Chapitre sixième.

par Tite_elfe

Nouveau chapiiiiiiitre !!!

 

Enfin, enfin !!! Non ce n’est pas un mirage, ni un rêve !

 

Bref, blabla rapide : merci pour tous vos encouragements !! Oubliez pas les commentaires J J Sinon j’écris plus na ! XD

Aussi, je rebaptise ma fiction J !! Donc ne vous inquiétez pas ! Faut dire que le titre était merdique xD.

Bisous bisou !!

 

 

Et merci encore pour votre soutient !

 

Tite_elfe.

 

 

 

 

-         Oui Allo ?

-         Hey Tema chérie. Juste pour dire…je suis en escrime et devant moi se tient …tu vas jamais deviner !

-         Qui ?

-         Le cousin d’Hinata !

-         Naaan tu déconnes, beugla mon amie en me déchirant un tympan au passage.

-         Absolument pas.

-         Et ?

-         Et il est comme elle nous l’a décrit, achevais-je.

Il n’y eu bientôt plus que des « bip bip » au bout du fil et j’en déduisis que Tema avait raccroché. Refermant le portable d’un coup sec tout en souriant au cousin de mon ami avec un sourire diabolique, je leur dis simplement :

-         Elles arrivent.

 

 

 

 

 

Mouai…Apparemment aucun de ces mecs n’avaient compris l’ampleur de ma révélation. Pauvre d’eux…En particulier le cousin d’Hinata ! Il allait être sujet à une inspection minutieuse de la part de Tenten et Temari, mais là, il semblait plutôt étonné par mon sourire sadique.

-         Euh désolé…mais qui arrive ? interrogea Naruto en affichant un air d’incompréhension totale.

Mon sourire ne fit que s’élargir et je répondis narquoisement :

-         Vous verrez bien.

Regardant l’horloge, je terminais :

-         Elles devraient arriver dans moins de quelques secondes.   

Me souvenant soudain de quelque chose, je me tournais brutalement vers les deux garçons qui me rappelaient quelqu’un. Un éclair de lucidité traversa mon esprit, et quand l’information réussit enfin à parvenir à mon cerveau, j’ouvris grand la bouche.

Les pauvres mecs devaient vraiment me prendre pour une tarée. Il n’empêche qu’au bout de 5 secondes, j’explosai littéralement de rire tout en les pointant du doigt.

Mes hoquets furent impossibles à calmer avant au moins 1 minute, et quand finalement mon hilarité cessa, j’avais les larmes au yeux et très mal aux abdominaux.

M’affalant à leurs cotés, je fixais béatement le plafond, souriant comme une conne.

-         C’est trop fort, réussis-je à articuler en tournant ma tête vers le roux.

Ok…là ils devaient vraiment ma prendre pour une cinglée échappée de je ne sais quel service psychiatrique.

-         Excuse moi mais qu’est ce qui te fait rire ? me demanda le roux aux yeux verts.

Me relevant comme je le pouvais, je penchais la tête sur le coté, très contente de moi :

-         Ce qui me fait rire c’est d’imaginer la tête de Tema chérie quand elle va vous voir là…

Le pauvre commença à devenir légèrement blanc.

-         Tu veux dire…

-         Oui, que votre sœur arrive ! lâchai-je brutalement en lui donnant une petite tape sur la joue.

Pendant que les autres haussaient des sourcils surpris, les deux frères de ma meilleure amie à couette me fixèrent avec des yeux de merlans frits.

-         Toi t’es Gaara je parie ! Et toi Kankuro ! fis-je en les pointant chacun à leur tour du doigt.

Evidemment, je suis la meilleure, c’est pourquoi ils hochèrent affirmativement de la tête. Vantarde moi ? Tellement peu !

-         Temari ne sait pas qu’on est là, remarqua Kankuro en s’asseyant sur l’accoudoir d’un des sofas.

Je le fixais moqueuse avant d’admirer mes ongles.

-         Hein ? Elle sait pas qu’on est là n’est ce pas ? s’horrifia aussitôt le roux, en l’occurrence Gaara.

-         Vous croyez que je viens d’appeler qui ? leur demandai-je en les regardant comme si ils étaient fous à lier.

Il y eu un moment de flottement, pendant lequel je vis les deux frérot chéris de ma folle d’amie blêmir avant de sauter par-dessus le canapé et d’essayer de se cacher derrière.

Passant ma tête par-dessus le sofa, je leur décochais un sourire amusé :

-         Je ne pensais pas qu’elle vous faisait autant peur.

-         Elle va surtout nous tuer pour ce qu’on lui a fait le jour de sa rentrée, murmura Kankuro en prenant un coussin qu’il se mit dessus afin de se cacher.

Ok…dans le genre ils ont pas du jouer à cache-cache souvent ces deux là. Riant intérieurement, j’entendis bientôt des bruits de pas précipités venir du couloir.

-         Je crois qu’elles sont là.

Me redressant, je fixais la porte avec un sourire complètement béat. La journée allait être trop marrante, je le sentais bien. Surtout que Tsunade, le dirlo des mecs ainsi que les deux maîtres d’armes venaient de quitter la pièce. Il ne restait que les mecs dans leur totalité, ainsi que leurs deux enseignants.

 

Apparemment, les mecs de la bande où je me trouvais avaient eux aussi entendu les bruits de pas, car ils avaient redressé la tête, un peu curieux je pense. J’allais me moquer d’eux quand la porte s’ouvrit à la volée, dévoilant une Temari resplendissante. Je vis bien les yeux des mâles de cette salle converger vers elle et l’analyser avec attention, s’attardant surtout au niveau de sa poitrine généreuse. Mais éclatante de dynamisme, Tema ne s’en rendit absolument pas compte, et se précipita vers moi, un sourire ravageur aux lèvres. 

-         Yeeeeh, Saku-chérie ! Alors, tu les as bien démoli ? Beugla t’elle en me décochant un clin d’œil, avant de détailler ouvertement le cousin d’Hinata.

A peine avait-elle commencé son étude minutieuse qu’Hinata entra dans la salle en compagnie de Tenten. Aussitôt les yeux pervers de nos homologues masculins débiles se posèrent sur le corps des plus parfaits de cette dernière, digne d’une mannequin n’existant que sur les papiers glacé des revues stupides que lisent Ino and Co. Bref, tout y passa : ses bras fins, sa peau ambrée aux tendances caramels, son visage sans imperfection, ses yeux pétillants de malice, ses lèvres appétissantes, et évidemment ses jambes dont chaque fille les ayant vu auraient été mortellement jalouse. (Moi comprise, évidemment…euh…rappelez-moi pourquoi je n’ai toujours pas assassiné Tenten ?)

Bref passons…donc ! Une sucette à la fraise dans la bouche et une main sur la hanche, ma meilleure amie macaronée arriva à son tour près de ma magnifique personne (yeah !) avec une Hinata tout aussi sublime et tout aussi reluquée par les mecs aux hormones bouillonnantes présent ici.  

 

Aucune de mes deux plus folles amies ne parla avant au moins une minute, afférées à détailler le Hyûga. Finalement elles se concertèrent du regard, un air assez suspect sur le visage.

-         Mouai…, commença Tema. Elle avait encore raison !

-         Grave ! Il est absolument pas moche à regarder le cousin ! ajouta Tenten absolument pas gênée en désignant le mec en question du bout de sa chupa-chups.

J’avoue, elles avaient pas tord ! Le cousin de notre brunette préférée était sur un pied d’égalité avec le brun macho, du moins au niveau de la beauté. Peut être aussi au niveau de la froideur…qu’en dites-vous ?

En attendant, le Hyûga avait les sourcils froncés et ses yeux nacrés semblaient vouloir assassiner sur place mes deux amies. Pas touche, le myope !

-         Vous êtes qui vous ? grogna t’il justement avec un ton des plus élégant ! Ok, je me fou un peu de lui, là, mais bon !

Mes deux amies et moi nous nous regardâmes immédiatement avec des oeil moqueurs.

-         Moi c’est Temari, elle Sakura, et celle qui bouffe une sucette c’est Tenten, annonça ma blonde préférée en nous désignant à tour de rôle. ‘Fin je te présente pas ta cousine, vous z’êtes sensés vous connaître, termina t’elle en le regardant comme si il était attardé.

Mouai, le pauvre devait bouillonner intérieurement, alors que je commençais à pouffer avec Tenten.

-         Ouai ! Et puis on est surtout ses amies ! renchérit cette dernière en attrapant Hinata et en lui plaquant un bisou sur la joue. La pauvre brune adressa un sourire des plus crispés à son cousin, qui lui devait sûrement croire qu’une telle amitié allait nuire à la santé mentale de sa cousine. N’importe quoi ! Enfin…c’est vrai que trois filles aussi folles que nous amie avec un ange comme Hina pouvait laisser perplexe…

 

BREF ! Les mecs de ce groupe fixaient donc mes trois amies avec des yeux en mode « soucoupe, OVNI, and co », comme vous vous en doutez sûrement. Seul Saï sembla se remettre de ce moment de flottement, puisqu’il se leva sereinement, et se planta devant Tenten. Il allait quand même pas lui servir le même speach qu’à moi ? Non mais quel con, j’hallucine vraiment !   Eh bien apparemment si, mais il commença d’abord par les compliments :

-         Serais-tu par hasard top model ? Avec un tel physique, et …de telles jambes, fit-il en reluquant sans vergogne les gambettes de Tenten.

Je jetais immédiatement un regard entendu à l’adresse de mes deux autres amies qui riaient intérieurement. Elles devaient sûrement imaginer la réaction qu’allait avoir notre macaronée préférée…

Cette réaction justement, ne se fit pas attendre : Tenten leva les yeux vers Saï avant de lui dire :

- Nan, je suis pas top model ! Quant à ta technique merdique de drague, tu peux bien te la mettre où tu veux ! J’aime pas du tout les gigolos dans ton genre, acheva t’elle avec un sourire colgate n°2 !                     

Alors que les potes de ce con et nous étions complètement mort de rire, ce dernier tenta sa dernière carte : il essaya de lui attraper la main dans le but de lui faire un baise main. Cependant, le tout n’eut pas vraiment l’effet escompté, puisque Tenten l’empêcha de toucher sa main mais lui attrapa la sienne où elle planta sauvagement ses longs ongles, avec un sourire sadique.

Essayant désespéramment de lui faire lâcher prise, le pauvre Saï se mit à rouler des yeux. Tenten chérie, tu gère trop, quoi ! Celle-ci justement finit par lui rendre sa main, avant d’admirer ses ongles en souriant comme une conne. Parfois je me dis vraiment que si on avait pas existé, il aurait absolument fallu nous inventer ! Ralala je m’aime ! Moi ? Avoir un fort ego et me lançant des roses en permanence ? Hum…passons.

 

Alors que Saï fixait comme un fou les marques sanguinolentes que Tenten avait laissé sur sa main, je vis le brun macho (tiens ça lui va très bien ce surnom) s’avancer désespéré vers lui :

-         Tsss. S’être fait avoir comme ça par une fille…je t’avais pourtant répété que ta technique de drague était pourrie…

-         La ferme Sasuke ! fit Saï en le fusillant furieusement du regard. Si mon père voit ça…

-         T’auras qu’à lui dire qu’un tigre t’a attaqué, susurra Tenten en papillonnant des yeux.

Sasuke hein ? Etrangement ce prénom me disait vaguement quelque chose…

-         Sasuke, répéta soudain Tema surprise.

Ah bah apparemment je suis pas la seule…

-         Hn ?

-         Ton nom me dit quelque chose, murmura mon amie. J’ai l’impression de l’avoir entendu quelque part…

C’est moi où le brun n’en avait presque rien à cirer. Ok, c’était décidé, je ne supportais pas ce mec. Mignon à eu crever, faut bien l’avouer. Mais qu’est ce qu’il était con, ce beau salaud !!

-         Oui je me rappelle maintenant…, murmura Temari un doigt sur les lèvres.

Et avant même qu’on ait pu faire un geste, elle sauta sur le canapé rouge et regarda derrière avec des yeux de possédé. Quant à moi j’étais morte de rire, en pensant qu’elle venait de découvrir ses deux frangins si mal cachés. Trop marrant. Surtout que ces deux là gueulèrent comme des malades quand ils virent le visage de leur sœur unique et bien-aimée juste au dessus de leurs petites têtes.

Sortant de leur cachette, ils essayèrent de se carapater le plus loin possible de cette timbrée. Mais c’était sans compter sur la rapidité de Temari qui sauta sur Gaara, l’écrasant au passage.  

-         Lâches-moi espèce de grande perche ratée à la création ! hurla le rouquin alors que mon amie essayait vainement de l’étrangler.

-         Répète un peu pour voir, petite larve javellisée ? lui brailla t’elle comme seule réponse.

Malheureusement pour ceux voulant qu’un mort ne soit à déplorer, Kankuro accourut pour aider son frangin, tirant sa sœur vers lui. Mais pauvre de lui, la furie blonde se retourna vers sa pauvre personne en pestant grossièrement.

En tout honnêteté j’avais du m’asseoir par terre tellement je riais à gorge déployée. Hinata aussi riait, mais plus modestement vous vous en doutez. Quant à Tenten, toujours sa sucette à la bouche, elle regardait cette baston de chiffonnier à coté des deux beaux goss de cette bande de tarés.

-         Bon va te changer chérie, me dit-elle soudain en se tournant vers moi.

-         Gneuh ? Bah on a le temps non ?

-         Pas vraiment puisque l’ensemble des putes de ce lycée devraient débarquer dans moins de dix minutes, me chuchota t’elle en hochant la tête.

-         Hein ????

-         Oui, euh en fait Temari a pas été très discrète après t’avoir eu au téléphone tout à l’heure…

-         Donc… en gros tout le lycée est au courant que les mecs sont là ? fis-je avec une goutte de sueur sur la tempe.

-         En gros…ouai, répondit-elle en papillonnant des cils.

-         Et merde !

-         Je te le fais pas dire, rit-elle.

 

 

C’est ainsi qu’après avoir pénétré dans les vestiaires à la hâte en manquant de m’aplatir sans aucune grâce contre les casiers, je me changeais à vitesse grand V, menaçant ensuite de m’écraser au sol. Bref, tout allait bien…ahem.

Après avoir bataillé environ trois minute pour réussir à enfiler ma jupe et ma chemise, je quittais l’endroit pour rentrer à nouveau dans ma salle d’escrime. La plupart des mecs étaient encore présent et me fixèrent perversement. C’est vrai qu’avec cette jupe que je commençais à trouver trop courte, ainsi qu’avec cette chemise que je n’avais pas fini de boutonner par manque de temps…

Bref. Ma cravate seulement passée autour du coup, je m’affalais à coté de Naruto.

-         Ils sont hyper sexy vos uniformes, fit-il en louchant quelque peu.

-         Dis donc, vous êtes tous des pervers ou quoi, ici ? sifflais-je excédée.

-         Désolé, rit immédiatement le blond.

En toute honnêteté je commençai à apprécier ce mec là, bien qu’il soit un peu benêt à mon goût. Cependant ce sourire éblouissant dont il ne semblait jamais pouvoir se séparer le pardonnait, je dois bien l’admettre.

-         Mouai, grognai-je finalement en tentant de nouer ma cravate.

Mais comme on peut s’en douter, je n’étais absolument pas douée pour ça, et je dus tellement m’acharner avec ce maudit bout de tissus, que le brun macho finit par le prendre.

-         T’es vraiment pas douée, fit-il simplement en commençant à nouer la cravate autour de mon cou.

-         Je t’emmerde, fut la seule réponse que je lui lançai à la gueule tout en pestant contre ma propre maladresse.

-         Et très polie en plus…putain t’es chiante ! grogna t’il.

-         Je t’ai rien demandé espèce d’aristo macho !

Ses yeux noirs me fusillèrent un instant du regard, mais je n’étais pas du genre à me laisser marcher sur les pieds par un imbécile (même si c’était le mec le plus beau que j’ai jamais vu). C’est pourquoi je lui adressai un sourire colgate n°2 tout en papillonnant des yeux. Le pauvre me fixa quelques secondes avec une tête pas très rassurante avant d’en finir avec le nœud de cravate.

-         Un merci t’écorcherait la bouche ? grogna t’il en me voyant sans réaction.

-         Si c’est pour le dire à toi ouai ! fis-je dédaigneuse.

 

Avant même qu’il n’ait pu ouvrir sa bouche de poulain bourrée de fric, je me détournai, la tête haute et un grand sourire vainqueur aux lèvres. Non mais pour qui me prenait-il ce con là ? J’aime pas les mecs comme ça !!!

Temari de son coté était en train de hurler sur ses deux frangins :

-         Espèce de babouins du col de Caradras, beuglait-elle rouge, c’est quoi cette histoire d’écrire sur l’un de mes plus beau t-shirt « Je suis conne et blonde, frappez moi. »              

-         Mais c’était qu’une boutade Tema ! répondit ironiquement Kankuro.

-         Une BOUTADE ???

-         Arrête de hurler c’est mauvais pour nos pauvres oreilles, marmonna t’il.

-         RIEN À FOUTRE, hurla Temari.

Je précise au passage que je dus me boucher les oreilles tellement elle braillait. Bref, j’allais sans doute lui faire remarquer que certains extraterrestres ne l’avaient pas entendu, quand des bruits de gloussements parvinrent à mes oreilles.

-         O putain ! criais-je en me levant d’un bond et faisant ainsi sursauter au moins quinze personnes.

-         Qu’est ce qui t’arrive ? interrogea Tenten.

-         Code rouge ! Code rouge ! fis-je comme réponse.

-         Euh…c’est quoi ça ?

-         Je sais pas moi-même, mais en tout cas j’ai la vague impression que les groupies ramènent leurs gueules botoxées par ici! réussis-je à dire tout en attrapant Temari par un bras.

-         Merde ! Déjà ??? ronchonna ma macaronée préférée.

-         Ouai. Bon allez le people, on se casse ! leur intimai-je.

En toute honnêteté, j’avais pas envie de me retrouver avec Ino et les autres cruches dans cette salle, surtout en compagnie des mecs. J’étais quasiment sur qu’elles allaient leur sauter dessus et faire des trucs pas très catholique si vous voulez mon avis. J’ai rien contre ça, je vous rassure (je suis même pour ! Du moment que le mec en vaux la peine…euh petite précision : j’ai jamais couché avec un mec hein ! Mais bon après tout j’ai 17 ans !)

-         Euh c’est quoi cette histoire de groupie ? m’interrompit soudain le dénommé Sasuke (je trouve que con macho lui allait mieux mais bref…)

Je lui adressais immédiatement à lui et à tous les autres mecs de la salle un sourire des plus hypocrite de la création avant de leur expliquer posément :

-         En fait, l’ensemble des filles de ce lycée vient de découvrir que vous étiez là…donc en gros elles arrivent.

Mes amies à mes cotés, nous leur décochâmes toutes un autre sourire avant de commencer à nous carapater en riant comme des hystériques. Je vis Hinata passer la porte qui menait directement vers l’extérieur, suivie par Temari, quand quelqu’un m’attrapa le poignet. Je dus évidemment m’arrêter et jeter un regard presque surpris à celui qui m’avait retenu.

Dommage pour moi qui vis mon visage se décomposer, c’était le macho brun…euh Sasuke pardon ! Je vais jamais m’y faire à ce nom ! Bref, celui-là me regardait un peu en colère. Euh…non en fait il était à la limite de péter une durite…Trop marrant sa tête j’avoue…On pouvait y déceler une certaine ressemblance entre Gollum et E.T !

-         Répète un peu ? fit-il menaçant.

-         Quoi, t’es trop con pour comprendre à la première explication ? ricanais-je alors que Tenten me hurlait de ramener mes fesses si je voulais pas finir assassinée par les groupies si celles-ci me voyaient.

-         Salope, marmonna t’il.

Mais moi, au fond j’étais gentille (si, si je vous jure !) C’est pourquoi je lui répétais ce que je venais de leur dire, séparant bien chaque syllabe. Bah quoi ? Il était peut être vraiment attardé, qui sait !

-         Voilà, terminais-je avec un sourire. Bon tu m’excuses, mais j’ai pas envie de mourir à tes coté, ni aujourd’hui d’ailleurs.

Me dégageant toujours souriante, je m’hissai un peu sur la pointe des pieds, avant de poser rapidement mes lèvres sur les siennes. Allez savoir, peut être une pulsion soudaine…

Sans qu’il ait pu esquisser le moindre mouvement, je lui adressai à nouveau un sourire vainqueur, avant de me carapater. Dieu merci, il ne jugea pas bon de me courser et puis de toute manière, je l’entendis grogner un « merde », le tout en cœur avec ses potes s’il vous plait !

M’enfin moi j’étais déjà loin quand la porte s’ouvrit pour laisser place à quelques groupies déchaînées et hurlantes.  

 

 

Quand j’atteignis enfin le niveau de mes amies qui étaient près du lac, j’étais essoufflée, mais surtout complètement morte de rire. Je dus même m’asseoir par terre, des larmes de rires dépassant de mes paupières. Je venais d’embrasser ce con ! Vous le croyez vous ? Enfin je crois que c’était surtout un geste de compassion ! Vous savez, comme les gens qui donnent des sous aux clochards !! Très belle comparaison vous ne trouvez pas ? Bref, j’étais là, en train de me rouler par terre en riant, tout comme Tenten qui avait vu mon geste de charité. Je crois bien que j’allai pas m’en remettre. Enfin, d’un coté si cet imbécile réussissait à ne pas succomber à l’attaque des groupies, j’étais morte…oups.

M’arrêtant instantanément de rire, je devins aussi blanche qu’un cachet d’aspirine. Oh putain ! Dans quelle mouise je me suis fourrée ??

-         Est-ce que l’une de vous deux pourraient nous expliquer pourquoi vous riez comme des hystériques depuis trois minutes ? intervint soudain Temari en nous fixant comme si nous étions folles.

-         En fait…, commença Tenten en tentant de stopper son hilarité aiguë, Sakura vient d’embrasser l’un des mecs.

-         HEIN ??? Lequel ? hurla immédiatement la blonde en attirant mon visage proche du sien, ses yeux aussi exorbités que deux billes.

-         Pas l’un de tes frères, ne t’inquiète pas, se marra Ten. Elle a plutôt opté pour …Sasuke je crois.

Ah bah vous voyez, je suis pas la seule à ne pas m’y faire ! Quelle idée aussi de s’appeler comme ça ! C’est à chier. Pardon ! Désolé…mais j’aurai quand même préféré con macho, ou ducon à la rigueur.

-         SASUKE ????? brailla cependant Temari, ses beaux yeux menaçant de sortir de leur globe.

Ah dégueu ! Je suis dégueu !

-         Mais t’es DINGUE ! s’exclama t’elle en plaquant une main sur sa bouche.

Je sais mais là tu en fais pas un peu trop…c’est qu’un mec après tout ! Non mais c’est vrai quoi ! On va pas en faire un St Nectaire non plus !  

-         Ce mec, c’est l’un des deux fils de l’homme le plus riche et connu du monde ! Ca te dit rien Uchiwa ?? me demanda t’elle en me secouant comme un prunier.

-         Tu veux dire…

-         Que Sasuke c’est Sasuke Uchiwa, l’un des héritiers les plus connu ! Et occasionnellement un des mecs les plus beaux de la création. Oui je veux dire ça, acheva t’elle en souriant.

Oh p-u-t-a-i-n… Je suis carrément dans la merde interdimensionnelle là…Je viens de faire un smack à l’un des mec les plus connus…oh merde oh merde !!!

Ma tête devait pas être si loin que celle qu’avait montré Sasuke un peu plus tôt, et j’étais à la limite de me saigner les veines. Parfois je me dis que je suis conne.

-         Oh et puis ça fait rien ! C’était rien d’autre qu’un smack !! C’est pas comme si je lui avais roulé un patin, maugréais-je.

-         Mouai…si tu le dis…En attendant pourquoi tu ne m’as pas attendu ?? je voulais voir ça moi aussi, finit par gémir Temari.

 

Comme vous vous en doutez sûrement, l’hilarité reprit vite le dessus, et nous entrâmes tout aussi déchaînées dans le self. Bah oui, c’était presque treize heures, et nous avions besoin de notre pitance ! Bizarrement, la cafet’ était déserte, à quelques exceptions près bien sur…

-         Bon…ça vous dit qu’on prenne des sandwichs et qu’on aille boustifailler dans le parc…parce que là c’est glauque…, proposa Tenten.

Sa proposition fut acceptée, et c’est ainsi que nous nous retrouvâmes toutes les quatre dehors, assises sur la pelouse verte et toute douce du parc. Nous avions choisi un très joli endroit, à moins d’un mètre du lac et juste à coté d’un arbre dont les feuilles et branchages nous offrirent un peu d’ombre.

 

J’étais en train d’ouvrir le sachet de mon sandwich, quand Tenten me donna un coup de coude mal placé (dans les cotes)

-         Quoi ? grognai-je.

Elle me désigna simplement quelque chose un peu plus loin et quand je vis cette chose je crus un court instant qu’être éleveuse de lama rose au Népal serait une super idée…

En face arrivaient le groupe de mecs rencontrés plus tôt, avec à leur tête un Sasuke (ou ducon pour les intimes) possédant des mitrailleuses à la place des yeux…oups.

 

 

 

 

  

    

  A suivre…

 

 

Héhéhé fini ! Du moins ce chapitre. J’attend vos commentaires en tout cas ^^ ( j’en veux, j’en veux ) Bisous !