chapitre 15

par saku77

Chapitre 15 : Serait-ce la chance d’un futur pour nous ?

 

Quand un être prend la vie d’un autre, il n’a pas le droit de penser au futur. Pourquoi ? Parce qu’il a les mains couvertes de sang, parce que son cœur est souillé par tellement de ténèbres qu’il bat un peu moins fort chaque jour. Il ne bat plus pour quelque chose. Il bat simplement parce que c’est ce qu’il a à faire. C’est ce pourquoi il a été créé.

 

« Finalement, après tout ce temps, le rendez-vous peut enfin avoir lieu ! s’exclama Orochimaru en descendant de son véhicule, suivi par Cassandra Haruno. »

 

Sasuke observait la mère de Sakura. Il étudiait attentivement chacun de ses mouvements, écoutait et analysait chacune de ses paroles. Tout semblait indiquer qu’elle était totalement du côté d’Orochimaru. Son regard était exempt de toute émotion, ses lèvres formaient une ligne ne dévoilant aucune information quant à ce qu’elle ressentait vraiment. La position de son corps montrait également que cette dernière était parfaitement à l’aise et détendue. Sûre d’elle. Dans son regard, pas l’ombre d’un doute. Sur son visage, pas la moindre trace de peur. Au moins, il savait de qui Sakura tirait sa légendaire froideur.

 

« J’ai l’argent que je vous dois, commença Sasuke sur un ton qui se voulait neutre. J’espère que vous avez la bombe, comme promis. »

 

Un sourire narquois prit naissance sur les lèvres d’Orochimaru.

 

« Est-ce que j’ai l’habitude de duper mes clients ? fit celui-ci en adoptant un air peiné. Cassandra, dis-lui toi. Est-ce que j’ai déjà arnaqué un seul client de toute mon existence ?

 

- Non. Jamais. »

 

Le même regard émeraude que la jeune femme. La même couleur de cheveux. Mais il y avait quelque chose qu’il ne parvenait pas à saisir à son sujet. Il ne parvenait pas à la cerner totalement. Ainsi, comme Naruto l’avait dit, celle-ci était un joker. Une pièce dont on ignorait le but et les motivations. Une pièce qui pouvait être complètement noire, blanche ou bien même grise.

 

« Uchiwa, fit Orochimaru. Voici la bombe. »

 

Cassandra ouvrit le coffre et se recula pour le laisser regarder l’explosif.

 

« C’est impressionnant, admit-il.

 

- N’est-ce pas ? Et ce n’est pas tout. Cette bombe a une particularité tout à fait spéciale. Elle peut se diviser en trois.

 

- Se diviser en trois ? répéta Sasuke en fronçant les sourcils.

 

- Oui. Tu sais, comme dans : Un, deux et trois.

 

- Et comment pourrais-je être certain que les trois parties sont bien ici ? »

 

Orochimaru lança un regard à Cassandra.

 

« Observe bien la bombe sous tous les angles. Tu comprendras rapidement. »

 

Sasuke se pencha vers la bombe et l’étudia longuement. Peu importe comment il regardait l’explosif, la seule conclusion qu’il en tirait était que si un seul morceau de la bombe venait à être détaché, alors cela enclencherait le mécanisme de la bombe.

 

« Je vois que tu as compris, fit Orochimaru avec un sourire satisfait.

 

- Si je comprends bien, cette bombe a été conçue pour se diviser en trois parties mais si l’une des parties est détachée, cela déclenche le mécanisme de la bombe dans son intégralité. Ce qui signifie que si les autres parties ne sont pas placées rapidement après avoir été séparée de la partie principale, elles explosent une fois le temps du retardateur écoulé.

 

- C’est exact. Quelle perte ce fut pour moi de te voir quitter l’organisation ! se lamenta Orochimaru. Tu étais vraiment d’une perspicacité hors norme. »

 

Le jeune homme esquissa un sourire ironique.

 

« Les affaires sont les affaires. Je me suffis à moi-même. Je n’ai plus besoin de vous ni de votre organisation depuis que je suis parti.

 

- C’est ce que je constate. »

 

Quelque chose dans le regard du serpent lui indiqua qu’il y avait un détail qui lui échappait. Le danger était proche. Un piège…

 

Sasuke sourit. Il n’en attendait pas moins d’Orochimaru.

 

« Un piège, dit-il à haute voix. C’est bien ce que je pensais.

 

- Cassandra, ordonna Orochimaru.

 

- Compris. »

 

Celle-ci sortit une arme et la pointa sur Sasuke qui éclata d’un rire sonore. Elle sembla désappointée.

 

« Je le savais, commença l’Uchiwa en s’éloignant doucement de la voiture.

 

- Vraiment ? Pourtant tu es tombé dans mon piège comme un débutant.

 

- On ne joue pas au même niveau, répondit Sasuke en levant l’index vers le ciel.

 

- Cassandra ! C’est un signal ! s’écria Orochimaru. »

 

Se tournant vers ses hommes, il leur fit signe d’attaquer l’Uchiwa.

 

« Ce n’est pas parce que je dirige mes propres affaires que je ne prends plus part à l’action, lança Sasuke. »

 

Tout se passa très vite. Il donna un coup de pied dans la main à Cassandra, ce qui fit voler son arme à terre. Ensuite, esquivant un de ses coups, Sasuke donna un coup de coude à un des hommes d’Orochimaru qui pensait l’avoir par derrière. Des coups de feu retentirent.

 

Bon timing, Naruto, songea Sasuke.

 

 

 

« On dirait que je suis arrivé tout juste au bon moment ! fit remarquer Itachi en portant Sakura sur son dos.

 

- Je suis capable de marcher, Uchiwa.

 

- Peut-être bien, mais si tu souhaites vraiment protéger mon frère, alors il vaut mieux que tu puisses économiser tes forces, répliqua Itachi. »

 

Sakura garda le silence. Il l’avait percée à jour si facilement. Itachi n’était pas un Uchiwa pour rien. La perspicacité qui les caractérisait tous deux devait être de famille. Tandis qu’ils quittaient l’organisation de Tsunade, plusieurs explosions retentirent.

 

« Mission accomplie, annonça Itachi à voix haute avec un grand sourire.

 

- Tsunade n’est pas morte, observa la jeune femme avec un air sombre. Il faut se dépêcher.

 

- D’aller protéger Sasuke ? »

 

Heureusement qu’il ne voyait pas son visage, de cette façon, elle put parfaitement lui cacher la rougeur de ses joues.

 

« C’est ma priorité, dit-elle. »

 

L’Uchiwa acquiesça silencieusement. Comme prévu, une voiture les attendait au point de rendez-vous. Itachi n’aurait jamais cru y arriver avec une Sakura blessée. L’organisation avait envoyé toutes ses forces contre elle.

 

« C’est bon, finit par dire Sakura. Je peux marcher. »

 

Itachi lui lança un regard aigu. Comme elle le souhaitait, il la posa au sol.

 

« Je ne peux pas prendre le volant, commença-t-elle sur un ton grave en montant du côté passager. Pendant que vous conduirez, je tâcherai de soigner mes blessures au maximum. Je serai suffisamment rétablie pour assurer la sécurité de Sasuke.

 

- Je vois, murmura-t-il en prenant place au poste de conduite avant de démarrer.

 

- J’ai déjà analysé les gestes que je pourrais et ne pourrais pas faire. Je sais exactement combien d’énergie il me reste et de quelle façon je devrais la gérer. 

 

- Contacte Naruto. Il faut savoir où en est la situation pour le rendez-vous.

 

- Entendu. Mais d’abord, je contacte Ice. »

 

En tant que soldat, elle savait également prévoir de quel matériel elle allait avoir besoin et surtout à quel moment il fallait l’utiliser. C’était elle qui avait conçu le plan de A à Z. C’était également elle qui avait eu l’idée d’une voiture garée un peu plus loin de l’organisation avec un téléphone portable et des armes. La jeune femme avait effectivement pensé qu’elle pouvait perdre son portable ou ses moyens de communication durant la mission.

Composant brièvement le numéro de son contact, celui-ci décrocha rapidement.

 

« Haruno, s’exclama Ice.

 

- Ice, l’imita Sakura.

 

- Dis-moi, ton ancienne cible, Uchiwa… Il serait pas un peu accroc à toi ? Parce qu’il m’a appelé au moins cinq fois en l’espace d’une heure.

 

- Ice ! s’exclama-t-elle. Je ne t’ai pas demandé quoi que ce soit. Contente-toi d’écouter ce que j’ai à dire et de répondre.

 

- Très bien, soupira-t-il.

 

- Premièrement : Comment se fait-il que tu aies offert tes services à Uchiwa ?

 

- Eh bien, pour l’argent voyons !

 

- Je ne parle pas de ça. Tu connais notre contrat, tu sais ce que tu risques.

 

- Je n’aurais pas agi de cette façon, si j’avais su qu’il en voulait à ta vie. Ce n’était pas le cas, j’ai donc accepté de lui offrir mes services.

 

- Très bien, je passe pour cette fois.

 

- Ne le prends pas comme ça. Je sais que je te dois la vie et que tu as déjà protégé plusieurs fois ma sœur et sa famille en échange de mes services.

 

- J’ai dit « très bien », Ice. Laisse ça de côté et réponds à la question suivante.

 

- Tu as un sale caractère, Haruno.

 

- Est-ce que le compte de Cassandra Onurah a été bloqué ? le coupa-t-elle.

 

- Oui. J’ai même pu bloquer plusieurs des comptes d’Orochimaru.

 

- Tout se passe comme prévu.

 

- Détrompe-toi, dit Ice. Je tiens juste à t’informer qu’Uchiwa est tombé dans un piège aussi gros qu’une maison.

 

- On le savait déjà.

 

- C’est pire que ce que vous croyez, précisa Ice. C’est une source qui me l’a dit. J’espère pour vous qu’Itachi a le pied enfoncé sur l’accélérateur. Sur ce, bon courage ! A bientôt ! Enfin, disons que c’est toujours un plaisir que de faire affaires avec toi, Haruno ! »

 

Sur ces derniers mots, il raccrocha.

 

« Itachi.

 

- Pas besoin de me le dire deux fois, j’ai entendu, dit-il en accélérant. »

 

 

« Penser que tu tomberais dans un piège aussi grossier, je t’ai surestimé, Uchiwa.

 

- Qui sait, fit Sasuke en sortant une arme.

 

- Tu penses avoir de quoi lutter contre moi ? Mais je savais déjà où tu allais placer tes hommes ! s’exclama Orochimaru avec un sourire mauvais.

 

- Je suis impressionné. Serais-tu devenu intelligent pendant que je ne t’ai pas vu ?

 

- Tu as perdu. Tes hommes sont sans doute déjà tous morts.

 

- Eh, Oro ! l’appela une voix. »

 

Il s’agissait de Naruto. Pourquoi était-il là ? La situation était-elle aussi critique ?

 

« Mais ne serait-ce pas notre cher petit Naruto ?

 

- Je ne suis pas petit.

 

- Stupide alors. Pourquoi as-tu quitté ton poste ? Est-ce que mes hommes étaient si forts que ça ?

 

- Tu me fais penser au Joker, tu sais, dans Batman. Un mélange de double face et du joker. C’est exactement ça. Une personnalité complètement psychotique avec un côté déluré aimant plaisanter et un côté mauvais et cruel.

 

- Quelle est la situation ? demanda Sasuke à Naruto. »

 

Le jeune homme blond esquissa un sourire amusé.

 

« Plusieurs de tes hommes sont morts. Mais le plus grand nombre de victimes n’est pas de notre côté.

 

- Je vois.

 

- Tu ferais mieux de nous donner l’argent que tu as réussi à prendre à l’organisation de Tsunade, conseilla Orochimaru. Ou vous pourriez bien mourir ici tous deux.

 

- J’ai votre ami en visu, déclara Cassandra, son arme pointée contre la tempe de Naruto. »

 

Comment était-elle parvenue jusqu’à là ?

 

« Plutôt rapide, admit Sasuke.

 

- Ton plan n’était pas mauvais. Mais croyais-tu vraiment pouvoir réussir là où ton père a échoué ? Pensais-tu vraiment pouvoir parvenir à détruire deux organisations aussi puissantes que celle de Tsunade et la mienne ?

 

- Qui dit que j’ai échoué ? »

 

Il devait avoir confiance en Sakura. Itachi et elle étaient le facteur inconnu de l’équation. Le facteur chance. Le téléphone de Naruto sonna, brisant l’atmosphère pesante.

 

« Allô ? Sakura ? »

 

Sasuke se passa une main sur le front. Naruto était décidément trop bavard. Il en disait toujours de trop.

 

« Hein ? Tu veux que je te passe Orochimaru ? »

 

Naruto observa son téléphone puis le tendit à Orochimaru.

 

« Pour vous, face de serpent.

 

- Orochimaru à l’appareil.

 

- Ici Haruno.

 

- Haruno, comme c’est intéressant. Vous voulez peut-être parler à votre mère ? »

 

Un rire retentit à l’autre bout du téléphone.

 

« Je voulais juste vous informer que j’étais en possession d’un bazooka. Actuellement, ce même bazooka est pointé sur le coffre de votre voiture. »

 

Sasuke vit Orochimaru devenir encore plus blanc, si c’était possible.

 

« Je n’hésiterai pas à tirer. Même si je dois sacrifier Uchiwa et Naruto. Même si je dois tuer celle qui m’a mis au monde.

 

- Vous n’êtes pas sérieuse, bredouilla-t-il, en perdant de sa superbe.

 

- Je suis parfaitement sérieuse. De plus, je tenais à vous préciser que votre organisation ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir.

 

- Je ne vous crois pas…

 

- Comme c’est dommage, murmura-t-elle avant de poser le téléphone. »

 

Tous pouvaient entendre sa respiration et le bruit d’une arme que l’on charge.

 

« Haruno ! cria Orochimaru.

 

- Je suis occupée, répondit-elle avant de faire exploser un carreau de la voiture.

 

- J’ai compris !

 

- Bien. Maintenant que vous me prenez au sérieux, éloignez-vous du véhicule. Il en va de même pour votre amie.

 

- Mais…

 

- Exécution ! s’exclama Sakura avant de faire exploser un deuxième carreau, ce qui fit sursauter Orochimaru. »

 

Sasuke sourit. Comme il l’avait envisagé. Le facteur chance était donc de leur côté.

 

« Je veux qu’Uchiwa et Uzumaki s’éloignent de la voiture, eux aussi. »

 

Il fronça les sourcils. Sakura les avait trahis ?

 

« Dites leur de se rendre dans le centre ville. Ils ont dix minutes pour le faire. »

 

Le téléphone coupa.

 

 

Dès qu’Itachi lui eut confirmé que Sasuke et Naruto se trouvaient bien dans le centre ville, Sakura poussa un soupir de soulagement. D’après les informations qu’elle avait obtenues, il semblerait que tous les bâtiments aux alentours aient été vidés par les soins d’Orochimaru. En fait, ils n’étaient rien de plus que le véritable repaire du serpent. Elle pouvait donc faire exploser la bombe sans crainte. La seule question qui se posait était la suivante : S’était-elle suffisamment éloignée de la bombe pour éviter d’être touchée par l’onde de choc ?

 

« Itachi, passez moi Uchiwa.

 

- Mon nom est aussi Uchiwa, au cas où vous l’auriez oublié, remarqua-t-il.

 

- Passez-moi Sasuke. »

 

Après quelques secondes, la voix grave du jeune homme lui parvint par le téléphone.

 

« Haruno, qu’est-ce que ça signifie ?

 

- C’est bien que tu restes comme ça. Ne change jamais.

 

- De quoi tu parles ?

 

- C’est votre chance d’un futur différent.

 

- Un futur ? Sakura, mais de quoi tu parles ? Et qu’est-ce que c’est que cette histoire ?

 

- Ice est mon informateur, ma source, mon collègue. Il travaille pour mon intérêt, ne l’oublie pas.

 

- Je vois… Alors tu nous as trahis ? »

 

Elle eut le courage de rire.

 

« Considère ça comme tu veux. Je veux juste que… Tu tournes la page sur ton passé. Et que tu puisses avancer… Peut-être qu’il y a des choses que j’aurais dû te dire avant mais je suis comme ça. On ne se refait pas.

 

- Sakura, je n’aime pas la façon dont tu parles, fit Sasuke sur un ton soucieux.

 

- A un de ces quatre. »

 

Au moment même ou elle raccrocha, la bombe explosa.

 

 

« Qu’est-ce que… »

 

Sasuke lança un regard choqué à Itachi qui venait à leur rencontre. Il n’aimait pas l’expression du visage de son frère.

 

« Qu’est-ce que c’était que ça ? s’écria-t-il.

 

- Une explosion, répondit calmement Itachi. »

 

Le jeune homme le saisit par le col et le secoua comme un prunier.

 

« Ne te fous pas de moi, Itachi ! Qu’est-ce que Sakura vient de faire ?

 

- Elle vient de nous donner une chance pour un futur. Le lieu de rendez-vous était en réalité le repaire de l’organisation d’Orochimaru. Il avait fait racheter tous les bâtiments aux alentours pour te piéger.

 

- Où est-elle ?

 

- Elle a fait exploser la bombe, répéta Itachi.

 

- Mais où est-elle ? s’emporta Sasuke.

 

- Je ne sais pas. Je n’ai plus de contacts avec elle depuis au moins dix minutes.

 

- Est-ce que cette idiote avait pensé à l’impact de la bombe ? Du souffle qu’il se dégagerait de l’explosion ? Et du périmètre qui serait soufflé par ce même souffle ?

 

- Elle a fait des calculs très rapidement durant le trajet, mais j’ignore si… »

 

Sasuke ne prit pas la peine d’écouter la fin de ce que son frère avait à dire. Prenant la direction du lieu de rendez-vous, il ne pensait qu’à une seule chose : A elle. A quoi lui servait un futur si elle n’était plus là ? Il n’en voulait tout simplement pas. Puis il se souvint. Il savait qu’elle souffrait parce qu’en réalité, la véritable nature de Sakura n’était pas faite pour le meurtre et le sang. Mais elle avait passé tellement de temps à essayer de la cacher qu’elle en avait oublié d’être elle-même. Voilà ce qu’il croyait. Et voilà aussi ce que les rêves de la jeune femme lui avaient appris tandis qu’ils dormaient ensemble.

« Sakura. Tu vois ce miroir ? Si tu te regardes dedans, tu verras ton propre reflet et tu verras combien ton sourire est beau. Il est précieux, si jamais il disparaît, c’est que tu es malheureuse. N’oublie pas de sourire. 

- Je ne sourirai plus. Le miroir s’est brisé.

- Mais plus que le miroir, ce n’est pas toi qui es brisée, Sakura ? »

Sakura lui en avait appris beaucoup sur elle durant son sommeil. Elle ne pouvait pas être morte. Elle n’avait pas le droit de s’en aller de cette façon et de l’abandonner elle aussi en prétextant lui laisser la chance d’un futur !