Adieu....Shikamaru

par Yokai-chan

-Je peux te parler? Neji?

Lentement, le brun se retourna pour apercevoir Tenten, debout devant lui et visiblement nerveuse puisqu'elle n'arrêtait pas de mordiller sa lèvre inférieure.

-Bien sûr. Assieds-toi.

Tenten obtempéra et prit place à coté de son ami en gardant son regard fixement posé sur l'horizon. Le soleil était à présent complètement couché et la lune, pleine et brillante, diffusait déjà sa douce lumière.

-Ça va? Demanda Neji qui commençait à s'inquiéter de son mutisme.
-...je...n'en suis pas sûre, répondit-elle d'une façon à peine audible.

Mais avant que Neji n'ait pu poser davantage de question, Tenten décida de changer de sujet, ne se sentant pas encore prête à aborder LE sujet.

-Tu te souviens de la promesse que tu m'as faite?
-De quoi tu parles?

Tenten tourna son visage vers la guitare que Neji tenait en main avant de le regarder dans les yeux.

-Joues pour moi.

Neji ne réagit pas immédiatement, trop captivé par le regard brûlant de la jeune fille qui détourna rapidement les yeux en rougissant. Le jeune homme esquissa un sourire avant de positionner ses doigts sur les cordes, il savait exactement quelle chanson jouer.

[?]

Dès les premiers accords, Tenten reconnut la mélodie et rougis immédiatement. C'est vrai que les paroles étaient plutôt ...évocatrices. Et lorsqu'elle entendit Neji chantonner doucement le premier couplet, elle sentit chaque mot lui transpercer le cœur...comme l'aurait fait la flèche de Cupidon.
Elle regarda Neji du coin de l'œil et sentit à nouveau le rouge lui monter au joue - elle qui n'était pas du genre émotive, elle rougissait très souvent ces derniers temps.
Neji était simplement éblouissant sous la lueur bleutée de la lune qui donnait à son regard clair quelque chose de fascinant. Il avait une jambes légèrement repliée et sa main droite grattait les cordes de sa guitare posée sur sa cuisse droite tandis que l'autre bougeait en fonction des notes. Il inclina légèrement la tête ce qui fit tomber un rideau de cheveux soyeux sur le coté, masquant son visage du regard de Tenten. De sa voix chaude et grave, il continuait de chanter timidement cette chanson.

Kiss me

Tenten avala difficilement sa salive, à présent, elle était complètement tournée vers le jeune homme et n'arrivait pas à en détacher les yeux.
Et soudainement, elle ne put contenir le flot -ou plutôt le tsunami- d'émotion qui se répandit en elle et elle obéit à ce que lui suggérait la chanson. Elle posa une de ses mains sur l'épaule de Neji et se pencha vers lui.
La seconde d'après elle embrassait le jeune homme qui arrêta bien évidement de jouer de son instrument pour répondre à son baiser. Il posa la guitare à coté de lui et se redressa sur les genoux pour serrer Tenten contre lui.
Leur baiser dura plusieurs minutes mais Neji l'interrompit et s'écarta un peu de la brunette. Ils avaient tous les deux le cœur qui battaient à cent à l'heure, le regard fiévreux et plein d'amour et les lèvres, avides de goûter à nouveaux à celles de l'autre.

-Neji, je t'aime, souffla Tenten dans le cou de Neji.
-Moi aussi, si tu savais à quel point, répondit-il en la serrant encore plus contre lui.

Elle leva les yeux vers lui et sourit tendrement.

-La lune d'argent étincelle, alors embrasse-moi.

Et il s'exécuta sans se faire prier...

-

« Meeeeeeerde »
Kiba aurait voulut s'arracher la tête mais se contenta de la frapper contre le mur du gymnase.

-Fait gaffe, il te reste déjà pas grand chose niveau neurone, faudrait pas les gâcher, ricana Shikamaru en baillant.

Le brun ne prit même pas le temps de répliquer qu'il faisait déjà les cents pas.

-Pff ça me semblait trop cool aussi, grogna-t-il pour lui-même.
-Bon soit tu m'expliques ce qu'il se passe soit, t'arrêtes d'user le tapis et tu commences à cogner dans ce putain de punching ball, c'est que j'ai pas que ça à faire moi.

Ils étaient tous les deux à leurs entraînements de kick boxing matinal mais Kurenaï était venu lui dire deux mots et depuis, Kiba semblait sur le point de faire une grossesse nerveuse.

-Mais pff, cette saloperie de défi. Je l'avais complètement zappé le mien.
-C'est quoi déjà?
-Je dois organiser la grande soirée de demain soir. Et là Kurenai me dis qu'il faudrait que j'aille lui parler pour voir ce que j'ai prévu et tout ça.
-Sauf...que t'as rien prévu.
-Bah...non.
-Galère. J'aimerai vraiment pas être à ta place vieux.
-Merci du soutient....mais je préfèrerai que tu actionnes tes 200 de Q.I pour m'aider à trouver une solution....
-Une solution? Bah t'as pas cinquante possibilités. T'as cas vraiment organiser ce truc.
-Ouais mais...ouais....pas con.
-Bon et maintenant tu pourrais commencer à te bouger le cul? Asuma nous laissera pas commencer si on s'est pas échauffé avant.

Sans laisser le temps à Shikamaru de continuer son laïus, Kiba enfonça son poing dans le sac. Shikamaru, qui se tenait derrière encaissa sans broncher, il est vrai que depuis qu'il était obligé de pratiquer ce sport tous les jours, son corps maigrichon avait commencé à prendre des formes. Il restait svelte mais les muscles de ses bras étaient bien plus impressionnants et ses abdominaux étaient désormais visibles sur son ventre. Bien qu'à coté de Kiba ou Kankuro qui faisaient de la musculation tous les jours, Shikamaru étaient encore un poids plume, celui-ci se félicitait de ses changements qui lui apportaient un charme certain.

-Bon. On fait ça où? Dans le gymnase? Pensa Kiba à voix haute.
-Bah ouais ça serait le plus simple.
-Mais enfaîte on a qu'a faire comme la teuf quand on est arrivé et puis voilà. Lee s'ra le DJ, un buffet avec la bouffe et puis c'est nickel.
-J'aime quand tu réfléchis.

Kiba adressa un sourire digne de Gaï-sensei à son ami et donna une série de coups de poing dans le sac que Shikamaru eut du mal à maintenir en place.


Soudain, une brise fraîche entra dans le gymnase saturé en testostérone et la nouvelle venue -puisqu'il s'agissait d'une femme- fit la grimace en reniflant l'odeur de transpiration.

-Hum, Kiba Inuzuka? Viens par ici il faut que je te parle, dit Kurenaï et n'osant pas pénétrer dans la pièce.
-Hé il ne peut pas quitter le cours comme ça, intervint Asuma en s'approchant de la brune.
-Mais c'est important.

Ils continuèrent à discuter sous cape mais Kiba, qui assistait à la scène était certain que la conversation avait dévié du sujet originel vu le sourire goguenard qu'affichait Asuma et la petite moue de Kurenaï. Kiba soupira en levant les yeux au ciel, deux adolescents qui flirtaient ouvertement, voilà ce qu'ils étaient.

-Dites euh, vous vouliez me parler de quoi? Intervint le véritable adolescent, mettant fin aux roucoulades des deux adultes.
-Oh Inuzuka? Ah oui, ça me revient, viens dehors je dois te parler de ton défi.

Le grand brun suivit la professeur à l'extérieur sous le regard un peu boudeur de Asuma qui retourna s'occuper des autres élèves.


-Alors, je suis au courant que tu dois organiser la soirée de demain. Tu as déjà réfléchis à ce que tu vas faire?
-Euh...en gros...
-En gros?
-Ouais.
-Bon. Euh sinon tiens. Sur cette feuille se trouve la liste des défis de tes camarades. Enfin, ceux qui doivent participer au spectacle.

Kiba prit la feuille que Kurenaï lui tendait et la parcouru des yeux rapidement avant de percuter un truc.

-Au spectacle? Euh attendez, c'est quel genre de soirée?
-Et bien, regarde par toi-même, certain devront danser par exemple, je te conseille donc d'utiliser l'estrade du gymnase pour faire une scène. Il faudrait aussi des chaises pour le public. Ah et deux de tes camarades ont peint des décors il faudra donc l'installer. Enfin, c'est ton boulot tout ça. S'il te faut quelque chose de spécial, préviens moi avant demain.
-Euh....
-Bon voilà. Des questions? Non? Parfait. Je te laisse reprendre ton cours de sport.

Et sans demander son reste, la brune tourna les talons en laissant Kiba tout seul, visiblement un peu paumé. Ses yeux glissèrent vers le bout de papier qu'il tenait en main. Il aurait put tomber sur un défi bien pire que le sien il fallait l'avouer. Celui de Sasuke par exemple...
En tout cas, la soirée risquait d'être vraiment intéressante.

-

-Pfffff
-Arrête de soupirer Kiba, ça me tape sur les nerfs, on dirait l'autre flemmard.
-Je soupire parce que j'ai une saleté de fête à organiser pour DEMAIN et...je suis dans une sacrée merde...
-Raa mais débrouilles-toi on s'est tous tapé nos défis comme des grands donc c'est à ton tour.
-C'est facile de dire ça, ton défi était super bidon.
-Hm j'ai un bon karma, rétorqua Temari en haussant les épaules.
-Ino-chaaaaan aide moi s'il te plait! Supplia Kiba en faisant son regard de chien battu.
-Débrouilles-toi Baka! T'avais cas t'y prendre avant, déclara le blonde en repoussant le chiot lui collant aux basques.

Kiba tira la langue à la jeune femme et croisa les bras pour bouder. Temari, Ino et lui étaient assis dans l'herbe près du terrain de football et regardaient quelques uns de leurs amis en train de s'exciter à courir après une baballe.
Il était maintenant 19h et Kiba n'avait pas arrêté de soupirer comme un condamné à mort et n'avait pas avancé d'un pouce pour l'organisation de la soirée. Il regarda la feuille de papier sur laquelle était écrit les défis de ces camarades et gribouilla des arabesques pour faire passer le temps. Bon alors le lieu? Le gymnase A tout simplement. Et le décor? C'est Tenten et Kankuro qui s'en occupaient, ils peuvent bien l'installer aussi. La musique? Il pourra demander à Neji de lui donner des suggestions. Et la nourriture? Il demanderait à Choji son avis et Kurenaï ira en acheter.
Oui, Kiba était assez doué pour déléguer les corvées...Mais il l'était beaucoup moins pour se concentrer et ces pensées dérivèrent rapidement du sujet initial...
Est-ce qu'il fallait se trouver une cavalière? Sortir le grand jeu avec la demande officielle, le costard et tout le saint frusquin? Bah, il n'avait pas de costume de toute manière.
Et puis, quand était-il de Ino? Est-ce qu'elle irait danser avec d'autres garçons? Fallait-il qu'il lui réserve toutes les danses? Leur situation était plutôt compliquée il fallait l'avouer. Ino s'était rendue compte des sentiments de Kiba quand il était sortit de ses gonds lorsqu'il vit Sasuke en train de l'embrasser et les avait accepté facilement vu qu'elle ressentait à peu près la même chose.
Cependant, ils avaient décidé de ne rien précipiter et d'attendre leur retour à Konoha pour prendre du recul afin d'éviter de refaire les erreurs passées. C'était la condition d'Ino pour se remettre à sortir éventuellement avec un de ses ex et Kiba avait dû l'accepter même s'il était difficile pour lui de s'empêcher de l'embrasser lorsqu'il le désirait ou de voir les regards des autres garçons posés sur elle sans pouvoir les aligner d'une bonne droite.
Kiba secoua la tête comme pour effacer ses soucis avant de tourner son regard vers les deux jeunes femmes qui l'accompagnaient. Ino avait replié ses jambes fuselées contre sa poitrine et regardait le match de football. Ses cheveux dorés laissés détachés voletaient au grès du vent et scintillaient sous la lumière orangée du soleil déclinant. Ses yeux turquoise étaient rêveurs et elle avait entrouvert sa bouche, sans doute sans s'en rendre compte. Tiens justement...quand Kiba parlait de vouloir l'embrasser à tout bout de champs...
Sentant, un regard posé sur elle, la jeune fille tourna la tête vers Kiba qui détourna le regard en rougissant. Ino ne put s'empêcher de pouffer en voyant ce simili playboy piquer un fard à cause du regard d'une fille. Mais Kiba était comme ça, brute et frimeur à l'extérieur, tendre et affectueux à l'intérieur. Et c'est pour ça qu'elle l'aimait.

-Bon...je crois que je suis un peu de trop là...J'me casse, ciao les amoureux, lança Temari en brisant l'ambiance romantique avec toute la délicatesse dont elle était capable.

Faisant sembler de ne pas entendre les protestations gênées des deux adolescents à propos du « ciao les amoureux », la grand blonde continua son chemin en enfonçant ses mains dans les poches de son jean.
Elle laissait alors son esprit vagabonder à son grès, son regard dévia irrévocablement sur les quelques nuages qui parsemaient le ciel chatoyants. Être un nuage, ça devait être cool des fois, flotter paresseusement en se laisser porter par le courant...
Bon sang! Voilà qu'elle parlait comme le flemmard!
Temari se tapota sur les joues pour reprendre ses esprits et poursuivit sa route d'un pas énergique. D'ailleurs, où se dirigeait-elle? Pourquoi était-elle en route pour aller au gymnase? Tous les cours qui s'y déroulaient étaient terminés alors...pourquoi était-elle quand même aller là où il y avait la plus forte probabilité de croiser...encore lui. Le flemmard.
Cette fois, Temari n'y alla plus en tapotant mais se colla une gifle sur sa propre joue.

-Aïe! C'est malin, j'ai mal maintenant...Et voilà que je parle toute seule...

Temari frotta sa joue endolorie et s'arrêta brusquement en entendant du bruit. Il s'agissait en fait de Naruto et Lee qui sembler s'approcher en se disputant. Ne voulant surtout pas être prise à parti de leur querelle si les deux garçons la voyait, Temari pénétra dans le gymnase et ferma la porte derrière elle. Fort heureusement, l'endroit était désert.
Temari fit le tour de la salle en regardant d'un pas lent. Elle s'arrêta dans un coin de la salle. Sur un table bancale, se trouvait la grosse chaîne hifi du centre avec à coté une boîte remplie de Cds. Par curiosité elle mis en marche la chaîne et fut étonnée de constater qu'il s'agissait d'un CD de musique classique. Un morceau de valse pour être précis. C'était un magnifique morceau, à la fois émouvant et passionné. Temari s'assit contre un mur et se laissa porter par les rythmes du violon. Le contrecoup des séances de sport intensives de la journée se fit sentir et la jolie blonde fini par s'endormir contre le parquet.
Cependant, elle ne put se rendre compte que quelqu'un avait laissé un pull-over en matière synthétique au dessus d'une vieille lampe à halogène. Et ce qui devait arriver, arriva. Le tissu pris feu rapidement et embrasa par la suite les tapis de gym se trouvant à coté.
Non, Temari n'avait pas eu vraiment de chance ce jour là...

-

-Hinata tu manges ta compote?
-Grosse!
-Oh ferme-là Sakura c'est juste pour éviter le gaspillage, se justifia Ino en s'emparant de la compote se trouvant sur le plateau de Hinata.

Tous les adolescents étaient tranquillement installés au réfectoire et mangeaient leur dîner en chahutant comme à leur habitude.

-Hm, vous croyez qu'on va réussir à décoller Tenten et Neji un jour? Demanda Naruto en regardant le couple qui dînaient à une table isolée.
-Avec un pied de biche peut-être? Suggéra Sasuke d'un ton blasé.
-Alala bande de jaloux! Pouffa Sakura sous cape.
-Carrément pas, trancha froidement Sasuke.

Sentant que Sasuke allait rajouter quelque chose de plutôt déplaisant à l'encontre de Sakura, Hinata intervint judicieusement.

-Euh quelqu'un a vu Temari?

Un ange passa.

-Pourtant c'est pas trop son genre de louper un repas.
-Elle est peut-être déjà allée se coucher? Elle m'a dit qu'elle avait mal dormi et qu'elle était claquée.
-Hm elle était avec Ino et moi vers 19h mais ensuite elle est parti.
-Où ça?
-'Sais pas.

Alors que Sakura allait à nouveau parler, Asuma déboula en panique dans le réfectoire. Il chercha des yeux Kakashi et Anko qui surveillaient le déjeuner et accouru leur dire quelque chose. Le professeur aux cheveux gris se leva précipitamment de sa chaise et couru à l'extérieur accompagné de Asuma. Anko semblait réellement inquiète mais tacha de calmer les adolescents qui commençaient à poser des questions.

-Ça suffit il y a juste un problème de...logistique. Rester assis, ne vous inquiétez pas.

Elle se plaça près de la porte pour empêcher les élèves curieux de sortir.

-Un problème de logistique? Mon cul, lança Sasuke en se levant.

Il bouscula un peu Anko et alla à l'extérieur du réfectoire bientôt suivis de l'intégralité des étudiants qui voyaient bien que quelque chose clochait. Ils découvrirent rapidement la source des inquiétudes. Devant leurs yeux, le gymnase était en flamme.

-Mon...Dieu...souffla Ino en mettant une main devant sa bouche.

Les professeurs s'activaient à mettre les élèves en sécurité tandis que le personnel du camps téléphonait aux pompiers. Bientôt tout le monde fut à l'extérieur et assistait impuissants à l'incendie.

-Anko! Il manque un élève! Cria Kurenaï
-Quoi? Tu es sûre? Tu as recompté?
-Oui, deux fois.
-Il ne reste personne dans les dortoirs?
-Non l'alarme incendie a été déclenchée.
-Qui manque-t-il?


-Temari! Temari! Appela Kankuro en scrutant la foule des yeux.

Le jeune homme était paniqué, il ne parvenait pas à trouver sa sœur dans la foule agitée. Il avait déjà vu au loin la chevelure rousse de Gaara mais Temari restait introuvable. Cependant il aperçu une tâche noire et s'en approcha.

-Nara! Tu sais où est Temari?

Shikamaru fut un peu surpris que son frère lui demande ça à lui alors qu'il l'avait comme qui dirait menacé quelques jours plus tôt.

-Non, répondit-il en ne parvenant pas à camoufler son angoisse grandissante. Il est vrai qu'il était également en train de chercher la grande blonde et ne parvenait pas à la trouver.
-Kankuro! Je la trouve pas! Cria Gaara en se faufilant à travers la foule.
-Putain mais où est-ce qu'elle est?

Il ne restait qu'une seule possibilité. La plus redoutée.

-NON! Rugit Gaara en réalisant que le dernier endroit où pouvait se trouver sa sœur se trouvait être...au cœur du brasier.

Il voulut courir vers le gymnase en flamme mais Kiba et Neji le retinrent juste à temps.

-Arrête! C'est de la folie pure!
-Lâchez moi!! C'est ma sœur ! Protesta Gaara en se débattant violement tandis que Naruto retenait Kankuro qui avait aussi voulut s'approcher de l'incendie.
-Laissez moi y aller!! Temari...supplia le roux en baissant la tête.

Le silence se répandit peu à peu à travers les étudiants qui se rendait compte de la situation. Mais soudain un cri perçant sortit de la gorge de Ino Yamanaka.

-SHIKAMARU!

Personne ne put agir, le brun avait déjà traversé l'espace entre les élèves et le bâtiment. Et sans hésiter, il pénétra dans le brasier. Parce que aujourd'hui, il ne pouvait plus attendre immobilisé par la peur que quelqu'un d'autre sauve Temari. Aujourd'hui, il jouait les héros -ou les suicidaires selon les points de vue.


Shikamaru s'engouffra à l'intérieur du gymnase et immédiatement, l'impression d'étouffement l'envahit. Il couvrit son nez et sa bouche avec son t-shirt et scruta des yeux la salle. Heureusement elle était constituée d'une seule grande pièce mais quelques poutres du plafond s'étaient effondrées. Il avança un peu plus dans le gymnase et découvrit son visage pour appeler le nom de la blonde dans l'espoir d'une réponse.
Soudain il vit une forme allongée par terre. Son cœur ne fit qu'un tour lorsqu'il reconnut Temari. Il courut vers elle et s'accroupit à son coté. Elle avait les yeux fermés et des traces de suie salissaient son visage.

-Temari! Réponds moi!

Pas de réponse.

-Je t'en pris! Tema...

Le corps inconscient reprit vie et Temari battit des paupières avant de se redresser en toussant.

-Shika...maru, parvint-elle à dire entre deux quintes de toux.
-Temari! Ça va?
-Je crois, oui. Je m'étais endormis mais quand je me suis réveillé, il y avait le feu et...trop de fumée...je crois que je suis tombée dans les pommes.
-Bon Temari il faut sortir de là. Tu peux marcher?

La blonde essaya de se lever mais elle sentit sa tête tourner. Shikamaru la prit alors sur son dos et se dépêcha d'aller vers la sortie.
La situation était mauvaise, il fallait qu'il se dépêche, Temari avait avalé trop de fumée et bientôt le bâtiment s'écroulerai. De plus, il faisait une chaleur infernale et la fumée compacte commençait à les submerger, les étouffant à petit feu -sans mauvais jeux de mot. Shikamaru se demanda même s'ils arriveraient à s'en sortir...

-Shikamaru, je voulais te dire...si jamais on ne...

Temari chuchotait à son oreille ce qui le fit légerement frisonner.

-Non. Temari ne me fait pas tes adieux. Tu vas t'en sortir, je te le promet.
-Non, on va s'en sortir.

Shikamaru ne répondit pas, trop occupé à éviter de justesse une poutre qui s'était écrasé à un mètre d'eux.
L'adolescent voyait la lumière s'échappant de la porte de sortie, il accéléra le pas. Alors qu'il s'approchait, un horrible craquement se fit entendre et un morceau de mur s'écroula, bouchant ainsi la seule accès à l'air frais. Shikamaru lâcha une flopé d'injures alors qu'il mettait à contribution la totalité de ses neurones pour trouver une autre solution. Son taux d'adrénaline étant au maximum, il trouva rapidement une idée. Il saisit une brique tombée par terre et la lança à travers une lucarne en haut d'un des murs. La vitre se brisa et le brun fit descendre Temari de son dos. Il lui fit face et posa les mains sur ses épaules, le regard grave.

-Écoute moi Temari. Tu vas faire exactement ce que je dis et sans protester ok?
-Ok.
-Promis?
-...ouais.

-Bon...alors je vais te faire la courte échelle et tu vas passer par la fenêtre, une fois à l'extérieur tu cours le plus vite possible loin d'ici.

-Ok....Attends! Et toi?
-...je trouverais un autre moyen t'en fais pas.
-Non! Shikamaru non ! Cria Temari en se rendant compte qu'il n'y avait pas d'autres moyens de sortir de ce brasier infernal.
-Temari tu as promis!
-Mais...tu...non...
-Dépêches toi!

Les yeux de Temari brillaient de larmes mais elle ne pleurait pas. Elle restait immobile ne voulant pas laisser Shikamaru tout seul mais celui-ci lui ordonna de grimper à travers la lucarne. Elle fini par s'exécuter et suivit les instructions de Shikamaru à la lettre.

Elle sentit un courant d'air frais lui caresser le visage lorsqu'elle courut loin de l'incendie. Des exclamations parcoururent les élèves regroupés plus loin lorsqu'ils virent une silhouette s'éloigner du gymnase. Il y eu tout d'abord des cris de soulagement avant qu'ils ne se rendent compte qu'il n'y avait qu'une et une seule silhouette.
Gaara et Kankuro fendirent la foule pour retrouver leur sœur qui se laissa tomber à genoux contre l'herbe moelleuse. Indifférente à tous ses amis qui était venu l'entourer, Temari fixait le bâtiment partir en fumée. De longues minutes passèrent et...rien. Quand soudain, un bruit assourdissant se fit entendre signalant que la toiture avait cédé. Temari enfouit alors son visage dans ses mains, ne voulant pas assister à ce spectacle.

-Shikamaru, appela-t-elle une dernière fois d'une voix rauque.

Seul le vacarme de l'incendie lui répondit. Enfin...le vacarme et une voix.
Une silhouette titubante venant de l'arrière du bâtiment avançait vers la foule regroupée de l'autre coté. Lui.
Oubliant la fatigue, les effets de la fumée, ses amis qui l'entouraient, elle se redressa et courut vers lui, aussi vite qu'elle le put. Et en oubliant également de freiner, elle percuta en plein fouet le jeune Nara qui peinait à tenir sur ses jambes. Ils tombèrent tous les deux dans l'herbe. Temari était installée à califourchon sur son ami qui se trouvait dos au sol et restait complètement immobile. Son manque de réaction intrigua Shikamaru qui leva la main pour écarter les cheveux qui l'empêcher de voir son visage. Cependant Temari la repoussa violement et planta ses yeux verts forêts dans les prunelles étonnées du pauvre Shikamaru.

-Abruti! Espèce d'idiot égoïste! Qu'est-ce qui t'as pris de faire un truc aussi stupide?! Tu te rends compte de ce qu'il aurait pu arriver hein? Tu te rends compte que t'aurais pu mourir?! T'entends? T'aurais pu crever juste parce que d'un coup t'as voulu jouer les héros et que tu t'es littéralement jeté dans un putain d'incendie? Est-ce que t'as réfléchi 30 secondes aux conséquences monsieur le génie? Je ne pense pas ! Non mais on a pas idée d'être aussi con! L'instinct de survis tu connais pas? Bordel quand y a du danger tu te casses point! Personne ne veut d'un héros mort!

En plus d'enguirlander Shikamaru comme il fallait, Temari martelait son torse de coup de poings pour ponctuer ses paroles.

-Temari.

Shikamaru avait saisit les poignets de la blonde entre ses mains pour qu'elle cesse de le frapper. Temari se calma instantanément et baissa la tête. Bientôt des larmes s'écrasèrent sur le t-shirt de Shikamaru.
-Et...et...qu'est-ce que j'aurai..f...fait moi? Sans t..toi...

Shikamaru ne réagit pas, la laissant pleurer tout son soûl, bien qu'il mourrait d'envie de la serrer dans ses bras, de lui dire enfin...qu'il était amoureux d'elle depuis le premier jour.

-Qu'est-ce que t'attends idiot? Prends moi dans tes bras.

Le brun fut surpris mais se fit un plaisir -une fois n'est pas coutume- d'obéir à la belle blonde. Il se redressa en position assise et passa ses bras autour de Temari et la serra fort.

-

Ils restèrent ainsi l'un contre l'autre jusqu'à l'arrivée des pompiers. Personne n'avait osé interrompre ce moment de tendresse et c'est les secouristes qui avaient dû leur demander de bien vouloir les suivre. Pendant que les pompiers éteignaient le reste de l'incendie, Temari et Shikamaru avait été emmené près des ambulances pour recevoir des soins. On avait allongé le garçon dans une civière tandis que Temari avait été emmené plus loin pour qu'elle respire de l'oxygène dans un masque. Elle fut assez rapidement remise sur pied mais les secouristes tenaient à ce qu'elle reste tranquille pendant encore un moment. Sauf que « rester tranquille » ne rentrait pas dans le vocabulaire de Temari No Sabaku, aussi elle râla en continue pour qu'on la laisse se lever. Sauf que les secouristes étaient têtus...et la menaçait de lui administrer un tranquillisant s'il elle ne se calmait pas.


Dans l'autre ambulance, Shikamaru...roupillait. Enfin, faisait semblant de roupiller à vrai dire. Car comment dormir avec des piaillements de dindes à deux mètres de soi? Enfaîte, depuis l'acte héroïque de Shikamaru, sa côte de popularité avait presque atteint celle de Sasuke. Aussi, un troupeau de groupies étaient venues voir comment allait « Shika-kun » et Shikamaru n'avait trouvé que la stratégie du « je pionce, barre-toi » pour éviter les dindonneaux. Sauf qu'elles étaient tenaces et qu'elles avaient décidé d'attendre qu'il se réveille. Shikamaru n'avait jamais eu autant de compassion pour Sasuke qu'à ce moment là. Cependant, une voix plus grave que les gloussements des groupies se fit entendre.

-Allez hop les greluches, on se disperse. Allez donc voir Uchiwa, à ce qu'il parait il viens d'enlever son t-shirt.

Shikamaru eut du mal à s'empêcher de sourire dans son « sommeil » mais parvint à faire illusion...enfin sauf pour la nouvelle venue évidemment.

-Qui aurait crus que le flemmard catégorie poids lourd serait nul pour faire semblant de dormir?
-...que veux-tu, je ne peux pas cumuler acteur de génie avec super héros beau gosse, répondit Shikamaru en ouvrant un œil.
-Tu veux que je rappelle tes fan girls monsieur le super héros beau gosse?
-Euh, je préfèrerais pas, dit Shikamaru en se redressant sur les coudes. Je préfère qu'il n'y ai que toi.

Il regarda Temari -car il s'agissait d'elle bien entendu- qui avait détourné les yeux, de légères rougeurs sur les joues.

-Encore heureux...avec tout le mal que je me suis donnée pour venir. Ces secouristes ont du faire leurs stages comme gardien de prison à mon avis.

Shikamaru sourit, Temari rougit encore davantage. Enfaîte, elle était plutôt d'accord pour le « héros beau gosse »...

-Euh sinon tu vas bien?
-Ouais ça peut aller. Enfin, j'ai une entorse à la cheville mais ça va...Et toi? Tout va bien?
-Oui. Tu m'as inquiété tu sais?

Shikamaru pouffa.

-JE t'ais inquiété? Est-ce que t'imagines ce que ça m'a fait de me rendre compte que t'étais piégés dans un bâtiment en flamme?
-Ben...je pense que ça t'as donné des envie de suicide puisque tu t'es jeté dans ce bâtiment en flamme précisément...Mais...merci Shikamaru.

Cette fois ce fut au tour du brun d'être gêné. Des frissons lui parcoururent le dos, elle avait une de ces façons de prononcer son prénom! Tellement...sensuelle. D'ailleurs son regard dévia dangereusement vers les lèvres pulpeuses de la blonde mais Shikamaru se ressaisit brusquement. Il se rallongea sur la civière et fixa le plafond pour éviter de laisser ses pensées vagabonder aux grès ses pulsions.
Temari bavarda pendant quelques minutes, n'obtenant que de brèves réponses monosyllabiques de la part de Shikamaru qui avait fermé les yeux pour se laisser bercer par la voix envoûtante de sa belle. Voyant, que son ami était sur le point de s'endormir, Temari se tût et se contenta de l'observer. Alors qu'il semblait complètement assoupie, elle s'approcha de lui et se pencha près de son visage. Elle ne prononça que cinq mots avant de poser délicatement ses lèvres sur les siennes.
« Mon super héros beau gosse.»