Chapitre Trois

par C.M. Bing







Chapitre 3









" Alors c'est donc toi, Naruto Uzumaki ! En chair et en os ! Je n'arrive pas à le croire."

Les trois ninjas avaient parcouru toute une forêt depuis deux jours pour enfin rencontrer leur client. Aux portes du village du Roseau, un jeune homme les attendait et les avait directement conduits chez Koutarou Suika. Ils avaient alors pénétré dans une vaste maison traditionnelle en bois. Chaque mur était orné de décorations diverses, allant du simple bas relief au lavis géant prenant toute la hauteur du mur. Tout le bois apparent était peint avec des choix de couleurs folkloriques. Des masques de no, des têtes de dragon, des katanas de grande valeur ou des armures de samouraï meublaient les pièces de manière tout à fait originale. Quel mauvais goût ! Le propriétaire des lieux semblait aimer montrer sa richesse en superposant les objets glanés lors de ses voyages. La maison montrait bien l'extravagance de son détenteur, et cela rendait son intérieur presque oppressant et hostile.

C'est au beau milieu de ces babioles qu'ils découvrirent alors leur commanditaire. Il s'agissait d'un homme assez corpulent, avec quelques cheveux en bataille sur le crâne et le nez rougi par l'alcool. Si Naruto avait l'air de s'amuser de l'aspect du personnage, Sakura en fut rebutée. Ses bagues, aux pierres précieuses énormes qui ceignaient ses doigts gras et dodus, étaient de trop, et ne tendaient qu'à confirmer le caractère mégalomaniaque de l'homme. Son ventre était tout aussi imposant, il avait un sourire tordu et des petits yeux qui lui donnaient un air de crapule. Le pêcher de gourmandise personnifié, pensa-t-elle. La jeune femme le trouvait tellement ridicule, dans cet accoutrement, mais en bon ninja qu'elle était, elle ne fit rien transparaître. Enfin si, elle souffla fort, pour signifier son agacement.

Koutarou prit alors amicalement Naruto dans ses bras en baragouinant quelque chose. Entouré par ses bras qui faisaient deux fois les siens, le pauvre Uzumaki était à deux doigts d'étouffer. Au moment de lâcher son étreinte, l'homme fut attiré par un élément rose. Il en fut agréablement surpris et contempla alors cette merveille très longuement, comme fasciné.

Elle était aussi belle que ces nymphes que l'on retrouvait dans ses tableaux. Une peau laiteuse qui semblait aussi douce que la soie, de beaux cheveux roses éclatants qui délimitaient le visage gracieux de la jeune femme. Et ses vêtements mettaient si bien son physique en valeur ! Sa blouse rouge, longue derrière, avait une fermeture éclair au milieu de son torse, de plus la rose l'avait ouvert de façon à laisser entrevoir son bandeau noir soutenant et cachant sa belle poitrine. La longueur de son short beige permettait aux regards masculins d'apprécier la finesse de ses jambes. Quelle merveilleuse image il avait devant lui ! Il ne pouvait rester de marbre, surtout face à ce regard si puissant ! Ses yeux vert émeraude, plus magnifiques que les joyaux portés à ses doigts, semblaient détenir un pouvoir infiniment hypnotique. Ainsi restait-il là, hébété par tant de beauté.

Cette dernière grimaça face à tant d'impolitesse et se racla alors la gorge, après quelques secondes de silence. Reprenant ses esprits, Koutarou s'inclina devant elle en guise de salutation, et lui prit intimement les mains.

" Toutes les kunoichis de Konoha sont-elles aussi belles ?"

Naruto manqua d'exploser de rire en voyant la scène. Sa coéquipière grinça des dents, contenant son dégoût. Elle ne répondit pas, et se tint droite comme un piquet devant lui, le défiant du regard. Un sourire se dessina sur le visage du riche marchand, comme satisfait de sa réaction.

" J'adore les filles coriaces comme toi !"

Non mais je rêve, ou il me drague ? pensa la ninja. Son petit nez se tordit et ses sourcils se froncèrent. On pouvait clairement lire de la répugnance sur le visage d'habitude si doux de la rose. Elle détourna la tête vers son idiot de coéquipier, comme pour lancer un appel de détresse. La seule réponse qu'elle obtint fut un large sourire. Ses yeux se posèrent alors sur le brun, qui, en homme jaloux et possessif qu'il était d'ordinaire, semblait totalement ignorer ce qu'il se passait.

Curieux, Suika suivit le regard de sa muse et tomba instantanément sur le brun. Ce dernier fit un pas en avant et se présenta sobrement.

" Je suis Sasuke Uchiha."

C'était officiel ! Sasuke avait, en l'espace de quelques minutes, échangé plus de mots avec cet étranger qu'avec sa coéquipière depuis son retour au village.

Koutarou l'observa un instant. Il n'adopta pas le même comportement amical qu'il avait eu avec Naruto, et encore moins l'attitude séductrice réservée à Sakura. Croisant son regard dur, il détourna immédiatement ses yeux. De la peur. On pouvait clairement voir qu'il le craignait. C'en était si évident que Naruto en avait les larmes aux yeux, à force de se retenir de rire. Quant à Sakura, elle n'était pas d'humeur à rire.

" Si ce matin, je t'ai dit de rester avec Sasuke, c'est pour une bonne raison."

Ces mots raisonnaient dans la tête de la rose et une boule se forma au creux de son ventre. Cela ne pouvait pas être vrai ! Elle ne savait plus qui croire: elle-même, qui biaisée par son amour pour le brun, refusait toujours de voir la réalité en face ? Ou Kakashi, homme plus pragmatique, réservé et neutre ? Naruto semblait, la veille, complètement perdu aussi. Cela ne lui facilitait pas la tâche, elle qui se fiait toujours à son meilleur ami et à son sens du jugement inégalé.

" Je dois me rendre au village du Bambou pour rencontrer la famille de mon futur gendre. Je vous prie d'excuser mon impolitesse, mais nous partirons cette nuit. Nous avons malgré tout organisé un dîner en votre honneur avant notre départ, à quatre heures du matin."

Ils s'en allèrent alors et suivirent un autre jeune homme qui les mena vers une annexe de la maison, toujours décorée de façon douteuse. Bien qu'elle ne passera pas une nuit complète dans cette demeure, Sakura disposait d'une vaste chambre plus que confortable. Peu accoutumée à ce genre de luxe, la jeune fille inspecta chaque objet de la salle: des vases datant d'une ancienne ère, des meubles en bois de grande qualité, un haori qui semblait coûter plus cher que tous les biens qu'elle possédait... Cela la mettait presque mal à l'aise. Dans ses précédentes missions, elle avait vécu dans des conditions plus précaires; dormir à même le sol sous la pluie, ne manger que des baies pendant des jours, marcher sans cesse, c'était son lot quotidien.

Une fois dans la salle de bain, Sakura profita de ce temps pour se retrouver et faire le point sur la journée. Elle avait ce besoin perpétuel de se ressourcer, seule, pour réfléchir et méditer. Bien évidemment, le centre de ses intentions n'était pas le vieux gros, mais bien encore et toujours Sasuke Uchiha.

Si au début, elle croyait être paranoïaque, cette journée avait définitivement confirmé ses doutes. Il était vrai que, depuis son enfance, Sasuke pouvait se montrer froid et distant à son égard. Mais depuis son retour, ce n'était pas de la froideur, mais bien de l'indifférence dont le brun faisait preuve ! C'était dire, ils avaient certainement échangé plus de mots à l'époque noire de sa vie que depuis son retour. Sakura ne comprenait décidément pas pourquoi avec Naruto, il se comportait comme au bon vieux temps, comme s'il n'avait jamais quitté le village, alors qu'il se montrait absolument glacial avec elle. Pas un regard, un toucher, une parole, rien. Elle se demanda alors, s'il lui en voulait pour une faute qu'elle ignorait avoir commise.

Elle avait pourtant changé, depuis l'époque où elle suivait Sasuke à la trace, où elle criait, hystérique, à chaque fois qu'elle se trouvait devant lui. Oui. Elle était sûre d'avoir mûri là-dessus. Mais il semblait n'éprouver aucune sympathie pour elle. Qu'en faisait-il, de ces années partagées au village ? Du fait qu'elle ait cru en lui malgré toutes les médisances des autres ? De ce qu'il lui avait dit avant de repartir ? Sasuke n'était pas le même qu'il y a trois ans.

Trois ans. Pendant qu'elle était occupée à reconstruire le village, réaliser ses projets, s'amuser avec ses amis à Konoha, qu'avait-il pu bien faire, lui ?

Quoi qu'elle puisse ressentir, la rose revint sur terre pour se focaliser sur la mission et vite rejoindre ses amis dans la chambre du blond. Sakura était la dernière arrivée, puisque ses deux coéquipiers s'étaient déjà installés sur les tatamis. Elle put remarquer, avec étonnement, que le brun s'était mis à l'aise : il avait enfin ôté sa cape noire. De ce fait, elle put voir quelque chose de plus surprenant encore : Sasuke ne s'était pas fait faire une prothèse à son avant-bras, contrairement à Naruto.

Son observation fut coupée par Naruto, qui la pointa du doigt aussitôt qu'il l'avait vue rentrer dans la salle, rieur.

" Dis donc, t'as une touche avec l'autre pastèque ! Faut saisir l'occasion, si tu veux un mari fortuné !

- Parle de la mission au lieu de sortir des idioties, râla Sasuke.

- J'l'aime bien moi la pastèque, on dirait une caricature !

- Naruto... souffla la rose. Tu sais qu'on le soupçonne d'être un criminel ?

- Ok. Bon, ce soir, on s'enfile son thon rouge à huit millions de ryos, on se remplit l'estomac, on dort bien, puis on joue aux espions.

- Depuis quand t'es devenu aussi vénal ?" demanda Sasuke avec une pointe de sarcasme.

- Hé, on pourrait même pas se payer ce thon avec la récompense de cette mission, alors ferme-la et bouffe. À moins que t'aies pas faim, comme hier ?

- C'est pas parce qu'il nous offre le dîner qu'on doit s'exploser la panse, remarqua la rose.

- À mon mariage, il n'y avait même pas ça, se plaignit-il."

Était-ce parce qu'il avait atteint le summum de la puissance qu'un ninja puisse avoir, que Naruto était devenu si décontracté, voire négligent et paresseux? Ou était-ce parce que la personnalité de son maître, Kakashi Hatake, avait déteint sur lui ? Naruto semblait, en tout cas, être plus que frustré d'avoir à effectuer ce genre de mission dont le niveau de difficulté était relativement bas. Il ne fallait pas oublier qu'il était l'assistant de l'Hokage.

" Non mais c'est super simple. 'Suffit que tu fasses un genjutsu pour faire diversion, et moi je fais mon kage bushin pour aller fouiller dans ses affaires.

- Et tu sais où tu vas fouiller ? Sa maison, c'est l'entrepôt d'un antiquaire, il y a des objets partout."

Les deux jeunes adultes s'enflammèrent et finirent par se disputer comme des chiffonniers. La rose roula des yeux pour la énième fois de la soirée. Ces deux-là étaient insupportables ensemble, elle avait l'impression, l'espace d'un instant, qu'elle était retournée à la clinique et réglait une bagarre puérile entre deux enfants. Finalement, les voir à nouveau s'entendre et non littéralement s’entre-tuer l'apaisait.

C'est pourquoi au dîner, Sasuke et Naruto s'étaient donné un objectif saugrenu, celui de faire boire au maximum Koutarou. En effet, ce dernier avait une face rougie par l'alcool qui rendait son nez encore plus repoussant. Bien sûr, Naruto avait maquillé cette idée en prétextant à Sakura qu'ils cherchaient à recueillir des informations durant ce dîner. Amusée, elle les laissa faire.

Naruto n'avait pas tort concernant l'abondance de la nourriture. Sakura ne savait plus où donner de la tête, et arrivait même parfois à oublier que leur hôte était un criminel de la pire espèce. Les plateaux se succédaient, les mets rares et raffinés se présentaient devant eux comme des œuvres d'art. Elle dégusta alors silencieusement les plats face à elle, évitant les regards pervers de leur hôte. Quant à Naruto et Sasuke, ils écoutaient d'une oreille discrète les récits dits merveilleux de leur convive. L'enthousiasme et la vivacité du blond lui faisaient oublier quelques instants la peur que lui inspirait Sasuke.

"Regardez ma nouvelle trouvaille !" s'exclama-t-il, le teint rouge.

Le rondouillard présenta fièrement sa dernière acquisition à ses invités: un ordinateur, aussi moderne et tape-à-l’œil que tous les autres trésors entassés dans sa demeure. Comme un enfant à la vue d'un nouveau jouet, les yeux de Naruto brillèrent et sa bouche s'ouvrit en grand l'air émerveillé. Il s'adressa alors à ses compagnons, aussi dubitatif l'un que l'autre.

Sakura observait la scène calmement. L'ordinateur ! Il devait sûrement conserver les données les plus sensibles dedans. Connaissant son compagnon et sa perspicacité légendaire, il avait dû avoir la même idée qu'elle.

" Kakashi-sensei a un modèle qui y ressemble ! se vanta-t-il.

- Kakashi ? Vous voulez dire Kakashi Hatake ? Le Hokage possède un modèle proche du mien ? "

Le visage de Koutarou s'illumina. Il contempla son ordinateur d'un œil nouveau, comme s'il venait de prendre plus de valeur.

" Oui, vous savez, je suis le conseiller de l'Hokage ! dit Naruto avec un brin d'orgueil en appuyant bien sur chaque syllabe d'une voix bien forte.

- Votre réputation vous précède !

- Vous savez, j'ai plein de responsabilités. Je sais utiliser l'ordinateur depuis peu ! Kakashi-sensei me demande même de lui rendre certains services là-dessus.

- Ha bon", commenta Sasuke.

Naruto perçut avec sa sagacité notoire, la pointe d'ironie dans la phrase du brun. Le regard défiant, il ajouta des détails dans son anecdote dans le but de persuader son ami.

" Ouais. La semaine dernière, j'ai dû lui installer un programme top secret. PORNKonoha, tu connais ?

- Si c'est top secret, pourquoi nous le dis-tu ?" demanda Sakura.

Aussitôt, le blond lui renvoya un regard affolé, l'air de dire à la femme médecin de se taire. La rose préféra exécuter ses ordres malgré elle, sachant qu'il ferait son spectacle quoi qu'elle dise. Sa fine remarque fit réagir le brun, qui afficha un sourire discret.

" C'est quoi ?" questionna l'Uchiha, curieux.

Un rictus se dessina sur son visage. Le malheureux ! Le brun faisait preuve de tant d'ignorance ! Naruto releva un peu sa tête, bomba le torse, fier d'en savoir plus que son rival, avant de lui répondre :

" C'est la Plate-forme Officielle de Recensement des Ninjas de Konoha. Il marqua un silence avant de rajouter malicieusement, Hé ouais."

Sasuke n'était pas plus épaté que cela.

" Et tu peux y avoir accès ?"

Le blond baissa la tête.

" Non, rétorqua-t-il en faisant la moue - c'était en fait ce qu'il ne voulait pas aborder. Kakashi-sensei a dit que j'y aurais accès une fois que je serais Hokage ...

- C'est pourri, sale larbin.

- La ferme !"

Koutarou rit de bon cœur face à cette scène. Détendu et surtout ivre, il osa poser une question à Sasuke.

" Dis ... c'est pas gênant pour toi, là ? il désigna vaguement son bras manquant. Pour un ninja, c'est pas gênant ? demanda-t-il alors à Naruto en lui donnant un coup de coude.

- Même sans un bras, je peux battre la plupart des ninjas existants. Alors ne vous en faîtes pas pour votre sécurité, assura-t-il.

- Mais, protesta Naruto, la vieille et Sakura-chan sont capables de te faire un prothèse, regarde ! s'écria-t-il en montrant la sienne. Tu veux pas qu'elles t'en fassent une ?

- Non."

La jeune fille fut peinée face à une réponse aussi sèche. Doutait-il encore de ses capacités ? Elle se fit silencieuse, encore une fois, feignant ne pas avoir entendu.

" C'est vrai ...De toute façon, pour un Uchiha, répliqua Naruto, le plus important, ce sont ses yeux, dit-il en se grattant bêtement la tête.

- Mais attends, ça me dit quelque chose, Uchiha ... Ce n'était pas ce clan décimé de Konoha ... ?"

Naruto avala de travers son thon rouge, tandis que Sakura se fit alors plus attentive. Stoïque, Sasuke le fixa longuement, comme s'il attendait la suite de ses propos.

" Il parait, continua-t-il, que leurs yeux sont maudits, mais qu'ils ont une couleur qui rappelle le sang et envoûtent ceux qui les regardent tellement ils sont beaux ..."

Soudain, Koutarou eut un regain d'intérêt pour le brun. Il le fixait intensément, peut-être avec plus de passion qu'il ne l'avait fait pour Sakura. Naruto regarda le personnage, son coéquipier et pour finir son amie, dérouté par la situation. Cette dernière, en voyant son incompréhension, hocha doucement la tête de manière entendue pour lui signifier qu'elle aussi, le trouvait dérangé. Collectionneur dans l'âme, il voulait sans doute ajouter à ses trésors les pupilles des Uchiha. Elle eut un frisson à cette pensée.

A peine eut-elle le temps de se remettre de ses émotions que la pastèque - dénommé ainsi par le blond, les yeux vitreux, lui posa la main sur la sienne. Jamais personne ne l'avait autant dégoûtée.

" Et vous, vous êtes célibataire ?"

C'était la question à vingt millions de ryos pour elle, surtout sous les yeux de l'Uchiha, qui, de toute façon, s'adonnait encore à son passe-temps préféré, celui de se quereller avec Naruto. Elle en fut plus que gênée. Il aurait été aisé de mentir pour se débarrasser définitivement de ce gros lard répugnant, de prétendre avoir un promis avec qui elle vivrait une histoire passionnée qui l'attendrait sagement au village, mais Sakura n'était pas comme ça. Aussi ridicule que puisse être la situation, la rose ne mentait jamais. Ce fut alors avec le plus grand embarras qu'elle finit par répondre :

" Oui, je suis seule."

Elle put, l'espace d'un instant, entendre en écho dans son esprit la voix piquante de Sai lui susurrer qu'elle finira vieille fille avec comme seule compagnie des chats. Préférant taire cette voix dans sa tête, elle corrigea aussitôt le tir quand elle vit le regard plein d'espoirs de Koutarou.

" Je ne suis pas intéressée par ce genre de chose."



*



La beuverie allait certainement encore durer longtemps, mais Sakura préféra aller se coucher, même si elle ne dormirait que quelques heures. Elle fut suivie de près par Sasuke, qui avait laissé le bout-en-train trinquer avec Koutarou.

Elle ne parlait pas, marchait avec une distance raisonnable pour ne pas sentir son odeur et n'osait lever les yeux en sa direction. Pendant tout le repas, elle avait eu le temps de l'observer, pendant qu'il s'adonnait à ses querelles enfantines avec leur ami commun. Bien évidemment elle ne le faisait pas de la même manière que Koutarou, qui semblait le fixer comme s'il avait devant lui le plus bel objet qui puisse exister. Ses yeux verts étaient irrémédiablement attirés par lui, comme aimantés, malgré elle, le jeune homme ne quittait jamais son champ de vision, c'était plus fort qu'elle. Qu'il était beau ! Ses gestes étaient gracieux, son dos droit et sa posture élégante. Sasuke avait une telle classe et un tel charisme, tellement en contradiction avec la nature de Naruto ! Il dégageait une telle prestance dans la salle, pensa-t-elle.

Ce fut avec l'embarras le plus grand qu'elle déambula dans les sinistres couloirs de la maison en compagnie de l'Uchiha. Elle ressentait un inconfort réel, et un besoin immédiat de fuir. Pourquoi ? N'étaient-ils pas amis ? La rose n'avait jamais été aussi mal à l'aise qu'à ce moment même, d'autant plus que, encore une fois, ils n'avaient toujours pas discuté. Peut-être n'en éprouvait-il pas le besoin...

Elle arriva à l'intolérable et triste conclusion que s'il n'avait plus d'égards envers elle, s'il ne lui témoignait plus d'intérêt, peut-être était-ce parce qu'il n'éprouvait rien pour elle. Elle avait, depuis ces quelques jours, plus ou moins admis le fait qu'il avait une compagne, mais jamais elle n'aurait imaginé qu'il ne la considérait même pas comme une amie.

Elle s'arrêta devant sa porte, et dit, l'air hésitant :

" Bon... À demain."

Ce fut presque un murmure qui faillit échapper à Sasuke, de toute façon, elle n'attendait pas de réaction de sa part. Elle mit sa main sur la poignée de la paroi coulissante, voulant franchir le seuil de sa chambre, quand contre toute attente, il prit la parole.

" Sakura …, elle tourna vivement son visage vers lui.

- ... Oui ?" demanda-t-elle, après s'être remise de cette surprise. Elle n'aurait pas cru qu'il lui adresserait la parole de sa propre initiative.

Elle fixa le brun avec un regard pétillant, croyant pouvoir avoir les réponses à ses questions. Lui, fixait les murs en papier de riz, comme hésitant. Il se retourna finalement dos à elle pour reprendre son chemin.

" Sois à l'heure, demain."

Hagarde, elle laissa l'Uchiha partir vers la chambre voisine, aussi calmement qu'il était venu. Elle resta là, au milieu du couloir, comme sonnée par la scène. Elle retourna alors dans sa chambre, toujours dans le même état et se prépara machinalement à se coucher, ressassant la scène encore et encore dans sa tête.

Il était évident que Sasuke avait voulu lui dire autre chose, même Naruto aurait pu le deviner. Elle avait beau retourner la situation, elle comprenait encore moins l'attitude de cet homme. Il était alors impossible à la jeune femme de pouvoir s'endormir, et fut, encore une fois, obsédée par l'énigmatique Sasuke. De quoi voulait-il parler ? Qu'est-ce qui l'en avait empêché ? Elle pensa alors que ses élucubrations n'étaient peut-être finalement que des chimères. Plus que jamais, elle ne savait que penser.

Remuant sans cesse sous sa couette, elle essaya une bonne fois pour toute d'oublier cet événement et de se reposer pour la mission. Elle fut malgré tout dérangée par des bruits sourds venant de la chambre d'à côté. C'était des bruits de pas. Exaspérée, elle crut un instant qu'il était déjà l'heure de se réveiller avant de constater que la nuit était encore bien noire. Il ne pouvait s'agir de Naruto qui rentrait de sa partie de débauche car ce dernier avait sa chambre à l'étage inférieur et n'avait rien à faire ici. Pourquoi Sasuke se promènerait-il au beau milieu de la nuit dans cette demeure ?

Elle ne pouvait encore rester dans le doute ! Elle quitta discrètement son futon. De toute façon, elle ne trouverait pas le repos cette nuit.