Sur le chemin

par Mimichan

Il fallait généralement trois jours pour atteindre Suna.

Ils avaient parcouru le plus gros du chemin en silence en un jour.

Nuit d’été était rapide pour la plus grande joie de Candy qui ne se privait pas d’utiliser ses mouvements instantanés. Ils étaient concentrés sur leurs mouvements malgré la fatigue qui commençait à se faire sentir. Le soleil n’était pas encore couché, c’était pile le bon moment pour s’arrêter et monter le campement. C’était à Nuit d’été d’en décider.

Candy vit que son supérieur cherchait un endroit intéressant à sa façon qu’il avait de tourner la tête de droite à gauche.

Nuit d’été stoppa sa course soudainement. Une jolie clairière attendait leur tente.

Ils rejoignirent le sol ferme et ils commencèrent à s’occuper des différentes taches inhérentes à un bivouac.

Candy alla chercher du bois pendant que son coéquipier montait leur refuge pour la nuit. Nuit d’été s’était vite aperçu qu’il était préférable que ce soit lui qui se charge de cette tâche ô combien délicate pour Candy. Il n’avait pas l’air d’aimer dormir à la belle étoile ou dans une tente à moitié enroulée ou d’être trempé et grelottant de froid à son réveil. Candy n’était jamais gêné par les conditions météo étant un vrai radiateur sur patte grâce à Kyubbi.

Pourtant Naruto avait fait beaucoup d’efforts pour apprivoiser la tente sans succès, il avait lu les manuels à fond, s’était entraîné mais à la fin d’une journée harassante de course effrénée, il oubliait les élémentaires comme les piquets, la double protection, etc… Et les conséquences inexistantes pour sa santé en cas d’oubli ne le motivait pas vraiment. Seuls ses coéquipiers en faisaient les frais au moins une fois dans leur vie.

Tsunade avait refusé de les équiper de tente qui se dépliait toute seule malgré sa demande insistante. Pas de budget.

Candy grâce à son affinité vent découpa une joli branche pour en faire quelques bûches avant de ramasser quelques branches sèches.

Il revint au campement. Nuit d’été n’était plus là. Il était certainement aller chercher de l’eau.

Il s’occupa du feu avec entrain. Il n’avait malheureusement pas d’affinité Katon contrairement à Nuit d’été qui se moquait de temps en temps de lui avec son briquet ridicule.

En tout cas, il ne passait pas des heures à l’éteindre en cas de besoin grâce au Suiton.

Il souffla sur les flammèches naissantes pour que le feu prenne mieux.

Il entendit un léger bruit comme un froissement. C’était Nuit d’été, son approche pouvait être très discrète mais il signalait toujours sa présence à Candy pour ne pas le prendre au dépourvu.

Nuit d’été mit une casserole sur le feu puis s’assit en tendant les mains vers l’âtre pour se réchauffer un peu.

Candy se mit en tailleur en attendant que l’eau bout. Il avait faim et il éprouvait une bonne fatigue du à leur exploit physique. Il ne se sentait généralement jamais éreinté en mission avec ses coéquipiers qu’il trouvait traînards.

Nuit d’été et Candy ne s’étaient pas donnés à fond non plus, ils voyageaient simplement à un rythme soutenu mais pas infernal.

Aucun des deux n’avouerait qu’il était crevé mais on pouvait le sentir dans le relâchement de leurs muscles.

Le moment fatal arriva, l’eau se mit à bouillir.

Nuit d’été prit alors les devants :

« C’est toi qui mets la soupe en poudre. »

Candy tourna alors la tête vers son supérieur. Il se sentait si bien dans la langueur de ses muscles crasseux.

« Non, c’est ton tour.

-    Candy, je suis ton supérieur et quand je te donne un ordre, tu te dois de l’exécuter !

-    Tu profites de ton statut, tu n’as pas honte !

-    C’est toi qui a faim… »

Le ventre de Nuit d’été produisit un joli gargouillis au dépend de son propriétaire. Candy exultait la victoire.

«…ce n’est pas vrai. »

Nuit d’été attrapa nonchalamment son sac pour sortir le sachet de soupe.

« Je nous sert mais en contrepartie tu fais la vaisselle.

-    On pourrait faire le contraire, réclama Candy.

-    Non, je me suis chargé de la soupe. »

Candy ne répliqua pas. Il savait que Nuit d’été savait très bien négocier. Il ne lâchait pas facilement le morceau.

De toute manière, la vaisselle était toujours un moment sympathique avec un démon à neuf queues rotatives. Il entendit un grognement intérieur.

Quand Tsunade pensait avoir eu comme bonne idée pour le punir que de nettoyer les couverts de la cantine de l’académie ninja, elle s’était reçue une tonne de réclamations comme quoi les parents refusaient que leurs enfants mangent dans des assiettes lavées par une queue de démon renard dans une piscine d’eau savonneuse.

C’était bon parfois d’être un pauvre gamin insouciant, on récoltait de fameux souvenirs.

« Au rythme où l’on va, on sera à Suna demain dans l’après-midi à moins qu’on fasse la grasse matinée.

-    Je préfère en finir le plus vite possible avec cette mission.

-    Es-tu aussi impatient de retrouver Gaara sama ? On n’est pas vraiment pressé.

-    Non, je préfère rentrer rapidement à Konoha. L’Akatsuki peut nous menacer d’un instant à l’autre surtout son chef.

-    Et tu penses être le seul de taille à pouvoir l’affronter ?

-    Il y a toi, aussi mais comme nous sommes tous les deux en déplacements, l’Akatsuki pourrait profiter de cette aubaine pour attaquer le village.

-    A ce que je sache, ils n’ont pas encore le nez dans nos fichiers anbus. Ils ne sont pas au courant que deux des Capitaines sont de sortie.

-    Tu es bien confiant. Avec l’Akatsuki, je m’attends à tout. Ils ont la plupart des Bijuus et ils sont prêts à les utiliser. »

 

Sasuke savait très bien que l’Akastuki avait perdu ses espions à Konoha car il les avait lui-même occis. De plus, grâce à Karin, il était au courant de leur progrès concernant le contrôle des Bijuus. C’était loin d’être totalement au point.

L’akatsuki, pour l’instant, ne pouvait pas faire grand mal à Konoha. Seulement, un jour ou l’autre, ils maîtriseront complètement les Bijuus et s’en serviront comme arme de dissuasion envers les autres pays en faisant de Konoha un exemple.

Sasuke, grâce à Karin, connaîtrait le moyen de contrôler les Bijuus, là n’était pas le problème.

C’était Madara.

Il ne pouvait le vaincre seul sans une tactique hautement élaborée et même ainsi, il doutait de sa réussite.

« Ils n’en sont pas encore à ce stade, Candy, d’après mes informateurs.

-    Ce ne sont pas ceux de Danzou. »

Sasuke se mordit les lèvres devant sa gaffe monumentale. Candy n’en loupait pas une. Il fallait rattraper le coup.

« J’ai mon propre réseau d’information. On regroupe nos sources avec Danzou.

-    Je vois… »

Candy ne semblait pas vraiment convaincu. Nuit d’été n’avait normalement pas d’ambition personnelle et là, il venait de dire clairement à Candy qu’il biaisait quelque peu son supérieur.

« …Donc l’Akatsuki nous attaquerait seulement pour récupérer Uzumaki Naruto.

-    Je pense qu’il préfèrerait le surprendre en mission. Il est plus facile à capturer ainsi surtout s’il agit sur un coup de tête.

-    Pour l’instant, il n’a pas été capturé.

-    Il a beaucoup trop de chance. On devrait le garder à Konoha pour le protéger.

-    Ce n’est pas son genre de rester tranquillement à un endroit donné.

-    Depuis que l’Uchiha est mort, il est devenu un peu plus raisonnable. Il a une raison de moins pour sortir des murailles de Konoha. Tsunade l’a mit toujours en première ligne, elle a pris d’énormes risques même si cela a été bénéfique, je ne le nie pas. Maintenant, les seuls membres restants sont d’un autre niveau. Je ne dénigre pas Naruto mais il n’est pas de taille à les affronter, c’est tout. On ne va pas leur servir Kyubbi sur un plateau en argent, non plus.

-    Il s’est toujours bien débrouillé.

-    Oui jusque là.

-    Que penses-tu de lui ? Tu as été contre sa nomination en tant qu’Hokage. »

Candy semblait bien aimé Naruto vu sa façon de le défendre. Un ami à lui, certainement. De toutes manières, Naruto avait beaucoup d’amis parmi les ninjas de sa promotion. Il n’était pas étonnant que Candy prenne son parti.

« J’ai été contre parce qu’il est beaucoup trop jeune pour occuper cette fonction. Il est encore un peu trop impulsif et borné. C’est un bon ninja, je ne remets pas en doute sa capacité à défendre Konoha. Il est courageux parfois téméraire ce qui pourrait un jour lui coûter la vie. Il n’est pas assez mâture, il fait encore un peu le pitre.

Et évidemment, il ne partage pas les mêmes idéaux que la racine.

-    Tu as raison. Evidemment, se faire prendre la place de Hokage par un gamin n’est pas vraiment réjouissant. »

Sasuke fronça les sourcils. Il n’aimait pas ce que Candy insinuait.

« Je ne suis pas intéressé par ce poste si c’est ce que tu me demandes.

-    Pourtant, Tsunade t’aurait bien proposé si tu n’avais pas des idées opposées.

-    Au moins, elle a de l’estime pour moi. J’en suis ravi mais je préfère l’idéologie de Danzou.

-    Je ne te crois pas quand tu me dis que tu n’es jamais en désaccord avec lui. Je le suis avec Tsunade et très souvent. Pourtant, on a la même façon de voir les choses. Tu lui obéit au doigt et à l’œil.

-    Danzou n’est pas aussi laxiste que Tsunade. Je tiens à mon poste qui me satisfait amplement.

-    Tu ne le contredit vraiment jamais ? »

Sasuke attendait d’avoir une perche pour faire part de son désaccord vis-à-vis de sa mission visant à rendre stérile Témari.

« Très rarement, bougonna-t-il. »

 

Nuit d’été bougonnait. Naruto jubilait, il avait réussi à le faire râler envers son supérieur. Il avait vraiment envie de connaître leurs points de divergences.

« En quelles occasions ? »

Il se prit un regard noir. Il n’avait pas été très subtil, il le reconnaissait.

« On s’est disputés hier, avant le départ. »

Nuit d’été avait donc vu Danzou juste avant le départ. Il avait certainement une mission supplémentaire qui ne l’enthousiasmait pas. Ce n’était pas le genre de Nuit d’été de lui révéler une information de cette importance. Il le faisait exprès vu son ton de confidence.

Naruto décida de détendre l’atmosphère :

« Moi aussi, je me suis disputé avec Tsunade mais pas pour les mêmes raisons. »

Nuit d’été ricana avant de se mettre à servir la soupe.

Leurs ventres gargouillants n’attendaient que ce moment.

Nuit d’été prit la parole entre deux cuillerées.

« L’alliance avec Suna est solide, il ne faudrait pas que tu fasses d’erreur avec le Kazekage. Il y a des crasses dont on ne se remet pas… »

Naruto faillit s’étrangler avec sa soupe. S’il avait bien entendu et s’il déduisait encore comme il le fallait, Nuit d’été avait une mission visant à déstabiliser l’alliance mais en plus à lui mettre sur le dos toute la responsabilité. Danzou était tout à fait contre cette alliance.

« Evidemment, ce n’est pas le but réel de la manœuvre.

-    Je t’écoute attentivement.

-    Un ancien amant est toujours difficile à éconduire, fais attention à tes fesses.

-    Cela, je l’ai compris.

-    En plus, Gaara sama va être certainement très collant avec toi… »

Naruto rumina en son for intérieur contre Nuit d’été et contre lui-même. Pourquoi voyait-il des sous-entendus là où y en avait peut-être pas ? Nuit d’été se moquait de lui, il en était sûr.

« …Ecoute-moi bien, je ne me répéterais pas. C’est important pour toi. »

Oui, il n’avait pas rêvé. Nuit d’été l’informait indirectement de sa mission.

« Gaara sama va te poursuivre comme un acharné. Qui sait quelles idées pourraient donner à Gaara, le mariage de sa sœur aînée ? »

Qu’est-ce que Témari vient faire là-dedans ?

« Je ne comprends pas où tu veux en venir !

-    Enfin, voyons ! Gaara tient apparemment beaucoup à toi. Un mariage excite tout célibataire qui a en vu quelqu’un particulièrement quand c’est un ex qu’on n’aimerait pas lâcher à la concurrence. »

Ex qu’on n’aimerait pas lâcher à la concurrence, c’est noté….Il laissa l’idée l’imprégner pour essayer d’y voir clair. Nara Shikamaru devait épouser Témari donc c’est lui l’ex de Konoha que personne dans le village ne veut lâcher à Suna. Donc Nuit d’été veut annuler le mariage. Shikamaru et Témari sont inséparables alors il n’y avait qu’une solution pour pouvoir annuler leur union. La mort de Témari.

« C’est un petit radical comme comportement.

-    Oh, je n’irais pas jusque là. »

C’était plus subtil, évidemment. Candy se concentra. La guerre, c’était trop flagrant. Il ne voyait pas du tout où il voulait en venir.

« Enfin, il vaut mieux que tu gères bien cette crise certaine de Gaara parce que je ne donne pas cher de ta peau quand il sera oncle. Des petits qui jouent dans son sable vont l’attendrir et lui faire commettre l’impensable pour te garder auprès de lui.

-    Heu…j’ai perdu le fil en cours de route. »

Nuit d’été maugréa dans sa barbe.

« Tu ne comprends vraiment rien pourtant j’essaie depuis tout à l’heure de te faire passer un message plutôt clair. Récapitulons, Gaara te veut pour lui tout seul mais il y a certainement quelqu’un à Konoha qui ne voudra jamais te laisser partir.

-    Oui, çà c’est clair.

-    C’est certainement une fille qui s’en fait certainement pour sa progéniture.

-    Heu…je n’ai pas vraiment envie de me reproduire pour l’instant et je ne vois toujours pas le lien avec Témari à part que c’est une fille.

-    Finis la phrase…Mais c’est normal, tu ne vas pas te marier prochainement. »

Candy se mit à réfléchir. Il se mit à la place de Shikamaru. Shikamaru lui avait déjà dit qu’il voulait une fille et un garçon avec Témari mais qu’il ne se sentait pas prêt d’être père aussi vite que Témari le désirait.

« J’ai toujours pas compris. Tu pourrais arrêter de tourner autour du pot et être un petit peu plus clair.

-    Et je te borde dans ta couchette, tant que t’y es. T’es nul.

-    C’est toi qui est nul, tu expliques vraiment mal. Sois plus clair ! »

Nuit d’été lui envoya une pomme rouge pourtant il savait qu’il n’aimait pas manger des fruits le soir. Il lui renvoya. Nuit d’été soupira.

« Justement en parlant du mariage Nara…

-    Oui.

-    Grâce à toi, nous aurons certainement une place à la table du Kazekage.

-    Ben oui.

-    Je serais vraiment heureux de féliciter Témari en personne et de lui présenter tous mes vœux de bonheur quand à son avenir maternel.

-    Ooooh, je vois.

-    On n’a jamais eu cette conversation débile.

-    Bien sûr que non, on n’est pas du genre à se raconter les potins de Suna.

-    Très bien, je vais me coucher. C’était une journée éprouvante.

-    Ne te moque pas de moi, ce n’était pas évident.

-    Bonne nuit ! »

Candy soupira. Les ennuis ne faisaient que commencer.

Il ne laisserait pas Nuit d’été séduire Témari et bafouer son honneur, foi d’Uzumaki.

C’était clair comme de l’eau de roche, Gaara oncle, Témari qui s’en fait pour sa progéniture, reproduction, mariage imminent, pomme égal fruit défendu et on rajoute à cela le séduisant Nuit d’été qui présente ses vœux de bonheur et c’est dans la poche amniotique.

Il allait surveiller Nuit d’été nuit et jour. Il ne lâcherait pas ce vil briseur de cœur même s’il avait toute confiance en Témari pour renvoyer les prétentions de Nuit d’été aux oubliettes d’un bon coup d’éventail là où il faut.