Soirée "agéable"

par milla

Je suis sincérement dsl pour le retard, gomen, par contre, un très grand merci pour les coms

Hinoto : merci pour tous tes compliments

Hayate : merci pour ton encouragement

Aiedail : dsl pour le retard de la suite

^^ : voici la soirée

Natty : merci pour ton com, ca fait plaisir

Lilicia : merci pour tes délires, ça fait toujours rire, j’adore, hésite pas à en remettre

 

 

 

Soirée « agréable »

 

 

Les filles me regardèrent avec un grand sourire aux lèvres.

-                  Merci beaucoup Sakura, grâce à toi, Temari a retrouvé toute sa joie de vivre, me dit Hinata.

-                  Oui, merci, ça fait déjà une personne de moins malheureuse au monde, fatalisa Tenten.

-                  Tu ne serais pas un peu jalouse Tenten ? ria Ino.

-                  J’ai que ça à foutre, râla la jeune fille aux macarons.

Je souris intérieurement. Tenten, même si elle ne le montrait pas, était heureuse de la nouvelle situation de Temari.

-                  D’ailleurs, j’allais oublier, je ne serai pas avec vous ce soir, je dois manger chez Sasuke, mais tout ce passera bien, je vous le jure, m’exclamai-je.

-                  Encore une personne de moins malheureuse au monde, que de bonheur en cette soirée, ironisa Tenten.

-                  Tenten ? Est-ce que tu vas nous faire une crise de je sais pas quoi ? rigola la blonde de la pièce.

La concernée bouda, et s’enfuit sous les draps de son lit et lança :

                   -         Je suis fatiguée.

Alala, elle ne changera jamais celle-là.

 

                   Après ce petit spectacle, j’étais partie pour aller chez Sasuke. Je sonnai à sa porte. Il m’ouvrit et me fit entrer. Sa maison, qui était aussi celle de Naruto, n’avait pas changé depuis la dernière fois que j’étais venue, ce qui devait déjà faire plusieurs années. Il m’emmena vers la salle à manger où tout était déjà prêt pour faire un vrai festin, j’en palpitais rien qu’à l’odeur.

-                  Naruto n’est pas là, il est allé chez Kiba pour raconter sa misérable vie, m’apprit l’Uchiha.

-                  Je vois.

-                  Bien, ceci dit, il ne nous reste plus qu’à déguster tous ces plats.

-                  Oui, mais je peux savoir où tu les as achetés ?

-                  Je les faits avec les moyens du bord, je sais faire la cuisine contrairement à ce que tu crois, avoua l’éventail irrité.

C’est lui qui avait tous ces merveilleux plats, qui sentaient si bons ? Impossible. Je me servis en première et dévora la bouchée d’une magnifique tranche de viande rouge. Délicieux !!! C’est strictement impossible que Sasuke est pu faire ça. C’était beaucoup trop bon. Le brun leva un sourcil pour que je lui donne mon avis. Résultat…

-                   C’est beaucoup trop bon pour que ce soit toi qui l’es fait, répliquai-je.

-                   Tu crois ça ? T’auras qu’à demander à Naruto, tu sais très bien qui ment jamais.

-                   Je n’y manquerai pas.

Le reste du repas se déroula dans un silence complet, mais l’ambiance n’était pas tendue, au contraire, elle était décrontactée. Tous les plats que je prenais étaient exquis, mes papilles n’en revenaient pas.

 

                   A la fin du dîner, je remerciai Sasuke pour son invitation et pris l’initiative de partir, mais il me retint.

                   -           Pourquoi tu veux déjà t’en aller, alors qu’il n’est que 22H ? me demanda-t-il.

                   -           Parce que je n’ai plus rien à faire ici, lui répondis-je.

                   -           Tu crois ça ? dit suavement l’Uchiha, je t’ai pourtant dis que Naruto n’était pas là ce soir, donc on va en profiter .

Il me plaqua contre le mur le plus proche, et avant que je ne puisse protester, il m’embrassa sauvagement. Je sentais sa langue se tortiller avec la mienne, j’avoue que j’aimais ça. Sans me prévenir, il commença à enlever mon haut, et surprise…je le laissai faire, je l’encourageai même, je ne sais pas ce qu’il me prenait. Une fois cet habit par terre, Sasuke s’attaqua mon pantalon, du moins, il essaya, car c’était à mon tour de m’amuser. J’agrippai son tee-shirt, et le déchirai, telle une lionne (Saku en amazone ?) ? Je pouvais maintenant contempler sa musculature qui était…impressionnante. Me voyant destabilisée, le brun se réattaqua à mon jean. Il le défit et le fit descendre le long de mes cuisses. J’étais à présent en sous-vêtements. J’entrai alors en scène pendant que mon amant me regardait sous toutes les coutures. Je me plaquai contre lui et fit virvolter ses affaires, même…son slip. Il était nu, complètement nu. Je ne pus m’empêcher de l’observer, je pus remarquer que son intimité montrait…son envie. Sasuke rougit et me réembrassa et m’arracha au passage mon soutien-gorge et ma culotte. Nous étions collés, l’un contre l’autren pouvant ressentir toutes les formes de notre partenaire, ainsi que tous ses secrets physiques. Je crois que pour l’Uchiha, il était temps de passer aux choses sérieuses. Il débuta alors une série de mordillements et de baisers au niveau de mes seins, me faisant pousser de petits cris. Il m’allongea sur le sol et me caressa, me faisant frémir, je n’en pouvais plus, il fallait qu’il aille direct au but, je sentais d’ailleurs qu’il voulait la même chose, mais il me torturait, il adorait ça.

Il frotta ses parties intimes contre les miennes, augmentant un peu plus mon désir.

Enfin, le moment était venu, il m’embrassa et il pénétra en moi, doucement, je voulais que ça aille plus vite, et là, il y était enfin. Il fallait maintenant qu’il bouge, l’envie n’était que plus grandissante désormais. A coups de reins, il fit des va et viens, de plus en plus rapide. Je gémissais de plus belle, je pouvais sentir le souffle haletant de Sasuke, jouissant aussi. Je me cambrai dessous lui, pour accroitre ce plaisir de cher.

Au bout de quelques minutes de ce « sport » intensif, mon amant se rangea à mes côtés, m’embrassant une dernière fois. Il m’attira vers lui et s’endormit, quel imbécile, il me faisait l’amour et s’endormait ensuite. Je voulus me lever mais le brun me tenait trop fermement. Nous étions toujours au sol, et je crois que j’allais passer ma nuit là, je me blotis contre l’éventail, sentant une nouvelle fois son corps enièrement nu. C’était agréable.

 

 

Vili,

Pas trop déçu après tout ce temps ?

Laissez un ptit com per favor (svp en italien)