Quand le passé revient, il défonce ta porte d'un coup de pied

par Yokai-chan

Deux jours passèrent sans incidents notables, les élèves s'installaient dans une routine confortable appréciant la tranquillité des lieux entre deux séances de sport intensives. Cette soirée là, après un bon repas, les jeunes décidèrent de rester un peu dehors pour discuter tous ensemble dans ce qu'ils appelaient " du squattage ".
La nuit était déjà tombée et la plupart des adolescents s'étaient allongés dans l'herbe humide pour admirer le ciel bleu profond parsemé de petites touches brillantes. La lune n'était encore qu'un mince croissant et l'absence de lumière et de nuages rendait visible la voie lactée qui formait une espèce de brume violette et bleue nuit.
Soudain une étoile filante passa, lueur d'espoir pour ceux qui désirent plus que tout réaliser un souhait. Souhait de devenir plus fort et d'affronter ses peurs, souhait d'avoir le courage de tenir tête à quelqu'un ou bien de dévoiler ses sentiments, souhait d'accomplir quelque chose d'extraordinaire ou tout simplement de devenir quelqu'un de meilleur.
Cependant l'ambiance calme et sereine ne convenait pas vraiment à une personne en particulier, pas parce qu'il aimait le bruit au contraire mais parce que depuis un moment il se sentait vraiment mal. Sasuke avait l'impression que sa gorge allait prendre feu tant il mourrait de soif. Il était assis légèrement derrière les autres ce qui les empêcha de remarquer son départ précipité en direction d'une quelconque source de rafraîchissement. Il avait à peine fait quelques mètres qu'un mal de tête fulgurant lui transperça le crâne, par réflexe il se prit la tête entre les mains pour tenter d'atténuer la souffrance, en vain. Ses jambes s'étaient mises à trembler mais surtout il commençait à avoir le vertige tant sa tête lui tournait.
Lorsqu'il arriva dans le bâtiment du réfectoire, après un temps qui lui semblait infiniment long tant il avait l'impression d'être passé en mode image par image sur une vieille cassette vidéo, il ouvrit rapidement la porte des toilettes. Là, il s'assit par terre pour essayer de reprendre son équilibre et surtout de faire calmer cet insupportable tourni. Il avait vraiment l'impression que son cerveau était livré à lui-même et qu'il roulait d'un coté à l'autre de sa boîte crânienne, dans l'hypothèse où il y aurait assez de place bien sûr, mais Sasuke avait d'autres préoccupations plutôt que de tergiverser sur le réalisme de ces élucubrations.
Alors qu'il pensait que son cerveau avait cessé de tanguer dans sa tête, il se redressa et se mit à genoux pour atteindre le lavabo afin d'étancher enfin sa soif. Il but quelques gorgées et soudain ses tympans se mirent à siffler, soudainement privé de toutes ses forces, il lâcha le gobelet qu'il avait en main et l'eau se rependit sur le sol.
La dernière chose qu'il vit avant que ses yeux ne se brouillent fut son reflet dans le miroir devant le lavabo, il avait vraiment un teint à faire peur... Il se sentit alors tomber dans une chute sans fin, comme au ralenti. Il entendit encore le porte-serviette s'écraser au sol après avoir rencontré son bras mais il se souvint surtout du bruit mat qu'avait fait sa tête lorsqu'elle avait percuté le carrelage froid. Ensuite plus rien.


Pendant ce temps le reste des adolescents, inconscients de la détresse d'un de leurs amis, continuaient à discuter et à rire joyeusement jusqu'au moment où Neji eu la brillante idée de soulager une envie pressante. Il se rendit donc aux toilettes et fut intrigué de voir la porte entrebâillée et surtout d'apercevoir à l'intérieur une basket reliée sans aucun doute à un corps. Neji déglutit en tâchant d'oublier tous les films d'horreur qu'il avait pu voir et s'approcha de la porte. Celle-ci bougea dans un grincement sinistre mais Neji ne fut pas vraiment rassuré de voir le corps de son ami gisant inerte sur le carrelage surtout avec un mince filet de sang s'échappant de sa tempe. Il s'accroupit vivement et essaya de ranimer Sasuke. Celui-ci ne tarda pas à remuer ce qui soulagea Neji.

-Ouf, t'es pas mort, lâcha-t-il en se rendant compte seulement après de la stupidité de sa phrase.
-Putain, marmonna Sasuke, preuve qu'il était bel et bien vivant.
-Qu'est-ce qu'il s'est passé? Tu t'es scratché sur la savonnette ou quoi? Demanda le brun quelque peu amusé de voir le ténébreux Uchiwa aussi faible.
-Pff tu crois vraiment que c'est le moment de te mettre à l'humour? Cracha-t-il en lançant un regard noir qui, doublé de son visage à l'aspect cadavérique, fit légèrement frissonner Neji.
-Mais sérieux, il s'est passé quoi? T'as vraiment pas l'air bien.
-C'est sans doute parce que je ne suis pas bien. Je crois que j'ai choppé la grippe ou un truc du genre...
-Tu peux marcher?

Sasuke se redressa un peu plus mais sentit immédiatement sa tête se remettre à tourner. Il grommela ce qui signifiait sans doute que la réponse était non mais qu'il était trop fier pour avouer son impuissance. Tout ça dans un grommellement? Oui.
Neji lui demanda d'attendre là pendant qu'il cherchait quelqu'un d'autre pour l'aider à l'emmener à l'infirmerie. Neji eut la bonne intuition que Sasuke apprécierait moyennement de voir tous ses camarades rappliquer pour être témoin de sa faiblesse et c'est pourquoi il préféra en parler seulement à Naruto.
Les deux garçons passèrent chacun un bras autour de Sasuke et il fut conduit aux bons soins de Kurenaï, elle aussi prévenue de l'incident. Même si Neji avait veillé à ne pas trop ébruiter le malaise de Sasuke, Naruto ne put se retenir de tout raconter à tout ceux qui croisaient son chemin.
Ainsi, Sakura fut mise au courant, commença alors un véritable duel épique entre la raison de la jeune fille qui lui criait de ne pas aller le voir et de l'ignorer le plus et possible et entre...quelque chose d'autre qui la poussait à aller voir comment allait Sasuke.

-Oh et puis merde à la fin, boucle là conscience, lâcha finalement Sakura pour mettre fin à cette délibération pour le moins pénible.

Sakura respira profondément avant de finalement laisser ce « quelque chose » l'emporter, elle irait voir Sasuke. D'ailleurs elle ne retarda pas l'échéance et se rendit immédiatement à l'infirmerie même s'il était plutôt tard.
A l'intérieur de la petite chambre, le mobilier était très sommaire, un lit, une table de chevet, une petite armoire et une chaise. Les fenêtres avaient été ouvertes et l'air frais de la nuit s'introduisait dans la chambre en faisant bouger gracieusement les rideaux. Sasuke était endormi sur le lit et remuait souvent. Sakura s'approcha de lui et constata qu'il transpirait à grosses gouttes, il semblait faire un mauvais rêve. Sakura ne put s'empêcher de poser sa main sur son visage mais la retira immédiatement. Il était brûlant! Elle remit sa main fraîche sur son front et Sasuke semblait déjà un peu mieux. Il respirait calmement et quelques mèches de ses cheveux ébènes tombaient sur ses yeux. Il semblait presque...gentil. Aussi doux qu'un tigre endormi.
Une fois la main de la jeune fille rendue aussi bouillante que le brun, elle alla dans la salle de bain chercher une bassine d'eau et un gant de toilette. Après l'avoir imbibé d'eau, elle le posa sur le front de Sasuke et s'assit sur la chaise près du lit.
Elle veilla sur le brun, rafraîchissant le gant de toilette régulièrement. Elle commença à somnoler lorsqu'un murmure la fit brusquement reprendre conscience.

-N...non...Itachi...grogna Sasuke en s'agitant.

Sakura fut alertée par ce bruit, elle se pencha un peu plus afin d'entendre tous les bavardages nocturnes du brun si mystérieux.

-Papa...maman...gémit-il en s'agitant un peu plus. Ne...me laissez pas...

Sakura resta bouche bée en entendant ces paroles, les parents de Sasuke? Et qui était ce Itachi?

-Je..le déteste...souffla-t-il en fronçant les sourcils.

La jeune fille attendit quelques minutes mais Sasuke semblait avoir finit de parler, le silence retomba et elle s'endormit sur sa chaise lui assurant un bon mal de dos pour le lendemain.


Au petit matin, Sasuke allait un peu mieux mais il se sentait poisseux et avait incroyablement chaud. Il se redressa dans son lit et vit un gant de toilette tomber de son front, quelqu'un était venu? Il retira son t-shirt, se retrouvant ainsi en sous-vêtements puis se mit debout près de la fenêtre.
Alors que la brise matinale faisait peu à peu son effet, quelqu'un pénétra dans la chambre. Sasuke se retourna et put à peine apercevoir des yeux verts et des cheveux roses avant que Sakura ne referme la porte brusquement. Bon sang! Il était quasiment nu! Elle essaya de reprendre son souffle, dos à la porte en fixant le plafond du couloir. Après avoir retrouvé une teinte à peu près acceptable, elle toqua à la porte et entra en entendant le «On viens mater le beau gosse Princesse?» de Sasuke.
Il avait mit un pantalon mais pas son t-shirt et était en train de regarder par la fenêtre, dos à elle. Il se retourna lentement et s'assit sur le rebord de la lucarne. Il fallait être objectif, ce type était foutu comme un dieu. A la vue de ses abdominaux bien dessinés, Sakura sentit le teint cramoisi revenir à la vitesse grand V, elle détourna les yeux du brun et décida de se concentrer sur la lampe de chevet d'un goût plus que douteux. Evidemment Sasuke remarqua la gêne de la jeune fille et décida de s'amuser. En usant de son regard le plus charmeur, il l'invita à s'asseoir près de lui sur le rebord de la fenêtre. La jeune fille obtempéra mais ne jeta pas un seul regard à son voisin sauf que celui-ci en avait décidé autrement. Avec une infinie douceur il caressa la joue de Sakura qui devint immédiatement rouge écrevisse.

-Je sais que je suis beau mais quand même...souffla Sasuke en ricanant.

Sakura se sentit immédiatement bouillir, pourquoi s'était-elle inquiété pour lui? C'était un salopard fini.

-Mais qu'est-ce que tu fous là d'ailleurs? Demanda-t-il en suite plus sérieusement.

Gênée, elle ne répondit pas mais jeta un coup d'œil furtif à la chaise près du lit. Sasuke suivit son regard et aperçu un gilet bleu ciel sur le dossier.

-Hm c'était donc toi mon infirmière sexy...
-Que...quoi??! Je...non! J'ai rien fait! S'écria-t-elle en écarquillant les yeux.
-Je t'assure que dans mon rêve t'étais plutôt active, avoua Sasuke en éclatant d'un rire sardonique.
-Ah ouais? T'es sûr que c'était pas de ce Itachi que t'as rêvé plutôt? S'exclama la jeune fille très fière de lui avoir cloué le bec.

Sasuke avait non seulement le bec cloué mais en plus il avait écarquillé les yeux, visiblement choqué. Cependant de la colère remplaça vite sa stupéfaction, il saisit brutalement le poignet de Sakura qui commença à être vraiment effrayée.

-Dis moi où t'as entendu ça!
-Je...Sasuke...tu me fais mal, gémit la jeune fille en tentant d'échapper à son emprise.

Le brun sembla seulement se rendre compte qu'il serrait le poignet de Sakura un peu trop fort, il la relâcha et essaya de reprendre son calme. La jeune femme massa son poignet rougit tout en regardant la mine sombre qu'arborait le brun.

-Tu...parlais dans ton sommeil...
-Qu'est-ce que j'ai dit exactement?
-Pas grand-chose...juste ce prénom et aussi...tu as appelé tes parents et tu as dit que tu détestais quelqu'un...Sasuke explique-moi, je t'en pris.

Sasuke serra les poings mais se détendit un peu en soupirant.

-Je suppose que tu ne vas pas me lâcher avant que je t'explique...Alors d'abord, si tu répètes ça à qui que ce soit, je te jure que je te bute.

Sakura déglutit, ce qu'il allait lui raconter était donc si important? Malgré sa frousse grandissante, elle hocha la tête en attendant la suite.

-Tu ne dois sûrement plus t'en souvenir, t'étais encore une gosse.
-De quoi?
-Du « massacre de la lune rouge »

La seule évocation de ce nom donna des frissons dans tout le corps de Sakura.

-C'était il y a treize ans, à Konoha. Une famille très influente prospérait au cœur de la ville en dirigeant de grandes banques. Le chef de cette famille avait deux fils, l'aîné doué et brillant était destiné à reprendre la société familiale pendant que le plus jeune restait en admiration devant son grand frère qu'il n'arrivait pas à égaler. Cependant, un jour l'aîné, lassé de l'autorité de son père, décida qu'il fallait changer les choses...ce soir là, il tua tous les membres de sa famille. Ce soir là, la lune était rouge sang...
-Sa...Sasuke...murmura Sakura qui commençait à voir où il voulait en venir.
-Cet homme s'appelait Itachi Uchiwa et c'était mon frère.
Un ange passa le temps pour Sakura de digérer l'information.
- Mais...il...t'a laissé en vie toi...

Sasuke eu un rire mauvais.

-Oh ne crois pas qu'il ait eu pitié pour son petit frère d'à peine cinq ans...

Il leva un de ses bras et Sakura ouvrit la bouche de stupeur. Le long de son flanc, on pouvait voir une longue cicatrice blanchâtre.

-Il était passionné d'art martiaux...il a vraiment dû adorer tuer les gens avec le katana de mes ancêtres...

Les larmes commencèrent à monter aux yeux de Sakura qui eut une soudaine envie de serrer Sasuke dans ses bras. Le brun remarqua ses sanglots et il se renfrogna immédiatement.

-Non. Tout sauf de la pitié, grogna-t-il visiblement mécontent d'avoir dû tant parler de lui à Sakura.

Celle-ci tâcha d'essuyer ses larmes et de donner à sa voix un timbre normal.

-Et...Itachi il...est en prison n'est-ce pas?
-La police dit avoir retrouvé son corps près de la voie ferrée. Le bilan officiel est qu'il s'est tué après avoir massacré sa famille. Mais...je n'y crois pas...Itachi n'aurait jamais fait ça sans avoir tout planifié...Il s'est enfui quelque part et il est toujours vivant...j'en suis certain.

Un frisson parcouru tout le dos de Sakura d'autant plus qu'elle avait un mauvais pressentiment.

-Mais...tu ne comptes tout de même pas...
-Le retrouver et le tuer ensuite? Bien sûr que si.
-Non! C'est...c'est de la folie Sasuke! Il est dangereux, tu risques de...
-Tu me gonfles...C'est mes affaires il me semble et ça ne te concerne absolument pas...Et de toute façon qu'est-ce que ça peux bien te foutre si je crève ou pas?
-Tu...comment peux-tu dire ça? Tu es...un camarade de classe!
- « Un camarade de classe » hein? Ricana Sasuke en plongeant ses yeux d'ébènes dans les prunelles vertes de Sakura. Qui te dit qu'on est camarades?

Il éclata de rire et se leva, il alla dans la salle de bain et claqua la porte. Fin de la conversation. Sakura sortit de l'infirmerie en repensant à tout ce qu'elle avait découvert et en sachant pertinemment que jamais elle ne pourrait empêcher Sasuke de se lancer dans l'entreprise suicidaire de retrouver son frère.