Baiser illégal

par lawana

Salut à tous ! je met (enfin) la suite… par contre, MERCI POUR LES COMS !!!!!!

Anthéa : oui j’aime être sadique ^^, j’espère que la suite te plaira

Fan003 : Sadisme sadisme, que ferais-je sans toi ? alala toutes ces questions…sans réponses (pour l’instant), mais je vais en répondre à une quand même, parce que je suis gentille (-_-(sasuke : ça m’étonnerai, moi : toi, ta gueu**, sasuk : t’es chiante tu sais ?, moi : oui je le sais, et je suis fière de l’être, sasuke : et t’ai censé être gentille, drôle de gentillesse) enfin oui, ce sera un narusasu ^^ (naruto : tu parles d’une réponse, c’était prévisible, moi : je confirme c’est tout, naruto : -_-‘)

Mizuka : ^^je suis contente que ma fic te plaise, voilà la suite !

Hagare : ^^voici la suite !

 

 

 

 

 

Baiser illégal

 

 

 

 

Sasuke s’était couché dans son lit. Il ferma les yeux et essaya de s’endormir, mais le sommeil ne vint pas jusqu’à lui, il était trop perturbé. Naruto…L’Uchiha avait l’impression qu’il était tout proche de lui, non pas à quelques centaines de mètres, mais juste à dizaine, même pas…il aurait tellement aimé que ce soit le cas, il n’aurait pu supporter l’attente que son amour lui faisait subir et il serait descendu de suite. Mais il se devait sans doute se faire trop d’illusions, cette sensation que son blondinet était tout proche paraissait pourtant si réel…

 

Naruto était pâle et il transpirait un peu. Aller, il suffit désormais de toquer, et le reste ira tout seul pensa l’Uzumaki. Sa main tremblait, et après un moment d’hésitation, il donna quelques coups sur la porte faiblement. Personne ne venait. Rien. Comme si aucun être vivant n’habitait dans cette maison. Il n’avait surement pas tapé aussi fort, peut-être était-ce mieux ainsi. A cette pensée, l’homme aux yeux d’azur se dit qu’il devait partir, que ce n’était pas le moment venu de revoir Sasuke, si ce jour existait vraiment…

Naruto tourna les talons lentement, mélancolique. Il fit quelques pas devant lui et…

-                                          Bonsoir Monsieur ! Je suis désolée de ne pas vous avoir ouvert plus tôt, mais je ne vous avais pas entendu. C’est seulement maintenant que je viens de vous apercevoir à travers la fenêtre de la cuisine. Excusez-moi encore.

Une voix féminine venait de retentir. Elle semblait douce et rien qu’au son qu’elle produisait, on pouvait deviner que sa propriétaire était un être généreux. Le concerné se retourna et il pu contempler une femme aux cheveux roses soyeux et aux yeux verts aussi éclatants que des émeraudes. Elle possédait une peau blanche et délicate. L’interpellé ne put s’empêcher de rougir en observant cette beauté, c’était-elle l’épouse de Sasuke ?

-         Ce…ce n’est pas grave vous savez, bégaya Naruto, tout est de ma faute. J’aurais du frapper plus fort.

-         Vous avez toqué ? s’étonna la rose, il y avait une sonnette, je croyais que c’était parce qu’elle ne marchait plus très bien que je ne vous avais pas entendu.

Le blond eut un rire nerveux, qu’est-ce qu’il pouvait être bête parfois.

-         Mais que puis-je faire pour vous Monsieur ? demanda la femme.

-         Ah, euh, en fait…je suis venu voir Sasuke, avoua l’homme, mais je n’ai pas vu que l’heure était si tardive. Je repasserai plus tard.

-         Vous êtes un ami de Sasuke ?

-         Oui, si on veut, mais cela fait très longtemps que je ne l’ai pas vu, au moins…quinze ans.

-         Quinze ans ? Mais entrez voyons, je vais réveiller Sasuke, après tout il vous doit bien ça. Quinze ans quand même c’est long.

-         Il dort ? Alors je ne vais pas vous déranger plus longtemps.

-         Mais non entrez.

Finalement, Naruto accepta l’invitation et s’installa dans le salon. La maîtresse de maison l’interrogea :

-         Avant d’aller chercher mon mari, puis-je savoir comment vous vous appelez ? Pour qui annoncer vous voyez.

Alors c’était réellement la campagne du taciturne, il devait surement être heureux et très amoureux de cette femme. Elle avait toutes les qualités requises, tant mieux pour lui. Tout ce que voulait le blondinet envers son ancien amant était son bonheur, mais au fond de lui, il aurait aimé ne pas savoir que son cher ténébreux menait une vie tranquille, ça lui faisait tellement mal au cœur.

-         Je…Je m’appelle Naruto Uzumaki, répondit l’invité.

-         Oh, mais vous le père de cet adorable Lee, s’émerveilla la rose.

-         Oui oui, il m’a vanté vos talents culinaires, et je peux vous dire qu’il est difficile pourtant.

-         Vous le remercierez de ma part. C’est bizarre quand même, vous et Sasuke êtes amis alors que nos deux enfants sortent ensemble. C’est sur que vous étiez fait pour vous rencontrer.

-         Surement.

-         Oh, je suis mal polie, excusez-moi, je ne me suis pas présentée. Je me nomme Sakura, et je vais aller chercher Sasuke. Attendez ici.

Sur ce, elle monta un escalier. Naruto était pensif et surexcité : il allait revoir son seul et vrai amour.

 

Sasuke arrivait de plus en plus mal à dormir, il sentait que son ancien colocataire de fac était tout proche de lui, mais ce n’était qu’un doux rêve ou un horrible cauchemar d’attente. Soudain, comme une sortie vers la lumière de cette ignorance entre la réalité et l’irréel, il entendit la porte de la pièce s’ouvrir.

-         Sasuke, réveille-toi, il y a un ami qui est venu de voir, un ami que tu n’as rencontré depuis quinze ans.

C’était Sakura, est-ce qu’elle voulait parler de Naruto ?

-         Qui est-ce ? questionna l’appelé le cœur rempli d’espoir et d’angoisse.

-         C’est le père du petit Lee, Naruto Uzumaki, dit la fleur de cerisier.

Le ténébreux ouvrit grand les yeux, il était là, chez lui, et était venu de son plein gré, il ne l’avait donc pas oublié. Sans perdre plus de temps, le mari sauta du lit, se rhabilla et descendit au rez-de-chaussée sous l’œil surpris de son épouse.

 

Un bruit sourd se fit entendre : on dévalait des marches à vive allure. Naruto regardait en la direction de ces pas, il se demandait si ce n’était pas…Son cœur se serra à cette idée. L’impatiente le gagna, il voulait absolument savoir qui était l’auteur de ce vacarme. Il eut la réponse, devant lui…se tenait…Sasuke. Les larmes montèrent aux yeux du blond, enfin ils se retrouvaient.

 

L’éventail ne pouvait le croire, c’était réellement lui, celui qui avait hanté ses rêves durant les nuits, celui qu’il avait chéri plus que tout. Sans prévenir, il enlaça la spirale (Naruto) et l’embrassa. Il goutait désormais aux succulentes lèvres de son ex. Ce qu’elles pouvaient être bonnes, elles possédaient un gout sucré. Naruto, lui, se laissait submerger par le plaisir que lui offrait son compagnon, il avait tant espéré ce moment au fin fond de son âme.

A contre cœur, ils se séparèrent, Sasuke inspecta les alentours pour remarquer si quelqu’un les avait aperçus, mais il n’y avait personne. Il soupira.

-    Alors Naruto, comment ça va depuis le temps ? commença le brun.

-    Tu m’as manqué à vrai dire, sinon ça allait, je me suis finalement désengagé de la voie de médecine pour faire mon bon vieux rêve. Je ne le regrette pas, et j’ai pu faire ça grâce à toi, grâce à la force que tu m’as transmise, répondit l’interrogé.

Le questionneur (ça se dit ?-_-‘) sourit à cette réflexion.

-         Toi aussi tu m’as manqué Baka, souffla-t-il.

-         Je t’ai entendu Sasuke, je ne suis pas stupide, s’énerva le dénommé.

-         Et moi je suis le petit chaperon rouge c’est ça ?

-         Non, toi tu serais plutôt le grand méchant loup. Je suis sur que tu as traumatisé tes enfants.

-         Arrête de raconter des conneries, je me suis toujours bien occupé d’eux. Contrairement à toi, je suis sur que tu ne les as nourris que de ramens, les pauvres, c’est tellement dégueulasse ces trucs.

-         Tu viens de dire quoi là ? Les ramens, c’est ce qu’il y a de meilleur.

-         Ca c’est toi qui le dis. Mais pas moi, et j’ai toujours raison.

-         C’est pas juste, je suis plus un gamin tu sais.

-         Pourtant on croirait vraiment. Vu la taille de ton cerveau.

-         Eh ! Je suis plus aussi stupide qu’autrefois, et même, je n’ai jamais été bête.

-         Fais moi rire, à la fac, tu étais un vrai co*. Même pas capable de résoudre un problème de maths.

-         Je t’ai rien demandé !

Et ils continuèrent leurs petites chamailleries, ils étaient tellement heureux d’être de nouveau ensemble.

 

Une larme…deux larmes…trois larmes…et ainsi de suite…

On pouvait compter les larmes qui provenaient des pleurs d’une jeune femme. Le monde venait de s’écrouler en un instant. Il y avait seulement une heure de cela, elle était la plus heureuse des femmes, et maintenant, elle avait tout perdu…ou presque, au moins, elle avait encore ses enfants. D’un côté, elle s’en doutait, quelque part dans son esprit…Il suffisait d’observer attentivement son mari. Oui, elle le savait depuis le début, qu’il n’était pas vraiment amoureux d’elle mais de quelqu’un d’autre, sauf qu’elle ne se pensait pas qu’il s’agissait…d’un homme. Ce que la vie est ironique.

D’un geste lent, elle s’essuya les yeux et entreprit de faire face à la réalité, elle devait être forte. En se levant, elle se remémora inconsciemment le baiser qu’avait donné avec fougue son époux à son soi disant-ami. Jamais il ne l’avait embrassé comme ça, elle. Comme l’ombre d’un fantôme, Sakura se dirigea vers le lieu où elle avait tout découvert, mais elle n’en parlerait pas avant son mari, c’est lui qui devait faire le premier pas, c’était sa vie après tout. Au moment où elle se prépara à entrer dans le salon, elle aborda un sourire radieux, mais dont la nature sonnait fausse.

 

Comment allait réagir Sasuke en voyant que sa conjointe venait de pleurer ? S’il jamais il le remarquait…

 

 

 

Vous avez aimé ? Détesté ? Des critiques à faire pour que je progresse ?

Lâchez des coms !!!