Epilogue ~

par Natsuhi

Elle & Lui

 

Epilogue

 

 

 

Sakura.

 

J’avais l’impression d’être lourde. Ma tête me faisait atrocement souffrir, mes paupières peinaient à s’ouvrir et mes membres ne pouvaient bouger. C’était comme si mon âme voulait s’en sortir mais que mon corps l’empêchait d’agir. Autour de moi, j’entendais de vague bruit. J’imaginais tout un tas de chose. Etais-je morte ? Etais-je au Paradis ? Ou alors Dieu avait continué de jouer avec moi et m’avait envoyé en Enfer. Serait-ce des gens en pleine discussion ?

Je poussais un petit soupir étouffé et tout en plissant les yeux, j’essayais en vain de les ouvrir. Je sentais une fine lumière m’éblouir la rétine et je les refermais aussitôt. Encore une fois, des bruits étranges me parvinrent. Ils me paraissaient lointains. Je tentais une nouvelle fois d’ouvrir les yeux. Petit à petit, je distinguais ce qui m’entourait. Ma vue floue me permettait juste de voir blanc. Je commençais à m’imaginer que j’avais rejoint Dieu.

 

Ma vision me revint, et je pouvais à présent reconnaître ma chambre d’hôpital. Sans vraiment m’en rendre compte, je souriais à l’idée d’être encore parmi les humains. Et le revoir. J’essayais péniblement de tourner la tête pour l’apercevoir, ou n’importe qui d’autre. Les voix ne me paraissaient plus aussi lointaine que toute à l’heure et je distinguais le visage angélique d’Anko, qui me souriait chaleureusement.

 

-         Sakura.

 

M’avait-elle interpellé de mon lit. Je ne pus prononcer un mot car je n’en avais pas la force. Je me sentais extrêmement fatigué et si faible. Je sentais une main brûlante me caresser le front et je frissonnais sous ce contact. Etais-je si glacée ?

 

-         Chut Sakura, ne te brusque pas. Me chuchota-t-elle à l’oreille. Repose-toi encore.

-         Où… Où est… Où il est… Naruto. Parvins-je à prononcer faiblement.

 

Je ne l’entendis pas répondre mais je jurais avoir vu une douleur dans ses yeux à ce moment là. Elle me caressa les cheveux en me prononçant des « ne t’en fais pas », «  tout va bien », « repose-toi encore Sakura ». Ce n’était plus que des murmures car je m’endormais aussitôt.

 

 

 

 

 

Sasuke était venu me chercher à l’hôpital comme il le faisait depuis maintenant deux semaines. Il poussait ma chaise roulante jusqu’au parc où l’on rejoignait tous les autres. En passant dans les couloirs, je ne manquais pas de saluer Chiyo et Sarutobi qui se chamaillaient ainsi qu’Anko qui parlait avec l’un des médecins. Je remarquais son regard chaleureux. Kakashi m’avait dit que j’en avais encore pour quelques semaines dans cet endroit que je commençais… Soyons honnête, je le détestais depuis le début cet hôpital… Après ça, je pourrais retourner chez moi. A vrai dire, je n’en avais jamais eu vu que j’avais toujours vécu dans cet endroit. Mes parents étaient heureux que je puisse enfin vivre à la maison et avoir enfin une vie normale, comme tout le monde. Ils bénissaient le seigneur de m’avoir envoyé un ange.

 

Evidemment, Kakashi m’avait expliqué que je devais éviter tous effort physique très intense. Sur ce point là, je ne pouvais qu’acquiescer. Je me contenterais de me faire pousser en skate à la limite. Je devais manger sainement. Là aussi, ce n’était pas du tout un changement. Et bien entendu, je devais venir à l’hôpital une fois par semaine pour qu’on examine mon état. J’aurais des cachets à prendre à vie, mais c’était si peu de contrainte fasse à ce qui m’attendait.

 

Je n’avais jamais vraiment réfléchie à la manière dont ma vie se finirait. Depuis mon plus jeune âge, j’avais espérer mourir. Je ne supportais pas cette maladie qui me tuait, ce cœur malade qui m’avait été donné. Ce cœur qui était destiné à mourir tôt ou tard. Je n’avais jamais compris pourquoi Dieu m’avait fait don d’un tel calvaire. Tous ce que je souhaitais, c’était la mort. Je voulais la mort. J’en étais même arrive à aimer la mort.

 

Mais un ange était entré dans ma vie. Dans ma nuit la plus sombre où le soleil ne se levait jamais… Dans mes cauchemars les plus terribles… Il avait apporté sa lumière qui était devenu mienne. Cette lumière qui m’avait illuminé de toute part, que ce soit ma vie ou mon âme. Il avait rendu ma vie morne et dégueulasse en une vie merveilleuse. Pour la première fois depuis la découverte de ma maladie, j’avais eu envie de vivre.

 

Je crois que j’étais tombé amoureuse de lui dès la première fois où nos regards s’étaient croisés. Il est vrai qu’au début, je l’avais détesté. C’est dingue comment il avait pu m’énerver. Il était à part. Il était spécial. Du moins encore plus à mes yeux.

 

Je devais rire un peu fort à l’évocation de mes souvenirs car Sasuke me demanda plusieurs fois la raison de mon hilarité.

 

Naruto était quelqu’un d’extraordinaire. Je ne remercierais jamais assez les Anges de me l’avoir envoyé m’éclairer de sa lumière. Sans lui, je serais resté dans le noir à jamais et je ne serais pas là, dans cette chaise roulante, en compagnie de Sasuke, qui m’emmenait au parc retrouver tous les autres.

 

Il aimait la vie, car il ne manquait jamais de la croquer à pleine dent. Je voulais la mort, à cause de ce putain de cœur qui me tuait de jour en jour. Depuis ma rencontre avec lui, je vivais pour lui. Depuis qu’il avait fait scintiller cette petite étoile en moi, je voulais vivre pour lui. Le plus beau cadeau qu’il m’ait alors fait, était de m’avoir donné la sienne.

 

Les jours passent. Même quand on voudrait qu’ils ne continuent jamais. Même quand ça paraît impossible. Même quand chaque seconde est douloureuse. Ils passent.

 

Je ne lui en voudrais jamais de m’avoir donné l’occasion de vivre.

 

A jamais, mon cœur lui appartiendrait. A jamais, son cœur m’accompagnera tout au long de ma vie. Non seulement il m’avait donné son cœur, mais il me l’avait donné physiquement. Quand je pose ma main sur ma poitrine comme en ce moment, je le sens battre. Je le sens avec moi. J’entends de nouveau sa voix, ses rires, sa respiration. Je sens encore sa peau chaude au contact de ma main froide. Je revois son sourire qui me ravageait toujours. Je replonge dans ses pupilles bleus où je me perdais à chaque fois. Je ressens encore cette sensation…

 

Je serrais le petit pendentif qu’il m’avait offert juste avant l’opération, une petite aile d’ange qui ne quittera jamais mon cou. C’était son aile d’ange, qui me protègerait tout au long de ma vie. J’imaginais encore sa voix me chanter la chanson qu’il m’avait fait. Et une larme ne put s’empêcher de couler.

 

Il m’avait écrite une lettre avant l’opération. A mon réveil, j’avais hurlé ma peine jusqu’à tomber dans les pommes. Je l’avais hais sur le coup. Je l’avais hais de m’avoir laissé toute seule. Sasuke m’avait soutenu dans ce dur chemin qu’est été mes premiers jours dès mon réveil. Dans sa lettre, il m’expliqua bon nombre de choses le concernant. Il m’avait avoué qu’il avait écouté une conversation. Si j’avais pu, je l’aurais frappé. Il me racontait une partie de sa vie. Jusqu’à ses sentiments.

 

Là encore, une larme m’échappa.

 

-         Sakura ? M’interpella Sasuke, se penchant vers moi.

-         Ca va, ne t’en fais pas. Lui souris-je, balayant la fine coulée d’eau.

 

Je pense qu’il devait se douter de la raison de cette larme, mais il se contenta de sourire et de pousser le fauteuil. Il était habitué que quelque fois, je faiblisse en repensant au passé. Souvent, il m’emmenait à sa tombe, et me laissait seule. Durant ces deux semaines, j’y étais allé presque tous les jours pour pleurer.

 

Ne plus le voir m’était insupportable. Mais c’était la vie. Aussi dur et dégueulasse soit-elle.

 

Nous continuâmes notre route, jusqu’à apercevoir les différentes têtes de mes nouveaux amis.

 

Je t’aime mon Ange, et je t’aimerais toujours. Merci.

Merci de m’avoir appris à vivre, de m’avoir donné l’envie de vivre, de m’avoir rendue l’espoir. Merci… Naruto.