Le calme avant la tempête

par Uchiwa-devil

Le calme avant la tempête

Le regard du vieil homme fut tellement intense que le jeune Uchiwa détourna les yeux quelques secondes en regardant le sol. Diverses images traversèrent son esprit sans vouloir le laisser tranquille, et cela l'empêchait de penser clairement.

Il s'approcha donc d'Orochimaru, qui lui attendait patiemment sur la chaise, Kabuto derrière lui. Il ferma les yeux, puis les rouvrit en fixant le Senin.

- Je suis là, chuchota-t-il sans pouvoir cacher sa voix légèrement tremblante, alors ne faite rien à Konoha.

Un faible et suspicieux sourire s'empara des lèvres d'Orochimaru. Il se mit debout, dépassant Sasuke de cinq centimètres à peine, et il le défia du regard.

- Je croyais que tu désirais détruire le village, murmura-t-il, depuis que tu as su pour ton frère.

- Taisez-vous ! Hurla le jeune homme. Je vous interdis d'en dire plus !

La rage s'empara de tout son corps et il leva le bras en direction d'Orochimaru qui semblait amusé par la scène, et juste comme il allait atteindre son visage blanc, le Senin attrapa son poignet.

- Tu sais très bien que tu ne dois pas jouer à ce petit jeu avec moi, maugréa le serpent, tenant toujours le poignet de l'adolescent.

Kabuto, derrière, lâcha un rire qui attira l'attention de Sasuke qui lui était à moitié chemin entre rage et haine. Puis, se rendant compte qu'Orochimaru le serrait un peu trop fort à son goût, il recula brusquement en attrapant son katana de l'autre main.

Orochimaru eut un mouvement de recul, pris par surprise. Kabuto se mit devant, menaçant l'Uchiwa d'un regard. Ce dernier ne fut aucunement effrayer, et il resta immobile un instant, essayant de déchiffrer les prochains mouvements que ferait le bras droit d'Orochimaru.

Un combat débuta alors, entre les deux jeunes hommes, sous l'oeil amusé du Senin. Kabuto prenait les devant durant un certain temps, mais Sasuke se reprit bien vite, et il fit un croche pied à son adversaire. Celui-ci se retrouva donc à terre, à la merci du jeune Uchiwa. Orochimaru intervint alors mais Sasuke menaça le Senin en l'obligeant à reculer sous peine de se faire trancher la tête. Ce dernier éclata d'un rire dégoutant et sans que personne n'eut le temps de le voir, il s'empara de la lame et la serra tellement fort que non seulement un filet de sang coula mais Sasuke ne put faire un seul mouvement avec son sabre.

- Tu me fais bien rire, ria-t-il alors que le jeune homme essayait en vain de ménager sa rage.

Oubliant Kabuto, il enclancha ses sharingans et fixa Orochimaru dans les yeux, lui riant toujours aussi fort. Mais la douleur fut tellement intense qu'il lâcha un cri en fermant immédiatement les yeux. Du sang coula sur son visage et Orochimaru en profita pour le pousser par terre et le bombarder de coups, alors que pendant ce temps, Kabuto s'était relevé.

Dans un ultime hurlement de douleur et de rage, il ouvrit les yeux et ce fut au tour d'Orochimaru d'hurler, sachant maintenant pourquoi cette pupille est entrée dans la légende. Un simple regard et c'en était finit. Il recula sans voir où il allait et Sasuke profita , malgré la douleur, de ce court instant pour s'occuper de Kabuto. Mais celui-ci semblait avoir disparu. L'Uchiwa le cherchait donc, regardant de haut en bas, à gauche à droite puis il sentit un poids sur ses épaules. En même temps, Orochimaru avait reprit ses moyens, et, un peu plus loin, il revint vers lui en le menaçant d'un regard plus qu'haineux. Le serpent était dans une colère noir. Sasuke l'avait cherché, et il l'avait trouvé. Ce dernier se rendit compte que trop vite, alors qu'il était hypnotisé par Orochimaru, que Kabuto l'avait serré contre lui et qu'il ne pouvait bouger ses bras.

Il s'était misérablement fait avoir. Sa respiration accéléra et il soupira longuement en essayant de garder son calme. Orochimaru l'approchait dangereusement en faisant signe à Kabuto de ne pas le lâcher. Lorsqu'il sentit les long doigts d'Orochimaru glisser sur ses bras, il frissona et quand le Senin s'approchait un peu trop près de son visage, il ferma les yeux pour ne pas sentir ce qu'il lui ferait dans les prochaines secondes. Au fond des ténèbres qui hantaient ses pensées, il vit une jolie frimousse blonde, et comme pour ajouter un poids à sa douleur, Orochimaru enfonça ses dents à l'endroit même où avait été posée la marque maudite, avant qu'Itachi ne l'enlève lui-même. Un filet de sang s'écoula et Sasuke hurla avant de perdre conscience.

***


Ne voulant s'arrêter de battre aussi vite, mon coeur me faisait horriblement souffrir de la manière dont il battait contre ma poitrine. J'avais l'impression qu'il allait exploser. Tellement de choses m'embrouillaient l'esprit que je n'étais vraiment pas d'humeur aujourd'hui. Je me fâchais à rien et c'est pourquoi Sakura ne m'adressait aucun mot durant le trajet jusqu'au bureau de Tsunade. Nous étions arrivés en fin de matiné, et je fus surpris en y retrouvant Kakashi, discutant avec l'Hokage, tandis qu'au fond de la pièce se tenait Hinata. Elle avait l'air en grande forme. En tout cas, d'après ses pupilles blanches aussi brillantes que de la neige qui vient de tomber, et de son sourire en me voyant entrer. Je lui renvoyais à peine ce petit signe de salutation en restant appuyé contre le mur tandis que Sakura s'avança vers Tsunade. Celle-ci releva la tête vers mon amie, la regardant insistante.

- Quoi ? Lâcha-t-elle, visiblement très occupée

- Il... euh, commença Sakura un peu nerveuse, il faudrait qu'on vous parle.

Elle se retourna brièvement vers moi pour expliquer le ''on'' qu'elle avait employé. Tsunade soupira en replaçant ses feuilles sur son bureau. Elle se leva ensuite en disant à Kakashi qu'elle serait de retour d'ici cinq minutes, dépendemment de ce qu'on aurait à lui dire. Elle suiva alors Sakura à l'extérieur du bureau et j'en fis de même, lançant un dernier regard silencieux à Hinata, ne sachant toujours pas pourquoi elle était là.

Une fois en dehors du bureau, Sakura prit la parole la première, avant même que Tsunade ou même moi ai pu le faire.

- Voilà, lâcha-t-elle, euh... Sasuke est sortit hier et... Ben il n'est pas revenu.

Je fis semblant de ne rien entendre, le regard perdu aux alentours. Je semblais tellement absent que Tsunade se tourna vers moi avant même de fournir une réaction à ce que Sakura venait de dire.

- Tu vas bien, Naruto ? dit-elle en posant sa main sur mon front.

Je grognai. Son instinc maternelle m'énervait drôlement aujourd'hui. Je restai donc appuyé sur le mur, les bras croisés contre mon torse. Je n'étais pas de bonne humeur et personne ne me ferait sourire aujourd'hui. Personne.

Tsunade reporta son attention sur Sakura et lui demanda de répéter. Sakura s'énerva et soupira longuement.

- Sasuke a disparu ! S'exclama-t-elle

Cette fois-ci je l'entendis et ça me fit un peu plus mal. Comme si quelqu'un me frappait à coup de couteau et ce, sans cesse. À la longue, ça fait atrocement mal.

Tsunade semblait sérieuse tout en ayant du mal à y croire. Quel hasard, moi aussi je n'y crois qu'à moitié.

- On pense que c'est... euh, continua Sakura peu confiante, Orochimaru..

Je crus une seconde que Tsunade ne nous suivait plus. Elle regardait le sol un instant sans se rendre compte réellement de notre présence. À quoi pensait-elle ? Sakura s'en préoccupait plus que moi et elle lui secoua l'épaule, histoire de la ramener à la réalité.

- Qu'est-ce qu'on doit faire ? insista Sakura, toujours avec ce visage triste

Je restais toujours silencieux à leurs côtés, ne disant un mot. Comme ça, sans expression ni réaction, j'avais presque l'air de me ficher d'où pouvait être mon amant, mais à l'intérieur, c'était tout le contraire. Mon sang bouillonait dans mes veines rien qu'à penser aux possibilités. D'abord, je sais qu'il y a Orochimaru dans les parages. C'était lui ma principale crainte. Ce qui me rassurait c'était que Sasuke faisait partis entre autre d'un clan réputé pour leurs dons innés aux combats et qu'il ne se laisserait pas faire une deuxième fois. La deuxième hypothèse que je m'étais faite, malgré que je me sois giflé au moins une trentaine de fois dès que cette phrase parut dans mon esprit, ne semblait pas totalement fausse... Et voilà, encore une gifle. Je ne sais vraiment pas où me mettre la tête ces derniers temps. Je suis tout à l'envers et ça empire de minute en minute. De seconde en seconde... Et si Sasuke nous avait trahis une nouvelle fois ?

- Naruto ?

Je sursautai. Il faudrait arrêter de penser autant, je finirai par en avoir mal à la tête. Et ça, j'étais loin, très loin d'en avoir envie.

Je regardais donc Sakura qui me fixait, cherchant à savoir si j'allais bien. Je lui fis un léger signe de tête et elle m'expliqua ce que j'avais manqué durant mon ''absence''.

Je l'écoutais à peine et me rendis compte que Tsunade était retournée dans son bureau. Je me dirigeais là pour la rejoindre en entendant Sakura soupirer derrière moi comme quoi je ne l'écoutais jamais. Et puis après ?

Je me dirigeais vers son bureau où elle venait tout juste de se rasseoir, et après un bref regard en arrière qui me confirma qu'Hinata - assise par terre cette fois - était toujours présente.

- Juste pour vous dire, commençais-je en me raclant la gorge, que je ne rentrerais peut-être pas ce soir.

Sakura parut surprise, mais pas autant que Tsunade. Celle-ci sourit après mûre réflexion. Je la regardais interrogateur avant qu'elle ne m'adresse la parole.

- J'espère, dit-elle, car la mission que je vais te confier ne prend guère un après midi.

J'eus un mouvement de recul.

- Une mission ? interrogeais-je

- Oui, lâcha-t-elle en se levant debout, faisant signe à Hinata d'approcher, j'ai fais venir des ninja de niveau pour vous accompagner, Sakura et toi.

- Oui, mais quelle mission ? insista Sakura

- Vous venez de m'affirmer que Sasuke n'est pas revenu d'où il était partit, fit Tsunade, vous devrez le retrouver. Mais..

Bien sûr, il y a un mais. Inévitablement, cette phrase sonna amère à mes oreilles. Ce n'était pas la première fois, disons, qu'on me donnait comme mission de retrouver Sasuke. Il avait le don de disparaître sans laisser de traces. Mais là, les choses se compliquaient un peu et ça devait arriver en même temps qu'Orochimaru fasse son grand retour. Quoi de plus louche... et inquiètant.

Je lançais un léger regard à Hinata qui ne bougeait pas d'où elle était. Dans ses grands yeux blancs, j'y voyais de l'assurance mais surtout de la sagesse. Je n'avais pas eu l'occasion de lui reparler depuis que j'étais revenu de mon exil de trois ans. Elle avait plus ou moins changée. Ses cheveux étaient beaucoup plus longs qu'avant, lui arrivant clairement aux reins. Ses yeux toujours aussi magnifique et son visage d'ange était resté le même. Elle avait quelque peu grandit, faisant la même taille que Sakura maintenant. Je la détaillais de la tête aux pieds et pas une seule fois elle rougissait. Elle s'était peut-être finalement fait une raison. J'en fus plus soulagé qu'autre chose. Elle ne se souffrirait plus inutilement.

Je revins à la réalité quand Sakura me donna un léger coup de coude dans les côtes. Ma tête se tourna instinctivement en avant de moi, où Tsunade me regardait inquiète.

- Un problème ? marmonnais-je, mal à l'aise.

- Tu es sur que tout va bien ? Depuis que je te connais, je ne t'ai jamais vu autant... bref, tu sembles absent...

- Tout va bien, grognais-je en baissant le regard.

J'y aperçus, sur le bureau, les papiers de mission et je m'emparais de ces feuilles. Je lis les quelques lignes, le ''blabla'', pour en arriver au but premier de la mission. Mes yeux s'ouvrirent grands et mon coeur manqua un battement. Éliminer Orochimaru.

***


La tête penchée vers l'arrière, j'admirais l'étendu rose. Le ciel s'assombrissait et le soleil disparaissait au fur et à mesure que les minutes s'écoulaient. J'étais assis contre un rocher, le regard dans les vappes, faisant tournoyer un kunaï autour d'un de mes doigts. J'avais fais le vide dans mon esprit, me préparant à voir le pire dans les prochains jours.

Soudain, une voix étrangement lointaine me ramenait au présent.

- Naruto ?

Une voix aiguë et relaxante. Je me retournais.

- Prêt ?

Je souris faiblement. Me passant la main dans les cheveux, je me levais enfin, la dépassant de presque une tête.

- Allons-y, Hinata, marmonnais-je.

Sakura vint marcher à mes côtés, mais la conversation n'allais pas de bon train. Contrairement à mon habituelle enthousiasme, je ne parlais pas. J'étais aussi silencieux que mon cher disparu. Pourvu qu'il ne lui soit rien arrivé...

Le chemin fut long et pénible. Mes jambes semblaient ne pas vouloir me tenir encore plus longtemps et mon esprit flottait dans une tristesse non contenue et j'avais du mal à m'y retrouver.

Après une heure de marche, je m'arrêtais et mes amis s'installèrent à mes côtés. Sakura et Hinata se proposaient pour faire la tente, sachant surment que nous y resterions toute la nuit. Je reprenais donc un peu d'énergie en prenant une grande gorgée d'eau. Kiba s'installa à mes côtés en s'appuyant sur le tronc d'un arbre tandis que Naomi et Lee prirent place aux abords du petit lac.

La nuit tomba assez rapidement, et, perdu dans mes pensées, je mis un petit moment avant de me rendre compte que seul Kiba et moi étions encore debout. D'ailleurs, parlant de lui, il vint à ma rencontre et s'assit à côté de moi.

- Ne t'inquiète pas, lâcha-t-il doucement en posant sa main sur mon épaule, on va le retrouver.

- Tu sais, dis-je presque assez fort pour me faire entendre, j'ai répété cette phrase assez souvent que maintenant, je n'y crois plus.

Il semblait choqué par mon manque de confiance... de motivation. Je redevenais lentement le Naruto faible et sans ambitions que j'avais été quand on m'avait obligé à me marier avec Naomi. C'est pourquoi Kiba me secoua plus durement.

- Hé, s'exclama-t-il, où est passé le futur Hokage ?

Je souris doucement.

- Au même endroit que Sasuke, murmurais-je doucement alors que mes iris bleus divaguaient toujours vers l'horizon.

Il se tut un instant. Un malaise chez lui que je ne ressentais pas. Mon coeur battait à une vitesse raisonnable et j'avais réussis depuis ce matin à reprendre un peu mon calme. Essayant d'oublier les images horribles qui apparaissaient à mon esprit dès que je repensais à Orochimaru...

- Je suis désolé, Naruto, vraiment, marmonna Kiba

- Désolé de quoi ?

Kiba baissa la tête.

- J'avais oublié que... ben que vous deux... Enfin, marmonna-t-il vraiment, vraiment mal à l'aise.

Sa gêne me fit sourire. Me remontant un tout petit peu le moral, je m'amusais à le regarder rougire.

- C'est un peu étrange, continua-t-il un peu moins nerveux, que vous deux vous soyez un couple aujourd'hui...

Je regardais mon ami tandis qu'il parlait. C'est vrai que cela a du en surprendre plus d'un, de savoir que les deux plus grands rivales que nous étions avaient finit par tomber amoureux... Mais la vie est ce qu'elle est, et on ne peut changer le cours des choses. Comme on dit : rien n'arrive pour rien.

- Je sais, dis-je.

- Naruto, poursuivit Kiba alors que je relevais la tête vers lui, j'espère que tout ira bien pour vous. Sincèrement...

Je souris.

- Merci, Kiba, murmurais-je, à peine assez fort pour qu'il m'entende.

Je me levais ensuite. Souriant.

- Je vais me coucher, dis-je, tu montes la garde le premier ?

- Ouais, dit-il, bonne nuit.

Je partis me coucher et m'endormis l'esprit en paix.

***


Gisant sur le sol glacé, il ne bougeait pas. À peine conscient, il pouvait cependant entendre toute la conversation qu'Orochimaru et Kabuto avait dans l'autre pièce. Il se sentait misérablement faible. Il avait mal et il se sentait seul. Plus seul que jamais. Et comme la solitude l'avait presque tué durant son enfance, il cru que jamais il sera libre à présent. Il avait commit une erreur... stupide, et cette fois-ci personne ne viendrait. Personne n'était là. Personne pour lui tendre la main. Personne pour le prendre dans ses bras et le réchauffer. Non, personne.

Il chasse ses vilaines idées et tenta de se relever, sans succès. Ses jambes ne le tenaient plus et il lâcha une plainte étouffée. Il décida, contre son gré, de rester par terre.
Les minutes s'écoulaient ainsi, paressant une éternité pour le jeune Uchiwa.

Les voix étouffés qui venaient de la pièce d'à côté devinrent plus vivantes et surtout plus fortes. Il se décida donc de ramper et de se coller contre le mur pour mieux entendre.

- Tu comprends maintenant, Kabuto, fit la voix d'Orochimaru, il faut à tout prix l'éloigner de ce blondinet.

Un silence dura dans lequel Sasuke tentait du mieux qu'il pouvait de rester là où il était. Orochimaru poursuivit alors.

- Il va falloir que je passe à l'acte, et au plus vite.

- Bien, maître, fit Kabuto.

- Demain au plus tard.

Sasuke entendit des bruits de pas, comme si soit Orochimaru ou Kabuto s'éloignait, puis il entendit le serpent continuer.

- Non, dit-il, finalement, j'ai une meilleur idée.

- Je vous écoute, Orochimaru-sama.

- Je pense que Sasuke s'en donnerait à coeur joie d'assister à la mort sanglante de ce cher démon renard.

Sasuke faillit s'évanouir. Son sang se mit à danser dans ses veines, et dans une rage soudaine et tellement puissante, il réussit à se relever en envoyant son point fracasser le mur en roches.

- Salop !! Hurla-t-il

- Tiens ?

Une voix derrière lui le tira de sa violente colère. Il tourna la tête et aperçut une silhouette étrangement familière.

Son corps tremblait légèrement et il resta bien collé au mur. Sans doute trop orgueilleux pour admettre qu'il avait peur... un peu. Rien qu'un peu.

- Sasuke-kun, je ne m'attendais pas à te voir ici.

La respiration saccadé, le corps tremblant, le point en sang, il observa la silhouette s'avançer vers lui et il reconnut immédiatement la personne.

- Je... Je pourrais dire la même chose, marmonna-t-il

Le mystérieux inconnu s'avança encore vers le jeune Uchiwa qui lui ne bougea pas d'un pouce.

- Orochimaru est encore plus dangereux, prend garde.

- Je vais le tuer !! Hurla Sasuke

- Voyons, Sasuke-kun, tu tiens à peine debout ! s'exclama l'inconnu en riant.

Sasuke se laissa glisser le long du mur pour finir assit par terre. Il resta là de longues minutes à réfléchir. Après un bref instant, dans lequel il reprit son calme, il leva les yeux vers l'inconnu qui s'agenouilla devant lui, le regardant dans les yeux.

- Sincèrement Sasuke, dit-il, tu peux compter sur moi

FIN du chapitre, À SUIVRE