La chasse recommence.

par Elerosse

Chapitre 31 : La chasse recommence.

 

 

Dans le bureau du Yondaime Hokage, était assit Minato ou plutôt une dizaine de Minato, entassés à lire et signer chacun un petit tas de feuille, la porte s’ouvrit d’un coup laissant rentrer son futur gendre ainsi qu’un colis qu’il portait, le Hokage dissipa tous ses clones.

 

-          Salut fiston, qu’est-ce que tu me ramène ?

-          Je l’ai rencontré près de Konoha en rentrant de ma mission.

-          Fait le s’asseoir sur le canapé, ordonna Minato en allant à la fenêtre.

 

L’Hokage siffla un coup, le garde posté à l’entrée du bâtiment s’écarta et leva la tête vers l’origine du sifflement, le blond fit un signe particulier et le garde laissa l’entrée à son compagnon pour aller chercher un med-nin, Minato se tourna vers l’homme qu’avait ramené Sasuke et le regarda sous toutes les coutures.

 

-          C’est un moine du temple du feu … dit soudainement Minato.

-          Avant de s’évanouir, il m’a demandé de l’emmené à vous, comme ses blessures n’étaient pas très grave, je l’ai amené ici.

-          Tu as bien fait … avant que le médecin arrive, je t’ai montré des photos du petit Kyoichi ?

-          Hn … une bonne centaine de millier de fois … au moins.

-          Eh bien, ça fera un fois de plus, dit Minato en prenant un petit carnet de photo en le mettant sous les yeux du brun, t’as vu celle-là ? et elle ? et elle ?

 

Pendant que Minato ennuyait Sasuke en lui montrant une petite tonne de photo du petit frère à Naruko, le blesser gémit et se réveilla.

 

-          « Ouf … sauvé … » pensa le Uchiha.

-          Rappel moi de te montrer la suite après, déclara Minato en souriant à pleines dents.

-          Désolé, Hokage-sama, refusa poliment Sasuke, mais j’ai quelqu’un à allez voir.

 

Le brun passa rapidement par la fenêtre, le blond se tourna vers le bonze.

 

-          A nous deux maintenant.

-          Vous êtes …

-          L’Hokage de Konoha, confirma le blond, que vous est-il arrivé ?

-          Deux hommes … sont venu, à notre temple.

-          Deux hommes ? s’exclama Minato, cape noire avec nuage rouge ?

-          Oui … aidez-nous, s’il vous plait …

-          Jiraiya, s’exclama l’Hokage.

 

Le sannin passa sa tête par le bord de la fenêtre.

 

-          Puisque tu n’as rien à faire, pourrais tu réunir les nijyuu shoutai.

-          Quoi ? Vingt équipes pour deux nukenins ?

-          Jiraiya … vu la performance de ton réseau d’espion, tu devrais être le mieux placé pour savoir que ces types sont dangereux.

-          Peuh …

-          Tu materas les filles plus tard …

-          Comment ?

-          Les fenêtres du bureau donne vers les bains publics, je ne suis pas con quand même.

-          Hum … y’a de l’expérience derrière ces mots … je me demande ce que dirait Shizune si elle le savait ?

-          Uruse, un mot de plus et tu es mort, va rassembler les troupes.

 

Jiraiya ricana avant de disparaître, Minato se tourna vers le moine celui-ci le remercia brièvement avant de retomber dans les vapes.

 

 

Sasuke rentra chez lui et se rafraîchit sous la douche, il se changea ensuite et rangea son sabre kusanagi sur une étagère de sa chambre puis ressortit à la recherche de sa fiancée, le brun l’a retrouva paisiblement endormit sur une couverture, installé sous le préau qui couvrait l’entrée de la cuisine alors qu’il allait s’asseoir sans bruit à côté d’elle, quelqu’un tambourina violemment à la porte d’entrée, l’Uchiha, excédé leva les yeux au ciel puis ce leva.

 

-          Dépêche toi, le pressa Naruko qui se réveillait.

-          Tu ne dormais pas ?

-          Je somnolais simplement … allez, dépêche.

 

Le brun pesta jusqu’à la porte qui tremblait des coups donnés, Sasuke l’ouvrit et évita un des coups portés à celle-ci.

 

-          Désolé, s’excusa le chuunin présent, mais … vous êtes Uchiha Sasuke ?

-          Qui d’autre dans ce quartier désert …

-          L’Hokage demande le rassemblement de tous les chuunins et juunins inscrits au programme « nijyuu shoutai » donc …

-          J’arrive, conclu le brun en fermant la porte au nez du chuunin.

 

Naruko s’était relevé et attendait Sasuke dans la cuisine, il soupira avant d’avoir dit un mot, la blonde l’arrêta.

 

-          J’ai entendu, signala Naruko.

-          Donc …

-          Va te rhabiller et dépêche toi, lui sourit la jeune femme.

-          Encore désolé.

-          Y’a pas de quoi … c’est ce que je regrette dans le fait d’être enceinte, moi je vais rester là à m’emmerder alors que toi tu vas t’amuser en mission …

-          Une mission n’est pas un jeu, rétorqua Sasuke.

-          Ça dépend du point de vue.

-          … j’y vais, dit Sasuke en sortant de la pièce.

-          Tu me fais manquer plein de chose, dit-elle à son embryon avec une moue boudeuse, … mais je pense que tu en vaut la peine, rajouta t-elle en caressant son ventre.

 

Sasuke remit sa tenue de juunin et récupéra son katana, il fit ses au revoir à Naruko et ouvrit la porte d’entrée, il tomba presque nez à nez avec le gars qui avait frappé à la porte.

 

-          C’était pas la peine de m’attendre, soupira Sasuke.

-          En fait si, d’après ce document, dit-il en tendant une feuille devant Sasuke, nous sommes dans le même quatuor.

 

Naruko qui avait suivit son beau ténébreux jusqu’à la porte, s’esclaffa : en fait si, pensa t-elle, ça a de bon côté d’être enceinte.

 

 

 

Même si Itomi lui avait ordonné un maximum de repos, Naruko décida de sortir un peu, cela faisait une bonne semaine qu’elle n’avait pas quitté le manoir Uchiha et deux jours que son fiancé était partit en mission, en deux mots, elle s’ennuyait, elle passa d’abord à la librairie chercher quelques livres que son père lui avait « imposé » à lire.

 

Elle était assise à la terrasse d’un café, réchauffé par le soleil, elle avait fait un long détour pour trouver quelques uns de ses compagnons mais n’avait trouvé personne, tous ou presque était parti en mission, elle commanda un thé et commença sa lecture, trois livres dont un entre les mains : « Etre mère », « Son premier enfant » et « La vie de famille », trois livres dont elle se serrait bien passé de lire mais son père et sa belle-mère, Shizune, avait été intransigeant là-dessus, soit elle les lisait soit … la punition avait été laissé en suspens mais Naruko avait cédé.

Elle fut coupé dans sa lecture par Hinata et Gaara, ils n’étaient pas partis en mission mais partis en promenade, les jeunes mariés saluèrent la futur jeune mère et s’assirent à sa table.

 

-          Je ne te savais pas aussi motivé à bien remplir ton rôle de mère, dit Hinata doucereusement en regardant d’un œil perplexe les livres posé sur la table.

-          Mouais, je me serais bien passé de ça mais il n’y a rien à faire, mon père veut que je sois quelqu’un de res-pon-sa-ble, articula la blonde, ce qui fit sourire Gaara, comme si je ne l’étais pas et puis, ça ne doit pas être si compliqué d’élever un mioche, mon père était seul et je suis encore en vie.

 

Hinata ria au éclat, suivit de Gaara mais lui un peu moins communicatif, d’un rire doux et moqueur à la fois.

 

-          Quoi ?

-          Lui était plus … âgé ?

-          Plus âgé ? je n’ai que 17 ans, mais je suis sûr d’être plus mature que lui maintenant.

-          Lui n’a pas eu d’enfant à 17 ans, relança Gaara.

-          Et mon poing dans ta gueule, répliqua Naruko vexé.

-          Non merci, la calma le rouquin.

-          Et vous, les enfants, ça ne vous tente pas ?

-          Non, dirent les deux amoureux en chœur.

-          Nous avons décidez d’attendre un peu, précisa Gaara.

-          Notre mariage était décidez depuis plus longtemps, tu sais, dit Hinata, nous l’avons dévoilez beaucoup plus tôt parce que mon père voulait me marier officiellement à un type inconnu au bataillon … riche, cela va s’en dire.

-          S’il avait fait ça, dit sombrement Gaara, je l’aurais tué.

-          Qui ? demanda Naruko, le marié inconnu ou le père d’Hinata ?

-          Hum … les deux, dit finalement l’ex-jinchuuriki.

-          Gaara, tonna sèchement Hinata.

-          Bah quoi, c’est vrai.

-          Quand même, dit Hinata gêné.

 

Dans la rue devant la terrasse, plusieurs ninjas coururent vers le centre administratif, certains bifurquèrent vers l’hôpital, transportant quelques blessés, Naruko frémit puis se leva, ainsi que Gaara et Hinata, elle ramassa ses livres à la hâte et se dépêcha , accompagné de ses amis, de rejoindre le bureau de son père.

Elle y rentra sans frapper, son père se leva le visage fermé, le ninja qui lui faisait son rapport avait l’air fatigué, il se tourna vers l’arrivante et quand la fille de son Hokage le regarda, il détourna son regard puis disparut.

 

-          Naruko, rentre au manoir des Uchiha, s’il te plait.

-          Non, je veux savoir ce qu’il se passe, c’est quoi toute cette agitation ?

-          Ah, je vois que tu as suivit nos conseils, dit Minato en voyant les livres de Naruko entre ses bras.

-          Ne change pas de sujet, que ce passe t-il ?

-          Humph … les équipes sont rentrées de leurs missions, c’est tout, dit l’éclair jaune en baissant la tête.

-          Mais ? …

-          Ecoute … assied toi, dit-il en lui désignant un canapé.

-          Dit moi tout de suite ce qu’il y a, hurla Naruko en perdant son calme.

-         

-          J’ATTENDS.

 

Gaara posa une main sur une épaule de la blonde pour la calmer puis Hinata lui prit un bras et le serra pour lui signifier qu’elle la soutenait moralement.

 

-          Il y a deux jours, l’Akatsuki a attaqué un temple sur notre territoire et j’ai répondu à l’assaut en envoyant des troupes.

-          Plusieurs d’entre elles sont entrées en contact avec l’ennemi et deux d’entre elles ont été … balayé.

-          Qu … quand est-il de celle de Sasuke ?

-         

 

Pour Naruko s’en fut trop, elle s’écarta de Gaara et Hinata, les larmes aux yeux et courut vers l’hôpital.

Elle y arriva enfin, de l’extérieur, le bâtiment avait l’air paisible mais à l’intérieur, l’agitation était totale, elle était essoufflé après une course forcée dans les rues de Konoha, dans l’entrée, elle était tremblotante, une infirmière arriva dans un couloir adjacent, Naruko l’intercepta.

 

-          Je ne peux pas m’occuper de vous, mademoiselle Namikaze, s’excusa l’infirmière, nous sommes débordés aujourd’hui.

-          Où est Uchiha Sasuke ?

-          Pardon ?

-          Uchiha Sasuke.

-          C’est … ce jeune homme est au soin intensif, vous feriez mieux de rentrer chez vous, on vous préviendra dès qu’il y aura …

 

Naruko agrippa la jeune infirmière à la gorge violemment et la bloqua contre le mur le plus proche, l’infirmière était terrifié, elle prit le poignet de Naruko à deux mains pour s’en dépêtrer mais la blonde resserra sa prise.

 

-          Ar… a … Arrê … tez …

-          Où ?

-          2 … éta … ge

 

 

Naruko la lâcha et l’infirmière dont le visage était cramoisie, tomba par terre en toussant, la fille du Hokage ne s’excusa pas et continua son chemin vers les escaliers, le teint blême, elle s’aida du mur pour avancer, elle avait laissé tomba ses livres et ne s’en préoccupa pas, elle monta les étages en se tenant le ventre d’une main puis bifurqua dans un couloir, au bout, Shikamaru était assis près d’une double porte, quand il vit Naruko se tenir, haletante contre un mur, il se leva et l’accompagna jusqu’au banc, elle s’assit lentement, tandis  que Shikramaru s’accroupit devant elle.

 

-          A voir ton état, tu as dû faire trop d’effort, ce n’est pas très bon, pour toi.

-          La ferme, chuchota Naruko à Shikamaru, tu y étais non ? dit moi ce qu’il s’est passé.

-          … quand notre équipe est arrivé, sept des nôtres était déjà mort, Sasuke se battait seul contre un type bizarre qui avait une faux à trois lames … puis son compagnon l’a attaqué par derrière, le temps que nous arrivions, Sasuke avait évité le coup en traître mais l’autre l’a éraflé avec son arme, nous nous apprêtions à l’aider mais le type à la faux à … bu le sang de Sasuke qui était sur une des lames, il est devenu tout noir puis quand Sasuke l’a attaqué de son katana, il s’est laissé faire, Sasuke l’a planté très près du cœur …

-          Et après ?

-          … et bien … Sasuke à lâché son sabre et s’est écroulé …

-          Il …

-          … est vivant, sur le chemin du retour, l’équipe de Sakura nous à rejoins, elle l’a maintenu en vie jusqu’ici, il est dans un état critique mais soigné par Tsunade elle-même, je pense qu’il survivra … enfin j’espère.

-          Et  … l’Akatsuki ? demanda t’elle en serrant les poings.

-          Vu que de plus en plus d’équipe arrivaient, ils se sont enfuit.

-          Il faut … les tuer … tous les tuer, cria t-elle.

 

Shikamaru sursauta quand la fille éleva le ton, il tomba en arrière, étonné, puis leva une main pour apaiser la jeune fille, celle-ci l’écarta d’un revers de la main, elle se leva, ses yeux étaient si acéré que le jeune maître des ombres en eut peur.

Elle partit en grommelant des menaces de mort puis s’écroula.

 

Quand elle se réveilla, elle était alité, Itomi à ses côtes, dosait un liquide dans une seringue, l’albinos vit qu’elle s’était réveillé, elle n’avait pas l’air très ravie.

 

-          Je t’ai dit de te ménagé me semble t-il, dit sèchement l’albinos.

-         

-          Et toi, tu fais plusieurs courses …

-          Sasuke, gémit Naruko.

-          Toujours en salle d’opération et je serais toujours en train de seconder ma mère si Shikamaru n’avait pas débarqué en urgence dans la salle pour nous dire que tu t’étais écroulé dans le couloir.

-         

-          Mais où as-tu la tête ? cria presque Itomi en piquant le bras de Naruko.

-          Aïe …

-          Franchement … tu es inconsciente … je vais retourner au bloc et toi, tu dors, Shikamaru est parti prévenir ton père.

-          Oh non …

 

Itomi haussa les épaules et sortit de la chambre, Naruko regarda le plafond, elle s’imagina tout un tas de scénario, les minutes défilèrent et personne ne vint la voir, une infirmière, autre que celle qu’elle avait agresser, vint lui apporter ses livres, rien que de les voir lui donnait envie de les balancer par la fenêtre, elle essaya de se lever mais son corps ne lui répondait pas.

 

-          « L’injection … pensa la blonde ».

 

 Elle ferma les yeux un instant et sourit, son sourire se changea en ricanement puis en un rire dément, elle s’arrêta tout d’un coup, les dents serrés, la colère coulait dans ses veines telle un torrent de flamme, son sceaux maudit rougeoya et commença à s’étendre tout le long de son corps, sa main se leva devant son visage et elle ferma le poing, le paralysant que lui avait injecté Itomi n’agissait plus.

 

Elle se mordit le doigt et fit les signes nécessaires à une invocation.

 

-          Bonjours Kogitsune.

-          Qu’est-ce que tu veux ?

-          Bonjours l’accueil.

-          Que veux-tu, à ce qu’il paraît, c’est mauvais pour une femme enceinte d’utiliser son chakra.

-          Possible, rien que je faire un effort m’est difficile et encore, je n’en suis qu’à trois mois de grossesse …

-          C’est pour ça que tu m’invoque en ce lieu ? tu as eu des problèmes ?

-          Tu n’aimes pas les hôpitaux ?

-          Ça pue …

-          Nous sommes d’accord sur ce point, surtout que ton flaire est plus aiguisé que celui d’un humain.

-          Précisément … tu veux voir père ?

-          Oui, s’il te plait.

-          Accroche toi.

 

Naruko tendit la main et toucha le renard puis ensemble disparurent dans un tourbillon de flamme.

La jeune fille arriva dans la caverne du démon, traversa calmement la première grande salle accompagné de Kogitsune qui l’aidait à marcher puis ils arrivèrent enfin devant Kyubi.

 

-          Kukuku … ça fait longtemps que je n’avais pas sentit une envie de meurtre d’une telle noirceur … surtout venant de toi, ma très chère Naruko.

-          Salut sensei …

-          Quel bon vent t’amène ?

-          Je dois quitter mon village pour tuer quelqu’un …

-          Et ?

-          Je ne peux pas y aller dans mon état, je voudrais que tu reprenne mon enfant.

-         

-          Alors, qu’attends-tu ?

-          C’est … hors de question.

-          Pou … pourquoi ? Tu l’as pourtant déjà fait ?

-          Quand je te l’ai pris la première fois, il a déjà effleuré mon chakra qui est déjà très nocif, tu as de la chance que ton enfant soit en parfaite santé, si je le refais, il se pourrait qu’il n’ait pas autant de chance.

-          Je dois le faire, Sasuke risque de mourir à l’heure qu’il est.

-          Kukuku, tu veux seulement venger ton mâle ? C’est pitoyable …

-          Fais chier …

-          Et si ton mâle est mourrant, c’est qu’il ne vaut pas grand chose, n’était-il pas partit chez l’homme aux serpent pour plus de puissance ? Pour tuer son frère ?

-          Non, c’était …

-          Une mission que ton géniteur lui avait confié mais il a quand même reçu l’enseignement d’un grand criminel, il aurait dû vaincre ses ennemis.

-          Mais … personne n’est immortel.

-          Justement, si ton compagnon crève, fait toi une raison.

 

Naruko serra les dents, le renard à neuf queues sentit l’aura meurtrière et s’en amusa.

 

-          Tu ne devrais pas jouer à ce jeu avec moi, HIME.

 

En crachant ce dernier mot, le démon monta sa propre envie de tuer, elle était bien plus noire et monstrueuse que la sienne, Naruko en eut le souffle coupé et tremblait comme une feuille, la pression lui tira des larmes et elle se serait affalé si Kogitsune n’était pas là pour la retenir.

 

-          Tu veux vraiment mourir ? Je n’ai pas l’intention de prendre ton gosse une seconde fois …

-          Père, vous devriez faire attention, vos instincts meurtriers sont bien trop puissant …

-          Je sais ce que je fais Kogitsune, certaines personnes résiste très bien à ma haine.

-          Mais Naruko …

-          Ne t’en fais pas, le temps de reprendre son souffle …

 

Naruko transpirait et était essoufflé, elle s’était agenouillée et penchée jusqu’à avoir face contre terre, une main contre son ventre l’autre serré contre son cœur, elle sanglotait.

 

-          Tu veux vraiment y aller, hein ?

-          … ou … oui, répondit-elle.

-          Hum, je pourrais t’apprendre un technique qui pourrait t’être utile …

 

Naruko releva la tête, ses yeux rougit par les larmes.

 

-          ça t’intéresse ?

-          Oui.

-          Très bien, alors debout.

 

Après s’être relevé, bien que ayant les jambes flageolantes, Kyubi la détailla attentivement.

 

-          La technique que je vais t’apprendre est une version amélioré du Kage bunshin.

-          Et … en quoi cela va me servir ?

-          Le Kage bunshin est une technique qui copie le corps, dans ses moindres détails.

-         

-          Si tu l’utilisais, ce serait un clone de toi, enceinte qui apparaîtra.

-          Mais ?

-          Les clonages de l’ombre ont aussi un autre point faible, bien qu’ils te transmettent leurs savoir, il se détruise au premier coup venu, la technique que je vais t’apprendre va créer un autre corps de toi et tu décideras des changements de ton corps et celui-ci sera aussi résistant qu’un corps humain réel mais comme chaque techniques à ses avantages comme ses inconvénients, tu ne pourras faire qu’un seul et unique clone et celui-ci ne pourra lui-même pas se cloner.

-          C’est nul … je vais devoir compter sur un seul clone … ça bouffe beaucoup de chakra ?

-          Assez oui, mais tu piocheras dans mes réserves, de plus, tu resteras ici … du moins ton corps affaiblis.

-          Mais …

-          Je vais transférer ton âme dans le corps de ton clone, ainsi tu n’auras pas à attendre de résultat de ta vengeance en me cassant les oreilles.

-          Merci.

-          De rien, je le fait surtout pour moi.

-          Je viens de penser à une chose, combien de temps vais-je mettre pour apprendre cette technique, je ne suis pas en état de …

-          Hahahahaha, tu dit ça ? aurais-tu oublié la troisième technique de rang S que je t’ai apprise ?

-          La troisième ? c’était quoi déjà … Oh, non s’il te plait, ça fait trop mal comme méthode.

-          C’est pour ça que je ne l’ai plus réutilisé sur toi après ça.

-          Pourquoi maintenant ?

-          Sinon, il va falloir attendre six mois que tu accouche alors …

-          Trop long …

-          Alors ?

-          Je n’ai pas le choix …

-          Bien, je vais t’insérer le savoir de force, allonge toi, ça va te faire très mal à la tête.

-          Je le sais bien, je m’en souviens encore …

 

 

Les yeux rouges du renard s’enflammèrent alors, le visage de Naruko se contracta de douleur, une plainte accroché au bout des lèvres, elle cria par la suite, Kogitsune regarda son père faire puis sa maîtresse subir, quelques secondes plus tard, Naruko s’assis la tête en les mains, ça avait l’air plus douloureux que dans ses souvenirs mais tout aussi efficace, elle connaissait maintenant cette technique comme si elle l’avait apprise lors d’un long et épuisant entraînement.

 

-          Vas-y, dit le renard.

-          Nimpô : Tcho Kage bunshin.

 

Après qu’un petit nuage de fumée ce soit dissipé, une fille semblablement à Naruko se tenait droite, mis à part cette ressemblance, une chose changeait, cette Naruko-là n’avait pas de ventre légèrement rebondit, ses yeux était par contre vide de toute vie, l’originale leva une main vers elle et le clone s’agenouilla devant elle, comme ses nouvelles connaissances, l’indiquaient, un autre défaut faisait que le clone n’avait pas de volonté propre mais agissait selon les ordres de son invocateur, un peu comme une technique de marionnettiste mais sans fils de chakra.

 

-          Bien, je vais maintenant transférer ton âme dans ce corps, dit soudainement Kyubi en coupant Naruko dans ses pensées.

-          D’accord et mon corps ?

-          Quoi ton corps ?

-          Et bien, que vas tu en faire ?

-          Ah … je vais le garder ici, dans ton village, il ne pourrait pas comprendre pourquoi tu ne peux pas te réveiller.

-          Ok.

 

Un flash lumineux et le corps enceinte de Naruko commença à tomber, une ombre se déplaça rapidement et la rattrapa, l’autre Naruko sourit en observant son corps endormit.

 

-          Merci Kyubi-sama.

-          Allez va … et massacre moi tous tes ennemis, que le sang coule à flot, gloussa le démon.

-          J’y compte bien, Kogitsune, tu m’accompagnes ?

-          Oui.

 

Naruko allongea confortablement son corps original au sol et rejoignit le renard, un feu rouge prit naissance à leurs pieds avant de les envelopper et les faire disparaître.

 

 

Deux jours plus tard.

 

-          Alors ? demanda la silhouette transparente du chef de l’Akatsuki à ses subordonnés, avez-vous trouvé des indices sur la cachette de Kyubi ? Hidan, Kakuzu ? Vous êtes les plus près de Konoha, le dernier lieu où il aurait été se trouva pas loin.

-          Nous avons cherchez un peu mais rien de concluant … répondit Kakuzu.

-          Tu as oubliez de dire qu’on avait buté quelques ninjas de Konoha, ajouta Hidan, dont ton frère Itachi, désolé.

-          Hn, tes excuses ne sont pas sincère …

-          C’est vrai.

-          Et puis je m’en moque, s’il est mort, c’est qu’il ne méritait pas de m’affronter.

-          Quelle froideur, c’était ton frère, ricana Sasori.

-          Finalement, la fille qui à libéré Kyubi est vraiment enceinte de lui, dit Kakuzu, si je n’étais pas sans cœur, je pleurerai pour elle.

-          Qu’est-ce que tu raconte, crétin, l’insulta Deidara, tu n’es pas sans-cœur, puisque tu en a cinq.

-         

-          Quel super jeu de mot, beugla Tobi.

-          Ouais, t’as vu ça, se vanta Deidara.

-          C’est une blague … stupide, lâcha Hidan.

-          Tout à fait d’accord, acquiesça Kakuzu, soyons plus sérieux, il semblerait que la jeune fille dont je parlais, avant la stupide intervention des deux guignols, ait subitement disparut de Konoha.

-          Elle n’arrivera pas à grand chose dans son état, constata Konan.

-          C’est triste pour elle, ajouta Pain, j’irais pleurer pour sa souffrance plus tard …

-          Et où pensez-vous qu’elle se trouve maintenant ? demanda Sasori.

-          Comment veux-tu qu’on le sache lâcha Hidan, sûrement à notre recherche, eh Itachi, si on la croise, ça ne te gêne pas si on élimine ta belle-sœur et l’enfant qu’elle porte ?

 

Hidan avait les bras écartés nonchalamment puis il sursauta quand une lame holographique lui transperça la cage thoracique, il cracha une gerbe de sang, tous les autres le regardèrent d’un air surpris, une main apparut sur son épaule droite et l’image s’allongea jusqu’à révélé une jeune femme, les yeux azur aussi acéré qu’une lame et luisant de haine.

 

Je vous ai … retrouvé, annonça Naruko.

 

 

 

Fin du chapitre 31, ça avance n’est-ce pas ? A l’heure où j’écris ces lignes, je viens tout juste de finir cette fiction, cool non ? J’en suis très fier.

Ce weekend, de demain à lundi, je ne serais pas là, mais dès mon retour, je mettrais toute la fin de ma fiction à l’affilé.