Qui suis-je ?

par milla

slt à tous je commence une nouvelle fic mais qui n'aura pa tro de chaps, je continu les autres mais c'est simplement qu'en ce moment, je ne sui vraiment en forme que ce soit psychologiquement ou physiquement, c'est pour cela que j'ai besoin d'écrire cette fic pour me libérer complètement et de repartir sur de nouvelles bases, je suis désolée si je vous embetes avec mes problèmes



Qui suis-je ?



Je sentais mon poids s'écrouler dans mon lit. Je ne voulais pas me lever, surtout pour aller dans cette saleté de bahut. Ce soleil...ce foutu soleil m'observait avex ses rayons, pourquoi ne voulait-il pas disparaitre ? Pourquoi est-il obligé de me dire que je vis encore, dans cette société que je déteste. Maudit soleil. Va-t-en ! Moi, je préfère la nuit, au moins tout est calme et on peut se fondre dans son atmosphère. La lune, elle, nous offre la possibilité de devenir celle qu'on a toujours voulu etre. Oui, moi, pendant que le Terre est plongée dans les ténèbres, je deviens celle que je reve d'etre car l'astre de la nuit m'en donne le droit...alors que le soleil, lui, montre celle que je suis réellement, une fille éclairée des rayons de cet astre, non pas pour que ma vie soit lumineuse mais plutot pour montrer mon vrai visage et de ce fait, je reste tapis dans l'ombre en fin de compte. Une ombre...une vulgaire ombre...voici à quoi ce résume ma vie...ma pitoyable vie...pourquoi suis-je venue au monde ? Pourquoi ? Qui suis-je ?
Un cri me sortis de ma reverie, c'était celui de ma mère me disant de me dépecher de me préparer, ce que je fis, de toute façon je n'avais que ça à faire...aller en cours et tout le tralala qui s'y ajoute. Ma vie est tellement pathétique mais bon je vis, c'est tout ce qui importe pour l'instant...pour l'instant, du moins, en fait, le seul truc qui m'aide à tenir, c'est ce que je fais la nuit, peut-etre rien d'extraordinaire certes, mais au moins dans ces moments là, je me sens bien.
Ah oui, c'est vrai, j'ai oublié de me présenter pour le simple fait que cela n'a plus vraiment d'importance à mes yeux, mais bon, je connais la valeur que cela a pour les autres. Alors voilà, à ma naissance, on m'a donné le prénom de Sakura et j'ai hérité du nom de Haruno il y a de cela 16 ans maintenant.

Après avoir pris mon petit-déjeuner qui était comme à son habitude tendue et où une fois de plus ma mère m'avait engueulé, je partis vers mon lycée, l'endroit que je déteste le plus au monde, le lieu de mon enfer supreme. Arrivée devant le portail d'entrée, je pénétra dans la cour où comme d'habitude, tous les visages se tournèrent vers moi pour ensuite revenir dans leur position initiale quelques instants plus tard et murmurer des messes basse à mon sujet, quels laches, meme pas capables de me le dire en face, voilà pourquoi je déteste toutes ces personnes, incapables d'etre directs et francs, ils pensent tous que je ne sais pas de ce qu'ils disent à propos de moi, mais ils se trompent, je sais tout, absolument tout. En vérité, le problème, c'est qu'ils ne comprennent pas, ils croivent que tous ceux qui ne sont pas comme eux sont des extraterrestres alors qu'ils sont tout simplement humains. Ce qu'ils ne comprennent pas aussi, c'est que les personnes différentes d'eux deviennent comme ça à cause d'eux, et il n'y a que 2 solutions à ce problème, soit devenir une personne superficielle ou alors notre état s'agrave de jour en jour, c'est ce qu'il m'est arrivée. Plus personne ne pourra me comprendre...plus personne.

Me voici en cours, écoutant attentivement mais s'en trop m'y interresser, je ne sais plus ce qu'il m'interresse, je suis vide depuis ce jour maudit. Ce jour où ma vie s'est effondrée de plus en plus à chaque seconde qui passait et je suis devenu ce que je suis sans vraiment avoir saisi le sens de mon etre. La seule chose où j'étais réellement vivante, étais la nuit. Elle seule me faisait renaitre de ma destructrice journée passée avec ce soleil, qui ne cherchait qu'une seule chose, me faire souffrir. La lune était mon sauveur, ma seconde mère qui elle au moins, était toujours là pour moi en quelque sorte, mais...la plus puissante étoile du système solaire la chassait à l'aube et elle enlevait ainsi le seul bien-etre que j'avais sur cette Terre. Heureusement, l'astre de la nuit renaissait au crépuscule, et je pouvais le contempler intensemment, c'est pour cela que j'attendais avec impatiente le soir, ma libération. J'adore ces moments là, j'espère chaque fois qu'ils continueront indéfiniment. J'étais une enfant de la lune et une fidèle de la nuit.

La sonnerie sonna, il était temps d'aller déjeuner. Je retrouvai au réfectoire, cherchant une table où m'assoir, ou plutot, là ou on me laisserai m'assoir. Je finis par en trouver une et y mangeai. Le temps s'écoulait tranquillement jusqu'à ce que Sasuke Uchiha vienne s'installer à ma table avec sa bande de copins, les gars les sois-disants plus cools de l'école, moi je dirais le plus prétentieux, oui.
-Qu'est-ce que vous venez foutre ici ? leur demandai-je.
-Je pense pas que c'est à toi de dire ça Haruno, me répondit l'Uchiha.
-Sache, que je ne bougerai pas d'un pouce, lui dis-je.
Il eut un petit rictus.
-Tu crois vraiment que tu fais le poids contre moi ? me fit-il.
-Oui, rispotai-je.
-Pffff, t'es la plus galère des filles toi.
C'était Shikamaru Nara qui vanait de parler, un feignant de première catégorie et qui ne comprend rien à la gente féminine malgré son 200 de QI.
-Tu n'as qu'à t'en aller si je te fais si chi**, fis-je sacarstiquement.
-...
-Puis-je te poser une question Haruno, repris l'évantail, as-tu un seul ami ?
-Je ne crois pas que ce sont tes affaires.
-Ca veut donc dire oui, en conclua-t-il avec un sourire sadique.
Il partit, lui et sa bande, s'installer sur une autre table.

On était enfin le soir, je vais pouvoir regarder la lune et me laisser submerger par les sensations de la nuit. Sans que ma mère ne le remarque, je sortis en douce par ma fenetre, maquillée, habillée, coiffée de la façon dont je voulais. Il devait etre à peine 22h mais je me dirigea tout droit vers une boite de nuit, une fois entrée, je serais libérée et personne ne me reconnaitra comme d'habitude car ce n'était pas moi mais la personne que je revais d'etre.



voilà, je vous rassure, je ne me sens pas aussi mal que Sakura le jour mais bon
à bientot