deux vies différentes

par baneban

Bonjour à tout mes lecteurs, je tiens juste à vous informer que cette nouvelle fiction ne me fera pas abandonner celle que j’écris en parallèle, c’est-à-dire « les liens du coeur » (le chapitre douze est en cours d’écriture!). Néanmoins, j’avais très envie d‘écrire cette histoire inspirée du film « jackpot » (avec quelques touches personnelles) avec les personnages de Naruto. Une bonne dose d’humour et d’amour qui ne nous feront pas de mal par les temps qui court!! Je vous laisse juste apprécier (enfin j’espère!) cette histoire, aussi légère soit-elle, en espérant qu’elle vous fera passer un bon moment.

 

 

CHAPITRE 1

Une jeune femme d’environ vingt cinq ans marchait en compagnie de son fiancé dans les rues de New-York. Ils avaient l’air d’un couple parmi tant d’autres dans les rues bondées de la ville. Elle, était grande et mince, elle était élégante et son prénom, Sakura, s’accordait parfaitement avec ses cheveux roses et ses yeux émeraudes. De plus, on pouvait aisément deviner, en la regardant, qu’elle était dynamique et joyeuse. Lui, contrasté avec sa petite amie de part ses yeux et ses cheveux noirs, contrairement à la rose, il n’avait pas d’expression particulière sur le visage, ce qui le rendait assez neutre dans son attitude. Ils étaient, tous les deux, en train de converser sur le programme de ce soir, à savoir l’anniversaire du jeune homme.

- N’oublies pas ce soir Saï! J’ai réservé le restaurant pour vingt et une heure! Je t’attendrai à l’appartement, comme ça, tu pourras te changer avant d’y aller. Après tout, c’est ton anniversaire et tu te dois d’être le plus beau!

- Et où allons nous manger?

-J’ai réservé dans un des plus bel endroit de la ville le « Bella Italia », il parait que l’ambiance y est des plus romantiques. Je sais que tu adores la nourriture Italienne mon Amour!

- Ça n’est pas un peu trop romantique comme endroit pour fêter mon anniversaire!

- Eh bien, en fait j’avais pensé qu’avec cette ambiance, toi et moi, on aurai pu essayer de voir pour fixer une date pour notre mariage. Qu’en penses-tu?

-Tu fais encore des plans pour faire des plans Sakura!!

-J’ai fait ça moi, non, je ne ferai jamais une chose pareil!

-Si, tu la fais!

-Oh, pardonnes moi mon ange!

-Oui, à ce soir!

Suite à cela, ils s’étaient séparés sur le trottoir, se faisant un rapide baiser avant que Saï ne monte dans un taxi.

 

----------------------------------------------------------------------------

 

Ailleurs, un jeune homme, âgé de vingt six ans, se relaxait tranquillement dans son appartement, il était assez beau, il faut l’avouer. Il possédait un corps finement musclé et une peau blanche qui n’avait pas l’air d’avoir la moindre imperfection. Ses cheveux était aussi noir que le charbon et relevé en pic vers l’arrière, mais le plus envoûtant chez lui était, sans aucun doute, ses yeux onyx, ils étaient si sombre et profond que l’on aurai pu s’y noyer en un regard! Enfin, il était allongé près à s’octroyer un repos bien mérité quand soudain la sonnerie de son entrée avait retenti. Il s’était levé tant bien que mal pour se diriger vers la porte et l’avait ouvert pour y découvrir une surprise assez plaisante à ses yeux. En effet devant lui se tenait une jeune femme avec un uniforme de petite scout, elle était de taille moyenne, plutôt bien foutu et était brune avec des lunettes rectangulaires à la dernière mode.

-Bonjour monsieur, je suis venu pour savoir si vous vouliez m’acheter des chocolats.

Son air était malicieux et provocateur, elle mâchouillait son chewing-gum et faisait tournoyé une mèches de ses cheveux tout en parlant.

-Désolé mais je n’ai pas d’argent sur moi!

-Ce n’est pas grave parce que, je n’ai pas de chocolats non plus!

A peine avait elle fini la phrase qu’elle s’était jeté sur le garçon qui ne s’était pas fait prié pour répondre à ses baisers et fermer la porte aussitôt. Leurs ébats avait duré un bon moment et ils n’avaient même pas eu le temps d’atteindre la chambre du propriétaire des lieux. Ils étaient désormais par terre, enroulés dans une couverture au pied du canapé. La « scout » continuait de l’embrassait puis pris la parole.

-Sasuke, je veux une clé!!

Un air d’incompréhension était passé dans les yeux du ténébreux, il ne se rappelait pas avoir promis quoi que ce soit à cette fille qu’il voyait de temps à autre pour des parties de jambe en l’air.

-Waouh, Karin attends! Tu veux dire LA clé?

-Non, pas LA clé, je veux une clé de ton appartement pour ne pas rester sur le palier déguisée en garce quand je dois t’attendre!!

-Ouf, je dois dire que tu m’a fais peur.

-Ce n’est pas pour te vexer mais tu n’ai pas vraiment un spécimen taillé pour le mariage!

-Et je m’en félicite d’ailleurs!

-Bon, en tous cas moi je file, on se revoit la semaine prochain. Ce sera la demoiselle en danger dans les flammes et le beau pompiers!! Tchao!

Un sourire se dessina sur le visage du brun et Karin s’éclipsa de son intérieur.

 

-------------------------------------------------------------------------------

 

Pendant ce temps, Sakura avait rejoint l’immeuble où elle exerçait la profession de Traders, c’était un métier difficile pour une femme car il était surtout de dominance masculine. Malgré cela, sa plus grande concurrence n’était pas un homme mais une femme prénommée Kin avec laquelle elle se battait pour obtenir une promotion. Arrivée à son poste, son regard émeraude croisa celui de sa rivale et elle se saluèrent froidement et surtout rapidement.

-Haruno.

-Nagashi.

On ne pouvait pas faire plus simple. Enfin, ce fut l’ouverture de la bourse et notre fleur de cerisier avait d’un coup tout ses sens en alerte dans cet atmosphère de folie. Voilà comment se déroulait quotidiennement ses journées. Rien de passionnant vous me direz, mais Sakura aimait vraiment son travail et adorait rentrer le soir afin de retrouver son fiancé.

 

------------------------------------------------------------------------------------

Autre endroit, autre travail, autre personne. Sasuke exerçait le noble métier d’ébéniste dans une grande entreprise. Cependant, pour le moment, malgré le fait qu’il tenait le poste de responsable, il était plutôt occupé à suivre un match de basket avec les autres employés. Le match terminé, tout le monde s’exclamait et le beau brun s’était vu obligé de tendre à un de ses ouvriers une belle petite liasse, objet d’un pari perdu. L’humeur allait bon train jusqu’à l’entrée du patron qui avait bien remarqué le petit manège qui se déroulait ici. D’un pas rapide, tous les hommes présents regagnèrent leur poste respectifs et le ténébreux cacha sous un meuble le téléviseur portatif. Les scies s’étaient remises en route et le directeur s’avança vers la personne avec laquelle il désirait s’entretenir.

-Je peux savoir ce que tu faisais sasuke.

-Désolé mais je n’entant pas très bien avec les scies. C’est bien les gars, continuez! La commande sera bientôt prête!

-Tu es viré!!!

-Quoi? Ahhh, je n’entends vraiment rien avec ce boucan!

-J’ai dit tu es viré!!!!

Sasuke avait très bien compris ce que lui avait dit son patron mais, il travaillait ici depuis longtemps et il avait déjà été menacé des centaines de fois d’un renvoi qui n’avait jamais abouti.

- Je te propose un deal! On fait des tirs au panier dehors, si tu gagnes je pars, si tu perds, je reste. Alors?

Pour toute réponse, son patron s’était emparait du ballon et se dirigeait vers le terrain de détente des employés. Plus la partie avançait plus le brun était ravi puisqu’il menait neuf à sept.

-Neuf à sept, je garde mon job!

-La partie n’est pas fini, je te rappelle qu’il faut aller jusque dix.

Sasuke avait tiré un autre panier et une grimace s’était affiché sur son beau visage lorsqu’il avait loupé le panier.

-Bon, à ton tour, je te laisse tirer!

Son patron avait envoyé le ballon avec une grande facilité en plein dans le panier.

-Neuf à huit, tu pointes bientôt au chômage.

Un deuxième tir et ….

-Neuf à neuf, tu pourras toujours toucher l’aide sociale.

Et enfin, un troisième tir…..

-C’est gagné!! Dix à neuf! Tu peux aller chercher tes affaires.

Sasuke était très contrarié d’avoir perdu mais ne semblait pourtant pas inquiet plus que cela pour son emploi.

-Allez, tout ça c’est n’importe quoi!

-Comment ça n’importe quoi! Tu as joué, tu as perdu, acceptes les conséquences. Tu sais, j’aurais souhaité que tu prennes ma succession si tu te décidais enfin à devenir un homme!

-Tu vas pas me mettre dehors comme ça! Laisses moi une seconde chance, tu sais bien que je fais du bon boulot. Allez, on se refait une partie, quitte ou double!

- Non, c’est fini. Des chances, tu en as eu des centaines. Tu vois c’est ça ton problème, tu craques sous la pression, on ne joue plus! Arrêtes de faire l’imbécile et grandi un peu ou cherche un autre travail. Tu reviendras me voir dans quelques mois quand tu auras pris ta décision, en attendant, tes papiers t’attendent dans mon bureau. Tu sais, si je fais ça, c’est pour toi, je te considère comme mon fils!

-o.o Papa, je suis ton fils!

-C’est vrai! Raison de plus, il faut couper le cordon!

Et voilà! C’était arrivé, son propre père venait de le mettre à la porte. De toute façon, il n’avait jamais été assez bien au yeux de son paternel alors!

 

--------------------------------------------------------------------------

 

Pour la fleur de cerisier, la soirée était enfin arrivée. Tout était prêt dans l’appartement qu’elle occupait avec son chéri. Elle avait disposé des ballons partout et invité leur amis les plus proches et bien entendu, elle avait souhaité la présence de sa meilleure ami, Temari, avec laquelle elle revoyait les dernières finitions. Cette dernière était très joli, ses choix vestimentaires étaient communs mais elle arborait une coupe de cheveux des plus originales qui consistait à coiffer ses beaux cheveux blond en quatre couettes, elle possédait également de très jolie yeux vert forêt, le tout pour un visage bien dessiné et légèrement plus hâlé que la rose.

-Il ne se doute de rien tu sais! J’espère qu’il ne remarquera rien en entrant!

-Tu veux dire, remarquer que tu es désespéré!

-ça se voit tant que ça! Tu sais je veux tellement l’épouser, ce serai un aboutissement. Regardes ce que je lui ai pris comme cadeau.

La rose avait montré à son ami deux billets d’avion que la blonde s’était empressé de lui arracher des mains.

-Vegas! Mais tu déteste cette ville Sakura!

-Tu vois, c’est ça un vrai cadeau, ça veut dire qu’on se sacrifie pour celui qu’on aime!

-Si tu le dis!

-Bon, votre attention à tous! Saï ne va pas tarder alors commencez tous à vous cacher, je vais éteindre la lumière.

Tout les invités s’étaient précipités dans divers endroit de l’appartement, Temari s’était, quant à elle, cachait derrière la canapé qui se trouvait au milieu du salon. Quelques minutes plus tard, on entendait les clefs tourner dans la serrure de la porte. L’excitation de Sakura était à son comble, elle espérait de tout cœur que tout se passe comme prévu et que la soirée soit parfaite comme elle l’avait planifié. Quand la porte s’était ouverte sur l’homme avec lequel elle souhaitait passé sa vie, son sang ne fit qu’un tour et elle s’était dépêché d’aller dans le couloir d’entrée pour l’accueillir afin qu’il ne découvre la surprise qu’en pénétrant dans le salon.

-Mon amour, tu es rentré! Viens vite te changer pour le restaurant.

-Attends Sakura, il faut que je te dises quelque chose avant.

Sakura savait que tout les convives étaient cachés, ils pouvaient parfaitement les entendre et attendaient certainement impatiemment de pouvoir se montrer.

-Je te propose quelque chose, tu gardes ce que tu dois me dire dans ta tête et tu me le diras tout à l’heure. Allez dépêches toi, entres!

-Non, si je ne te le dis pas tout de suite, je n’aurais plus le courage!

-De quoi tu parles?

-Tu sais, j’ai beaucoup de travail au bureau en ce moment et quand je rentre, je veux retrouver un havre de paix, ce qui normal! Mais, vois-tu, en ce moment, ce n’est pas le cas, tu es toujours si dynamique, toujours en train d’organiser, de planifier. C’est vraiment fatiguant!

Le visage de Temari s’était renfrogné à ces paroles, elle s’attendait au pire pour sa meilleure amie qui s’apprêtait à se faire humilier devant toute les personne présentes. Malheureusement, dans le doute, elle avait préféré ne pas se manifester et continuait d’écouter ce que souhaitait dire Saï.

- Je trouve que tu es une femme merveilleuse, c’est vrai . Sur le plan sexuel, c’est vraiment parfait!

-Saï!

Le visage de Sakura était devenu livide.

-Laisses moi finir s’il te plaît. Je disais donc qu’au lit tu étais fantastique mais pour le reste…..Enfin bon, tout ça pour dire que je te quitte. Enfin, ici,c’est mon appartement, donc je dirais plutôt que c’est toi qui me quittes, techniquement parlant.

La fleur était détruite de l’intérieur. Non seulement, tout ses espoirs de mariage était anéanti, mais en plus, elle venait de se faire ridiculiser devant tout le monde et elle était à la rue. La pression était trop forte et elle commençait à pleurer le plus discrètement possible pour ne pas attirer d’avantage l’attention sur elle. C’était sans compter, bien sûr, sur l’intervention de son ex-fiancé qui était bien décidé aujourd’hui à la contrarier la plus possible.

-Mais,….Tu pleures, mais non, il ne faut pas!

En prononçant cette phrase, il s’était dirigé vers l’interrupteur du salon afin d’éclairer les lieux pour consoler un peu la belle de leur rupture. Dès que la lumière avait illuminé les lieux, il avait compris son erreur. Toutes les personnes présentes s’étaient montré et Temari était sortie de derrière sa cachette un visage désolé pour la rose.

-Surprise! Héhéhé!

-Quelle merde! Sakura, je suis vraiment….

-Laisses, je m’en vais! Joyeux anniversaire!

Temari et elle s’étaient activées à quitter les lieux pour ne pas affronter les regards de pitié qu’affichaient les invités, composés essentiellement des amis de Saï. Elles s’étaient dirigé vers le bar que possédait la grande blonde et qui lui servait également de résidence principale puisqu’elle logeait juste au dessus.

 

---------------------------------------------------------------------------

 

Dans un autre bar de la ville, Sasuke était, lui aussi, en compagnie de son meilleur ami et avocat Shikamaru. Ce dernier avait un air blasé collé au visage, il était assez beau et ses longs cheveux bruns étaient coiffés en ananas.

-Galère, qu’est-ce que tu vas faire maintenant.

-Comment ça? C’est toi l’avocat, il n’a pas le droit de me jeter dehors comme une vieille chaussette. On peut sûrement engager une procédure.

-Cela prendrai des mois Sasuke!

-Il serai sûrement content et au moins ça nous rapprocherai!

-Peut-être, mais tu oublies un détail!

-Quel détail?

-L’argent!

-Oui, c’est vrai que des mois de procédure, c’est pas gratuit. Mais, il y a plein de façon de gagner de l’argent. Regardes, je te parie cinq billets que j’arrive à vider ce verre de bière avant toi!

-Pff! Galère mais… d’accord!

Le jeu avait commencé depuis un bout de temps et les deux amis n’étaient plus très nets.

-Tu sais, je connais un endroit où tu pourrais momentanément oublier tes soucis!

-Ah oui! Eh bien j’aimerais bien le connaître!

-Je suis certain que tu connais la ville où tout les vices sont permis!

-Non, ne me dis pas que tu parles de LA ville du plaisir et des folies en tout genre

-Si

-VEGAS!!!!!!

 

--------------------------------------------------------------------

Les filles, quant à elles, étaient déjà à leur cinquième verres de Tequila et l’alcool semblait leur avoir donnée plus d’assurance.

-De toute façon, il ne sait pas ce qu’il perd ce con! Comment j’ai pu lui donner les plus belles années de ma vie et me faire jeter comme ça!

-Tu sais ce qu’on devrait lui faire?

-Non, vas-y.

-On devrait appeler un des mecs bizarres qui traînent avec mon frère Gaara. On l’envoie toquer à la porte de ce mâle sans cervelle et, quand il ouvre sa porte, le type lui envoi un bon coup de pied bien placé dans ses bijoux de familles. C’est alors que, pendant qu’il se tord de douleur recroquevillé sur lui-même en souffrant mille martyres et qu’il regarde son agresseur en demandant pourquoi, le copain de mon frangin le pointe du doigt d’un air menaçant et lui balance « tu sais pourquoi »!!!

- Waouh! Et tu viens juste de penser à ça maintenant, en buvant ton verre?

-Non, en fait ça fait un moment que ça me travaille. Tu sais, tu devrais enlever ta bague, ça te ferais du bien.

-Je peux pas encore, je vais juste la changer de doigt pour l’instant, ok!

-Sakura, ce crétin ne te mérites pas, tu devrais l’oublier le plus vite possible après ce qu’il t’a fait, d’ailleurs, je connais un endroit où les ennuis s’effacent.

En disant cela, elle avait glissé la main dans le sac de la fleur et en avait sorti les billets que Sakura avait prévu d’offrir à Saï.

-Non, pas ça!

-Allez Sakura! Une ville où tu pourrais te lâcher et oublier les tristesses que tu viens de connaître!

Sakura s’était mise à réfléchir et un large sourire s’était montré sur son beau visage.

-Insouciance, spontanéité. Je n’ai qu’une chose à dire Temari! Attention Las Vegas, nous voilà!!!

-VIVA LAS VEGAS!!!!!

 

 

 

 

 

Fin du chapitre

 

 

 

Et voilà, la fin du premier chapitre, le second chapitre sera pour la fin de semaine car je dois publier le douzième chapitre de mon autre fic. Il y aura certainement un chapitre par semaine et le prochain s’intitulera « la rencontre ».

Bonne lecture et bisous à tous.