Après l'avoir perdue ? 4

par tookuni

Titre : Après l’avoir perdue ?

 

Auteur : Tookuni

 

Résumé : Naruto et Sasuke se sont battus sur le toit de l’hôpital… Mais si Kakashi n’était pas arrivé à temps ? Si dans leur précipitation ils avaient bien touché Sakura lorsqu’elle s’est mise entre eux ? Regrets, efforts, prises de conscience, les deux garçons devront faire face à leurs responsabilités…

 

Rating : K ou G

 

 

 

 

Après l’avoir perdue ?

 

Chapitre 4

 

 

« Sasuke-kun ? » finit par demander Sakura à l’adresse de son coéquipier qui était resté silencieux depuis le départ du blond.

 

Sasuke ne répondit pas. Pour lui, tout s’était arrêté quand il avait ressenti une jalousie maladive au moment où Naruto avait déposé ses lèvres sur le front son amie. Ce n’était pas une question de ses sentiments par rapport à elle. C’était juste une question de droit de le faire ou pas. Sakura était à lui. Pas à Naruto. Et Naruto n’avait aucunement le droit d’avoir un geste aussi affectueux envers elle. Oui, il avait bien dit, Sakura était à lui. Même s’il ne faisait rien vis à vis d’elle, il la possédait. Elle était liée à lui par ce qu’elle ressentait à son égard, elle était censée l’aimer, et à partir de là, même si lui restait distant, elle devait être la fille qui lui courrait après, la fille qui l’invitait en promenade romantique qu’il refusait toujours, la fille qui restait complètement émerveillée devant son torse nu, la fille, pas la seule, mais surtout elle, parce que c’était elle qu’il avait le plus sentie. Elle était dans son équipe, alors il se rappelait tous les jours, presque à chaque instant, que cette fille était amoureuse de lui. En soi, ce n’était pas très important, mais ça lui donnait quand même un certain statut. Il ne pouvait qu’être fier du succès qu’il avait, surtout auprès d’elle et malgré tout ce qu’il lui faisait subir de remarques acides ou de regards méprisants. Le fait qu’elle était amoureuse de lui était devenu si évident à présent que c’était comme si elle ne devait pas se détacher de lui. C’était impossible qu’il en soit autrement, impossible qu’un autre garçon que lui puisse l’approcher. C’était bête, mais il s’était tellement habitué à ce qu’elle l’aime qu’il ne supportait même plus l’idée qu’elle regarde un autre. Il ne l’aimait certainement pas. C’était impossible pour lui. Il n’avait que treize ans, il ne pensait principalement qu’à sa vengeance, il envisageait, s’il survivait à Itachi –et ça n’était vraiment pas sûr, de s’engager dans les unités spéciales. Les Anbus jouissaient d’une grande liberté individuelle, il pourrait s’y épanouir en termes de combats et de possibilités de missions solitaires.

Sasuke ne se voyait pas, et n’avait jamais réfléchi à un avenir, avec une femme, après, avant, ou pendant sa quête contre Itachi. Aimer, pour lui, n’était pas à conjuguer à la première personne. Haïr, c’était ce que l’autre lui avait dit, mais pourtant… Naruto était devenu si fort sans haïr. Alors quoi ? D’autres sentiments pouvaient-ils vraiment prendre place ? Bien sûr, le blondinet l’avait dit : c’était en voulant protéger des êtres chers que l’on devenait puissant. Il l’avait démontré quand il avait affronté Gaara. Lui-même avait dit qu’il ne voulait plus perdre d’êtres chers. Est-ce que c’était ça, la source de la force ? Est-ce qu’il ne pouvait pas allier sa haine à son désir de protéger ses amis ? C’était si simple en apparence, si compliqué pour lui. Sasuke songeait, les avant bras à présent posés sur ses cuisses, toujours assis sur le bord du lit, une jambe ballottant légèrement en rythme. Ce fut Sakura qui le sortit de sa transe, chuchotant doucement :

 

« Sasuke-kun ?

– Hn, grogna-t-il.

– Je… Désolée de m’être mise entre vous. »

 

Sasuke fut choqué, encore plus que lorsqu’elle avait demandé si le différent était réglé.

 

« Toi… Comment peux-tu t’inquiéter pour nous alors que tu es dans cet état ? »

 

Sakura hésita puis répondit :

 

« C’est que vous êtes tous les deux très importants pour moi. Et je crois que ça m’a fait bien plus mal de vous voir vous battre que de me prendre vos attaques. De toute façon, j’étais inconsciente avant de sentir la douleur », sourit-elle pour finir.

 

Sasuke siffla entre ses dents. C’était au fond complètement stupide. D’ailleurs, pourquoi est-ce qu’il parlait de ça, lui ? Il revit le toit, leurs yeux remplis de colère, et la jeune fille en larmes se plaçant au milieu de leur fureur. La question qui lui brûlait les lèvres finit par sortir toute seule, sèche et neutre :

 

« Bons sang… Où est-ce que tu as trouvé le courage de t’interposer ?…

– Haha ! rit Sakura, c’était plutôt de l’inconscience je crois, j’ai eu tellement peur pour vous…

– Mais il fallait quand même le faire ! »

 

Sasuke s’était exclamé et dans sa hâte avait saisi les épaules de Sakura. Son Sharingan était soudain revenu sous le coup de l’émotion et il se sentait fiévreux. Il s’était vraiment fait du mal. Il avala difficilement puis grogna, baissant la tête :

 

« Tu n’as pas… A t’excuser de quoi que ce soit. C’est moi, qui suis désolé pour… mon comportement. »

 

Sakura ne dit rien dans un premier temps. Elle savait pour Itachi, elle avait fait des recherches pendant le coma de Sasuke. Celui-ci ravala encore une fois sa salive. Du dessous de ses mèches, il regardait le bas du visage de Sakura, et une idée folle lui vint à l’esprit. Il voulait vérifier. Vérifier quelque chose, juste, peut-être, que ça valait le coup, d’être là, de rester, de ne pas plonger dans les ténèbres. Il voulait aussi faire des efforts pour Sakura, parce qu’il jugeait qu’elle méritait bien ça de sa part. Lui même ne se serait pas mêlé d’une dispute violente comme la sienne avec Naruto. Lui, détaché, ne voulant se mêler de rien pour ne pas se mettre en danger et dévier de son objectif, n’aurait jamais eu le cran de Sakura de se mettre entre ses amis. Il voulut mettre les choses au clair une fois pour toutes, mais quand même montrer son attachement, faire comme un cadeau pour cette fille si banale qui s’était accrochée à lui malgré tout et qui souffrait d’une mésentente qui n’aurait pas du la concerner. Enfin, il voulait se l’approprier pour que Naruto ne s’autorise plus jamais le geste si familier d’il y avait quelques instants.

Sasuke leva doucement la tête, se rapprochant de celle de Sakura qui rougissait un peu. Elle n’était pas timide, elle se demandait juste si elle allait résister à déposer ses lèvres sur celles de Sasuke, à quelques centimètres des siennes. Ce fut lui qui les y colla doucement après avoir frotté son nez avec le sien. Un tout petit baiser, le genre de baiser qu’on échange sans arrière pensée, celui qui n’existe que quand on a treize ans. Sasuke ne su pas exactement ce qu’il lui arrivait. Il aima le contact doux et chaud, sans plus, sans moins, mais qui n’aimerait pas embrasser ? Même lui savait apprécier à ses heures. Il voulu recommencer, mais avant, il devait dire quelque chose. Il ne voulait pas blesser Sakura, Sakura qui, en son fort intérieur, donnait des coups de poings de victoire dans le vide mais savait parfaitement qu’elle n’entendrait pas la phrase du conte de fées.

 

« Je ne t’aime pas », souffla Sasuke en déplaçant sa main gauche de l’épaule à la joue pour la caresser, puis déposant de nouveau un petit baiser mouillé sur les lèvres roses.

 

C’était dit, le conte de fées était rangé à la cave, mais Sakura avait quand même eu deux baisers du garçon qu’elle aimait, et même si lui ne l’aimait pas, c’était déjà beaucoup. Il était facile de comprendre que Sasuke ne faisait pas ça parce qu’elle l’attirait. C’était juste l’ordre des choses selon lui qui revenait. C’était Sakura qui l’aimait, alors puisqu’elle l’aimait, et qu’il l’appréciait, il devait sortir avec elle. Elle même le savait bien incapable de vouloir avoir une petite amie.

 

« Jamais en mission. »

 

Un autre baiser suivit, tout aussi doux et léger, auquel Sakura répondit doucement, comme pour donner son accord. Cela allait de soi qu’ils feraient comme si de rien était. De toute façon, elle se comportait comme sa petite amie et lui la repoussait toujours. La seule différence serait alors dans le fait qu’il n’aurait plus à l’envoyer balader puisqu’elle était d’office avec lui. Le jeu de séduction à sens unique était terminé, Sasuke était au moins débarrassé de ça.

 

« C’est moi, arrête de me harceler. »

 

C’était dit, pour Sakura, c’était implicite aussi, aucune fille ne risquait de le lui prendre, il était à elle même s’il serait loin, au fond, ça lui suffisait, ça lui apprendrait à s’amouracher du plus inaccessible. Un autre baiser, un peu plus long, scella l’accord.

 

« Ce n’est pas pour me débarrasser des autres filles. »

 

Rassurant. Sasuke était rassurant. Pour Sakura, c’était encore plus beau que s’il lui disait « Je t’aime ». C’était même mieux, parce que ça au moins, c’était sincère. Elle savait très bien que Sasuke ne pouvait pas l’aimer du jour au lendemain. Elle s’était même parfaitement rendu compte qu’elle n’avait jamais songé aux sentiments de Sasuke en lui même. Bien sûr, ça lui allait comme ça.

 

« Tu es ma coéquipière. »

 

Sakura arrêta les légers mouvements que Sasuke faisait pour se détacher d’elle et fondre de nouveau sur sa bouche.

 

« Je sais tout ça. Je t’aime Sasuke-kun », sourit-elle le plus sincèrement du monde.

 

Sasuke reprit son baiser sans répondre quoi que ce soit. C’était une sorte d’accord entre eux. Tout comme avec Naruto, il faisait des concessions, une sorte de paix pourrait être instaurée, une meilleure ambiance peut-être, si c’était encore possible, se mettrait en place dans l’équipe sept. Sakura était importante pour lui. Assez importante pour qu’il aime sa présence et son contact, et puis, il ne la voyait pas à qui que ce soit d’autre. Elle s’était proclamée amoureuse de lui trop souvent pour qu’il supporte qu’elle ne le voie plus. Alors il fallait qu’il la garde. Bien sûr, son comportement avec elle ne changerait pas. Il lui dirait toujours qu’elle ne savait pas viser ou lui ferait un reproche suite à une erreur, il lui demanderait de se taire si ça devenait trop étouffant de l’entendre, il ne comptait pas changer pour une fille. Même si c’était Sakura, et en fait, surtout si c’était Sakura. Parce qu’il l’aimait bien malgré tout, et qu’il refusait de lui jouer la comédie –en fait, c’était surtout parce qu’il n’avait même pas envie de jouer la comédie, il n’avait pas que ça à faire. De toute façon, elle était assez intelligente pour savoir qu’il mentirait, et jouer la comédie était pour lui une lâcheté abominable à laquelle il ne pourrait jamais se rabaisser. Les yeux à demi fermés, Sasuke continua d’embrasser avec maladresse la jeune fille, perdu dans son trouble intérieur.

Lorsque Naruto entra dans la pièce, il ressortit presque aussitôt. Il avait mal au cœur : Sasuke et Sakura étaient en train de s’embrasser. D’un point de vue extérieur, n’importe qui aurait pu dire qu’ils étaient mignons, parce qu’ils le faisaient sans presque se toucher, parce que le brun devait faire tous les efforts du monde pour ne pas glisser du lit et cesser l’échange, parce que Sakura n’était pas aussi entreprenante qu’elle aurait du l’être selon ses propres dires. La jeune fille avait fini par bien comprendre que Sasuke détestait ne pas avoir le contrôle de la situation. Un seul geste de travers, une seule avance, il se braquerait. Naruto regarda quelques secondes le couple et comprit vaguement ce qu’il s’était passé. Il avait eu le même petit pincement au cœur quand il avait vu Sakura se jeter dans les bras de Sasuke à son réveil, et que celui-ci ne l’avait pas repoussée. Il n’avait jamais su comment cela allait se finir dans l’équipe sept, il n’avait en fait jamais pensé que quoi que ce soit changerai. Il n’avait jamais réfléchi à ce qu’il se passerait dans ce cas, alors il du encaisser. Après tout, il était sensé être amoureux de Sakura. Les mains sur le front, assis sur une chaise, il ne vit pas une ombre tirer la poignée de porte et l’ouvrir en grand. Ce ne fut que lorsque l’ombre eut un sursaut et s’apprêta à hurler que le blond l’arrêta à temps, mettant sa main sur sa bouche et l’empêchant de rompre le moment d’intimité entre les deux jeunes gens.

La personne qui était entrée n’était autre que Yamanaka Ino venue prendre des nouvelles de son amie, et qui quelques secondes plus tard se retrouva assise contre la porte, refermée doucement, aux côtés de Naruto. Elle avait passé son moment de fureur et elle regardait à présent le petit blond comme s’il était un extra-terrestre.

 

« Naruto ? Ca va ? demanda-t-elle finalement en fronçant les sourcils, parce que Naruto si calme, c’était impossible.

– Bein, mon meilleur ami sort enfin avec la fille de mes rêves qui elle même n’a jamais eu d’yeux que pour lui, ça va », sourit Naruto d’un air à la fois désolé, embarrassé et immensément heureux.

 

Ino se demanda ce qui clochait chez ce gosse, parce qu’il avait dit ça en souriant, avec tellement de tendresse envers le couple derrière la porte que c’en était affligeant.

 

« Je vais la tuer… marmonna Ino dans sa barbe, pour changer cette étrange ambiance.

– Ah non ! Elle est enfin contente avec son enfoiré de Sasuke, Sasuke se lâche enfin, ne va pas tout gâcher ! »

 

Naruto était un peu plus mal que ce qu’il voulait bien laisser paraître. L’énervement d’Ino était purement matériel, parce que dès l’instant où Sakura avait été dans l’équipe de Sasuke, elle avait su que ça ne pourrait pas se passer autrement. Un garçon comme Uchiha ne pouvait pas tomber amoureux autrement qu’en s’accoutumant à une présence féminine à ses côtés. Elle doutait même fortement qu’il soit vraiment amoureux de Sakura. Les deux blonds croisèrent soudain leurs regards, tous les deux dépités, puis Naruto se mit à glousser. Ino, méfiante, demanda tout de même :

 

« Qu’est-ce qu’il y a de drôle ?

– Je cherchais un moyen de les embêter, mais je viens de penser à un truc encore plus hilarant !

– Et c’est quoi ? fit-elle, curieuse.

– Tu me jures que tu ne me frapperas pas ? dit d’abord Naruto, suppliant.

– Heu… Promis, hésita la blonde.

– Bon, je me disais que ça serait vraiment marrant s’ils nous trouvaient là en train de… »

 

Naruto n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’Ino lui donnait un coup :

 

« Crétin !

– Eh ! Tu m’avais promis !

– Désolée, un réflexe… se défendit la jeune fille. De toute façon, je ne sortirais jamais avec toi », ajouta-t-elle, les bras croisés dans une attitude boudeuse.

 

Naruto fit exactement la même moue, grognant :

 

« C’est ça, maintenant tu va te rabattre sur Neji parce que c’est aussi un beau ténébreux glacial. Moi je suis juste le débile coéquipier blond de Sasuke Uchiha. Je ne disais pas ça pour te vexer hein, c’est juste qu’on leur aurait fait peur ! Deux blonds survoltés ensembles… »

 

Encore une fois, Naruto ne put finir sa phrase, parce qu’Ino lui avait sauté dessus et le menaçait en le tenant par le col.

 

« Qu’est-ce que t’as contre les blondes ? ragea-t-elle, menaçante.

– Mais rien ! Je suis blond moi aussi, je te rappelle ! se défendit Naruto.

– Ah ! Désolée, réflexe…

– Tes réflexes sont vraiment dangereux ! »

 

La porte de la chambre s’ouvrit sèchement. Dans l’embrasement, on pu voir Sasuke Uchiha, les joues légèrement rouges, qui regardait avec indifférence une blonde platine à quatre pattes sur un blond paille, leurs visages à quelques centimètres l’un de l’autre. Les deux orbes noirs s’écarquillèrent soudainement en une mimique apeurée et il referma la porte violemment après avoir attrapé à une vitesse incroyable deux boîtes de ramens dans le sac que Naruto avait apporté. Les deux blonds se regardèrent, et Naruto éclata de rire. Au bout de quelques secondes, Ino finit par se laisser aller et elle gloussa à son tour en se relevant et en aidant le blond à en faire autant. Ils s’assirent tous deux sur les chaises du couloir, hilares, Naruto soufflant :

 

« Tu vois, qu’est-ce que je te disais ! Avoue que c’est plutôt comique de voir Sasuke apeuré ! »

 

Ino n’aurait jamais cru se moquer de l’Uchiha, mais c’était vrai, le roulement d’yeux qu’il avait eu face à eux la ferait sourire encore longtemps. Au final, Naruto saisit le sachet de ramen et en tendit un à Ino.

 

« Tiens, connaissant mon appétit, je m’en étais pris deux, après, j’avais plu d’argent ! »

 

Ino accepta avec entrain la nourriture encore brûlante en souriant au blond. Ce fut l’arrêt sur image. Un accord serait encore fait.

 

« On les oublie ? » proposa Naruto, son rictus figé sur ses lèvres, fixant Ino droit dans les yeux.

 

Ino répondit en avançant son visage vers le blond et déposant un tout petit baiser sur sa joue. Naruto rougit jusqu’aux oreilles mais avança à son tour les lèvres, les déposant juste sur celles d’Ino pour ne plus bouger. Le blond n’avait jamais embrassé personne, même en tant que gosse, même sur la joue, c’était quelque chose qui lui avait été interdit, il n’y avait jamais eu que le geste irréfléchi pour Sakura quelques instants plus tôt, et il l’avait fait tellement rapidement qu’il ne se souvenait pas du principe. Alors voyant qu’Ino ne réagissait pas, surprise, rouge elle aussi, mais certainement moins que lui, il demanda en se grattant la tête d’un air embarrassé :

 

« Heu… Comment on fait ? »

 

C’était aussi une façon de poser la question sur leurs relations à venir, Ino sourit d’un air attendri.

Dans la chambre, Sasuke et Sakura déjeunaient.

 

« Naruto ne mange pas avec nous ? demanda la jeune fille, surprise que son ami ne soit pas encore débarqué dans la chambre en lançant un retentissant « Bon appétit ! »

– Il fait connaissance avec Ino. Ils s’entendent très bien. »

 

La longueur de l’avant dernier mot renseigna Sakura. Ses baguettes manquèrent de lui tomber des mains et Sasuke, reconnaissant la vision d’horreur dans ses yeux verts, ne put s’empêcher de sourire.

Une semaine plus tard, l’équipe sept était remise et au complet. Naruto arriva au pont un peu en retard et hurla :

 

« Bonjour les amoureux ! »

 

Sakura répondit avec un sourire rayonnant, Sasuke grogna en se renfrognant, Naruto décida de ne plus utiliser ce terme, et la vie repris son cours comme si rien ne s’était jamais passé, ou presque. Peut-être le cœur de Sasuke était-il plus léger.

 

 

 

Fin

 

 

 

Epilogue à venir.

Vos impressions ? J