Si proche mais au fond si loin

par LittleMissShyne


Chapitre 10 : Si proche mais au fond si loin

La fin du mois d’août s’écoulait paisiblement dans le village de Fuki du pays de la Rivière. Les habitants vaquaient à leurs occupations avec joie et sérénité offrant une atmosphère agréable au village.

Les enfants allaient bientôt reprendre les cours au plus grand ravissement de certains : des professeurs hommes allaient être présents et enchantaient les élèves. Le nombre de jeunes filles inscrites avait doublé quand elles avaient vu la beauté des futurs enseignants.

Les six garçons de Konoha avaient été très bien accueillis par les villageois et s’étaient vite trouvés à l’aise auprès de ces personnes. Naruto, Sasuke, Sai, Shikamaru, Neji et Kiba étaient assez contents de se retrouver dans ce village, malgré que cette mission soit une punition à leur désobéissance.

Le dirigeant de Fuki leur avait mis à disposition une petite maison traditionnelle avec une chambre pour chaques garçons.

Les représentantes avaient entièrement composé leur emploi du temps en leur faisant varier cours et tours de gardes pour la protection du village.

Sai et Shikamaru se retrouvèrent donc à enseigner aux enfants de l’Académie avec Tenten, Ino et Temari. Kiba, Neji, Sasuke et Naruto allaient former les plus grands aux techniques de combats au corps à corps et à l’entraînement physique.

En plus des six shinobi de Konoha, Tsunade avait envoyé deux médecins ninja avec eux pour soulager la responsabilité de Sakura qui s’était retrouvée seule ninja spécialiste en médecine au village. Ainsi, elle avait plus de temps pour commencer à former Kairi, chûnin de Fuki, aux techniques de médecine.

Après la visite des deux Kages de Konoha et Suna, il avait été décidé que des messagers seraient nommés pour faire des rapports chaque mois aux deux dirigeants. Naruto, Sai et Ino avaient été désignés messagers pour Konoha pendant que Shikamaru, Temari et Sakura seraient ceux de Suna.

La matinée commençait tout juste et l’Académie de ninjas de Fuki se remplissait petit à petit de ses élèves. Temari se trouvait dans une des salles de classe et regardait avec sourire les enfants s’installer dans un joyeux tumulte sur les bureaux. Au côté de la jeune femme, deux ninjas de Konoha se tenaient raides comme des piquets près du tableau. Shikamaru Nara semblait blasé de la situation et baillait à s’en décrocher la mâchoire, pendant que Sai observait les enfants avec attention.

-          Shikamaru arrête de bailler comme ça, murmura Temari en s’approchant d’eux.

-          Ce n’est pas ma faute, répliqua le jeune homme en baillant de nouveau faisant soupirer la jeune femme.

-          On a combien d’élèves? Demanda Sai.

-          Ils sont quinze, répondit Temari. Les huit nouveaux sont avec Tenten et Ino, informa la jeune femme. On a préféré vous présenter d’abord les anciens élèves.

Ils me regardent bizarrement, lança Sai. C’est étrange.

-          Ils sont curieux, c’est tout, répliqua Temari. Ils ont hâte de faire votre connaissance, ajouta-t-elle.

-          Je suis sûr que je ne suis pas fait pour faire de l’enseignement, continua Sai.

-          Si tu n’essayes pas, tu ne pourras pas savoir, rétorqua Temari en tapant dans le dos de Sai pour le réconforter.

-          Je suis quand même nerveux, annonça Sai.

-          C’est normal, répondit Temari. Vous auriez dû me voir à ma première rentrée à Suna : j’en avais rien dormi de la nuit, avoua souriante la jeune femme.

-          Mais toi tu n’es pas nous, lança Shikamaru, tu as un don pour enseigner que nous n’avons pas.

Temari ne put s’empêcher de sourire face à ce compliment.

-          Je serais là pour vous guider alors ne stressez pas trop, rassura la kunoichi de Suna. On commence ? Demanda-t-elle à ses deux assistants professeurs.

-          On n’a pas vraiment le choix, répliqua Shikamaru en soupirant faisant sourire sa voisine par si peu de motivation.

Près des remparts du village, Naruto et Neji prenaient leur fonction et leur premier tour de garde accompagnés d’Hinata. La jeune femme leur avait présenté les ninjas de Konoha et de Suna qui s’occupaient de la protection permanente de Fuki. Ensuite, elle était allée leur montrer les sceaux de représentantes qui devaient être vérifiés toutes les quatre heures.

-          Les sceaux des représentantes sont bizarrement moins efficaces autour du village de Fuki qu’à d’autres endroits, expliqua Hinata.

-          Tu veux dire que les sceaux mis pour la protection de Konoha ou Suna sont plus fiables que ceux de Fuki ? Demanda Neji.

-          Oui, approuva sa cousine. La durée de ces sceaux est de plus de trois mois, ajouta-t-elle, et résiste plus facilement à une attaque que ceux autour de Fuki.

-          Et qu’elle en est la cause ? Questionna Naruto curieux.

-          Nous pensons que cela est dû au temple et à l’énergie qui circule tout autour, répondit Hinata. Cette énergie est telle qu’elle arrive à briser d’elle-même certaines de nos protections, informa la jeune femme.

-          Impressionnant, répliqua Neji.

Matsuri les rejoignit et salua gaiement les trois amis. La jeune femme portait un énorme panier de fleurs colorées dégageant une agréable odeur.

-          Tu fais quoi avec toutes ses fleurs ? Demanda Hinata.

-          C’est la commande de Sakura, répondit Matsuri en mettant une fleur dans les cheveux de la jeune femme. J’ai croisé ton coéquipier Kiba, ajouta-t-elle. Il demande s’il peut venir te voir ce soir pour parler des entraînements des adultes.

-          C’est fou ce qu’il peut être stressé pour ça, répliqua Hinata en secouant légèrement la tête.

-          Ce n’est pas facile pour nous, répondit Neji qui allait aussi se retrouver à faire les cours pour adultes.

-          On peut aussi venir ce soir ? Demanda Naruto.

Hinata approuva de la tête lentement. Elle était un peu déçue que les deux garçons s’incrustent entre elle et Kiba. Elle trouvait qu’elle commençait à donner beaucoup trop d’importance à son coéquipier, alors que cela ne faisait qu’une semaine qu’il était à Fuki. C'était peut être de la nostalgie ?

-          On demandera aussi à Sasuke, lança Naruto, comme ça le groupe des professeurs adultes sera au complet.

Neji se mit à sourire légèrement interpellant sa cousine qui lui demanda cette soudaine gaîté.

-          Ça me fait juste bizarre de voir que Naruto va être professeur, expliqua Neji alors que Naruto râlait de la remarque.

-          Cela lui fera un très bon entraînement quand il devra prendre en charge des genins, répliqua Hinata en prenant la défense du jeune homme blond.

Les quatre jeunes adultes discutèrent encore quelques minutes avant que Matsuri ne les laisse pour aller amener la commande de Sakura.

Alors qu’elle traversait les ruelles du village en contemplant la végétation, Matsuri fut interpellée par une voix de jeune homme. Elle se tourna et constata que c’était Sasuke, le coéquipier de Sakura qui l'appelait.

-          Excuse-moi de te déranger, lança-t-il, je cherche Sakura. Et je me suis un peu perdu, avoua-t-il.

-          Tu tombes sur la bonne personne, annonça joyeusement Matsuri. Je vais justement voir Sakura.

Sasuke fut content de cette réponse.

-          Tu ne fais rien aujourd’hui ? Demanda Matsuri en reprenant sa marche.

-          Non, mon tour de garde est demain et les cours pour les adultes sont dans deux jours, expliqua Sasuke.

-          Ah d’accord, répondit Matsuri. Sakura est avec quelques personnes dans la serre laboratoire.

Les deux jeunes gens se rendirent vers la serre en question après avoir traversé une partie du village. A l’intérieur de cette dernière se trouvait sept personnes, répartis autour de plusieurs tables de laboratoire où étaient distillés des plantes aux vertus médicinales.

-          Ah Matsuri ! S’exclama Sakura en voyant son amie entrer. Tu arrives pile au bon moment. Tu peux donner ces plantes à Kairi ? Demanda-t-elle.

Sakura salua ensuite son coéquipier et le présenta à ses trois assistants, les deux ninjas médecins de Konoha qui venaient l’épauler, et sa jeune apprentie Kairi.

-          Toutes ses personnes sont sous tes ordres ? Questionna Sasuke.

-          Oui, approuva Sakura.

-          En plus de nous et les filles ? Questionna Sasuke.

-          Oui ça fait beaucoup de monde pour la ninja médecin que je suis, confia la jeune femme. Heureusement que maintenant je ne suis plus la seule médecin car ça me fait un peu trop.

-          Tu as l’air de bien gérer la chose et ça à l’air de te plaire, répliqua Sasuke.

-          Oui, j’avoue, ria Sakura. Tu veux nous aider ?

-          Pourquoi pas, répondit Sasuke qui n’avait pas d’autre chose à faire aujourd’hui à part se perfectionner dans ses techniques ninjas.

Sakura le guida vers une table où Kairi et Matsuri avaient étalé les fleurs pour les trier et récupérer les parties les intéressants.

Les quatre jeunes gens se mirent en actions et Sakura choisi ce moment pour questionner sa toute jeune élève sur les bases des savoirs d’un médecin ninja.

-        A quoi nous servent les plantes aux vertus médicinales ? Questionna Sakura à sa disciple.

-        A faire des médicaments, des poisons et des antidotes, répliqua sans hésiter Kairi.

Sakura approuva de la tête avant de poursuivre ses interrogations.

-        Peux-tu me donner la première clause des quatre règles qui régissent les médecins ninjas ? Continua la kunoichi de Konoha.

-        Les ninjas médecins ne devront jamais cesser leurs traitements tant qu’il reste un souffle de vie à leur camarade, récita Kairi.

-        La deuxième, demanda Sakura.

-        Les médecins ninjas ne doivent jamais se trouver en première ligne, annonça Kairi.

-        Pourquoi ? Demanda son professeur.

-        Car ils ne pourraient soigner les autres membres de son équipe s’ils étaient tués ou blessés gravement.

-        Bien, approuva Sakura. La troisième clause ?

-        Aucun ninja médecin ne doit mourir avant d'être le dernier vivant de son peloton, répondit Kairi.

-        Et la dernière ? Demanda Sakura.

-        Seuls les ninjas médecins maîtrisant la technique de la « Puissance de Cent », de l'art ninja de la Création et du Renouveau, sont autorisés à transgresser les trois premières règles, récita Kairi.

-        Pourquoi ? Demanda Matsuri curieuse.

-        Car c’est une technique de régénérescence complète qui permet d’augmenter ses capacités et de soigner ses blessures, expliqua Sakura.

-        Mais c’est une technique dangereuse car elle réduit la vie, informa Kairi.

-        Tu l’a maîtrise ? Demanda Matsuri à Sakura.

Sakura approuva de la tête.

-        J’ai dû m’en servir une fois et je ne souhaite pas recommencer, lança Sakura. J’essaye au maximum d’utiliser des techniques générales avant d’appliquer celle-là.

-        Tu vas l’apprendre à Kairi ? Questionna Matsuri.

-        Elle va devoir apprendre plein d’autres choses avant, répliqua Sakura en souriante.

La formation des médecins ninjas était réputée pour être longue et extrêmement difficile. La jeune fille n’était pas au bout de ses peines et allait devoir quitter son village dans quelques mois pour poursuivre une partie de sa formation à l’hôpital de Konoha.

L’après-midi se poursuivit et les cours des enfants furent bientôt finis pour la journée. Ino et Tenten venaient de rentrer dans le salon de leur demeure en discutant avec animation. Elles avaient pris énormément de plaisir à découvrir les huit nouveaux enfants, dont Yuki, prêts à faire la formation de ninjas.

Le petit Yuki les avait accompagné dans leur maison et était très content d’avoir une relation privilégiée avec ses deux professeurs d’art ninja.

Natsu ne tarda pas à les rejoindre après sa journée de travail. Le jeune homme réalisait des sabres de grandes qualités avec leurs fines gravures faites mains. Les deux frères se mirent à se chamailler gentiment avec des coussins pendant que Tenten et Ino discutaient de leurs nouveaux élèves sur la grande table.

Temari entra dans la maison suivit de Shikamaru et salua énergiquement tout le monde.

-        Alors ce premier jour ? Questionna aussitôt Ino à son coéquipier qui venait de s’installer à côté d’elle.

-        Épuisant, résuma Shikamaru fatigué.

-        Il s’est bien débrouillé, lança Temari de la cuisine qui était allée chercher de quoi boire pour le jeune homme et elle.

-        Sai n’est pas avec vous ? Demanda Tenten.

-        Il a croisé Sasuke et Sakura et s’est arrêté discuter avec eux, répondit Shikamaru.

-        Ça me fait penser, s’exclama Natsu en venant vers le petit groupe en portant sur ses épaules Yuki. J’ai croisé Hinata qui m’a dit de vous dire que les garçons prof pour le cours d’adultes vont débarquer.

-        Ok, répondit Ino. En gros, tout le monde reste manger ici ce soir. On fait quoi à manger alors? Questionna-t-elle à ses amies.

-        Riz, répondit Tenten.

-        Et viandes ! S’exclama Yuki.

-        Ah parce que tu t’incrustes aussi, répliqua Ino.

Le petit Yuki approuva vivement de la tête.

-        Tu restes à une seule condition, lança Tenten.

-        Laquelle ? Demanda le petit Yuki.

-        Tu nous aides à préparer le dîner, annonça Ino en se levant.

Yuki sautilla de joie et suivit sa jeune femme dans la cuisine.

-        Et vous venez nous aider, dit menaçante Tenten à Natsu et Shikamaru qui furent obligés de les suivre.

Hinata, Neji, Naruto et Kiba ne tardèrent pas à arriver suivit de Sakura, Sasuke, Sai et Matsuri. Yuki fut ravis de pouvoir jouer quelques instants avec Akamaru : le chien était très calme avec le petit garçon et lui permis de monter sur son dos.

Les jeunes gens mangèrent tous ensemble dehors pendant que le beau temps le permettait encore. Ils dégustèrent les plats faits avec amour, et surtout obligations de certains, avec ravissement. Les gâteaux au chocolat fait par Yuki furent grandement appréciés et le garçonnet fut beaucoup complimenté.

Shikamaru et Temari discutaient tranquillement des réponses que les enfants leur avaient fait à la question : quel ninja voulez-vous être plus tard ?

-        Ils veulent tous devenir de super ninjas, ria Temari.

-        Il y a encore du boulot, répliqua Shikamaru.

-        Oui, mais c’est mignon, répondit la jeune femme. Tu voulais faire quoi quand tu étais jeune, toi ? Questionna-t-elle.

-        Pas grand-chose, répondit Shikamaru.

-        Mais encore, continua la jeune femme.

Shikamaru soupira avant de répondre.

-        J’avais des aspirations très simples, commença-t-il. Des missions pas trop compliquées, du temps pour regarder les nuages, avoir une femme ni trop moche, ni trop canon, deux enfants et un peu de temps pour jouer au shôgi, débita le jeune homme.

Temari siffla entre ses dents impressionnée.

-        En fait, tu as vraiment pensé à ton avenir, lança-t-elle. Et ça correspond tout à fait à toi !

-        Que veux-tu, on ne peut pas me changer, répondit Shikamaru en souriant à son amie.

-        Et il ne vaudrait mieux pas, répliqua Temari. On t’aime comme tu es !

Temari était souriante et son compliment prit au dépourvu Shikamaru, qui détourna son regard pour éviter les beaux yeux verts de la jeune femme. En ce moment, le jeune homme avait souvent l’estomac qui se retournait quand il voyait Temari, et des frissons terribles lui faisant découvrir des sentiments qu’il n’aurait jamais pensé avoir pour une femme. Il commençait à apprécier Temari bien plus qu’un simple ami et cela le déroutait…

A côté d’eux, Sai venait d’inviter la jolie Ino dans un restaurant pour fêter son anniversaire fin septembre. La jeune femme était heureuse comme une enfant et réfléchissait déjà à la robe qu’elle allait mettre. Hinata et Sakura se tapèrent dans la main contentes que leurs combine ait marché.

La soirée se finie dans la bonne humeur et les garçons, ainsi que Matsuri, quittèrent la demeure des représentantes pour aller dormir. Les filles discutèrent quelques instants encore en s’installant dans la chambre d’Ino pour parler des garçons en pyjama.

-        Notre cadeau d’anniversaire en avance t’a plus ? Demanda souriante Hinata à Ino.

-        Oh oui ! Répondit Ino. Vous ne pouviez pas faire mieux les filles.

Sakura et Hinata se sourirent ravis et complices.

-        Et ça me fait penser Temari, lança Ino, Shikamaru est né un jour avant moi, informa-t-elle. Tu pourrais peut être lui proposer quelque chose ?

-        Bonne idée ! S’exclama Tenten. On fera en sorte que tout le monde soit pris ce jour-là.

-        C’est une idée sympa ! Annonça Temari en réfléchissant ce qu’elle pourrait proposer au jeune homme.

-        Pourquoi pas un restaurant ? Proposa Hinata.

-        Ça fait peut-être un peu trop direct, souligna Temari.

-        Il va bien falloir que tu te lances, annonça Ino. Ne choisis pas le même où Sai m’emmène sinon je sens la catastrophe

Les filles rirent à la remarque.

-        Je suis contente pour vous, annonça soudainement Sakura en souriant. Être amoureuse vous rendent encore plus belles que d’habitude.

Ino et Temari ne purent s’empêcher de rougir avant de remercier leurs amies. Tenten semblait plus soucieuse de sa position d’amoureuse : la jeune femme cogitait en ce moment sur sa relation avec Natsu qu’elle trouvait différente des premiers temps. Son silence interpella Hinata alors que les trois autres filles riaient. La représentante d’Hestia posa sa tête sur l’épaule de Tenten pour la réconforter. Cette dernière se détendit un peu et se trouva très chanceuse d’avoir des amies aussi attentionnées près d’elle.

Les filles appréciaient ses moments entre elles où elles pouvaient discuter et échanger, sans tabou, en étant sûres d’être écoutées sans jugement. Les cinq jeunes femmes avaient tissé une relation particulière et un solide lien d’attachement. Elles avaient passé ses dernières années ensembles, tout en grandissant, en souffrant, et en allant au-delà de leurs capacités pour montrer qui elles étaient.

Dorénavant, elles étaient reconnues par leur village, leurs amis, et les habitants de Fuki comme des personnes avançant à travers la vie et savourant chaque jour comme s’il était le dernier.

Et tout ce qu’elles savaient, c’est que sans le soutien qu’elles s’étaient apportées mutuellement, elles n’auraient pas pu progresser psychologiquement, physiquement et socialement dans leur monde.

Les cinq filles étaient bien conscientes qu’une fois que les monstres grecs seraient tous renvoyés dans leur monde, elles se verraient beaucoup moins qu’avant pour suivre leurs propres voies. Mais cette séparation se ferait petit à petit avec la venue de leurs coéquipiers qui allaient chambouler leur routine. En effet, Naruto et Sasuke passaient beaucoup de temps dans les locaux d’interventions en médecine de Sakura, qui perdait patience à voir son calme sanctuaire aussi bruyant. Ino faisait en sorte de voir souvent Sai pour discuter avec lui et profiter de moment ensemble. Shikamaru avait proposé à Temari et Neji de faire de temps en temps des parties de shôjo, entre personnes non occupés et intelligentes. Hinata et Kiba étaient souvent vu ensemble, du fait de leur bonne entente, et de la joie du jeune homme de pouvoir rediscuter avec sa coéquipière dont il avait toujours apprécié son côté sérieux et cultivé.

La fin du mois de septembre arriva assez sereinement pour les représentantes : aucune attaque de monstres n’avait eu lieu, leur laissant le temps de s’entraîner et de souffler.

Les shinobis de Konoha appréciaient leur nouvelle vie à Fuki même si les missions à risques leurs manquaient un peu. Donner des cours et garder les remparts du village changeaient leurs habitudes mais c’était la meilleure des punitions qu’ils auraient pu avoir.

Dans un Dojo situé à côté de l’Académie de Ninja, Naruto, Sasuke et Neji étaient en train d’apprendre des techniques d’arts martiaux à une dizaine d’adultes en cette fin de journée. Sasuke et Naruto effectuaient des exercices en duel avec deux adultes d’une trentaine d’année. Neji s’occupait de leurs apporter des connaissances théoriques sur ces arts de combats et de repositionner les mauvaises postures des élèves.

-        Avec les techniques que vous apprenez, vous pourrez immobiliser, blesser voire tuer votre adversaire, précisa Neji.

Les élèves ne s’entraînant pas avec les deux shinobis tournèrent la tête vers le jeune homme pour l’écouter.

-        Dans votre apprentissage, poursuivit Neji, vous allez devoir intégrer une dimension spirituelle et morale visant à la maîtrise de soi ainsi que des connaissances multiples. Pour faire simple, les arts martiaux visent le développement global de l’individu. Dans un premier temps, nous allons travailler les placements vis-à-vis de l’adversaire, l’évaluation des distances, la précision et la puissance des coups ainsi que la gestion et l’économie des forces.

Naruto réussit à faire une balayette à son adversaire qui s’écroula à terre. Le jeune homme blond fit signe à Matsuri d’avancer et les deux futurs adversaires se saluèrent avant de commencer à s’observer. La jeune femme avait maintenant acquis de nombreux réflexes à force d’entraînement, mais semblait paniquée à l’idée de combattre Naruto.

-        N’hésite pas et n’est pas peur, lança calmement Naruto pour rassurer la jeune femme.

Matsuri hocha la tête et plaça ses mains en position de combat.

-        Je ne veux pas voir tes mains trembler, continua Naruto. N’oublie pas que ta survie se joue en une fraction de seconde. Ton esprit doit être lucide et serein pour que tu puisses te concentrer et élaborer des stratégies de combats.

La jeune femme s’imprima de ses mots avant de se décider à attaquer le jeune homme.

Neji poursuivit ses explications.

-        Les arts martiaux vont vous permettre de faire un travail sur vous, de vous maîtriser, et de comprendre le sens de la vie et de la mort, continua Neji.

Sur ses sages paroles, Matsuri se fit mettre à terre sans ménagement et le cours continua encore une bonne heure.

A la nuit tombée, dans le restaurant des « Roses aux vents », deux personnes étaient assis autour d’une table décorée d’un agréable bouquet de fleurs jaunes. Le serveur venait d’amener les cocktails en apéritif qu’avaient commandé Temari et Shikamaru. Les deux jeunes gens remercièrent le garçon avant qu’un silence pesant ne s’installe entre eux.

Temari attrapa la paille de son cocktail et touilla le liquide bleu avec nervosité. Elle était tellement angoissée qu’elle n’arrivait plus à parler à son ami depuis leur arrivée. Shikamaru, n’étant pas de nature bavarde, regardait avec passivité l’aquarium à côté d’eux.

Temari ne savait pas quel sujet abordé pour que le jeune homme daigne la regarder : il n’avait fait aucune remarque sur sa tenue et éviter son regard depuis le début de la soirée.

Pourtant, Temari était sûre d’être plus jolie que d’habitude avec sa robe noire décolletée et ses talons de la même couleur. Hinata lui avait gentiment prêté un ras le cou où trônait un fin diamant et Ino l’avait coiffé d’un élégant chignon cerclé de petites fleurs blanches créée par Matsuri. Sakura s’était chargée de lui faire un maquillage discret et naturel, faisant ressortir ses grands yeux verts étincelants. Tenten lui avait donné quelques sujets de discussions à aborder, ce qu’essaya de se rappeler Temari pour que l’anniversaire de Shikamaru ne soit pas un désastre.

Shikamaru tourna lentement sa tête pour regarder la jeune femme en face de lui. Il était habillé d’une chemise blanche assez simple et d’un pantalon noir. Le jeune homme semblait avoir fait un effort vestimentaire pour la soirée.

-        Ça va, répondit Shikamaru après un petit temps. Il y a pire comme punition, avoua-t-il.

-        Je suis d’accord ! Répondit enjouée Temari. Mon frère Kankuro est super jaloux de vous et n’arrête pas de demander à Gaara de nous rejoindre, ajouta-t-elle.

-        Pourquoi ? Il a une bonne position à Suna, répliqua le shinobi.

-        D’après ce que j’ai compris, il a craqué sur Ino et Hinata, annonça riante Temari.

-        Ah, d’accord, répondit Shikamaru assez amusé par le frère de la jeune femme en face de lui. C’est vrai qu’elles sont toutes les deux de très belles femmes, annonça-t-il en buvant un peu de sa boisson.

Ce geste permis à Temari de se reprendre : le jeune homme venait d’avouer que deux de ses meilleurs amies étaient belles ! Venant de Shikamaru, c’était assez étonnant qu’il le dise.

La jeune femme était un peu déçue qu’il ne dise rien sur elle…

-        C’est vrai qu’elles sont toutes très jolies, confirma cependant Temari. J’aime aussi beaucoup la beauté de Sakura et celle de Tenten. Elles sont naturelles et scintillantes je trouve, ajouta souriante la kunoichi de Suna en repensant à ses amies.

-        C’est vrai que vous formez un groupe de belles jeunes femmes, confirma Shikamaru. Je suis d’ailleurs étonné que vous ne sortiez pas avec des garçons.

Temari fut surprise de cette remarque : c’était déroutant de la part de Shikamaru de poser ce genre de questions alors qu’il s’intéressait très peu à la vie des femmes.

-        Tenten sort avec Nastu, rappela Temari.

-        Oui mais pas les autres, répliqua Shikamaru.

-        Après, commença Temari. Chacune construit sa vie comme elles le souhaitent et je ne pense pas qu’elles aient toutes pour priorité de sortir avec un garçon, souligna la jeune femme.

-        Je croyais que toutes les filles voulaient tomber amoureuse du prince charmant, rétorqua Shikamaru.

-        Ah non ! Répondit fermement la jeune femme en face de lui. On sait très bien que le prince charmant n’existe pas, lança-t-elle. Moi, je pense qu’on attend juste qu’un garçon nous rende heureuse et nous accepte avec nos défauts, expliqua-t-elle.

-        Ça sera un sacré travail de supporter ton caractère, répondit Shikamaru.

Temari aurait pu mal prendre cette remarque mais elle s’aperçut que le shinobi de Konoha souriait et la taquinait.

-        Je suis contente d’avoir des défauts sinon je serais vraiment ennuyeuse, commença Temari.

-        Mais tu as aussi de nombreuses qualités, coupa Shikamaru.

-        Ah bon, lesquelles ? Demanda Temari étonnée.

Shikamaru resta silencieux face à cette question et se mis à réfléchir à ce qu’il pouvait répondre. Devant son silence, Temari ne put s’empêcher de rire légèrement.

-        Tu ne m’en trouves pas ? Questionna-t-elle.

-        Mais si, répondit Shikamaru en regardant son cocktail. Sans réfléchir, je peux juste dire que tu es quelqu’un de généreux, attentionné envers les autres et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, commença le jeune homme. Tu crois en la justice et tu aides ceux qui en ont besoin. Tu es forte mais à la fois fragile ce qui te rends des plus humaines, ajouta Shikamaru en levant les yeux pour regarder la jeune femme.

Temari s’était mis à rougir légèrement et regardait avec des grands yeux surpris le jeune homme en face d’elle.

-        Ouah ! S’exclama Temari après quelques secondes pour se remettre de ses émotions. C’est l’un des plus beaux compliments qu’on m'ait fait.

-        Ah zut, répliqua Shikamaru. Je croyais que je venais de faire le meilleur.

-        Ça va tes chevilles, répliqua Temari en lui donnant un coup de pied.

-        Et qui as l’honneur de détenir ton plus beau compliment ? Demanda Shikamaru.

Le jeune homme semblait très curieux mais Temari ne s’en aperçut pas, toujours perturbée par les compliments que Shikamaru lui avait fait.

-        Gaara, avoua Temari. On ne dirait pas comme ça, mais mon frère sait faire des compliments magnifiques, ajouta la jeune femme.

Shikamaru approuva de la tête et semblait soulagé. Un nouveau silence s’installa entre les deux amis : il fut perturbé par le serveur qui amena leurs plats. Temari se retrouva devant une assiette de steak au tofu accompagnée de légumes et Shikamaru une soupe miso aux maquereaux avec des algues au vinaigre.

Le jeune homme semblait ravi de goûter à son plat et annonça aussitôt que c’était délicieux.

-        Te voir aussi enthousiaste : ça n’a pas de prix, annonça riante Temari.

-        Et alors, je savoure ce que tu m’offres si gentiment, répliqua le jeune homme.

-        De rien, ça me fait plaisir, répondit Temari souriante.



Leur soirée se poursuivit calmement et les deux jeunes gens discutèrent de sujets diverses.

Leurs gênes mutuelles du début de soirée semblait s’être dissipée et les deux amis parlaient assez gaiement jusqu’à qu’ils aient fini leur dessert.

Temari attrapa le sac en papier qu’elle avait posé près de ses pieds et le tendit au jeune homme.

-        Joyeux anniversaire, annonça d’une voix chantante la jeune femme.

Shikamaru se trouva avec le sac, assez lourd, dans les mains sans savoir trop quoi faire : il était gêné que Temari lui ait fait un autre cadeau que ce dîner au restaurant.

-        Je ne peux pas accepter, commença le jeune homme.

-        Tais-toi et ouvre-le, coupa Temari menaçante.

Shikamaru se plia à la volonté de son amie et ouvrit avec lenteur le papier cadeau gris à l’intérieur du sac. Le jeune homme découvrit stupéfait son jeu de société préféré : le shôgi. Le shinobi passa délicatement sa main sur le tablier en bois finement travaillé. Les pièces du jeu de couleurs claires étaient composées de calligraphies agréables à voir.

Le jeune homme ne savait plus quoi dire et regarda Temari attendant une remarque de sa part.

-        Merci, lança sincèrement le jeune homme.

Temari se mit à applaudir discrètement tout en riant : elle était heureuse de voir que son cadeau avait plu au jeune homme.

-        Je dois te faire la bise pour te remercier, c’est ça ? Demanda Shikamaru.

La jeune femme approuva silencieusement de la tête. Shikamaru se leva de sa chaise alors que Temari le suivait du regard souriante. Le jeune homme appuya sa main sur la table et se pencha vers la joue de la kunoichi. Il sentit avec distinctement son parfum fleuri qui le captiva aussitôt. Il déposa un léger baiser sur la joue gauche de son amie et s’éloigna avec rapidité, comme brûlé.

Shikamaru se réinstalla sur sa chaise de façon nonchalante pendant que Temari souriait discrètement, heureuse comme jamais…



A l’autre bout du village, une musique entraînante se faisait entendre pendant que quatre jeunes femmes écoutaient riantes dans le salon de leur maison. Hinata et Tenten sautillaient sur les canapés pendant que Sakura riait encore de ce que venait de leur raconter Ino.

La veille, la représentante d’Aphrodite était allée au restaurant avec Sai et la soirée avait été un désastre total pour la jeune femme.

Pourtant, tout avait débuté merveilleusement bien : Sai était venue la chercher avec un bouquet de fleurs, avait choisi la meilleure table du restaurant et l’avait complimenté sur sa tenue. Alors qu’ils allaient entamer leur dîner, une simple bousculade intentionnelle avait entraînait une bataille générale de nourritures et de coups dans le si beau restaurant de la « Pierre de Lune ». Les deux jeunes gens avaient dû écourter leur soirée et Ino était rentrée sale et de très mauvaise humeur. La jeune femme était tellement déçue et énervée qu’elle avait mis toute la journée avant de le raconter à ses amies.

-        Ne t’inquiète pas, annonça Hinata en s’asseyant brutalement à côté de son amie. Je suis sûre que vous finirez par avoir un beau moment romantique.

-        On va faire en sorte d’en reproduire un autre, approuva Sakura.

-        Pas tout de suite, coupa déprimée Ino. J’ai l’impression que ma relation avec Sai va être semée d’embûches.

-        Ne dis pas ça, s’exclama Tenten. Vous êtes fait l’un pour l’autre !

-        Et bien je n’en ai pas vraiment l’impression avec ce qui m’est arrivée, répliqua Ino faisant rire légèrement ses amies.

-        J’ai une idée ! S’exclama Hinata.

-        Va-y, dis-nous tout, incita Tenten.

-        Vous ne devez pas partir Sai et toi à Konoha pour faire un rapport à Tsunade ? Demanda Hinata.

-        Mais oui ! S’écria toute excitée Sakura. Vous êtes les messagers pour Konoha.

-        On s’emballe pas, répliqua Ino. Il y a Naruto avec nous.

-        Ah zut ! S’exclama Sakura.

-        Ça n’empêche rien, souligna Tenten.

-        Oui, on peut quand même réfléchir à des stratégies d’approches ! Annonça toute contente Hinata.

Ses amies approuvèrent de la tête et Ino fut ravi de leur enthousiasme pour l’aider dans ses périples amoureux.



Quelques jours passèrent tranquillement dans le quotidien du village de Fuki et le temps plus gris du début du mois d’octobre fit son apparition.

Les ninjas messagers partirent pour plusieurs jours faire leurs rapports à leur Kage. Naruto, Sai et Ino se rendirent à Konoha pendant que Temari, Shikamaru et Sakura allèrent à Suna.

Le voyage pour Suna se passa bien pour le groupe de trois : Sakura fit le lien entre Temari et Shikamaru qui semblaient légèrement gênés quand ils se regardaient. La jeune femme aux cheveux roses commença à réfléchir à ce qu’elle pourrait faire une fois à Suna pour les laisser seuls.

Ils finirent par arriver aux abords de Suna en fin d’après-midi : le soleil commençait sa lente descente en disparaissant vers l’horizon tout en colorant le village de sable de nuances d’oranges.

-        C’est toujours un spectacle à couper le souffle, hein ? Remarqua Temari à ses deux amis face à la beauté du spectacle.

-        On se croirait dans un rêve, confirma Sakura en regardant les dunes de sables et les falaises autour de Suna.

-        Rassure-moi Temari, il va faire moins chaud ? S’inquiéta Shikamaru après sa douloureuse traversée dans le désert sous une chaleur insupportable.

-        Ça ne devrait plus tarder, rassura Temari en faisant signe aux gardes à l’entrée principale que les deux ninjas étaient avec elle.

-        On voit ton frère demain ? Demanda Sakura.

-        Oui, opina Temari. Ce soir, il est à l’inauguration d’une société, expliqua-t-elle.

Les trois amies poursuivirent leur chemin jusqu’à l’appartement de Temari ayant la gentillesse de les héberger pour leur séjour. Il était prévu que Shikamaru dorme dans la chambre d’amis et Sakura dans celle de Temari avec cette dernière.

Sakura trouva le prétexte de rester un certain temps dans la chambre de son amie pour ranger des « petites pièces d’instruments chirurgicaux » qu’elle devait fournir aux médecins ninjas de Suna, et qui s'étaient mystérieusement reversées dans son sac. Cette action permit à Temari et Shikamaru de rester seuls dans la salle à manger et de se mettre à discuter de divers sujets. Leur gêne du trajet commençait à se dissiper et ils se mirent à rires des remarques qu’ils se faisaient. Leur bonne entente se faisait de plus en plus ressentir et les deux appréciaient grandement la présence de l’autre. Leurs sentiments respectifs commençaient à évoluer et tendre vers quelques choses de plus profond et de plus sentimental. Et dire qu’il y a quelques années, leurs caractères opposés avaient failli ne jamais leur permettre d’être amis…

Kankuro fini par toquer à la porte pour passer la soirée avec eux, brisant ainsi l’instant magique que s’était crée les deux amis.

Le groupe de quatre finit par manger ensemble et Kankuro se permis de faire de nombreuses allusions et de sous-entendus sur les sentiments que pouvait éprouver sa sœur, obligeant Sakura à le menacer du regard pour le faire taire.

La nuit se passa sans incidents et les trois messagers allèrent faire leur rapport le lendemain matin au Kazekage sur la situation à Fuki.

Après avoir salué amicalement Gaara, ils s’installèrent autour de son bureau pour débuter leur réunion. Le jeune homme roux était allé enlever sa tenue de Kazekage pour se mettre à l’aise en présence des personnes qu’il considérait comme ses amis.

-        Quelles sont les nouvelles ? Questionna directement Gaara.

-        Pas de mouvement actuellement, répondit sa sœur.

-        Des groupes ont commencé à être envoyés près des rivières pour trouver les monstres aquatiques qui nous manquent, informa Sakura.

-        Combien en restent-ils ? Demanda le Kazekage.

-        Trois gorgones, quatre sirènes, une géante et un monstre à cent têtes, résuma Sakura.

-        Ça commence à diminuer, constata Gaara.

-        Oui mais ces derniers sont les plus intelligents, répliqua Temari.

-        Et donc les plus redoutables, continua la kunoichi de Konoha.

Gaara approuva de la tête alors qu’à côté de lui, Shikamaru prenait la parole.

-        Héra a donné ordre d’attaquer le village de Fuki, commença-t-il, cela veut donc dire qu’elle ne les a pas sous son emprise ? Remarqua-t-il.

-        Non, les derniers monstres ne veulent pas s’abaisser à ce niveau d’écouter une déesse, répondit Temari. Mais je pense qu’ils ne sont pas contre d’attaquer les représentantes qui sont dangereuses pour eux, ajouta-t-elle.

-        Donc, en gros ce n’est pas le village de Fuki qu’ils vont attaquer mais vous ? Demanda Shikamaru.

-        Il y a des chances, approuva Sakura.

Les jeunes gens poursuivirent leur réunion jusqu’à qu’il soit temps pour eux de laisser Gaara à ses fonctions. Le jeune homme leur proposa de manger le soir avec eux avant qu’ils ne repartent le lendemain matin pour Fuki.

Après avoir approuvé la proposition, Temari demanda à ses amies s’il voulait déambuler dans les rues de Suna pour faire des emplettes et profiter du beau temps en ce mois d’octobre. Shikamaru approuva de la tête, bien obligé de suivre son amie qui possédait les clefs de l’appartement où il logeait et où il aurait pu faire une sieste bien méritée.

-        Ah ! S’exclama soudainement Sakura. J’ai oublié, annonça-t-elle en tapant sa main sur son front, je dois aller voir le chef de service de traumatologie pour échanger avec lui.

-        Ça va te prendre longtemps ? Demanda Temari.

-        Sans doute, répondit Sakura calmement. Je mangerais là-bas, ça me fera l’occasion de parler aussi avec les équipes, ajouta-t-elle.

-        Tu nous retrouveras cette après-midi ? Questionna son amie.

-        Oui, pas de soucis, approuva Sakura avec un joli sourire.

Temari et Shikamaru commencèrent à partir du bureau pendant que Sakura demandait à Gaara où était l’étage de traumatologie. Alors que le jeune homme lui répondait, Sakura ne pu s’empêcher de soupirer, soulagée que ses deux amis soient partis et puissent profiter de quelques heures de tranquillité ensemble sans personne avec eux.

-        Il ne me semble pas qu’une rencontre devait se faire entre le chef de traumatologie et toi, remarqua tranquillement Gaara en regardant posément la jeune femme en face de lui.

Sakura lui fit un sourire crispée en signe de réponse.

-        J’ai un peu menti, avoua-t-elle en baissant les yeux gênée. Je voulais…

La jeune femme chercha ses mots pour donner une réponse convenable à Gaara, car elle ne savait pas s’il était au courant pour les sentiments de sa sœur.

-        Les laisser seuls, compléta Gaara en souriant.

-        Oui c’est ça ! S’exclama ravi et avec plein d’entrain la jeune femme. Tu es au courant ? Demanda-t-elle aussitôt.

-        Temari me l’a avoué, répondit Gaara en remettant droit quelques piles de dossiers sur son bureau.

-        Génial, on va pouvoir s’allier pour les mettre ensemble, répliqua Sakura contente.

Gaara la regarda toute joyeuse pendant quelques secondes avant de prendre la parole.

-        Et si je n’aime pas Shikamaru, on fait quoi ? Remarqua le Kazekage alors que la jeune femme en face de lui se figeait.

-        Et bien, on… enfin, je, commença à marmonner Sakura prise au dépourvu par cette remarque.

Le Kazekage laissa la jeune femme paniquer quelques instants assez amusé par sa gêne et l'anxiété qu’affichait son visage. Il commençait à apprécier les rapides changements d’états émotionnels que pouvait avoir la kunoichi alors qu’elle semblait si calme et sérieuse d’extérieur. Gaara décida, après un certain temps, d’abréger l’angoisse de la jeune femme.

-        Je rigole, Sakura, annonça de sa voix calme Gaara.

La jeune femme se figea face à sa remarque avant de se mettre à rire.

-        Tu m’as fait peur, avoua-t-elle en donnant un léger coup sur le bras de Gaara. J’ai vraiment cru que tu n’aimais pas Shikamaru.

-        Qui sait, répondit Gaara en haussant les épaules, tant que ma sœur est heureuse, je serais heureux pour elle.

-        C’est vraiment gentil de ta part, commenta Sakura qui aurait bien voulu un frère comme cela.

Au moins, elle avait un ami très compréhensible ce qui allait l’arranger pour caler sa chère Temari avec le shinobi de Konoha.

-        Et sinon, tu vas faire quoi cette après-midi ? Questionna le Kazekage curieux.

-        Il y a un endroit où je peux me cacher quelques heures ? Demanda presque suppliante Sakura ne sachant quoi faire.

Le Kazekage réfléchit quelques instants avant de donner une réponse.

-        Tu peux rester dans mon bureau, proposa-t-il. Je vais donner les missions à mes ninjas dans une autre salle, précisa-t-il.

-        Je ne vais pas rester dans ton bureau ! S’exclama Sakura.

-        La vue est belle, il y a des bouquins et l’air climatisé, répliqua Gaara en faisant céder petit à petit la jeune femme.

-        Bon d’accord, répliqua Sakura en posant son sac sur un côté du bureau. Merci de me donner asile.

La jeune femme tira sa petite chaise sur une extrémité du bureau et sorti un petit carnet sous le regard observateur de Gaara.

-        Tu ne veux pas t’installer sur ma chaise ? Demanda-t-il. Tu serais sans doute mieux.

Sakura regarda l’imposante chaise noire du Kazekage et fit une grimace pour montrer que jamais elle n’oserait s’asseoir sur la chaise d’un dirigeant de village : c’était une question d’honneur et de respect pour elle.

-        Ça ne va pas la tête, marmonna la kunoichi en se plongeant dans ses notes.

Gaara ne put s’empêcher de sourire face à ce petit bout de femme au caractère bien trempé.

-        Si tu ne sais pas quoi faire, remarqua Gaara, tu peux lire la pile de dossier de droite et me donner ton avis.

Sakura regarda la pile de dossier en question avant de tourner son regard pétillant vers le jeune homme.

-        Tu veux que je fasse ton travail à ta place ? Demanda-t-elle malicieusement.

-        C’est le prix à payer pour rester dans mon bureau, répliqua sérieusement le Kazekage.

La jeune femme pouffa de rire avant d’attraper le premier dossier sur la pile. Gaara pu donc se rendre sereinement à son emploi du temps : il venait de trouver quelqu’un pour faire une partie de sa paperasse pour la journée.



A plusieurs kilomètres du village de Suna, dans le pays de la Rivière, Tenten était partie en reconnaissance le long d’une grande rivière avec Matsuri. Les filles essayaient de chercher des signes afin de savoir si des sirènes se trouvaient dans le coin. Des personnes avaient fait remonter d’inquiétantes disparitions d’hommes présageant sans doute des futures attaques.

Les deux filles décidèrent de monter une expédition plus poussée quand Ino, Temari et Sakura seraient rentrées à Fuki. Elles rentrèrent donc au village et croisèrent Kiba et Hinata discutant ensemble. Kiba était en train de prendre des notes pour se rappeler des conseils que lui donnait sa coéquipière sur les cours.

Matsuri et Tenten ne purent s’empêcher de se faire un sourire entendu face aux deux jeunes gens s’entendant si bien.



Quelques jours plus tard, les représentantes étaient de nouveau réunit dans le majestueux temple blanc au centre de Fuki.

Elles étaient toutes couchées en étoile à contempler le plafond coloré. Temari était en train de leur raconter son séjour à Suna et son moment privilégié avec Shikamaru.

Elle énonça toute excitée que le jeune homme avait remis une mèche de ses cheveux derrière son oreille, et qu’il l’avait tellement regardé intensément qu’elle avait cru qu’il allait l’embrasser.

-        Mon cœur a failli s’arrêter, annonça Temari.

-        Tu m’étonnes ! S’exclama toute contente Matsuri en se mettant en position assise.

-        Et tout ça grâce à moi ! Commenta Sakura en levant sa main en l’air tout en faisant le signe de la victoire.

-        Merci ô grande Sakura de m’avoir permis de rester seule avec Shikamaru, lança sérieusement Temari.

-        De rien mon enfant, répliqua Sakura satisfaite.

-        Mais au fait, tu as fait quoi pendant ce temps alors ? Demanda Hinata.

-        J’ai fait la paperasse du Kazekage, informa Sakura en se mettant en tailleur. Et après il est venu discuter avec moi. On a cherché à faire en sorte de vous laisser discuter ensemble pour le repas du soir.

-        Je me disais aussi que vous vous étiez mis à discuter de trucs bizarres, souligna Temari.

-        Je plaide coupable ! Avoua riante Sakura.

-        Et comment vous avez fait pour que Kankuro ne vienne pas ? Questionna Temari.

-        Il faudra que tu demandes à Gaara, répondit Sakura. Je ne suis au courant de rien.

Temari se mit à rire, persuadée que son petit frère avait dû menacer Kankuro pour qu’il ne soit pas venu dîner avec eux.

-        Bref, et si on se mettait d’accord pour l’expédition du « renvoi des sirènes », coupa Ino alors que ses amies approuvées de la tête.

-        Il faut que tu en fasses partie Ino, lança souriante Matsuri. Selon Perséphone, elles sont très belles malgré leur queue de poisson.

-        Et leur tendance à manger les hommes, compléta Hinata.

-        Je suis volontaire ! Informa Tenten en levant la main.

-        Donc ça fait deux personnes, observa Sakura. Faut-il que je vienne ?

-        Ça serait bien qu’un médecin nous accompagne pour notre sécurité, approuva Tenten. L’eau n’est pas notre terrain de prédisposition, ajouta-t-elle.

-        Je viendrais alors, confirma Sakura. Temari, Hinata et Matsuri vous resterez donc à Fuki et maintiendrez notre dispositif de sécurité, interpella-t-elle.

Les trois filles approuvèrent de la tête.

-        Je vais devoir me séparer de Sai pendant quelques jours, soupira Ino.

-        T’inquiète, lança Hinata. On va faire en sorte qu’il t’accueille comme il se doit !

-        Vous êtes vraiment des amies, sourit Ino pendant que Matsuri et Hinata se tapaient dans les mains.

Tenten regarda ses amies rirent mais elle était plongée dans ses pensées.

La jeune femme commençait à réfléchir un peu trop à sa relation avec Nastu depuis que Sai lui avait posé une question sur sa signification. Elle savait qu’elle aimait le jeune homme mais ses sentiments oscillaient de plus en plus entre amoureux ou amicaux. Pourtant, elle adorait toujours autant passé du temps avec Natsu et rire avec lui. Mais quelque chose au fond d’elle-même lui criait de revoir ses intentions sentimentales envers le jeune homme.

Tenten pensa que cette sortie en dehors du village lui ferait peut être du bien : cela faisait quelques temps qu’elle n’avait pas participé à des missions extérieures.

-        Au fait, on a qu’à emmener Sai ? Proposa Sakura.

-        Il ne pourra pas intervenir, répliqua Ino.

-        Il aurait pu revoir ta force et ta beauté, ajouta Hinata.

-        Non, répondit catégoriquement Ino. On a dit qu’on ne les ferait pas venir.

-        Oui, oui, on sait, répondit Matsuri en levant les yeux au ciel.

-        On fait ça pour toi, confia Sakura.

-        Ça va me déconcentrer, rétorqua Ino.

-        D’accord, d’accord, lança Sakura.

-        Ah au fait ! S’exclama subitement Matsuri. Il y a eu une demande de livraison de plantes pas très loin du périmètre où vous allez, informa-t-elle. Vous pouvez accompagner les livreurs au passage ? Demanda-t-elle. Cela évitera que trop de représentantes soient en dehors du village.

-        Va pour faire de l’escorte, répondit Ino.

Tenten et Sakura approuvèrent de la tête et toutes les filles se mirent d’accord pour l’expédition qui débuterait dans deux jours.

Le lendemain matin, Naruto était allé discuter avec Sakura dans les serres. Il aidait la jeune femme à tenir un panier pendant qu’elle choisissait certaines plantes pour en faire des antidotes.

-        Vous partez loin ? Demanda-t-il en faisant référence à son futur départ.

-        Non, on sera à une demi-journée environ, répondit Sakura.

-        Et on ne peut pas vous accompagner ? Questionna intéressé Naruto en faisant des yeux doux à sa coéquipière.

-        Non, répondit catégoriquement Sakura en lui jetant un peu d’eau au visage faisant râler le jeune homme.

-        Tss ! S’exclama-t-il. Ce n’est pas drôle, il y a que vous qui avez le droit d’aller tabasser ces monstres.

-        Parce qu’on est les seules à pouvoir le faire, répliqua Sakura. Et je t’assure que je m’en passerais, ajouta-t-elle. J’ai un emploi du temps plus que chargé et d’autres projets à faire.

Naruto regarda quelques instants sa coéquipière avant de s’asseoir près d’elle.

-        Tu sais, commença-t-il. Je suis impressionné par ce que tu es devenu et ce que tu arrives à faire, avoua-t-il faisant stopper Sakura dans son activité. J’ai l’impression que tu te diriges vers un futur prometteur alors que moi je n’avance plus : je suis tellement jaloux.

Devant l’air un peu triste de son coéquipier, Sakura décida de s’asseoir à côté de lui et de poser sa tête sur son épaule pour le réconforter. La jeune femme prit quelques secondes à réfléchir à sa réponse et à choisir les bons mots.

-        Je vais t’avouer quelque chose Naruto, informa-t-elle. C’est moi qui suis la plus jalouse de toi, lança-t-elle. Tu es fort et tu possèdes ce petit truc qui fait que tout le monde te fais confiance et avance vers toi sereinement. Tu es le plus incroyable des garçons que je connaisse, continua-t-elle. Tu es droit, juste et tu ne fléchis pas face à l’adversaire pour crier haut et fort tes valeurs.

Naruto attrapa la main de sa coéquipière et cala sa tête contre la sienne.

-        Tu avances dans l’instant présent Naruto, annonça Sakura. Tu profites de chaque instant car tu sais qu’ils sont précieux. Et tu prends soin de tes amis car ils sont pour toi ta famille et ton énergie. Sois fière de ce que tu es, finit par dire la jeune femme. Tu seras le plus surprenant et le meilleur des Hokages.

Naruto se mit à rire content et donna un baiser sur la joue de sa coéquipière pour la remercier. Leur instant de complicité fut interrompu par Sasuke et Sai qui venaient de rentrer dans la serre pour les voir.

Le jeune homme fit un clin d’œil à son amie avant de prendre la parole.

-        Ah les mecs ! S’exclama-t-il. Vous venez de gâcher notre déclaration d’amour mutuelle. Viens Sakura, fuyons !

Sakura ria enjouée et fit semblant de suivre Naruto sur quelques pas pour imiter une fuite de deux amoureux.

-        Arrêtez vos bêtises, coupa Sasuke en tirant Sakura par le bras pour la ramener vers lui.

Il lança un regard noir à Naruto pendant que la jeune femme se dégageait et le regardait étonné face à son comportement. Sai fit une diversion intentionnelle en questionnant Naruto sur le comportement étrange de Sakura et lui.

-        On se montrait notre merveilleuse amitié, répondit Naruto. Tu veux que Sakura te sers aussi dans ses bras ?

-        Je ne voudrais pas mourir étouffé ! Répliqua Sai sans une once de plaisanterie.

Sa remarque lui valut un poing de Sakura bien placé sur la tête : Sai râla pour la forme et se plaignit à Naruto. Les deux jeunes hommes abordaient un sourire heureux qui adoucit le regard de leur coéquipière.

Sakura était heureuse de voir que l’équipe sept était réuni et s’entendait aussi bien.

-        Et sinon, vous n’avez pas un travail à faire au lieu de venir toujours m’embêter ? Demanda la jeune femme en croisant ses bras sur sa poitrine en les fixant avec insistance.

Les trois garçons décidèrent de quitter précipitamment leur coéquipière pour se rendre à leur poste de la journée.



Instant d’Amitié

Bonheur partagé

Deux jours plus tard, Tenten était adossée à la porte d’entrée du village et attendait avec impatience les personnes l’accompagnant en dehors de Fuki. Ino ne tarda pas à la rejoindre et la salua d’une élégante révérence pour s’excuser de son retard de dix minutes.

-        Tu n’es pas si en retard que ça vu que les autres ne sont toujours pas arrivés, lança Tenten en sortant des biscuits de son sac pour les grignoter en attendant.

-        J’ai croisé Sai et j’ai voulu discuter quelques instants avec lui, expliqua la jeune fille blonde.

-        Comment se passe ton nouveau plan d’attaque ? Questionna Tenten intéressée par les péripéties amoureuses de son amie.

-        Je ne sais pas si c’est moi, mais j’ai l’impression qu’il s’intéresse un peu plus à moi, avoua Ino.

-        Les filles font un magnifique travail de fond pour le faire réagir, dit Tenten.

-        J’ai des amies en or, confirma Ino.

Les deux jeunes femmes discutèrent encore quelques instants avant que Sakura ne se jette sur Ino pour la surprendre. Cette dernière était d’humeur très joyeuse en ce début de matinée. Elle était accompagnée des deux transporteurs aux sacs chargés de plantes médicinales rares : Tenten eu la surprise de voir que Neji allait faire partie de leur excursion.

-        Tu ne me l’as pas dit que tu venais avec nous ! S’exclama Tenten.

-        Je le sais que depuis trente minutes, se justifia Neji.

Le beau visage du jeune homme exprimant la sincérité ce qui confirma pour Tenten qu’il disait la vérité. La jeune femme observa rêveusement ses traits réguliers et ses longs cheveux noirs se balançaient légèrement au gré du vent et bloqua physiquement et psychologiquement sur son coéquipier. C’était maintenant sûr : elle trouvait Neji vraiment craquant. Elle se demandait pourquoi elle ne s’était jamais aperçue de sa beauté si particulière, en plus de son habituel caractère travailleur et attentionné envers ses amies.

-        Notre deuxième transporteur s’est cassé la jambe en voulant passer par un raccourci sur les toits, expliqua Sakura en coupant Tenten dans ses pensées, Neji me la gentiment amené et je lui ai proposé de prendre sa place.

-        Me voilà embarqué dans votre voyage, annonça le jeune homme aux yeux blancs.

-        J’ai l’impression que tu avais envie de dire « pour le meilleur et pour le pire », rajouta Ino en riant.

-        N’est-ce pas toujours le cas avec vous, remarqua le jeune transporteur accompagnant Neji.

-        Tu es toujours revenu vivant de tes excursions avec nous Jay, s’exclama Sakura.

Le jeune homme brun aux yeux noirs pétillants et au corps très avantageux se mit à rire franchement.

-        Si on enlève les rencontres surprises avec des monstres grecs ou des ninjas tueurs, c’est vrai que votre compagnie est agréable, confirma Jay.

Sakura tapa dans le dos du jeune homme et l’incita d’un signe de tête à poursuivre leur chemin en marchant côte à côte.

Le petit groupe parti assez joyeusement du village pour le quitter quelques jours.

Quelques heures plus tard, Hinata et son coéquipier Kiba se retrouvaient à l’Académie de ninjas pour parler de leurs grands élèves après le cours qu’ils venaient de donner.

-        J’ai adoré ta démonstration, remarqua Hinata en pouffant légèrement de rire.

-        Ne te moque pas ! Répliqua Kiba mécontent en croisant ses bras sur son torse. Ce n’est pas de ma faute si Akamaru m’a fait tomber.

-        Tu n’es pas censé avoir de super réflexes et ne pas te vautrer avec aussi peu d’élégance ? Taquina la jeune femme.

Son coéquipier resta quelques secondes interdit face à sa remarque. En voyant son air surpris, Hinata demanda ce qu’il avait.

-        Ça fait bizarre d’entendre de ta bouche le mot « vautrer », expliqua le jeune homme. D’habitude tu es plus…

-        Raffinée ? Polie ? Effacée ? Questionna la jeune femme. Il faut croire que je ne suis plus la petite fille à la timidité maladive que j’étais, informa-t-elle en ouvrant son classeur pour prendre ses notes sur ses élèves.

-        Je ne t’ai jamais trouvé effacé, répliqua Kiba en s’asseyant sur une chaise tout en regardant intensément sa coéquipière. Tu as toujours été une fille bosseuse et prête à dépasser ses limites pour aller de l’avant.

-        Merci pour le compliment, lança Hinata en rougissant légèrement.

Il était rare qu’un garçon lui fasse ce genre de remarque et elle était un peu embarrassée et prise au dépourvue. Elle proposa à Kiba de faire le point sur le niveau de leurs élèves et ajuster leur programme en fonction.

-        Comment trouves-tu le groupe qu’on a comparé à ceux que tu avais avant ? Questionna Kiba.

-        Vu que c’est quasi le même groupe, je dirais meilleur, informa Hinata. On leur a déjà donné des bases solides donc ça fait du travail en moins pour cette année, souligna-t-elle satisfaite.

-        Oui, oui, on sait que vous êtes les meilleures professeurs et qu’on arrivera jamais à vous surpasser, annonça Kiba.

-        C’est bien, tu as retenu ta leçon, félicita la jeune femme en applaudissant.

-        Attention tes chevilles enflent, remarqua le jeune homme.

Hinata lui tira la langue avant de plonger dans ses notes. Les deux amis prirent le temps d’échanger et de rire ensemble avant de se séparer pour rentrer dans leur domicile.

Un jour plus tard, Tenten, Sakura, Ino et les deux garçons les accompagnants marchaient le long d'un petit fleuve au courant assez important.

Alors que Tenten était en train de dire aux deux garçons que ce n’étaient pas une bonne idée d’avoir accepté qu’ils les suivent à la chasse aux monstres, Ino et Sakura discutaient discrètement de plan d’attaque amoureux.

-        Ça va finir par me rendre folle qu’il soit aussi peu intéressé par moi, avoua Ino en soupirant.

-        Sai est particulier, répondit Sakura. Au moins, il te permet de te rendre compte de ce que tu fais endurer à tous les jeunes hommes qui te déclarent leur amour.

-        Souris pas comme ça, reprocha Ino en voyant son amie s’amuser de ses péripéties amoureuses.

-        C’est douloureux les amours à sens unique, continua Sakura en sachant de quoi elle parlait.

-        Tu me parles de Sasuke et toi ? Questionna Ino.

Ino savait que son amie avait été très attachée au jeune Uchiwa et qu’elle avait mis du temps à se remettre de sa trahison, et de tout ce qu’il avait fait endurer à l’équipe sept. Elle avait vu son amie pleurer, descendre doucement une pente sombre avant de réussir à se reprendre en mains et sourire à la vie.

Ino aimait énormément la jeune femme aux cheveux roses pour avoir relevé la tête et être devenue la femme qu’elle était en ce moment : médecin ninja surdouée, redoutable kunoichi et amie sincère.

-        Oui, mais c’est le passé, informa Sakura face à sa relation avec le jeune homme. Maintenant, je considère Sasuke comme un de mes meilleurs amis.

-        Oui, oui, je sais, répliqua Ino. Mais maintenant que tu n’es plus amoureuse de lui, faudrait penser à retomber amoureuse.

-        Ce n’est pas dans mon programme, précisa Sakura. Si on en revenait à Sai ? Proposa-t-elle.

-        Oui, approuva Ino. Comment faire pour qu’il réagisse un peu plus face à moi. Tu crois que tu pourrais concocter un filtre amoureux ?

-        ça ne serait pas un vrai amour, remarqua Sakura.

-        Ouais, tu as raison, opina Ino.

Les deux filles restèrent quelques secondes silencieuses.

-        Tu devrais rester telle que tu es, déclara Sakura. Je suis sûre que Sai est intéressé par votre relation spéciale.

-        On n’a pas de relation spéciale, répliqua Ino. Il fait simplement ce qu’on lui dit car il croit que cela lui permettra de mieux comprendre l’amitié.

-        Depuis le temps que je le connais, commença Sakura, il y a eu beaucoup d’évolution dans ses sentiments et je suis sûre qu’il comprend les sentiments amoureux. Il joue de son ancienne ignorance sur les émotions pour observer celles des autres.

-        Sai serait manipulateur ? Questionna Ino.

-        Supposition, répliqua Sakura riante.

-        Mais ça me fait réfléchit, informa la jeune femme blonde.

Ino marmonna des phrases incompréhensibles et sembla plonger quelques instants dans ses réflexions.

-        Et si tu lui offrais quelque chose de particulier pour son anniversaire ? Proposa Sakura.

-       Et quoi ? Demanda Ino. D’ailleurs, je n’ai jamais réussi à connaître sa date de naissance, ajouta-t-elle mécontente.

-        Le 25 novembre, précisa Sakura.

Ino la regarda surprise.

-        Quoi ? Demanda la kunoichi aux cheveux roses.

-        Tu connais sa date de naissance ! S’exclama Ino. Il n’a jamais voulu me la dire !

-        Je suis sa coéquipière, précisa Sakura en haussant les épaules. Et Naruto a déjà essayé avant toi et s’est montré très persuasif.

-        Trop bien ! S’écria Ino ravi. Qu’est-ce que je vais lui offrir ? Demanda-t-elle soudainement angoissée.

-        A toi de chercher, rétorqua Sakura. Moi, j’ai fait ma bonne action de la journée.

-        Tu n’as pas une idée ? Supplia la représentante d’Aphrodite.

-        C’est à toi de trouver, répéta Sakura en ne cédant pas d’un pouce aux yeux suppliants de son amie.

-        Et si je…

Ino fut coupée dans sa demande par un mouvement brusque de la part de Tenten devant elles. Son amie venait d’assommer le transporteur Jay, et essayait de retenir Neji qui semblait vouloir se jeter dans le fleuve.

Les deux représentantes se précipitèrent vers elle pour l’aider à maîtriser le jeune homme alors qu’elles entendaient le son de clochettes confirmant la présence d’un monstre grec proche des représentantes.

-        Ça doit être une sirène, lança Tenten.

Sakura établit un bouclier protecteur autour de Neji le protégeant ainsi du chant de la sirène que seul les hommes pouvaient entendre et qui les poussaient à plonger dans l’eau.

-        Pourquoi tu as assommé Jay ? Questionna Sakura penchée sur le garçon.

-        C’était plus rapide de l’assommer que d’établir un bouclier, informa Tenten en scrutant inquiète Neji qui reprenait peu à peu ses esprits.

Le jeune homme semblait confus et ne se souvenait plus pourquoi il avait voulu se jeter dans le fleuve.

-        Je l’ai en visuel, annonça Ino en apercevant une belle créature proche de la berge.

Avant même qu’Ino n’est pu tenter de prendre possession de son esprit, la magnifique sirène blonde au buste de femme, et à la queue de poisson, plongea dans le fleuve faisant siffler de colère la représentante d’Aphrodite : elle allait devoir se mouiller les cheveux et allait finir toute décoiffée en la suivant.

Tenten et Ino plongèrent dans une parfaite synchronisation laissant Sakura et Neji sur la berge.

-        Je vais vous aider ! S’exclama Neji en ayant les idées un peu plus claires.

-        Tu restes avec Jay et vous vous éloignez de ce fleuve, répondit Sakura en enlevant son blouson fin blanc. C’est un ordre, précisa la jeune femme en regardant droit dans les yeux Neji qui approuva de la tête.

Sakura plongea alors à son tour dans l’eau et tacha de rattraper ses amies.

Ces dernières avaient entamé leur combat pour renvoyer la sirène dans son monde et la tâche allait être particulièrement dure dans un premier temps, car la sirène arrivait à manier à sa guise l’eau en créant de dangereux courants, et ensuite, car elle n’était maintenant plus seule mais accompagnée d’une autre éblouissante sirène.

Les filles arrivaient à respirer dans l’eau grâce à leurs pouvoirs mais le terrain était assez désavantageux pour elles. Sakura finit par les rejoindre ce qui leur permit de combiner des attaques pour faire plier les deux sirènes.

La représentante d’Artémis tenta d’envoyer des explosifs, spécialement conçus pour exploser dans l’eau, et ainsi réduire le champ visuel des monstres grecs. Cette action permis à Ino de prendre possession de l’esprit d’une sirène qui lui donna du fil à retordre : la créature semblait avoir une force mentale hors du commun. Sakura en profita pour attraper la sirène en se saisissant de sa nageoire pour la projeter avec force hors de l’eau. La représentante d’Athéna se précipita vers la sirène et tenta de l’approcher sur son terrain de prédilection : la terre. Il fallut plus de cinq minutes à Sakura pour l’assommer et prononcer les formules pour la renvoyer dans son monde.

La kunoichi aux cheveux roses observa avec satisfaction les petites boules de lumière qui montaient élégamment vers le ciel là où se situait le monstre grec il y a quelques secondes.

Son attention fut soudainement ramener à la réalité quand elle entendit un cri de détresse qui lui glaça le sang. Sakura se retourna et aperçut sur la berge de l’autre côté du fleuve Neji en train de faire un massage cardiaque à Tenten, pendant qu’Ino était en désavantage face à la deuxième sirène qu’elle essayait de maintenir hors de porté des deux coéquipiers de l’équipe neuf.

Sakura ne se posa même la question de savoir pour le jeune homme aux yeux blancs était revenu et lui confia mentalement son amie Tenten, avant de plonger dans l’eau pour aider Ino à combattre la dernière sirène.

Sur la berge, Neji était agenouillé à côté de Tenten et effectuait des compressions rapides, les bras tenus et les coudes bloqués, pour faire recracher l’eau contenue dans les poumons de son amie.

-        Ne me laisse pas Tenten ! S’écria Neji en continuant activement le massage cardiaque. Respire ! Respire ! RESPIRE !

L’angoisse montait peu à peu le long du corps du jeune homme qui voyait que la jeune femme ne réagissait toujours pas. Ses pensées se bousculaient dans sa tête rapidement : il fallait qu’elle respire ! Elle ne pouvait pas le quitter !

Tenten était forte et surprenante : elle ne se laisserait pas avoir si facilement ! Il voulait encore la voir sourire, rire avec elle, discuter de sujets insignifiants, partager des moments simples et la serrer dans ses bras sans se retenir et sans penser au lendemain.

Que ferait-il si elle n’ouvrirait plus jamais les yeux : il n’avait pas pu lui dire qu’il l’aimait bien plus qu’une amie. Il ne voulait pas qu’elle meurt dans ses bras sans qu’il lui ait dit tout ce qu’il avait sur le cœur.

-        Allez Tenten ! Tu vas respirer ! Tu ne vas pas me laisser !

Il allait devenir dingue : pourquoi ne respirait-elle pas ?

-        TENTEN ! S’écria-t-il une nouvelle fois.

Et là, enfin, sa coéquipière cracha l’eau dans ses poumons qui fit souffler de soulagement le jeune homme. Neji positionna la tête de la jeune femme sur le côté pour qu’elle puisse évacuer l’eau retenue dans son corps avant de la serre dans ses bras, aussi fort qu’il le pouvait, tout en enfouissant sa tête dans son cou.

Tenten dans ses bras était confuse et ses poumons la brûlaient comme jamais, mais elle serra, de ses bras faible, son coéquipier qu’elle apercevait sous un nouveau jour.

-        Tu m’as fait peur, murmura Neji.

Tenten sourit faiblement et serra un peu plus le jeune homme dans ses bras. Elle avait mal et elle était fatiguée mais tant pis, elle se sentait bien au côté de Neji à ce moment-là c’était tout ce qui l’importait.

Sakura et Ino revinrent au bout de quelques minutes, après avoir enfin renvoyé la deuxième sirène, et trouvèrent les deux coéquipiers serraient étroitement dans leur bras.

La médecin ninja posa délicatement sa main sur l’épaule de Neji pour qu’il s’écarte et qu’elle puisse examiner son amie.

Neji s’éloigna à regret et s’assit un peu plus loin à côté d’Ino qui essorait ses vêtements trempés. La représentante d’Aphrodite tapota sur la tête de Neji et le félicita d’être revenu malgré les ordres.

-        Tu as bien réagit, bravo, lança Ino.

Neji resta silencieux faisant soupirer Ino face au retour du mutisme du jeune homme.

Il s’apercevait, encore plus aujourd’hui, que ce que faisait les représentantes et ce qu’elles combattaient était d’un niveau bien supérieur à ce qu’il croyait bien dangereux. Il réalisait qu’elles avaient dû frôler plusieurs fois la mort pour protéger le monde des ninjas.

-        Ne fait pas cette tête, continua Ino. Tenten va bien maintenant.

Neji approuva lentement de la tête.

-        Je sais, répliqua Neji. J’ai juste eu peur de la perdre.

Ino ne fit aucun commentaire et s’assit à côté du jeune homme.

-        Ah et j’ai envie de te dire, commença Ino, tu devrais maintenant t’inquiéter de Sakura.

-        Pourquoi ? Demanda surpris Neji.

-        Même si ton aide a été précieuse, tu as désobéit à ses ordres, souligna la jeune femme blonde. Et je n’aimerais pas être à ta place…

Neji déglutit difficilement quand il vit le regard noir que lui lançait Sakura en arrivant comme une furie vers lui.

Il allait subir les conséquences de ses actions…

Cette vie que l’on m’a offerte ne tiens qu’à un fil

Elle est angoissante et merveilleuse

Belle et terrible

Et me plonge dans un méandre de pensées

O.o. Fin du chapitre dix.o.O
Prochainement le chapitre 11 : Histoire de Cœur