Chapitre 13 : Sur les traces d’Oroshimaru ? Ou bien…

par jessnal

Miwaku avait rejoint son appartement Elle ignorait ce quun ninja devait emporter avec lui lors de ses missions. Un peu perdue, elle étala le peu de matériel dont elle disposait devant elle quelques shurikens, kunaï, parchemins explosifs aucunes armes qui ne soient très convaincantes.

Un léger craquement la fit sursauter, quelquun sapprêtait à frapper à sa porte. Une demie seconde plus tard, elle entendit effectivement un poing sabattre sur celle-ci. Elle neut pas besoin daller vérifier de qui il sagissait, elle le devina.

Miwaku : Entre Shikamaru !

Le jeune homme ne se fit pas prier davantages et entra. Il avança vers elle de sa démarche nonchalante, les mains dans les poches.

Miwaku : Tu tombes bien

Il constata les équipements ninjas quelle avait disposé sur le sol.

Shikamaru : Tu pars en mission ?

Miwaku : Très drôle. Viens maider.

Il sassit en tailleur en face delle et prit un kunaï dans la main.

Shikamaru : Je ne vois pas pourquoi tu veux tencombrer de tout cet attirail ? Nes-tu pas sensée attendre après un traitement avant de reprendre lentrainement ?

Miwaku : On est jamais trop prudent.

Il soupira. Il commençait à bien connaître la jeune femme et savait quil ne vaincrait pas son obstination.

Il laida à sélectionner ses armes sans grand trop intérêt.

Shikamaru : Je napprouve pas vraiment ta participation à cette mission.

Miwaku : Je lavais deviné.

Shikamaru : Mais tu restes incroyablement motivée ?

Miwaku : Je lui suis toujours.

Elle lui jeta un regard malicieux et son cœur bondit. Voilà seulement quelques jours que la jeune femme avait arrêté de sentrainer avec Neji et elle semblait avoir retrouver son énergie. Elle navait pas repris beaucoup de poids mais ses joues se remplissaient peu à peu. Il prit quelques secondes pour lobserver, rien quun peu. Elle était vêtue de ses vêtements de ninja, soit un short très court noir qui laissait apparaître des cuisses fermes, et dune tunique verte pomme qui mettait son jolie teint hâlée en valeur. Bien quelle ait maigrit, il devinait encore sous celle-ci une jolie poitrine. Il se surprit à rougir et chassa immédiatement cette image de ses pensées.

Lorsque leurs regards se croisèrent, il constata quelle lobservait elle aussi. Gêné, il lui indiqua de prendre encore quelques shurikens.

Miwaku se mordit la lèvre. Elle avait sentit le regard du jeune homme la pénétrer au plus profond de sa chaire, et son cœur avait beaucoup de mal à reprendre un rythme normal. « Pourquoi fais-tu ça ? » pensa-t-elle alors. Elle avait suffisamment de mal à le tenir hors de ses pensées. Ses derniers temps, il était présent dans chacun de ses rêves et le revoir était toujours une source de bonheur. Alors, lorsquil la regardait un peu plus quil était convenable de le faire, elle ne se sentait plus à même de freiner les palpitation de son cœur, et cette attirance qui la rongeait.

Elle essaya de se concentrer sur ce quil lui disait, sans vraiment y parvenir. Le seul son de sa voix la fascinait. Et lorsquelle le regardait, elle saccrochait désespérément à ses lèvres, rêvant quelles se posent un jour sur les siennes.

Malheureusement, elle avait déjà renoncé à cette éventualité. Elle ne pouvait pas se permettre de flirter avec Shikamaru pour lunique raison quelle se sentait prête à en tomber amoureuse. Quelle serait la souffrance quelle ressentirait alors en se réveillant un jour dans son propre monde ? Elle ne pouvait le concevoir. Elle vivrait à Konoha, mais ne sy construirait aucun avenir susceptible dêtre gâché par un brusque retour à la réalité.

Lheure du départ fut avancée. Shikamaru et Miwaku marchèrent ensembles jusquaux grandes portes du village de Konoha. Jusqualors, la jeune femme ne les avait jamais franchis pour en sortir. Cette nouveauté lexcitait.

Ils retrouvèrent sur place Naruto, Sakura et Neji. Ce dernier ne pu sempêcher de foudroyer Shikamaru du regard, malgré leur précédent accord. Il avait de nouveau prit les devants en escortant sa bien aimée.

Ainsi ils partirent ensembles, à la recherche de ce qui pourrait donner à Miwaku lespoir dutiliser son chakra sans se détruire.

Latmosphère entre le Hyuga et le Nara était pesante. Cependant Sakura les battait largement en marchant plusieurs mètres au devant eux sans prononcer le moindre mot. Cette mission ne semblait pas la réjouir. Si il ny avait pas eu Naruto à ses côté, Miwaku naurait pas prit autant de plaisir à observer le paysage. Derrière eux, Neji et Shikamaru fermaient la marche.

Shikamaru : Elle semble sémerveiller de tous.

Neji toisa son rival. Il ne pouvait pas savoir pourquoi Miwaku sébahissait de chaque petite chose. Sur ce point, il se félicitait davoir été le ninja élu pour veiller à sa protection et partager son secret.

Neji : Elle est comme ça.

Shikamaru : Ce genre dattitude manque à Konoha.

Le Hyuga découvrit sur le visage du jeune Nara un sourire sincère et bienveillant.

Neji : Tu as raison.

Léquipe formée pour loccasion progressait lentement, mais sûrement. Au soleil couchant, ils décrétèrent quil était temps de sarrêter.

Neji : Nous poursuivront demain.

Miwaku se félicitait de ne ressentir aucune fatigue. Les heures passées à courir avec Neji ne lui étaient pas vaine finalement.

Ils établirent un campement de fortune et se regroupèrent autour dun feu.

Shikamaru : Je sais que la plupart dentre vous estime que ce sujet est tabou, mais je pense que nous devrions expliquer certaine chose à Miwaku.

Tous levèrent des yeux ronds vers le jeune Nara.

Neji : expliquer quoi ?

Shikamaru : Pourquoi nous allons chercher lantidote au repère est.

Tous se regardèrent. Il ne leur avait pas parut nécessaire dexpliquer quoi que ce soit à la jeune femme, parce quils étaient persuadés quelle en savait plus queux.

Miwaku : Ne tinquiète pas Shikamaru, je sais pertinemment ou je vais mettre les pieds.

Il sourcilla.

Shikamaru : Ha oui ?

Miwaku : Je sais pourquoi nous allons à ce repère-ci et pas un autre. Cest là bas quOrochimaru faisait ses expériences abominables sur des sujets innocents. Je sais aussi ce quil en coûte à certain dentre vous de faire un retour dans le passé.

Miwaku pose intensément son regard sur Sakura qui détourna le sien.

Shikamaru : Je croyais que tu avais vécu en retrait du monde ninja toute ta jeunesse

Miwaku : Oui, mais on a super Hokage qui fait des super briefings alors ne tinquiète pas moi.

Elle lui fit un petit clin dœil moqueur avant de se tourner vers Sakura.

Miwaku : Dis, tu ne veux pas venir avec moi chercher du bois ?

La rose la regarda perplexe. Pour rien au monde elle navait envie dune conversation entre filles. Elle voulut décliner, mais la bienveillance de Miwaku lemporta.

Elle se redressa à contre cœur et senfonça dans le bois auprès de la jeune femme.

Miwaku : Suis moi et fait semblant de ramasser du bois, Neji nous observe avec son Byakugan.

Sakura sexécuta, perplexe.

Miwaku : Saches que tu peux tromper tous le monde à Konoha, sauf moi.

La rose sursauta.

Miwaku : Quadviendrait-il de Sasuke si il se faisait capturer ?

Sakura : Où veux-tu en venir Miwaku ?

Cette fois, Sakura était réellement agacée.

Miwaku : Je veux que tu mexpliques pourquoi il mérite dêtre protéger. Tu sais très bien que mes connaissance sarrête à un moment donné, et crois moi, jai toujours eu foie à la rédemption de Sasuke jai besoin de savoir pourquoi tu le protèges.

Sakura : Quest-ce que ça changerait ?

Miwaku : beaucoup de choses fais moi confiance. Lorsque je suis arrivée à Konoha, Tsunade ma demandé décrire une fiche sur Sasuke. Jy ai mit toutes mes connaissances, et elle a été troublé par un fait.

Sakura : Lequel ?

Miwaku : Jai toujours pris sa défense.

Le regard de la rose la transperça.

Miwaku : Mais je dois être certaine de ne pas me tromper Sakura Il faut que tu me révèles ce quil sest passé lors de la grande guerre. Quel a été le rôle de Sasuke ?

Elle vit la rose se pincer les lèvres, hésiter puis trancher.

Sakura : Il ny a rien a révéler. Sasuke a disparut depuis quatre ans, et cest un deuil suffisamment lourd à porter.

Miwaku soupira et suivit son amie qui rejoignait le camp, les bras chargés de brindilles.

Les garçons les accueillirent chaleureusement, les invitant à les rejoindre sans plus tarder et de se reposer. La nuit était pleinement tomber. Chacun essaya de sendormir tous y parvenir, à lexception de Miwaku. Elle se hissa de son sac de couchage silencieusement afin de nalerter personne. Malheureusement, au moment même ou elle se mit sur pieds, Neji et Shikamaru furent eux aussi débout, alertes.

Elle sursauta et tomba à la renverse.

Neji : Quest-ce que tu fais debout ?

Shikamaru : Tu ne devrais pas te promener seule, cest dangereux.

Miwaku se massa douloureusement le dos.

Miwaku : Les seuls dangers publics auxquels je suis confrontée, ce sont vous.

Shikamaru poussa un long soupir et se rallongea sans attendre.

Shikamaru : Elle est vraiment galère cette nana.

Neji reprit également place dans son sac de couchage sans pour autant la quitter des yeux.

Neji : Ne fais pas lenfant et recouche toi !

Miwaku voulu protester mais elle sentie son corps entier se raidir et une force inconnu lobligea de mettre un genoux à terre. Elle remarqua sur sa cuisse nue une ombre en forme de mains. Shikamaru se servait de la lueur du feu de camp pour lactiver et encercler le corps de la jeune femme avec beaucoup plus de douceur quil ne le faisait avec ses ennemis.

Miwaku : Shikamaru !

Shikamaru : Cest soit tu te couches, soit tu ne bouges plus de toute la nuit.

Elle soupira et croisa les bras sur sa poitrine pour bouder comme une enfant.

Shikamaru : Et tes gémissements ny changeront rien !

Elle souffla de plus belle tandis que le jeune homme, un sourire satisfait au lèvres ferma de nouveau les yeux, resserrant doucement son étreinte ombrageuse.

Au bout de quelques minutes, la jeune femme comprit que Neji sétait rendormit grâce à sa respiration régulière. Mais elle savait son sommeil léger. Elle tenta de bouger un peu, mais lombre sur sa cuisse semblait la clouer au sol.

Shikamaru ouvrit un œil pour remarquer quelle boudait encore. Il étouffa un petit rire avant de relâcher son emprise.

Il se redressa doucement afin dêtre à son niveau. Elle lui faisait face, son visage affichant toujours une moue enfantine qui lui donnait envie de lembrasser. Une mèche de ses longs cheveux sétait échappée de sa tresse pour encombrer son visage. Doucement, il leva la main et lécarta. À ce seul contact, Miwaku fut parcourut dun frisson. Neji frémit et se redressa lui aussi.

Il regarda soupçonneux tour à tour son rival et son élève. Miwaku sentit la pression que son Senseï imposait et choisit de rejoindre son sac de couchage, à contre cœur. Elle avait bien trop à penser pour rester immobile mais tant pis. Elle se contenterait de fixer les branches des arbres et de compter les feuilles.

Aucun de ses compagnons ne se doutait alors quelle remplissait une toute autre mission que la leur, bien loin dêtre sur les traces du légendaire Sannin Orochimaru elle pistait en ce moment même celles du dernier Uchiha : Sasuke.