La bataille d'Ame no kuni

par Elerosse

Chapitre 18 : La bataille d’Ame no kuni.

 

 

 

Jiraiya se tenait devant Naruto l’air las, sans rien dire ni faire, Naruto pencha la tête sur le côté puis la secoua négativement.

 

-         C’est vrai, que ça fait un bail mais la dernière fois que l’on s’est vu, tu ne portait pas le manteau de l’Akatsuki, tu n’avait pas ta crinière rousse et le pire … tu n’avais pas le Rinnegan …

-         Tu arrive une journée trop tard … hier Jiraiya-sensei à détruis l’un de mes corps alors en souvenir du passé, je me suis approprié le sien.

-         Sensei ? Même quand j’étais des vôtres, tu ne m’avais pas dit qu’il t’avait enseigné.

-        

-         Moi, il ne m’a appris que ça …

 

Un mini tourbillon de chakra tourna dans sa main, Naruto pivota en arrière et planta son Rasengan dans le ventre d’un homme ayant une longue chevelure rousse détaché, coup qui marqua le début des hostilités.

 

Un autre avec un bonnet recouvert de piquant tenta sa chance en « projetant » son poing dans le dos de Naruto, le blond s’inclina en avant et gonfla, il éclata et dispersât ainsi une multitude de kunai autour de lui, Naruto réapparut sur un mur en hauteur, Pain-Jiraiya apparut à son tour trois mètres derrière lui en faisant des signes puis cracha un long jet de flammes, le renard se jeta dans le vide pour éviter le coup et se retrouva face à un autre rouquin, les cheveux épais et hérissés assez costaux, celui-ci tira son poing en arrière et frappa violemment Naruto qui s’encastra dans le mur d’où il avait sauté quelques instants plus tôt.

Sur le toit d’en face de lui, Naruto vit un autre roux faire des mudra, le blond sortit du mur en grognant, son ou plutôt ses adversaires commençaient à l’agacer, être attaqué de toute part l’empêchait de contre-attaquer, tout juste s’il arrivait à esquiver ou bloquer les coups.

Il fit cinq mudra, un courant électrique naquit sur son index, alors qu’il cherchait la cible la plus proche, celle-ci se présenta sous forme d’un roux corpulent au visage dur.

 

-         Raiton : La punition de la foudre …

 

Le blond pointa le gros du doigt et un éclair fusa, une bulle apparut autour de ce Pain et absorba la foudre, le Pain qui avait frappé le renard revint à la charge mais cette fois Naruto le vit venir, il para le poing qui visait son visage et balaya un pied du roux, alors que celui-ci perdait l’équilibre, Naruto l’envoya sur un autre Pain qui observait depuis le depuis sans rien faire, celui-ci sauta par dessus le corps qui volait dans sa direction et se rétablit souplement.

 

-         Vu ton profil et celui des hologrammes, tu dois être le corps original, lança Naruto au Pain qui avait l’air jeune.

-         C’est bien le corps que j’utilise le plus souvent mais mon corps d’origine est mort … il n’était pas à la hauteur d’un dieu.

-         Peuh, un dieu … attention, tes chevilles enflent.

-         Comme les tiennent … démon.

 

Ce Pain regarda le corps que Naruto avait éjecté au début avec un Rasengan, il lui manquait un bras et une partie du torse.

 

-         Laisse tomber, celui-là est mort, dit posément Naruto.

 

Le gros roux qui avait absorbé l’éclair rejoignit le mort et le rétablit avec un jutsu.

 

-         Mort … hum, c’est de la nécromancie ? Tes corps ?

-         Qu’est-ce qui te fait dire ça, releva le Pain.

-         T’as buté Jiraya, non ? donc logiquement, c’est un corps mort que tu « pilote ».

-         Peut-être …

-         Re-logiquement, si je veux te tuer, il va falloir que je détruise tes six corps.

-        

-         Tu dit rien ? Je dois toucher la corde sensible …

-         Encore faut-il que tu arrive à en détruire un sans qu’un autre ne le ressuscite.

-         Voilà un défi intéressant, jugula t-il alors que ses yeux viraient au rouge complet.

 

 

Devant le village d’Ame, le dôme de bois formé fut percer par une colonne de flamme noire, Hanabi et Oniji émergèrent en écartant les tiges qui tentaient vainement de les attraper, le Uchiha prit deux kunais qu’il enroula de papier explosif, il les lança à terre, l’explosion leva un nuage de fumée dans lequel le couple se cacha des attaques de Zetsu.

 

-         Au moins, il ne nous voit pas dans ce nuage de poussière.

-         Oui, mais nous ne devons pas y rester longtemps, il lui suffirait de disperser ses membres Mokuton autour de nous et de nous attaquer à l’aveuglette … faut le faire sortir de la dessous, si nous pouvions échanger un simple regard, je pourrais le tuer d’un coup.

-         Tu ne pourrais pas creuser un trou pour le débusquer ?

-         Si …

-         Alors pourquoi tu ne le fais pas ?

-         Parce que tu mourrais à la même occasion.

-         Ok, je vois …

-         Allons-y …

-         Je te suis.

 

Oniji fonça devant lui esquivant très facilement ce qui arrivait devant lui, Hanabi le suivait pas à pas, imitant ses mouvements comme une ombre, soudain Oniji pila d’un coup puis sauta sur la gauche tandis qu’Hanabi faisait de même vers la droite, des racines les forcèrent à s’écarter de plus en plus l’un de l’autre.

 

-         « Et merde, faut pas que ça arrive, songea Oniji. »

 

Une dizaine de fauve en bois sortirent du sol et prirent le Uchiha pour cible.

Le brun sourit, une bulle noire le protégea des attaques pendant qu’il forma une technique.

 

-         Katon : L’explosion des dragons jumeaux.

 

Deux gueules flamboyantes sortirent du sol au pied d’Oniji entraînant derrière elles leur corps de flammes, se ruant sur les quadrupèdes combustibles, les dévorants et ne laissant derrière eux que cendre et braise.

Le bouclier démoniaque se baissa, le Uchiha haletait, pas qu’il était fatigué, surtout avec une source quasi-illimité de chakra mais maintenir ou utilisé intensément le chakra d’un bijuu était blessant à la longue, à une vingtaine de mètres, Hanabi se battait furieusement contre les appendisses qui l’assaillaient, elle regarda dans sa direction et une muraille de bois se ferma entre eux, puis la menace recommença de son côté.

 

Hanabi essayait de projeter son chakra dans les tentacules mais à chaque fois qu’elle en touchait une, celle-ci s’effrita, dévitalisé, une lumière éclaircit la zone, près d’elle, deux dragons dévoraient ce qui lui semblait être des fauves qui menaçait le brun, en le voyant sous cette démonstration de puissance brut, dévastatrice, flamboyante et pourtant contenu, le cœur de la jeune fille se remplit d’une certaine chaleur devant cette magnificence, après cette démonstration, elle se rendit compte qu’il la regardait déjà, ils étaient plongés yeux dans les yeux, un court instant qui lui semblait être une éternité, un mur de bois les coupèrent à leurs contemplations.

La brune reprit sa défense, évitant, parant et essayant de contre attaquer, si elle voulait forcer Zetsu à sortir de sa cachette, il lui fallait tout faire pour qu’il baisse sa méfiance, une tige sortit en vitesse aux pieds de la jeune fille, évidemment celle-ci l’avait vu venir mais pour son plan, elle se laissa avoir.

 

Les huit queues de l’Hachibi fouettaient l’air derrière lui, le mettant en sécurité par rapport aux attaques du membre de l’Akatsuki, il ne s’inquiétait pas trop, ce qui le mettait mal à l’aise, c’était de ne pas voir si Hanabi allait bien, les tentacules et autres bestiaux Mokuton redoublaient et plancher sur sa défense et la destruction du mur le faisait hésiter, trois autres molosses arrivèrent par le ciel, il fit le mudra du tigre et leva un mur de flamme sans dire un mot.

Tout d’un coup, un mouvement se fit percevoir d’un coin de ses sharingans, au dessus du mur de bois, le corps d’Hanabi pendait, un pieu planté dans l’épaule droite.

Le teint pâle, celle-ci jeta au Uchiha un sourire victorieux, sa main tremblante vint serrer l’objet de sa souffrance et y projeta une déferlante de chakra, le chakra d’Hanabi descendit le long du pieu et s’enfonça profondément sous terre.

Les éléments issus des techniques de Zetsu se figèrent dans leur élan puis tombèrent en poussière, la branche qui maintenait Hanabi en l’air se cassa, Oniji courut et la rattrapa in-extremis avant qu’elle ne touche le sol.

La fille crachait le sang qui lui remontait dans la gorge.

 

-         Tu as fait exprès, l’accusa le Uchiha.

-         Ouaip, répondit fièrement la gamine avec un faible sourire.

-         Tu es vraiment taré comme fille, rajouta t-il en criant plus par inquiétude que par colère.

-         Ce n’est pas fini …

 

Un monticule de bois sortit du sol, Zetsu en émergea difficilement, hors de ce tas de bois, il marcha avec maladresse comme s’il était ivre, ses deux « feuilles » hérissés pendaient mollement sur ses épaules, Oniji alias Dokuja se leva, laissant Hanabi pour achever celui qui leur avaient donnés tant de mal.

Zetsu se planta la main dans la poitrine et en arracha un poumon sanguinolent, il s’en créa un avec une technique Mokuton, formant minutieusement les veines et système circulatoire de son chakra puis se l’inséra, le connectant à son corps.

 

-         PLUS QUE … Le foie, l’estomac et les reins … A CHANGER, JE HAIS LES HYUGA … C’est la première fois que nous en affrontons un…

-         Et la dernière, promit sombrement Dokuja derrière lui.

 

L’homme-plante se retourna vivement, sa jambe gauche lui fut arraché avec un bruit de succion, Zetsu serra les dents mais ne cria pas, la jambe fut aspiré par un point noir au dessus du sol.

Le mangekyo sharingan d’Oniji luisait dans ses yeux, il croisa le regard du nukenin de Kusa, les deux se retrouvèrent dans une dimension que le brun avait crée, tout spécialement pour cet homme.

 

-         J’espère que tu es prêt, Zetsu, la descente aux enfers commence pour toi, que dirais tu d’une semaine de torture pour commencer ?

-         Itachi ne … POUVAIT FAIRE QUE TROIS JOURS DE SOUFFRANCES … tu bluff.

-         Itachi n’avait pas de bijuu pour lui fournir son chakra, bon, on s’y met ?

 

Pour Zetsu, la fin était proche, Oniji le torturait aussi bien mentalement que physique de minuscules trous noirs se baladait à la surface de sa peau ainsi que dans la profondeur de ses entrailles, sa gorge lui brûlait, ses muscles étaient tiraillés comme sur le point de rompre, sa peau brûlait comme si de l’acide la rongeait, un torrent de flammes parcourait ses veines … sa vision s’éclaircit jusqu’à « sombrer » dans un blanc éclatant.

 

Un pan de la cape de Zetsu, fut déchiré du reste du manteau et s’envola alors que les dernières cellules du corps de Zetsu furent aspirés.

Oniji plaqua sa main devant ses yeux ressentant un léger « inconfort » depuis qu’il scellait ses yeux, il ressentait souvent une gêne lorsqu’il les utilisait.

Alors qu’il sortait son bandeau pour le remettre, une main chaleureuse se posa sur la sienne.

 

-         Pourquoi ? lui demanda Hanabi.

-         Par habitude, tu sais même si mes sharingan sont plus puissant que ceux de ces gars … Itachi et Sasuke, j’aurais préférer naître comme eux … mais c’est ainsi, je suis né avec mes sharingan éveillés et de ce fait, j’attire chasseur de kekkai genkai et autres dégénérés pensants devenir célèbres en vainquant un gars aussi balaise que moi.

 

Cette fin de phrase fit rire la petite brune, elle le regarda intensément, Oniji la regarda et rougit un peu, il eut certaine pensée impure à son égard qu’il chassa en secouant la tête.

 

-         Moi, j’aime bien tes yeux que ce soit des sharingans ou pas c’est pas très important … mais je trouve que c’est du gâchis de les cacher avec ce bandeau.

-         C’est drôle, je n’imaginais pas entendre de tentative de drague malhabile de la part d’une fillette, glissa moqueusement le brun.

-         Que … ESPECE D’ABRUTI, JE NE SUIS PLUS UNE GAMINE, J’AI 12 ANS.

-         Cris pas, pour moi t’es qu’une gamine, t’as même pas de seins en plus …

-         Tu veux peut-être mon poing dans ta gueule ?

-         Attention, mademoiselle devient vulgaire et puis avec ta blessure tu pourras pas me toucher, sans non plus d’ailleurs.

-         J’vais te crever, bouda la fille.

 

Oniji mit son doigt au bord de la plaie à vif de la fille qui gémit au touché.

 

-         Une gamine douillette comme pas deux, renchérit le brun.

-         J’en ait marre de toi, j’veux voir ma sœur.

-         T’as des jambes, je ne te retiens pas.

-         Tu laisserais une fille blessé seule en plein territoire ennemi ?

-         Ouai …

 

Un coup de vent passe.

 

-         T’es vraiment un enfoiré de première, l’insulta Hanabi.

-         Merci.

-         C’était pas un compliment …

 

Le Uchiha se leva et prit la Hyuga dans ses bras, celui-ci râla avec un : qu’est ce qu’il ne faut pas faire … puis il partit vers la ville en courrant.

 

 

Hinata évitait les lames nacrés que lui envoyait Konan depuis un bon quart d’heure, la Hyuga s’en voulait un peu d’avoir insisté pour l’affronter toute seule, elle avait agit sur un coup de tête, peut-être par fierté, chose qui ne lui ressemblait pas, les séquences d’attaques de la brune d’Akatsuki était toujours les mêmes, ce n’était que de la manipulation de chakra assemblé à ses feuilles, une rasade de feuilles blanche volèrent dans sa direction, elle recula un maximum et fit des signes.

 

-         Suiton : Suijinheki.

 

Une colonne d’eau se dressa devant elle, ramollissant les projectiles acérés qui tombèrent au sol trempé, lourd …

 

Hinata sourit à Konan et après avoir refait une série de mudra, elle cracha un jet d’eau dans sa direction, celui-ci lui semblait affreusement lourd et dur à diriger vers sa cible, les technique d’Hinata était plus souvent comme son caractère, « fin »

Le diamètre du canon d’eau s’étrécit jusqu’à être aussi petit qu’une pièce, Hinata le manœuvra plus rapidement, Konan le fuyait en volant porté par ses ailes de papier, virevoltant entre certaines colonnes de pierre qui se faisaient trancher par la lame aqueuse de la Hyuga.

Hinata suivait la progression de son ennemie, Konan faisait de même si bien qu’aussi vite qu’elle volait, elle ne vit pas la fin du chemin qu’elle empruntait, un mur se dressa rapidement devant elle, les ailes de Konan battirent furieusement devant elle, stoppant net sa course puis elle fut rejoint par le jet tranchant d’Hinata.

Manque de chance ou plutôt dût à l’expérience de la brune de l’Akatsuki, celle-ci se baissa à temps et n’eut que les ailes de coupés.

 

Hinata regardait Konan atterrir souplement, elle aurait bien voulut la poursuivre pour la finir mais n’ayant pas comme son amant, une réserve illimité de chakra, il lui fallait s’économiser, de plus rien de dit qu’elle l’aurait tué.

Hinata inspira profondément et se rua sur son ennemie, surprise Konan envoya ses shuriken de papier mais Hinata était déjà trop proche, elle passa sans inquiétude les shurikens et arriva au corps à corps.

 

-         Hakke Rokujyuyonshô.

 

Hinata frappa soixante trois fois sur les point vitaux de Konan et l’envoya violemment s’écraser contre un mur avec le soixante-quatrième.

L’Akatsuki se releva et cracha du sang son corps sembla s’effriter et des feuilles de papier tombèrent à terre, la brune avait utilisé ces feuilles comme protection pour absorbé le chakra qu’Hinata avait essayé d’injecter en elle.

Des feuilles roulèrent sur ses bras et les prolongea en deux lames.

 

-         Approche, l’invita konan avec assurance.

 

Hinata ne se le fit pas répété, elle arriva rapidement au contact mais dès qu’elle voyait une ouverture dans la garde de Konan, ses épées de papier vinrent l’empêcher d’en profiter.

La Hyuga tira son wakisashi de sa main gauche et attaqua verticalement de haut en bas, Konan bloqua le coup en croisant ses lames au dessus de sa tête et Hinata frappa de sa paume droite, le cœur de son adversaire.

Les deux combattantes s’écartèrent l’une de l’autre, Konan laissa couler un flot de liquide carmin tandis qu’un petit bloc de feuille tombait à terre, de toute évidence, sa protection ne la protégeait pas entièrement, Hinata vit que les yeux de Konan tremblaient légèrement.

 

-         Dernière ligne droite, murmura Hinata pour elle même.

 

La brune prit un petit parchemin dans sa sacoche sur lequel on pouvait lire grenade, elle le tira et passa plusieurs emplacement avant de tomber sur celle qu’elle voulait, la Hyuga passa sa main dessus et en sortit une sphère en papier brunit.

Konan se rembrunit en voyant ce que la brune tenait dans sa main droite, Hinata la leva et envoya la grenade sur Konan, la femme-papier lâcha ses armes fit un mudra, un mur de papier se dressa devant elle, lorsque la grenade toucha le papier, elle n’explosa pas contre l’attente de Konan, certain pli du ruban de la grenade se détachèrent laissant s’éparpiller un nuage de poussière qui vint entourer complètement la femme de l’Akatsuki.

 

-         « C’est … de la limaille de fer … » songea Konan.

 

Hinata lança son wakisashi vers le nuage, dès que la lame y pénétra, de petites pellicules de fer vinrent griffer la lame, provoquant quelques étincelles, petite mais bien assez pour mettre le feu au poudre, une belle explosion vint souffler la zone, Konan sortit vite du nuage enflammé, grâce à ses byakugan, Hinata avait vu le trajet de son adversaire, Konan ne fit pas attention et vit au dernier moment, Hinata à un pas devant elle, la Hyuga frappa en plein poumon, Konan tressaillit en sentant quelque chose la transpercer, en baissant les yeux, elle vit une lame de chakra prolonger chaques paumes d’Hinata, ces lames la transperçait de part en part.

 

-         Et … maintenant ? s’enquit Konan.

-         Maintenant, tu vas mourir.

 

Hinata sortit rapidement ses lames de chakra et les croisa sur la gorge de Konan, la tête fut séparé du corps et roula sur quelques mètres.

 

-         Tu ne m’as pas vraiment laissé le choix … soupira Hinata.

-         Onee-chan, cria une voix derrière Hinata.

 

Hinata se retourna et vit avec horreur, Hanabi dans les bras de Dokuja dont une épaule saignait abondement.

 

-         TOI, désigna Hinata en pointant le Uchiha du doigt.

-         Quoi moi …

-         Je t’avais dit de veillé sur ma sœur.

-         Il était balaise l’autre enfoiré …

-         Une excuse ? toi qui te vante d’être tout puissant.

-         Et toi, tu es recouverte de coupure …

-         Ça n’a aucun rapport avec ce que je t’ai demandé, bouda Hinata.

 

En effet, ses vêtements ainsi que sa peau étaient recouverts de coupures, d’ailleurs maintenant qu’elle le remarquait ses coupures la cuisait atrocement, plus que les coupures faites par d’autres lames en acier, Hinata sortit son baume et commença à recouvrir ses coupures.

 

-         Naruto doit s’amuser, dit soudainement Dokuja, son chakra s’est assombrit.

-         Kyubi ? dit Hanabi.

-         Non, Naruto est Kyubi, c’est se que j’en ait conclut quand il s’est battu contre les frères zombies, où du moins, il s’est approprier les réserves de chakra du renard.

-         Il est trop fort alors.

-         Logiquement oui mais ça ne fais pas de lui un dieu, à quoi sert d’avoir une gigantesque réserve de chakra si on ne sait pas s’en servir correctement, en plus il y a déjà eut des membres de l’Akatsuki qui ont vaincu de nos frères jinchuuriki.

-        

-         Mais Naruto n’est pas n’importe qui, je ne le connais pas depuis super longtemps mais assez pour savoir qu’il est rusé comme un renard, passé moi l’expression.

 

 

Naruto restait sur place, bras croisé et esquivait les coups directe du Pain qu’il avait identifié comme l’expert en Taijutsu, le blond balançait sa tête de droite à gauche et de gauche à droite au gré des coups qui le visait, il leva une jambes en arrière et frappa sous le menton, un Pain assez fin avec deux mèches qui encadraient son visage dont on ne distinguait que difficilement les yeux, celui-ci servait de soutien d’après le renard, n’intervenant que pour protéger un corps et attaque lorsqu’il voyait une ouverture.

Il se mit à pleuvoir, du coin de l’œil, le jeune Pain à qui il parlais plus tôt avait les mains jointes, cette pluie était utile car elle approvisionnait la zone pour des techniques Suiton, cette pensée fit sourire Naruto, avec son niveau de jutsu, tiré de l’eau de l’humidité de l’air lui était aussi facile que les vieilles histoires qu’il avait lu sur le Nidaime Hokage quant il était jeune.

A son attente une technique sous forme de dragon aqueux arriva du ciel, le Pain-Jiraiya en était l’auteur, d’ailleurs tous les jutsu qu’il recevait jusqu’à présent était lancer par ce Pain là.

Naruto leva une main et forma un bouclier de chakra au bout de celui-ci, le dragon d’eau se stoppa brutalement sur le disque orange que Naruto tenait au-dessus de lui et retomba en une masse d’eau arrosant, le renard et les deux Pain qui s’en prenait physiquement à lui.

 

-         Une fois que je t’aurais battu, je tuerais ta fiancé … sa sœur … ton ami … leurs familles … leurs amis … c’est mon jugement, le jugement divin.

-         Peuh … comme tu ne me battras pas, je n’ai aucun souci à me faire.

 

Naruto bloqua le poing du Pain-Taijutsu et le tira, il lui fit faire un tour complet avant de le jeter contre le Pain de soutien, il se jeta ensuite contre le Pain qui absorbe les jutsu lorsqu’il entendit avec ses sens surdéveloppé.

 

-         Suiton : Daibakufu.

 

Un raz de marée s’éleva derrière lui et le rattrapa, Pain l’absorbeur de chakra sourit en voyant Naruto se faire emporter par le mur aqueux et le jutsu continua son chemin vers lui.

Le gros Pain qui était ciblé se protégea avec son étrange technique sans trop absorber le chakra qui parcourait le mur d’eau offensif puis après que la vague soit passé il ressentit et frisson en voyant avec les yeux de ses camarades, Naruto, derrière lui, tranquillement en train de passer une main dans ses longs cheveux trempés, Il se retourna et ne pût éviter la droite qui se colla au milieux de son visage, les yeux rouge vif de Naruto, scintillaient de leur malveillance.

Le renard regarda tous les corps de Pain qui lui faisait face, cinq combattants d’élites, il ou ils ne l’inquiétait plus, ses réflexes étaient boostés, de même que sa vitesse, sa force physique et son endurance.

 

-         « Cinq ? j’aurais juré qu’il y en avait un de plus … »

 

Le sixième se fit sentir, les narines du renard se dilatèrent, son poing se resserra et partit en arrière, le dernier Pain sortit de terre et se prit le revers du poing de Naruto.

 

-         Tu es devenu très fort, mon égale …

-         Evidement, un démon ne peut-être que l’égale d’un dieu.

-         Ne te monte pas la tête …

 

Pain-Jiraiya et Pain-Yahiko faisaient chacun une série de mudra, trois autres s’attaquèrent directement au blond qui se mit en garde alors que le dernier se mit devant les invocateurs, une couverture de chakra recouvrit Naruto, il griffa l’air devant lui et une main du manteau démoniaque fusa rapidement, cette main emporta le combattant qui progressait devant lui au centre corps épais avec son éternelle expression joyeuse, l’emportant violemment, il passa entre Jiraiya et Yahiko en emportant leur gardien et s’écrasa derrière eux.

Les deux autres échangèrent une multitude de coups avec Naruto puis s’écartèrent, les deux invocateurs avait fini leur jutsu, Pain-Jiraiya cracha un jet de flamme pendant que l’autre l’attisa avec un jutsu Futon, le torrent incandescent percuta le blond et une explosion eut lieu.

 

Hinata suivit d’Oniji qui tenait toujours la petite Hyuga, progressaient parmi le labyrinthe que faisait les rues de la ville d’Ame, ils ressentirent une grande chaleur sur leurs droite et ils s’arrêtèrent, le mur se craquela à trois mètres d’eux  puis une forme noir, jaune et rougeâtre le traversa à toute vitesse et s’enfonça à travers le mur de l’immeuble d’en face.

 

Naruto rouvrit les yeux en les clignant, la seule chose qu’il fit, c’est dire : Waouh.

Il dégagea son bras droit de sous les décombres et vira le bureau qui lui écrasait les jambes sur le côté, comme s’il ne s’agissait que d’un brun de paille puis il se releva, il était torse nu, l’impact de la technique combiné Katon-Futon avait percé la protection que lui procurait son manteau démoniaque, quelques brûlures ornaient sa poitrine mais il ne s’en soucia guère, il marcha vers l’entrée lumineuse en face de lui, il s’accouda à l’ouverture et regarda trois silhouettes sur la droite, reconnaissant ses camarades, il leva une main et leur adressa un sourire avant de partir comme une flèche par l’ouverture d’en face, il traversa trois autres bâtiments avant de retrouver l’aire de combat, un liquide rouge coula devant son œil gauche, il l’essuya d’un revers de la main.

 

-         Encore en vie … commenta Pain-Yahiko.

-         Evidemment, sympa la technique, si j’avais pas eut mon manteau de chakra pour me protéger je serais mort … je croyais que vous me vouliez en vie pour prendre Kyubi ?

-         Changement de plan, on s’est concertés et arrivés à la conclusion que Kyubi ne nous étaient finalement pas si nécessaire que ça pour unir le monde, il nous suffira de leva une armée et de le conquérir.

-         Charmant, mais y’aura toujours une tête brûler comme moi pour se mettre en travers de ta route.

-        

-         Maintenant, je vais t’éliminer … avec une des premières techniques qu’Itachi m’a apprises.

-         Une technique de faible, sûrement …

-         Amène toi, Amenez-vous tous, beugla Naruto.

 

Les six qui l’entouraient à présent se jetèrent sur lui, Naruto croisa ses doigts en posture de Kage bunshin et créa cinq clones, les six Naruto bloquèrent les six Pain, tous au corps à corps, ils se maintenaient les uns les autres, les attaquants forçant pour faire plier les blonds, les Naruto, bien que sur-dynamiser pour leur chakra démoniaque luttant pour résister, on dit qu’un corps se contrôle inconsciemment pour le pas causer leur propre perte mais le fait de manipuler des corps morts supprimait ce petit désagrément, la force non-bridé par la conscience humaine, permettait à Pain de rivaliser avec celle d’un Jinchuuriki , ici Naruto.

Les visages des clones de Naruto, crispés par l’effort prirent une certaine sérénité, puis un sourire se dessinait sur chacun d’eux.

 

-         Tu sais Pain, fit une voix au dessus des douze combattants, il n’existe point de dieu sur terre et je vais te le prouver.

 

Une goutte de sang tomba sur la tête de l’un des Pain, le Yahiko leva les yeux vers la voix et vit un septième Naruto, les mains jointes en signe du tigre, une déferlante de chakra envahit ses clones qui luisait de chakra rougeoyant, cette fois la lutte était inversé et ce sont les clones de Naruto qui luttaient pour retenir les Pain, une fois le seuil critique atteint, les clones devinrent instables.

 

-         Voilà la technique que tu trouvais … faible, Ninpô : Bakuhatsu Kage bunshin.

 

Les clones explosèrent, le vrai Naruto coller au mur en hauteur croisa ses bras devant lui pour se protéger du souffle, violent et brûlant, l’explosion se fit entendre à quelques immeuble de là, Hinata et ses deux compagnons, depuis qu’ils avaient vu Naruto sortir de la pièce, les vêtements déchirés et le sang coulant d’une grosse brûlure qui lui saillait le torse avaient hésités à le suivre dans son combat, mais sagement, Dokuja avait prétexté que Naruto serait vexé, s’ils venaient s’en mêler, alors ils étaient restés à l’ouverture par où le renard s’était faufilé pour rejoindre son opposant, espérant les voir revenir rapidement en vainqueur mais la seule chose à venir après trois ou quatre petites minutes d’attentes fut un vent brutal et chaud, qui passa en force par l’ouverture, après ce souffle, les amis de Naruto s’engouffrèrent dans le passage.

 

Naruto toussait, l’immeuble où il s’était scotché avec son chakra c’était affaissé, il repoussa quelques décombres et attendit que la poussière se couche pour observer l’étendu des dégâts, autour de lui, il entendait des pierres s’effriter et se démettre de leurs emplacements, une fois la fumée écarté, il vit le premier corps déchiqueter, c’était le gras, cette fois, celui-là n’avait pas eut le temps d’absorber quoique ce soit, le second corps fut celui de Jiraiya, il n’était pas abîmé mais les yeux ouverts sur une teinte laiteuse prouvait l’absence de l’occupation de Pain en celui-ci, ensuite, ce fut « Joyeux » qu’il trouva ou du moins ce qu’il en restait, c’est à dire, la tête et le haut du buste, le Pain qui soutenait les autres brillait de son emplacement, des barreaux qui consolidaient les murs d’un bâtiment écroulé par l’explosion, lui transperçait le torse, il lui manquait aussi ses jambes mais ça, Naruto s’en moquait, il partit à la recherche des deux derniers, celui qui l’avait tant gêné de par ses attaques frontales et coups et qui avait tendance à l’empêcher de s’occuper de ses congénères gisait là, amputés de ses mains et d’une partie du visage, Naruto remarqua aussi quelque chose qu’il n’avait pas vu sur les autres corps, d’ailleurs les autres corps était soit en trop mauvais état soit pas assez « ouvert » pour que cela puisse se remarquer, le blond inclina le côté manquant de la tête vers lui, les percings qu’il avait vu sur les autres visages avaient une continuité à l’intérieurs du corps, dans la tête en tout cas, reliant le cerveau aux muscles, il délaissa le cadavre pour retrouver le dernier Pain, il le trouva dans une zone dégagé, sans blessure apparente, Naruto s’approcha doucement de corps et s’agenouilla à côté.

Le renard palpa le corps aux yeux fermés qui ne semblait rien avoir alors qu’il approchait la main du cou de Yahiko, un kunai surgit de la manche de Pain, il se pencha sur le côté et poignarda Naruto au ventre, celui-ci retenait le bras mais trop tard, Pain-Yahiko tourna la lame dans la blessure, l’un des bras de Naruto relâcha celui de Yahiko et se porta sur le cœur du roux.

 

-         Tcho Oodama Rasengan, hurla Naruto dont la blessure le mettait en colère.

 

Une énorme sphère de chakra engloba Yahiko creusant la terre sous lui.

 

-         Mais quel con, jura Naruto en arrachant le kunai toujours planté dans son ventre.

 

Naruto se releva en chancelant et concentra du chakra sur sa blessure, les bords coupés se rejoignirent comme mût par leur propre volonté, la plait fuma pendant qu’elle cicatrisait puis ne devint qu’un point blanc qui touait le reste de la peau bronzé.

Il sentit quelque chose derrière lui, un homme au trait fin ayant une longue chevelure d’ébène dont une partie lui cachait une partie du visage, son œil gauche luisait d’un éclat gris, son Rinnegan tremblant d’une colère sourde.

Il planta un pique dans le dos de Naruto, de la même matière que les percings qui ornait les corps roux, ce pique se divisa en lui et Naruto le sentait, ils se divisaient et empruntaient son système circulatoire de chakra.

 

-         C’est le corps digne d’un dieu, souffla Nagato, digne de moi.

-         Désolé Pain, mais c’est mon corps.

 

Naruto passa sa main gauche sur son poignet et sortit son katana de son tatouage, il dirigea la pointe vers son torse et l’y enfonça d’un coup sec, la pointe du sabre ressortait dans son dos et était bien aligné vers le cœur de Nagato mais pas assez long, Naruto entendit l’autre ricaner.

 

-         Ton sabre n’est pas assez long mais ça ne me gêne pas que tu meurs, en fait, ça me faciliterait la tâche de transformer ton corps s’il est mort …

-         Rêve …

 

Le katana prit son tribu de chakra dans le corps de Naruto qu’il transperçait puis émit un scintillement, sans que Nagato ne puisse le prévoir, la lame s’allongea et perfora son cœur.

 

-         Bâtard …

-         Oh mon dieu, j’ai tué un dieu, rigola le blond avant de cracher du sang, il sortit son arme de son corps et se tourna vers Nagato qui avait lâché le pique, celui-ci s’effrita, avait de crever, dit moi où ce trouve le dernier ?

-        

-         Tobi, où puis-je le trouver ?

-         La vallée de la fin … tu connais ?

-         Ouai, merci.

 

Naruto dressa son sabre et décapita proprement le brun.

Un autre bruit retentit derrière lui mais ce fut Hinata, elle s’arrêta en voyant les yeux rouges du blond et pas seulement les iris, tout le globe l’était.

 

-         Yo, chérie, tu t’es bien battue ?

 

Naruto recommença à fermer la plaie qu’il s’était fait avec son sabre arriva ensuite Dokuja avec la cadette Hyuga dans les bras.

 

-         Hanabi ?

-         Il s’appel Oniji.

-         Merde, je le savais, c’est toi qui lui a demandé ça, se plaignit le Uchiha.

 

Naruto retrouva ses yeux azur, chercha dans sa sacoche et sortit une petite liasse de billet qu’il remit à Hanabi.

 

-         Payé en plus, ajouta le brun.

-         Y’a pas de petit profit, se défendit Hanabi.

-         Exactement, « Oniji » et puis c’est ton vrai nom, pas mal en plus, je ne vois pas ou est le mal, ricana Naruto.

-         S’il voulait garder son nom secret, ça le concerne, le contredit Hinata.

-         Merci.

-         La ferme, je te cause plus.

-         Fait chier.

-         Qu’est-ce qu’il y a.

-         Elle me fait la gueule parce qu’Hanabi à été blesser.

-         Exactement, affirma Hinata.

-         Mais c’est pas ma faute si elle a des tendances suicidaires.

-         Fallais bien faire baisser sa garde à l’autre idiot, répliqua Hanabi, en plus onee-chan m’a foutu plein de sa pommade qui pue, c’est écœurant.

-         Cesse de te plaindre, gamine, sinon, je te laisse tomber et tu marcheras par toi même.

-         La ferme Oniji, sinon …

-         Ils s’entendent plutôt bien, constata Naruto qui regardait la scène avec Hinata qu’il entourait de ses bras protecteurs.

-         Oui, je ne sais pas quoi en penser en fait, répondit-elle.

 

Naruto la laissa avec les autres et rejoignit le corps de Jiraiya, il invoqua deux renards équipés de tissus et rubans de couleurs noirs ayant deux longues chaînes sur chaque flan tirant un cercueil de cristal orange.

 

-         Vous nous avez invoqués, maître ?

-         Oui, acquiesça Naruto en plaçant Jiraiya dans le cercueil, vous mes gardiens des âmes, ce gars est quelqu’un d’important à Konoha, j’aimerais que vous y escortiez son corps, je ne veux plus retourner là-bas et je n’aimerais pas non plus, que des nukenins ou des ninjas d’un autre village vole ce corps pour y découvrir certain secret.

-         Cela va de soit, obéit le second renard, il sera escorté à Konoha sans encombre.

 

Le deux renards partirent en tirant le cercueil, avec force et souplesse comme s’ils ne tiraient que du vent.

En revenant, Hanabi et Oniji se criaient toujours dessus, il les fit stopper.

 

-         Cette semaine, nous restons à Ame, nous soigner et reprendre des forces, ensuite direction : la vallée de la fin.

-         C’est où ça ? demanda Oniji.

-         A la frontière entre Konoha et Oto.

-         Bientôt fini, le dernier combat, soupira Hinata.

-         Oui, après on sera peinard, confirma Naruto.

 

Les membres de l’équipe s’était tous plus ou moins rétablis, Hanabi avait interdiction de se battre pour le dernier combat, Hinata avait été très clair à ce sujet malgré les protestation de la jeune fille, elle était en plus de cela, rabrouer par l’Uchiha, lui cherchant toujours un prétexte pour se moquer de la petite Hyuga, il n’avait pas remit son bandeau depuis sa confrontation contre Zetsu, il disait seulement vouloir « voir » les choses qui l’entourait pleinement, Naruto et Hinata ne cherchèrent pas plus loin même si voir son sharingan à tout bout de champ était assez dérangeant, quand Naruto jugea tout le monde apte, ils partirent en direction de la vallée de la fin.

 

 

Chapitre 18 clôt, cool non ? à l’heure ou j’écris ces lignes, je viens de terminer cette fiction … d’ailleurs pourquoi je vous le dit ? je met l’avant-dernier chapitre de suite, quant au dernier, il sera votre cadeau du nouvel an.