Il ne faut PAS contrarier un Uchiwa, Ou Alors, Quand les choses Commencent à bouger... [2 Em partie]

par FlyingPatatoes

"Tac, Tac, Tac" "Tac, Tac, Tac" "Tac, Tac, Tac"

-Sasuke, arrête ça, c'est agaçant marmonna une voix Ô combien agacé bien qu'un large sourire sadique barrait ses traits rayonnant.

"Tac, Tac, Tac" "Tac, Tac, Tac" "Tac, Tac, Tac"

Une soupire exaspéré, suivit d'un gloussement, et enfin le vague bruit d'une personne déglutissant se fit entendre dans la pièce ronde et peu éclairé. On devinait vaguement que la nuit approchait à grand pas, à cause des faibles rayons de soleil qui passaient entre les fenêtres teinté du manoir actuellement occupé par l'équipe anciennement nommé Hebi. Un énième soupire se fit entendre, alors que le même son dit agaçant refaisait surface.

"Tac, Tac, Tac" "Tac, Tac, Tac" "Tac, Tac, Tac"

-Sasuke tu..

-SILENCE!

Clair, Net, Précis. L'ordre avait était sans appel. Suigetsu, car c'était bien lui, avait bien conscience que d'énerver la boule de nerf qu'était Uchiwa Sasuke ces dernier temps, revenait tout bonnement à un suicide pur et net. Alors il fit ce qu'il avait de mieux à faire. Pour la première fois de sa vie. Suigetsu Hozûki ferma sa grande bouche, un air sombre au visage. En face de lui, assis Juugo, pas plus réactif que l'habitude.. Quoi que si l'on s'approchait suffisamment on pouvait alors constater que le jeune homme avait une furieuse crise de tique, faisant alors "Tiquer" l'un de ses sourcils. Il était nerveux. Oh, et il y avait de quoi. Jamais il ne lui serait venu en tête de vouloir contredire l'Uchiwa, le tuer.. Ou bien même.. Faire du mal à ses proches, bien que quasi inexistant étaient ces derniers. Le rouquin se leva finalement, soupirant longuement, il sortit de la pièce, bien trop.. Silencieuse à son goût, bien qu'il n'aimait que ça. Au passage, il attrapa Suigetsu par le sol de son haut, bien que celui-ci tenta sommairement de se dégager de la prise du "fou". Un regard en mode Uchiwa plus tard, il filait la queue entre les jambes, laissant alors seuls, en tête à tête Karin, celle qui visiblement était à l'origine de ce silence pesant, et Sasuke, qui s'abonnait à la foudroyer du regard, sans la moindre once de pitié.

La jeune femme gesticula mal à l'aise sur sa chaise, tendis que son regard évitait considérablement, celui de la furie brune qui fulminait sur place, près à sauter tel un tigre sur sa proie. Ainsi, plusieurs minutes coulèrent sans que rien ne se passe. Les deux jeune gens se taisaient indéniablement, soit pour l'un contenir sa grande fureur, soit pour l'autre, d'éviter une mort prématuré. Néanmoins, la rouquine commençait sérieusement à en avoir marre, et craqua. Ce fut sa second erreur.

Depuis l'étage qu'avaient rejoins l'homme aqueux et le rouquin, une grimace similaire apparurent sur leurs visages, tendis qu'ils allaient s'enfermer dans la chambre d'un petit garçon blond, qui ne comprenait pas pourquoi il y avait tant de bruit en bas, et que lui était obligé de rester dans sa chambre nouvellement attribué. Lorsqu'il vit arrivé les deux Ninja, un large sourire barra immédiatement ses traits enfantin, alors qu'il se précipitait dans les bras du Nukenin aux dents de requin, pour lui faire un câlin digne de ce nom. Aussi bizarre que cela puisse paraître, l'adolescent eut un micro sourire, venant alors ébouriffer la chevelure de l'enfant, qui lâchât aussitôt un rire joyeux, avant se retourner s'asseoir dans son lit. Juugo ne s'en formalisa pas. Il savait que Naruto l'appréciait mais il demeurait encore trop.. Froid pour l'enfant, bien qu'il soit incommensurablement gentil, et que le blondinet aimait passer du temps avec lui, à caresser les animaux -moment autrement dit rare, puisque la pile électrique qu'il était les faisaient bien rapidement fuir, au grand damne de Juugo- il était clairement net, que le Jinchuriki préférait passer du temps avec son "père" et son compagnon le plus proche. Après tout, Suigetsu, bien qu'ayant une sainte horreur des "Mioches" s'était attaché au petit renard, et se prenait souvent en train de rire, jouer, et raconter des blagues ou anecdote, avec lui. En fait, Naruto lui faisait penser à ce qu'il était étant petit, avec ses parents, et son feu grand frère. La voix du l'enfant l'interrompit dans ses pensées, alors qu'il relevait la tête vers lui, haussant un sourcils interrogateur.

-Pou'qoi papa y râle en bas? Pou'quoi Ka'in est puni? Oh, et c'est quoi une put...

-Naruto! gronda soudainement le rouquin à la grande surprise de tout le monde, Cesse de poser des questions, surtout si les mots que tu emploie te sont inconnu!

L'enfant baissa les yeux quelque peu honteux, et souffla des excuses. Juugo vint alors vers lui, et se mit à sa hauteur.

-Ce n'est rien, mais tu doit comprendre, qu'il y à certain mots qu'un enfant de ton âge ne devrait pas connaître. Je veux que tu me promet de ne plus jamais dire ce que tu allait dire, reprit t-il d'une voix nettement plus douce.

-Promit! s'exclama alors le petit bond.

En bas, les cris cessèrent enfin, et les deux plus vieux, échangèrent un regard nerveux. Des pas se firent alors entendre dans les escaliers, une porte claqua, et bientôt on put entendre des sanglots retentir. Les deux adolescent présent soupirèrent de concert, alors que Naruto abordait une moue interrogative. Des pas se firent à nouveau entendre dans les escaliers, cette fois beaucoup plus lent. La porte de la chambre de l'Uzumaki s'ouvrit alors sur le dernier des Uchiwa -ou pas- et ce dernier toisa l'enfant assez froidement, ce qui fit frissonner l'enfant.

-On rentre Naruto, lâchât t-il d'une voix froide.

-Mais je veux pas moi! Veux rester avec Juug' et Suigy-chan! chantonna t-il tendis que les deux personne cités s'étouffaient avec leurs salives assez surprit.

La mâchoire de l'Uchiwa se carra, tendis qu'il envoyait un regard noir à l'enfant, lui faisant encore plus peur. Remarquant ça, Sasuke détourna les yeux,e t se promit de parler tête à tête avec le renard à neufs queues. Il fallait absolument qu'ils montent une sorte de plan de protection. Surtout après les derniers évènements..

-Naruto. Je ne le répéterais pas. Enfile tes sandales, on retourne.. A la maison.

Il avait un peu hésité sur les derniers mots. Est-ce que c'était vraiment "Bien" de faire ça? De faire croire au petit qu'il avait un père? Qu'il menait une vie heureuse? Sasuke se mordit violemment la lèvre. Oui. Naruto avait le droit de goûter comme tout les enfant à une enfance heureuse. Il avait le droit de connaître l'amour d'un parents, ou tout du moins, l'affection d'un proche. Il le méritait après tout les sacrifices qu'il avait fait. Le petit blond souffla doucement, déposa un baiser sonore sur la joue des deux adolescents, et enfila comme dit ses sandales, avant de se ruer dans les escalier, un air boudeur au visage. L'Uchiwa soupira très longuement. La journée pour lui n'était pas prête de finir. Surtout lorsque dehors, il vit un des oiseau messager du Hokage survoler le manoir. Il massa ses tempes, soupira, et jura.


Dans un des nombreux souterrains de Oto no Kuni

-Hanja-san,* souffla une voix rauque, Tout est prêt, nous pouvons y aller.

Un hochement de tête suivit les paroles de la mystérieuse personne, tendis que son interlocuteur relevait son capuchon pour découvrir ses traits faciaux. En face de lui, son subordonné, abîmé par le temps -et surtout pas les nombreuse manipulation exécuté sur sa personne- s'inclina tel un page devant son roi, et disparurent soudainement, et avec eux, une centaine d'autre Ninja.


Dans une certaine grotte bien sombre, avec une certaine statue très flipante, avec de certain hologrammes très moche.

-Tout est prêt Zetsu? susurra une voix venant d'un des nombreux hologramme.

Un rire mi sadique mi pervers répondit à l'interrogation de l'hologramme, et ce dernier étouffa une exclamation agacé.

-Oui, Oui, Oui, chantonna la voix du dit Zetsu avant de reprendre très bizarrement et très sérieusement, Le sujet sait que nous le cherchons, et tentera de la protéger, à ce moment, nous agirons.

-Bien, bien, bien, répondit l'homme avant de tourner sa tête vers un autre hologramme, Deidara, Tu ne fera cette fois -ci pas équipe avec Tob-

-OUI! Ô Kami-Sama Suprême! Ô Joie! Destin Que Je taimeuuuuuuuuuuuh!

Un lourd silence suivit l'exclamation de joie du dit Deidara, qui assez étrangement, avait commencé à effectuer une danse des plus étrange, chantonnant alors de vague "Han, Han, Ah Ouai! Han, Han, Ah Ouai!*" Consterné par l'attitude de leurs semblable, un long soupire désespéré se fit entendre par le reste des hologramme, alors qu'une petite voix s'était mis à demander à tout vas, pourquoi "Deidou'-chan avait l'air si heureux que gentil-tobi ne fasse plus équipe avec lui", ce par quoi on lui répondait.. Rien du tout, le laissant alors sans réponse. Le visiblement maître se racla la gorge, faisant fit du concours de joie d'un certain blondinet, il poursuivit:

-Tu fera donc équipe avec Itac-

-NAAAAAAAAAAN! KAMI-SAMA! ESPÈCE DE PUTE A FRANGE! RAMÈNE TON SALE GROS CUL DE GOURDASSE!

-Bien, soupira alors une autre voix sous le déluge de ricanement que recevait alors leurs collègue.

-Il Suffit Deidara! Tu fera équipe avec Itachi Uchiwa, un point c'est tout.

-Mais!

-Non.

-Mais!

-Non.

-Mais!

-NON.

-MAIS!

-NON, BORDEL FERME TA GUEULE, C'EST QUI LE CHEF HEIN? QUI VOUS LOGE? -pas vous- QUI VOUS NOURRIS! -pas vous- QUI VOUS PAILLE VOS PUTAIN DE FACTURE A LA CON? -.. kazuku- ALORS MERDE! JE VEUX UN PUTAIN DE RESPECT OU JE VOUS ÉTRIPE!

Un très grand grand silence suivit cette Ô combien merveilleuse tirade, qui visiblement à la pensée de tous, leurs montrait juste à quel point leurs chef avait du être rabaisser étant jeune et qu'il souffrait juste d'un complexe de supériorité aigu.

-Vous Partez Sur Le CHAMP!

-Haï!


Konohagakure - bureau du Hokage

-SHIZUNE! aboya t -ont soudainement.

Un bruit de course rapide se fit alors entendre, alors qu'une jeune femme ouvrait la porte de sa supérieure à la volée. Les cheveux en batailles, et les joue rouge, Shizune pensa vainement qu'il fallait vraiment qu'elle vois pour une augmentation, mais elle fut tirée de ses pensées par l'air sombre de son sensei.

-Prépare immédiatement une escouade d'ANBU, et renforce les défense du village! Je veux que Toute nos unité soient rentré dans l'heure qui suit, peu m'importe les moyens.

-Tsunade! Que..

-PLUS TARD!

La jolie brune hocha la tête avec sérieux, et partit en courant, exécuter les ordre de son Hokage. Cette dernière se leva, et alla se poser devant la fenêtre, les sourcils foncés au paroxysme. Plus loin, sur son bureau, on pouvait apercevoir une vingtaine de tickets de jeu d'argent. Tous affichaient une somme monstrueusement élevé.