Chapitre troisième

par Tite_elfe

Bonsoir à tous !

Non, ne me fusillez pas parce que je suis un peu en retard (2 heures seulement) mais au final le chapitre est plus long que prévu.

Enfin ce n’est pas vous qui allez vous en plaindre ^^

Du moins j’espère …^^’’

 

Bon bin un très grand merci à tous ceux et celles qui m’ont laissé de très gentils commentaires, j’espère que vous continuerai et que j’en aurai plein d’autre sur ce chapitre là !

Juste avant de vous laisser lire, sachez que je publie beaucoup car je suis encore en vacance. Mais dès mardi 10h, je rentre en cour (arg noooon) donc la publication sera plus longue. Je m’en excuse à l’avance.

 

Voilà voilà !

 

Bisous à tous !

 

Tite_elfe

 

 

 

 

 

 

Fixant mon regard vert sur la plaque où était inscrit le nombre de notre chambre, j’allais poser ma main sur la poigné de la porte de chêne foncé quand…        

 

 

 

quand la porte s’ouvrit d’elle-même, laissant apparaître une lycéenne que nous ne connaissions que trop bien. La jeune fille qui me faisait face était d’une beauté un peu froide mais indéniable, qui contrastait beaucoup avec celle de Tenten et Temari. Ces deux dernières étaient tout ce qu’il y avait de plus fougueux et sauvage. Hinata, car c’était elle, était au contraire tout ce qu’il y avait de plus sombre et mystérieux, attirant malgré tout.

 

Ses longs cheveux noir aux reflets bleus tombaient gracieusement jusqu’au bas de son dos légèrement cambré, alors que son visage en forme de cœur était agrandis par des yeux de nacres. Personnellement je n’avais jamais pu leur donner une couleur. Ni blanc, ni beige, ni gris. Tout simplement nacrés et brillants comme deux magnifiques perles lumineuses. Ses prunelles étranges ne possédaient pas de pupilles et avaient le don de déstabiliser quiconque les croisait. Moi même avais du mal à ne pas rompre le contact visuel, et dieu sait que je m’y étais souvent entraîné.

Mon amie était ensuite la plus petite du groupe : 1m67 seulement alors que Temari atteignait les 1m76 et Tenten 1m75. Mais au niveau du gabarit, elle ne faisait pas exception au groupe. Elle était en effet d’une finesse incroyable, et magnifiquement musclé. Cela était du au fait qu’elle faisait de la GRS et nous surpassait ainsi toutes en souplesse. Après Temari, Hinata était celle possédant le plus de poitrine, Tenten et moi étant à peu près pareil.

Pour être courte, un mot désignait mon amie brune plus que tout autre : poupée de porcelaine.

Venant d’une très vieille famille d’aristocrate, Hinata était sans doute la plus riche de nous toutes, sans pour autant s’en vanter. Même si son rang intimait le respect, mon amie avait souvent été proie aux moqueries et méchancetés de certaines filles du lycée. En effet, avant qu’elle ne devienne notre amie, c’était une jeune fille affreusement timide et réservée. Elle ne pouvait aligner deux mots sans bégayer, piquer un fard monumental, ou menacer de tomber dans les pommes. Plus tard, mes amies et moi avions découvert que ce comportement était du aux responsabilités qui pesaient sur elle. Etant l’aînée des filles du chef du clan Hyûga, Hinata en était la descendante directe, et était sujette à d’importantes pressions depuis son plus jeune âge.

A nous trois, nous l’avions largement mise à l’aise et depuis, elle ne bégayait que lorsqu’elle était vraiment très embarrassée, comme la plupart des gens. Même si elle restait un peu réservée, je dois bien admettre que nous l’avions aussi légèrement dévergondé…enfin juste un tout petit peu hein ! Mais ce n’est pas nous qui allons nous en plaindre. Hinata était toujours là pour remettre les autres sur le bon chemin, et autant dire que nous en avions souvent besoin, Tema, Tenten et moi.

- Je me disais bien que je connaissais ces voix, commença ma meilleure amie en nous regardant amusée.

- HINATA CHERIE !!!

Le hurlement que nous poussâmes toutes trois aurait pu réveiller tous les habitants d’un cimetière, alors que nous nous jetâmes sur notre amie. Le résultat fut que nous tombâmes toutes les unes sur les autres sur le palier de notre nouveau chez nous. Je vous rassure, aucune mort à déplorer, mais il n’empêche que nous avions balancé nos sacs n’importe où afin d’étreindre Hinata.

Nous étions à présent toutes quatre prostrées au sol, dans des positions toutes aussi bizarres les unes que les autres, mais riant tel des hyènes hystériques.  

-         Euh, oui c’est moi ! réussit à articuler mon amie en essayant de se relever.

Manque de pot, elle tituba et me tomba dessus. Nos rires redoublèrent d’intensité alors que Tema se prenait le pied de Tenten en pleine face. C’était vraiment comique à voir et mes douleurs au ventre revinrent vite.

Ce n’est que deux minutes plus tard que nous réussîmes enfin à nous redresser, joyeuses et de très bonne humeur. Après que chacune ai étreint Hinata, nous jetâmes un coup d’œil à notre nouveau petit logis.

Et là…

-         KIIIIIIIIIIIIIIIIIAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!! fut le seul son que je pus émettre, tout comme les deux autres folles.

 

La chambre était très spacieuse et magnifique. Comme nous le pensions, elle n’était pas carrée mais octogonale. Quatre des murs étaient creusés pour former des sortes de niches où s’encastraient nos lits. En fait, ils étaient totalement fondus dans les alcôves et ne faisaient qu’un avec elles. De longs rideaux bleu azur et magenta tombaient des plafonds des niches et encadraient nos lits. De petites étagères étaient montées sur les cotés afin que nous puissions poser nos effets personnels et une grande table occupait le centre de notre chambre. 4 ordinateurs portables y étaient disposés, ainsi que nos livres de cour et quelques cahiers encore vierges.     

Le sol était une douce moquette bleu très pale, alors que la tapisserie semblait d’un blanc crémeux. Seul deux bandes étaient bleu foncé et donné une touche raffinée à cette chambre. Sur deux des murs vides, s’encadraient les fenêtre hautes et offrant une magnifique vue sur un parc.  

Venait ensuite une petite porte blanche qui menait droit à la salle de bain et au dressing, chaque filles possédant une immense armoire. La salle d’eau, tout comme le reste de l’appartement restait dans les tons bleus et blancs. Comprenant une grande baignoire carrée placée dans un des coin, ainsi que 3 lavabos et 3 miroirs de tailles convenables, elle comportait un luxe que Tenten et moi ne connaissions pas.

-         Eh bah elle est super cette chambre, s’exclama Tenten en s’allongeant sur un des lits. J’adooooore !!

-         Regardez danser les geennnns, avions-nous conclut en hurlant comme des dératées.

Même Hinata nous accompagna dans notre délire alors que chacune d’entre nous choisissait son lit. L’année promettait d’être intéressante.           

M’approchant d’une des hautes fenêtre, j’admirais la vue qui s’offrait à moi. Tout était parfait, comme irréel. Un immense parc s’étendait devant mes yeux verts, légèrement vallonné par endroit, alors que la forêt se dressait au loin. Mon regard discerna quelques chemins qui courait à travers l’étendu verte. A gauche, la piscine et les terrains de tennis étaient installés. Tiens, je ne savais pas qu’on pouvait faire du tennis…c’est sûrement pour les garçons du lycée voisin ! A la limite des arbres lointains, je parvins à distinguer un bâtiment et des ombres difformes, ainsi qu’un manège !

Les écuries s’offraient à moi, et un sourire illumina mon visage.

J’adorais l’équitation depuis mon plus jeune âge, et le cheval était pour moi le meilleur compagnon de l’homme. Aucun doute de ce coté là ! Même si je n’en faisais que rarement pendant certaines vacances depuis mon entrée au lycée, je n’avais rien perdu de mon savoir sur ces magnifiques équidés. Plus jeune, j’avais participé à quelques compétitions de CSO (concours de saut d’obstacles) où je conservais toujours une bonne place au classement. Mais malgré tout, les concours n’étaient pas essentiels de mon point de vue, et je préférais les longues chevauchées à travers bois. Ne me prenez pas pour une fille romantique qui voudrais en faire les cheveux au vent sur la plage pendant un couché de soleil, car vous auriez tout faux. Mais les sensations perçut pendant un moment pareil sont inimaginable pour ceux ne l’ayant pas déjà fait au moins une fois. Euh…mais là je m’égare encore je crois.

 

Revenons à nos moutons ! Alors que je me détournais de la fenêtre, je remarquai que Tenten et Temari sautaient déjà sur leur lit et que Hinata rangeait proprement ses vêtements. Mon amie possédait une garde robe incroyable, tout comme Tema. Tout n’était que tissu et étoffes douces, surpiquées et griffées. Même si Hinata aurait préféré avoir des vêtements tel que les nôtres : normaux si je puis dire, sa famille lui interdisait. Car d’après eux, seul les pouilleux s’habillaient normalement…Merci Ô grande famille Hyûga, je vous déteste bien fort ! Mais moi personnellement je ne me plaignais pas trop. Comme je l’ai dis précédemment, ma mère était styliste, et me ramenait souvent quelques vêtements de la prochaine saison. Il est vrai que je ne les prenais jamais avant, mais cette année mes valises en étaient blindées …

Suivant l’exemple de Hinata, je rangeais mes affaires, prenant soin de ne pas tout froisser. Mon armoire était assez grande et je ne m’en plains pas.

-         Alors Hinata ? T’as passé de bonnes vacances ? lui demandais-je tout en repliant quelques soutiens gorge mis à la volée dans mes baguages.

-         Eh bien c’était mieux que d’habitude. Mon cousin Neji était là et j’ai appris à mieux le connaître. Il est très gentil, affirma t’elle en s’affairant autour de sa troisième valise signée Vuitton.

Avant que nous ne puissions crier gare, les têtes de Temari et Tenten apparurent à la porte du dressing.

-         Cousin ? Garçon ? Mignon ? débitèrent t’elles en chœur tout en fixant Hinata avec un sourire carnassier.   

J’explosais de rire, alors que mon amie affichait un sourire amusé.

-         Mon cousin Neji. Si c’est mon cousin c’est un garçon vous croyez pas ? Et il est très mignon, répondit t’elle.

Les deux hystériques virent leurs sourires s’agrandirent.

-         Il a notre âge. Et il est lycéen à la Shinoby’s academy…, ajouta t’elle comme si de rien n’était et laissant sa phrase en suspend.

(note : normalement Tenten, Neji, Temari, Kankuro et Lee ont un an de plus que les autres si je me rappelle bien. Dans mon histoire, seul les deux Sabaku sont dans ce cas là les autres ont l’age normal.)

Les hurlements de Temari et Tenten me brisèrent les tympans alors qu’elles sautaient partout, tel des sauterelles.

-         Et si mes sources sont fiables…il est célibataire, termina Hinata.

Là, je dus me boucher les oreilles, car sinon je crois que j’aurais fini aussi sourde que mon vieil oncle Akira…Mon amie aux yeux de nacre eu le même réflexe, heureusement pour elle et ses oreilles d’ailleurs.

Tenten et Temari riaient comme des hyènes en baudissant dans la chambre, les bras levés. Finalement je pense qu’elles avaient vraiment décidés de partir à la chasse à l’homme. Personnellement ça ne me posait pas de problème, mais je me demandais quand même quel genre de mec aurait le courage de sortir avec des filles aussi timbrées que nous…Des gars tout aussi fou peut être. Qui sais ce que l’avenir nous réserve ?? Oula je fais dans le grand art là…Ca va pas du tout.

 

Après ce moment d’égarement de la part de mes deux amies je décidai de finir mon rangement, afin de pouvoir faire ce que je voulais ensuite.

Je venais de ranger mes deux valises à présent vides, quand je me reçu quelque chose en pleine face. Menaçant de tomber par terre, je laissai échapper un cri, alors que Tenten riait aux éclats. Découvrant que mon assaillant était un gros cousin, je fusillai mon amie de regard, tout en décidant de riposter avec force. Je m’élançai donc vers elle en poussant toutes sortes de cris barbares, pendant que cette traîtresse se carapatait dans la chambre, riant toujours. Tournant autour de la table afin de m’échapper, elle se mit à grimacer ironiquement pour me narguer.

-         Tu sais pas viser Saku ! Tu m’auras pas. Faut te faire une raison !!

-         A ouai ? Tu vas voir si je sais pas viser !

Je lui balançais le coussin en pleine poire, si fort qu’elle se ramassa par terre en riant. Pour se venger, elle me bombarda ensuite de tous les oreillers qu’elle avait sous la main. Touchant maladroitement Temari avec l’une de ses armes de fortunes, mon amie ne vit pas celle-ci riposter. Et c’est ainsi qu’eu lieu la toute première bataille de polochon de l’année.    

 

Vingt minutes plus tard nous étions toutes avachis sur le lit de Temari, essoufflées et le ventre douloureux à force de rire. La bataille avait fait rage pendant un moment et même Hinata s’y était jointe. Au final, nous ne savions pas vraiment laquelle de nous avait gagné mais étions grisées et mortes de fatigue.

-         Bon, si on allait se balader pour visiter cet endroit où on va quand même passer plus de 9 mois, proposa Tenten en se relevant sur un coude.

-         Ouai bonne idée. En plus il fait beau, répondit une Temari crevée. Il y aura peut être quelques cruche à noyer dans le lac qu’on a vu tout à l’heure.

-         On doit d’abord aller chercher ta malle de 35 tonnes…, ai-je intervenu.

-         A mince je l’avais oublié celle-là…la poisse, grogna t’elle.   

    

Pendant qu’elle allait la chercher en compagnie de Tenten, j’aidai donc Hinata à remettre un peu d’ordre dans notre chambre. En effet la bataille avait laissé place à un véritable carnage. Je dus même monter sur une chaise pour attraper Tobi, le nounours préféré de Tenten, qui était accroché au lustre. Allez savoir… même sous ses air de fille surexcité et forte, mon amie avait parfois un mode pause. Dans ses moments là, elle devenait complètement gaga et allez jusqu’à parler aux meubles. Non je plaisante, mais en attendant elle adorait Tobi, seul souvenir de la vie avec ses parents.

Triomphante, je récupérais la peluche avant de l’examiner sous tous les angles pour voir si il n’avait pas été abîmé. Apparemment non…il avait toujours cette tête bizarre, ce masque noir comportant une spirale orange et ce gros nuage rouge cousu sur le ventre.

 

-         Raaaa Tobiiii, s’écria une voix que je reconnu comme celle de Tenten, juste derrière moi.

Mon amie ce précipita vers la peluche et commença à lui faire un gros câlin…Hum perso j’aurais pas voulu être à la place de la peluche : elle l’étouffait complètement.   

Apparemment, les filles avaient réussi à amener l’énorme valise de Temari, qui s’apprêtait à ranger son contenu.

-         Tu veux pas faire ça après ? Comme ça on sort, fis Tenten après avoir reposé Tobi sur son lit.

-         Ok. De toute manière j’aurais jamais eu le courage de tout ranger, rit Tema en nous tirant la langue.

-         Paresseuse ! avions nous dit en chœur alors qu’elle sortait de la chambre en grimaçant.

 

Le reste de l’après midi se passa normalement : nous visitâmes presque toutes les installations, à part les écuries qui étaient trop loin au goût de mes amies. Pas de mort à déplorer du coté des groupies, même si Temari avait malencontreusement poussé Tayuya dans le lac. Cette dernière faisait partie de nos ennemies n°1 et je la détestais depuis ma toute première année dans ce lycée. Tout aussi bourgeoise que la plupart des filles de Kunoichi’s school, cette fille cherchait trop souvent les emmerdes, si je puis dire. Aujourd’hui elle avais juste lancé un : « Salut les bâtardes » qui, comme vous l’aurez compris, n’avait pas plus à mon amie blonde. 

Enfin que voulez vous, c’était plutôt la routine je dois dire. Même si nous n’avions pas de lac au lycée provisoire, nous trouvions toujours un moyen de ridiculiser ces poufs. Et dieu merci, elles étaient beaucoup trop stupides pour riposter convenablement.

 

Ce n’est qu’à 19h, alors que nous étions dans notre chambre après nous êtres douchés, que la voix de Tsunade résonna dans le couloir par l’intermédiaire de hauts parleurs.

«  Toutes les élèves sont priées de se rendre au réfectoire immédiatement ! Je répète, toutes les élèves… »

Ok c’est bon on a compris ! Pas besoin de le répéter 15 fois ! Quoi que… je crois pas que ce soit suffisant pour que certaine comprenne…style Tayuya and Co…Vous allez sûrement me dire que je suis méchante ! Mais BIP ! FAUX ! Je suis juste réaliste.

 

J’allai ouvrir la porte quand elle s’ouvrit toute seule, dévoilant Shizune au passage. Je commençait vraiment à croire que personne ne voulais que j’ouvre les portes…Ca devenait assez chiant.

-         Bonsoir les filles, nous dit elle en souriant, un gros carton dans les bras. Avant que vous n’alliez au réfectoire, voilà vos uniformes.

Cool, elle nous donne des uniformes…attendez QUOI ??

-         Hein ? Et depuis quand on a des uniformes ??? s’écria Temari en sautant de son lit pour s’approcher.

-         Depuis que Tsunade l’a décidé. Les élèves de Shinoby’s academy en ont, alors vous en aurez aussi. C’est pour la réputation de l’école. Et puis ils sont joli vous verrez ! Etant des terminales, les vôtres seront verts.

-         Des uniformes !? Je rêve, gémit Tenten.

-         Allez il n’y à pas à discuter, nous intima la sous-directrice. Vous devrez les porter pour allez aux cours normaux ainsi que pour manger matin, midi et soir.

-         C’est trop la galère ce truc, soupira Tema en prenant le cartons des mains de Shizune.

-         Habillez vous vite et on se retrouve au réfectoire, termina t’elle avant de partir.

 

Temari posa alors le carton sur la grande table de notre chambre. Nous nous en approchâmes perplexes, comme si nous avions peur qu’un monstre en sorte. Alors délicatement, de ses petits doigts tous blancs, Hinata ouvrit la boite tant crainte. Piochant dans le carton, elle en ressortie une chemise blanche toute simple, cintrée et brodée de petites arabesques vertes au niveau du col. Bon, pour l’instant ça allait, je pourrais porter ce genre de choses sans crainte. Le vêtement qui suivit fut une jupe qui devait nous arriver aux genoux. Plissée, elle était d’un joli tissu à carreaux écossais de couleur vert feuille et se devinait légèrement taille basse. Enfin, Hinata sortit une cravate toute simple, dans les tons verts.

-         Bah…ça va c’est pas trop hideux, tenta Tenten.

-         Je dirai même plus, c’est pas mal du tout ! enchaîna Temari. Au fond, la vieille Tsunade n’a pas des goûts de chiotte. 

Je trouvais moi-même que ces uniformes avaient un certain charme. C’est ainsi que nous nous retrouvâmes avec chacune :

* 4 chemises.

* 2 jupes.                                                                                                                                    

* 2 gilets simples gris.

* 2 pulls épais noirs, pour l’hiver.

* 2 chandails gris, pour l’hiver aussi.

* 3 cravates.

* 12 paires de socquettes blanches.

* 8 paires de chaussette haute rayées vertes et blanches pour l’hiver. Elles devaient nous arriver plus haut que le genou.

* 3 foulards brodés du blason de l’école.

 

Le tout étant à la taille de chacune d’entre nous. Prenant les deux piles qui me revenaient, je m’empressais de les ranger dans mon placard. Me saisissant au passage d’une jupe, d’une chemise, d’une cravate et d’une paire de socquettes, j’enfilais rapidement mon uniforme, chaussant aussi des ballerines noires plates.

-         Raaa saleté de cravate de mes deux, jurai-je tout en bataillant avec ce fichu bout de tissu.

Mes amies rirent de ma maladresse, même si Tema et Tenten n’en menaient pas large avec leurs propres cravates. Ce fut notre gentille Hinata qui nous aida finalement à les nouer, tout en se moquant gentiment de nous.

 

C’est avec une légère appréhension que nous nous dirigeâmes finalement toutes les quatre vers le grand miroir de la chambre. Un, deux, trois…va-y Saku ! Ais le courage de te regarder dans cet accoutrement vert ! Après quelques secondes d’hésitation, j’ouvris finalement mes paupières et fixait l’image que me renvoyait la glace. La jupe laissait voir mes longues jambes, galbées comme il faut même si elles étaient moins parfaites que celle de Tenten. La chemise épousait parfaitement ma poitrine, la rendant plus aguichante, ce qui fut un bon point. Au moins il y en aurait un de bon point ! Tout n’était pas perdu ! Youpi ! Hinata avait parfaitement noué ma cravate et je lui adressai un magnifique sourire.

En parlant de l’une d’elles, mes trois amies étaient toutes très jolies, voir même sexy dans ces uniformes.  

-         Ouuaaah, s’exclama Temari en faisant le V de la victoire, on déchire grave les filles !!!

-         Je dois bien admettre que nous sommes ravissantes ainsi, ajouta Hinata.

Ah cette bonne vieille Hinata ! Même si on l’a décoincé, elle garde son langage de petites filles models. Mais je dois dire que ça la rend encore plus trognionne.

-         Ca mérite une photo les miss, déclara soudain Tenten en se précipitant pour attraper son appareil photo numérique qui avait déjà quelques années.

Réglant le déclenchement automatique, elle le plaça sur une étagère face à nous et vint nous rejoindre. Nous prenant toutes par les épaules, nous dîmes en chœur « groupies » alors que le flash brillait devant nos yeux. 

Les photos étaient une sorte de tradition pour nous quatre. Tenten avait d’ailleurs crée une sorte d’album spécialement pour ça, où toutes les photos du groupe étaient regroupées. Deux ans de notre petite vie d’ado y étaient retranscris. Nous le feuilletions souvent entre copine, avant de nous regarder un bon film. 

Avant de partir, j’attachais mes cheveux en une longue tresse qui me battait le dos.

 

Finalement après cinq minutes, nous nous dirigeâmes vers le réfectoire, courant dans les couloirs et riant comme à notre habitude. La vie était belle alors pourquoi ne pas rire ?

Vu le silence qui régnait là où nous passions, nous devions êtres les dernières et les plus en retard. Mais bon, ça ne changeait pas de d’habitude après tout.

 

Quand enfin nous passâmes la porte du réfectoire, toutes les filles nous regardèrent avec des yeux voulant à peu près dire « Connasse de putain de pouilleuse! On vous déteste alors dégagez de notre monde de pourri gâtées » Enfin un truc du genre même si la moitié des filles assises ici avaient trop de classe pour sortir des obscénités pareilles. Mais sans se laisser démonter le moins du monde, Temari lança un tonitruant :

-         Salut les poufs ! Ca gaze ??

Tenten, Hinata et moi suivîmes avec de beaux sourires colgate n°2, même si celui d’Hina passait pour un sincère. Allez savoir, cette fille est trop gentille ! Mais tellement adorable.

La réplique eu pour seule réponse le fusillemant du regard de la part de plus de 450 filles. Charmant mais tellement jouissif pour nous ! Je vous promets, c’est étonnement génial !

Tout en nous en fichant éperdument, nous nous dirigeâmes vers quatre places libres à l’unes des trois longues tables installées pour les élèves. Tsunade et quelques profs nous fixaient médusées depuis leur table, sur une estrade en face de nous.

-         Bon, commença Tsunade en se levant. Maintenant que tout le monde est là (je sais pas pourquoi mais elle nous lança un regard appuyé…) je vais pouvoir vous expliquer comment va se dérouler cette année. Tout d’abord les uniformes seront obligatoires aux cours matinaux, ainsi qu’au repos. Le reste du temps vous pourrez porter vos propres vêtements, tout en gardant un minimum de décence. (Regard appuyé pour les poufs qui se limaient les ongles et qui n’en avaient rien a battre de ce discours rasoir) Les activités auront lieu tous les après-midi et parfois le week-end, vous verrez cela avec vos professeurs. Ensuite, quelques sorties seront organisées pendant l’année, au village voisin : Oto, ainsi que des tournois avec le lycée des garçons. Le directeur de cet institut et moi-même avons également organisé des bals avec les élèves de la Shinoby’s academy.

Notre directrice se stoppa alors que 450 filles hurlaient de joie, parlant déjà de leurs futures robes et accessoires. Quand je dis que ce sont des timbrées, j’ai vraiment pas tors. On se croyait dans une basse cour…Et va-y que je piaille, et va y que je caquette…c’est vraiment des cas sociaux…ou des catalyseuses au suicide comme je le dis souvent.

J’allai faire part de mon agacement à Hinata quand Tsunade fit avec la plus grande discrétion et la plus grande délicatesse :

-         MAIS VOUS ALLEZ VOUS TAIRES OUI ? BANDE DE POULES HYSTERIQUES !!!! LA PROCHAINE QUI GLOUSSE COMME UN DINDON JE LUI METS 25 HEURES DE COLLES !!!

Youpi, madame vous remontez vraiment dans mon estime. Même si vous m’avez explosé les tympans…Mes amies semblaient d’ailleurs de mon amie et Tenten leva même les deux pousses en direction de la directrice.

 

Et voilà comment se passa la demi-heure qui suivit : Tsunade nous bourra le crâne avec toutes ses règles et ses nouveautés. A la fin, Temari dormait presque sur l’épaule de Tenten qui n’en menait pas large. Moi-même, j’étais prostrée sur la table, les yeux dans le vague avec une immense envie de dormir. Seul Hinata tenait le coup, droite comme un I sur sa chaise.

-         Voilà. Merci à toute et bon appétit.

Cette phrase fit l’effet d’une bombe sur notre groupe, alors que Temari se précipitait vers les plateaux. Car si je ne vous l’avais pas dit, notre réfectoire était un self. Nous avions le choix entre 4 entrée, 10 plats chauds, et 4 desserts différents, sans compter les fromages et autres aliments en plus.

Revenu à table, avec des carottes râpées, de la purée et un tournedos, ainsi qu’une pomme, je dis :

-         Eh bin elle a vraiment endormis la salle avec son discours la Tsunade non ?

-         Ouai j’ai cru que j’allais m’endormir, me répondit Temari des spaghettis plein la bouche

-         Dis plutôt que tu étais à deux doigts de ronfler, nargua Tenten en jouant avec sa fourchette.

-         La plupart des trucs qu’elle a dit sont dans le règlement intérieur de l’école, nous expliqua Hinata avec sa jolie voix claire. Elle a gâché sa salive pour rien.

-         Elle a surtout endormi la salle pour rien, ricana Tema.

Nous éclatâmes de rire, avant qu’une ombre ne vienne se placer devant moi, juste derrière Tenten.

-         Tiens…mais c’est la bande des pouilleuses, minauda une voix que je connaissais que trop bien.

Relevant la tête, je la vis : Ino Yamanaka, ma pire ennemie. De longs cheveux blonds tombant raides sur ses épaules, un corps sublime, bien que maigrelet, et des yeux d’un bleu limpide. Le sourire moqueur qui étirait ses lèvres entièrement botoxées me fit grincer des dents. Je haïssais cette pimbêche depuis mon premier jour dans cet établissement et elle me le rendait bien, ne ratant jamais une occasion de me ridiculiser ou de m’insulter.

Derrière elle, ricanaient ses amies : Tayuya Soma, Kin Yutoni et Karin Takaya. L’une avait les cheveux d’un rose plus foncé que moi, l’autre d’un noir de jais et la dernière, rouge comme le sang. Toutes possédaient des silhouettes aguicheuses…mais il n’y avait que ça. Dénuées d’intelligences, elles n’étaient bonnes qu’à lancer des brimades et autres rumeurs, ainsi qu’à coucher avec tous les mecs qu’elles pouvaient dénicher.

 

Le groupe de ses groupies était parait t’il, le plus populaire de notre lycée…à croire que toutes les élèves voulaient devenir des putes. Elles formaient surtout notre groupe rival, celui que nous méprisions sous tous les aspects et que nous ridiculisions du mieux qu’on pouvait. Mais l’ennui avec elles, s’était Ino. Bien qu’elle soit pouf et garce sur les bords, elle possédait un minimum d’intelligence. Je sais ça peut choquer ! Elle s’en servait surtout pour se venger et nous rendre minables aux yeux des autres lycéennes.

-         Tiens, mais c’est miss Bitch, répliquai-je. Que nous vaut l’honneur qu’une personne aussi méprisable que toi daigne nous adresser la parole ?

(Note : bitch veux dire pute en anglais)      

-         Tais toi donc la sans abris, siffla Ino en me dardant de ses yeux placide.

-         Dégages la pute ! s’énerva Tenten en se levant.

-         Tssss, sifflèrent les trois amie de la blonde platine.

-         Tu t’énerves la clodo n° 2 ? fit Kin en la jaugeant du regard. Tu veux peut être qu’on te donne quelque cartons pour solidifier ta maison de tôle ?

Alors que mon amie allait répondre en lui sautant à la gorge, la groupie se prit une bonne dose de spaghetti entre les deux yeux. Les pâtes et la sauce tomate dégoulinèrent le long de son visage, alors que ses amies regardaient la scène horrifiées.

Temari tenait sa fourchette en lance missile, et la mit face aux filles.

-         Dégagez si vous voulez pas vous prendre votre dose en pleine gueule ! Capich ? menaça t’elle les yeux plissés.

Le hurlement de rage que poussa Kin réveilla ses amis, alors qu’elle se précipitait hors de la salle. Après leur départ, nous étions toutes les quatre pliées de rire. La situation avait été d’un comique !

 

C’est donc dans la bonne humeur et les rires que ma première soirée à Kunoishi’s school se termina. L’année promettait d’être mouvementée, entre le sport, les cours, la vengeance de ces quatre pimbêches et surtout la rencontre avec les mecs de Shinoby’s academy… Mais qui sais peut être me faisais je des films…Allez savoir.  

          

 

 

Et voilà ce chapitre clos. La suite sûrement pendant le week-end, ou lundi grand maximum.

 

Merci encore de votre passage, et comme dise certaine : Si vous avez le temps de lire, vous avez le temps de mettre un commentaire lol ^^

 

 

A suivre…