Un ninja, Une arme

par Uchiwa-devil

Chapitre 11 : Un ninja, une arme ?

Flash Back

Tsunade se leva de son bureau et tourna le dos à ses compagnons pour regarder par la fenêtre. Elle commençait à penser que ce n'était pas une bonne idée, ce mariage forcé... Elle savait pourtant que ce n'en était pas une. Naruto n'était pas du genre à se soumettre à aucune loi, aucune obligation. Elle le savait, et elle avait été surprise quand il ne s'était presque pas défendu. Elle voulait qu'il soit enfin heureux. C'était comme un cadeau qu'elle lui offrait. Mais elle commençait à penser que tout ça se terminerai mal... très... mal.

- Sakura, commença-t-elle.

La concernée releva la tête, tout comme Naomi, avant d'ouvrir les oreilles pour écouter sa maîtresse. Mais avant que celle-ci n'eut pu prononcer qu'un seul mot, la porte s'ouvrit en fracas, laissant entrer Kakashi et Ibiki.

- Hokage-sama ! S'exclama ce dernier

- Oui, qu'y a-t-il ?

Les deux ninja semblaient essouflés et pressés. Tsunade leva un sourcil, tout comme Naomi et Sakura, tandis que le Tsuchikage commençait à perdre patience ; ils étaient sensés être partis depuis déjà un bon bout de temps.

- Vous avez perdues vos langues ? insista Tsunade, impatiente.

Sakura restait silencieuse, et Kakashi entreprit d'expliquer la situation.

- Nous avons reçu des informations, commença-t-il.

- Des informations... ? demanda Tsunade

- Concernant une certaine organisation appelée Akatsuki, continua Ibiki

- Quoi ? Quelles genres d'informations ? s'enquit immédiatement la femme blonde

Le Tsuchikage lâcha un soupire, tandis que Naomi croisa les bras sous sa poitrine, et que Sakura était autant intéressée par la situation que les deux ninjas d'Iwa.

- Ils rôdent aux environs, cherchant toujours le bijuu de... Naruto, lâcha Kakashi après mûre réfexion.

Tsunade soupira après s'être installée confortablement sur son bureau, prenant une des bouteilles de saké traînant par ci par là sur son bureau, avec les piles de papiers

- Le plus important pour le moment, continua Kakashi, c'est d'éloigner Naruto des frontières du village et de le garder sous protection intensif.

- Impossible ! S'exclama Sakura. Naruto n'est plus au village !

- Pardon ?! S'écrièrent ensemble Kakashi et Ibiki

- Je connais cet organisation, dit le Kage d'Iwa plus calmement que les précédents, j'ai entendu dire qu'ils étaient dangereusement puissants, et qu'ils recherchaient les bijuux.

- Oui, et Sakura a fait l'idiote erreure de laisser partir Naruto ! Non mais ! Il va se faire capturer !!

Sakura, au bord de la crise de nerf, s'approcha brusquement de Naomi, et se fichant complètement de la présence du père de celle-ci, elle l'empoigna par le collet pour la soulevée dans les airs en la regardant menaçant.

- Toi ! Tu m'énerve à la fin !! Naruto est fort, t'entends ? F, O, R, T ! FORT !!! J'ai confiance en lui, et ces idiots habillés de capes noirs n'auront jamais raison de lui !! Alors s'il te plaît, tais toi !!

Sakura criait à présent. C'était un peu un mélange de peur - pour ses deux co-équipiers -, de colère ou de jalousie. Mais elle ne savait plus si cette jalousie était envers Naruto ou Naomi...

- Sakura, calme toi s'il te plait, fis Tsunade.

Kakashi ne dit rien et Ibiki non plus. Naomi replaça son col et soupira de soulagement en retournant près de son père. Ça fait peur tout de même, une Sakura en pleine crise de colère.

Parlant d'elle, elle se planta droit devant Tsunade, les mains appuyées sur son bureau, et elle regardait sa maitresse dans les yeux.

- Oui, c'est de ma faute, avoua-t-elle, j'ai laissé partir Naruto. Je lui ai fortement conseillé d'aller rejoindre l'élu de son coeur avant qu'il ne soit trop tard, et vous savez quoi ? C'était une bonne idée. Je suis fière d'avoir pu l'aider à déchiffrer ses sentiments. Je me fou éperduement de ces clowns qu'on appelle Akatsuki ! Naruto ne se laisse pas abattre aussi facilemenent et je suis persuadée que je ne suis pas la seule à le savoir !

Sur ce, la jeune femme quitta les lieux en laissant un cruel silence reigner dans la pièce. Tsunade, Ibiki, Naomi et le Tsuchikage affichait tous des yeux écarquillés et la machoire ouverte immitant le poisson rouge, tandis que Kakashi dû travailler fort pour se retenir de dire : Wouah ! Je suis fier de mon élève !

Mais il se retint et partit à la suite de Sakura.

Fin Flash Back

Kakashi ainsi que Sakura sautaient d'arbre en arbre tentant de retrouver les quatres disparus. Ils étaient partis depuis deux jours déjà et ils avaient presque atteint les frontières du Pays de l'Eau. Mais l'angoisse et la peur les forçaient à garder le silence, jusqu'à ce que Sakura aperçoive quelque chose au loin.

- Senseï ! C'est quoi, ça ?! s'exclama la jeune femme

- Allons voir de plus près, s'écria le senseï en question

Les deux ninja se rapprochaient de plus en plus de l'auberge. (nda : devinez qui es a linterieur... ok je sors). Kakashi s'arrêta de courrire droit devant la porte du petit bâtiment, et attendit que Sakura l'ai rejoint. Puis une fois qu'elle fût la, il défonça la porte.

***

Je m'étais réveillé après même pas une heure de sommeil. Je n'étais pas vraiment fatigué, après tout. Je n'avais cessé de repenser à la conversation que j'avais eu avec Sasuke, avant qu'il ne s'endorme. Il s'était réveillé aussi, et s'était assit contre le mur. Il ne parlait pas et j'ai une seconde eu peur qu'il ne me parle plus. Mais j'ai vite chassé cette idée de ma tête. Puis après quelques minutes à méditer sur mon pauvre sort, Lee apparut devant moi. J'ouvris les yeux.

- Bien dormit ? marmonnais-je

- Ouais, comme un bébé !

- Ah, murmurais-je, quel heure est-il, d'après toi ?

- Je sais pas, avoua-t-il sincèrement, je dirais entre onze heures et midi, d'après l'emplacement du soleil.

Je roulais des yeux. Quels façons étranges de déterminer l'heure qu'il était. Mais Lee a toujours été spécial et... différent des autres. Et c'est ce qui faisait qu'on l'appréciait grandement. Je l'invitais à prendre place à côté de moi pour parler.

- Ça fait un bail qu'on n'avait pas discuté, dit-il, au faite, qu'est-ce qu'il a Sasuke ? Je n'ai jamais vu quelqu'un qui a autant sommeil... Ben, à part Shikamaru...

Il rit ensuite. Moi je restais écrabouillé au fond de ce canapé, mal à l'aise. Je regardais en direction de Sasuke, et celui-ci venait juste d'ouvrir les yeux, fixant Lee de ses onyx noirs.

- Je ne dors pas, lâcha-t-il d'une voix presque inaudible.

Lee se tourna vers lui.

- Ah, lâcha-t-il.

- Neji aussi dort beaucoup, regarde l'heure qu'il est, il dort encore ! M'exclamais-je en riant.

À ce moment là, Lee n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit, ce fût Neji lui même qui répliqua, en haut des escaliers.

- Seriez vous en train de me traîter de paresseux, peut-être ? Ria-t-il en descendant.

- Non, pas du tout, dis-je en fixant Lee, d'un sourire taquin.

- Ouais, gros pareusseux !! S'exclama celui-ci en se levant d'un bond. Tu sais, Neji, la paresse c'est quelque chose d'inutile pour un ninja ! Tu sais qui m'as dit ça ? C'est Gaï-senseï !!!

Je lâchais un rire et Sasuke en fit de même avant de refermer les yeux, toujours appuyé sur son mur. Lee ne changerait jamais...

Neji se planta devant lui, et d'une pichenette sur le front - qui le fit retomber assit sur le canapé -, il dit :

- Ouais, mais moi je ne le suis pas.

Il se dirigea vers la porte et quand il passait devant moi, je remarquais qu'il avait fait tout ses bagages et qu'il était visiblement prêt à partir.

- Bon, lâcha-t-il, essayant d'avoir l'air enjoué devant la porte, maintenant que tout le monde est là, on peut y aller ?

Je me levais et contrairement à Lee, je ne sautais pas de joie que la mission fut accomplie. Je me dirigeais vers Sasuke qui ne semblait pas porter attention au monde qui l'entourait. Je me plantais devant lui, le regardant de haut. Il était toujours assit par terre. Lorsqu'il ouvrit les yeux, la seule chose qu'il dit en me voyant fut : Quoi ?, sur un ton presque brusque, mais moi ça m'amusait. On dirait que j'entendais mon ami d'autrefois, et ça me fit rire.

Je tendis une main pour l'aider à se relever, bien que je fus certain qu'il était encore en forme pour le faire tout seul. Après tout, quinze ans, c'est pas si vieux que ça !

- Tu viens, demandais, ne pouvant caché mon amusement, ou va falloir que je te porte ?

Il se releva sans même prendre ma main. Il avait encore toute son orgueuil, et j'en fus soulagé. Je souris d'avantage quand il me lança un regard de défi... comme avant.

- J'ai encore mes jambes, tu sais, lâcha-t-il d'une voix si douce qui me fit fondre sur place. Quoi que je restais en un morceau.

- On y va ? insista Lee, à l'autre bout de la pièce.

Je regardais vaguement en arrière, avant de leur tourner le dos et de lançer à Sasuke un regard séduisant, histoire de m'amuser un peu à voir le rouge monter jusqu'à la racine de ses cheveux.

Mais à ce moment là, j'entendis un bruit et avant même que je n'eus pu me retourner, la porte se défonça, faisant sursauter Neji qui était appuyé sur celle-ci, et Lee, qui n'était pas loin non plus.

J'ouvris grands les yeux quand je me rendis compte que c'était Sakura et Kakashi.

- Oh, lâcha mon senseï, Arigatô Kami-sama, vous êtes en vies !

Je regardais Neji et Lee d'un regard amusé... Étions nous sensés être morts ?

Sasuke - qui était toujours entre le mur et moi, me poussa un peu avant de sortir dehors, suivit après de Lee et Neji. Ne restant plus que moi, Sakura et Kakashi.

- Alors ? s'enquit aussitôt Sakura, plus curieuse que jamais.

Je la regardais, bizarrement.

- Quoi alors ?

- Ben ! Vous n'avez pas l'air d'un couple heureux... !

Elle souriait en coin tandis que Kakashi me regardait aussi, se retenant d'éclater de rire, à s'en tenir le ventre. Je ne savais pas où elle voulait en venir. Surtout avec le mot couple elle m'avait totalement perdu... Puis j'entendis les voix de Sasuke, Lee et Neji venant de dehors et je compris.

- Alors ?

Sakura était d'une curiosité grandiose... ç'alors ! Me rendant alors compte de ce qu'elle demandait, je rougis jusqu'aux oreilles.

- Ben, marmonnais-je, c'est compliqué...

- Comment ça ? Que c'est-il passé ?

- Je t'expliquerais tout une autre fois, il faut partir, dis-je maladroitement, toisant mon senseï d'un regard, je crois.

- Oui, effectivement, Tsunade nous attends tous à Iwa, en compagnie de Naomi et de son père, ajoute Kakashi en me tournant le dos pour se diriger vers la porte.

Le visage de Sakura devint sérieux à l'entente du mot Naomi, et moi aussi. Elle se contenta d'hausser les épaules et de suivre Kakashi, à l'extérieur, où le chemin vers Iwa allait débuter. Je les rejoignis avec regret, quelques secondes plus tard.

Le chemin se fit sans encombre, seulement quelques poses ici et là, histoire de reprendre notre souffle ou encore de manger quelque chose, et en fin d'après midi, nous étions arrivés à Iwa.

Deux jounins spéciales nous attendaient aux frontières du village, et dès que nous fûmes là, ils s'empressèrent de nous acceuillir, avec un sourire radieux pour ce qui était de moi, sachant surment qui j'étais. Le marié de la fille du Tsuchikage. Quel honneur. J'en étais presque réjouis, à la limite...

Un peu plus tard, j'étais dans la salle de cérémonie - celle-ci était encore vide. Quand j'étais arrivé avec les autres, Tsunade m'avait vaguement dit que le mariage avait été remit, dépendemment de quand j'arriverais, et ce fut aujourd'hui, ce soir qu'il fut remit à l'horaire. J'allais me marier ce soir, dans cette salle. J'étais assis fond d'un siège, au fond de la salle. La tête enfouit dans le col de ma veste, les yeux fermés, je luttais du mieux que je pouvais contre la nausé qui montait dans mon estomac. Mon coeur ne voulait se calmer rien qu'une seconde et ma tête me faisait horriblement souffrire. Je tappais nerveusement sur le siège avec mes ongles et le bruit résonnait presque, dû à l'echo de cette immense salle vide.

Je sursautais lorsque je sentis une présence à mes côtés. J'ouvris les yeux et apercus Tsunade qui prenait place, sans aucune gêne. Lorsque le silence durait, je refermais les yeux, faisant comme si elle n'était pas là. Mais elle brisa le silence.

- Naruto, murmura-t-elle, comment te sens-tu ?

Je ne répondis pas. J'étais en colère contre elle. Je lui en voulais énormément. Je lui en voulais d'ignorer mes réelles sentiments et de m'obliger une telle chose. Mais je n'allais pas me laisser faire. J'allais me battre pour ma liberté d'aimer Sasuke... J'allais me battre pour lui, pour moi... pour nous.

- Désolée, avoua-t-elle, se rendant compte que je l'ignorais.

J'ouvris les yeux.

- Je ne vais pas épouser Naomi, si c'est ce que vous croyez, lâchais-je d'un ton brusque en la regardant droit dans ses prunelles brunes.

- Je sais, dit-elle, je sais et je respecte ton choix. Je suis idiote de ne pas l'avoir su plutôt. Je suis idiote et... inpardonnable de t'avoir obligé à marier Naomi. J'aurais dû refuser la demande du Kage d'Iwa.

- Ça veut dire que je peux rentrer à Konoha ? Avec Sasuke ?

- Je ne sais pas, dit-elle.

Je refermais les yeux, conscient des efforts qu'elle faisait et des excuses qu'elle ne m'avait pas encore présenté... mais qui était sous entendu dans ce qu'elle venait de me dire.

- Je... Encore une fois, je te présentes mes excuses, dit-elle en se levant.

- Hn, marmonnais-je en refermant les yeux, après l'avoir regardé quitter la salle.

J'avais, un peu plus tard, été rejoindre mes amis dans un petit hotel, pour manger avant la... cérémonie. Ce mot me rendait malade au plus haut point. Je pensais même qu'à ce moment là, Naomi était en train de s'habiller de sa robe blanche et de se coiffer. Je ne voulais pas, d'un côté, qu'elle se donne autant de mal, parce que j'annulerai tout et dirai à tout le monde la vérité...

Lorsque j'entrais dans la chambre, j'aperçus Lee et Sasuke qui s'affrontait dans un duel de bras de fer, et ça me semblait très serré comme affrontement. Neji était allongé, les yeux fermés, sur son lit et Sakura prenait une douche, à ce que je pus comprendre de Lee, qui marmonnais tout en se concentrant pour ne pas faiblir.

Je cherchais alors la cuisine ; j'avais faim. En entrant dans la petite pièce, je cherchais des yeux le frigo et après l'avoir trouvé, je pris quelque chose au hasard et l'engoufrais en l'espace de cinq minutes. Mon esprit était complètement tourmenté par ce soir, et je n'avais pas toute ma tête...

Je me dirigeais vers mon lit, et m'y allongea de tout mon long. Après avoir fermés les yeux, je m'endormis en entendant Lee crier victoire, et que Sakura réservait le dernier morceau de paté au saumon.

***

Lorsque je me réveillais, et après m'être assit en tailleur sur mon lit, me massant les cheveux, mes yeux balayaient la pièce d'un regard, et avant de me rendre compte de l'heure, je remarquais que l'appartement ne comptait que moi et mon ombre. Je me levais d'un bond, réalisant que j'allais être en retard. Je me précipitais vers le frigo, histoire de me remplir une dernière fois le ventre, pour accumuler tout mon courage. Je vidais la brique de lait, puis je finis le plat de paté au saumon que Sakura avait dû laisser là finalement. Je sautais dans la douche et enfilais vite fais mes vêtements habituels. Il ne faut pas m'en vouloir, personne ne m'a apprit ce qu'on doit porter pour un mariage. Mais comme je ne comptait pas me marier ce soir, je mis les vêtements que je portais tout les jours. Je sortis au pas de course et courais comme un fou à travers les rues du village de la roche, recherchant l'endroit où aurait lieu cette cérémomie. J'avais hâte que tout ça soit terminé, mais si je ne faisais rien, j'allais me retrouver demain matin, dans un hotêl avec Naomi, débutant mon voyage de noces, et je n'en avait aucunement envie.

Lorsque j'entrais dans la salle - celle-ci étant bondée de ninja d'autre villages, de seigneurs ou autre habitants -, je crus m'évanouir. Le monde qu'il y avait faisait baissé mon courage à forte poussée. Je passais dans l'allée d'un pas lent. Je sentais des milliers de regards sur moi et ça me fit presque fondre. Naomi était habillé d'un magnifique kimono rose et ses cheveux étaient remontés en chignon au dessus de sa tête. Son maquillage était tiré d'une coutume chinoise et je la trouvais magnifique.

C'est à cet instant que je jugeais convenable et idéale pour tout lui dire, me fichant complètement de tous les gens qui nous regardait. Je m'approchais d'elle et en regardant nerveusement derrière moi, j'aperçus Sakura et Sasuke assits côte à côté, et un peu derrière, il y avait Neji, Lee et Kakashi. Je regardais derrière Naomi, il y avait le Seigneur du pays de la Terre, et Tsunade était là aussi, assise près du Tsuchikage. Je me sentais terriblement nerveux et mon coeur battait la chamade, sans parler de mes mains qui tremblaient sans cesse...

Je me plantais devant Naomi, souriant bêtement, avant de me racler la gorge et commencé :

- Euh, Naomi, j'ai quelque chose à te dire, dis-je.

Elle me regardait dans les yeux, puis elle me fit un clin d'oeil. Je n'eus pas le temps de faire ou dire quoi que ce soit, elle m'attirait à elle en passant ses bras autours de mon cou. Je fus surpris mais avant de me rendre réellement compte de la situation, et de la distance très courte me séparant d'elle, elle chuchota à mon oreil :

- J'ai compris, ça va, inutile de t'humilier devant tout le monde, laisse moi le faire et fais moi confiance...

Mes yeux grands ouverts fixant l'une des fenêtres sur le côté de l'église reflettaient parfaitement ma surprise. Naomi se sépara de moi, me souriant, et s'adressa à l'assemblée.

- J'annule le mariage, déclara-t-elle d'une voix sincère qui me fit chaud au coeur.

Les gens semblaient tous surpris, autant que moi en faite, et mon regard se dirigea vers mes amis mais surtout, je recherchais une réaction du côté de Sasuke. Il n'en eut aucune, à part qu'il semblait pas mal interessé au mariage. Plus que je ne l'aurais imaginé. Un petit sourire apparut sur mon visage, amusé par le tournant que prenait la situation.

Naomi se tourna alors vers son père.

- Papa, franchement, c'était stupide, dit-elle en laissant tomber exprès son bouquet de fleurs et en défaisant son chignon. On ne peut pas obligé un coeur d'aimer !

Lorsque Naomi se tourna enfin vers moi, je profitais qu'elle me regardait dans les yeux pour dire...

- Qu'est-ce que ça veut dire ?

Elle me sourit.

- Je sais ce que c'est d'aimer, je peux comprendre, dit-elle, je ne suis pas la méchante dans toute cette histoire, tu sais.

J'acquiesçais.

- Il y a longtemps, j'avais connu une personne que j'aimais... profondément mais... cette personne a disparu sans jamais laisser de traces. J'ai revu cette personne en toi, Naruto, et c'est ce qui m'a donné le courage d'accepter le mariage forcé qu'on nous avait imposé.

Je souriais.

- Je suis sûr qu'un jour tu trouveras quelqu'un pour toi, mais ce n'est pas moi, dis-je.

- Amis ? risqua-t-elle en souriant

- Bien sûr, ajoutais-je

Elle me flanqua alors un gros coup de point sur l'épaule.

- Génial ! S'exclama-t-elle

Je riais. Cette fille me faisait beaucoup penser à une certaine Sakura...

Parlant d'elle, je l'entendis crier de joie avec sa petite voix aigue, avant de la voir se planter devant moi, accompagnée de Sasuke en criant :

- Je savaaaaaaaaais que ça finirais biennn !!!

Je ne l'écoutais même pas et - après avoir eu la même idée que Sasuke -, je l'embrassais tendrement, l'attirant à moi d'un bras autour de sa taille. Ce baiser cloua le bec à toute la salle au complet. J'en fus embarassé, mais en même temps, j'en fus heureux. Tout est bien qui finit bien...

- T'es qu'un baka, souffla Sasuke en frôlant mes lèvres, tout en me regardant dans les yeux.

- On ne peut pas changer ce que l'on est, hein ? murmurais-je à mon tour avant de coller mes lèvres aux siennes une nouvelle fois.

J'entendis tout les gens nous acclammer et jamais je ne m'étais sentis aussi gêné. Sasuke semblait aimé ça, et pour qu'il soit à ma hauteur, je le soulevais un peu, gardant toujours mes bras atour de son corps, alors que lui enfonçaient ses coudes dans les creu de mes épaules.

- Vous êtes trop mignons !!! S'exclama Sakura, mais je n'y portais guère attention. Jamais ne m'étais sentis aussi heureux de toute ma vie. Jamais.

Tout en le regardant dans les yeux, je le posais au sol et une fois que ses pieds touchèrent le sol, je m'emparais de sa main et, ignorant la foule de personne venu pour me voir marier Naomi, je l'entraînais dehors, là où j'espèrais avoir un peu d'intimité avec mon bien aimé.

Une fois là, je me jetais à terre et Sasuke s'empressa de venir me rejoindre, moi qui l'acceuillait à bras ouverts. En riant, il s'installa entre mes jambes et notre baiser put se poursuivre. Nos langues folles de joies de se retrouver et mes doigts tremblants encore d'excitation se perdait dans ses cheveux, alors que ses bras se nouaient autour de mon cou. Tandis que le baiser durait, mes mains descendaient dans son dos et ses mains à lui vinrent caresser mon visage. Nous étions tellement foux de joies, de savoir que cette histoire c'était bien terminée, que nous ne pouvions se retenir de l'exprimer. Je l'enlaçais toute en passant ma langue sur ses lèvres, acceuillant son souffle chaud dans ma bouche, alors que lui se blottit dans mes bras.

- Je t'aime, chuchotais-je d'une respiration plutôt rapide.

Il se laissa caresser partout, signe qu'il éprouvait toujours la même chose, et j'ai un instant esperé une chose... que ça dure éternellement. Je me séparais alors de lui, gardant mon front collé au sien, et dans une folie, je m'emparais de ses mains, que je cachais au fond des miennes pour murmurer une phrase, que je n'aurais jamais cru avoir la force de prononcer...

- Épouse moi, Sasuke...

Sa seule réaction fut de me sauter au coup en répétant un ''oui, je le veux'' étouffé à chaque fois au creu de mon cou. Je riais et j'étais ému qu'il était enfin heureux... Nous étions heureux ensemble... Je ne sais pas comment je ferais pour vivre loin de lui... Je ne sais même pas comment j'ai pu, durant trois longues années...

- Je veux vivre avec toi, murmurais-je en effleurant son frond de mon souffle.

- Je veux me réveiller à tes côtés chaque matin, murmura-t-il à son tour.

- Je veux te protèger...

- Je veux t'aimer...

- Je veux te faire l'amour autant de fois que tu le voudras...

- Je veux t'épouser...

- Oh je t'aime...

En souriant de toutes ses dents, il s'empara de mes lèvres avant même que je n'ai pu le faire. Notre bonheure durait encore pendant de nombreuses minutes, avant qu'un peu plus tard, alors que la nuit était tombée et que, allongé sur le dos côté à côte, se fichant complètement du froid et de la neige, nous regardions les étoiles quand Sakura vint nous chercher pour le dîner.

En entrant, Kakashi et Naomi s'approchaient de nous. Celle-ci aggripait l'épaule de Sasuke en lui déposant un fleur de son bouquet sur la tête, en ricanant.

- C'est toi la mariée, finalement, dit-elle.

- Hilarant, grogna-t-il.

Un vrai petit lion. J'entendis Kakashi rire et moi j'en fis de même, accompagné de Sakura et Naomi.

- D'accord, dit Sasuke en grimpant sur mon dos, si je suis la fille alors sois galant et porte moi jusqu'au comptoir à salade, j'ai faim.

- Oh, c'est si mignon, fit Naomi.

Je rougis et m'empressa d'obéir à ma princesse. Je me rendis jusqu'au comptoir à salade, comme il le voulait, et je sentis le regard de mon senseï et de Sakura, de loin. Je ne pouvais m'empêcher de rire.

La fête n'était pas annulé pour autant et j'en fus content. J'étais tellement heureux que j'avais envie de m'éclater et de rire jusqu'à en avoir mal au ventre. J'imaginais, enfin, j'espèrais que ce fut pareil pour Sasuke. J'espèrais qu'il soit bien, là, appuyé sur mes épaules, les jambes entourant mon bassin. Je ne l'avais jamais sentis aussi léger et ça me faisait énormément plaisir de subvenir à tous ses besoins... ou à ses caprices. Et puis quoi, on a tous un côté enfantin, quelque soit notre âge. On a tous envie de se laisser aller, et ce soir, je me sentais comme ça...

Je le déposais alors par terre, et pour me remercier, il me tira vers le bas, d'une main emprisonnant le col de ma veste pour m'offrir un baiser.

- Aller, manger princesse, dis-je en manquant de m'étouffer de rire.

Il se retourna aussi vite qu'une éclaire, me foudroyant du regard. Moi je faisais de mon mieux pour rester serein, et ne pas éclater de rire.

- Qu'est-ce t'as dis ??

- Rien, rien, essayais-je de dire, d'une voix tremblante d'amusement

Lorsqu'il me tourna le dos pour se servir à manger, je lâchais un rire silencieux. Vraiment amusant de l'embêter.

Mais, à un moment que personne n'attendait, quelque chose vint gâcher la fête. Une explosion nous surprit à l'extérieur, faisant éclater les fenêtres. Tout le monde se mit à paniquer, et moi aussi. Je savais ce qui se passait. J'avais comprit et Sasuke aussi. Alors que je m'emparais de sa main, je courais à l'extérieur. Il était hors de question que des innocents se fassent tuer alors que c'était moi qui était recherché. En arrivant dehors, je vis six hommes habillés d'une longue cape noir aux nuages rouges, et une femme aux cheveux bleus habillée pareille. C'était eux, l'akatsuki.

Je les rencontrais pour la troisième fois. Naomi, Sakura et Kakashi vint nous rejoindre, m'obligeant à rester à l'intérieur et de me cacher, mais je refusais. C'est vrai ; depuis quand un ninja fuyait le danger ?

Je m'avançais, lâchant la main de Sasuke, et fit face aux ninja devant moi.

- Vous me voulez, alors venez me chercher, lâchais-je d'une voix forte et claire.

Sasuke fit un pas en avant de moi, et brandit son katana.

- Il... Il va falloir me passer sur le corps, dit-il d'une voix tremblante.

- Tiens, le frangin d'Itachi-san, fit l'homme roux au milieu des six autres.

Sakura s'avança aussi, suivit de Naomi et Kakashi. J'aperçus Tsunade nous rejoindre.

- Konan, allons-y, fit le ninja au centre, le chef sans doute, celui qu'on appel Pein, j'en ai vaguement entendu parler avec Jiraiya...

Je me mis en position d'attaque, tout comme mes amis, et Tsunade retourna à l'intérieur pour alerter les autres.

Sakura se jeta sur l'un des six ninja, de ses coups de points fatales, remplis de chakra, tandis que Naomi se défit de son kimono, et en tenue de ninja, elle sauta à son tour sur l'un des six. Je ne savais pas qu'elle savait si bien se battre. Sasuke, quant à lui, se mit à courire vers la seule femme, celle aux cheveux bleus, et lorsqu'il fut assez près d'elle, ne lui laissant même pas la chance de contre-attaquer, il planta son katana dans le sol et sauta par dessus la femme qu'on appelle Konan, et vint lui donner un coup de pied dans le dos, ce qui l'a fit tomber par avant. Je me souvins alors avec soulagement les dons héréditaires de Sasuke pour le combat. Je me plaçais à mon tour, et Pein, qui me regardait toujours d'un regard haineux, fonça droit devant moi, mais, comme à mon habitude, ce fut un clône qu'il frappa de plein fouet. Derrière lui, je courais en sa direction, et dans un cri de rage, je lançais mon bras vers l'avant en serrant le point. Je réussis à le frapper au visage mais aussitôt fait, il disparut pour ré apparaître derrière moi, élançant ses jambes vers le haut pour m'atteindre le menton. Je fis un vol planné dans les airs, pendant lequel je me repris et eus le temps de préparé un rasengan, mon attaque préférée. Je mis dedans mon affinitée vent et me jetais sur lui. Mais encore une fois il esquiva et mon tourbillon de vent s'enfonça dans le sol. Me redressant, je reprenais mon souffle en regardant autour de moi. Le cherchant du regard, je pus voir que tout comme moi, Naomi, Kakashi, Sakura et Sasuke menaient un combat sanglant. J'entendis alors Naomi crier, et, tout comme Sasuke, je me tournais vivement vers le son de sa voix. Elle venait de se faire prendre par derrière par l'un des ninja de l'akatsuki. Kisame, je crois. Je me souviens à peine de la première fois où j'ai vu cet homme... moitié homme, moitié requin.

- NAOMI ! Crièrent Kakashi et Sakura

Sasuke semblait concentré à son combat et moi, je me repris et reporta mon attention au combat. Je sentais la rage monter et le chakra de kyubii commençait à être visible autour de mon corps. Pein ne se montrait pas et je perdais patience. Je me tournais et me tournais sans jamais le voir.Où était-il passé ?

J'aperçus Sasuke se fracasser violement contre un arbre et je vis que cette femme, bien qu'elle soit la seule de l'organisation criminelle akatsuki, était d'une puissance phénomènale. J'eus à peine le temps de me retourner que je reçus un coup de point en plein visage. J'allais rencontrer le tronc d'un arbre, tout comme Sasuke. Mais il s'était difficilement relevé. Je fis la même chose, et, énervé, je lâchais un cri de rage et de douleur quand je sentis mes ongles allongés tout comme mes dents, le chakra se fit plus rouge que précédemment, et mes crocs sur mes joues devinrent plus visible. C'était douloureux et c'est ainsi que je me jetais sur l'adversaire. Une force inconnue me repoussa vers l'arrière et je fermais les yeux un instant. Une main colla quelque chose sur mon front et la minute d'après, je réussis à me calmer. Mais ma force et mon chakra ne cessait d'augmenter. J'ouvris les yeux et, aidé par Kakashi-senseï, je me relevais. Je remarquais que Lee et Neji nous aidaient, et j'en fus soulagé. Des limaces se mirent à tomber du ciel et je devinais que ça venait d'une technique de Tsunade. Ces limaces sont sensées nous redonner de la force, et de soigner nos blessures. Je vis du coin de l'oeil, que Naomi avait finalement été sauvée. Sakura était essouflée mais elle continuait de se battre. Kakashi aussi. Sasuke était blessé aussi, mais il n'abandonnait pas.

Ça me rendait furieux. Tout le monde se donnait à fond pour me protèger. Je n'accepterais pas que quelqu'un se tue pour moi, et encore moi l'un de mes amis. Je me levais alors de là où j'étais allongé, et courait droit vers Pein. Celui-ci m'aperçut mais avant qu'il n'ait eu le temps de m'intercepter, je lui rentrais dedans à toute vitesse, tête baissée. Je me jetais sur lui, à terre. Je le frappais de toute mes forces, mais il riait. Kyubi reprit le dessus et je sentais la rage montée. Je criais de toutes mes forces quand je sentis des bras me soulever et sans que j'ai le temps d'analyser la situation, je me retrouvais projeté contre le sol, à plusieurs mètres de là. Les minutes qui suivèrent furent horribles. Les combats ne cessèrent jamais. Je voyais Sakura s'écrouler, puis Naomi. Je cherchais Sasuke du regard et le voyais, à genoux, essayant de reprendre son souffle. Je m'en voulais énormément. Pourquoi avait-il fallu que j'ai ce monstre en moi ? Maintenant mes amis, et mon amour allait en payer le prix à ma place...

J'eus alors à faire le choix le plus crucial de toute ma vie.

Alors que les autres poursuivaient leurs combats et que les membres de l'akatsuki détruisaient peu à peu l'endroit, du mieux que je peux, je me dirigeais subtilement vers Sasuke, et l'attrapais par la main. De ses yeux fatigués, il me regardait, cherchant à savoir ce que je voulais de lui, au beau milieu d'un champ de bataille.

- Sasuke, saches que je t'aime de tout mon coeur, de toute ma vie...

Quelques larmes vinrent s'y ajouter mais je ne m'en préoccupais pas... Il me regardait, inquièt, ne comprenant toujours pas.

- Sois heureux avec Kakashi et Sakura...

- Non, murmura-t-il, incrédule, non... NON !!

Il criait à présent. Il avait sans doute comprit ce que je voulais. Je me fis plus fort que lui et avant qu'il n'eut peut protester, je l'assomais. Il retomba dans mes bras et je le déposais soigneusement par terre, là où Sakura et Kakashi le récupèrerait surment... J'en suis certain. Je me penchais alors et d'une main, j'enlevai les mèches noirs et déposais un baiser sur son front.

- Je t'aime... répétais-je, en pleurant.

Je pris doucement son katana de sa main et me dirigeait, plus furieux que jamais, vers le leader, le chef, le responsable de toute cette masquarade. Je me plantais devant lui, en pointant l'arme vers mon coeur.

- Amène moi sur le champ, où je me tue, dis-je sous les regards surpris de Kakashi, Sakura et Naomi, TOUT DE SUITE !!!

J'hurlais ma colère et deux des six hommes de Pein s'empressèrent de m'immobiliser. Kakashi et Sakuta tentaient de m'aider mais j'avais un plan. Une fois qu'ils m'auraient emmené avec eux, je tenterais le tout pour le tout et me délivrerais moi même. Je sais que l'espoir était presque trop petite pour y croire, mais j'avais confiance en moi, et c'était là ma façon de protèger mes amis... et mon ange aussi...

Lorsqu'ils s'aventuraient au fond de la forêt, et que Sakura se mit à pleurer, je vis au loin, je criais haut et fort :

- Jamais je n'abandonnerais, hurlais-je.

J'espèrais que Sakura me croit. J'espèrais pouvoir m'en sortir. J'espèrais que tout ne soit qu'un mauvais rêve, un cauchemar. Puis je me souvins de Jiraiya. Ce qu'il ne cessait de me répéter, durant l'entraînement que j'ai suivis avec lui : Un vrai ninja, c'est celui qui n'a qu'une parole, qu'une volonté. C'est celui qui jamais, au grand jamais n'abandonnera, peu importe les circonstances. Un ninja, c'est avant tout un humain qui a un but à réaliser, c'est celui qui se bat pour ses rêves.

Je me souvins aussi d'Itachi... D'Haku, du troisième Hokage... Tout ces grands ninja me revint en mémoire et je n'eus qu'une chose en tête, alors que les ténèbres m'envahissaient vers une mort que je n'avais pas encore décidé, et c'était cette petite phrase : Je n'abandonnerai pas.

FIN du chapitre 11, À SUIVRE

Kikou, merci pour tous vos reviews ! Ça fait plaisir !!

Pour me faire pardonner du retard dans la publication des chapitres, je vous laisse un petit extrait du prochain chapitre!

Bisou, à plus !

Chapitre 12 : Du revers de la main, je caressais doucement sa joue, retraçant ses traits enfantins... prenant grand soin de ne pas le réveiller. Sa peau était toujours aussi douce qu'avant. Rien n'avait changé... Mes yeux glissa sur son corps frêle et sa poitrine qui gonflait doucement au rythme de sa respiration... Je remontais un peu la couverture sur lui, mais quand je sentis ses doigts se refermer sur mon poignet, je sursauta. Ne dormait-il pas ?

Il ouvrit doucement les yeux, me fixant d'un regard endormit, les paupières lourdes. Je ne pus m'empêcher de sourire bêtement. Mais comme le silence durait...

- Tu... tu ne dis rien, murmurais-je, ne voulant briser cette ambiance si chaleureuse.

Il ne répondit pas et ses doigts vinrent chatouiller mon visage, alors qu'il touchait chaque parcelle de ma peau. Comme s'il cherchait à me connaître par coeur. Comme s'il cherchait à savoir si j'étais bien réel, et que je n'étais pas un rêve...