Cohabitation & Rasengan

par plumyplumy

Itazura ouvrit la porte du laboratoire avec une certaine appréhension. La pièce était sombre, humide et peu accueillante voire effrayante : tout ce qui caractérisait le propriétaire de la pièce qui s’afférait devant de nombreuses fioles et bocaux remplies de substances dont le roux ne préférait même pas connaître la provenance ou la fonction.

 

Silencieusement, le jeune ninja mit un genou à terre, et planta son regard sur le sol, attendant patiemment que le maître des lieux lui accordât son attention. Il avait échoué dans sa mission, et il se voyait déjà mourir incessamment sous peu.

 

Il se passa bien une vingtaine de secondes avant que l’homme devant lequel il s’était agenouillé ne décide de s’adresser à lui dans un murmure presque inaudible.

 

« Je suppose que si tu es là seul, c’est que tu as non seulement échoué, mais qu’en plus tu as pris la fuite Itazura-kun ? »

 

Le roux se sentit avoir des sueurs froides en entendant cette voix si froide et dénuée de bons sentiments prendre un ton si mielleux : ce n’était jamais bon signe. Mentalement, il pria tous les dieux auxquels il ne croyait pas que le ninja épargne sa vie dans un élan de bonté, mais il savait que c’était trop d’espoir dans sa situation actuelle.

 

« As-tu par la même perdu ta langue, imbécile ? s’agaça l’homme en posant sans délicatesse un bocal rempli d’un liquide sombre et rougeâtre –probablement du sang- et en se tournant vers son subordonné.

-Mes excuses Orochimaru-sama, je ne voulais pas vous manquer de respect. »

 

Du coin de l’œil, le jeune nukenin roux de l’Akatsuki qui avait affronté Itachi à Suna vit le dénommé Orochimaru s’accroupir en face de lui. Par réflexe, il releva la tête et croisa le regard reptilien bordé de mauve du disciple du Sandaime Hokage. Sans qu’il n’ait eu le temps d’enchaîner, il sentit la main froide, glacée même, de son supérieur hiérarchique s’emparer de sa gorge et le soulever sans délicatesse alors que lui-même se redressait dans une position debout.

 

« Es-tu donc si incompétent pour ne pas être capable de me ramener le cadavre de cet Uchiwa et maitriser la petite princesse Namikaze ?

-Ils étaient… trois ! répondit Itazura difficilement, étranglé d’une poigne de fer par le sannin

-Et crois-tu pouvoir justifier ton échec par la présence un autre misérable cafard de Konoha ? dit Orochimaru en resserant sa prise sur la gorge du jeune nukenin

-Le fils… le fils du… Yondaime… » laissa échapper le roux, sentant ses forces le quitter peu à peu.

 

Sous le coup de la surprise, Orochimaru lâcha le pauvre nukenin qui s’effondra au sol, en se tenant la gorge qui prenait déjà une teinte rougeâtre et brûlait sous la douleur. Le sannin se perdit dans la contemplation d’un point lointain imaginaire droit devant lui, perdu dans ses pensées, et se parlant à lui-même.

 

« Le fils de ce misérable Minato ? Son fils ? Alors il aurait survécu… Incroyable… »

 

Le grand brun se mit sourire, d’un large sourire froid mais qui représentait toute la joie que pouvait ressentir un être aussi vil que lui. Itazura reprit difficilement une respiration normale, tentant de calmer son cœur qui s’affolait en récupérant l’air qui lui avait manqué.

 

Il frémit lorsqu’Orochimaru cessa de parler tout seul pour reporter son attention sur lui.

 

« Raconte-moi tout. Je te pardonne pour cette fois Itazura-kun, tu me seras utile pour la suite des évènements…

-Le Kazekage a voulu s’occuper de la fille… J’ai tenté de battre l’Uchiwa, mais il a un tout autre niveau que les autres de son clan… Ses techniques sont effrayantes, je n’ai jamais vu ça, même chez ceux de l’Akatsuki… Je n’ai rien pu faire, il n’a aucune faille.

-Et l’autre, son fils ?

-Je… Je n’ai pas compris ses techniques. Je n’ai pas vu son combat contre Shûhei mais… c’était court… Shûhei est mort avant même que mon combat ne soit terminé. Quand j’ai… quand j’ai fui à cause de l’arrivée des ninjas de Suna, il utilisait un pouvoir effrayant, un chakra terrifiant, j’en étais terrorisé…

-Passe-moi tes états d’âme, continue !

-Il n’a pas tué le Kazekage mais il l’a mis hors d’état de nuire en à peine quelques secondes. Et lorsque j’allais partir de Suna, un monstre gigantesque est apparu. Je les ai entendus parler de démon à queue, ils l’ont nommé Shukaku. Je ne suis pas resté jusqu’au bout car j’étais trop affaibli pour prendre le risque de me faire attraper, mais le Namikaze a utilisé encore ce chakra étrange, différent du sien. Je pense qu’ils ont scellé le démon en lui, c’est du moins ce qu’ils avaient l’intention de faire. »

 

Un silence s’installa suite au rapport d’Itazura. Le jeune ninja roux posa son étonnant regard vert émeraude sur le sannin qui semblait plongé dans ses pensées, analysant le peu d’informations que lui avait fourni le shinobi à peine sorti de l’adolescence.

 

Orochimaru tourna les talons et se repencha sur son bureau, notant quelque chose sur des feuilles volantes qui traînaient par là.

 

« Sors ! Et que personne ne vienne me dérange de la journée ! »

 

Itazura se releva presque avec précipitation et sortit après s’être incliné bien bas, même si celui à qui il adressait ces marques de respect avait déjà oublié jusqu’à son existence à l’instant présent. Lorsque la porte fut fermée, le jeune ninja serra le poing avec rage, repensant à sa défaite face à l’exclu du clan Uchiwa. Il s’était fait battre sans même que le brun n’utilise son sharingan à pleine puissance, quelle humiliation !

 

Puis un sourire carnassier se dessina sur son visage rond et d’apparence angélique : il se vengerait. Il déchiquèterait l’Uchiwa jusqu’à ce qu’il le supplie de l’achever.

 

Plus qu’une promesse, c’était une certitude.

 

[…]

 

Kushina dégagea une mèche de cheveux blonds qui retombait sur le visage de Naruto qui affichait un air neutre, semblant plonger dans un sommeil sans rêve. La femme du Yondaime sentit une bouffée de tendresse l’envahir en regardant ce jeune homme dormant si paisiblement mais dont les yeux, une fois ouverts, semblaient renfermés un tel chaos qu’elle se sentait triste à l’idée de tout ce qu’il avait dû traverser.

 

Alors qu’elle détaillait le beau visage du blond, elle fut frappée par cette ressemblance quasi parfaite avec son propre fils : la même tignasse héritée de son père, le même nez, les mêmes traces étranges sur ses joues… Si son Naruto avait pu grandir aussi longtemps que le jeune homme actuellement endormi, cela ne faisait aucun doute qu’ils seraient tous deux identiques, du moins physiquement parlant.

 

Kushina ne se faisait pas d’illusions : elle ne venait pas de retrouver son fils décédé et elle ne le considérait pas comme celui qu’elle avait perdu. Elle avait plus l’impression d’avoir eu un autre enfant, plus âgé, plus torturé, plus solitaire dont elle devait apprendre à dompter le caractère et à appréhender les pensées. Devenir comme une mère pour lui. C’était fort compliqué et les choses avaient tendance à s’embrouiller parfois dans sa tête. Les sentiments s’entremêlaient, mais surtout elle avait peur de mal faire. A trop vouloir être maternelle avec ce garçon qui ne l’avait jamais connu dans son passé, elle risquait de le voir se braquer et fuir tout l’amour qu’elle souhaitait lui donner, en espérant chasser un peu les ombres de sa triste enfance.

 

« Kushina ? »

 

Elle sursauta, surprise dans ses pensées, n’ayant pas entendu la porte s’ouvrir. Elle dégagea sa main des cheveux de Naruto qu’elle caressait sans s’en rendre compte et se tourna vers celui qui l’avait interrompue dans ses préoccupations.

 

« Ah Minato, c’est toi, je ne t’avais pas entendu entrer. 

-Comment va-t-il ? demanda le Yondaime qui entra complètement dans la pièce en refermant la porte

-Il va très bien. Juste épuisé. Mais il s’en sort remarquablement bien pour quelqu’un venant de subir le scellement d’une entité aussi puissante après plusieurs combats éprouvants. N’importe qui serait au bord de la mort après tout ça. Plus encore si on prend en compte le fait qu’il ait déjà un Bijuu en lui. Ces créatures sont effroyablement puissantes. J’ai été obligé de modifier un peu le travail de Minako et Karura pour renforcer le sceau, de peur qu’il ne puisse s’échapper, mais j’ai aussi du le rendre plus flexible sinon les deux sceaux seraient fatalement entrés en conflit à un moment donné et son corps ne l’aurait pas supporté. Ça n’a pas été facile, je n’ai jamais eu à faire face à de telles choses.

-Penses-tu qu’il y a un risque qu’il se laisse submerger et devienne dangereux pour Konoha ? » interrogea Minato en jetant un regard soupçonneux au jeune ninja assoupi.

 

Kushina soupira à la réaction de son mari, décidément trop suspicieux pour son propre bien.

 

« Arrête un peu d’être si parano Mina, tu vas vieillir avant l’heure ! plaisanta-t-elle en accordant un air moqueur à son époux

-Je suis sérieux Kushina.

-C’est ça ton putain de problème Minato, tu es toujours trop sérieux. Détends-toi des fois, ‘ttebane ! J’ai l’impression d’avoir épousé Danzô ! »

 

Malgré lui, le blond sentit un rictus prendre place sur ses lèvres en entendant le célèbre tic de langage spécial Uzumaki dont Kushina ne lui avait plus fait l’honneur depuis longtemps déjà. Ce même tic qu’il était sûr d’avoir déjà entendu dans la bouche du Naruto nouvellement arrivé, et de son propre fils lorsqu’il était encore en vie, à quelques détails près. Sa femme avait raison et il le savait. Le poids de la responsabilité d’Hokage avait tellement pesé sur ses épaules pendant les vingt dernières années, qu’il en était devenu imbuvable, paranoïaque, et acariâtre.

 

Avec un soupir face à cette triste constatation, il se laissa lourdement tomber dans la chaise aux côtés de Kushina, et laissa de côté son apparence professionnellement froide et stricte pour le moment en s’affalant de façon bien peu élégante dans sa chaise.

 

« Tu as sans doute raison, grogna-t-il avec un petit air boudeur, mais je t’y verrais bien toi en tant qu’Hokage, tu serais pire que moi…

-C’est pour ça que je t’ai laissé la place. Sinon tu sais bien que dans la compétition, j’aurai été la meilleure, le railla Kushina avec un sourire goguenard et une lueur malicieuse dans le regard.

-Hey ! Je… »

 

Il fut interrompu dans sa tirade par les lèvres de la rousse qui s’étaient doucement posées sur les siennes, avec une tendresse et une délicatesse qu’il n’avait plus connues depuis longtemps. Le cœur battant comme au premier jour, il rendit sans hésitation son baiser à son épouse, le rendant plus fougueux. Ils se séparèrent au bout de quelques secondes, les joues un peu rougies, se sentant comme de jeunes adolescents se déclarant pour la première fois leur flamme. Kushina posa toujours avec douceur sa main sur la joue de Minato, la caressa lentement en contemplant celui qu’elle savait être l’amour de sa vie, même si les dernières années avaient tenté de la contredire. Elle rompit l’instant romantique d’un petit baiser rapide sur la bouche de son époux, et se redressa sur sa chaise.

 

« Et Minako ? demanda-t-elle comme si de rien n’était, bien que ses joues soient encore un peu rosies par l’émotion

-Tsunade avait pratiquement fini de la soigner lorsque je suis arrivé. Une chance que Tsunade ait eu l’idée que je les invoque une fois qu’elle serait arrivée sur place. Les jambes de Miko-chan étaient dans un état effroyable, Tsunade elle-même a douté pouvoir faire quelque chose surtout avec la difficulté qu’elle a à pouvoir injecter du chakra dans les membres inférieurs du corps de Minako.

-Et… pour… tu sais…

-Rien d’inquiétant. Nous avons encore un peu de temps.

-D’accord. Et elle, comment allait-elle ? Moralement je veux dire.

-Elle n’a rien dit. Elle était à peine consciente lorsque je suis arrivée, mais elle s’est un peu éveillée par la suite. Je lui ai demandé si elle se sentait bien, elle m’a regardé et a haussé les épaules puis a fui mon regard.

-Fierté blessée ? ricana Kushina

-Je pense qu’il y a un peu de ça : d’après le rapport d’Itachi, Naruto a fait une forte impression à tout le monde en soumettant si facilement le Bijuu. Apparemment le peu de puissance qu’ils ont tous pu ressentir était déjà bien suffisant pour se faire une idée de son niveau. Nous l’avons sous-estimé.

-Sans aucun doute. Et Suna ?

-Ils ne diront rien pour le Bijuu et en contrepartie, nous ne devons rien dire de ce qu’il s’est passé. Karura souhaite que l’alliance entre nos deux villages se fasse malgré tout, lorsqu’un nouvel Kazekage serait nommé. Je pense qu’elle fait partie des candidats les plus capables pour ce poste. »

 

La rousse hocha la tête affirmativement, mais n’eut pas le temps d’approfondir son interrogatoire, car un gémissement de la part de Naruto attira leur attention à chacun. Le blond s’étira longuement et ouvrit péniblement les yeux en fronçant des sourcils, aveuglé par la soudaine lumière.

 

[…]

 

« Bordel mais c’est vraiment horrible comme zone ici ! HEY OH, j’aimerais qu’on me répondre ! Youhouuuu, y a quelqu’un ? Imbécile de peluche orange, t’es où toi ?! Oï, KURAMAAA ! 

-Mais il va la fermer celui-ci… »

 

Naruto grogna en entendant un tel vacarme alors qu’il tentait de se reposer paisiblement. Il se sentait tellement mais tellement fatigué… Il enfouit un peu plus son nez dans l’herbe fraîche et se recroquevilla en soupirant d’aise, encore à moitié endormi, prêt à replonger dans un sommeil des plus profonds.

 

« GAMIIIN ! KUUURAAMAAA ! Hé ! J’m’ennuie moi, répondez ! »

 

Les sourcils blonds se froncèrent lorsque dans son esprit, un neurone sembla enfin reprendre son activité normale ; pourquoi entendait-il la voix de cet imbécile de Shukaku dans sa chambre ? Pourquoi son oreiller sentait l’herbe humide et la terre fraîche ?

 

Avec difficulté, il ouvrit les yeux en dégageant son visage de ce qu’il croyait être son oreiller, et releva la tête, tombant nez à nez avec le regard furieux du Bijuu qui habitait son corps depuis déjà bientôt dix-neuf ans. Le renard géant semblait excédé et sur le point de faire un meurtre, lui pourtant si calme depuis que Naruto avait complètement apaisé sa haine. D’un air menaçant, il fit claquer sa mâchoire, faisant frissonner le blond.

 

« Gamin, si tu ne fais pas taire immédiatement cet imbécile de faux raton-laveur, j’en fais moi-même des sushis et un tapis de sol, est-ce que c’est clair ? »

 

Naruto eut un rire nerveux en se passant la main dans les cheveux, comprenant difficilement ce que lui disait le Bijuu, son cerveau étant encore embrumé par le sommeil.

 

« HEY ! Z’êtes morts ou quoi ?! »

 

La voix désagréable de Shukaku percuta violemment les tympans de Naruto qui sentit le brouillard se lever dans son esprit : mais oui ! Il avait complètement oublié qu’on avait scellé Ichibi en lui, car d’après les dires de Kyuubi, il devait le faire pour respecter la prédiction du Rikudô Sennin à l’approche de sa mort.

 

Il se pinça l’arête du nez en prenant un air las, et planta son regard azur dans celui rouge sang du démon renard qui n’avait pas perdu son air menaçant (peut-être était-il même encore plus furieux suite à la dernière intervention du tanuki géant).

 

« Je te rappelle Kurama, que TU es responsable de cette situation alors ne vient pas te plaindre.

-Je t’avais dit de faire un sceau restrictif au maximum ! Justement parce que je ne voulais pas entendre cet imbécile me briser les tympans toute la sainte journée !

-Je ne suis pas celui qui a fait ce sceau, je ne sais PAS faire de sceaux aussi complexes, juste les modifier ! »

 

Kurama et Naruto s’affrontèrent encore du regard pendant près d’une minute avant que le blond ne défronce les sourcils et ne se laisse tomber au sol avec un soupir d’exaspération.

 

« Je plains tellement Gaara d’avoir supporté ce sociopathe si longtemps…

-Hé !! Je vous entends bande de lâches ! Me laissez pas tout seul dans cet endroit moisi, je m’ennuie ! Hé oh ! »

 

Naruto échangea un regard désespéré avec Kurama et se décida à aller voir Shukaku. Il se releva et demanda simplement au renard roux :

 

« Où se trouve-t-il ?

-Sans doute là où je me trouvais auparavant.

-Ok, je vais aux sous-sols pour le faire taire… »

 

Le blond ferma les yeux et se concentra : il était dans son monde intérieur et pouvait donc contrôler sa position à sa guise. En un clignement d’œil, il se retrouva dans un long et sombre couloir humide et peu attrayant dont on ne voyait pas le bout tant il était gouverné par les ténèbres. Le jeune ninja avança doucement, suivant le son des jérémiades de Shukaku et sans se préoccuper de l’eau dont se gorgeaient ses scandales à chaque pas.

 

En peu de temps, il se retrouva face à d’immenses grilles d’une couleur argent brillante malgré le manque de lumière dans ces lieux. Les grilles étaient fermées par de longues chaînes noires qui entrelaçaient chaque barreau, sans en omettre un seul. En baissant les yeux, Naruto put voir, au sol, sous les grilles, un immense symbole représentant un soleil blanc qui apportait un peu de lueur à ce lieu si sombre.

 

« Hé, gamin, te voilà, je commençais à désespérer. »

 

Lorsque l’Uzumaki releva la tête, il fut surpris de croiser le regard étrangement sérieux de Shukaku, chose relativement inhabituelle lorsqu’on connaissait l’extravagance et l’immaturité du tanuki de sable. Le démon à une queue tenta de se rapprocher des grilles, mais le soleil se mit à luire avec force et repoussa violemment le Bijuu qui grogna.

 

« Shukaku. »

 

L’incarnation du sable reporta son attention sur le si jeune shinobi qui lui faisait face avec un air grave.

 

« Gamin, est-ce que tu sais dans quoi tu t’engages ? Tu prends des risques à vouloir tous nous sceller en toi et recréer Jûbi. Chacun d’entre nous voudra que tu lui montres ta valeur, ta force au combat, même si tu les avais déjà convaincu de ton implication dans la cause des Bijuus. C’est une quête dangereuse dans laquelle tu t’engages.

-J’étais sérieux lorsque je disais que je n’abandonnerai jamais les Bijuus. Si je ne suis pas assez puissant, alors je m’entraînerai encore plus fort pour pouvoir apporter la paix et tous vous réunir à nouveau comme le souhaitait le Rikudô Sennin. Si c’est là le moyen d’amener la paix dans le monde des shinobis et dans l’esprit des Bijuus, alors je prendrai en charge cette responsabilité, peu importe les risques.

-Même si cela causait ta mort gamin ?

-Je ne mourrai pas. Pas avant d’avoir réussi ! »

 

Shukaku haussa un sourcil : cet enfant avait du cran, du potentiel, une grande puissance mais encore tellement de choses à apprendre. Il pouvait atteindre le niveau du vieil homme, mais dans combien de temps ? Le bruit des pas de Naruto dans l’eau des sous-sols le fit sortir de ses pensées, et il observa sans un mot, plutôt curieux, le jeune homme s’approcher des grilles, passant sans difficulté le soleil blanc qui brilla en émettant une douce chaleur lorsque ses pieds entrèrent en contact avec le sceau.

 

« Fais-moi confiance Shukaku, si tu m’aides, tous ensemble nous y arriverons ! » déclara le jeune blond en offrant un sourire chaleureux au Bijuu en tendant sans crainte sa main droite à travers les grilles en signe d’accord. Non : en signe d’amitié.

 

Shukaku eut un petit rire étouffé, se sentant naïf et stupide, mais il avait envie d’y croire. Tant d’années à vivre dans la haine, la folie et la destruction lui avaient fait oublier que certaines personnes étaient de véritables rayons de soleil pour quiconque les rencontre. Même pour un démon comme lui.

 

« Mais ne crois pas que je fais ça pour tes beaux yeux gamin ! » grogna-t-il, faussement mécontent, en serrant de sa grosse patte, la minuscule main du Jinchuuriki

 

Naruto sentit alors son esprit être comme tiré par le haut, lui faisant progressivement perdre contact avec son monde intérieur qui s’effaçait de derrière ses rétines alors qu’il s’approchait de son réveil.

 

L’Ichibi regarda le jeune homme disparaître avec un petit sourire. L’avenir semblait si lumineux d’un coup qu’il se sentait presque apaisé.

 

Les beaux jours étaient encore à venir, même s’ils seraient difficiles à avoir.

 

[….]

 

Kushina vit le jeune blond ouvrit avec difficulté les yeux et lorsqu’il réussit enfin à émerger de son lourd sommeil, elle lui accorda un doux sourire.

 

« Comment te sens-tu Naru-kun ?

-Un peu vaseux… » marmonna-t-il en prenant sa tête entre ses mains

 

Un mouvement sur le côté le fit légèrement pivoter la tête, et il vit avec étonnement le Yondaime Hokage à son chevet, attendant lui aussi son réveil. Il se lâcha la tête, et adressa un signe de tête silencieux au dirigeant de Konoha qui lui rendit le même geste, sans expression particulière sur le visage.

 

« C’est normal que tu te sentes un peu bizarre durant quelques heures, la masse de chakra extérieur que tu viens d’accueillir en toi doit se stabiliser et ton chakra aussi. Ton corps est encore perturbé par les deux sceaux imbriqués, surtout que j’ai dû les modifier un peu pour qu’ils tiennent le choc et que ton corps les accepte plus facilement. Un phénomène de rejet avec une telle créature aurait été dangereux, même mortel ! » déclara Kushina avec un ton d’experte en la matière.

 

Naruto, par réflexe, passa sa main derrière lui pour effleurer son omoplate qui avait été si douloureuse lors de scellement. Sa peau était légèrement enflée, laissait deviner la forme du sceau, mais rien de plus.

 

« Merci, souffla-t-il en adressant un regard de reconnaissance à la belle rousse

-J’ai utilisé une variante des chaînes de chakra que, d’après Itachi, tu contrôles déjà, afin de renforcer la barrière du sceau de la prison divine et j’ai assoupli les restrictions du sceau de l’armure de fer. Du coup tu seras sans doute capable d’accéder au chakra du Bijuu quand tu t’y seras habitué.

-C’est… c’est bien. Et en effet, je sais utiliser les chaînes de chakra… J’ai vu ma… ma mère l’utiliser contre Kyuubi dans mon esprit et j’ai tenté de reproduire la même chose. C’est la première fois que je les utilisais. »

 

Minato prit un air d’ahuri complet tandis que Kushina sifflait d’admiration en regardant le fils d’une autre elle-même avec une certaine fierté.

 

« Ahah, tu n’es pas descendant du clan Uzumaki pour rien toi ! dit-elle en le frappant gentiment sur l’épaule

-Tu as maîtrisé les chaînes de chakra… sans entraînement ?! murmura Minato, quelque peu sous le choc

-Ce garçon est un génie ! s’exclama Kushina en se levant brusquement un poing levé en direct de Minato avec un air de conquérante, C’est la puissance des Uzumaki ! Quand je te disais que tu n’aurais rien pu faire contre moi si j’avais vraiment voulu devenir Hokage ! »

 

Elle éclata d’un rire faussement diabolique, et un silence quasi religieux s’installa suite à cela pour toute réponse. Minato jetait un regard blasé à sa femme et Naruto la fixait avec des yeux ronds comme des billes, un sourcil relevé et l’autre froncé, l’air perplexe devant cette tirade.

 

Finalement ils éclatèrent tous de rire, oubliant un instant où ils se trouvaient, qui ils étaient, partageant un moment de bonheur entre eux sans se soucier de leur situation "familiale" actuelle, profitant juste d’un peu d’insouciance.

 

[…]

 

« Je vais passer voir Tsunade et ensuite je rentre directement, je sais Minato, maintenant lâche moi ! »

 

Kushina se dégagea de l’emprise du grand blond qui lui rappelait pour la millième fois de rentrer vite à la maison en faisant attention à elle et de ne pas oublier d’aller voir Tsunade pour un petit bilan de santé. Elle adressa un petit signe amical à Naruto accompagné d’un large sourire lumineux, avant de disparaître derrière la porte qu’elle referma, non sans avoir embrassé son mari avant de quitter la pièce.

 

L’Hokage resta un long moment face à la porte, tournant le dos à Naruto qui regardait le ciel à travers la fenêtre d’un air absent. Un silence lourd s’installa, sans qu’aucun des deux ne soit tenté de le briser. Naruto sentait cette tension qui rendait l’atmosphère un peu lourde. Un léger sourire flotta sur ses lèvres. Un sourire un peu triste ; pendant combien d’années avait-il admiré le si grand et héroïque Yondaime Hokage, même après avoir appris qu’il était responsable de son statut de Jinchuuriki ? A quel point s’était-il senti fier d’être le fils d’un ninja si respectable, puissant et charismatique ? Combien de fois s’était-il senti triste de ne pas l’avoir plus connu que durant quelques précieuses minutes dans un coin de son esprit ? Il avait arrêté de compter, de mesurer. Et ce même homme, au détail près qu’il n’était techniquement pas son père, se tenait à peine à deux mètres de lui sans vouloir même le regarder.

 

Les épaules de Naruto s’affaissèrent légèrement sous la peine qu’au fond de lui il ne pouvait réprimer complètement. Même s’il n’était pas son géniteur, le connaître, c’était comme apprendre à découvrir son père. Il commençait à connaître Kushina, et il retrouvait tellement de choses qu’il avait déjà pu voir lors de sa rencontre avec sa mère… Il aurait simplement souhaité faire de même avec Minato.

 

« Je suis désolé. »

 

Le plus jeune eut un léger sursaut, à peine visible, mais ses sourcils se levèrent sous la surprise. Lâchant sa contemplation du ciel, il fit pivoter son regard vers le dirigeant de Konoha qui lui montrait toujours son dos.

 

« Je suis désolé d’être si… froid avec toi. Je… Laisse-moi un peu de temps pour m’habituer à cette situation, je tâcherai de faire des efforts Naruto-kun. »

 

Naruto sentit malgré lui ses lèvres se fendre en un léger sourire. Il finit par avoir un petit rire gêné avant de répondre à la déclaration du légendaire Eclair jaune de Konoha :

 

« Je ne vous en veux pas Yondaime-san, après tout votre statut ne vous permet aucune erreur. »

 

Sur ces paroles, le quatrième du nom se décida enfin à se retourner, un petit sourire aux lèvres, et revint s’assoir près du lit de Naruto.

 

« Appelle-moi Minato.

-Entendu.

-Dis-moi Naruto-kun, je voulais te poser une question concernant une de tes techniques… tu sais cette sphère de chakra concentrée que tu fais durant ton combat face à Minako…

-Le Rasengan ?

-Oui, cette technique. Qui t’a enseigné une chose pareille ?

-C’est Ero-sennin qui me l’a montré ! Enfin, Jiraiya-shisho quoi. Il m’a dit que c’était une technique de votre invention.

-Pourtant je n’ai jamais créé une chose pareille, je m’en souviendrais…

-Si je me souviens bien, vous l’aviez créée après avoir compris le principe de la bombe Bijuu. Vous vous êtes inspiré du concept de chakra condensé qu’utilisent les Bijuu. Mais vous souhaitiez aller plus loin et ajouter votre élément au Rasengan… Malheureusement vous n’en avez pas eu le temps.

-Et vu que les Bijuu n’existent pas ici, je n’ai jamais pu avoir de modèle pouvant inspirer la création du Rasengan. Intéressant… As-tu réussi à insérer ton élément dans cette technique ?

-Bien sûr ! Grâce à mon Tajuu Kage Bunshin, j’ai pu la maîtriser en peu de temps finalement. Mais elle est dangereuse pour le lanceur, donc je ne peux l’utiliser qu’en mode sennin. Je n’ai pas encore trouvé d’alternative à cela.

-Me l’apprendrais-tu quand ton chakra sera revenu à la normale ? Le Rasengan je veux dire. »

 

Naruto sentit un sentiment incontrôlable de fierté l’envahir : apprendre une technique au Yondaime Hokage ? Nom de nom, comment refuser ?! Avec un sourire un peu niais, il hocha très rapidement la tête pour répondre affirmativement à la question de Minato en ajoutant un petit « avec plaisir » tout à fait sincère et plein d’entrain. Son aîné eut un léger sourire amusé devant une telle attitude, puis se leva pour aller reprendre son poste d’Hokage.

 

Plusieurs questions lui trottaient dans la tête, et il avait besoin d’en savoir plus sur Naruto, mais il préféra prendre son mal en patience : chaque chose en son temps. Il laissa le jeune homme se reposer, remettant à plus tard les interrogations qu’il pouvait avoir concernant certains éléments cités par Itachi lors de son rapport.

 

Le temps des réponses viendrait bien assez tôt. Pour le moment, il devait trouver un moyen de freiner les investigations de l’Uchiwa qui commençait à se douter lourdement de quelque chose au vue des nombreux sous-entendus glissés dans la conversation et les réserves qu’il avait émises lors de son entrevue avec son sensei concernant le jeune blond.

 

Et pour arranger les choses, une belle pile de dossiers et rapports devaient joyeusement attendre son retour, sagement posés sur son bureau envahi de paperasse.

 

[…]

 

Une ombre se glissa avec discrétion dans la pièce principale d’une petite cabane abandonnée au milieu de la forêt. Elle n’eut guère besoin de faire plus de trois pas avant d’arriver au centre du lieu. L’ombre s’agenouilla près du fauteuil défoncé qui était le seul meuble occupant la salle. Attrapant la main de celui qui était affalé dedans, elle prit la parole, révélant sa nature de femme à quiconque l’aurait entendu.

 

« Nagato. Le démon du sable a été scellé. Son hôte se trouve à Konoha. Que devons-nous faire ?

-Patience Konan… Le surveiller, c’est tout ce que nous ferons pour le moment.

-Bien. »

 

La jeune femme se releva, passant une mèche de ses cheveux bleus qui la gênait derrière son oreille et se pencha pour embrasser tendrement le front de celui à qui elle s’était adressée.

 

Nagato eut un léger sourire, et observa dans la pénombre sa plus chère amie traverser à nouveau la pièce pour finalement en sortir.

 

Bientôt. Tout arriverait bientôt.

 

Il sentait que les évènements s’enchaînaient et que d’ici peu de temps, l’avenir se mettrait en marche et que la paix règnerait dans le monde. Il deviendrait le nouveau Rikudô Sennin, le Nidaime Rikudô Sennin, et il était à tout pour arriver à ses fins.

 

Absolument tout.

 

[…]