Chapitre V

par edochan

Chapitre V



Sakura était allée à l'accueuil. Malgré l'heure tardive, il était occupé. Elle demanda des nouvelles de Sasuke, s'il était rentré. On lui dit qu'effectivement il était rentré.

Elle ne put s'empêcher de laisser échapper un soupir de soulagement.S'il était rentré, rien de grave n'était arrivé.

-Mais dites moi, demanda-t-elle, est-ce-que, moi, j'ai une chambre? Je n'ai pas besoin d'être hospitalisée.

-Non, en effet, fit l'infirmière d'accueuil. Mais Hokage-sama à insisté pour que vous en ayez une, près de vos amis. Les effets de la guerre sont dissipés, nous n'avons plus de shinobis dans les chambres, donc c'est bon ^^.

-D'accord... C'est quelle chambre?

-La 245 mademoiselle.

-Merci. Bonne soirée!


Puis elle partit au premier étage. Sa chambre était juste en face de celle de Naruto, et en face de Sasuke, vers le fond de l'hopital.

Elle était trop fatiguée pour se demander pourquoi ce traitement de faveur.

Elle mit le pygama fourni, puis s'endormit.


Elle fut réveillée le lendemain par une infirmière qui ouvrit brusquement les rideaux.

Elle grogna, puis se retourna.

-Allons, mademoiselle Nakayoshi, fit l'infirmière souriante. Il est neuf heures passées! Tout nos patients sont déjàs réveillés!

Elle se leva brusquement.

-Tous? Dit la fleur.

-Oui. Mis à part votre ami blond; elle lui fit un regard désolé; mais votre autre ami est en ce moment dans ça chambre en train de manger son petit déjeuner.

-...

Sakura resta la tête dans les nuages jusqu'à ce que l'infirmière lui apporte son propre petit -déjeuner: du poisson grillé, du daikon-oroshi ( radis blanc rapé), du tôfu, du gohan (riz cuit) et bien suûr la tupique soupe miso-shiru (ou soupe de miso). Ce petit déjeuner était riche, on ne servait habituellement pas ça à l'hôpital, du moins, quand elle y travaillait...

-Dites, mademoiselle...commença Sakura.

-Oui? Fit l'infirmière dans un sourire.

-Je me demandais...pourquoi avons nous droit à un tel traitement?

-Comment ça?

-Ben..fit la fleur gênée, normalement dans les hôpitaux, on évite de servir des repas trop riches, non? Alors pourquoi avon-nous un repas aussi...

-Votre compagnon à eu des sobas, il en avait besoin, son organisme n'est pas encore près à manger aussi riche que vous; à croire qu'il à vécu comme un ermite durant des années!

-...C'est à peu près ça, fit Sakura, blasée.

-Votre deuxième compagnon, n'étant pas encore réveillé, nous ne lui avons pas servi de repas. Poursuivit l'infirmière d'une voix plus douce. Au fait! Savons nous ce que nous pourions lui donner, une fois qu'il sera réveillé? Fit-elle plus joyeusement.

-Je pense que des ramens l'amèneront au paradis! S'exclama la fleur dans un rire.

-Des ramens? Fit l'infirmière. Le matin?

-Oui, je ne sait pas comment il fait, mais il ne mange quasiment que ça...

-...Il me rappelle quelqu'un, fit l'infirmière.

-Moi aussi, fit la fleur en pensant à cette Kushina.

Puis après un temps, elle s'exclama:

-Ca vius rappelle quelqu'un?!!?

-Oui,...

Une petite alarme retentit.

-Zut! Fit l'infirmière, Je dois y aller, j'ai passé trop de temps ici!

-Mais... commença Sakura.

-Vous avez droit à ce traitement de faveur car vous n'êtes pas malade! Fit l'infirmière en se dirigeant vers la porte. Bon apétit! Dit-elle en disparaissant derrière le panneau.

-...

Sakura avait encore sa main levée vers la porte, elle n'avait pas eu le temps de demander à qui l'infirmière pensait, si c'était à la même personne.

« En même temps, il n'y a pas trente six mille personnes qui mangeant des ramens au petit déjeuner, alalala j'vous jure... »

Elle soupira, puis commenca à entâmer son petit déjeuner, qu'elle toruvait très bon.




Après qu'il eût quitté sa coéquipière, après qu'ellee lui ai fait des remarques douteuses, il avait déambulé dans les couloirs de l'hôpital, sans avoir de buts précis, comme une âme en peine.

Il avait déambulé ainsi pendant près d'une heure, puis il se dit que rien ne l'interdisait d'aller plus loin, de revoir le village qu'il avait quité trois ans auparavant. Ce ne serait pas exactement la même vilage qu'il verait, mais c'est tout comme; l'âme du village était restée à peu près la même.

Il était sorti dans le soir naissant, déanmulant à nouveau à travers les stands de ramens, de yakiniku (viande grillée), le village commençait à sortir malgré cette heure tardive. C'était l'été, d'après ce qu'il avait pu deviner. Il était près de dix heures du soir, mas le soleil terminait à peine sa course effrainée.

Puis il sauta sur un des immeubles, s'assayant sur le toit pour mieux réfléchir.

« Il devrait être mort!!!! »

...

Exactement, il devrait, mais il ne l'était pas, c'est ce qui lui avait fait penser à sa famille.

Celle-ci avait tragiquement disparu moins d'une dizaine d'années àprès la mort du Yondaime.

Donc elle était encore vivante.

Elle était là, tout près de lui, en train de penser à des choses futiles.

Le village habitait des membres de sa famille.

Le comissariat était saturé de membres de sa famille.

Son quartier était saturé de membres de sa famille.


Sa maison était habitée par sa famille proche: sa mère, son père.

Son Frère...

Celui-ci était né durant la guerre. Celle-ci était finie.

Il était donc là, dans sa famille. Dans leur famille à eux deux. En train de jouer à il ne savait quoi, sûrement le jeu du « t'es pas sur tes gardes, t'es mort!!! ».

Il ressentit soudain une énorme haine. Bizzarement au contact des ses coéquipiers, celle-ci s'était atténuée comme par magie; mais là elle revenait avec force. Plus forte que jamais.

Il pouvait encore tuer Itachi avant qu'il ne soit trop tard.

C'était une oportunité à ne pas rater.


Il avait alors sauté du toit ,puis il avait couru comme un damné pour aller au quartier Uchiwa.

Arrivé là bas, il s'arrêta net.

Il ne pouvait plus avancer. Plus faire un pas. Plus regarder ne serai-ce que devant lui.

Car devant lui, une centaine de Uchiwas parlaitent, riaient. Des enfants pleuraient devant leur mère qui essayait de les consoler.

Les Uchiwa vivaient.

Ils étaient là, devant lui.

Il était tétanisé. Il ne pensait pas que ça lui ferait autant d'effet.

Il était là depuis quelques temps déjà quand on vint le déranger:

-Excusez-moi..fit une voix.

Il se retourna brusquement, comme si in venait de le tirer d'un mauvais rêve.

-Si vous restez là, on va finir par vous rentrer dedans, plaisanta une vieille femme.

Sa tante.

-...

-Eh bien jeune homme? Vous avez perdu votre langue?

-...Non... fit il d'un ton incertain.

La femme rit doucement puis dit:

-Vous savez, vous devriez rentrer chez vous, il n'est pas loin de minuit!

Minuit! Déjà! Combien de temps était-il resté là à contempler le beau quartier?

La femme rit à nouveau sous son regard surpris puis dit:

-Ne vous en faites pas! Le quartier sera là demain, vous pourrez de nouveau aller le voir!

Et même dans dix, vingt ans si vous voulez!

-...

Non, car vous allez mourir. Ces cinq mot semblaitent si facile à prononcer, mais il étaient porteur de tellement de vérité, de tristesse, que les mots restèrent coincés dans sa gorge.

Il eut un regard triste que sa tante ne remarqua pas. Celle-ci dit alors:

-Vous devriez rentrer chez vous, il commence à faire frais.

-...D'accord.

La vieille femme sourit puis partit chez elle.

Sasuke regarda encore le quartier un moment, puis parit vers l'hôpital.

Il avait rencontré sa tante, celle s'était montrée si resplendissante de vie...

Il se demandait ce qu'il ressentirai s'il viyait sa mère, ou son père...ou son frère.

Serai-il capable de le tuer? Devant ses parents?

Il n'en savait rien. Il ne n'en savait fichtre rien. Il ne savait pas ce qu'il devait faire.

J'usqu'à maintenant, ce qu'il devait faire se résumer en deux mots: Tuer Itashi, où Se Venger, c'était au choix.

Mais là...Itachi était encore innocent, ce devait déjà être le chouchou de la famille...protégé par ses parents...

Il marcha ainsi, plongé dans ses pensées sombres, jusqu'à arriver à l'hôpital.

Il s'arrpeta brusquament, car il vit sa coéquipière en compagnie d'un autre femme.

Ce n'était pas difficile de reconnaître la fleur, la plaine lune reflétait ses rayons sur sa chaveulure rose.

Les deux individus se quittèrent. Sasuke resta en arrière encore un moment, il ne voulait pas croiser Sakura, il ne voulait pas lui parler. Elle allait encore l'assailler de questions, elle allait deviner ce qui le tourmenyait...

Il attendit dix minutes, puis partit vers sa chambre -on le lui avait montré avant qu'il ne parte.

Il s'endormit, trop fatigué par les événement récents, il ne ressassa pas encore plus ses souvenirs.


Une infirmière le réveilla le lendemain. Souriante.

-Avez vous bien dormi? Demanda-t-elle.

-...Hnn

-D'accord ^^' fit elle en lui servant son petit déjeuner.

Elle lui servit des sobas. Il regarda la nourriture d'un air perplexe.

-Nous vous servons cela, car vous avez certaines varrences; on l'a remarqué en vous faisant des prises de sang.

-...

-Bon et bien, bon apétit! Je vais réveiller votre amie.

-Ce n'est pas..

Elle n'écouta pas le reste de la phrase, et ferma a porte derrière elle.


Une demi-heure plus tard, On toqua à la porte.

-...

La personne semblait avoir compris les « paroles » du jeune homme car elle entra.

C'était Sakura.

« Qu'est-ce qu'elle veut encore celle-là? » pensa la taciturne.

-Je suis venue te dire bonjour, fit la fleur.

-...

Il lui jeta un regard neutre.

-Il faut dire que c'est la première fois depuis 3 ans que je peux le faire , ça se fête!

Allons bon, elle recomençait avec ses remarques.

-Tu as bien dormi?

-Hn...

-D'accord...Je me demandais, Sasuke-kun...

-...

-...

-...Bah vas-y accouches, fit le ténébreux avec dédain.

-...Tu es allé...chez toi?

Elle le regardait avec inquiétude.

-...ça ne te regardes pas, que je sache...

-Sasuke-kun.

-Je n'ai rien à te dire.

-D'accord




Sakura s'était de nouveau demandé ce qu'avait fait Sasuke hier soir. Elle finit son petit déjeuner, puis s'habilla.

Elle alla en face, chez Sasuke. Elle toqua.


Sa réactions avait plûtot été séche. Mais elle s'en été douté. C'était « ses affaires », comme il aimait le dire.


-D'accord. Je vais voir Naruto.

Elle avait tout simplement dit ça . Elle savait qu'il ne fallait rien dire de plus. Avec Sasuke c'était ça. Ou tu parles, ou tu pars. Et encore, si tu veux parler, pas plus de 3 mots.



Elle était allé à côté. Naruto était allongé sur le côté. Cela montrait bien qu'il ne faisait que dormir. Si il était inconscient, ou dans le coma, il serait resté comme il était.

-Ohayo, Naruto-kun! S'exclama Sakura en rentrant.

Naruto émit un grognement mais ne se réveilla pas. Il devait être très fatigué.

-Tu sais, il faudrait que tu te réveilles, dit Sakura en s'appochant. Je commence à ne plus savoir quoi dire à Sasuke-kun, ria-t-elle.

Elle lui prit la main, puis dit:

-Hier soir, j'ai rencontré quelqu'un. Elle est très gentille, tu sais, elle ma fait visité Konoha.

Oui, on est à Konoha Naruto. Mais pas exactement, on est dans l'ancien Konoha... Bref, j'ai rencontré cette femme, elle s'appelle comment déjà? Ah oui ... Kushina.


À ce moment, la main de Naruto sera celle de Sakura. Elle fut surprise puis dit:

-Naruto?

Il remua, remua, pour finalement ouvrir un oeil et le refermer à nouveau.

-S...Sakura...murmura le blond d'une voix enrouée.




Voilà c'est ainsi que ce termine ce cinquième chapitre! J'espère que vous avez aimé parce que moi...j'ai eu du mal à l'écrire, il faut le dire ^^'


Allez, ++ et merci de lire ma fic !!!