T'aimer... Te retrouver...

par Madl-y

         Voilà déjà sept mois que Hinata nageait dans le bonheur, Kiyoshi grandissait sous les yeux émerveillés de sa mère. Elle aimait entendre son fils rire, secouer énergiquement ses petits poignets potelés, et par-dessus tout, l’entendre l’appeler Maman, car Kiyoshi avait prononcé son premier mot deux mois plus tôt alors qu’elle lui donnait le bain, alors qu’il barbotait dans l’eau. Kiyoshi riait joyeusement, tapait sur la surface de l’eau avec enthousiasme et éclaboussait sa mère qui souriait heureuse de voir que son enfant était plein de joie de vivre.

« - Si tu continues comme ça, Maman va être toute mouillée, petit fripon ! » rit-elle.

Elle soulevait ses petits bras frêles de ses doigts experts et délicats.

« - Maman lève le bras de son petit fripon ! Elle frotte, elle frotte le ventre de son petit bébé, ses bras, ses jambes, ses pieds et dépose un câlin sur son nez ! »

Elle chantonnait tout en nettoyant son petit qui tapait des mains. Il gazouillait, rigolait.

« - Le petit Kiyoshi est tout propre maintenant ! Allez mon chéri, on sort du bain ! »

Hinata souleva le joyeux bébé et l’entoura d’une douce serviette. Elle le berça tendrement contre sa chaude poitrine et déposa un baiser dans sa petite touffe sombre bleu nuit et humide. L’enfant sourit et se blottit un peu plus contre sa douce mère. Hinata le contemplait : il ressemblait terriblement à son père, mais avait hérité de ses yeux cristal et de la couleur de ses cheveux profondeur des océans. Kiyoshi bâtit des paupières et souleva sa petite main vers le visage de Hinata comme pour l’attraper, puis il remua des lèvres, ses lèvres roses et minces…

« - Maman ! »

La jeune femme était ébahie et une vague de tendresse envahit son corps tout entier. Elle posa un regard tendre sur le poupon. Elle était heureuse, tellement heureuse. Ce mot, ce simple mot sonnait telle une mélodie à ses oreilles.

« - Oui, trésor ! C’est moi, c’est ta maman !

- Maman

- Oui oui !

- Maman. »

Elle le changea, le nourrit et dès qu’il s’endormit, le déposa dans son berceau et se coucha elle-même quelques minutes après. Elle entendait la voix fluette et mélodieuse l’appeler encore et encore.

 

Maman

 

Ce souvenir fit sourire Hinata qui portait son garçon endormi, lové dans les bras maternels protecteurs. Elle se promenait dans les rues du village dans l’intention d’aller rendre visite à Sakura et sa petite famille. Quand elle s’arrêta brutalement, Kiyoshi cligna des yeux et bailla longuement pour ensuite offrir un sourire à sa mère.

« - Maman est désolée Kiyoshi ! »

Elle le souleva un peu, déposa un baiser sur son front et l’enfant vint loger sa petite frimousse dans le cou de la jeune femme. Elle se dirigea vers une vitrine où étaient exposées des pâtisseries. Mine de rien, elle écouta la conversation de trois hommes enthousiastes.

« - Tu es sûr ?

- Oui, il n’y a plus d’Akatsuki, il les a tous tués. Moi je vous dis, j’ai toujours su que ce gars était un mec génial.

- Ouais, ce Sasuke Uchiha est vraiment un homme bien. Il nous a débarrassé de cette vermine d’Akatsuki. La femme qu’il aime, s’il y en a une, doit être comblée de bonheur. »

Hinata serra nerveusement son fils contre elle et lâcha un grognement. Elle partit précipitamment essayant d’oublier la conversation récemment entendu. Elle arriva rapidement devant la porte d’une maison. Elle frappa et très peu de temps après une Sakura essoufflée et en sueur ouvrit.

« - Ne va pas croire n’importe quoi Hinata ! Masao court super vite et il est tellement petit qu’il passe dans tous les petits espaces. Une vraie furie !

- Je vois ça !

- Allez entre ! »

Ils entrèrent et s’installèrent sur une terrasse. Hinata vit le petit Masao qui jouait dans son parc avec des cubes en éponge et elle fit asseoir Kiyoshi sur ses genoux. Sakura arriva avec un plateau de biscuits divers.

« - Alors Hinata ! Tu as entendu la nouvelle ?

- Quelle nouvelle ?

- À propos de Sasuke !

- Ah ça ! Ouais, il y a de cela quelques minutes avant d’arriver ici !

- Et comment vis-tu cette nouvelle ? Qu’est-ce que tu ressens ?

- Je ne sais pas trop… Du soulagement d’abord, parce qu’il va bien, puis de la haine, pour ce qu’il m’a fait subir, et de la peur... S’il respecte ce qu’il dit, il reviendra et je n’ai pas trop envie de le revoir.

- Hinata ?

- Oui ?

- Au fond, tu ne l’oublieras jamais. »

La jeune mère aux yeux de perles colla son fils contre elle et embrassa son front.

« - Il lui ressemble beaucoup trop, je ne pourrais jamais. Kiyoshi est un petit Sasuke avec la couleur de mes cheveux et mes yeux. Comment pourrais-je ? Tout ce que je veux, c’est qu’il ne revienne jamais ! Jamais, tu m’entends Sakura ! Jamais ! »

Sakura souffla désespérée. Hinata était têtue comme une mule, comme lui, comme Sasuke. Hinata quitta Sakura alors que le soleil se couchait pour laisser place à la lune et elle laissa ses pas la guider. Ils la menèrent dans une clairière où chantait une rivière. La lumière de la lune rendait le lieu magique, féerique. Lentement et Kiyoshi dans ses bras, elle arriva près du cours d’eau. Elle posa un pied sur l’onde, puis un deuxième et dansa sur sa surface avec grâce et légèreté. Les souvenirs envahirent son esprit tourmenté.

 

« - Hinata ?

- Oui Sasuke ?

- Je t’aime !

- Moi aussi !

- J’aimerais que tu m’appartiennes pour toujours.

- Sers-moi dans tes bras, mon Amour.

- Voilà, Chérie.

- M’aimeras-tu pour toujours ?

- Pour l’éternité.

- Sasuke, promets-moi une chose !

- N’importe quoi !

- Promets-moi d’oublier ta vengeance !

- Je ne sais pas si…

- S’il te plaît !

- D’accord !

- Merci ! Embrasse-moi ! »

 

Une larme perla sur sa joue. Il l’avait trahie, n’avait pas tenu sa promesse. Elle rentra et se coucha rapidement après avoir mis Kiyoshi dans son berceau. Une nuit sans rêve.

 

Deux mois s’écoulèrent sans nouvelle du brun.

 

Hinata était détendue. Elle étendit une natte de pandanus sur l’herbe fraîche et posa Kiyoshi qui s’assit sagement et regardait sa mère faire. Hinata s’allongea sur le ventre face à son fils. Elle lui sourit, il rit. Elle prit ses petites mains potelées et fredonna :

 

J'ai deux mains

Elles sont propres

Elles se regardent

Elles se tournent le dos

Elles se croisent

Elles se tapent

Elles nagent

Elles s'envolent

Et puis elles s'en vont

Derrière mon dos

 

Kiyoshi applaudit, Hinata fit de même et ils continuèrent ainsi chantonnant des comptines et riant de bon coeur. Quand on frappa à la porte. Elle prit son fils qui s’agrippa à son col.

« - Mais qui ça peut bien être ? Hein, Trésor ! Tata Ino ou Tata Sakura. Tata Tenten ? »

Elle tourna la poignée et ouvrit la porte. Elle afficha une mine surprise, puis gênée et enfin rougit de rage. Aussi vite qu’elle l’avait ouvert, elle referma la porte au nez du nouvel arrivant avec force.

« -Pour qui il se prend, lui, de débarquer comme ça, chez moi, le sourire aux lèvres. »

 

Elle entendit les coups sur le bois dur, mais ne se retourna pas pour lui ouvrir de nouveau, ils cessèrent en début d’après-midi et elle en fut soulagée. Le soir arriva et après lui avoir donné un bain et un biberon, elle coucha Kiyoshi et alla dans la cuisine se préparer un thé. Elle porta la tasse à ses lèvres et s’arrêta subitement. Elle sentait une présence dans la chambre de son fils. Sans faire de bruit, elle prit un couteau dans un des tiroirs de sa cuisine et se dirigea vers la chambre. Elle ouvrit la porte et aperçut dans l’obscurité de la chambre une ombre près du berceau.

« - Qui que tu sois, éloigne-toi de mon fils tout de suite. »

Elle gronda férocement. Une voix se fit entendre.

« - ça fait longtemps Hinata ! »

Elle eût un hoquet de surprise.

« - Qu’est-ce que tu fais là Sasuke ?

- Je…

- Stop pas ici, on risquerait de le réveiller… Suis-moi ! »

 

Il la suivit jusqu'à la salle de séjour. Arrivée au milieu de la pièce, elle se retourna et lui fit face. Lentement, elle s’approcha de lui. Il n’avait pas changé. Elle posa sa main sur la joue de Sasuke et tendrement la caressa, puis sans qu’il s’y attende, elle le gifla. La colère se lisait sur son visage de porcelaine.

« - Je vais me répéter : qu’est-ce que tu fais là Sasuke ?

-  Je suis venu pour te voir toi et seulement toi.

- Moi ? Pourquoi ?

- Je sais que je te fais souffrir. Je suis venu m’excuser, je veux que tu me pardonnes.

- Te pardonner ? Te pardonner de quoi, Sasuke ? De m’avoir trahie, de m’avoir abandonné ? De quoi, Sasuke ?

- Hinata, je t’aime.

- Non, tu ne m’aimes pas, tu ne m’as jamais aimé, tu ne l’aimes qu’elle, ta vengeance.

- Je devais le faire pour nous.

- Non, pour toi, seulement toi.

- Hinata.

- Non, lâche-moi. Comment crois-tu que j’ai supporté tout ça ? Tout autour de moi, c’était la même chose. « Oh ! Mais qu’est-ce qu’il est fort Sasuke Uchiha ! » ; « Qu’est-ce qu’il est intelligent ! ».

C’était tellement grandiose d’avoir tué Oroshimaru, tellement grandiose d’avoir supprimé l’Akatsuki, tellement grandiose d’AVOIR ABANDONNÉ SA FIANCÉE LE JOUR MÊME DU MARIAGE, DE L’AVOIR LAISSÉ SUPPORTER SEULE SA GROSSESSE, DE NE PAS L’AVOIR SOUTENUE LE JOUR DE L’ACCOUCHEMENT ALORS QU’ELLE CROYAIT MOURIR DE DOULEUR ! QUOI ? QUOI SASUKE ? TU NE SAIS PAS À QUEL POINT JE ME SENTAIS HUMILIÉE CE JOUR-LÀ. TOUT CE MONDE VENU POUR NOUS ET TOI QUI N’ARRIVAIS PAS. TOUS MES PROJETS S’ÉTAIENT EFFONDRÉS. TOUT, ABSOLUMENT TOUT. »

 

Hinata sanglotait, elle criait comme elle n’avait jamais crié, elle criait tous les sentiments ressentis durant son absence. Un torrent de larmes coulait sur son visage, elle tremblait de frustration. Sasuke ne l’avait jamais vu ainsi, il approcha sa main avec douceur près de son visage. Elle le repoussa violemment.

« - Ne me touche pas, ne nous approche pas, ni moi, ni mon fils.

- C’est aussi mon fils !

- Non, ça ne l’a jamais été. Il porte peut-être ton sang, mais c’est mon fils. Je l’ai mis au monde, je l’ai nourris, je l’ai aimé et élevé. Non, non, Sasuke ! Je ne peux pas, c’est trop dur ! 

- Veux-tu que je disparaisse vraiment, Hinata ? »

 

Elle détourna les yeux. Il prit son visage et plongea son regard sombre dans le sien laiteux. Il approcha son visage près du sien, elle se figea. Leurs souffles chauds et réguliers se mêlaient, leurs lèvres s’effleurèrent et s’unirent en un baiser doux. Malgré elle, Hinata se laissa emporter dans ce tourbillon de sensations perdues. Elle se serra un peu plus contre lui, agrippant fiévreusement son T-shirt, alors que lui passait un bras autour de sa taille fine et d’une simple pression sur sa nuque délicate, approfondit le baiser qui devint fougueux. Il quitta les lèvres de sa bien aimée et les laissa courir le long de sa joue, descendre dans son cou la faisant frémir et laisser fleurir des baisers sur sa frêle épaule mise à nu par ses mains expertes.

« - Je t’aime, Hinata ! »

Hinata ouvrit brutalement ses yeux clos et s’éloigna de Sasuke. Elle se mit dos à lui tout en couvrant son épaule.

« - Vas-t’en, Sasuke ! Je t’en supplie, vas-t’en ! Laisse-moi !

- Très bien ! Je m’en irais, mais sache que je reviendrais, je tiendrais ma promesse cette fois ! »

 

Elle entendit le froissement des rideaux. Il était parti. Elle s’effondra en pleurs et s’endormit à même le sol.

 

L’homme se retourna pour observer la fenêtre par laquelle il venait de passer. Il voyait maintenant l’étendue des dégâts causés par son départ. Il avait perdu beaucoup : la femme qu’il aimait lui en voulait énormément. Il l’avait vu dans son regard, ses paroles, ses gestes. Cependant, il savait qu’elle l’aimait encore comme au premier jour. Elle avait été parcourue de frissons sous l’effet de ses caresses, avait répondu à son baiser, s’était laissé aller contre lui. Oui, elle l’aimait, il le savait. Et cet enfant, ce bébé. Il ne pouvait le nier. C’était un Sasuke bébé.

 

Le matin, alors que Tsunade avait indiqué le nouveau domicile de Hinata à Sasuke, celui-ci ne s’attendait pas à la voir un enfant dans les bras et surtout pas, recevoir la porte comme réponse à sa question muette. Durant sa quête à la vengeance, il pensait qu’elle l’accueillerait les bras ouverts. Naruto lui avait expliqué la situation et pour une fois dans sa vie, Sasuke avait ressenti de la culpabilité. Il devait absolument s’excuser et sachant qu’elle ne lui ouvrirait pas de nouveau, il entreprit  de passer par la fenêtre d’une chambre.

Il parcourut du regard la pièce, une chambre d’enfant. Il vit un berceau et il fut comme attiré par l’objet. Il s’approcha et découvrit dans les draps colorés ce même bébé que portait plus tôt Hinata, endormi les poings fermés. Il l’admira. C’était sans aucun doute le plus beau bébé qu’il ait vu de sa vie. Sasuke le trouvait magnifique. Attendri, il voulut toucher l’enfant quand il fut interrompu par une Hinata au regard meurtrier armée d’un couteau de cuisine. Puis des images défilèrent dans sa tête : le salon, une caresse, une gifle, un baiser.

Sasuke désirait lui montrer par le biais de ce baiser combien il l’aimait de cet amour pur et doux qui les avait unis auparavant.

 

Il devait reconquérir son cœur, le cœur de cette femme blessée, obtenir son pardon, qu’importe les moyens utilisés. Il avait des remords, des regrets

Un nouveau rêve, un nouveau but, elle, leur fils, sa famille.

 

Nouveau chapitre ! Je ne sais pas comment vous le trouvez ! Je verrais bien ! Bye bisous a+ !