Semaine parentale, retenue et secrets en suspend

par Sarah

Chapitre 12 – Semaine parentale, retenue et secrets en suspend

 

Voilà ! Je suis de retour !! Donc voilà le 12éme chapitre et le plus long ! Bonne lecture, chers lecteurs adulés.

Halloween s’était achevé sur un condensé d’émotions diverses pour tout les protagonistes du château… Ce soir-là, ils s’étaient tous couchés avec la vive impression que plus la semaine parentale approchait, plus tout le monde était à cran.

D’ailleurs ce matin-là lorsqu’Hinata  se réveilla au sortir d’un cauchemar, elle put constater avec une mine amusée que Sakura n’était plus dans son lit. Avec une raideur due à la peur qui lui nouait le ventre elle se dirigea dans la salle de bain, tentant de ne pas penser à la semaine parentale qui débutait le lendemain matin.

***

Sasuke Uchiwa marchait dans les couloirs, l’air morose. Morose parce que si tout le monde était nerveux à l’idée que leurs parents viennent le lendemain, il était plus que conscient que ses parents, eux ne pourraient jamais venir durant cette stupide semaine.

C’est pourquoi, tout le programme d’aujourd’hui était particulièrement chargé. Parce qu’il ne voulait penser à rien et parce que le match contre les Serdaigle avait lieu dans trois jours. C’est donc d’un pas plus rapide qu’il se dirigea vers la bibliothèque afin de prévenir la seule personne qui n’était pas encore au courant–– de l’entraînement intensif de cet après-midi : Sakura Haruno, une des poursuiveuses.

Quelques minutes plus tard il arriva dans la bibliothèque et constata un peu surpris que la rose était affalée sur sa table. Un tantinet soucieux il s’approcha et posa une main prudente sur son épaule.

-          Hé Haruno ?

Pas de réponse. Il la secoua un peu et elle se réveilla doucement.

-          De quoi ? grommela-t-elle en se frottant les yeux. Purée quoi encore ?

-          Oh rien, nous avons passé un nuit torride et j’en redemande…

-          HEIN ?! s’écria la jeune fille en se réveillant cette fois-là d’un bond. Tu fais quoi là, toi ? Attends tu m’as fait quoi ?!

-          Absolument rien. Mais le fait que tu demandes si je t’ai fait quelque chose suggère que tu aies envie que je te fasse quelque chose.

-          Dégage.

-          Non, je dois te prévenir qu’on s’entraîne cet après-midi.

-          Tu aimes tant que ça modifier les entraînements à ta guise ? Tu n’as rien d’autre à faire aujourd’hui ? Par exemple réfléchir à ce que tu pourrais faire visiter à tes p…

La fleur s’interrompit soudainement se souvenant à qui elle parlait. Son silence devint rapidement embarrassant. 

-          Enfin je veux dire que… Ben… Tu n’as pas autre chose à faire ?

-          Hnn. Non. Devant le terrain. 14h, récita le jeune homme d’une voix en lame de rasoir.

Sakura baissa les yeux sur son livre, coupable.

-          Désolée, chuchota-t-elle. Parfois je parle trop sans m’en rendre compte.

Sasuke ne répondit rien mais examina avec attention le présentoir.

-          Bref. 14h sois là.

Et le brun commença son demi-tour. Il n’en voulait même pas à Sakura. Il en voulait à la fois à personne et à tout le monde. Soudain un petit cri se fit entendre alors qu’il marchait dans le couloir. Rapidement il fit volte-face et entra dans la bibliothèque. Pour voir Sakura nez-à-nez avec Dosu.

-          Fous le camp !

-          Je viens emprunter un livre ! Ce n’est pas interdit…

-          Tu t’es approché de moi par derrière !

-          Et alors ? Idate le fait bien.

-          Ce n’est pas pareil, dégage Dosu ! Je n’ai pas oublié Halloween.

-          Oh mais moi, non plus, ma jolie, susurra le Serpentard.

N’y tenant plus, l’Uchiwa l’envoya d’un Petrificus Totalus au tapis.  Il s’approcha pour regarder le Serpentard figé au sol.

-          La magie tu ne connais pas ? grogna Sasuke.

-          Je ne t’ai rien demandé.

-          Oh bien sûr ! Quand toutes ces sales vipères voudront t’agresser tu n’auras aussi pas besoin de moi ?!

-          Ne me gueule pas dessus comme ça !

-          Je te gueule dessus si je veux ! D’abord tu traînes avec l’autre pour qu’on te retrouve évanouie à Kusa. Ensuite tu aides une fille pour maintenant avoir ce boulet sur le dos ! Tu aimes tellement que ça les vipères ?!

-          La ferme ! Idate vaut un million de fois plus que toi ! Toi tu es là, à t’enorgueillir jour après jour, à grogner que la vie a été injuste, mais la vie est injuste ! Tu es le mec le plus ignoble et le plus orgueilleux que j’ai pu rencontrer parce que justement on ne sait jamais à quoi s’attendre avec toi !

-          Pardon !?

-          Exactement ! Tu n’as pas une seule personnalité mais quinze ! Tu me cries dessus parce que j’arrive en retard aux entraînements, tu m’embêtes, tu me fais la morale, et, à de rares occasions, tu es capable de tenir une discussion normale. Et encore !

-          Alors ça, c’est l’opinion que tu as de moi ?! s’écria Sasuke ayant définitivement perdu le contrôle de ses nerfs.  Je vois ! Eh bien tu n’as qu’à aller batifoler avec tous les Serpentards que tu veux, la pleurnicheuse ! C’est vrai, je m’en fous après tout, ce n’est que par égard pour Naruto que je m’occupais un tout petit peu de toi ! Ne t’imagine pas des scénarios bizarres ! Après tout qu’est-ce que je m’en fiche d’une fille qui s’est fait avoir par un minable dans son ancien lycée !

Sakura en resta muette. Les larmes lui montèrent aux yeux pour une raison qu’elle ne s’expliquait pas. Alors pour dissimuler sa faiblesse elle fit la chose qui lui vint à l’esprit ; elle attrapa un gros volume et le lança en direction de l’Uchiwa. Celui-ci l’évita aisément et se cacha derrière une bibliothèque. Au moment où Sakura s’avança pour lui lancer un sort un bras la fit basculer au sol. Avec horreur elle vit Dosu se redresser, sa jambe en main.

-          Lâche-moi microbe !

-          Alors comme ça tu t’es fait avoir par un gars dans ton autre école ? Ca ne m’étonne pas ! Les Gryffondors sont tous des…

-          Stupéfix !

Le sort de Sasuke toucha Dosu en plein dos et il s’écroula sur Sakura qui était dos à une table accolée à une bibliothèque. Soudain un carnage sans nom se fit ; la bibliothèque bascula et comme un jeu de dominos toutes celles de l’allée tombèrent. Les volumes pleuvaient. Un gros dictionnaire des plantes tomba sur la tête de Dosu et Sakura évita de peu un Manuel élémentaire de potions, tandis que Sasuke l’attrapa par le bras pour la tirer vers la sortie.

-          C’est de ta faute ! s’exclama la rose, recouverte de poussière.

-          Je t’ai protégé !

-          Je ne t’ai rien demandé !

-          Tu aurais préféré qu’Idate t’aide peut-être ?!

Sakura le fusilla du regard.

-          Et Dosu ? Et s’il était mort par ta faute ?

-          Ce serait un service que j’aurais rendu à l’humanité ! grogna le brun. Mais je l’ai poussé sous une table.

-          Et…

-          Bon dieu ! Que s’est-il passé ici ?! s’exclamèrent Kurenai, Asuma, la directrice, Itachi et Kabuto.

-          Vous avez tenté de faire arriver 2012 avant l’heure ou quoi ? rit Itachi.

La directrice le fusilla du regard.

-          Que s’est-il passé ici ? interrogea la directrice.

-          La bibliothèque a été bousculée…/ Dosu nous a attaqué…

Les deux adolescents voulant s’exprimer de prime abord rendaient les explications incompréhensibles.

-          Un seul à la fois. Uchiwa, commencez, dit Kurenai d’une voix sans timbre tellement le capharnaüm de la bibliothèque la choquait.

-          Dosu nous a attaqués alors que moi et Sakura discutions dans la bibliothèque. J’ai défendu Sakura et en tombant il l’a bousculé, Sakura a bousculé une table et tout s’est suivi, décrit le jeune homme d’une voix blanche.

-          Pardon ? Vous avez attaquez à deux contre un, un Serpentard ? s’exclama Kabuto, ses petits yeux porcins cherchaient déjà une faille. C’est absolument indigne. Je propose qu’on le punisse.

-          Punir peut-être mais certainement pas pour s’être défendus. Plutôt pour avoir démolit la bibliothèque de Madame Thompson… heureusement qu’elle dort encore… rétorqua Asuma d’une voix calme.

-           Je propose qu’on les prive du match contre les Serdaigles ! annonça  Kabuto d’une voix méchante.

-          Ah bon ? répliqua Itachi d’une voix glacée. A ce que j’en sache cette bibliothèque n’a pas été détruite parce qu’ils s’y entrainaient avec des balais !

-          Je propose une autre punition : pourquoi pas des tâches ménagères ? ca leur donnera une idée du carnage qu’ils viennent de commettre, annonça Kurenai.

-          Et Dosu ? demanda Sakura avec hargne. Il est aussi collé n’est-ce pas ?

-          Il est blessé ! Bien sûr que n… débuta Kabuto.

-          Oui, quand il sera remis, coupa Kurenai d’un ton tranchant.

-          Je ne peux pas madame. J’ai entraînement. et… Sakura me doit un service… n’est-ce pas ? commença l’Uchiwa son irritation toujours pas passée.

-          Qu-quoi ? interrogea la rose.

-          Oui, tu fais la retenue toute seule… et tu ne me devras plus rien. On sera quittes.

La fleur serra les dents, ses lèvres bougèrent et articulèrent silencieusement le mot : Connard.

-          Eh bien ! Je suis ravi que mes élèves soient capables de se rendre service ainsi. Très bien, complimenta Asuma.

-          Et la punition ? Quelle sera-t-elle ? demanda Sakura crispée.

-          Nettoyer le cachot numéro 7, dit Kurenai  en coupant à nouveau Kabuto qui ouvrait la bouche.

-          Où se trouve-t-il, madame Yuhi ? Nous n’avons jamais eu cours dans celui-là.

-          Juste à côté de la salle commune des Serpentards. Vous commencerez à 14h et finirez à16h, cela vous convient-il ? demanda Kurenai d’une voix douce.

Sakura qui avait blêmît hocha la tête. Puis la baissa sur ses pieds. Elle ne vit pas le regard insistant qu’échangeaient les deux frères Uchiwa.

-          Bien, conclut la directrice. Mademoiselle Haruno, allez-vous doucher, déjeuner et avant de vous rendre au cachot 7, vous remettrez votre baguette à Kurenai. Elle vous la rendra après avoir inspecté votre travail.

-          Et pour la bibliothèque ?

-          Les professeurs s’en occupent.

Et ils pénétrèrent tous dans le carnage. Sakura lança un regard meurtrier à Sasuke.

-          Hnn, quoi ? Après tout tu n’as pas besoin de moi et puis tu devrais être contente ; le cachot 7 est juste à côté de leur salle commune…

-          Connard.

 

***

-          Sakura, ça va ? demanda Tenten pour la seconde fois.

-          Oui, oui… grommela la rose.

-          Tu es sûre ? Depuis que tu es rentré au dortoir tu as l’air déprimée…

-          C’est rien… juste la semaine parentale qui commence demain…

A l’évocation de la semaine parentale Hinata et Neji bleuirent sensiblement, Sasuke se ferma hermétiquement, Gaara et Temari se crispèrent.

-          Ah c’est vrai… mais sinon il paraît que vous deux vous êtes ensemble ? interrogea Tenten sortant ainsi du silence général.

Les joues de Temari se colorèrent de bonheur.

-          Ouais c’est ça…

-          Ouah, Shikamaru ben dis donc, t’as pas perdu de temps ! s’exclama Naruto.

-          En fait si, vu le nombre d’année depuis lesquelles je la connais… bâilla le brun un peu agacé d’être le centre des attentions.  Et puis c’était soit cette femme galère soit une pipelette de Pousouffle…

-          De quoi ?! tonna Temari en lui envoyant un coup de coude dans les côtes.

-          Et c’est qui le prochain à se caser dans notre petite bande ? demanda Naruto en buvant un grand verre de jus de citrouille.  C’est qui le prochain cachotier ? Gaara ? Neji ? Sasuke ? ou Tenten peut-être ?

Les réactions des différents interpellés furent très diverses. Gaara fit lâcher sa prise à Tsuki sur son bras et lança un imperceptible regard vers Lanae qui avait les yeux baissés sur sa jupe. Seule Temari vit cela et elle en fut terriblement chagrinée. Les derniers jours elle avait tout tenté pour remonter le moral de cette dernière sans succès.

Neji haussa les épaules. Il était encore plus silencieux que d’ordinaire. Son regard glissait très souvent vers Tenten mais cette dernière l’ignorait royalement. Il en était particulièrement troublé d’autant plus qu’il la voyait très souvent parler avec Itachi.

Sasuke continua de manger comme si de rien n’était, tout en sentant avec une certaine satisfaction le regard furibond de la rose sur lui depuis tout à l’heure.

Tenten avala de travers, but de l’eau et décida de faire celle qui n’avait rien entendu. Comment expliquer que celui dont elle était secrètement amoureuse était assis là ? A cette table ? Comment divulguer tout haut à quel point il l’avait blessé ? Depuis cette fameuse nuit d’Halloween la brune ignorait du mieux qu’elle pouvait les regards insistants du Hyuga. Elle passait beaucoup de temps avec Itachi soit pour parler, soit pour pleurer.

-          O…k… je vois que c’est le vide intersidéral côté cœur… remarqua Naruto très déçu.

-          Naruto n’emploie pas des mots trop compliqués pour ta caboche. Tu te fais du mal.

-          Ta gueule Pain ! Et puis va bouffer avec ta serdaigle au lieu de squatter !

-          Konan est très intelligente c’est vrai… contrairement à toi.

-          Moi je suis courageux !

Puis revenant sur les vies sentimentales de ses amis ; il se tourna tout naturellement vers sa demi-sœur.

-          Et toi Sakura ? Tu n’as personne ?

De nombreux regards pesèrent sur la rose qui engloutissait une cuisse de poulet.

-          Euh… non…  pourquoi ?

-          Parce qu’on te voit un peut trop avec ce Serpentard depuis Halloween, fit remarquer Kiba.

-          Ah d’ailleurs Kiba il paraît que ça s’est arrangé avec Keiko ?? demanda Pain désireux d’épargner une gêne à Sakura.

-          Grave ! C’est parfait, je plane trop avec elle !

Le sujet de la vie de Sakura parut se tasser jusqu’à qu’une tierce personne ne s’en intéresse par un moyen détourné.

-          Moi, j’ai rencontré une Serdaigle superbe. Elle est intelligente, belle, grande, calme, elle déteste les sucreries, et ce n’est pas une sale vipère au moins…

Sakura qui venait d’englober une partie de sa tartelette tourna ses yeux vers Sasuke qui parlait visiblement à Naruto. En avalant difficilement elle sentit ses sourcils se froncer d’eux-mêmes. Les propos de Sasuke la visaient.

Elle était modérément intelligente… mais se faire piéger par un garçon ce n’était pas de l’intelligence, de la stupidité oui…

Elle ne s’était jamais sentie belle alors cette remarque la blessa.

Elle avait toujours été assez petite, en primaire on l’avait traité de naine.

Elle était trop impulsive, les mots sortaient tous seuls de sa bouche…

Elle adorait les sucreries, en particulier les tartelettes à la fraise.

Et le morceau de phrase où il mentionnait « vipère » était une limpide référence à Idate.

-          Eh bien ça doit vraiment être quelqu’un de bien… murmura-t-elle sa voix se brisant.

Elle aurait aimé se lever et hurler comme Tarzan avant de lui sauter à la gorge, elle aurait aimé lui faire une prise ou le bouffer comme King Kong l’aurait fait… mais étant une fille et de surcroit une fille à complexes toutes ces références sur ses propres défauts qu’elles connaissaient l’avaient rendue amorphe.

Son état presque végétatif n’aurait pu être remarqué qu’en scrutant ou ses yeux, ou son assiette. Mais ses yeux étaient cachés par sa frange et personne ne s’intéressait à son appétit. Une seule personne remarqua quelque chose ; il voulait lancer une autre pique saignante et c’est donc avec un sourire sarcastique  qu’il se tourna vers Sakura.

Lorsque les mots sortirent il les regretta presque instantanément en regardant l’assiette de Sakura…

-          En effet. C’est quelqu’un de bien. Elle n’est pas du genre à se faire berner facilement j’imagine…

Dans son assiette, Sasuke vit une tartelette presque entière… Avec une certaine mortification il vit tomber lentement une goutte sur une des fraises. Une autre goutte alla s’écraser au bord de l’assiette. Mais personne ne remarquait rien parce que tout le monde lui posait des questions sur cette fille mystère. Distraitement il répondit qu’ils pourraient la voir à l’entraînement cet après-midi pendant que la fleur se levait. Hinata la regarda se lever avec inquiétude, elle lui demanda où elle allait : elle répondit qu’elle avait une retenue. Et la frange toujours baissée elle sortit de la grande salle à grands pas.

Hinata lança un regard coléreux vers Sasuke qui haussa les épaules en entrant dans un mutisme des plus parfaits.

 

***

Tenten et Temari marchaient toutes les deux dans un couloir direction les gradins.

-          Est-ce que…est-ce qu’il s’est passé quelque chose Tenten ?

-          Temari je…

-          Je sais que tu ne veux pas en parler ! Mais tu as l’air si… démoralisée…

Tenten resta silencieuse un  long moment.

-          Je t’en parle si tu me parles de ce que Lana’ a.

Temari s’arrêta pour scruter son amie d’un regard émeraude contrit.

-          Je ne peux pas Tenten. Tu es ma meilleure amie mais je ne peux pas… ce n’est pas ma vie qui est en jeu là-dedans. C’est entre Gaara et Lana.

-          C’est vrai ça ?

-          De quoi ?

-          Que je suis ta meilleure amie ?

-          Evidemment. Enfin ! J’aime aussi beaucoup Sakura, Lana et Hinata mais toi tu es celle à qui j’ai parlé du mariage de mon père…celle qui a su en premier pour Shikamaru et moi…

Tenten lui offrit un sourire plus authentique.

-          C’est vrai… c’est vrai qu’on se connait depuis longtemps… Si je te raconte, tu promets de ne pas te moquer de moi ?

-          Promis, après tout tu as gardé secret quand je me suis cassée la gueule dans les cachots l’autre jour.

-          Très bien. Alors écoute…

***

Sasuke marchait d’un air pénétré dans les couloirs. Il était déjà 13h et demi et il ne savait toujours pas comment se sortir de la situation délicate dans laquelle il se trouvait ; il s’était inventé une petite amie rien que pour critiquer sa poursuiveuse qui serait collée… D’ailleurs cette heure de colle que Sakura ferait ne l’arrangeait pas tellement… D’accord il s’était vengé, mais il avait besoin d’elle pour l’entraînement.

Plongé dans ses réflexions, il s’heurta violemment à quelqu’un, la personne tomba à terre :

-          Ouille !

-          Ah…hn… désolé, grogna le cadet des Uchiwa en redressant la jeune fille à terre.

-          Ca va, y’a pas mort d’homme, répondit-elle en ramassant ses bouquins.

Il ne répondit rien et examina la fille : elle était grande, menue, possédait de grands yeux bleus…assez jolie et d’après son uniforme elle était à Serdaigle. Il eut alors une illumination.

-          Tu t’appelles comment ?

-          Skye.

-          Ok. Moi je suis…

-          Je sais qui tu es… sourit la fille. Du moins… toutes les filles savent qui tu es…

Sasuke se passa négligemment la main dans les cheveux. Légèrement anxieux.

-          Tu fais quoi cet après-midi ? demanda-t-il après un temps.

-          Pourquoi ?

-          J’aurais besoin d’aide… Un service…

-          On se connaît depuis deux minutes ! s’exclama l’adolescente suspicieusement. Quel genre de service ?

-          Le genre de service où tu joues ma copine cachée pour un après-midi, j’inventerai une rupture et tout…

Skye ouvrit grand les yeux puis éclata de rire.

-          Mais… mais tu peux avoir… n’importe qui !

-          Hnnn…

-          Et j’y gagne quoi ?

-          Tu veux quoi ?

-          Je veux que… hum… que t’affiches une seule fois avec moi dans la Grande Salle.

-          Ne me dis pas que tu es une des membres de mon fan-club, grogna Sasuke irrité.

Skye éclata de rire.

-          Certainement pas. Je veux juste voir comment ça va se dérouler…

Ils se serrèrent la main pour conclure leur pacte. Et soudain Lana apparue dans le couloir en compagnie d’Hinata et alors Sasuke serra la fille dans se bras. Lana haussa les sourcils intrigué, Hinata ouvrit légèrement la bouche…

***

Sakura attendait tristement dans le couloir adossé dans un coin sombre des cachots du château. De là on ne pouvait la voir et en plus elle pouvait voir si Kurenai arrivait. Elle écoutait de la musique les genoux ramenés contre elle, une feuille avec un support dessus. Elle écrivait une lettre.

Maman,

Je vais bien. Tout se passe bien. J’espère que ma chouette te trouvera avant demain après-midi. J’ai hâte de te revoir.

Tu me manques beaucoup… L’école est géniale, mes amies sont géniales.

Kitsune est un gentil chaton.

Je t’embrasse. A demain.

Saku’

Elle plia la lettre et la rangea dans sa poche. C’était court, concis. Fait pour rassurer. Mais pas vraiment fidèle car en ce moment elle n’allait pas très bien. Bien qu’elle se croyait forte, les critiques à peine masquées de Sasuke l’avaient profondément blessée. La dernière fois qu’elle avait été critiquée ainsi c’était dans son dernier lycée après sa rupture avec Juugo… Tandis que la musique se répercutait dans ses oreilles, elle laissa couler sa peine.

I won’t look down (Je ne baisserai pas les yeux)

Won’t say I’m sorry (Je ne m’excuserai pas)

I know that only God can judge me (Je sais que seul dieu peut me juger)

Elle rit doucement, un rire ironique, sarcastique. Cette chanson était particulièrement satirique pour elle… Parce que oui elle baissait les yeux avant à Oto, oui elle s’excusait de tout et pour tout, et non dieu n’était pas le seul à pouvoir la juger ; Sasuke en avait donné la preuve ce matin…

Cause I’m young and I’m hopeless (Parce que je suis jeune et sans espoirs)

Jeune certes, sans espoirs… ben en ce moment oui.

I’m lost and I know this (je suis perdue et je le sais)

Oui, elle était perdue. Perdue dans sa tête, dans son cœur. D’un côté il y’avait son anonyme, de l’autre Idate qui était extrêmement prévenant… Et s’il ne faisait qu’un ? Ca pour être paumée, elle l’était !

I’m troublesome (Je suis pénible)

Pénible. Ouais. Sûr… Elle s’attirait toujours des ennuis, toujours des disputes avec Sasuke… Toujours des prises de têtes avec elle—même…

I’ve fallen (Je suis tombée)

Tombée, bien évidemment. Se faire jeter ses quatre vérités à la gueule : on tombe de haut.

It’s me against this world and I don’t care… (C’est moi contre le monde et je m’en fous)

Il était également vrai qu’elle se sentait contre tout le monde… Ino la haïssait comme jamais… Sasuke la détestait depuis qu’elle avait intégré l’équipe…

Soudain une voix résonna dans sa tête, une voix masculine qui lui arracha des frissons.

-          Que fais-tu ma jolie ?

-          Rien de particulier, je suis collée dans les cachots, moi et ma chance…

-          Oh. Désolé.

-          Ce n’est rien. Et si tu me disais plutôt ton nom ? tenta l’adolescente en coupant la musique pour se concentrer.

-          Bien essayé ma jolie. Mais c’est encore trop tôt.

Sakura émit l’équivalent d’un soupir mentalement.

-          Tu déprimes ma belle. Raconte-moi.

-          Ce n’est rien, juste une histoire ridicule qui me met mal. J’ai l’habitude de pleurer pour un rien alors…

-          Tu pleures ? l’interrogea son prétendant anonyme. Pourquoi ?

-          Ce n’est rien. Et puis je ne sais pas pourquoi je m’ennuie à parler avec toi, je détestais qu’on se moque de moi.

-          Je ne me suis jamais moqué de toi !

-          Facile à dire quand on est qu’une putain de voix. Je ne sais pas qui tu es, à quoi tu ressembles, pourquoi tu m’as choisie moi ?

La voix se tut un instant et quand elle reprit ses mots firent couler de nouvelles larmes.

-          Tu as raison. Pardonne-moi d’avoir interféré dans ta vie. Je suis peut-être idiot d’utiliser ce genre de méthodes pour parler à la fille que j’aime. Mais laisse-moi atténuer un peu ta douleur,

Laisse-moi dissiper ton malheur,

Même si ta peine revient au bout d’une heure…

-          Des rimes ! sanglota Sakura en l’interrompant. Pourquoi es-tu si gentil ?

-          Je te l’ai déjà dit Sakura ; je t’aime. Maintenant dis-moi qui ou quoi te cause du tort ?

-          C’est rien et pourtant je… C’est stupide comme histoire, je ne veux pas que tu te moques de moi.

-          Je te l’ai aussi déjà dit ; je ne me moque pas de toi.

-          J’ai tellement de défauts ! Même en devenant une sorcière, rien n’a changé, je suis toujours la même fille faible. Et puis il a raison, je suis petite, débile, alide, gourmande…

-          Ne te dénigre pas comme ça. Qui ça « il » ?

-          Personne.

-          Parle.

-          Sasuke, le capitaine des Gryffondors…

-          Ah. Ce cher Sasuke Uchiwa hein… Il est doué pour critiquer pas vrai ? Doué pour faire du mal. Dis-lui qu’il ferait mieux d’aller revoir son éducation.

-          Je ne veux pas le blesser… Je l’ai déjà blessé. Tu as l’air de le détester…

-          Lui ne s’est pas gêné. Disons que je n’aime pas particulièrement son comportement à ton égard.

-          Je ne suis pas comme ça… Madame Kurenai arrive. A plus tard.

-          A plus tard ma belle.

***

-          Tenten ! Je… euh… tu ! Wouah ! s’exclama Temari excitée comme jamais. Tu es… amoureuse de Neji ?

La brune acquiesça doucement. Temari sautillait  presque de joie.

-          Mais quand tu dis qu’il t’a repoussé, tu… en es sûre ?

-          Oui, sanglota Tenten, il a dit que ça le dé-dégoûtait…

Temari serra son amie contre elle tout en se promettant d’éclaircir toute cette histoire.

-          Ne pleure pas, on va à l’entraînement et après tu me racontes ce que Ice-man a dit.

***

Sasuke regarda son équipe alignée devant lui avec un certain agacement. Oui les gars étaient face à lui, oui l’entraînement aurait dû débuter mais il était tout simplement irrité par plusieurs petites choses, qui, additionnées, faisaient qu’il était de très mauvaise humeur.

La question que tout le monde doit se poser à présent c’est « pourquoi ? ». Pourquoi le beau brun était là, à califourchon sur son balai, à regarder tout le monde avec irritation ? C’est vrai qu’il aurait dû se sentir heureux d’avoir échappé à une retenue grâce à cette poire d’Haruno, il aurait dû aussi être très satisfait de l’avoir blessé au déjeuner jusqu’à qu’elle en vienne à pleurer en silence, et il aurait dû être également heureux d’avoir réussi à cacher son mensonge grâce à Skye…

Le problème ? C’est qu’en réalité il ne détestait pas Sakura Haruno au point de la laisser patauger dans l’eau sale des sols des cachots, il ne l’abhorrait pas au point de la faire pleurer pour des mots lancés à la va vite, en plus Sakura était sa poursuiveuse et donc co-équipière et il se voyait mal jouer sans elle… et cette Skye avait quelque chose d’absolument dérangeant car elle le regardait depuis les tribunes avec ce sourire sibyllin qui le mettait mal à l’aise.

Sasuke soupira bruyamment avant de s’éclaircir la gorge, puis il parla :

-           Entraînement annulé.

Les protestations fusèrent mais il s’en fichait. Il leva les yeux vers Skye qui souriait avec satisfaction. L’Uchiha vola jusqu’à sa tribune où elle était installée avec les filles qui la harcelaient de questions sur sa soi-disant liaison secrète avec Sasuke.

Lorsqu’il atterrit Temari cessa ses questions sur le « surprenant couple » pour hausser les sourcils.

-           Tu veux quoi Uchiha ? Et c’est quoi cette histoire d’annulation ?

-           Je voulais faire ça depuis longtemps, mentit-il en snobant Temari pour se tourner vers Skye. Je veux rompre.

-           Ah bon ? a fait Skye en haussant un sourcil l’air machiavélique.

Et le gifla en cachant son visage dans ses mains, tout en sanglotant. Sasuke, lui porta la main à sa joue en sondant la fille qui faisait mine de pleurer sous les regards ahuris de Temari, Tenten et Lana qui se tournèrent lentement vers elle les yeux en ronds de flan.

-           Je le savais ! s’écria la Serdaigle secouée de tremblements. Je le savais que tu aimais l’autre !

-           Qu-quoi ?! s’écria Sasuke, perdu comme jamais.

-           Cette fille ! Je la ! Je vais… ! Mais avoue que tu ne m’as jamais aimée, avoue que tu ne veux tout simplement pas réaliser que tu l’aimes ?!

-           Je ne vois pas de quoi…

Sasuke avait des sueurs froides, lui qui détestait se donner en spectacle, bravo ! Il ne comprenait pas cette tarée et sa scène de ménage ridicule.

-           Avoue juste ! cria-t-elle en pleurant (faussement comme le savait Sasuke mais pour le trio féminin cette scène était un véritable match de ping pong, à droite, puis à gauche, droite, gauche…). Avoue !

-           Oui ! répondit alors Sasuke en se prenant au jeu. Oui je ne t’aime pas ! Oui je l’aime !

Skye fit mine d’éclater en sanglots puis partit en courant dans les escaliers de la tribune. Les filles tournèrent avec une synchronisation effrayant leurs têtes ahuries vers lui. Il soupira à nouveau.

-           Ca n’aurait jamais marché entre nous, vu que j’aime l’autre.

Etrangement sa langue a failli fourcher sur « l’autre. » mais il oublia ce détail en remerciant mentalement Skye d’avoir inventé cette scène de rupture, Temari et Tenten s’occuperaient de faire circuler la nouvelle comme quoi Sasuke était encore célibataire et son idylle avec cette fille bizarre n’aura au bout du compte durée que quelques heures…

***

Alors qu’elle courait vers le lac Skye rigolait à s’en exploser les cordes vocales. Arrivée au lac elle se laissa tomber sur la rive toujours en s’esclaffant.

-           Tu trouves ça drôle Aoi ? demanda une voix en provenance de l’eau.

-           Excuse-moi Tara… mais ces humains sont si maladroits ! Alors je les aide un peu à dénouer leurs inclinaisons…

La sirène qui venait d’apparaître à ses côtés soupira.

-           Tu n’as pas à te mêler à eux !

-           Mais je les surveille ! En particulier elle. Là, le capitaine de Gryffondor va la rejoindre grâce à moi car je ne supporte pas l’idée qu’elle reste seule surtout en temps troubles. Et puis il la veut, le mage je veux dire.

-           Nous ne nous mêlons pas aux guerres sorcières, Aoi…

-           Maman s’il te plaît ! Tu as chanté le jour de rentrée, tu étais là ! Tu as ressenti sa force comme nous toutes !

Tara grogna. Oui elle se souvenait ce soir-là avoir été troublée dans son chant par cette puissance endormie dans cette adolescente aux cheveux roses. Elle se souvenait avoir regardé de loin cette fillette ébahie par l’école… 

-           Sakura Haruno… Tu as raison, il la veut Aoi. Il veut sa puissance.

-           Mais ce que je ne comprends pas c’est d’où lui vient cette puissance ? a demandé Skye-Aoi en regardant sa mère tresser sa chevelure blond claire. Ce n’est qu’une ado, même pas une sorcière renommée…

-           Evidemment. Mais la prophétie et les astres parlent d’une fille aux cheveux roses… Sa puissance ? Hum… Je dirais qu’elle lui vient d’elle-même et que cette force sommeille encore.

-           Mais comment être sûr qu’elle est la fille de la prophétie ?

-           Kakashi-sensei t’a pas parlé de son explosion d’énergie, ce n’était pas normal. Il l’a lui aussi senti.

-           Mais à quoi servirait sa puissance à Oroch…

-           Tais-toi ! Il la veut pour dominer les démons à queues cachés, réveiller les sceaux des anciens, il la veut pour assouvir des projets abominables…

-           Elle s’est évanouie à Kusa, a informé Aoi. On l’a retrouvé avec ce Serpentard, crois-tu que…

-           Je ne sais pas. Les évènements nous le diront, et puis pourquoi avoir intégré l’école comme ça ?

-           Pour la surveiller ! La directrice me l’a demandé… Je suis l’élève Skye et la sirène Aoi…

-           Et la fée Blue ? a demandé Tara avec un grand sourire.

Aoi a rougi en arrosant sa mère.

-           C’est de ta faute si je suis croisée !

Et elles éclatèrent toutes les deux de rire oubliant un instant les affreuses prédictions que les algues livraient et les signes alarmants que la nature laissait filtrer. 

 

***

Lana dès qu’elle fut en bas des gradins s’éloigna de Temari et Tenten. Elle ne voulait pas de présence, elle voulait simplement réfléchir. A elle, à ses propres sentiments. Gaara avait toujours été si doux avec elle alors l’imaginer en bête sanguinaire dépassait son seuil de tolérance. Et puis vicieusement il a fallu qu’elle aime une créature qui avait ôté la vie à sa mère deux ans plus tôt. Doucement elle roulait son fauteuil pour se décider à aller au pont suspendu. Au moins là-bas elle trouvera la quiétude nécessaire à choisir entre Gaara son béguin et Gaara le loup garou déchaîné.

Arrivée là-bas, Lana vit qu’elle était seule. Elle en profita pour se défouler. Les larmes avaient un effet extériorisant malgré tout. Lana sursauta et tourna la tête pour voir Hinata arriver toute seule.

-          Lana ? a demandé la jeune Hyuga. Tu vas bien ?

-          Oui, oui, juste une petite déprime.

-          Tu veux en parler ?

-          Non. Je peux te poser une question Hinata ?

La brune fronça les sourcils, inquiète mais demanda néanmoins le sujet de la dite question.

-          Comment tu as fait ? Quand tu étais seule, sans personne à part Neji, comment tu as fait pour continuer… ? Comment, s’interrompit Lana, comment tu as surmonté ?

-          Je-je… Je ne veux pas en parler ! s’est écriée Hinata avec une voix très aigue.  C’est du passé maintenant.

-          Excuse-moi si je t’ai blessée… C’est le passé tu as raison.

Hinata regarda la jeune infirme soupirer profondément en tripotant ses mains. Les battements de son cœur se calmèrent et sa voix s’adoucit lorsqu’elle parla :

-          C’est à propos de Gaara ?

-          Oui, répondit Lana accablée. Je… je connais un de ses secrets.

-          Oh. Tu sais.

-          Quoi ?! Tu sais qu’il est… que c’est un… ?!

-          Un loup-garou ? Oui, a répondu Hinata en hochant la tête. Depuis quelques temps déjà en fait. Quand j’allais beaucoup à l’infirmerie à cette époque, j’ai remarqué que parfois il y était, je suis tombée sur un calendrier et ça m’a frappé après 3 mois, il n’y était que les lendemains de pleine lune. Quand j’ai rejoint votre bande au début d’année en quelque sorte, il m’a fait promettre de ne rien dire.

-          Un serment ?

-          Non, non sinon je serais déjà morte. C’était juste une promesse comme ça a détour d’un couloir. Donc c’est ça qui te gênes pour sortir avec lui ?

Lana a rougi en baissant les yeux.

-          Je-je ne veux pas… je n’ai pas l’intention de…

-          Ne blague pas Lana, ça se voit comme le nez au milieu de la figure que tu l’aimes. Tu étais si jalouse quand il était avec Tsuki… Vu ton état d’infirmité j’aurais cru que tu serais la première à ne pas le juger…

Lana releva les yeux pour accrocher son regard aux perles nacrées d’Hinata, elle serra sa main sur la petite couverture qui couvrait ses jambes paralysées.

-          Tu sais comment ma mère est morte il y’a deux ans ? Tu sais comment je me suis retrouvée dans cet état Hinata ?

Hinata ferma les yeux un instant, l’intonation colérique de Lana était si inhabituelle.

-          Evidemment que je sais, il y a deux ans… L’école a été attaquée, il y a eu de nombreuses pertes, dont les aurors qui s’occupaient de neutraliser la meute de loups dans le parc, ta mère en faisait partie. Tu étais sortie si brusquement de la salle de bal que Gaara t’a couru après. Et il t’a vu dans le parc de loin pleurer sur le corps de ta mère, il a vu cet énorme loup se jeter sur toi en te lacérant les jambes avec ses griffes… Et il s’est précipité dans le parc pour sceller son destin en quelque sorte…

-          Comment sais-tu tout ça ? Tu étais sur la tour, non ?

-          C’est lui qui me l’a dit, a répondu Hinata d’une voix douloureuse due aux violents souvenirs de cette fameuse nuit. Pendant que tu t’évanouissais sous la douleur, deux loups garous se sont attaqués à lui. Quand ils l’a laissé pour mort là dans le parc, il s’est relevé malgré les morsures et t’a traîné à l’infirmerie en jurant de ne jamais te dire quoique ce soit…

Lana plaqua une main sur sa bouche, en pleurant. Encore. Hinata se contenta de la quitter au pont suspendu pour la laisser méditer.

***

Dans les couloirs, Hinata croisa un Gaara impassible. Il leva les yeux vers elle, un regard inexpressif. Hinata décida de jouer la bonne samaritaine.

-          Lana t’attend au pont suspendu. Elle s’est décidée.

-          Ah.

Ce fut la seule réponse qu’elle obtint avant que Gaara ne se précipite vers le dit endroit. Puis Hinata décida d’aller vers les cachots car elle voulait aider sa meilleure amie dans sa retenue, maintenant qu’il était 14h30 Kurenai avait dû déjà passer et donc elle pouvait aller aider Sakura sans risquer des représailles. Alors qu’elle était au bout du couloir du cachot 7 Hinata entendirent des voix devant celui-ci. Elle se colla derrière une colonne et tendit l’oreille.

***

Une fois sortit des vestiaires habillé à la va-vite d’un jean et d’un pull, Sasuke confia son balai à Naruto avec pour mission de le ranger prétextant avoir quelque chose à faire. Et rapidement il se dirigea vers le château sous le regard intrigué de plusieurs personnes. Seul Pain paraissait normal et avec un sourire condescendant il regarda l’Uchiwa s’éloigner.

-          On fait quoi nous maintenant ? demanda Naruto au petit groupe qui restait. Je me demande pourquoi il a annulé… Et vous avez vu comment sa copine l’a largué ?!

-          On a tous vu Naruto. Cette Skye avait quelque chose de…spécial, répondit Pain les yeux vaguement tournés vers le grand lac. Bon si l’entraînement est annulé je vais aller voir Konan…

-          D’ailleurs pourquoi t’es venu ? Tu fais même pas parti de l’équipe.

-          Papa m’a demandé de garder un œil sur toi, juste au cas où tu devenais hyperactif…

-          Ouais ouais, fous-toi de ma gueule !

Et Pain s’éloigna en rigolant.

-          Bon, moi je vais aller retrouver l’autre timbrée, maintenant que c’est ma copine ça devient de plus en plus galère…

-          Alors comme ça tu nous abandonnes pour aller bécoter Temari espèce de flemmard ? s’injuria Kiba.

-          Exact, bailla Shikamaru. Elles se sont tirées tout de suite après l’annonce d’annulation…. J’pense que Tenten a peut-être encore craqué…  Et toi tu devrais aller trouver ta Keiko, Kiba.

-          Tenten, soupira Kiba. Elle est bizarre en ce moment…

-          Bref, j’y vais, lança Shikamaru.

-          Je peux t’accompagner ? demanda soudainement Neji. Je veux parler à Tenten…

Un silence tomba et Shikamaru approuva, surpris. Et ils s’éloignèrent à leur tour tous les deux.

-          Je vois…a soupiré Naruto. Tu vas aussi te tirer Kiba ?

-          Non mec, Keiko révise et je la déconcentre, tu veux qu’on aille aux cuisines ?

-          Vas-y.

***

Sasuke était arrivé en bas dans les cachots et il vit quelque chose qui lui déplût au plus haut point ; Idate Morino était juste devant le cachot 7 prêt à entrer.

-          Tu fais quoi là, au juste ?

-          Tiens, Uchiwa… Bonjour, je vais bien merci, ironisa Idate en se tournant vers Sasuke.

-          Je ne vais pas me répéter Morino, menaça l’Uchiwa d’une voix polaire.

-          Je viens aider Sakura.

-          Cette retenue n’a rien à avoir avec toi Morino alors dégage. C’est ma retenue.

-          Et toi ? Tu viens encore te moquer d’elle ?

Sasuke fronça les sourcils.

-          Comment tu sais quoique ce soit, toi ?

-          Contrairement à toi, elle me parle.

-          Et contrairement à elle, je ne suis pas gentil avec les vipères alors dégage.

Idate sourit et demanda néanmoins avec un peu d’appréhension :

-          Sinon quoi ?

-          Sinon je me charge de ton cas. Je ne sais pas ce que tu veux à Sakura mais ça ne m’inspire pas confiance, je ne veux plus que tu la fréquentes, on sait tous les deux à quels genre de personnes a été mêlée ta famille par le passé.

Idate se crispa, et s’éloigna de la porte. En passant près de Sasuke il demanda avec rage :

-          Et toi ? Quelles sont tes véritables motivations envers elle ? Est-ce que c’est juste parce qu’elle est la sœur de ton pote ? J’en doute. Mais fais gaffe tout de même et surtout prépare-toi…

-          Evidemment, souffla Sasuke en le regardant s’éloigner le regard noir.

***

Hinata se colla à la paroi lorsqu’Idate passa devant elle l’air furieux. Ouf, il ne l’avait pas vu. Elle regarda silencieusement Sasuke s’engouffrer dans le cachot et refermer la porte derrière lui.

Enfin elle put déglutir. C’était très intéressant tout ça. Et puis maintenant elle n’avait plus besoin de venir…

Elle décida alors de remonter, l’esprit encore occupé. Elle arriva dans un couloir près de la salle commune où une autre conversation lui parvint :

-          Bon Temari, nous on y va et on les laisse discuter ! disait la voix de Shikamaru. Alors viens !

-          Certainement pas, elle ne veut pas lui parler tu vois bien !

-          Tema, soupira Shikamaru. Ce ne sont pas nos problèmes… viens.

Temari tapa du pied en dardant un regard noir sur Neji puis elle persifla à son encontre :

-          Okay d’accord, parle-lui mais s’il lui arrive quoi que ce soit, une seule larme et là je te souhaite bonne chance pour procréer après que je me serais occupée de ton cas,  pigé ?

-          Pigé, répéta sobrement le cousin d’Hinata ne quittant pas Tenten des yeux.

-          Très bien maintenant ma petite furie féministe, tu me SUIS ! dit Shikamaru en tirant sa copine qui fulminait. 7

-          Temari, appela faiblement Tenten en amorçant un mouvement vers le couple qui s’éloignait en se disputant (« Espèce de macho ! », « Oui, oui c’est ça ma féministe d’amour, allez fais-moi un bisou… »).

Son mouvement fut avorté par Neji qui lui attrapa la main. Elle protesta mais il la poussa dans une salle de classe vide.

Hinata eut un petit sourire satisfait ; plus vite on tirerait ça au clair, plus vite son cousin et Tenten iraient mieux…

***

Sakura nettoyait très fort le sol en écoutant toujours de la musique et en chantant, son entretien avec son anonyme prétendant l’avait légèrement consolée.

Tick-Tock hear the clock countdown

Wish the minute hand could be rewound

So much to do and so much I need to say

Will tomorrow be too late ?

Sasuke qui se tenait derrière elle sourit. Décidément elle était surprenante à frotter le sol avec acharnement. Il décida de signifier sa présence enfin en jouant le jeu :

-          Feel the moment slip into the past, like sand through an hourglass, In the madness I guess I just forget to do all the things I said…

-          Qu’est-ce que… Sasuke ?! s’exclama Sakura en se retournant. Qu’est-ce que tu fiches là ?! se reprit-elle.

Il lui fit un sourire.

-          Tu as eu peur, avoue.

-          La ferme ! Et fous le camp, dit-elle en reprenant sa tâche.

Il soupira.

-          Je viens faire ma retenue.

-          Trop tard je l’ai déjà commencée.

-          Eh bien je viens t’aider.

Elle se retourna à nouveau et lui lança un regard orageux en crachant méchamment :

-          Je n’ai pas besoin de toi ! Va rejoindre ta parfaite petite-copine, et lâche-moi. Tu diras à Naruto que je n’ai pas besoin de chaperon.

-          Naruto ? répéta le brun en s’accroupissant près d’elle. Je viens de mon plein gré car j’ai réalisé qu’il est hors de question que tu paies une de tes deux dettes de manière aussi pathétique.

Il attrapa une serpillère dans le seau d’eau.

-          Je. Ne. Veux. Pas. De. Ton. Aide, articula Sakura en lui arrachant la serpillère des mains.

-          Et moi je te dis que tu vas quand même devoir me supporter, répliqua-t-il en tirant sur la serpillère.

Sakura souffla et serra ses deux mains sur la serpillère, puis elle tira de toutes ses forces. Le problème c’est que Sasuke était beaucoup plus fort qu’elle car un tir sec sur la corde fit que Sakura lâcha prise et tomba en arrière sur le deuxième seau d’eau.

-          Mais ! s’écria Sakura en se relevant. Espèce de connard ! Prend ça ! s’exclama-t-elle en lui lançant sa propre serpillère sur la tête.

Elle le regarda, il avait une expression ahurie, et la serpillère brunâtre pendait sur sa tête qui dégoulinait d’eau sale.

-          T’as pas osé, murmura-t-il en faisant les gros yeux.

-          Euh… tu peux arrêter de faire cette tête ?

-         

-          Euh… Je… Je vais nettoyer de ce côté-là-bas…

Sakura commença à ramper à quatre pattes vers le coin opposé à Sasuke qui la regardait fixement, la serviette toujours sur la tête.

-          Viens ici.

-          Non ! Non !

Sasuke s’était précipité vers elle le seau entre les mains. Ni une, ni deux la Haruno s’était levée pour se plaquer contre le mur en regardant le jeune homme s’approcher.

-          Je suis désol… mais putain qu’est-ce que t’avais l’air débile quand même ! s’esclaffa Sakura.

Sasuke lui lança le contenu du seau et Sakura commença à courir en criant les bras en l’air, tentant d’échapper à l’eau dégeulasse avec laquelle Sasuke la poursuivait.

-          Viens ici !

-          Dans tes rêves !

En courant Sakura attrapa un seau et d’un coup elle se retourna vers Sasuke et lui envoya tout le contenu dessus.

-          Argh !!

-          Bien f… ! Lâche-moi !

Trempé Sasuke s’était précipité vers elle, il lâcha le seau qui fit un bruit sourd et attrapa une serpillère qu’il commença à frotter sur la tête de la Haruno accolée au mur.

-          Mon shampoing te plaît, ma jolie ?

Sakura déglutit et se laissa tomber contre la pierre en rigolant alors que Sasuke lui frictionnait le crâne. Il se laissa tomber accroupit avec elle et s’arrêta de frotter pour regard la bouille souriante devant lui. Ses cheveux étaient recouverts par la serpillère dégoulinante, ses yeux étaient plissés par un sourire et son nez frémissait au rythme de ses éclats de rire.

-          Tes yeux sont rouges, murmura-t-il avec air contrit.

Elle détourna la tête.

-          Tu sais pour ce matin je… Je suis désolé. J’étais en colère parce que je réfléchissais à rompre avec Skye et il y a eu toi…

Pieux mensonge mais ça ne comptait pas et puis cette histoire collait à son humeur e aux évènements alors pourquoi s’embêter ?

Sakura qui avait fait semblant de ne pas l’écouter venait d’attraper à nouveau la serpillère sur sa droite et elle se mit à faire de même avec ses cheveux. Il rit avec elle et ils se regardèrent avec leurs serpillères respectives sur la tête.

Sakura haletait à cause de sa course et de son fou rire. Sasuke l’observait intensément. Et soudain il se rapprocha d’elle jusqu’à ce que leurs lèvres entrent en contact. Sakura écarquilla les yeux devant la douceur de ses lèvres.

***

-          Lana ? a murmuré Gaara. Hinata m’a dit que tu voulais me voir.

Lana releva des yeux larmoyants et elle recommença à sangloter. Gaara s’approcha et s’accroupit devant elle, il posa sa main sur les siennes et Lana put voir une fine cicatrice blanche, elle avait déjà vu Gaara de dos une fois il avait des cicatrices évidemment et comme une cruche elle l’avait cru quand il lui avait prétexté une mauvaise chute. Ses pleurs redoublèrent.

-          Lana ?

-          Je… Je t’aime tellement… et depuis tellement longtemps ! Est-ce que… tu, tu t’es occupé de moi depuis cette nuit-là à cause de la culpabilité ?

-          Non, jamais. Ne pleures pas Lana.

-          Je sais à quel point c’est dur et douloureux pour toi… J’ai lu le Bestiaire… Et puis Hinata m’a dit que tu vas presque tous les mois à l’infirmerie… Et puis elle m’a raconté que c’est toi qui m’a emmené à l’infirmerie il y’a deux ans… Et…

-          Lana, Lana du calme.

-          Je ne peux pas me calmer ! cria-t-elle. Le destin s’acharne contre moi ! J’ai perdu ma mère à cause des loups garou, mes jambes et maintenant toi !

-          Tu ne m’as pas perdu Lana, je suis là.

-           Je t’aime Gaara, je t’aime, je…

-          C’est bon j’ai compris, murmura-t-il en l’enlaçant. Tu veux faire quoi ?

-          C-Comment ça ? sanglota-t-elle contre sa chemise.

-          Tu veux… sortir avec moi, ou bien… (il buta sur la fin)… laisser tomber ?

-          Non, non, non…je-je veux rester avec toi !

Elle releva la tête sur sa mâchoire où une autre cicatrice était visible et elle posa ses lèvres dessus. Il grogna en baissant les yeux sur sa petite infirme pour la serrer plus fort contre lui.

***

-          Tu ne veux pas me parler Tenten ? interrogea Neji en s’installant sur une table. Je comprends. Mais je veux te parler de l’autre jour…

-         

-          Je-je… je m’en veux de t’avoir dit que c’était dégoûtant. C’est ta vie après tout, tes choix. Je crois que j’étais…

Neji soupira se passa une main dans les cheveux, il avait du mal à se l’avouer mais :

-          … j’étais jaloux.

-          Quoi ?

-          Tu passes tout ton temps avec lui, et puis je vous ai surpris la nuit de la vente enlacés, et puis il te parle tout le temps, et il y’avait aussi le baiser avant le match de Quidditch…

-          Je peux savoir pourquoi tu me parles d’Itachi ? interrogea froidement Tenten.

-          Allez ne joue pas le déni. Je sais pour votre relation.

-          Quoi ?!

-          Je sais tout et puis tu me l’avait avoué à Halloween souviens-toi, quand je t’ai dit que je savais.

-          Je… je ne comprends pas là.

-          Ta relation avec Monsieur Uchiwa. Je ne pouvais pas m’empêcher de trouver ça dégoûtant parce que j’étais jaloux de lui.

Tenten se tut, effarée.

-          Tu-tu… as cru que moi et Itachi, on a une liaison ?

-          C’est bon Tenten, je sais. Et je voulais m’excuser pour avoir dénigrer tes sentiments à son encontre. Donc voilà, je ne vais pas vous dénoncer et j’espère que tu pourras me pardonner…

Il commença à se diriger vers la sortie et Tenten s’écria :

-          Je-Je… Neji, attends !

-          Hmm ?

-          Je… Je… JE T’AIME ! hurla-t-elle. Tu te trompes je, Itachi n’est qu’un ami pour moi, un très bon ami ! Putain mais quel quiproquo à la noix ! Je.. Le soir d’Halloween j’ai cru que tu me disais que tu avais découvert que je t’aimais et du coup je… J’ai pensé que tu me rejetais et que…

Neji avait écarquilla les yeux, choqué, bloqué devant la porte.

Une voix s’éleva alors dans la salle de classe :

-          Et s’il y a besoin d’une confirmation, je suis là ! s’écria Itachi Uchiwa en sortant de sous le bureau. Tenten, je t’aime beaucoup mais comme une petite sœur

-          Mais Itachi qu’est-ce que tu fiches là ?

-          Je me cachais en fait, la vieille Tsunade veut que j’organise la SP demain et j’ai vraiment pas envie…

-          Quel boulet tu fais, soupira Tenten.

-          Bon je vais me cacher ailleurs puisqu’on me rejette ici, et surtout ; pas de bêtises. Enfin si vous en faites ne me prévenez pas…

Et il se dirigea tout guilleret vers la sortie, il posa sa main sur l’épaule de Neji qui était toujours figé et il lança avant de sortir :

-          Ferme la bouche, si tu gobes une mouche elle ne voudra pas t’embrasser…

Et il partit.

Neji se retourna lentement et Tenten baissa les yeux.

-          Un quiproquo ?

-          Oui, murmura-t-elle.

-          Tu m’aimes… ?

-          Oui.

-          Moi aussi Tenten, je pensais que tu… la vache… putain !

Tenten rigola doucement en entendant Ice-man jurer.

-          Et maintenant ? demanda Tenten.

-          Et maintenant, répéta Neji. Je vais t’embrasser parce que je t’aime aussi.

Et sans se presser il l’attrapa par le menton pour se rapprocher d’elle. Elle se mit également sur la pointe des pieds… et ils s’embrassèrent.

***

Sasuke était tout contre Sakura, la main dans son cou, l’autre sur sa hanche. Sakura avait les mains dans ses cheveux noirs humides et elle fourrageait de ses doigts tout en répondant à ses baisers. Il l’avait d’abord chastement embrassé, une simple  caresse puis c’était devenu plus passionné. Sakura n’avait plus aucune pensée cohérente en tête.

Bien sûr à Oto elle avait embrassé Juugo mais c’était rien à côté. Avec Juugo un baiser semblait être un échange de salive dégoûtant entre deux personnes. Avec Sasuke c’était autre chose. C’était…bon, agréable et tendre tout en étant sauvage.

Il y eut un bruit de succion et Sasuke s’éloigna pour mieux revenir butiner ses lèvres. Il mordillait, sa lèvre inférieure avec une douceur qui la fit fondre.

-          Hum hum…

Cette quinte de toux les sortit tous les deux de leur agréable transe et avec un dernier bruit de succion ils se séparèrent en rougissant sous le regard amusé de Kurenai.

-          Eh bien je vois que monsieur Uchiwa est aussi venu aider… dit-elle en tendant sa baguette à Sakura qui se relevait difficilement.

Il ne répondit rien, et fixa obstinément le plafond.

-          Je vois également vu que vous êtes trempés e l’état de la salle que cette retenue a dû être agréable. Cette salle est une varie marre…

-          Désolée madame on va nettoyer.

-           Certainement pas, filez.

En un claquement de doigt de la prof de potions la salle fut intacte. Et une seconde plus tard Sakura et Sasuke étaient dans le couloir. Ils croisèrent le regard de l’autre, et détournèrent la tête pour rentrer au dortoir en silence. Ils ne savaient pas quoi dire de toute façon. Discrètement Sakura effleura ses lèvres comme pour se souvenir du contact de Sasuke. Elle avait déjà oublié le mauvais début d’après-midi.

***

Le dîner ce soir-là fut à la fois tendu et joyeux. Joyeux parce que parmi la bande il y’avait désormais deux nouveaux couples. Tendu parce que certains petits secrets restaient enfouis, que demain les parents débarqueraient et que certains évitaient le regard d’autres.

 

Bouclé ! criai-je en sautant sur mes pieds pour entamer une danse de gloire.

Je l’ai publié en juin, pari tenu ! Et c’est le plus long chapitre ! Qu’est-ce que je suis fière !

Des Reviews ? ^^

Allez donnez-moi vos avis sur ce chapitre !

Le prochain chapitre sera la fameuse semaine parentale avec les parents de toute notre joyeuse clique.