Chapitre 5

par Bandit

Chapitre 5

La nuit est  courte mais Hinata se lève sans difficultés. Elle ressent de l’excitation mêlée d’inquiétude à l’idée de sa première journée dans l’école de guenin de Suna. Elle se prépare rapidement, il est encore très tôt mais les rayons du soleil inonde le village d’une lumière vive et la chaleur se fait déjà oppressante, elle enfile un débardeur léger qui découvre ses bras et un pantalon court. Au dehors elle entend la clameur de la ville qui se réveille. Matsuri frappe à sa porte précisément à l’heure qu’elle lui avait indiqué. Elles se saluent poliment.

« Bonjour Hinata Chan. »

« Bonjour Matsuri Chan. » Hinata sourit généreusement comme à son habitude mais Matsuri se contente d’une inclination respectueuse.

« Allons-y, si tu es prête. »

« Bien sûr, je te suis. »

De si bon matin, la tour principale du Kazekage est silencieuse, les autres dorment peut-être encore. Dès qu’Hinata met un pied dehors, le contraste est saisissant. Les routes grouillent de toutes sortes de personnes déjà plongées dans leurs tâches quotidiennes. Elle observe les échoppes le long de la grande allée qu’elles empruntent. Les odeurs si caractéristiques des épices embaument l’air, une fine poussière de sable virevolte à quelques centimètres du sol, glissant entre les passants. La cité est prospère depuis que Gaara est le  Kazekage, les échanges commerciaux se sont développés et la population irradie d’une joie de vivre palpable. De très jeunes enfants passent en courant à côté d’elle et la bouscule légèrement mais elle ne se laisse pas distancer par Matsuri qui avance à vive allure.

Elles rejoignent une petite cour devant un établissement rectangulaire et Matsuri se dirige vers un groupe de shinobi.

« Messieurs, je vous présente Hyuuga Hinata, elle est notre hôte et comme vous le savez, elle a pour mission de vous assister au quotidien afin d’échanger nos connaissances avec celles de Konoha. »

Hinata baisse la tête. « Bonjour. »

Le groupe d’hommes la salue. Les présentations sont faites sans cérémonies, chacun lui énonce son nom mais elle ne retient pas plus de deux d’entre eux.

Les présentations terminée, Matsuri prend congé.

« Hinata chan je vais m’installer ici, tout à côté. Si tu as besoin de moi ou de quoi que ce soit, n’hésite pas à me demander. »

« Bien Matsuri chan, merci de ta sollicitude. »

La jeune femme s’éloigne et s’installe à une vingtaine de mètres d’Hinata tout au plus. Assise à l’ombre d’un mur d’une maison voisine, elle dispose d’un large champ de vision.

« Bienvenue à l’école de guenin. Je suis Tatsuya et nous ferons équipe ensemble demain si tu le veux bien. »

Hinata tourne son attention vers le jeune homme brun qui lui sourit. Comme tous les autres shinobi autour d’elle, il est grand et la dépasse d’au moins deux têtes. Un large bandage couvre son cou et ses bras.

« Bonjour Tatsuya san, je serais honorée de vous accompagner. »

Le jeune homme semble gêné par les marques de politesse qu’elle emploie, il sourit bêtement, cherchant brièvement ses mots.

Un homme plus âgé intervient. « Nous allons nous séparer pour aujourd’hui. Tu feras équipe avec moi pour la journée. Je suis Hisagi. Concernant demain nous aurons le loisir d’en rediscuter plus tard. Nous nous retrouvons toujours ici un peu avant l’heure afin de discuter des éventuels problèmes que nous pouvons rencontrer et des programmes du lendemain. »

« D’accord. »

L’homme est austère, son visage est partiellement couvert de bandages. Il est aussi large qu’une armoire et Hinata se sent toute petite face à lui.

Intérieurement Hinata se réjouit de ne pas être son élève tant il semble sévère, mais elle ressent tout de même une certaine angoisse à l’idée de passer de longues heures en sa compagnie. Elle lui adresse un sourire malgré tout et le groupe autour d’eux se dissout, chacun prenant une direction opposée.

« Allons y, ne prenons pas de retard. » Sa voix est rude et un frisson parcourt la colonne d’Hinata. « Mes élèves nous attendent de l’autre côté du bâtiment. »

« Alors en route. » Annonce-t-elle gaiement pour se motiver.

Ils contournent l’édifice et Hinata aperçoit les trois enfants debout près d’un amas de gros rochers. Ils ont une dizaine d’années. La fillette est aussi blonde que sa peau est brune. Son regard noir lui donne une apparence agressive, cependant la voix fluette qui s’échappe de sa gorge pour saluer son sensei est si enfantine qu’elle n’impressionne guère. A ses côtés un jeune garçon aux cheveux bruns. Ses traits sont avenants, il a de jolis yeux noisettes souriants et Hinata ne peut s’empêcher de lui trouver une ressemblance avec son propre coéquipier, Kiba. A quelques pas derrière eux, un autre garçon. Il tient sa tête un peu baissée mais il regarde l’héritière du clan Hyuuga droit dans les yeux avec défiance. Les bras croisés il semble vouloir faire forte impression. Hinata ne doute pas qu’il est le leader de cette jeune équipe.

« Hyuuga ! Voici Sanade Sayuri, Tanaka Daisuke et Adera Harushige. Je te laisse prendre les commandes, fais ce que tu as à faire.»

Les deux premiers la saluent avec timidité mais le troisième fronce les sourcils et la dédaigne pour s’adresser à son sensei.

« C’est donc elle la kunoichi de Konoha.»

Hisagi hoche la tête.

Hinata offre un regard emplit de tendresse et s’adresse à lui avec douceur. « Donc toi tu es Harushige, n’est ce pas ? »

« Je suis Adera Harushige, fils de Adera Kensei ! » Droit comme un i, il croise les bras sur sa poitrine.

« Oh…je vois….Tu sais, je viens de Konoha et je n’ai encore jamais été présentée à ton père. Mais ne sois pas vexé, le jour où je le rencontrerais je serais sûrement aussi impressionnée que tu l’espérais. »

L’enfant semble véritablement excédé par la dernière remarque d’Hinata.

« Mon père est une légende à Suna. Il est très fort, il fait parti… »

« Adera, un shinobi sait se taire, c’est l’une des qualités de ton père, évites de lui faire honte. » La lourde voix interrompt le jeune garçon dans le but évident de le blesser. Harushige baisse les yeux et se tait.

Hinata tente un mot réconfortant. « Tous les ninjas sont forts à leur manière. »

Il renchérit aussitôt. « Tu as l’air faible. Ici les hommes sont grands et leurs muscles très développés. Regardes toi, je suis plus jeune que toi mais nous faisons presque la même taille. En plus tu es une femme. »

Hisagi ne cache pas un sourire narquois.

« Je ne pense pas que le fait d’être une femme ait quoique ce soit à voir avec la force. L’Hokage de Konoha est une femme tu sais. »

« Je suis sûre qu’elle est faible ainsi que tous les shinobi de ton pays. »

Hisagi ne dit rien mais nul doute qu’il se satisfait de la hardiesse de son jeune élève. Hinata répond avec sincérité.

« Tsunade Sama est l’une des Sannin légendaires, elle n’a rien de faible crois moi et puisque tu parles de force brute, elle est justement bien plus puissante que beaucoup d’hommes. »

Harushige se vante alors. « Moi je peux briser ce rocher avec un seul coup de poing. »

« Intéressant. Montre moi. »

Il se met en position, concentre tout son chakra dans son poing et frappe de toutes ses forces. Le roc se fissure et éclate en milliers de petits morceaux. Content de lui, le garçon se tourne vers Hinata, essoufflé.

« Tu vois. Je suis certain que tu ne saurais pas le faire. Tes mains sont trop petites. »

« Tout dépend. Est-ce que tu penses que je ne saurais pas frapper aussi fort où est ce que tu penses que je n’arriverais pas à briser un rocher. »

« Les deux. » fanfaronne-t-il.

« Harushige tu es bien certain des choses pour ton âge. Un shinobi ne doit pas sous-estimer son opposant, même s’il pense être plus fort que lui d’un premier abord. » Elle sautille et frappe deux fois dans ses mains. « Ce sera la leçon de la journée ! »

Les trois enfants tout d’abord surpris par son enthousiasme, se rapproche d’elle et la regarde avec attention. « Nous allons nous battre, vous serez tous les trois contre moi et nous verrons si la force brute est aussi efficace que tu le penses Harushige. »

« A trois contre toi, c’ est tout vu. Je suis sûr que je peux te battre tout seul. »

« Avant de commencer, je vais tout de même te montrer que même si je n’en ai pas l’air, je relèverais tout tes défis. »

 Hinata se positionne devant un rocher deux fois plus large que celui qu’Harushige a fait voler en éclat. Elle murmure « Byakugan » et les larges veines envahissent ses tempes. Elle observe le roc puis concentre un peu de chakra dans le bout de ses doigts avant de toucher la pierre en quatre endroits bien distincts.

Harushige s’esclaffe. « Et tu crois que tu vas m’impressionner ? »

Hinata lui sourit. « Je ne crois pas… je sais que tu vas aimer cette technique. »

Elle effectue un petit saut sur le côté et brutalement la roche se craquelle. De longues fissures déchirent le rocher et en quelques secondes, il ne reste qu’un tas de cailloux minuscules sur le sol.

Hinata se réjouit de la mine émerveillée de Sayuri et Daisuke et même s’il tente de le cacher, elle voit bien que Harushige aussi ne s’attendait pas à ça.

« Comment as-tu fait ? » Grogne-t-il avec colère.

« C’est ma force. » Plaisante-t-elle.

« Dis le moi. Tu n’as même pas frapper. »

« Si vous réussissez à me vaincre au combat, je vous apprendrais. »

Motivés, les enfants se mettent aussitôt en position et Hinata les imite. Il s n’ont pas l’air commode et elle suppose qu’elle devra souvent faire ses preuves avant d’être accepter mais elle est heureuse de constater qu’elle a réussi à captiver leur attention. Les trois jeunes ninjas se jettent sur elle et le combat commence.

 

Dans la tour principale, Gaara entre avec fureur dans son bureau. La porte vient s’écraser avec fracas contre le mur, brisant au passage la poignée intérieur. Le Kazekage se laisse tomber dans le large fauteuil et jette un regard sombre à Temari qui l’a suivi.  

 « Le conseil veut ma mort. »

« Mais non. C’est juste que cette alliance faciliterait les échanges commerciaux… »

« Un MARIAGE Temari, cela ne concerne en rien le conseil. C’est de ma vie qu’il s’agit. » Une fois n’est pas coutume, Gaara a levé le ton.

« Je sais, je sais…Ecoute, rien n’a été décidé encore, ne t’énerve pas comme ça. »

« Tu sais comme moi qu’ils vont tout faire pour me forcer la main. »

« Sûrement mais tu es le Kazekage et la décision te revient. »

Elle n’obtient qu’un grognement en guise de réponse.

« Allons petit frère, ne t’inquiète pas, Kankuro et moi, nous te soutiendrons toujours, même devant le conseil des anciens. »

Gaara inspire profondément et retrouve un peu de son calme. « Merci. »

« Je t’en prie. » Elle lui sourit affectueusement.

« Vas…Tu peux y aller, j’ai du travail….nous en reparlerons une autre fois…j’en ai assez pour aujourd’hui avec tout ça… »

« D’accord. A plus tard. »

Elle ressort et s’y reprend à trois fois pour fermer la porte ébréchée derrière elle.

Gaara rumine encore sa colère mais il se saisit d’un parchemin. Comme toujours la paperasse va l’occuper un bon moment. Il déplie devant lui les plans pour la consolidation des fortifications ouest de la ville et les étudie avec attention. Par intermittence, il s’interroge sur les activités d’Hinata à l’école de guenin.  Les heures défilent et Gaara ne s’interrompt que pour manger le bento que sa sœur lui a fait porter.

Dans l’après-midi une équipe lui fait son rapport après une mission de protection. Puis vient la traditionnelle visite de Kankuro.

Son frère a pris cette habitude depuis qu’il est rentré de son dernier voyage diplomatique. Bien sûr, il se contente de raconter des âneries la plupart du temps. Gaara continue à travailler, écoutant à peine son grand frère mais il apprécie ce moment d’intimité qui les rapproche.

Quand enfin Gaara termine ses obligations de Kazekage, le soleil est bas dans le ciel. Une nouvelle fois, Hinata occupe ses pensées. Jugeant qu’il est de son devoir de vérifier que l’héritière du clan Hyuuga n’est pas en difficulté, il décide de faire un tour du côté de l’école.

Il délaisse sa gourde et saute par la fenêtre.

 

Hinata esquive un coup de pied de Sayuri mais la lame de l’épée courte de Daisuke la transperce de part en part et son clone se dissout dans un nuage de fumée. Les enfants pestent de s’être fait prendre une nouvelle fois mais reconduisent leur attention sur leur environnement, à l’affut d’une attaque de la kunoichi.

Cachée derrière un amas de rocs, Hinata respire rapidement. Depuis le déjeuner, son estomac ne cesse de la torturer. Sa vision se trouble de plus en plus et elle a cru défaillir à plusieurs reprises. Un peu plus tôt, elle a même vomi dans les toilettes de l’école après avoir bu. La tête lui tourne mais elle se focalise sur Harushige qu’elle ressent à trois mètres d’elle.

Elle jaillit devant lui et frappe son épaule et sa jambe bloquant la circulation du chakra dans ses membres pour la quatrième fois de la journée. Avec son Byakugan elle a vu Gaara arriver et se poster à côté de Matsuri mais une nouvelle attaque de Daisuke ne lui permet pas de s’attarder sur l’évènement. La lame du garçon effleure son bras et réveille la douleur de la brûlure que le soleil a infligé à la peau tendre de son épaule à son avant bras. Elle grimace mais contre attaque et paralyse le bras droit de son attaquant.

 

Gaara a ressentit le chakra de la jeune Hyuuga et rejoint Matsuri sur les abords de la cour.

« Comme s’est passé l’entraînement ? »

« Bien Kazekage Sama, elle combat les enfants depuis ce matin. » Sa voix est si faible qu’elle est à peine intelligible.

« Pourquoi parles-tu si bas, je n’ai rien compris. » Il s’étonne du comportement de Matsuri qui garde la tête baissée.

Elle reprend un peu plus fort cette fois. « Gomen Kazekage Sama. Tout va bien, elle combat les enfants. »

Il observe en direction des rochers, conscient que Sayuri et Daisuke perdent leur temps face à un clone. Quand Hinata jaillit devant Harushige quelques instant plus tard, son regard s’assombrit.

« Pourquoi est-elle si pale ? »

« Elle combat depuis plusieurs heures, je suppose qu’elle a utilisé beaucoup de son chakra Kazekage Sama. »

« Non, ce n’est pas ça. »

Il voit son visage se contorsionner en une grimace et repère le coup de soleil qui s’étend sur son côté gauche. Le combat continue et les trois guenin se jette sur elle. Les jambes d’Hinata tremblent et elle titube, vacillant inexorablement sur le côté. Gaara comprend qu’elle ne parviendra pas à contrer ce triple assaut et disparait instantanément. Il réapparait devant elle, l’attrapant par la taille tandis que du sable surgit du sol et bloque Sayuri, Daisuke et Harushige sans effort.

Hisagi apparait à son tour à côté d’eux.

« Kazekage Sama ? » Les trois recrues se libèrent de l’emprise du sable et se poste à leur droite. Ils sont impressionnés par l’intervention de leur chef en personne.

« Gaara…je ne vois plus très bien…. »

Bercée par le parfum masculin familier de Gaara, Hinata perd doucement connaissance. D’un ton monotone il demande. « A-t-elle bu régulièrement aujourd’hui ? »

« Je ne sais pas, je n’ai pas fait attention. » répond Hisagi avec désintérêt.

« Matsuri lui as-tu donné à boire ? »

La jeune fille s’incline jusqu’au sol pour s’excuser. « Non, je suis restée en simple observatrice, je ne suis jamais intervenue. »

« L’un et l’autre vous savez pertinemment que les étrangers négligent de boire régulièrement, je ne pense pas que ce soit un détail que vous puissiez oublier. » Son ton est toujours aussi neutre, néanmoins Matsuri s’incline de plus belle.

« Gomen Kazekage Sama. »

« Hisagi ! » Gaara attend des explications.

« Elle a donné sa leçon, j’ai donné la mienne, Kazekage Sama. Le soleil est un ennemi aussi puissant que les shinobi du village des sables. » annonce-t-il avec ironie, mis en confiance par l’apparence imperturbable de son leader.

« Ta leçon peut être mortelle. »

« C’est la loi des ninjas. Elle paye les conséquences de son ignorance. »

Le sourire narquois de l’homme s’efface lorsque Gaara répond avec la même indifférence. « Tu répondras de tes actes devant l’Hokage de Konoha si Hyuuga Hinata meurt. J’espère pour toi que tu as bien mesuré les conséquences que tu vas devoir assumer. »

Harushige s’étonne de la brève lueur de terreur qu’il aperçoit dans les yeux de son sensei, alors que ce dernier dénigre régulièrement les femmes et leurs faiblesses.

Gaara se redresse et soulève Hinata dans ses bras. Ils s’évaporent dans un tourbillon de sable.

 

Il pousse la porte des appartements de la jeune femme avec son pied et se dirige directement vers la salle de main. Il relâche ses genoux et se petits pieds se posent sur la porcelaine du bac de la douche. D’une main il maintient sa taille et de l’autre il tourne le pommeau, libérant un fin filet d’eau.

Il accumule le liquide dans sa paume et l’applique ensuite sur le front de la kunoichi qui revient à elle.

« Que s’est-il passé ? Je ne vois presque plus rien.»

« Tu es déshydratée. Tu es brûlante, il faut te rafraîchir. »

Surprise par la main froide que Gaara passe dans son cou, Hinata sursaute et glisse. Elle se rattrape au robinet et déclenche les grandes eaux de la douche qui l’arrose complètement. Tandis qu’elle reprend son équilibre, adossée contre la faïence du mur, un grognement la pousse à ouvrir les yeux.

Le flou autour d’elle se dissipe et elle aperçoit finalement la silhouette trempée du Kazekage. Elle observe avec horreur le visage dégoulinant de Gaara qu’elle a entraîné avec elle dans sa chute.

« Gomen…je …j’ai glissé…. »

« J’avais remarqué oui. » Son visage est impassible.

« Gomen...vraiment…je suis désolée. »

« Ce n’est rien. Tu as retrouvé la vue ? »

« Euh…oui…ça va mieux… »

« Suis moi. »

Gaara  sort de le douche, suivi par Hinata, toujours un peu tremblante. Elle empoigne une serviette et essuie sa longue chevelure.

« Changes toi, je t’attends devant la porte. »

Hinata croit voir le Kazekage rougir un peu mais il détourne la tête et sort de la salle de bain prestement. Elle entend le claquement de la porte de sa chambre juste après.

Rassemblant ses forces, elle récupère des vêtements secs dans sa commode et s’extrait de ceux trempés qui collent à sa peau.

Elle sort dans le couloir et retrouve Gaara adossé contre le mur, les bras croisés sur sa poitrine. Plus de traces de l’émotion qu’elle a cru lui voir, juste le masque impénétrable qu’il arbore en toutes occasions. Le haut de son t-shirt est mouillé et ses cheveux dégoulinent encore.

« Maintenant tu dois boire, viens, nous allons à la cuisine. »

Ils descendent ensemble l’escalier au fond du couloir et traverse la grande salle dans laquelle ils avaient dîné la veille. Gaara pousse les portes battantes qui donne accès aux cuisines, Hinata sur ses talons. Il s’arrête à la vue des domestiques qui le dévisagent et Hinata le bouscule, fonçant littéralement dans son dos.

Il émet un nouveau grognement agacé et la jeune femme s’excuse une nouvelle fois.

« Kazekage Sama, peut-on aider ? » Le jeune cuisinier vocalise la question qui brûle les lèvres de chaque employé présent.

« Laissez nous merci. »

Tous s’exécutent, quittant les cuisines l’un après l’autre. Hinata leur sourit humblement tout en frottant son nez meurtri par le choc de la rencontre avec l’omoplate de Gaara.

« Que faisons nous ici ? »

Gaara emplit une bouilloire d’eau et la pose sur une plaque de cuisson.

« Il faut que tu boives. Une boisson chaude comme le thé est un moyen de fixer l’eau dans l’organisme. Il y a des règles à respecter dans le désert, il est évident qu’avec une telle chaleur tu dois boire pour rester en vie. »

Hinata  se défend du ton de reproche qu’emploie Gaara. « Je ne suis pas stupide, j’ai bu….mais, j’étais malade… »

Il s’amuse de la petite ride qui se forme entre ses yeux tandis qu’elle boude un peu. « Oui malade parce que tu n’avais pas bu. »

La moue d’Hinata s’accentue et Gaara mord l’intérieur de sa joue pour éradiquer le sourire qui menace d’envahir ses traits.

« La chaleur indispose. Ton estomac est soumis à rude épreuve, tu dois donc boire en petite quantité mais régulièrement. Comme je te l’ai dit, le thé chaud permet de fixer les molécules d’eau dans les tissus. »

« J’ai compris. » Réplique-t-elle un peu sèchement.

Sûr de lui, il ajoute « Je ne serais pas toujours là pour te secourir. »

Outrée, Hinata s’insurge. « Je ne suis pas faible. »

Conscient d’avoir touché un point sensible, Gaara la regarde droit dans les yeux et s’explique. « Je n’ai jamais dit que tu l’étais. J’aimerais simplement avoir l’occasion de te voir en bonne santé. »

Hinata rougit mais ne détourne pas les yeux.

La couleur de ses cheveux imbibés d’eau est plus sombre. De fines gouttelettes tombent à intervalles réguliers sur son t-shirt.  Il a croisé ses bras sur son torse et elle remarque les muscles saillants. Sa peau est joliment dorée et contraste avec le turquoise de ses grands yeux cerclés de noir.

La bouilloire émet un sifflement strident, ramenant les deux ninjas au monde qui les entoure. Gaara prend deux tasses dans lesquels il saupoudre quelques feuilles de thé avant de verser l’eau frémissante.

Il tend l’une des tasses à Hinata qui s’en saisit avec précaution du bout des doigts pour ne pas se brûler. Ses mains tremblent un peu et en approchant la préparation de ses lèvres, elle lâche prise et renverse le tout. La tasse se brise sur le carrelage, répandant le décoction.

« Gomen…je vais nettoyer….. »

Gaara laisse échapper un rire. « Tu es d’une maladresse rare Hyuuga Hinata. »

Hinata le dévisage avec colère. « Je tremble….je n’ai pas fait exprès… »

Le Kazekage retrouve son calme et s’approche d’elle avec autant de sérieux que possible. Il presse son index contre la petite ride qui a refait son apparition entre ses yeux.

« Inutile de bouder. »

Il tend son bol à Hinata et ordonne. « Bois et fais attention à ne pas renverser cette fois. »

« Arigato. »

Gaara recule et son visage se referme. «  Tu devrais aller te reposer un peu, il ya quelque chose que je dois aller chercher. Je te retrouverais plus tard. »

Comme si une mouche l’avait piqué, Gaara sort des cuisines, laissant Hinata seule et déconcertée.

Une fois le thé avalé, Hinata nettoie le sol, interrompue bientôt par un domestique qui s’empare de la serpillère.

Posément elle rejoint sa chambre et s’allonge sur son lit, épuisée.