chapitre 19

par fic-de-super-narutodu31

Une fois dans la cuisine, Temarie se tourna vers moi, un grand sourire aux lèvres:
-Alors, vous en êtes où ?
-Où quoi?
Elle eut un geste agacé:
-Avec Sasuke !
-Ben nul part...C'est juste un ami !
-Fais pas l'innocente! J’ai bien vu comment il te regardait !
Je rougis et lui assura qu'elle se faisait des idées. Elle n'était pas convaincue mais elle n'insista pas et je lui racontais les événements de la soirée.

----------------------------------------

POV Sasuke:
Pendant que Temarie tirait Sakura hors de la salle, je me penchais vers Gaara et luis soufflais:
-Pas mal le coup de la bouffe !
Il haussa les épaules et dit:
-Alors?
Je sortis le message de ma poche et le lui tendis. Quand il eu finit sa lecture il lâcha:
-Je vois...Et sa t'arrangerait de ne pas la quitter des yeux, pas vrai?
Je fis comme si je n'avais pas capté le sous-entendu et acquiesça en silence. Le regard perçant de Gaara ne me quittait pas. Je savais qu'il n'était pas dupe mais je continuais à me taire. Finalement, il déclara:
-Y'a une chambre avec 2 lit et une salle de bain. Sa te va ?
-C'est nickel.
Je remis le mot dans ma poche et me dirigeais vers la cuisine, Gaara sur les talons. Une fois la, je cherchais naturellement Sakura des yeux le regard entendu de Temarie ne m'échappa pas. Foutue famille...Trop clairvoyant...Gaara s'adressa a Temarie:
-Ils vont dormir dans la chambre avec la salle de bain.
Temarie le regarda avec des yeux ronds comme une bille de loto et il lui fit comprendre d'un regard qu'il lui expliquerait après.
Sakura les regardait tout les deux avec une expression étrange. Ses yeux passaient de Gaara à Temarie et de Temarie a Gaara. Elle savait qu'on lui cachait quelque chose mais elle ne dit rien. Nos regards se croisèrent et je pus lire dans ses yeux verts toute l'incompréhension et la tristesse d'être tenue a l'écart qu'elle ressentait. Mon cœur se serra mais je ne pouvais rien lui dire. Sa anéantirais tous ses progrès de "reconstruction" comme disait Tsunade. Je le savais. Mais malgré tout, je souffrais de devoir lui mentir.
Je l'aimais.

 

POV Sakura:
Qu'est ce qu'il pouvait bien comploter la, tous les trois? Etre mise ainsi à l’ écart me blessais. Mon regard croisa celui de Sasuke et j'y lus un léger mais certain malaise. Ah! Me faire des cachotteries n'avait pas l'air de lui plaire plus que ca! Rassérénée, je me ré-enfoncée dans le fauteuil. Je pris alors conscience du silence qui régnait et de tous les regards fixés sur moi. Une grande lassitude m'envahis et je ne pus réprimer un nouveau bâillement. Temarie se leva d'un bond et s'exclama:
-Venez! Je vais vous montrez votre chambre !
Je la suivis sans grande conviction dans l'escalier. Passant devant plusieurs porte, Temarie commentait:
-Le placard a balais...le dressing...La chambre de Gaara...la mienne...Celle de Kankuro...
L'esprit embrumé par la fatigue, je ne prêtais guère d'attention a sa visite improvisée passer en mode rapide s'ilvousplaitmerci ! Jusqu’a ce qu'elle s'écrie d'une voix triomphante :
-Et voila la votre !
Elle ouvrit la porte. Sasuke passa le premier et je le suivis. Temarie nous lança:
-Bon, ben, moi je vais vous laisser, hein? !
Et elle referma la porte. Soupirant contre le manque de sérieux de mon amie, j'examinais la pièce. Il y avait deux lits, un lit simple près de la fenêtre et un lit double plus près de la porte. Sasuke annonça aussitôt:
-Je prends le lit simple !
J'haussais les épaules:
-Si tu veux...
Je m'approchais donc du lit double et m'y laissais tomber toute habillée. Le sommeil ne tarda pas et je fus rapidement accueillie dans les bras de Morphée.
Au milieu de la nuit, je fus subitement prise d'une ...envie pressante (no commen svp ...) Sasuke dormait, comme en témoignait sa respiration lente et régulière. Je sortis donc aussi silencieuse que possible et, marchant sur la pointe des pieds, je me dirigeais ver la porte de cet endroit béni et m'installa sur la cuvette (désolé pour les détails mais bon... c'est important pour la suite !)Je finissais de me soulager quand j'entendis un cri déchirant:
-NOOOOOOOON !
Cette voix me glaça le sang. Je la connaissais. Mais ou l'avais-je déjà entendue?

Je me rhabillais en vitesse et couru j'jusqu’a notre chambre, d'ou venait le cri. Temarie et Gaara me précédait. Kankuro me suivait, lentement...comme un shooté. Rentrant dans la pièce, je vis Sasuke au sol. Ses couvertures avaient été arrachées. Une odeur qui ne m'était pas inconnue flottait dans l'air. Je finis par la reconnaitre et me mis à suffoquer. Je tombais à genoux. Malgres sa faiblesse, Sasuke se précipita aussitôt vers moi. Il me prit dans ses bras et je lui murmurais:
-Mon père...C'était mon père...
Par dessus l'épaule de Sasuke, je vis Temarie et Gaara se regarder, et je sentis Sasuke se raidir. Ah, d'accord...Tout le monde était au courant...Sauf moi...Super ...Je me dégageais, le regard vague, et déclarais d'une voix calme:
-Vous comptiez me le cacher longtemps?
Ils semblaient surpris. Sasuke se racla la gorge. Temarie et Gaara quittèrent la pièce, poussant Kankuro devant eux.
Malgré tout, je ne parvenais pas à leur en vouloir. Je savais parfaitement qu'ils pensaient avoir agis au mieux en me cachant le retour de mon père. Je comprenais mieux leurs messes basses. Je fixais Sasuke, sans un mot. Il finit par sortir un mot froissé et sa poche et me le tendis en disant:
-Il était sur ton lit.
Je le dépliais et le lut. Je fermais les yeux et déclarais:
-Sasuke je suis fatiguée...
Il me dit rapidement:
-Va te coucher alors !! On verra sa demain !
Je continuais, ignorant sa remarque:
-Fatiguée de fuir. Puisque ma mort semble inéluctable, au lieu de courir, je préfère m'arrêter et l'attendre.
-Ne dis pas sa! On trouvera une solution, je te le jure !
Je rouvris les yeux. Il semblait complètement paniqué. L’impassible Sasuke Uchiwa n'était plus maitre de lui: Il avait perdu le contrôle.
-Sasuke...Peu importe ou j'irais, il me suivra. Plutôt que de vivre dans la terreur perpétuelle, il vaut mieux en finir rapidement.
J'avais dis ca avec une voix calme. Je m'étais resignée. J'acceptais mon sort. Sasuke s'approcha de moi et me reprit dans ses bras. La tête contre son torse, je sentais son cœur battre à toute vitesse. Le mien se jetait également contre mes cotes, tel un oiseau en cage.
La voix de Sasuke tremblait quand il me déclara:
-Non, je ne le laisserais pas faire...Il ne te fera jamais de mal tant que je serais la...Je te le promets.
Ses mots devinrent une flèche bien ajustée qui se planta dans mon cœur: J'étais émue.
Il mit sa tête dans mon cou et me murmura:
-Je t'aime.
Une joie incroyable me traversa le corps et je me serrais encore plus contre lui:
-Moi aussi Sasuke...
Une larme coula. Suivit d'une deuxième et d'une troisième...
-Moi aussi !
Agrippant son tee-shirt comme un naufragé agrippe une bouée, j'avais presque hurlé. Les deux puits d'ombres de Sasuke se remplirent de joie pour devenir deux puits de lumière.
Epuisée, je m'endormis, la, dans ses bras.

Chapitre XXXVI

Le matin nous trouva enlacés sur le sol de la chambre. Quand j'ouvris les yeux, je vis que Sasuke dormait encore. Dieu, qu'il était beau a cet instant! Je plongeais mon visage dans son cou et respirait son parfum a plein poumon. Il se réveilla, surpris et cligna plusieurs fois des yeux avant de me reconnaitre. Il posa sa tête sur la mienne, prit ma main dans la sienne et la serra très fort. Il me murmura:
-Maintenant que ton père sait que tu es ici, on ne peut pas y rester. Il faut partir.
Soupirant, je m'écartais de lui et rivais mes yeux verts dans ses yeux noir couleur nuit:
-Non, Sasuke. On ne fuira pas. Je te l'ai déjà dit hier et je le répète aujourd'hui.
-Mais...
-Non, écoute-moi! Il faudra bien que j'affronte mon père un jour ou l'autre. Le plus tôt sera le mieux. Fais-moi confiance.
Résigné, il hocha la tête.
-Très bien. J’espère juste que tu sais ce que tu fais.
-Ne t'inquiète pas. Sa se passera bien.
Je n'y croyais moi même qu'a moitié. Comme s'il avait senti mes doutes, il approcha lentement son visage du mien et posa avec douceur ses lèvres sur les miennes. Elles étaient sucrées, douce, et je me surpris à espérer que ce moment ne s'arrête jamais. Mais tout a une fin. Il recula son visage, me chuchota au creux de l'oreille:
-Je t'aime. Je ne veux pas te perdre.
Il se leva, m'aida à en faire autant, et, sans lâcher ma main, se dirigea vers la cuisine. Je le suivis en silence. Quand nous entrâmes dans la salle, tous les regards convergèrent vers nous et vers nos mains unies. Kankuro haussa les épaules et se detourna, Temarie nous sourit avec une mimique qui semblait dire:<>
Je rougis et détourna les yeux.
Gaara regarda Sasuke d'un air entendu et Sasuke soutint son regard sans souciller. Sans nous quitter des yeux, Gaara annonça de sa voix profonde et rassurante:
-Bravo.
Et il retourna à son café. Puis il sortit de la pièce, presque immédiatement suivit pas Kankuro qui ne nous accorda pas un regard. Pendant tout le petit déjeuner, le regard victorieux et triomphant de Temarie ne nous quitta pas. Puis elle dit:
-Bon, je vais en cour. On se voit tout a l'heure !
Sasuke hocha la tête sans voir mon regard songeur.
Dix minutes plus tard, Sasuke me dit:
-Bon, on devrait allez se préparer nous aussi. Surtout qu'il faut qu'on passe au manoir récupérer nos sacs.
-Non.
- Comment son non?
IL semblait surpris.
-Non, je ne vais pas en cour. Pas aujourd’hui. Tel que je connais mon père, il n’attendra pas vingt ans pour repartir a l'attaque et je préfère que sa se passe en privé.
Il hocha la tête, compréhensif.
-Donc je reste avec toi.
Même si je m'y attendais, je ne pus m'empêcher d'être touchée. Nous débarrassâmes donc la table en silence. La maison était vide. Temarie et Gaara devait être en cour et Kankuro était parti quelques minutes plus tôt en direction de son lycée. Sasuke soupira. Je me tournais vers lui, interrogative. Il déclara alors:
-Tsunade va encore se faire des films...
J'éclatais de rire:
-Elle va surement croire que tu me retiens prisonnière...
Tout en disant cela, je m'approchais de lui et m'accrochais à son cou.
Amusé, il continua:
-Elle va passer voir au manoir Uchiwa et quand elle va voir l'état de la maison, elle croira que tu t'es débattue...
J'enchainais, à fond dans le délire:
-Et, comme elle trouvera personne, elle en conclura que tu m’as enlevée et emmenée ailleurs pour me faire des tas de trucs réservés au adultes...
Nous nous regardâmes dans les yeux et nous payâmes une magnifique crise de fou rire. C’était si bon de rigoler!
Pendant que j'essuyais mes yeux pleins de larmes, Sasuke passa un bras derrière mes genoux, un autre derrière ma nuque et me fis basculer a l'horizontale. Je l'interrogeais du regard et il m'embrassa tendrement avant de me murmurer a l'oreille:
-Tsunade n'auras pas tout a fait tort...
Je me blottis encore plus dans ses bras tandis qu'il m'emmenait dans la chambre...

(Que les plus grands et les plus pervers arrêtent de baver sur leur clavier, il n'y aura pas de lemon dans ce fic.)