 3 : Co…Conasse !!

 

Le premier homme, pointa son arme sur la jeune fille. Il tira deux balles qui se perdirent dans les murs, alors que Sakura les évitais avec une extrême agilité.

Dans son élan, elle se jeta sur lui, ce qui lui fit perdre son arme. Elle lui mit un coup de revolver, dans la mâchoire, puis deux, puis trois. Elle s’arrêta réalisant que l’homme avait perdu connaissance. Elle se leva les mains et le visage ensanglanté. Elle tourna les yeux vers la jeune brune qui, par peur s’était plaquée contre le mur. Elle regarda Sakura dans les yeux et se jeta dans ses bras.

 

Brune : Sa…Sakura !! J’ai eu tellement peur !!

Sakura : Hinata…Qu’est-ce qu’il t’as pris de déserter le manoir comme sa ?

Hinata : Pa…pardon…je…je voulais pas que sa arrive !!

 

Hinata enfouie sa tête dans le cou de son amie. Puis, après que la jeune brune se soit calmée, Sakura posa sa veste noire sur les épaules de son amie, avant de lui enrouler un bras protecteur autour des épaules. Elle l’entraîna avec elle en direction de leur demeure.

 

Une heure plus tard, Manoir Hyuuga :

 

Six personnes se tenaient dans un des salons luxueux du manoir. Hinata était assise sur un divan, en face d’un homme qui n’était autre que son père. A la droite de son père, une femme d’une quarantaine d’année se tenait debout les mains croisées sur son tailleur, un regard craintif à l’égard de la jeune brune. Sakura était adossée dans l’embrasure de la porte, les mains croisées sur sa poitrine, les yeux fermés. Deux domestiques assistaient également à la scène, debout près d’une baie vitrée recouvrant la totalité de la pièce.

 

Mr Hyuuga : Je pensait avoir été suffisamment clair Hinata !

Hinata :...

Mr Hyuuga : Tu te comporte comme une véritable gamine !!Tu as 18 ans !! Tu sais à quel point c’est dangereux dehors ! Mais tu ne fais que t’acharner et a n’en faire qu’à ta tête ! Je ne sais combien de voyous en sont après nous, notre famille et notre argent! Ne sois pas si égoïste en mettant ta propre vie en danger !

 

Hinata ferma les yeux et crispa ses mains sur sa robe.

 

Mr Hyuuga : Sakura !

 

La concernée leva les yeux et se redressa.

 

Mr Hyuuga : A partir de maintenant, tu veillera sur Hinata jour et nuit !

 

Sakura : Bien monsieur !

 

Hinata se leva et se retira, suivit de près par Sakura qui sortit après s’être incliné auprès de Mr Hyuuga.

 

*FLASHBACK*

 

Madame Hyuuga se promenait quand elle entendit un coup de feu suivit d’un cris provenant d’un des quartiers misérable de la ville. Elle s’était donc précipitée pour voir d’où le bruit provenait. Elle découvrit avec horreur une jeune fille d’une dizaine d’année, une arme à la main, souillée par le sang d’un homme à terre. Plusieurs hommes avait alors surgis d’un bâtiment pour la frapper violement. Quand ils se retirèrent, une femme vêtue d’une tenue provocante lança quelques habits au visage de la jeune fille à présent couverte d’hématomes. Une fois seule, la jeune fille qui n’était autre que Sakura se mit à pleurer toutes les larmes de son corps. Choquée et attendrit à la fois, elle se précipita, après un court instant de réflexion vers la jeune fille. Elle la ramena au Manoir familial, la confiant aux soins de Tsunami, la nurse de Hinata. Sakura était restée une fille meurtrie par son passé. Elle restait mystérieuse, et n’était pas de nature très bavarde. La jeune fille, au fil du temps, s’était liée d’amitié avec Hinata, devenue sa sœur de cœur. Elle veillait sur elle constamment, et était grâce à la jeune fille, devenue plus ouverte aux autres, jusqu'à cette fameuse nuit d’hiver, nuit ou madame Hyuuga fut sauvagement assassinée sous les yeux des deux sœurs lors d’un combat entre gang, alors qu’elles se promenaient en ville. Alors que Sakura remontait doucement la triste pente de sa vie, elle fut prise d’une rage sans pareille. Elle avait ramassé un pistolet tombé sur le sol, et avait de ses mains, tuées plusieurs hommes appartenant à différents gangs. Depuis ce jour, elle avait commencé un entraînement acharné à l’utilisation d’armes à feu, et se trouvait être, une véritable pros en la matière. Sakura avait jurée devant Dieu de protéger les siens, même au prix de sa propre vie. Monsieur Hyuuga avait accepté sa décision avec réticence, mais l’avait autorisé à garder une arme avec elle. C’est ainsi qu’elle devint le « garde du corps » de la jeune Hinata.

 

*FIN FLASHBACK*

 

Sakura : Hinata !

Hinata : Oui… ?

Sakura : Je suis désolé…j’aurais dut rester auprès de toi je…

Hinata : Sakura ! C’est bon ! T’en fais pas ! Tu m’as sauvée la vie ! Tu ma protégé ! C’est tout ce qui compte…

 

Hinata emprunta les grands escaliers de marbre qui conduisaient aux chambres la tête basse. Sakura la regarda s’en aller, avant de sortir du couloir. Elle s’inquiétait pour Hinata qui ne souriait plus depuis quelques temps. Elle fuguait régulièrement, au plus grand désespoir de son père. Lors de ses escapades précédentes, il ne lui était rien arrivé de fâcheux, mais ce soir là, tout avait été différent. Elle aurait put y laisser la vie…

Un frisson parcourut le dos de Sakura, qui a présent était accoudée au balcon d’une grande terrasse. Jamais elle ne laisserait un être cher mourir sous ses yeux une seconde fois…jamais.

Une légère brise se leva. Sakura remit une mèche de ses longs cheveux derrière son oreille. Elle regarda longuement la ville s’étendant sous ses yeux. Après une heure de contemplation, elle s’en retourna dans sa chambre, passer une longue nuit de sommeil.

 

Les premiers rayons du soleil vinrent caresser le doux visage de Hinata, encore endormis. La porte de sa chambre s’ouvrit pour laisser entrer une domestique, un plateau dans les mains. Elle le déposa sur une table, et ouvrit les rideaux. La lumière devenue soudainement brutale, tira un grognement de la part de la jeune Hyuuga qui s’écrasa un peu plus sous sa couverture.

 

Domestique : Mademoiselle Hyuuga ! Il est l’heure de vous réveiller ! Vous allez être en retard pour vos cours !

 

Hinata prenait depuis son plus jeune age, des cours particuliers avec Tsunami. L’inscrire dans une école aurait été une exposition aux dangers, ce qui était hors de question pour monsieur Hyuuga.

Hinata se leva donc non sans difficultés, et s’habilla d’une robe légère bleu foncé, et s’orna les cheveux d’une pince assortie à la couleur de sa robe. Elle suivit la domestique qui l’accompagnait à son travail. En marchant dans l’un des vastes couloirs de la demeure, elle passa devant une ancienne salle de réception, spécialement aménagée pour les occupations de Sakura. Hinata s’arrêta devant la porte entrouverte, laissant sa domestique continuer son chemin sans elle. Sakura était déjà levée et s’entraînait avec hargne, frappant de toutes ses forces contre un punching-ball. Ses cheveux attachés en queue de cheval se collaient contre ses tempes moites de sueurs. Alors qu’elle enchaînait les coups de poings et de pieds, Hinata ne pouvait s’empêcher de la regarder. Elle aurait tellement voulue lui ressembler. Etre aussi forte qu’elle…

 

Domestique : Mademoiselle Hyuuga ? Que faites vous donc ?

Hinata : Oh pardonnez moi j’arrive !

 

Elle rattrapa rapidement la femme devant elle et poursuivit sa route vers sa salle de cours.

 

Sakura décida de faire une pause. Elle s’essuya le visage à l’aide d’une serviette, et bu un peu d’eau. Elle décida de faire un tour en ville pour se changer les idées. Elle monta dans une des salles de bains de la maison pour prendre une douche. Elle laissa ses longs cheveux roses détachés, mit un débardeur noir et un short vert, puis elle enfila des rangers montantes verte foncés. Elle prit un revolver par sécurité avant de s’en aller. Elle arpentait les rues bondées de monde. Le soleil d’été cognait, et elle décida de s’arrêter boire quelque chose. Elle entra dans un bar s’assit au comptoir et commanda une boisson. Alors qu’elle buvait tranquillement, des éclats de voix retentirent depuis les tables derrières elles. Elle se retourna pour voir ce qui se passait, bientôt imitée par le reste des visiteurs. Elle découvrit deux hommes se faisant face, un à terre, un regard moqueur, pointant une arme sur le deuxième debout en face de lui. Le deuxième pointait lui aussi une arme sur l’homme allongé. Plusieurs hommes autours d’eux ne bougeaient plus, ne pouvant que constater l’ampleur de la situation. Sakura arrêta son regard sur l’homme debout. Elle fut impressionnée par la beauté du jeune homme qui ne devait pas avoir plus de vingt ans. Ses cheveux d’un noir intense recouvraient une partie de son visage crispé par la haine. Une lueur de dégoût brillait dans ses yeux noirs, fixant son opposant. Elle fut interrompue dans sa contemplation quand un homme du même âge sortit de la bande derrière lui.

 

Homme : Eh Sasuke ! Calme toi ! Sa sert à rien de s’énerver contre une merde comme lui.

 

Tous les regards convergèrent vers le perturbateur. Il était plutôt grand, les yeux très bleu, des cheveux blonds en bataille. Il portait sur son front un bandeau noir, et possédait sur sa joue gauche, une cicatrice remontant jusqu'à son arcade sourcilière. Sakura se dit qu’il n’avait rien à envier du premier homme, qui tenait toujours son arme pointée vers celui à terre.

Le blond s’approcha de l’homme qui était apparemment son ami. Un autre homme faisant partit de la bande rivale pointa à son tour son arme sur le blond qui ne mit pas longtemps à dégainer la sienne. Ils restèrent ainsi sans bouger, se défiant du regard, lorsque le patron du bar arriva.

 

Patron : EH !! Pas de ça ici !! Sortez immédiatement régler vos histoires ailleurs !!  On est dans un bar ici ! Pas dans la rue ! Alors sortez immédiatement !!

 

Les hommes abaissèrent doucement leurs armes. L’homme à terre se leva et fit face au jeune brun. Après l’avoir longuement fixé, il sortit du bar, bientôt suivit de sa bande, un petit sourire aux lèvres. Sasuke ne bougea pas, puis le blond lui mit une tape amicale sur l’épaule.

 

Blond : Allé viens on se tire !

Ils sortirent donc du bar suivit de près par trois autres hommes. Sakura les regarda partir, puis se concentra de nouveau sur son verre. Elle se dit qu’il valait mieux éviter tout contact avec ses personnes qui paraissaient être terriblement dangereuses.