La première séance

par Saiyann

«Sasuke Uchiha. Je serai dorénavant votre coach particulier expert en séduction pour une durée indéterminée. Ravi de vous rencontrer, mademoiselle Haruno.

-Euh...De même, dis-je, peu sûre de moi, en répondant tout de même à sa poignée de main.


J'ai du mal à reprendre contenance face à ce sourire charmeur, mais il faut que je me réveille si je ne veux pas passer pour une imbécile. De toute façon ça ne fera jamais que la millième fois de ma vie mais bon...Si je peux éviter une nouvelle fois de me donner en spectacle, ce serait pas mal.


-Nous allons commencer immédiatement. Si vous voulez bien me suivre, me dit-il en me montrant d'un signe de main la porte ouverte de son bureau. »


J'entre donc dans une pièce plutôt spacieuse. Non, là je suis trop modeste! Cette pièce est géante mais c'est logique quand on y pense. Les séances doivent comporter quelques jeux de rôles et autres âneries du même genre...

J'ai beau essayer de me convaincre du contraire mais je suis dubitative quand à cette « activité », dans laquelle je viens de me lancer. Je pense même que le mot sceptique serait plus approprié pour décrire l'état d'esprit dans lequel je me trouve. C'est vraiment étrange...Depuis quelques jours, je n'arrête pas de changer d'avis quant aux bienfaits que ce « cadeau d'anniversaire » pourrait m'apporter. Je suis perdue. Complètement perdue. Enfin bon...Je vais adopter la mentalité que je devrais avoir. Que toute personne qui se respecte devrait avoir! Ne pas juger avant de connaître!

Tentant alors tant bien que mal de repousser mes aprioris sur le pourquoi je me trouve en ces lieux, je me mets à détailler le bureau de l'homme qui va s'occuper de moi. Tout est sobre, j'aime ça. Les murs sont tapis d'un blanc cassé qui m'est assez apaisant et le sol d'un simple parquet. Banal mais classe néanmoins. Au fond de la pièce, un bureau en bois se dresse fièrement devant deux confortables chaises placées de part et d'autre de celui-ci. Si on oublie les quelques étagères qui meublent également cet espace, il n'y a rien d'autre. Rien d'agressif, rien de stressant, c'est parfait. J'aime penser que je vais passer du temps dans un endroit dans lequel je me sens à l'aise. C'est plaisant. Ou plutôt devrais-je dire rassurant.

Mon coach me fait signe de prendre place devant de son bureau et fait de même. Nous nous trouvons face à face et il plonge son regard dans le mien. J'ai des frissons, est-ce normal? En même temps, je me demande quel genre de femme pourrait résister à un tel beau-gosse. Même moi qui rejette tout ce qui a attrait à ce type de comportement, je ne peux m'empêcher de fondre littéralement.


«Très bien, Sakura. Je peux vous appelez Sakura? Me demande-t-il, me faisant soudainement sortir de ma torpeur. Je pense que cela nous aidera à nous sentir à l'aise ensemble si l'on s'appelle par nos prénoms respectifs. La confiance entre un coach et son élève est un point primordial pour atteindre notre objectif.

-...D'accord...

-Parlez-moi de vous, Sakura, me demande-t-il tout en gardant son petit sourire en coin.

-Que...Que je vous parle de moi?

-Oui. Ce que vous faîtes dans la vie, ce que vous aimez ou ce qu'au contraire vous détestez. Tout, je veux tout savoir de vous. C'est grâce à cela que je serai le plus à même de vous aider.

-Euh...Bien...J'ai vingt-deux ans. Je suis la secrétaire du PDG du groupe Saito depuis bientôt trois ans. Je vis seule dans un petit appartement du quartier de Chibuya...Quant à ce que j'aime, je dirais que mes amis et ma famille sont tout ce qu'il y a de plus important pour moi...Et pour ce que je hais...


Je me perd dans mes pensées. Il y a tellement de chose que j'exècre dans ce monde que la séance entière ne suffirait pas pour lui en faire la liste complète. Autant lui dire simplement ce qui m'insupporte le plus.


-Je ne peux pas voir tout ces débiles qui travaillent avec moi. Eux et leurs manière d'enfants pourris gâtés, je ne peux pas les sentir!


Oulà...J'y suis peut-être allée un petit peu fort là...En effet, j'ai pu remarquer au fur et à mesure que je lui ai énoncé ces derniers mots, que la surprise avait peu à peu envahie son visage d'albâtre. Bof, tanpis! Au moins il saura à quoi s'en tenir!


-Ça a le mérite d'être clair, dit-il après quelques secondes, ne quittant pas son petit rictus. Que recherchez-vous en venant ici?


Ce que je recherche? Ben c'est évident, non? Un mec! Je veux un mec!


-Que pouvez-vous faire pour moi?

-Moi? Me demande-t-il, surpris. Rien.

-Rien?

-Rien.

-Vous vous moquez de moi?

-Pas le moins du monde, s'exclame-t-il, toujours aussi sérieux. Ne pensez pas que c'est moi qui vais aller draguer à votre place!

-Mais je...

-Par contre, je peux vous aider à vous aimer, à vous assumer complètement.

-A...à m'aimer?


M'aimer. Cela sonnait bizarrement à mes oreilles.


-Tout à fait. Vous voyez, cela fait à peine deux minutes que nous nous entretenons et je peux d'ors et déjà affirmer que vous êtes une personne qui manque cruellement de confiance en elle, qui se dévalorise sans arrêt et qui n'est manifestement pas capable d'effectuer la moindre chose par elle-même.

-Euh...Je...

-Vous avez également une fâcheuse tendance à balbutier et vous parsemez vos phrases de « euh » insupportables.


Je n'en reviens pas. Comment il ose me sortir un truc pareil celui-là! Mais pour qui il se prend?


-Bien sûr que non, je peux très bien faire les choses par moi-même...

-Ah bon? Dans ce cas, vous allez m'affirmer que vous êtes venue ici de votre plein gré, sans insistance d'aucune sorte?

-Peut-être mais...

-Maintenant pouvez-vous me dire ce que vous aimez, ce que vous trouvez de bien en vous?


Mes qualités, c'est ce qu'il veux que je lui dise? Il me torture, c'est pas possible! Il se délecte de me voir désemparée, je ne vois pas d'autre explication!


-Je...je suis gentille...Lui dis-je, faussement convaincue. »


A l'entente de mes derniers mots, il se met à ricaner d'un air moqueur. Je ne peux en supporter davantage! J'ai la désagréable impression d'être revenue au temps de la primaire où mes « camarades » aimaient à se moquer ouvertement de moi. Quolibets et humiliations étaient de mises à l'époque en ce qui me concernait et cela m'avait déjà bien assez traumatisée pour que je laisse ce blanc bec se payer ma tête!


« Arrêtez de rire comme un idiot! Cris-je, le faisant immédiatement cesser sa moquerie puérile. Vous êtes là pour m'aider alors je vous prierai de montrer un peu plus de respect envers moi si vous ne voulez pas que je vous plante ici!

-Et bien voilà... Me dit-il, un air victorieux dans le regard.

-Qu...Comment ça?

-Derrière cette timidité maladive, se cache malgré tout un caractère bien trempé. Vous devriez en faire davantage usage, les hommes aiment ça vous savez?

-Vous m'avez manipulée dans le but de m'énerver!

-Manipulée? Je n'aime pas ce terme. Disons plutôt que j'ai manœuvré dans le but de faire ressortir votre vrai « vous ». Ne soyez pas étonnée! Je vais vous obliger à repousser vos limites assez régulièrement lors de nos séances.


Je ne sais pas très bien à quoi m'attendre mais ça à l'air de promettre tout ça...


-Avant de clôturer cette séance qui nous sert surtout aux présentations, je voudrais vous poser une question. La plus importante à mon sens.

-Je vous écoute.

-Êtes-vous amoureuse? Me demande-t-il d'une voix douce. »


Je ne m'attendais pas à cette question, je dois dire. J 'ai déjà du mal à me l'avouer à moi-même alors le dire à haute voix, c'est du domaine de l'impossible. Mais en même temps...Rien que le fait d'être ici semble irréel venant de quelqu'un comme moi et puis si je veux un jour conquérir Gaara, il faut bien passer par là...Maintenant, une autre question se pose et c'est celle-là qui est la plus importante d'après moi. En effet, le principal n'est pas de savoir si je suis amoureuse de lui mais si je l'aime suffisamment pour me surpasser et me mettre à nue devant ce bel inconnu. Car c'est cela le fond du problème. Je vais devoir m'ouvrir à lui...Moi, la personne la plus secrète et renfermée de cette ville va devoir faire confiance à un homme que je ne connais pas. Est-ce que j'en suis capable? Est-ce que je suis en mesure de faire une chose pareil pour celui qui hante mes pensées?


« Oui, dis-je en un murmure.

-D'accord, me répond-t-il, pensif. Je vais d'ors et déjà pouvoir préparer notre prochaine séance que je fixe à la semaine prochaine, même jour, même heure.

-Quoi? C'est déjà terminé?

-Bien sûr. Chaque séance est personnalisée. Maintenant que je vous ai quelques peu cernée, je vais pouvoir mettre à profit cet entretien pour le suivant. La première heure sert toujours à cela.

-Oui ou alors à vous en mettre plein les fouilles, dis-je, sarcastique.

-Belle, explosive et drôle, me répond-t-il avec un sourire charmeur.


J'ai bien entendu belle? Il a bien dit belle? Je n'ai pas rêvé pourtant...C'est pas possible, il continu à se moquer de moi cet enfoiré!

Avant que je ne puisse m'en rendre compte, il me serre la main pour me dire au revoir et je me retrouve dehors encore déstabilisée par ce qu'il vient de me dire. J'ai du mal à reprendre mes esprits lorsque je sens mon téléphone portable vibrer dans ma poche.


« Allô? Fais-je, n'ayant même pas pris la peine de regarder l'identité de la personne qui m'appelait.

-Sakura! C'est Ino! Ta première séance s'est bien passée? Oh! Non, non, non! Ne me dis rien, on aura tout le temps d'en parler ce soir!

-Euh...Ce soir?

-Oui! Je voulais te faire la surprise mais je ne peux pas le garder pour moi!

-Hein? Mais de quoi tu parles, Ino?

-Naruto et Temari sont revenus! On va fêter leur retour!

-C'est génial! Cris-je, ne faisant pas attention aux regards outrés qui s'étaient tournés vers moi.

-Oui! On aura plein de choses à se dire! Temari t'expliquera comment elle a failli servir de repas à des lions en Afrique et Naruto te racontera la façon dont il aurait pu finir par s'écraser en tombant de...

-Ino! Fais-je, le ton dur. En parlant de s'écraser...Est-ce que tu pourrais la fermer deux minutes? On verra tout ça ce soir!

-Ah oui! Je m'emporte, désolée...Bon à ce soir alors!

-C'est ça, à ce soir! »


Décidément, cette fille trouve toujours le moyen de m'épuiser même au téléphone...Bon, je courre me préparer pour revoir mes amis qui m'ont tant manqué. Ma hâte est telle que je ne prend pas la peine de manger. J'aurais le temps de voir ça en rentrant car de toute façon je ne pourrai pas rentrer tard avec le boulot qui m'attend demain...

Vingt heures, j'arrive devant ce bar que nous côtoyons tous depuis le Lycée et entre à l'intérieur sans attendre une seconde de plus.

La charmante tête blonde de mon meilleur ami attire mon attention et lorsqu'il se retourne vers moi et que je croise ses yeux pétillants de bonheur, je ne peux me retenir de le prendre dans mes bras. Il m'a tellement manqué...


« Salut Sakura! C'est si bon de te revoir! Me dit-il en répondant à mon étreinte.

-Comment vas-tu?

-Moi ça roule et toi, qu'est-ce que tu fais de beau? Me demande-t-il, le sourire aux lèvres.

-Toujours pareil!

-Eh! Fait une autre voix que je ne connais que trop bien. Et moi, je ne t'ai pas manqué?


Je me retourne pour donner mon plus beau sourire à Temari. Je vois Ino derrière, les yeux au bord des larmes, surement dus à l'émotion.


-Tu rigole ou quoi! Tu m'as affreusement manqué! »


Et hop! Un nouveau câlin! Je crois que ce soir ça va être une soirée spéciale papouilles à ce train là.

La soirée passe à une vitesse folle. On essaie de rattraper le temps perdu en se racontant nos petites histoires respectives passées loin les uns des autres mais j'évite soigneusement de leur parler de la merveilleuse idée qu'a eu Ino avec Docteur Love. On rit, on se taquine, on se remémore le bon vieux temps ainsi que toutes les conneries qu'on a faite, les yeux remplis d'une mélancolie que je n'avais encore jamais vue chez mes amis. Mais ça fait du bien. Beaucoup de bien.


« J'ai vraiment hâte que Tenten revienne! Fais-je, surexcitée.

-C'est dans ses plans, me répond Temari. C'est juste qu'elle file le parfait amour avec un mec plutôt BCBG et il faut qu'elle attende qu'il revienne de son voyage d'affaire.

-Hein? Mais pourquoi? Elle est assez grande pour venir seule, non?

-Sakura...Fait Naruto, d'un air moqueur. Je sais bien que tu as toujours détesté les gens qui ne savent plus rien faire tout seul une fois casé mais Tenten ferait mieux de l'attendre si elle veut nous le présenter, non? Tu ne crois pas?

-Ah...si elle veut nous le présenter...Fis-je, honteuse.

-Mais c'est qui? Demande Ino. Vous le connaissez?

-Tu as déjà dû entendre parler de lui, lui répond Temari. Il s'appelle Neji Hyûga.

-De la célèbre entreprise Hyûga?

-C'est ça.

-Et toi, Sakura? Demande Naruto. Ça en est où les amours?


Et merde. Je sens qu'il va lancer la machine...


-Tu fais bien d'en parler! S'exclame Ino.


Ça y est. La machine est lancée.


-Je l'ai inscrite dans la célèbre agence de séduction! Alors raconte nous tout.

-Oh ben il n'y a rien de très spécial à dire...C'était juste une séance de présentation.

-Et qui est ton coach? Me demande-t-elle.

-Un certain Sasuke Uchiha, lui dis-je, d'un air ennuyé.

-QUOI? Hurle-t-elle, me faisant violemment sursauter.

-Tu le connais?

-Si je le connais? Me demande-t-elle, les yeux plissés comme si elle s'insurgeait. Bien sûr que je le connais!

-Cool, dis-je sans grande conviction.


C'est vrai! Qu'est-ce que j'en ai à faire qu'elle le connaisse!


-Attend! C'est tout ce que ça te fait d'avoir passé une heure avec ce mec!

-Ben qu'est-ce que tu veux que ça me fasse?

-Mais ce mec c'est une bombe de chez Hiroshima! Me dit pas que ça t'a pas sauté aux yeux!

-Vaguement...


Il faut que je feigne l'indifférence et surtout que je ne lui dise pas que ce mec m'a, en effet, quelque peu déstabilisée sinon je vais en entendre parler jusqu'à la fin des temps.


-Ah oui c'est vrai, me dit-elle. Pour toi il n'y a que Gaara. En même temps je comprend, quand on on est amoureux on ne voit que la personne qu'on aime.

-C'est ça.

-Ça n'avance toujours pas avec lui? Me demande Temari.

-Pas vraiment

-Alors j'espère que tes séances finiront par t'aider! S'exclame Naruto, en levant son verre vers moi pour trinquer.


Pas autant que moi, c'est sûr.