L'union? Mouais

par pouletfree

Hello everybody ! (matez le bilingue)

Quatrième chapitre de cette fic qui commence à vraiment me tenir à cœur et qui occupe mes pensées à peu près 25h sur 24. Je ne dors plus, je passe mon temps à écrire, mes murs sont recouverts de manuscrits, je fais pipi dans des bocaux et je les garde sur une éta…

Hum…reprenons.

Dans le chapitre précédent, j’ai introduit dans ma fic le principe du « précédemment dans… ». Vous pouvez trouver ça un peu pompeux (j’ai hésité à le mettre parce que je trouve que ça fait le gars qui se prend trop au sérieux) mais je me suis dit que c’est pas la seule fic que vous lisez et que par conséquent en quinze jours il est tout à fait possible que vous ayez oublié ce qu’il y avait dans le chapitre précédent. Donc, ce n’est absolument pas par prétention que j’ai mis ça dans ma fic, qu’on se le dise ! Sur ce…

Bonne lecture vous qui me lisez !



Précedemment dans Buddy or Not : Le duo, et notamment Shikamaru, a été secoué par leur intervention sur un cas de violences conjugales. Malgré cela, malgré quelques tensions et quelques piques, leur premier jour en tant qu’équipiers s’est plutôt bien passé.



_ Cogne moi.

_Hein?

Deuxième jour dans la police de Leafville…Shikamaru n'était déjà pas un lève-tôt à la base, mais quand en plus on lui demandait de venir une heure et demi plus tôt au travail pour faire du sport, ça faisait un peu beaucoup… Et là, l'air de rien, son "agréable" coéquipière lui demandait de la cogner. Comme ça, de but en blanc. Une belle matinée en perspective...

_Pourquoi je vous frapperai? demanda-t'il avec un air de "putain qu'est-ce que je fous là?".

_Parce que je te le demande, répondit Temari sans sourciller.

Le brun soupira. Qu'est-ce qui lui avait pris de devenir policier dans cette ville de dingue. Taper une fille, et puis quoi encore? Déjà se battre contre un homme était pas le genre de truc qui le faisait particulièrement vibrer, mais en plus contre une fille, c'était encore moins intéressant. Non pas qu'elles étaient plus faibles que les hommes hein! Enfin...si en fait.

_Non, je vous frapperai pas, refusa-t'il d'un ton sans appel.

Elle croisa les bras, visiblement agacée.

_Ecoute, je te demande juste une heure et demie de ton temps par semaine pour t'entrainer. Hors de question que je me trimballe en mission une loque qui s'écroule dès qu'elle se prend une droite dans le pif. Je suis peut-être ta coéquipière mais AUSSI ta supérieure, alors je suis tout à fait autorisée à te botter le cul si jamais tu me désobéis. Donc?

S’il y avait bien quelque chose qu'elle détestait, c'était les gens fainéants et inactifs. Et là, franchement, c'était un sacré spécimen qui se trouvait devant elle. Rien que son air endormi suffisait à agacer la jeune femme au premier regard. Il devait bouffer des somnifères comme des smarties, c'était pas possible autrement ! Quant à Temari, elle s'était levée tôt et avait déjà fait un jogging pour s'échauffer avant d'arriver au gymnase. Le sport était plus qu'important pour elle, c'était vital.

_Non mais sérieux, protesta-t'il, je vous empêche pas de vous entrainer mais laissez-moi tranquille!

Bon okay, ce gars avait sérieusement besoin d'apprendre à se bouger les fesses. Sans crier gare, Temari s'élança en avant et lui asséna un coup de poing dans la mâchoire. Elle s'attendait à l'assommer mais il réagit de manière étonnamment rapide. D'un geste vif, il bloqua l'attaque avec son avant-bras et recula d'un pas. Ce réflexe aurait pu être impressionnant, si son visage n'affichait pas un air totalement ahuri.

_Non mais vous êtes dingue ou quoi? s'écria-t'il. Ca vous arrive souvent d'attaquer les gens sans raison comme ça?

Ca y est, Temari avait trouvé! Elle avait trouvé ce qui pourrait motiver un flemmard pareil!

_Ecoute, si tu t'entraines sérieusement avec moi une fois par semaine, je m'arrange pour que le commissaire te donne un jour de congé supplémentaire par mois.

Shikamaru réfléchissait. Il détestait le sport, surtout le matin. Alors en faire chaque semaine, c'était un sacré défi pour lui... Mais après tout, sacrifier quelques heures de sommeil contre une journée par mois loin de cette fille, ça valait le coup non? Il lâcha un soupir résigné et se mit en garde.

_Galère.

Elle prit ça pour un "oui" et attaqua la première, heureuse de pouvoir se défouler. D'après ce qu'elle avait vu, il avait tout de même quelques notions. Ca pouvait rendre l'entrainement plus intéressant. Elle visa les côtes avec un coup de pied, qui fut bloqué par le genou du brun. La main droite de ce dernier saisit rapidement la jeune femme par le t-shirt, tandis que la gauche s'emparait de son poignet droit. D'une rapide rotation accompagnée d'une poussée des bras, il la projeta au sol. Médusée, Temari se mit sur les fesses et le fixa.

Okay, c'était clair, elle l'avait sous-estimé. Elle pensait y aller doucement pour un premier entrainement mais ce gars avait l'air de savoir s'y prendre, alors pas de quartiers! Elle se leva d'un bond, une lueur nouvelle dans le regard.

_Eh bin, je sens qu'on n’est pas sortis de la semoule, se lamenta Shikamaru.

Elle repartit à l'attaque avec plus d'ardeur. Feinte de frappe avec son poing gauche, coup de pied dans la jambe droite de son adversaire. Le brun n'y vit que du feu. Il voulut parer le coup de poing avec son avant-bras, et sa cuisse opposée reçut le coup de plein fouet. La douleur fut aigue mais surmontable. Il serra les dents et attrapa la jambe de Temari, encore tendue, dans le but de la faire chuter de nouveau. Mais cette fois, elle se méfiait. S'appuyant sur ses mains, elle entreprit de frapper Shikamaru au visage avec sa jambe gauche, laissée libre. Cependant, il avait vu le coup venir, et se baissa pour l'esquiver. Dans la précipitation, il lâcha malencontreusement la cheville de la blonde, qui roula au sol pour se relever plus loin. Leurs regards se croisèrent. Le flegme du jeune homme face au sourire farouche de la jeune femme.

_Pourquoi elle sourit? se demanda Shikamaru. Elle est timbrée cette fille...

Elle s'élança de nouveau dans sa direction, prête au combat.

*******************************************************************************

_Puisque je te dis que je suis désolée, marmonna-t'elle d'un air qui contredisait totalement ses propos. J'ai pas fait exprès!

_Ouais bien sûr, votre poing s'est dirigé tout seul à cet endroit là, rétorqua-t'il avec mauvaise humeur.

_Dans la position où j'étais j'avais du mal à viser, c'est tout!

Ils sortaient tous deux du gymnase, douchés et changés. Temari avait l'air prête à éclater de rire, tandis que Shikamaru semblait en proie à une douleur plutôt vive au niveau d'une partie disons, très intime, de son anatomie masculine… Ils s'étaient battus pendant près d'une heure, jusqu'à ce que, prise dans une clef de bras, Temari donne un violent coup de poing dans l'entre-jambe de son partenaire. Même si ça semblait dur à croire, elle n'avait vraiment pas fait exprès! Allez viser correctement quand on vous tort le bras, vous verrez si c'est simple!

_Vivement mon jour de congé, grommela-t'il.

_Chochotte, murmura Temari trop doucement pour qu'il entende.

Elle avait apprécié s'entrainer avec quelqu'un de plutôt doué. Ca changeait de d'habitude. La plupart des policiers du commissariat estimait que l'entrainement au tir était le seul valable. Par conséquent, quand elle parvenait à convaincre miraculeusement l'un d'eux de l'affronter dans un combat amical, il n'était souvent pas à la hauteur. Avec Shikamaru c'était différent, il avait du potentiel, mais qu'est-ce qu'il était feignant... Temari n'avait jamais vu ça. Elle se demandait même si il n'était pas narcoleptique sur les bords.

Les deux policiers rejoignirent le bureau de Temari, qui était désormais leur bureau à tous les deux. Shikamaru s'était fait un plaisir de lui rappeler cet état de fait qui ne plaisait pas énormément à la blonde. Oui parce que déjà on lui colle un équipier inutile, et en plus il faut qu'elle partage SON bureau adoré avec lui! Il y a des claques qui se perdent…

Au fond d'elle, quand elle y réfléchissait, elle n'avait rien contre ce gars. Il n'était pas méchant, il n'était pas comme tous les cons qui la draguent tout le temps, elle l'avait trouvé plutôt efficace la veille, mais malgré tout...elle n'arrivait pas à l'apprécier. On lui avait imposé ce coéquipier, et ça elle ne pouvait l'oublier. Ca créait forcément un blocage. Elle avait sérieusement hâte que ce mois avec lui se termine. Ainsi elle pourrait de nouveau être efficace à cent pour cent sans avoir à jouer les baby-sitters et lui pourrait peut-être trouver un équipier avec qui il serait plus compatible. Car oui, elle avait bien remarqué que le brun ne la portait pas non plus dans son cœur. Ils étaient tous les deux prisonniers d'une équipe qu'ils n'avaient pas choisis…

Temari vit au loin le commissaire lui faire signe de venir dans son bureau. Elle acquiesça pour lui signifier qu'elle arrivait et quitta la pièce. Le brun ne prit même pas la peine de lever les yeux pour voir où allait son équipière, trop blasé par la rédaction du rapport sur ses interventions de la veille. La blonde traversa l'open-space sous les regards envieux de certains policiers, et entra dans le bureau de son supérieur.

_Assieds-toi, l'invita-t'il. Café?

_Vous me connaissez, chef, sourit la jeune femme.

Il eut un sourire et lui servit un mug de café. Il appréciait vraiment cette fille, à tel point qu'elle avait sa tasse dédiée! Un petit mug jaune sur lequel une écriture rouge disait "Garde le sourire!". Il lui tendit et elle le remercia d'un signe de tête, après quoi le commissaire se laissa aller contre le dossier de son fauteuil.

_Alors dis-moi, commença-t'il, comment était le premier jour du lieutenant Nara?

_Mouvementé, répondit-elle après quelques secondes de réflexion. On a eu un cas de femme battue, ça l'a secoué.

Le commissaire orienta lentement son regard vers Shikamaru, qui se trouvait à l'autre bout du commissariat, toujours plongé dans son rapport. Le vétéran hocha la tête. Lorsqu'il reprit la parole, on aurait presque dit qu'il pensait à haute voix:

_C'est quelque chose de dur à gérer quand on est jeune. On arrive plein d'illusions et d'idéaux, on se dit qu'on est là pour "protéger et servir", pour changer les choses… Puis avec le temps, on finit par se rendre compte qu'à notre échelle, peu importe combien de dealers on arrête, peu importe le nombre de meurtriers qu'on envoie en prison, tout ça n'est qu'une goutte dans l'océan. On se rend compte que tout seul, on ne peut rien changer du tout…

Temari avait la désagréable sensation qu'un message cachée lui était destinée dans cette tirade. Il ne la regardait pas mais elle se sentait prise pour cible par chaque mot qu’il avait prononcé.

_Qu'est-ce que je dois comprendre? demanda-t'elle d'un ton de défi.

Ne se formalisant pas de l’intonation peu protocolaire qu'avait employée sa subordonnée, le commissaire but une gorgée de café sans la quitter des yeux. Puis il reprit:

_Un policier tout seul ne sera jamais plus efficace qu'un commissariat entier, peu importe sa valeur. Peu importe s’il est le meilleur flic de tous les temps, il sera toujours moins efficace qu'un groupe. Et tu sais pourquoi?

Elle ne répondit pas, consciente que cette question était purement rhétorique.

_L'union, déclara-t'il finalement. L'union fait notre force… Profiter des qualités de chacun pour faire monter le groupe jusqu'au sommet. C'est ça l'union, et j'aimerai simplement que tu y réfléchisses...

Temari se serait énervé en temps normal, mais elle était bien trop surprise pour y penser une seule seconde. Qu'est-ce que son chef voulait dire? Il voulait qu'elle fasse ami-ami avec le nouveau? Qu'elle lui fasse la lessive? Et puis quoi encore? "Profiter des qualités de chacun"? Quelles qualités pouvaient bien avoir ce gars? Il était pas méchant…c’est une qualité ça non ?

Conscient du débat que menait en ce moment la jeune femme avec elle-même, le commissaire eut un sourire amusé.

_Ne te tracasse pas, tu as encore un mois pour y penser, après tout, affirma-t'il d'un ton légèrement moqueur.

Elle fit une moue faussement outrée. Pas la peine de lui rappeler!

_Enfin, voilà je voulais simplement t'en parler, conclut-il.

Alors que la jeune femme allait se lever pour partir, il lui tendit un dossier. Elle l'attrapa sans trop comprendre et vit qu'il s'agissait de celui de Shikamaru. Constatant qu'elle le questionnait du regard, le commissaire sourit.

_Juste au cas où, si tu te demandes quels sont ses atouts, lis son dossier jusqu'au bout. La dernière page par exemple, tu verras c'est un test de QI.

Il lisait dans ses pensées ou quoi ? Elle fronça les sourcils puis haussa les épaules. Lorsqu'on lui avait donné le dossier de son futur équipier, elle avait simplement regardé ses notes de l'école de police car, pour elle c'était là le plus révélateur du niveau de compétence du jeune homme. Que pouvait bien démontrer un test de QI? Qu'il était stupide? Si c'était que ça, elle le savait dé...

Elle bloqua.

_Alors? S’amusa son chef en voyant l'air effaré de sa subordonnée.

Elle vérifia plusieurs fois, clignant des yeux pour être sûre que sa vision n'était pas déficiente. Non, rien à faire, le nombre qu'elle avait sous les yeux ne bougeait pas.

_Mais..enfin..vous déconnez là? bégaya-t'elle. Ce mec a..un QI de 200?

_Eh oui, Shikamaru est..ce qu'on appelle un génie.