Après la bataille

par Wellan de Rubis

Naruto, âgé de dix-huit ans, était allongé sur la tête du Yondaime Hokage. Il fixait silencieusement la lune tout en se souvenant des paroles que Kakashi lui avait juste avant de le quitter, cinq minutes auparavant. Son maître lui avait parlé de son père, il lui avait conté une anecdote honorable de son père. Une histoire qui ne le rendait que plus fier de son père.



Naruto se rallongea et attendit que Sasuke le rejoigne pour fermer les yeux et raconter le plus fidèlement possible ce moment ayant fait partit de la courte vie de son géniteur.



*****

Après la bataille



Mon père, ce héros au sourire si doux,
Suivi d’un seul housard qu’il aimait entre tous
Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille,



Minato suivit de son frère d'arme Uchiwa, marchait dans une plaine désertique. Fugaku venait de le rejoindre, il arrivait en renfort mais hélas pour ce brave homme ; c'était trop tard ; la bataille était terminée ; Minato avait à lui seul, vaincu une armée.


Parcourait à cheval, le soir d’une bataille,
Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit.
Il lui sembla dans l’ombre entendre un faible bruit.



Les deux hommes avançaient respectueusement parmi les corps des ninjas décédés, faisant attention à ne pas leurs marcher dessus, ne voulant pas piétiner la mémoire d'hommes qui n'avaient fait qu'obéir aux ordres pour défendre leur pays, leurs amis, leur famille, leur vie.

Minato entendit un bruit provenant des alentours. Il leva la tête et scruta le corps de chaque humain gisant sur son passage.


C’était un Espagnol de l’armée en déroute
Qui se traînait sanglant sur le bord de la route,
Râlant, brisé, livide, et mort plus qu’à moitié.
Et qui disait: ” A boire ! à boire par pitié ! ”



Il aperçut un shinobi d'Iwa respirant encore au milieu de ces cadavres, il rampait tant bien que mal sur le chemin, ses jambes ayant été séparés de son corps qui était lui-même strié de plaies plus béantes les unes que les autres. Fugaku snoba l'homme et allait l'achever quand Minato retint son poignet.

Le brun regarda le blond dans les yeux et votant le pour et le contre, suivit les dires du blond.


Mon père, ému, tendit à son housard fidèle
Une gourde de rhum qui pendait à sa selle,
Et dit: “Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé. ”



Minato prit en pitié cet homme et tendit à son frère d'arme, qui était entre lui et le mourant, sa gourde à moitié pleine.





Tout à coup, au moment où le housard baissé

Se penchait vers lui, l’homme, une espèce de maure,

Saisit un pistolet qu’il étreignait encore,

Et vise au front mon père en criant: “Caramba! ”





Mais alors que Fugaku allait aider le chunin d'Iwa, ce dernier le fit tomber d'une rapide balayette avant de ramener vers lui le kunai de son camarade décédé, qu'il n'avait pas encore lâché, et de le lancer avec toute sa haine, sa rage et sa souffrance vers le futur Hokage.



Le coup passa si près que le chapeau tomba

Et que le cheval fit un écart en arrière.


Fugaku n'eut pas le temps de réagir et bondit en arrière immédiatement avant de se tourner vers Minato pour tenter de le sauver. Ce dernier ne s'y attendait pas non plus mais évita le projectile qui ne coupa qu'une mèche blonde. Il regarda l'homme avec un regard triste et sincèrement désolé, puis lui tourna dos et partit lentement sous le regard sidéré de son ami.



Donne-lui tout de même à boire”, dit mon père.





Le shinobi d'Iwa écarquilla les yeux et prit d'une soudaine prise de conscience, il voulu remercier l'éclair jaune de Konoha mais celui-ci avait disparu, son camarade avec lui. Il regarda la gourde qu'ils avaient laissé et bu pour sa survie.

Lorsque sa soif fut étanchée, il regarda l'emplacement auquel se trouvait le shinobi vainqueur et remarqua un peu plus loin, un de ses kunais à trois branches planté dans la terre devant un magnifique couché de soleil.



Victor Hugo



*****





Ce dernier ignora la remarque de Naruto et se leva. Il regarda son meilleur ami et se tourna également vers la lune.





Naruto sourit et remarqua le sourire étrange de Sasuke, il fronça les sourcils et voyant que le brun ne lui dirait pas le fond de ses pensés, il interrogea mentalement le ciel, cependant le lune ne lui dit rien, gardant avec elle le secret de Sasuke.



« Donne lui tout de même à boire » se remémora-t-il avant de replonger dans ses pensées.