Chapitre Un

par anasuke69

OO1



Je soupirais de désespoir. Cette maudite journée n'en finissait pas et j'étais toujours assise sur ma chaise, à n'écouter que d'une oreille distraite, monsieur Oroshimaru débiter son cours avec monotonie. Je ne supportais plus ce prof, ni ses cours, ni même le bahut en général.

Je plongeais mon regard sur la cour, située au-delà de la fenêtre de la salle contre laquelle j'étais légèrement appuyée. Trop aurait été suspect et j'aurais sans doute finie par être collée par monsieur Oroshimaru. Beaucoup de jeunes se promenaient en riant, s'amusant, fumant. Ils étaient libre et moi, j'étais encore prisonnière de ce cours qui ne voulait visiblement pas s'achever.

J'avais tellement hâte de le retrouver. Certes, je ne converserai avec Sasuke pas avant quatre bonnes heures, mais j'étais pressée. Il me manquait et j'avais envie de savoir comment s'était déroulée sa journée. Mieux que la mienne je l'espérais.

Finalement, après une longue minute d'impatience, la sonnerie retenti dans les couloirs et je sentis mon cœur relâcher la pression. Enfin, les cours étaient terminés, c'était pas trop tôt. J'en avais marre d'entendre la voix bégayeuse et niaise de monsieur Oroshimaru. Je me levais pour ranger rapidement mes affaires comme chaque élève normal et sensé de cette classe, quand la main de mon voisin se posa sur la mienne, me faisant sursauter.

Je croisais les prunelles marrons de mon meilleur ami qui me fixait avec intensité, que c'en était gênant.

Il sembla hésiter quelques secondes, si bien que les battements de mon cœur s'affolèrent. J'avais un peu peur de ce service que je devais lui rendre. C'était bien la première fois depuis qu'il avoue ses sentiments à Tema que je le voyais aussi perturbé. Je m'inquiétais sérieusement là.

Il hésitait encore et il avait levé ses yeux vers le plafond de la salle, comme s'il voyait une chose que je ne voyais pas moi-même. Des traces de rougeurs apparurent sur ses joues halées à ma grande surprise. Je ne pense pas me souvenir d'une quelconque fois où il a rougit hormis lors de sa déclaration enflammée pour Temari.

Je devinais aussitôt qu'il comptait lui offrir un beau cadeau et que mon aide, étant une fille moi aussi, était la bienvenue et nécessaire.

Leur amour était tellement beau que je le vivais limite par procuration et aider Shika, était obligé. Mon ami avait besoin de moi et j'allais l'aider. Temari aurait le plus superbe des cadeaux et elle aimera son chéri davantage, ce qui sera une bonne chose.

Temari avait beaucoup de chance en effet de sortir avec un tel garçon. Certes, il se montre souvent macho mais au fond, c'est un mec au cœur tendre. C'est bien mon ami, je le reconnais bien là.

Il réfléchit quelques secondes avant de déterminer son choix définitif. Je préférais lui dire sincèrement ce que moi, par exemple, j'aurais ressentie si mon copain, si j'en avais un, m'aurait offert de la lingerie alors qu'on aurait jamais couché. Ça m'aurait choqué et je l'aurais pris comme une invitation au sexe et je me serais sentie trahie. Du moins, c'est comme ça que je le voyais. En plus, j'avoue que même si Shika était mon meilleur ami, je ne connaissais pas plus que cela, sa vie privée avec sa blonde. Un garçon n'a pas coutume de déballer sa vie en général.

Déjà six mois qu'ils étaient ensemble... Le temps passe si vite ! Il est grand temps que je me dégote un copain. Sasuke ? Je pense vraiment que lui et moi, c'est impossible et puis, je ne suis qu'une gamine à ses yeux. Jamais il ne m'aimera...

Je soupirais pour éviter de laisser les larmes qui m'envahissaient les pupilles, de s'écouler. Je ne voulais pas que Shika me voit pleurer pour ce type. Surtout que je ne lui ai rien caché sur mes conversations virtuelles avec Sasuke et que évidemment, mon ami est plutôt contre. Il n'aime pas spécialement que je chatte avec un inconnu alors si je le rencontrais... il m'en voudrait.

Temari, je l'aime bien mais je n'ai jamais vraiment apprécié son côté garçon manqué. Je comprends que quand on vit entourer de mecs, on se doit de l'être pour ne pas se faire piétiner, mais de là à jouer à des jeux de garçons et à ne pas se maquiller, pour une fille ce n'est pas très charmant. Mais bon, Shika l'aime pour ce qu'elle est alors je garde pour moi mes réflexions. Et puis, j'aime beaucoup Tema. Elle est super sympa avec moi, on s'entend très bien. On est juste différentes.

Je sursautais, stoppant net mes pensées. Le prof trépignait d'impatience, visiblement pressé de rentrer chez lui retrouver ses serpents adorés. Des serpents... Il est trop bizarre ce prof.

Je terminais de fourrer mes affaires dans mon sac rapidement pour ne pas le faire attendre plus que nécessaire et enfilai ce dernier sur mon épaule. Shika m'imita et nous quittâmes ensemble la salle, monsieur Oroshimaru nous suivant, de la paperasse dans les mains.

Shikamaru éclata de rire et je riais à mon tour. Nous nous comprenions et c'était agréable.

Ah Shika... Sans lui, je me sentirais sans doute perdue.