chapitre 11

par saku77

Chapitre 11 : Quand la vérité vous éclate au visage.

 

 

La première chose qui frappa Sakura en pénétrant dans la cave et en découvrant le visage de son géniteur, fut le fait qu’il n’avait pas tant changé. Malgré tout ce qu’il avait fait, malgré que sa mère et lui l’aient abandonné, il conservait le même visage doux et aimant que dans son souvenir. Lançant un regard à Naruto, elle remarqua qu’il lui faisait signe de commencer à poser les questions. Elle lui en fut reconnaissante et plaqua un air impassible sur son visage. Aucune émotion, absolument aucune, ne devait trahir son trouble intérieur. De plus, l’homme en face d’elle n’était pas son père, c’était l’homme qui finançait l’organisation de Tsunade et elle ne devait pas l’oublier.

 

« Julius Haruno, fit-elle en prenant un ton neutre. Comment vous êtes-vous retrouvé ici ? Est-ce que votre organisation vous aurait par hasard abandonné ? »

 

Elle l’entendit pousser ce qui ressemblait à un rire amusé.

 

« Je ne crois pas non. Et elle ne peut se permettre de le faire, répondit-il énigmatiquement.

 

- C’est dommage parce que très bientôt, elle va disparaître, répliqua la jeune femme en se rapprochant de lui.

 

- Vous pensez sincèrement pouvoir en venir à bout ? demanda-t-il narquois. »

 

Elle donna un violent coup de poing dans le mur.

 

« C’est moi qui pose les questions, lui rappela-t-elle d’un ton relativement calme qui contrastait totalement avec la violence de son geste. »

 

Naruto est là, se rappela-t-elle. Retiens ta colère ! Ce n’est pas le moment d’avoir des réactions stupides !

 

« Que sait l’organisation sur Sasuke Uchiwa ?

 

- Tout.

 

- Tout n’est pas une réponse satisfaisante, souligna-t-elle en faisant le tour de la cave. Sachez, monsieur Haruno… »

 

Les phrases suivantes allaient faire mouche à n’en pas douter. Elles allaient faire mal, elle étaient faites pour blesser.

 

« Que nous, nous savons réellement tout de vous. De vous et… »

 

Elle marqua une légère pause, observant la moindre réaction de la part de l’homme qui lui faisait face.

 

« Et de votre famille, compléta-t-elle avec un sourire mauvais. »

 

Toujours aucune réaction.

 

« C’est bien. Mais je suppose que vous pouvez mieux faire car ce n’est pas ma vie qui va vous aider à détruire l’organisation. »

 

Les yeux de Sakura prirent un éclat menaçant.

 

« Je sais où votre femme se trouve, pour qui elle travaille et aussi… Ce n’est qu’une question de temps pour savoir pourquoi. Quant à votre très chère petite fille, elle a été tuée. Bien sûr, si ça avait été physiquement ça aurait été plus drôle. »

 

Toujours pas de réaction. Le sourire de Sakura s’élargit. L’issue de ce face à face n’en resterait que plus appréciable. Son goût pour le jeu était une chose qu’elle n’avait pas perdue et qu’elle ne perdrait sans doute pas, quoi qu’il arrive. Mais c’était elle la plus forte, c’est elle qui gagnerait. C’est elle qui le ferait s’incliner et regretter tout ce qu’il avait fait !

 

« Ce jour-là, commença-t-elle sur le ton qu’on utilise pour raconter une histoire, elle se trouvait chez ses parents adoptifs. Parents adoptifs auxquels elle était très attachée. »

 

Même s’il voulait le dissimuler, elle était parvenue à capter son intérêt. Elle pouvait le deviner à ses expressions faciales. Ses yeux étaient légèrement moins ouverts qu’auparavant et ses lèvres étaient plus serrées. Naruto écoutait aussi.

 

Je n’aurais jamais cru que ce serait si dur de parler de ce souvenir… Mais je n’ai pas le choix…

 

Elle attendit, faisant durer le supplice pour son géniteur.

 

Je veux qu’il sache combien j’ai souffert.

 

« Elle jouait avec un petit miroir qui lui avait été offert par sa mère adoptive. Un homme se présenta. Il prétendit être l’oncle de la petite fille. Lorsqu’il arriva face à elle, il sortit une arme de la poche de son jean et fit feu sur chacun des parents adoptifs de Sakura. Ce fut une balle dans la tête pour la mère, et une balle dans le cœur pour le père. Joli tableau pour une enfant si jeune, vous ne trouvez pas ? »

 

Comme elle l’avait supposé, il lui était impossible de rester de marbre face à ce témoignage.

 

« Mais ce n’est pas tout, poursuivit-elle impitoyable sous le regard interdit de Naruto. Le sang mit longtemps à se vider totalement du corps de ses parents adoptifs. En fait, je crois que si on réfléchit bien, cela met plus de temps pour la tête que pour le cœur. A moins que ce ne soit l’inverse… »

 

Elle se tourna vers Naruto et lui demanda :

 

« Et toi, Naruto, qu’en penses-tu ? »

 

Le jeune homme voyant qu’on demandait son avis, se gratta la tête et se contenta de murmurer :

 

« Je n’en sais rien. Les deux sont mortels.

 

- C’est exact. Et pour la petite, qui hélas, était encore vivante, elle fut battue jusqu’au sang par cet homme qui était soit-disant son oncle. Battue sans raison. Il me semble, si je me souviens bien du rapport, qu’elle a eu un bras de cassé, plusieurs fractures et des ecchymoses sur tout le corps. Elle a perdu beaucoup de sang aussi.

 

- Assez… souffla Julius Haruno car aucun parent ne pouvait rester indifférent face à une chose pareille.

 

- Dites-moi quel est votre but alors. Dites-moi quel est l’objectif de votre femme. Votre but à tous les deux, lui dit-elle. »

 

Il menait une lutte intérieure, elle le lisait sur son visage. Comme il était facile de deviner ses pensées. La chose qui le torturait le plus, supposa Sakura, était de savoir ce qui était arrivé à son enfant… Ensuite, il hésitait entre répondre à sa question ou l’éviter en faignant de ne pas comprendre. Mais il était trop tard, sa réaction passée l’avait trahie.

 

Finalement, il ferma les yeux, poussa un soupir et regarda Sakura. Il s’avouait vaincu. Il allait parler.

 

« A partir d’aujourd’hui, nous sommes ennemis.

 

- Oui, répondit Cassandra.

 

- Même si l’on se retrouve… Ce ne sera pas pour s’embrasser, tu le sais ? Tu comprends qu’un de nous deux devra peut-être tuer l’autre ?

 

- J’en suis consciente, mais si c’est le seul moyen pour protéger Sakura et pour aider ton frère, alors il faut qu’on le fasse.

 

- J’espère qu’elle ne nous en voudra pas…

 

- Je l’espère aussi, murmura sa femme blottie contre lui. Est-ce que tu crois que ça peut marcher ?

 

- J’ai bien réfléchi, à priori cela ne devrait pas poser de problèmes. Avec l’argent, on achète tout. Tu sors les billets et on te déroule le tapis rouge.

 

- Mais est-ce que tu réalises qu’il va nous falloir infiltrer deux organisations extrêmement dangereuses ? J’ai peur Julius…

 

- Dis-toi qu’on le fait pour notre enfant. Pour qu’elle puisse être heureuse. »

 

« C’est comme ça que ça s’est passé, conclut Julius. »

 

Sakura avait les yeux grands ouverts. Elle était complètement abasourdie parce qu’elle venait d’entendre.

 

« Est-ce que ça va ? s’enquit Naruto. Tu es toute pâle, Sakura… »

 

Il ne comprit sa bévue que trop tard. La jeune femme lui jeta un regard assassin.

 

« Sakura ? bredouilla Julius Haruno. Mais qu’est-ce que ça veut dire ? »

 

Lâchant un juron, la jeune femme ôta son bonnet avant de faire face à son géniteur.

 

« Ca veut dire que je suis toujours vivante et que je ne vous pardonnerai jamais, à Cassandra et à toi… Naruto, je te laisse poursuivre l’interrogatoire, lança-t-elle avant de quitter la cave.

 

- Sakura… Sakura !! cria son père. »

 

Naruto s’était trompé. Elle n’était pas soulagée du tout. Au contraire, la vérité venait de lui exploser en pleine figure et elle ne savait pas comment réagir face à cette situation.

 

 

 

 

 

Une heure s’était écoulée. Comme promis, Sasuke revint pour mettre fin à l’interrogatoire. Il ne s’attendait pas à ce que Sakura ne soit plus là. Interrogeant Naruto du regard, celui-ci lui répondit par un haussement d’épaules.

 

« Uchiwa ! l’interpella Julius Haruno. »

 

Sasuke n’avait pas prévu de perdre son temps à discuter avec leur prisonnier une fois l’interrogatoire terminé. Il comptait repartir avec Naruto pour organiser les derniers préparatifs avant le rendez-vous et s’assurer que tout était prêt.

 

« Ne vous approchez plus de ma fille ! »

 

Le jeune homme esquissa un sourire narquois.

 

« Ah ? Et de quel droit me donneriez-vous cet ordre ? lui demanda-t-il en marchant lentement vers lui. N’êtes-vous pas le seul qui ait choisi de l’abandonner ? »

 

Parvenu à sa hauteur, il le toisa avant de poursuivre.

 

« Je l’approcherai autant que je le voudrais et que vous soyez d’accord ou non, ne changera rien. De plus, je sais que vous êtes celui qui financez l’organisation de Tsunade. Je dirais même… »

 

Le sourire de Sasuke s’élargit. Il sortit un bout de papier de sa poche et lut à voix haute :

 

« Vous pensiez pouvoir prendre le contrôle de chacune des organisations.

 

- Que…

 

- C’est Sakura qui l’a deviné.

 

- Pourquoi vous aide-t-elle ? s’écria Julius. Ca n’était pas sensé se passer comme ça ! Que lui avez-vous fait ? »

 

Lui lançant une photographie de Cassandra près d’Orochimaru, Sasuke répondit :

 

« Ce n’est pas à moi que vous devez vous en prendre. Vous et votre femme êtes les seuls responsables de cette situation. »

 

Julius Haruno baissa la tête.

 

« Vous ne réalisez même pas à quel point votre plan était stupide. Vous avez contribué à l’enrichissement respectif de chacune des organisations. Vous avez mis la vie de votre fille en danger.

 

- Et vous ! répliqua Julius. Le seul fait de vous avoir rejoint la met en danger. »

 

Sasuke ne répondit rien. Cette phrase était la pure vérité.

 

« Laissez-la ! Si vous avez ne serait-ce qu’un tant soit peu de compassion, alors laissez-la partir ! »

 

Le jeune homme prit un air grave avant de lui répondre mystérieusement :

 

« Même si je le voulais, ce serait impossible. »

 

Lorsqu’ils eurent quitté la cave, Naruto questionna Sasuke :

 

« Est-ce que c’est suffisant ce que l’on a appris pour l’instant ?

 

- Oui. On en sait bien plus que nécessaire. Le problème qui va se poser maintenant… »

 

L’Uchiwa marqua une pause.

 

« C’est de voir quel camp Sakura va choisir.

 

- Mais elle est avec nous. C’est une alliée. Une amie ! s’écria Naruto. »

 

En voyant le demi-sourire de son ami, le blond comprit où il voulait en venir.

 

« Malgré tout ce qu’elle a pu subir, il s’agit de son vrai père. Alors va-t-elle choisir les liens du sang ou son sens de la loyauté ? »

 

Naruto esquissa un sourire à son tour.

 

« Tu fais erreur, Sasuke. Loyauté n’est pas le mot juste, tu le sais comme moi. Pas vrai ? »

 

Le principal concerné se garda bien de répondre.

 

 

 

D’où vient cette confusion qui embrouille mon esprit et m’empêche d’avoir un raisonnement rationnel ? se morigéna Sakura en se tenant la tête.

 

Ici était la pièce qui lui tenait lieu de chambre. Jusqu’à présent, elle y dormait avec Sasuke. Il y avait alors la contrainte des menottes. Maintenant qu’il les lui avait ôtées, il ne restait donc aucune raison pour qu’il soit près d’elle. Passant la main dans sa poche gauche, elle en saisit un petit sachet. Lorsqu’elle l’ouvrit, des éclats de miroir brisé en tombèrent.

 

« Si tu ne peux pas faire en sorte qu’on reconnaisse ma valeur, alors dis-moi toujours la vérité… murmura-t-elle. »

 

Un rire triste lui échappa.

 

« Pourquoi ? Pourquoi est-ce je me sens tellement… Vide ? »

 

Les éclats du miroir brisé lui renvoyèrent son reflet en plusieurs fois.

 

« Sakura. Tu vois ce miroir ? Si tu te regardes dedans, tu verras ton propre reflet et tu verras combien ton sourire est beau. Il est précieux, si jamais il disparaît, c’est que tu es malheureuse. N’oublie pas de sourire. »

 

Son sourire hein ? Il avait disparu depuis bien longtemps et tout ça par la faute à ses véritables parents. Ses parents biologiques. Et pourtant…

 

« Sasuke est parvenu à me faire sourire. »

 

Se couvrant la bouche avec sa main, elle se rendit compte qu’il ne s’était pas trompé. Elle avait encore prononcé son prénom. Mais pourquoi, oui pourquoi, éprouvait-elle tous ces sentiments à cause de lui ? Pourquoi se sentait-elle comme redevenue normale lorsqu’il était présent ? Et pourquoi maintenant, elle n’imaginait plus redevenir le parfait petit soldat impassible ?

 

« Non, ce n’est pas ça. »

 

Elle observa ses mains puis les referma.

 

« Je me suis faite avoir. J’ai… J’ai… été piégée par son charme. »

 

Sakura était complètement perdue. Montrer ses émotions ou ne pas les montrer ? Suivre Sasuke ou le trahir ? S’abaisser au niveau de ses géniteurs ? Mais où se cachaient les fichus réponses à ses questions alors qu’elle en avait tellement besoin !

 

Poussant un soupir, elle se retourna et découvrit Sasuke.

 

« Uchiwa… Tu as vraiment un don pour ça. Ca t’arrive de prévenir avant de surgir de nulle part ? »

 

Il esquissa un sourire. Etrangement, la jeune femme avait remarqué que les sourires du jeune homme n’étaient plus moqueurs ou narquois depuis l’autre fois. Il lui souriait toujours sincèrement et petit à petit, elle sentait que son propre cœur sombrait un peu plus dans la douceur de ce sourire. Prenant place à ses côtés, il s’assit sur le lit.

 

« Oui. Mais quand il s’agit de toi, c’est toujours intéressant de voir tes réactions. Et puis, tu as enfin décidé de laisser tomber le masque. »

 

Elle lui tournait le dos.

 

« Ah oui ? Et qui te dit que je ne t’ai pas manipulé ? Que je ne vais pas essayer de te tuer, là maintenant ? »

 

« Tu ne le feras pas, déclara-t-il d’un ton plein d’assurance. Tu ne le feras pas, j’en suis certain. »

 

Il pouvait le sentir. Elle était tendue, elle était perdue, mais elle ne voulait rien laisser paraître.

 

« Tu te rappelles de ce que je t’ai dit, Sakura ? »

 

Seul le silence lui répondit.

 

« Je prends ça pour un oui, fit-il ironiquement.

 

- Qu’est-ce que tu peux savoir, Uchiwa ? lui dit-elle sur un ton aussi neutre que possible. »

 

Il s’allongea entièrement sur le lit, de façon à voir le visage de la jeune femme et passa ses bras sous sa tête. Regardant le plafond, il paraissait voir au travers. Son regard était perdu au loin.

 

« Mes parents sont morts quand j’avais environ dix ans. Ils ont été tués. Si Tsunade craint autant de me voir, c’est pour la seule raison qu’elle en est responsable. Mais pas uniquement. La famille Uchiwa n’a jamais été totalement unie. »

 

Un sourire amer prit naissance sur son visage.

 

« Le frère de mon père, Hiroki était à l’époque le maire de la ville. Il avait eu vent de certaines rumeurs, rumeurs selon lesquelles des organisations dangereuses se formeraient dans l’ombre. La première chose à laquelle il a pensé, c’est prévenir mon père. Mon père, Fugaku, était policier. Alors Hiroki a sans doute pensé qu’il pourrait l’aider. »

 

Sasuke ferma les yeux et poursuivit son récit. Il était certain que la jeune femme l’écoutait avec attention. Tout comme il était certain qu’elle ne lui ferait pas de mal. Il avait cependant encore du mal à en saisir la raison.

 

« Mon père était très attaché à Hiroki. Une grande complicité les avait toujours unis et l’un comme l’autre aurait été prêt à faire n’importe quoi pour protéger l’autre. Mon père a proposé de commencer à récolter des informations. Il faut analyser un problème de fond en comble avoir de vouloir le résoudre, c’est ce qu’il disait toujours. Une vaste opération a été lancée. Une fois le nombre d’informations récoltées suffisant, Hiroki a décidé qu’il fallait infiltrer les organisations. Tsunade était à l’époque la coéquipière de mon père.

 

- Elle était policière ? lui demanda la jeune femme. »

 

Il ne s’était pas trompé. Elle écoutait attentivement.

 

« Etrange comme les gens changent non ? Mon père et Tsunade ont été envoyés sur le coup. Leur objectif était d’infiltrer l’organisation qui est aujourd’hui celle dirigée par Tsunade. Très rapidement, ils sont montés dans la hiérarchie de cette organisation et Tsunade a fini par en devenir le bras droit. Lorsqu’ils ont été découverts à cause d’une fuite, elle a décidé de trahir mon père et tous ceux qui comptaient sur elle. Elle s’est placée du côté de l’organisation. Mais elle aimait mon père. Elle lui a promis de l’aider s’il quittait ma mère et nous abandonnait. »

 

Sasuke émit un petit rire. Sakura le dévisagea. C’était la première fois qu’elle découvrait cette partie de lui, totalement dénudée. Il s’exposait à elle sans aucune couverture, il lui exposait ce qu’il y avait au plus profond de son cœur. C’était son passé qu’il mettait à nu, c’était ce qui l’avait construit et qui avait fait qui il était aujourd’hui en tant que personne.

 

« Mon père a refusé. Ils ont capturé ma mère. Tsunade voulait que mon père souffre. Ils nous ont capturé Itachi et moi, bien entendu. Mon père s’est retrouvé confronté au pire des choix. Choisir entre devoir et sentiments. Sacrifier sa famille ou sauver la ville ? Il a choisi de sacrifier sa famille. Tsunade lui a ordonné de tuer ma mère s’il était de leur côté. Itachi et moi étions présents. Il fallait rajouter à la souffrance de mon père. Ma mère a souri chaleureusement à mon père et… Elle a fermé les yeux. J’ai vu sa main trembler juste avant de faire feu. »

 

Il se positionna sur le côté et plongea son regard droit dans celui de la jeune femme.

 

« Ca n’était pas assez pour Tsunade. Car bien sûr, mon père aimerait toujours ma mère et il continuerait à poursuivre la mission qu’on lui avait donné. Alors pour prouver sa loyauté à l’organisation, elle l’a tué.

 

- Et Itachi et toi ?

 

- Mon oncle, Hiroki, était au courant du double jeu de Tsunade. Il voulait juste l’obliger à se dévoiler. Mais il est arrivé trop tard et mon père a été tué. Il a réussi à nous sauver. Et quelques années plus tard, j’ai décidé d’entrer dans l’organisation à mon tour pour pouvoir mieux la détruire. C’est pour cette raison que Tsunade me craint. Je connais sa véritable identité, je sais aussi qu’elle a été policière et que si elle est restée dans l’organisation à l’époque, ce n’était que pour préserver sa propre vie. »

 

Sakura s’allongea à côté de lui et ferma les yeux.

 

« Pourquoi me raconter tout ça ? »

 

Sasuke l’observa puis répondit vaguement :

 

« Je ne sais pas. Parce que j’en avais envie ? »

 

Il se leva.

 

« Et tu crois que tu vas t’en tirer avec une excuse aussi bidon, Uchiwa ? »

 

Un sourire narquois naquit sur le visage du jeune homme.

 

« Oui, je le crois. Et je m’appelle Sasuke, Haruno. Une dernière chose… Je comprends ce que tu ressens, lui lança-t-il. »

 

Une fois qu’il fut partie, la jeune femme soupira d’agacement puis réalisa avec horreur ce qu’elle se refusait à admettre depuis plusieurs jours : Elle était tombée amoureuse de Sasuke Uchiwa. Il lui allait maintenant falloir agir avec cette nouvelle donnée en plus.

 

« Je te déteste, Sasuke ! murmura-t-elle entre ses dents. »