Et quand le petit chaperon euh... Blond, rencontre le grand méchant... Renard? Et qu'ils font un pas bien méchant pacte.

par FlyingPatatoes

Il se réveilla trempé. Pourtant, ses dessous n'était pas mouillés, et il savait qu'il n'avait pas le droit de faire pipi dans sa culotte. Après tout, il était un grand garçon, et les grands garçons ne faisaient pas pipi dans leur culotte ! Il se frotta doucement les yeux, et les ouvrit. Mais il ne vit rien. Il faisait noir, complètement noir. Il ne distinguait même pas le mouvement de ses mains devant ses yeux. Il posa sa main sur ce qu'il pensait être son lit, mais fut surprit. Il n'était pas dans son lit, et sous lui ne se trouvait pas son matelas, mais de l'eau. Il se leva, et fronça ses sourcils. Il ne comprenait pas. Tout d'abord il était dans son lit, prêt à faire sa sieste, et l'instant d'après, il se retrouvait dans…Les égouts de Konoha ?
Il se mordilla la lèvre, conscient qu'il n'avait pas le droit d'être là. Le Hokage allait très certainement le punir, et son papa ne lui ferait plus de bisous. Il avança alors prudemment, jusqu'au mur le plus proche, et s'en servit pour se guider au travers du dédale de couloirs qui composait ce qu'il croyait être les égouts. Plusieurs fois, il faillit tomber dans le l'eau, mais il semblait chanceux, jamais, il ne tomba dans l'eau.
Un "plop" assez stressant se faisait entendre à répétition, tandis que l'enfant continuait d'avancer le plus loin possible. Tout à coup, le mur disparût pour laisser place à une immense pièce sombre et circulaire. Il avança au centre de ce qu'il croyait toujours être les égouts, et sursauta quand des torches enflammées donnèrent de la lumière. Il put enfin observer l'endroit ou il se trouvait.
C'était grand, humide, et beaucoup moins sombre. Néanmoins, cet endroit faisait toujours un peu peur à l'enfant. Il s'approcha d'un mur ou une torche était suspendue, et la pris dans ses mains. La lueur de la flamme se refléta dans les yeux azur du garçonnet blond. Il avança vers le fond de la pièce, et écarquilla les yeux. Devant lui, tenue par des barrières, une immense forme rousse semblait dormir à points fermés.
-Wouah, murmura-t-il.
Il s'approcha d'avantage de ce qui semblait être une cage, et tendit le bras pour caresser les poils de la bête. Ils étaient si doux ! Un petit sourire vint fleurir sur ses lèvres tandis que l'animal semblait "ronronner" de plaisir. Plaisir qui fut de courte durée quand la bête remarqua qu'elle était en train de "ronronner" sous les caresses d'un humain de bas étage. Elle grogna, et présenta ses rangées de crocs devant le bras de l' dernier se figea, les yeux exorbités. Sa bouche forma un "O", et ses bras retombèrent contre son corps.
-Wouah, refit t-il. Papa m'a asseuté un nounou's zéant 'ien que pou' moi!
Ledit nounours étouffa un hoquet d'horreur. Le môme le prenait-il vraiment pour une vulgaire peluche? Il grogna, et secoua la tête. Non, c'était très certainement une blague de mauvais goût. Ce sale garnement de seize ans qui se permettait de râler quand il prenait l'air... Bon ok, il lui prenait son corps sans demander, mais bon, ça n'était arrivé qu'une dizaine de fois en seize ans! De plus, il avait bien le droit d'aller faire un carnage ou deux non? Non. Puis un flash lui revint en mémoire, et il partit dans un fou rire. Le petit blond devant la cage regarda la bête hurler de rire, et se demanda s'il ne fallait pas appeler un docteur pour le cerveau. Il pencha sa tête sur le côté, et héla le "nounours"
-Hé monsieur le 'ena'd (renard) faut appeler un doqueteur (faute volontaire) pour votre cerveau?
Le dit renard repartit dans un fou rire monstre, et se cogna la tête contre les barreaux de sa cage. Il grogna, et poussa un soupir joyeux. Oui, cette journée était parfaitement parfaite. Son hôte avait subit une régression temporelle*, et il avait probablement oublié son existence, et tout un tas d'autre chose. Il sourit. Il allait bien s'amuser, oh ça oui ! Il regarde le petit garçon qui se tenait toujours devant sa cage, la tête penchée sur le côté et une moue absolument a-do-ra-ble collée au visage. Oui il n'avait pas honte de le dire, ce gamin était bien plus adorable petit. Il rapprocha son museau de l'enfant, puis il soupira.
-Non petit, je n'ai pas besoin d'un doCteur (« faute » toujours volontaire) pour le cerveau. En revanche j'aimerai beaucoup sortir un peu dehors. Tu vois, cela fait des années que je suis enfermé ici…
"C'est dans la poche" se dit le renard, tendis que le garçonnet approuvait énergiquement de la tête.
-Alors si tu pouvais retirer ce petit papier là, juste là sur le mur, je t'en serais très reconnaissant...
Le petit blond hochait toujours la tête, avec un petit sourire. Sourire qui énerva le "nounours"
-Tu m'écoute au moins ? Brailla-t-il.
-Oui, oui, mais…Nan ! Ze te fais pas confidence !
-On dit confiance sale gamin !
L'enfant lui tira la langue, et prit place dans l'eau.
-Ze te fais pas confiance. Répéta-t-il.
-Et pourquoi cela?
-Pa'ceque tu as pas dit ton nom, et ou ze suis ! S'exclama le bambin.
Le renard écarquilla les yeux, et eut une soudaine envie de se fracasser le crane contre les barreaux de sa cage. Il grogna, puis inspira.
-Bien, comme tu voudras. Je suis Kyuubi, le renard à neuf queues, et tu es dans ta tête.
Le petit blond aux yeux azur tapota sa joue, et regarda le renard.
-Alo's si ze suis dans ma tête.. Pou'quoi t'es là?
"Inspire, Expire" médita Kyuubi.
-Parce que je suis enfermé en toi.
-Pou'quoi?
"Inspire..."
-Parce que ton père l'a voulut ainsi.
-Pou'quoi?
"Expire..."
-Parque que j'ai fais des bêtises.
-Pou'quoi?
"INSPIRE..."
-Parce que j'ai tué.
-Pou...
-TA GUEULE! Ferme là, je ne veux plus t'entendre! Tu poses trop de questions ! Ferme ta bouche ou bien étouffe toi avec ta bave et crève ! Mais par pitié FERME Là!
-... Pou'quoi?
Le Yohko se frappa la tête contre les barreaux de sa cage tout en proférant milles et une insultes et malédictions à l'encontre du Yondaime Hokage.
-Je vais le tuer, marmonnât-il, l'éviscérer, le pendre par les pieds, le secouer comme un prunier, le...
-Tu fais des rimes matenant? demanda innocentent Naruto.
Kyuubi grogna, et jura sur tous les dieux que plus JAMAIS il ne tuerait des gens pour le plaisir, mais que par pitié, on le sorte de là.
-Pou'quoi ze suis là? Hein? Dis monsieur le zoli 'ena'd. (renard)
Le dit "joli renard" soupira exaspéré, et regarda l'enfant. Il était la parfaite réplique du Yondaime, mais pourtant, personne ne l'avait remarqué. De ce fait, et de sa faute, le petit avait été traité comme un paria, une sous-merde et j'en passe et des meilleures. Soudainement, il se sentit culpabiliser. Par sa faute, un enfant qui aurait très bien pu être le sien s'il avait été un renard, avait été traité comme une putain de merde. Il ferma les yeux et poussa un grognement. Il allait protéger le petit. Oui, à partir de maintenant, quiconque s'en prendrait à lui, en paierait le prix. Mais pour cela, il devait pouvoir prendre le contrôle du corps de l'enfant n'importe quand.
-Ecoute petit, il faut que l'on parle très sérieusement ok ? Alors écoute bien. Après je répondrais à toute tes questions si tu veux, mais écoute moi bien.
Le blondinet hocha la tête, et prit un air très sérieux qui fit sourire le Yohko.
-Tu es là par ma faute. J'ai attaqué le village quand tu es né, et on m'a enfermé en toi pour me punir. De un parce que tu avais beaucoup trop de chakra à ta naissance et que sans moi tu serais mort, et de deux, parce que ton pè... Grand père t'aimait beaucoup, et savait que tu aurais suffisamment de courage pour me supporter... Entre autre. Tu suis?
-Oui, tu es puni pa'ce que tu as fait une bêtise, et g'and papa t'a mis dans moi pa'ce qu'il aimait moi.
-Oui, c'est très bien, maintenant écoute moi attentivement. Grâce à moi, tu es très puissant, de ce fait, beaucoup de méchant ninja veulent te tuer.
-Pou'quoi?
-Parce qu'ils sont idiots, et ont peur de moi.
-Sont pas zentils alo's.
-Non, pas du tout.
-Comment ze fait alo's pou' pas mou'i'? (mourir)
-Ton papa te protégera, mais moi aussi je le peu
-Mais si tu veux que je te protège, tu dois faire un pacte avec moi.
-Un pacte?
-Oui, grâce à ça, je pourrais prendre le contrôle de ton corps et tue... Punir ceux qui voudraient te faire du mal.
-C'est danzereu? (dangereux)
-Non, tu vas juste être un peu fatigué, mais après un bon gros dodo, ça ira. Tu es d'accord?
-Ok, on fait le patce, tacpe.
-Pacte, le reprit le renard.
-Oui ! On fait ça!

Sasuke se réveilla de bonne humeur, ou du moins d'aussi bonne humeur que pouvait l'être un Uchiwa. Il regarda le radio-réveil qui indiquait dix-sept heures trente, et poussa un soupir. Apparemment, Naruto dormait encore. Comme quoi, il avait bien eut raison de lui faire faire une sieste. Il s'étira, passa une main dans ses cheveux, et se leva de son lit. Il devait préparer le goûter du petit. Il descendit les escaliers, et se dirigea vers la cuisine. Il farfouilla dans ses placards, puis poussa encore un soupir. Qu'est-ce qu'un gosse de trois ans pouvait bien manger ? Il se laissa tomber sur une chaise, et se frappa la tête contre le bois de la table. Dans quelle galère s'était-il jeté ? Il se releva, prit une boite de biscuit sec et se servit une tasse de thé. Il mit tout cela sur la table de la cuisine et sourit très fier de lui. Quel idiot, c'était évident, un enfant buvait du thé, et mangeait des biscuits au goûter !
Il sourit, et se servit un café, qu'il but doucement. Finalement, la journée n'était pas mauvaise... Oui, enfin... Jusqu'à ce qu'un cri perçant venant de la chambre de Naruto ne retentisse à ses oreilles.