Chapitre cinq

par Elyra

L’odeur du sang s’infiltrait insidieusement en lui, altérant ses capacités olfactives, il était révulsé par cette odeur métallique et  entêtante, il voulait l’éradiquer à jamais, la faire disparaître mais l’effluve âpre et désagréable lui collait irrémédiablement  à la peau l’empêchant de satisfaire son envie.

Malgré de violentes nausées, il continuait son périple avec vélocité.  Il ne devait pas faillir ses compagnons comptaient  sur lui, il devait découvrir  la chose macabre qui avait causé tant de désolation et de destruction, c’était sa mission il la mènerait à bien et ce  quoi qu’il arrive…

Percevant alors une aura indicible à quelques mètres, Shikamaru freina sa course pour se positionner derrière un imposant chêne afin, de se rendre imperceptible. La prudence et la stratégie étaient  inexorablement de mise, il ne devait en aucun cas se précipiter, il fallait absolument favoriser la ruse et l’anticipation.

Il  savait pertinemment que  la créature qui avait assassiné ces cinq gardiens sans l’ombre d’un regret et avec une cruauté abominable, possédait une puissance faramineuse, et il était indéniable que le jeune gardien ne pouvait décemment  pas rivaliser contre son pouvoir.  Pourtant avec une stratégie, il avait peut-être  la possibilité de l’arrêter ou de la blesser du moins il l’espérait ardemment. Cependant ses capacités de réflexion tant jalousée et enviés de ses condisciples lui furent d’aucun recours lorsque ses prunelles chocolat aperçurent le spectacle surnaturel qui se déroulait devant lui…

A l’instar de la prairie ravagée,  le sentier sur lequel se trouvait l’adolescent était lui aussi en proie à un véritable carnage, les roches habituellement solides et impénétrables se réduisaient à des misérables et pathétiques graviers, les végétaux verdoyants et majestueux n’étaient plus qu’un souffle d’illusion vestige d’un passée à jamais révolu, chaque particule de vie n’était plus qu’un vague souvenir dans ce grabuge innommable.

Seulement dans ce cataclysme indicible, deux enveloppes charnelles subsistaient, mais à quel prix ?

Dernière son refuge de fortune, l’éphèbe malgré sa vue obstruée par un amas de  poussière  pouvait distinguer deux silhouettes qui trônaient debout, qui étaient-elles ? Étaient-elles  vivantes ou mortes ? Étaient-elles leurs ennemis ou des victimes ? Toutes ces questions se bousculaient avec acharnement dans sa tête lui conférant un début de migraine. I ne devait pas flancher, il devait se montrer fort, inflexible, courageux, l’archétype du ninja… Pourtant il avait peur, peur de quoi il ne pouvait décemment le dire, mais il était terrifié, il sentait déjà les affres de l’angoisse lui nouer perfidement le ventre, il devait agir, il le savait. Tournant ses iris mordorés vers le firmament grisé, il fit la seule chose en ce moment qui lui sembla intelligente.

« - Vous, que feriez-vous ? N’attendant guère de réponse il continua. J’imagine que vous élaboriez un plan afin de découvrir qui sont ces inconnus, oui c’est ce que vous feriez, seulement-moi je n’ai pas de plan et je ne suis pas vous, je ne possède pas votre puissance… vous qui disiez que j’avais une tête remarquablement bien faite, que j’étais un génie de classe A avec 200 points de QI, et bien aujourd’hui ma tête ne me sert strictement à rien… galère apparemment  je vais devoir improviser. »

Il n’aimait pas improviser, cela était synonyme de danger et seul les idiots se jetaient dans la gueule du loup, sans avoir au préalable confectionné une stratégie qui permettait de rester en vie, c’est ce  qu’il lui avait méthodiquement inculqué. Pourtant en ce jour sombre, le jeune homme allait pour son plus grand dam mépriser son enseignement. Tout en s’exhortant au calme Shikamaru analysa minutieusement les alentours, il pouvait toujours percevoir avec facilité l’aura malveillant qui l’entourait insidieusement, seulement et ceux malgré de nombreux efforts il ne pouvait la localiser, peut-être était-ce seulement de vague souvenir de son pouvoir et quelle finirait par se dissiper tôt ou tard il l’espérait  profondément… Prohibant sa peur, ignorant ses angoisses, refrénant ses appréhensions, méprisant sa conscience qui lui conseillait vivement de réfléchir, sachant son choix irrévocable, le jeune homme déterminé sauta avec zèle de son perchoir protecteur.

Là au milieu de la forêt, à la vue de tous il se savait d’ores et déjà vulnérable, il était donc préférable d’agir rapidement.  Coupant court à ses états d’âme le jeune gardien arpenta avec vélocité les quelques mètres risibles qui le séparait des silhouettes jusqu'à maintenant inconnues. Se croyant alors définitivement armé contre la surprise, Shikamaru constata qu’il c’était fourvoyé lui qui ne se trompait que très rarement, il commençait réellement à regretter son  départ de Konoha…

Les deux silhouettes pour son plus grand soulagement n’était pas des ennemis et ne risquait pas d’intenter à sa vie, malheureusement. En effet, les deux individus étaient détenus dans une imposante prison, les empêchant de faire le moindre mouvement et de ce fait supprimer tout espoir incongru de se libérer …

Fascinait Shikamaru toucha leurs geôles : aussi dur que la pierre et rutilant qu’un diamant, il n’avait aucun doute cette prison était faite de cristal, le même qui avait blessé Sakura quelques heures auparavant, continuant ses investigations, il  se rapprocha au plus près des captifs. Les inconnus étaient de sexe féminin, probablement originaire de Suna au vu du dessin sur leurs bandeaux frontaux, leurs expressions bien que figées exprimées une peur  abominable souillant leurs beaux visages. Elles devaient avoir le même âge que lui ou peut-être un an de plus, elles devaient elle aussi être des combattantes au vu de leurs attirails : des parchemins explosifs, ainsi que quelques kunais placés à leurs taille dans des fourreaux tachetés et vieillis certainement à cause des batailles qu’elles avaient durement menaient, elles ne semblaient pas blessées seulement terrifiées.

 La première prisonnière attira son attention petite et longiligne elle paraissait au premier abord banale, cependant son visage lui ne l’était pas. En effet, sa chevelure châtain est parsemé de doux reflets mielleux était ordonnée en quatre couettes épaisses lui conférant un air malicieux, son teint  sans imperfection était délicatement basanée prouvant aisément  son lieu d’habitation, ses lèvres pleines invité à la tentation ne pouvait que perfectionner le tout…  Néanmoins ce qui était irrémédiablement le plus envoutant dans son visage étaient ses yeux : en amande et d’une jolie couleur sapin ils étaient cruellement expressifs, outre sa peur, sa crainte notable, on pouvait y percevoir une détermination sans failles, elle avait continué à espérer et à se battre bien qu’elle connaisse pertinemment  l’issue de ce combat.  Cette fille était intrigante et  devait posséder une certaine force de caractère…  Littéralement obnubilé par sa beauté notable, il n’avait pas observé le fin collier qui ornait son cou le Talisman des âmes, le même qu’Hinata sauf que celui-ci était d’une couleur verte.

« - Une prêtresse… » Il murmura ses mots, son acuité d’esprit fit le travail, tout était maintenant parfaitement clair, la deuxième prisonnière était sa gardienne, elles les attendaient…

« - Effectivement, mais une piètre prêtresse si tu veux mon avis, elle s’est laissé avoir si facilement, tout comme toi… »

 Shikamaru sursauta. Perdu dans investigations il n’avait pas senti la présence qui c’était sournoisement  insinué derrière elle, il n’eut même pas le temps de se retourner qu’il se retrouva férocement projeté quelques mètres plus loin…

« - Je suis déçue, je pensais avoir attiré une autre prêtresse, mais tu n’es seulement qu’un misérable gardien… Néanmoins un gardien veut dire inéluctablement  une prêtresse, N’est-ce pas ? Nous allons donc l’attendre patiemment, elle ne devrait pas tarder à arriver. »

Tentant de se relever, le gardien s’aperçut que ses jambes étaient emmurées dans un profond piège de cristal.

 « - Qui êtes- vous ? »

« - Tu ne sais pas qui je suis ? L’individu ricana. « - tu ne ressens pas ma présence, et mon identité t’est inconnue, cherches-tu à me vexer ? » Elle éluda sa question avec un nouveau rire méprisant. « M’enfin la question n’est pas là, même si tu ne me connais pas cela ne serait tarder, Je me nomme Guren, plus  communément connu sous le nom de Femme de cristal, l’une des neuf… »

 

____

 

« - Il t’apprend l’art du combat n’est-ce pas ? Naruto opina derechef. Et bien tu vas pouvoir montrer tes talents, suis-moi ! »

 

Ce n’était un secret pour personne, tout être connaissant un tant soit  peu même partiellement Naruto savaient qu’il portait une adoration incommensurable pour le combat et encore plus montrer ses capacités, il excellait dans cet art et ne le cachait pas, pourtant sur le chemin de sa confrontation, l’impulsif jeune homme semblait d’humeur morose et inquiète.

Tant de questions sans réponses, et ce n’est  vraisemblablement pas ce chien qui le scrutait sans vergogne, ainsi que cette folle hystérique qui allaient satisfaire sa curiosité, la seule personne qui pouvait étancher sa soif de savoir était cet  ermite pas net de Jiraya, sauf que malheureusement celui-ci l’avait lâchement abandonné et laissé sans nouvelles depuis quelque mois…

Colérique et impuissant  l’impétueux combattant jouta violement dans un rocher.

« - Zen mec, ça serait dommage que tu te casses un truc et que tu ne puisses pas nous montrer tout l’étendus de ton sois disant ‘’Talent’’ » Se moqua Kiba.

« - Toi face de chien, tu la fermes !  Je ne t’ai rien demandé. » Eructa-t-il.

Ce gars commençait sérieusement à lui taper sur le système, il ne le connaissait pas et il se permettait outrageusement de se moquer de lui.

« - Face de chien ? Répète un peu pour voir ? Hein répète si tu l’oses ! »

« - Bien sûr que j’ose, tu n’es qu’une… »  Une voix indésirable l’empêcha d’emmètre sa pensée.

« - Ca suffit vous deux ! Vous êtes vraiment chiants à vous disputer comme des gamins »

« - Mais Ten, c’est lui qui à commencé ! » Se plaignit le jeune bandit

La jeune femme souffla d’exaspération, il était vraiment irrécupérable…

« - Tu es  vraiment un gamin Kib’s,  c’est affligeant… Maintenant fous-lui un peu la paix ! » Ordonna-t-elle d’une voix qui ne laissa aucune place à la contestation.

Cette folle alliée qui avait essayé d’intenter à sa vie le défendait, décidément il allait de surprise en surprise.

« - Merci, mais tu sais ce n’était pas la peine d’intervenir, je sais très bien me défendre tout seul.»

« - Oh mais je ne l’ai pas fait pour toi blondinet, je l’ai fait pour moi… Je n’avais aucune envie de vous séparer  si vous vous battiez et risquer de me fatiguer pour rien, d’autant plus que Kiba t’aurait mis la raclée de ta vie. » Lui répondit –elle.

Effectivement il se disait impossible que la jeune femme prenne sa défense, ses nouvelles connaissances étaient vraiment des plus  adorables…

Le croc blanc de Konoha quant à lui préférer ignorer les jérémiades des trois adolescents…  Il était plus préoccupé par cette rencontre providentielle, Naruto Uzumaki, il l’avait déjà vu  lorsqu’il était enfant alors qu’il annonçait la triste disparition de son père à sa mère Kushina.  Il avait alors pu apercevoir les prunelles lapis-lazuli du garçonnet se teinter d’incompréhension et se voiler de tristesse. Pris de pitié l’homme avait tenté de réconforter le bambin, seulement celui-ci l’avait repoussé de façon catégorique ne voulant pas son aide.

Une brusque réminiscence refit surface. Il pouvait alors nettement observer le visage de Naruto Uzumaki dans l’âge de l’insouciance, il pouvait apercevoir la myriade de larmes qui déferlait  lentement et douloureusement  sur son visage affligé, il pouvait clairement entrevoir la nouvelle détermination sans faille qui apparaissaient dans ses orbes turquoise, se frottant rageusement les joues striées de ce liquide salé signe de sa faiblesse ostensible, irrité  le gamin le repoussa  rudement,  se reculant vivement.

« - Je ne veux pas de votre pitié !  La pitié nous fait devenir faible.» Il n’avait pas hurlé, ni-même haussé le ton, il avait seulement prononcé distinctement ses mots avait fatalité et s’en est allé.

Le bandit renommé avait appris avait stupeur que sa mère avait été assassiné quelque mois plus tard et qu’il n’avait aucune trace tangible du garçon, il avait alors disparu, après maintes et maintes recherches infructueuses, sans réponse et sans preuve de l’évanouissement  du pupille l’affaire avait été malheureusement clôturé, laissant l’opinion publique perplexe et anxieux quant à l’avenir des plus hypothétique de la progéniture de Kushina.

Seulement aujourd’hui est à son plus grand étonnement il était là devant ses yeux, qu’elle ne fût son ébahissement lorsqu’il avait revu… Pourtant la réalité avait la fâcheuse manie d’être altéré dans son monde, malgré son physique qui reflétait parfaitement ce qu’il avait imaginé, celui-ci ne pouvait être qu’une  vulgaire illusion et ses  paroles  elles n’étaient peut-être que de misérables foutaises pour les piéger.

Pour s’assurer de la véracité de ses propos ainsi que  de l’authenticité  de sa physionomie, il se devait de tester ses pouvoirs…

« - Nous sommes arrivées, Tenten et Kiba mettez-vous à l’écart, vous n’êtes ici  que pour observer en aucun moment vous ne devez intervenir.  Suis-je clair sur ce point ? »

Les deux concernés opinèrent et obéirent derechef.

« - Bien ! Naruto se combat à l’unique but de savoir si ton identité et tes paroles sont la réalité… »

« - Je ne mens pas, je dis la vérité contrairement à vous » S’insurgea l’imprévisible jeune homme.

« - La  question n’est pas de savoir si nous nous  mentons,  mais de savoir qui es-tu vraiment et d’où viens-tu réellement, si à la fin de ce combat je te considère comme honnête je répondrais à tes questions »

Le blondinet exaltait on n’allait enfin lui donner des réponses, sa volonté et sa détermination qui le caractérisait si bien reprirent possession de son  corps. Il devait vaincre pour qu’on  lui accorde un minimum d’importance, il serait donc conquérant.

« - Vous voulez vous battre ? Parfait je suis votre homme et lorsque j’en aurais finis avec vous, je peux vous certifier que si vous avez des doutes ou non, vous serez dans l’obligation de répondre à toutes mes questions » Le prévient-il.

« - Et bien nous allons voir ça, cependant ce combat n’a pas pour but de mettre son adversaire KO » Voyant que son adversaire commença à s’agitait il para toute éventualité d’interruption  « Laisse-moi finir s’il te plaît. » Il s’assura de l’attention de l’adolescent et continua « Bien, comme je le précise te blesser ou te faire souffrir ne m’intéresse nullement, pour me prouver ta véritable valeur tu devras seulement me reprendre cette clochette » Il agita la clochette. « - Tu as le droit d’utiliser les techniques et les méthodes qui te semblent judicieuses. Sommes-nous d’accord ? »

« - Récupérer une clochette ? » Il rigola. «  Soit, commençons ! »

Manifestement cet homme le sous-estimé, grossière erreur !

Naruto ne formulait aucun doute sur l’issue de cette bataille, malgré que cet homme mystérieux impose le respect et l’autorité, il ne pouvait décemment le battre, il en était certain.

Néanmoins toute certitude s’effrite au fil du temps, et cela l’éphèbe allait l’apprendre à ses dépens…

 

____

Hinata soupira bruyamment,  cela faisait maintenant quelques heures qu’elle contemplait la rose dormir, elle semblait agitée, elle devait encore être en proie à un de ces innombrables cauchemars, la jeune prêtresse avait pourtant  essayé de calmer son amie en lui chuchotant des paroles réconfortantes et en lui prodiguant des caresses mais cela ne semblait pas l’apaiser, décidément même dans ses songes il la hante inlassablement…

Seulement depuis quelques minutes une accalmie salvatrice avait plongé Sakura dans un sommeil paisible et réparateur, elle caressa affectueusement les cheveux églantines de la belle endormie et sortit discrètement de la tente de fortune qu’ils avaient consciencieusement  confectionné quelques heures plus tôt.

Dire que la jeune femme était éreintée été un bel euphémisme, seulement elle ne pouvait décemment tomber dans les bras de Morphée, elle était trop soucieuse pour cela, depuis que Tsunade lui avait annoncé la requête de sa mission, et l’importance capitale de la mener à bien, il en allait de la survie du monde…

Hinata soupira elle venait tout juste d’avoir dix-huit ans,  et son destin était plus qu’immuable  et scabreux, la beauté et la féérie de l’insouciance enfantine avaient été vite remplacées par la cruelle désillusion et la triste réalité de l’âge adulte …  Cependant, ses états d’âme furent brusquement rompu par une douleur lancinante.

« - Aie ! » sous le choc de cette nouvelle douleur inopinée la prêtresse tomba lamentablement sur l’asphalte,  ses orbes perlés s’humidifièrent immédiatement elle avait mal. Gémissante elle retira vivement le corps étranger de son pied qui l’avait violenté souillant au passage son délicat épiderme opalin par une profonde et hideuse coupure.

Elle sentit un liquide poisseux s’échappait avec vélocité de sa blessure, elle saignait abondamment, ne souhaitant pas constater l’étendue des dégâts  de peur de s’évanouir la malheureuse se concentra sur l’objet de sa blessure : un infime bout de cristal immaculé de son sang, le même qui avait pourfendu avec acharnement le firmament afin de les attaquer, le même  qui avait impitoyablement lacéré le ventre de sa gardienne… L’arme que seule une personne extrêmement puissante pouvait maitriser et modeler à sa guise.

« - Hinata ! Tu vas bien ? Je t’ai entendu crier, mais tu saignes ! Ton pied il… »

« - Sakura c’est du cristal. » La coupa-t-elle.

« - Et alors ? Hinata lâche ça immédiatement, il pourrait être infecté de poisson » Sakura se précipita vers sa camarade à terre afin de la soigner mais celle-ci l’arrêta subitement.

«- Sakura ! Elle haleta. Tu ne comprends pas ? La chose qui t’a blessé et qui vient de me mettre à terre et du cristal, seule une unique personne peut l’utiliser. »  Scanda-t-elle.

Suite à ces paroles l’élève de la princesse de Konoha resta pantoise et mortifiée, ce n’était pas possible tout cela n’était qu’un affreux et interminable cauchemar … Oui ! Elle allait se réveiller et tout ce qu’el le avait vécu jusqu’à maintenant se révélerait purement chimérique.

Oui, la guerre, la triste déchéance de Konoha, la mort de ses parents, sa fuite à lui  qui la menait chaque jour un peu plus dans les abysses effroyables des ténèbres … tout cela n’était que de vulgaires illusions.

Seulement au vu du rictus de peur et d’appréhension de la femme qui  lui fessait face, L’impétueuse gardienne  su qu’il était purement  impensable de se complaire dans un passé à jamais révolu et qu’il était tout simplement inutile d’altérer la réalité. Elle prononça donc  les mots fatidiques et qui ne permettaient plus aucun retour en arrière.

« - La Femme de Cristal, Guren… l’une des neufs » Acheva t’elle dans un murmure.

Son interlocutrice  acquiesça d’un air grave, elle en était venue à la même conclusion que sa comparse il était maintenant tout bonnement inutile  d’occulter les faits.

« - C’est exact, mais ce qui m’inquiète le plus c’est que Shikamaru à été chercher la source de cette soudaine attaque, sans savoir l’identité de notre ennemi. »

« - Oh mon dieu… ! » Comment Sakura avait-elle pu mépriser aussi aisément l’absence du jeune homme. « - Je, je … Il faut l’aider.  Je vais aller le chercher ! Soigne-toi avec l’onguent que j’ai préparé et reste sur tes gardes, je vais me dépêcher ! » Débita-t-elle à toute vitesse prise d’une panique notable.

Sans plus de tergiversions, l’impétueuse jeune femme s’apprêta à joindre les gestes à ses paroles. Toutefois,  elle fut arrêté par un cri inattendu, surprise et perplexe elle s’arrêta derechef pour observer de ses pupilles émeraude  la personne  qui malgré sa souffrance ostensible s’était interposé.

« - NON ! »

La jeune femme observa son amie, elle t’habitude si calme et réservée semblait déterminée et abordait à présence une volonté sans failles.

  « Je viens avec toi ! »  Déclara-t-elle.

Surprise Sakura ne put que grommelait une vague protestation qu’elle fut déjà coupé dans ses propos.

« Il n’a pas de mais qui tienne Sakura, je viens avec toi un point c’est tout ! »

Étonnée par sa propre audace ainsi que cette toute nouvelle vigueur, Hinata préféra clopiner pathétiquement jusqu’à sa tente pour se soigner et ainsi éviter la culpabilité indésirable qui commençait d’ores et déjà à l’envahir pour avoir parlé à son amie avec une telle vivacité.

La rose fronça les sourcilles et fit une moue désapprobatrice. Elle était certes contente de constater que derrière la personnalité timide et soumise de sa gardienne pouvait s’y cacher un caractère plus fort ainsi qu’une grande volonté… Seulement il était impensable que celle-ci l’accompagne, c’était trop dangereux, et allait de ce pas annihiler ce changement de comportement, même si cela lui déplaisait fortement, pour une fois que son amie faisait preuve d’un plus grand caractère qu’à l’accoutumée…

« Hinata attend ! Elle la rejoignit sans grande difficulté au vu de la grande lenteur de son amie. Écoute-je suis ravie que tu émets enfin ton opinion et que tu fasses de la résistance, tu t’affirmes et j’en suis heureuse, seulement tu ne peux m’accompagner.  Cela serait trop risqué d’autant plus que tu es blessée… Je suis ta gardienne c’est mon devoir de te protéger, alors que tu le veuilles ou non je t’ordonne de rester ici » Sa voix ne permettait pas le moindre refus, cependant la volonté triomphe toujours et ça l’Haruno le savait à juste titre.

« - Ça suffit Sakura, tu ne vas pas t’y mettre non plus. J’en ai plus que marre que tout le monde me considère comme une gamine qui est incapable de se défendre ou de se servir à quelque chose »

« - Je te considère pas comme une gamine incapable Hinata, mais… » Protesta-t-elle.

« - Si tu es comme tous les autres… Vous êtes toujours en train de me surprotéger, de me couver, vous m’étouffez !  J’ai dix-huit ans Sakura, dix-huit ans, malgré ce que vous pensez je ne suis ni une gamine insouciante ni une incapable ! »

« Je n’ai pas dit ça ! » Se défendit Sakura.

« Non mais tu le penses, c’est la même chose. Je sais que c’est dangereux, je connaissais déjà les risques qu’impliquait cette mission, et je l’ai acceptée. Que je sois là où que je t’accompagne j’encours autant de danger. Qui te dit que ce n’est pas un piège ? Si ça se trouve une  fois que tu seras parti pour secourir Shikamaru, Guren viendra m’attaquer et là effectivement je serais en danger. Ni toi ni moi nous ne connaissons réellement la situation et c’est pour cela que l’on doit rester grouper. »

Là elle n’avait pas tort, sa logique pour le plus grand désespoir de Sakura était tout simplement implacable.

 « D’autant plus que tu sais mieux que quiconque ce que c’est d’être mise de côté, car l’on pense injustement que tu es un boulet qui ne sera d’aucune aide. Ne me m’oblige pas à subir ce que tu as subi Sakura…  Malgré tout, si tu refuses toujours après mes paroles que je t’accompagne je respecterais ton choix, mais je te conjure de ne pas commettre cette erreur, Je suis une prêtresse Sakura  Je peux invoquer des chimères et si Guren rentre en osmose avec son entité je pourrais vous aider. » Morigéna-t-elle.

Elle était essoufflée, elle avait mis tout son cœur, sa volonté et sa colère dans son discours, des larmes de rages et de tristesse striées maintenant son doux visage, elle voulait seulement un minimum de reconnaissance, pourquoi ne personne ne voulait croire en ses capacités ? Affligée elle s’affala sur le lit sous le regard ému de sa gardienne.

Le silence pesant qui s’était sournoisement installé après son discours la malmenait, elle pouvait déjà entendre les paroles intransigeantes de Sakura qui l’anéantirait, seulement et pour sa plus grande surprise  cela était l’antonyme, en effet après mûre réflexion l’élève de la princesse de Konoha concéda au désir de l’adolescente, ébahie par cette brusque nouvelle la timide Hyuga ne put retenir  l’effluve de joie qui pénétra son corps  et sauta avec force dans les bras de sa comparse l’inondant d’incessant remerciement, et  les faisant tomber avec violence sur le bitume humide.

« - Hinata, bordel  tu m’étouffes ! » Balbutia Sakura, après avoir repris une respiration correcte la rose poursuivit

« - Tout d’abord je veux que tu saches que je ne te considérais jamais comme un boulet, tu es puissante Hinata et je sais pertinemment que nous nous pouvons pas nous passer de tes capacités. J’accepte donc que tu m’accompagnes, néanmoins il faut te soigner avant, et préparer une stratégie rien ne doit être laissée au hasard, notre ennemi est plus redoutable et a plus d’expérience que nous.  C’est pourquoi il faudra que tu m’écoutes et que tu m’obéisses sans aucune protestation, si je te dis  de t’enfuir, tu pars immédiatement ! Me suis-je bien fait comprendre ?  » Son interlocutrice opina « -Bien, maintenant montre- moi ton pied ! »

____

Le paysage avait tronqué sa douce chaleur enivrante pour son inquiétant manteau obscure, les températures estivales en journée se révéler beaucoup plus fraîche en soirée ce qui ne déplaisait aucunement à Sasuke Uchiwa.

Il aimait la fraicheur et arborait la chaleur, sous ce crépuscule ténébreux il était donc parfaitement à son aise, néanmoins le cadet de la prestigieuse  famille Uchiwa semblait en proie à une colère viscérale.

En effet, sa mâchoire délicatement façonnée était douloureusement serrée signe d’un agacement palpable, ses yeux connus pour être aussi sombre que la nuit avait était remplacé par un rouge sanguinolent signe de mauvais présage, son visage inébranlable et impassible reflétait une fureur irrévocable signe d’un danger imminent, de nature patient il se calait confortablement contre un arbre ou sur un mur, pour alors observer minutieusement les alentours seulement  aujourd’hui il arpentait avec rage les chemins sinueux de la forêt.

Si la source de son animosité ne venait pas bientôt à sa rencontre il ne répondrait plus de rien, sentant sa frustration déjà bien présente se développer de façon encore plus intense, il décida de s’exhorter au calme.

Inspirant et respirant profondément il tenta de retrouver l’impassibilité  qui le caractérisait si bien, seulement s’apercevant d’une présence il ne put retrouver le masque dur et inflexible  qu’il abordait en permanence…

 Ne cherchant pas à savoir au préalable l’identité de l’individu, l’irascible  garçon réagit avec vélocité, sans avoir pu amorcer le moindre geste l’inconnu était férocement plaqué contre un arbre retenu par un étau de fer.

« - Ou étais-tu ? »

La nouvelle présence qui d’abord surprit par ce brusque revirement de situation tenta en vain de se dégager de la poigne brutale qui enserrait cruellement son cou, comprenant que la force ne serait pas salutaire il décida de répondre à l’interrogation de l’adolescent afin de l’apaiser.

« - Du calme mini-Uchiwa. » Son tortionnaire augmenta sa prise. « J’ai seulement fait quelques petits repérages, tu sais très bien que le village de Hatake Kakashi ne s’attaque pas comme ça. »

« - Je le sais très bien Deidera c’est pourquoi je t’ai donné plus de temps que prévu pour que tu puisses préparer ton plan d’attaque et cela à l’avance n’est-ce pas ? N’attendant pas de réponse il poursuivit dans ses investigations. Alors pourrais-tu m’expliquer pourquoi est-ce que tu fais seulement tes repérages maintenant ? »

« - Comme je te l’ai soulignait Sasuke, attaquer le légendaire Croc-blanc n’est pas une chose aisé, c’est pour cela qu’il faut parer à toutes les éventualités et préparer des armes dignes de ce nom. »

N’étant nullement satisfait de sa réponse l’éphèbe taciturne libéra tout de même sa victime de sa puissante poigne pour aller se caler négligemment contre un imposant chêne.

« - Et tes armes dignes de ce nom sont-elle suffisantes pour faire diversion ? » Lui demanda-t-il.

  L’homme blond lui souri avec arrogance, ce qu’il pouvait détester les Uchiwa ils se croyaient tellement supérieur que cela en était affligeant, un jour il montrerait à ses deux prétentieux l’étendus de ses capacités afin de les réduire leurs outrecuidances et eux  à néant, mais pour l’instant il était trop intelligent et prudent pour se confronter au sharigans … Ne voulant donc pas une confrontation dont l’issue était des plus hypothétique, il lui répondit sous un ton énigmatique.

« - Mes explosions sont un art.. »

____

Essuyant les gouttes de sueur qui perlées abondamment sur son front, peinant à respirer  Naruto s’affala de tout son long sur l’herbe verdoyante, il était éreinté cela faisait maintenant plus d’une heure qu’il s’évertuait à récupérer cette maudite clochette.

Ces prunelles céruléennes étaient teintées de lassitude et désespoir, pourquoi n’arrivait-il pas à attraper  cette ridicule clochette ? Il était humilié et en colère contre sa faiblesse. C’était un jeu d’enfant, et pourtant toutes ces misérables tentatives s’étaient clôturé par un échec retentissant. Pathétique il était terriblement pathétique.

Il l’avait attaqué de front avec rage et détermination, utilisant ces tactiques de combats les plus dévastatrices , Kakashi les avaient alors parés avec une facilité déconcertantes l’envoyant sans violence s’écraser quelques mètres plus loin, il avait alors judicieusement décidé de le prendre par surprise et de l’assaillir à distance en usant de ces armes les plus incroyables et mortelles, seulement là encore il les avaient repoussés avec une agilité sans pareille contrant alors toute tentative de remporter la bataille. De plus L’Hatake possédait une célérité extraordinaire et inhumaine qui faisait perdre espoir à l’Uzumaki quant à l’obtention des réponses à ses précieuses questions.

Il fallait se rendre à l’évidence cet homme mystérieux était plus expérimenté et plus habile qu’il ne l’était, et ce qu’il perturbait  d’autant plus le blondinet c’est que le chef des bandits était plus puissant que son maitre Iruka chose plus qu’improbable chez lui.

Il avait abattu toutes ses cartes et épuisé toutes ses ressources, il commençait foncièrement à désespérer, il n’avait jamais était confronter à une situation comme celle-ci.  Devait-il laisser tomber et donner la possibilité à ses inconnus de faire ce qu’ils veulent de lui ? C’était certes une possibilité cependant ce n’était pas la plus enviable…

Merde il était Naruto Uzumaki, un des plus grands combattants de son pays si ce n’est le meilleur, son palmarès était impressionnant aucune défaite ne venait entacher sa réputation. On le jalousait, le craignait et l’admirait. Il était tout bonnement impensable qu’il baisse les bras, son obstination ne devait faiblir, cette victoire lui appartenait et il la possèdera et ceux malgré les difficultés qu’il devra gravir.

Les réponses à ses innombrables questions étaient son leitmotiv et seront désormais sa seule motivation, retrouvant sa hargne d’antan il se releva promptement, en réalité Naruto s’était fourvoyé, il ne s’était pas servi de toutes les ressources dont il disposait, il en restait une son unique et dernière chance.

Ce qu’il allait mettre en œuvre pour sortir conquérant de cette bataille était strictement prohibé dans son pays, et celui qui bravait ces interdictions était alors sévèrement punis. Toutefois Naruto n’était plus chez lui et pouvait donc mépriser ces restrictions en toutes impunités.

Fermant ses yeux azur,  il se centralisa avec attention et occulta tous les bruits extérieurs qui pouvaient être une source de gêne, il fit le vide dans sa tête, ne pensant à plus rien il se concentra uniquement sur lui s’enfermant dans un cocon invisible que lui seul pouvait percevoir, il chercha alors dans les abysses de son esprit ce qui pourra engendrer sa future victoire, il sentit alors un flux inconnu et époustouflant le traverser brusquement électrisant chaque partit de son corps lui octroya alors une nouvelle et galvanisante force.

En effet ses cinq sens furent exacerbés, sa vue correcte s’intensifia davantage, perçante elle lui permettait de distinguer des choses jusqu’à maintenant invisibles pour ces simples prunelles d’humain, son ouïe s’améliora de façon extraordinaire chaque son lui était maintenant parfaitement  audibles , sa perception gustative  ainsi que son touché  augmenta de façon merveilleuse lui permettant de découvrir des saveurs et des matières jusqu’à maintenant ignorées, son odorat quant à lui s’accrue à l’extrême lui offrant des sensations olfactives différentes.

Il pouvait à présent percevoir les moindres faits et gestes de Kakashi, il pouvait aussi sans aucun effort apparemment identifier sa présence et son aura tout lui était maintenant visible.

Ces nouvelles sensations  étaient certes exaltantes et plaisantes, mais malheureusement elles étaient éphémères et le fatigué énormément, il devait agir avec rapidité et précisions avant que celle-ci ne s’amenuise et le terrasse.

De plus, cela était la troisième fois qu’il utilisait ce flux encore bien méconnu pour sa personne. La première fois qu’il avait usé de cette’’ magie ‘’ (tel était le terme qu’il conférait à ce flux) ce fut quelques semaines après le décès de son père, n’était qu’un enfant il ne parvenait pas  à faire son deuil, il s’était renfermé sur lui-même était devenu froid, colérique, et  capricieux, en somme un enfant incontrôlable et insupportable tout le contraire de ce qu’il représentait avant … Un jour où sa mère avait refusé un de ses nombreux caprices il l’avait alors activé rendant sa maison inhabitable et ce durant plusieurs mois, il n’avait alors jamais vu  sa génitrice comme ça : elle était abasourdi et furieuse,  et elle le regardait d’une tout autre manière, du œillade indéfinissable et incompréhensible  qu’il  l’avait fait culpabilisé et l’avait rendu malheureux.  Elle l’avait alors fermement  réprimandé et l’avait fait promettre de ne plus jamais l’utilisé cela était interdit et inhumain lui avait-elle dit…

Ces mêmes termes avaient aussi été émis par Iruka sont professeur d’arme et de combat, lorsqu’il s’était empêtré dans une situation délicate et qui risquait de lui couter la vie, n’ayant pu aucun moyen de recours et pour survivre il avait dû se resservir de cette énergie…  Iruka l’avait su peu de temps après il avait encore une fois puconstater pour son plus grand trouble le même regard que sa mère  dans les yeux de son maître. Celui-ci lui avait alors expliqué que seul les monstres possédaient ce genre de dons et qu’il ne devait plus jamais en faire usage, quelques soit la situation. Ne voulant guère provoquer la terreur  dans son village et être qualifié comme un être démoniaque il avait enfoui à jamais cette essence peu désirable dans les profondeurs de son âme.

  Néanmoins aujourd’hui l’Uzumaki était dans l’obligation d’exploiter cette puissance encore mal maîtrisée. Le combattant ne savait d’où  venait cette force surnaturelle ni pourquoi elle était en sa possession, il savait seulement que cette chose en lui  affiner ses sens, lui offrait une tout autre force et rapidité, et lui permettait bizarrement de se diviser en deux, chose potentiellement invraisemblable  et particulièrement risquée lorsque l’on y réfléchissait bien. En effet cela pourrait peut-être le tuer un jour… C’est probablement pour cette raison que les autres avaient une réaction hostile face à ce pouvoir.

Néanmoins aujourd’hui tout était différent, et au vu de la vélocité, de l’habilité et des réflexes hors normes de son adversaire, il pouvait dire sans se tromper qu’il possédait lui aussi la même aura que lui et qu’il en faisait usage sans crainte et sans parcimonie.

Cherchant alors son opposant  il sentit une présence derrière lui.

« - Alors petit, on déclare forfait ? C’est bien dommage, je pensais qu’une fois que tu aurais tout compris notre affrontement prendrait une autre tournure. »

‘’Le petit’’ ricana sadiquement.

«- Dans vos rêves Monsieur Hatake !  Un combattant ne fait pas preuve de lâcheté  et n’abandonne jamais !  Telle est ma croyance. »

Tout en articulant sa pensée, il se retourna prestement pour lui administrer un violent coup dans le visage, surpris le bandit de renom arriva tout de même à parer sa nouvelle attaque et recula vivement.

« - Et bien, je vois que tu utilises enfin ton chakra, le combat risque d’être bien plus intéressant. » Souriant malicieusement l’homme sauta avec souplesse pour se percher sur un arbre se trouva à une dizaine de mètres de la cachette de Naruto, avec amusement et arrogance il sortit l’objet tant convoité du blondinet : cette maudite et précieuse clochette.

« - Maintenant que nous sommes pratiquement à armes égales nous allons pouvoir enfin commencer notre duel… Si tu veux la clochette Naruto, tu n’as qu’à l’attraper ! »

Joignant ses gestes à la parole, Kakashi lança avec force la clochette en l’air, c’était une aubaine pour le filleul de Jiraya qui s’élança après un saut astronomique dans les airs.

L’adolescent sentait le vent lui fouettait le visage, son saut l’avait fait gravir de nombreux mètres. Il était haut trop haut… Pourtant il savait qu’il ne se blesserait pas en retombant, ce miraculeux flux lui conférait aussi une meilleure constitution qui lui permettait de faire plus de choses qu’il ne pourrait tout bonnement pas faire en temps normal.

Il suffisait qu’il attrape ce ridicule bout de métal et tout serait fini, il pouvait presque la toucher, elle était juste à portée de main, allongeant son bras au maximum il referma sa main sur l’objet tant désiré et sous les regards stupéfaits de Kiba et Tenten.

Il l’avait, il avait enfin réussi… Soufflant de soulagement  et souriant de contentement il se laissa tomber, pour rejoindre avec habiliter le sol, sans aucune égratignure.

Débordant de joie, Naruto exultait et le fit savoir en poussant un cri de victoire tonitruant.

« - Yeeeeeahhhh ! Je l’ai, je l’ai. Vous avez vu ? Je l’ai eu. Maintenant vous devez me répondre. »

Son adversaire, nonchalant était appuyé contre un arbre, regardant le jeune homme s’exciter. C’est bien ce qu’il pensait il était naïf et impulsif tout comme son paternel… Souriant il lui répondit avec amusement.

« - Crois-tu réellement que j’allais te la donner comme ça ? Sans avoir avant mesurer tes capacités maintenant que tu as utilisé ton chakra ? Tu es décidément bien naïf. »

Stoppant sa danse de la victoire, Naruto le regarda surpris. Que voulait-il dire ? Et pourquoi parlait-il de chakra ? Cela faisait deux fois qu’il utilisait ce terme et il ne le comprenait toujours pas. Etait-il aussi cinglé que les deux autres ? Pourtant il paraissait à première vue sain d’esprit.

Voyant son visage dubitatif et marqué par l’incompréhension, l’homme à la chevelure atypique décida de le mettre sur la voie.

« -Regarde ta main Naruto. »

Il ne fallut que quelques risibles secondes pour que la situation actuelle s’inverse, en effet en une fraction de seconde, Naruto remarqua qu’à la place de ladite clochette ne se trouvait seulement et pour son plus grand déplaisir qu’un risible bout de bois, et que l’Hatake avait disparu… Affolé il le chercha avec ardeur et c’est seulement lorsqu’il entendit un bruit de craquement bizarre qu’il comprit que son assaillant était tout simplement sous la terre. Comment il avait fait pour se trouver dans cet endroit insolite il n’en savait rien, il savait seulement que celui-ci l’avait prodigieusement envoyé valdinguer contre un épais tronc d’arbre.

« - Ne jamais sous-estimé son adversaire Naruto, c’est une règle primordiale à suivre si tu veux être vainqueur. Avec une simple technique de substituons j’ai pu te distraire et te prodiguait un coup qui aurait pu être fatale. Sois plus attentif. »

Attentif ? Il allait y être et même plus. Se relevant promptement il évita de justesse le Kunai qui alla se loger à l’endroit où il était avachi il y’a peine quelques secondes et entaillant alors profondément l’écorce. Heureusement que son but n’était pas de le blesser… Il était aussi dingue que la brunette volcanique et que le brun à l’allure de clébard. Il devait se barrer et vite sinon il ne donnait pas chère de sa peau... Mais avant il avait des réponses à soutirer.

S’élançant de nouveau et sachant au préalable que cela était inutile il l’attaqua de front afin d’endormir sa vigilance et de lui faire baisser sa garde. Leurs kunai s’entrechoquaient dans un bruit mat ne touchant jamais leurs cibles, les coups de pied, de poing et autres artifices fut encore et sans surprise contrecarré avec dextérité. 

Toutefois l’adolescent réussi non sans difficulté à tromper son rival, celui-ci trop occupé à se défendre des assauts du jeune homme n’aperçut pas les deux formes dans le firmament obscurci se glisser insidieusement et à vive allure derrière lui, recevant alors violement leurs attaques, un coup sournois dans les jambes les fit s’affaisser. Les genoux au sol et une arme tranchante contre son épiderme, le chef du village des bandits  ne put qu’abdiquer.

« - Une technique de duplicata ?  Ingénieuse et radicale quoique ceci soit quelque peu perfide mais je n’en attendais pas moins de toi. Mes félicitations ! »

« - Bien, maintenant que vous me reconnaissait à ma juste valeur, donnez-moi cette clochette ridicule et finissons-en ! » Lui ordonna-t-il.

« - Règle numéros deux, ne jamais s’avouer et vaincus et vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. »

« - Quoi ? C’est quoi  ces conneries ? Vous êtes à terre, j’ai gagné, alors ne me la faite pas à l’envers. Pesta Naruto.

Son adversaire à terre lui debout, Naruto se pensait naïvement conquérant, seulement toutes convictions aussi fortes soient-elles peuvent s’abolir sans raison apparente et cela l’intrépide jeune homme allait en subir les conséquences…

Aussi, avant qu’il n’ait pu réaliser et anticiper un geste, ses clones ainsi que Kakashi disparues soudainement dans un plop sonore, l’englobant dans un amas de fumée épaisse et blanchâtre obstruant alors sa respiration et l’aveuglant totalement le rendant incapable de discerner quelque chose.

Aussi soudain que l’évanouissement de ses clones il se trouva plaquer contre le bitume rugueux et désagréable, ses bras bloquaient dans son dos par un étau de fer empêchait toute tentative de fuite.

Même s’il ne pouvait pas l’expliquer comme bon nombre de choses, il s’était misérablement fait avoir. Morigénant contre son incapacité il écouta tout de même son interlocuteur.

« - Ceci mets fin à ce combat qui ma foi s’est relevé bien plus intéressant que je ne le pensais, même si ta maîtrise du chakra est encore bien dérisoire, tu te débrouilles plutôt bien, et tu es adversaire particulièrement féroce. Je suis maintenant sur de tes propos, tu es bien Naruto Uzumaki. »

« - Ce n’est pas trop tôt. » Répondit sarcastiquement le concerner.

« - Mieux vaut tard que jamais ! Bref, quoi qu’il en soit même si tu n’as pas réussi à récupérer  la clochette tu es digne de confiance, je répondrais donc et ceux dans la mesure du possible à tes questions. »

« - Vous allez donc m’expliquer ce que je fais ici, quelles sont vont techniques de machin chose je ne sais pas quoi et le chakra ? »

Kakashi l’avait libéré de sa prison, se relevant avec précaution il entendit seulement celui-ci lui répondre que oui  mais qu’il devait tout d’abord se reposer avant de plonger dans une inconscience reposante et bienfaisante.

 

----

Leur plan était modeste mais efficace, Sakura devait rester en retrait et intervenir au moment opportun afin d’éloigner Shikamaru de cette femme ignoble, quant à sa comparse Hinata elle devait faire diversion afin de mener à bien leur sauvetage.

La rose savait que la jeune prêtresse  encourait un grand danger et qu’elle aurait dû la remplacer afin de la protéger et remplir son devoir à la perfection, néanmoins elles avaient toutes les deux choisies d’attribuer  les rôles de façon judicieuse, en effet l’une et l’autre savaient pertinemment que la terrifiante femme de cristal ne serait qu’obnubilé par Hinata et non pas par sa gardienne, ce qui les avantagés fortement, l’effet de surprise était donc rudement conseillée.

Cependant et malheureusement elles avaient omis la puissance de leurs adversaires ainsi que quelques imprévus  minimes à savoir le nombre de personnes à secourir, qui n’était vraisemblablement pas une mais trois… D’autant plus que deux étaient enfermés dans un piège inaccessible et potentiellement indestructible et que l’un était en très mauvaise posture, paralysé par cette substance rutilante.

Elles s’étaient bêtement jetées dans la gueule du loup, en méprisant leurs enseignements et en surestimant leur capacité,  elles risquaient d’empirer les choses et d’anéantir toutes ces années de prospérité et de félicités. Il était trop tard pour se morfondre, elles étaient Sakura Haruno élève de la grandiose Tsunade et Hinata Hyûga l’une des prêtresses les plus remarquable et prometteuse de sa génération et allaient devoir mener un combat rude et terrifiant, ou dans de nombreux cas la seule issue possible serait morbide et funeste : la mort.

Elles devaient alors à tout prix croire en leurs potentielles et dédaigner  leurs  doutes, il en allait de leur vie ainsi que de la pérennité  du monde, il était  donc tout bonnement impensable qu’elles échouent.

« - Sakura, que faisons-nous ? »

« - On garde notre plan initiale, on va juste faire quelques modifications…  Tu iras comme prévu servir d’appât et moi je mettrais Shikamaru à l’abri et j’essayerai de briser le cristal qui emprisonne les deux autres personnes. »

« - Crois-tu que c’est une prêtresse ? » Lui demanda-t-elle inquiète.

Sakura hésita puis acquiesça.

« -Probablement Hinata, est la deuxième personne à ses côtés doit être son gardien. »

Hinata trembla d’horreur.

« - Oh mon dieu ! J’espère qu’ils ne sont pas morts. » Pria-t-elle.

« -Moi aussi Hinata, moi aussi… »

Toutes deux transits par la terreur elles restèrent un moment immobiles et observèrent en silence ces barrières glaciales et impénétrables formées par le cristal qui leurs promettait d’innommables souffrances.

 

« - Il est temps Hinata. »

Elles avaient jusqu’à maintenant dissimulé leurs chakras pour éviter de se faire repérer trop vite, mais étant une technique difficile et fastidieuse elle avait bien évidemment ses limites et au vu de l’aura malveillance et démoniaque de Guren, celle-ci allait incessamment sous peu les découvrir. Souhaitant alors bonne chance à son amie, Sakura rejoignit avec appréhension  la parcelle de terre où elle se cacherait tout en attendant avec impatience et angoisse le moment où elle devrait intervenir pour aider ses amies.  

Sa cachette lui permettait de voir sans être vu, et si leurs présomptions se révélaient vraies leur ennemi trop absorbé par la prêtresse ne prendrait même pas la peine de chercher d’autres présences éventuelles, ce qui lui causera sa perte du moins c’est ce qu’espérait fortement Sakura.

Invisible elle peut donc sans difficulté observée la princesse du Cristal s’apercevoir de la présence de la Hyûga, ricaner, et faire apparaitre des tonfas de cristal qui fusionnait avec la chair basanée de ses bras.

Les ennuis ne faisaient que commencés et il était maintenant impossible de les fuir…

____

Dans la nuit ténébreuse un bruit tonitruant  brisa le calme éphémère de Nawaki, un deuxième son cette fois-ci beaucoup plus bruyant se fit entendre achevant alors le sommeil paisible et réparateur d’une jeune femme.

Celle-ci sursauta  et se cognant la tête avec violence contre le plafond de sa chambre, bredouillant des mots intelligibles et particulièrement grossiers, elle se frotta la tête vigoureusement afin d’apaiser sa douleur en vain, encore groggy et déboussolée  par un sommeil trop cour l’élève de Kakashi ne perçut pas immédiatement la brusque agitation dans lequel son village était plongé. 

C’est seulement lorsque qu’une violente secousse fit trembler sa maison faisant tomber bon nombre d’objets qu’elle se rendit compte que quelque chose d’anormal se produisait… Maintenant parfaitement réveillée, empêtrée dans ses draps, Tenten se leva précipitamment de son lit manquant alors de se rétamer lamentablement sur le sol et se dirigea à grandes enjambées vers sa fenêtre.

Malgré l’obscurité les quelques étoiles brillantes qui parsemaient joliment le firmament et éclairés alors partiellement celui-ci lui permit de voir la source de  cette effervescence. Ce qu’elle vit la laissa alors pétrifiée et stupéfaite. En effet, la sombre couleur du ciel était maintenant remplacée par d’innombrables flashs lumineux agressant alors ses orbes chocolat. Ceux-ci au vus de sa luminosité, de son bruit assourdissant, et de l’épaisse fumée qui s’en dégageait devaient être manifestement être une explosion, et pas seulement une, elle pouvait pour son plus grand désarroi percevoir une myriade d’explosions qui remplissait impitoyablement l’atmosphère la réduisant alors à néant.

Tétanisée par l’incompréhension la jeune femme d’habitude si énergique et enjouée resta quelques minutes inertes face à ce spectacle désolant et destructeur, une autre explosion beaucoup plus forte cette fois-ci la fit reprendre ses précieux esprits, elle put alors constater avec effarement que l’ombre de choc se dirigeait avec une vitesse faramineuse vers son lieu d’habitation, Mu par un intense réflexe de survie elle courra en dehors de sa maison et se jeta sur le bitume crasseux pour tenter de se protéger…

____

 

Non loin de là, une silhouette malfaisante observée avec une  jouissance ostensible le village de Kakashi Hatake rendre l’âme, enthousiasmé par ce spectacle attrayant il se rendit d’un pas sur et avec une joie non dissimulé vers une petite maisonnette qui se trouvait quelque peut à l’écart de ce cataclysme.

Ne prenant pas la peine de toquer pour manifester sa présence il entra dans la modeste demeure sans y être au préalable convié, ne s’attardant pas non plus sur les détails insignifiants de la miteuse décoration, il se mouva en silence et tel un vil serpent vers son inestimable proie.

Méprisant il regarda de ses yeux onyx l’homme qui était profondément assoupit, divaguant dans le monde des songes chimériques et qui était loin de se douter du sinistre auquel était confronté les personnes qu’il l’avait sauvé, ainsi que du danger probant qui se profilait à l’horizon.

Dégouté par tant d’insouciance et de vulnérabilité, l’inopportun inconnus se mit sans délicatesse à califourchon sur sa victime la sortant alors brusquement des bras de Morphée, il plaqua alors  férocement sa main d’albâtre sur ma bouche de sa cible pour étouffer  ses  plaintes dérisoires et ses  ridicules gémissements  de panique. Puis avant que celui-ci ne pense  à se débattre il lui administra un violent coup de poing, lui éclatant le nez et le rendant alors immobile.

Tout en s’assurant de la passivité de sa victime, il ferma prudemment les yeux pour les rouvrir aussitôt, les prunelles sombre, maléfique et démoniaque avait laissé place à des iris rouges sang divisés en son centre par trois mystérieuse virgules , fantastiques et envoutantes elle ne laissaient aucune place à l’hésitation chaque personne croisant ce mirifique regard ce trouvait immédiatement et irrévocablement piégé dans les tourments abyssale et brulante de l’enfer où ils seraient sempiternellement torturés et malmenés.

Sans aucune compassion ni l’ombre d’un remord sil souleva sa proie amorphe pour la jeter  avec rage sur le sol, avec une satisfaction indicible et sadique, il s’accroupit et regardait l’homme suinter, se crisper férocement  et abordait un rictus de pure terreur, il paraissait souffrir le martyre et cela était purement délectable.

La douleur était son hôte et serait éternellement ancré en lui.

Sa mission accomplie à la perfection, il se centralisa avec minutie laissant les flammes flamboyantes et  ardentes les recouvrirent, les englobaient de sa chaleur et les faire disparaitre de cet abri bois pitoyable pour les ramener à des dizaines de kilomètres de son méfait.

Sa mission sur le dos il s’apprêta à sceller son destin, lorsqu’une voix intempestive et particulièrement indésirable le freina dans son élan.

« - Tien Sasuke, je vois que tu l’as retrouvé. Tu nous facilites bien les choses, Tsunade sera heureuse de l’apprendre… »

Et merde…