Chapitre 5

par misslilie

Avertissement: Cette fiction a été écrite selon les situations pouvant être trouvées dans les mangas (shojos en particulier) voilà pourquoi l'idée de départ peut paraître rocambolesque.

Cette histoire est censée être distrayante voire même drôle pour changer de toutes les histoires tragiques qui bien que intéressantes me dépriment complètement.

J'espère que vous apprécierez et que cela vous changera les idées.

Bonne Lecture à tous.




Chapitre 5



Vous vous souvenez tous de la situation dans laquelle je suis?


C'est à dire agenouillée sur le sol comme une SDF et surprise en flagrant délit d'espionnage amateur par les deux boulets, alors que je viens d'apprendre que le petit ami de ma mère ne sort avec elle que pour son fric.

Tout le monde se souvient? Parfait, nous pouvons donc reprendre, même si je ne suis pas spécialement dans une position agréable.


J'essayais de prendre un air innocent en le regardant d'en bas, telle une pauvresse regardant un dieu (comment ça je ne suis pas crédible?).

En même temps avez-vous déjà essayé d'avoir l'air innocent alors que vous avez l'arme du crime dans la main un air sanguinaire et le cadavre encore tiède à vos pieds à l'arrivé de la police?

Non?

Bah moi non plus, y a des jours où je regrette de ne pas avoir fait de théâtre même si je ne suis pas bien sûre que ça m'aurait été d'un grand secours.



- On peut savoir ce que tu fiches par terre, m'interroge la divinité ancestrale de la débilité (et du meurtre si je ne lui invente pas un mensonge plausible).



Une excuse, une excuse, une excuse... C'est forcément au moment où j'en ai le plus besoin que mon cerveau s'inscrit aux abonnés absents...



- Aheum... Je mesure l'interstice entre les lames de parquet, m'exclamais-je prise d'une inspiration subite.



Oui je sais c'est pitoyable mais je pense avoir des circonstances atténuantes.



- Tu mesures l'interstice entre les lames de parquet? Répète-t-il lentement.



Il m'a cru! Je bénis et j'idolâtre son imbécillité chronique et patenté, je vouerais un culte à sa débilité et...



- Tu me prends pour un idiot? Grogne-t-il soudainement.



Mouais, en même temps c'était trop beau pour être vrai, je ne sais pas ce que j'ai fait mais les puissances cosmiques n'ont pas une dent contre moi mais carrément une mâchoire entière à ce niveau!

Au fait c'était quoi sa question?



- Sakura, je te demande si tu me prends pour un idiot, me redemande-t-il poliment en voyant mon regard inexpressif.



Euh, Joker!



- Suis-je véritablement obligée de répondre à cette question? M'enquis-je prudemment sous les gloussements de la nouvelle moitié de Tenten.



Heureusement que je l'aime cette nana, parce que sinon il aurait pas fait long feu l'efféminé!


Sasuke le bigorneau inspire bruyamment en se pinçant l'arrête du nez. Je sens que ça va chauffer pour mon matricule. Je tente donc un recul stratégique vers ma chambre pendant que les deux mââââââles se disent au revoir d'une façon virile et masculine qui s'apparente plus à un combat de catch qu'à des adieux déchirants.


Alors que la porte d'entrée claque signifiant le départ tant redouté de l'aveugle je suis prise d'un léger moment de panique.

C'est vrai! Maintenant qu'il n'y a plus de témoin qu'est-ce qui empêche le gorille de me hacher menu avec une petite cuillère et de faire passer ça pour un accident? Oui je sais qu'il y a peu d'accidents qui impliquent des cuillères à café mais il y a une première fois à tout.


Gloups. Pendant ma méditation face de mammouth en a profité pour se rapprocher de moi et me fusille maintenant de son regard déjà noir à la base.


Ma survie étant la chose la plus importante à mes yeux à l'instant T, je me prépare mentalement à coordonner tous mes talents pour sauver chèrement ma peau. Ce qui signifie en clair:


FUYONS!


Mais je n'ai pas le temps d'avancer de dix centimètres (toujours à quatre pattes) que Sasuke m'attrape les chevilles et me tire vers l'arrière.


Bon pour éviter de m'humilier je vais vous faire la version édulcorée.

Le débilus m'a tirée en arrière alors que je m'accrochai désespérément à la rambarde de la mezzanine en hurlant des insanités plus grosses que moi (si ma mère m'entendait!), puis d'une main m'a hissé sur son épaule comme dans les films (sauf que c'est bien moins glamour et confortable qu'à la télé) pour nous enfermer à clé dans ma chambre.


Jésus, Marie, Joseph! Je vais mourir!


Et moi qui vais mourir en emportant tous mes secrets dans la tombe! Qui va dire à Gaara que c'est Naruto qui a joué au badminton avec sa paire de chaussettes porte bonheur? Qui va dire à Temari que c'est Shikamaru qui lui a volé ses sous-vêtements sexy pour les étudier? Qui va dire à Shino que c'est moi qui ait mis de l'acide chlorhydrique dans notre mixture en chimie provoquant la destruction de la salle et un zéro pointé pour notre binôme?


Finalement certains secrets gagnent à ne pas être connus.


Mais attendez, je rêve ou Sasuke essaye de me coincer contre le mur?

Mais non, je ne divague pas encore complètement! Il me tourne bien autour comme un requin en manque de dorade en essayant de m'isoler dans l'angle de ma chambre.


La fuite m'étant refusée et la meilleure des défenses étant encore l'attaque je passe à l'action avec dignité.



- NE ME TUE PAAAAAAAAAAAAAAAASSSSSSSSSSSSSSS! JE SUIS TROP JEUNE ET INDISPENSABLE POUR DISPARAÎTRE! QUE FERONS MES FANS SANS MOOOOOOOOOI!



No comment, j'ai toujours eu une définition de la dignité un peu décalée.


Mais mon instant dramatique, que j'ai vraiment soigné en me roulant par terre en montrant ma gorge (j'ai lu quelque part que c'est comme ça que se soumettent les loups entre eux, et comme on ne peut pas vraiment dire que Sasuke soit humain bah.... J'expérimente), est complètement détruit lorsque le bigorneau se met à rire tout son saoul.



- Tu m'es bien plus utile vivante, ricane-t-il bêtement.



Ça veut dire quoi ça ? Qu'il veut me revendre pour que je joue de la flûte traversière au Pérou devant des lamas ? (Oui je suis peut être un peu extrême).


Devant mon silence perplexe et effrayé (vous avez déjà été face à des lamas vous ? C'est super agressif ces bestioles !) le mammouth analphabète se sent obligé de me faire la version longue.



- Maintenant que tu connais les raisons de mon installation chez toi, ce sera beaucoup plus simple pour moi car tu vas pouvoir m'aider, m'indique-t-il obligeamment.


S'il veut que je l'aide il va pas être déçu.


Je ne suis pas absolument certaine que ma main secourable aboutisse vraiment à ce qu'il avait escompté, mais je suis sûre qu'il y a une pelle dans l'espèce de remise pourrie et branlante qu'il y a au fond du jardin (qu'on appelle jardin parce qu'il n'y a pas de mot pour balcon gazonné) et juste à côté y a un petit lopin de terre où rien ne pousse jamais, idéal pour cacher un corps. Soit ça fait de l'engrais, soit rien ne pousse mais de toute façon ça ne paraitra pas suspect.

Après il faut bien sûr qu'il fasse preuve de bonne volonté pour l'alibi, histoire que je ne me fasse pas prendre mais tout ça devrait se régler rapidement s'il y met du sien. En plus j'ai pas mal d'idées à lui soumettre sur l'arme du crime.


Et une journée catastrophique se finirait en apothéose !



- Ton aide ne concerne pas ma mort prochaine et douloureuse précise-t-il dans un sourire en coin absolument craquant tout en étant parfaitement détestable.



Il est maintenant officiel que je le hais, imprimez les bans ça ne fait plus aucun doute. Cet espèce de mollusque non identifié ne perd rien pour apprendre, je finirai par l'utiliser cette pelle ! Mais en attendant il faut bien créer l'illusion.



- Et que pourrais-je faire pour t'être agréable Ô Pourriture Impériale, susurrais-je en battant des cils à la Bambi (le bon moyen pour paumer une lentille ça !).



Il ne répond pas mais se contente de se rapprocher bizarrement de moi avec un regard très étrange qui ne me dit rien de bon. J'ai comme des espèces de spasmes dans le ventre.


Je suis bien partie pour une méga-gastro moi.


Approche toi encore tête de gland et je te refile une saloperie je te parle que de ça !

Ouhlala mais c'est que ça devient dangereux maintenant, qu'est-ce qu'il a à se rapprocher de moi comme ça l'homme de Néandertal ? Il veut m'humer pour savoir si je suis en chaleur ou quoi ?


Mais .. Il me renifle le débile !!!



- Oh !!! Duchmol, tu penses faire quoi là en fait ? Balbutiai-je tant bien que mal (plutôt mal).



On dirait une gamine de primaire devant sa première Barbie sauveuse d'animaux sauvages sans griffes sans crocs et sans cerveaux qui n'ont pas compris que le but c'était de bouffer la Barbie !


Je l'entends grogner un truc indéterminé, grognement un peu flippant maintenant que j'en parle. Pas super rassurant le truc, style le grognement d'un ours devant un bon gros raton laveur (ne me demandez pas pourquoi je me sens l'âme d'un ration laveur aujourd'hui !).



- Tu pourrais faire énormément de choses pour moi ma petite esclave, ronronne-t-il.



Oui à ce niveau c'est bien du ronronnement, pire que mon chat (jamais là quand il faut lui d'ailleurs il s'est fait la malle ce lâche !), ça résonne dans ton mon corps.


Hop hop hop, stop on arrête tout. Il m'a appelé sa petite esclave ? Il s'est cru dans son harem lui ? Et il sait ce que l'esclave lui dit au grand con d'ailleurs !



- Mon pote, rétrograde là t'es à fond. Qu'est-ce qui te permet (dans sa folie indéniable et permanente) d'oser imaginer que tu puisses m'appeler ainsi dans cette vie ? Lui demandai-je avec calme et dignité tout en refermant mes serres sur son cou (oui oui des serres !).


Méthode d'intimidation inutile au possible vu qu'il m'éjecta avec flegme et sans aucune délicatesse sur le lit avant de m'expliquer par a plus b comment j'allais, à partir de maintenant, le couvrir et l'aider dans sa relation avec ma mère le temps qu'il faudrait pour le bien commun et surtout pour ne pas qu'elle souffre m'indiqua-t-il avec un sourire carnassier que je trouvais (honte sur moi je mérite des gifles) extrêmement sexy.

Oui, bah j'aime les mecs barges, dans les films celui que j'aime c'est toujours le méchant mignon (oui pas le moche faut pas déconner non plus !).


En échange, magnanime comme il est et n'étant pas un monstre (ça c'est lui qui le dit), il m'aidera à trouver un autre compagnon à ma très chère mère, qui choisi définitivement très très mal ses partenaires.



Oui bah que vouliez vous que je fasse ? Fallait bien trouver une solution ! Je ne pouvais pas décemment foncer voir ma mère tout en lui glissant l'air de rien au cours de la conversation «Au fait à propos de Sasuke, tu sais le mec trop jeune pour toi dont tu es totalement dingue, et ben il reste en fait avec toi parce que ses parents lui ont coupé les vivres et qu'il voit en toi une rente providentielle qui sait faire d'agréables gâteries. Sinon t'as acheté des fraises ?»


Bref donc je me suis associé à l'autre débile roi des coquillettes pas cuites pour trouver un autre mec à ma mère. De préférence ayant son âge … Enfin à une dizaine près quoi …

Mais en contrepartie, parce que je ne me suis pas faite complètement roulée non plus (comment ça ah bon ?), nous avons posés comme bases : PLUS DE SEXE !


Un bon sevrage y a rien de mieux ! Déjà parce que ça me fera des vacances, hein, parce que y en a marre que tout le monde ait des expériences sexuelles de folies sauf moi (ouais parce que je vous ai pas raconté mais Tenten a prévu de faire tomber Neji dans un guet-apens pour passer à l'action, moi j'appelle ça un viol mais à priori on a pas les mêmes bases juridiques) et puis comme ça elle sera encore plus pressée d'aller voir ailleurs !


Pour pouvoir justifier l'abstinence du chaud lapin j'ai trouvé comme excuse une bonne syphilis, si ça ça plombe pas un sexe appeal !


Mais bon en attendant de pouvoir annoncer la «bonne» nouvelle à ma mère je me suis un peu rencardée sur la famille de l'acarien qu'on connaît et notamment sur le padre dictateur.



La bonne nouvelle c'est qu'il ne sait pas encore que je suis dans la confidence de la mascarade de son fils et donc qu'il nous prend, ma mère et moi, pour de pauvres cloches naïves qui se faisons arnaquer sinon ce gars pourrait nous faire plonger pour crimes contre l'humanité alors qu'on a piqué un carré de sucre sur un stand gratuit.


Je sais pas comment Sasuke a fait pour réussir à s'inscrire dans sa fac, à ce niveau là pour s'en sortir faut changer de visage et s'exiler dans un paradis fiscal … Et encore.


Le garçon c'est pas un Empire qu'il a c'est carrément la République de Dark Vador (oui je sais encore lui). Le genre d'homme auxquels même les présidents font des courbettes pour être sûr de pas subir un embargo parce qu'ils ont rit au mauvais moment. Et vu qu'il a coupé les robinets a son fils cadet juste parce qu'il a pas suivi le cursus prévu par la ligné familiale je pense pouvoir ajouter sans trop m'avancer qu'il est aussi un peu psychorigide le monsieur.


Ma vie était quand même vachement simple avant, la personne la plus haut placée qu'on connaissait (et surtout qui s'intéressait à nous) c'était un commissaire bedonnant de la Police Nationale, bientôt à la retraite, qui changeait de trottoir quand il nous voyait parce qu'un jour ma mère lui avait violemment mis la tête au carré pour une histoire de place de parking (Autre raison pour laquelle il est hors de question de la tenir au courant pour Sasuke, je suis loin d'être la plus violente de la famille).



Je sens que mes journées vont être de plus en plus palpitantes.

Il faut trouver un moyen que le père du casse bonbon, qui semble avoir appris au chiard qu'on connaît tout ce qu'il sait, pardonne au dit casse bonbon (ou chiard c'est au choix) et lui permette de poursuivre ses études sans s'en mêler (c'est pas gagné) pour qu'on puisse se débarrasser de lui.

Que ma mère se trouve un autre copain, plus âgé de préférence et moins naze, ça c'est facile là on est au fond du trou.

Et qu'au milieu de tout ce bordel intersidéral j'arrive à passer mon bac peinarde et retrouve enfin ma petite vie banale et monotone sans mouflet de dix neuf balais incapable de s'émanciper sans pomper autrui.


Bref c'est pas gagné.





Bonjour à tous!


Pour commencer : Pardon pardon pardon pardon pardon pardon !


Je ne m'excuserai jamais assez du retard que j'ai pris (je n'ose même pas regarder depuis combien de temps je l'ai laissé de côté même si j'ai une vague idée) et j'espère que vous n'êtes pas mort de vieillesse entre temps. Mais bon la vie nous empêche parfois de se pencher sur certaines choses même si je ne vous ai pas oublié !


D'abord mon assurance vie :le chapitre six est à moitié écrit donc on range les armes, ce sera moins long que pour ce chapitre (j'ai une bonne marge là quand même …).



J'espère que ce chapitre longtemps (très longtemps ) attendu vous a plu, ça commence à s'accélérer et j'arrive bientôt à ce que je veux.

Ce ne sera pas une fiction de vingt chapitres c'est sûr (en même temps vu le temps que je met pour en pondre un vaut mieux …), et j'ai réécrit les bases de ma fiction ce qui devrait laisser trois quatre chapitres avant la fin.


Enfin bref le chapitre cinq qu'on attendait plus est tout de même arrivé !


Merci pour tous vos commentaires qui même s'ils n'ont pas eu de réponse (je vais m'y mettre) m'ont beaucoup aidé à me replonger dans cette fiction (mon disque dur ayant claqué j'ai du tout réécrire depuis le début tout la très longue absence).



J'espère que la suite vous plaira et que je n'ai pas perdu tous mes lecteurs !



Bisous à tous

Misslilie