Mission & Tension

par plumyplumy

Minato sortit avec soulagement de la tour où se trouvait son bureau. La nuit n’allait pas tarder à tomber si l’on en jugeait par les nuages qui se teintaient de couleurs rosées et mauves et le soleil qui déclinait doucement vers l’horizon. La journée avait été particulièrement fatigante, et, en plus de son travail quotidien qui se résumait à signer des quantités gargantuesques de dossiers et rapports (qu’il devait lire bien entendu) et à donner des missions aux différents ninjas, quel que soit leur grade, il avait dû s’occuper de la régularisation des informations concernant Naruto. Durant plus d’une demi-heure il était resté bloqué devant le dossier de son fils qui annonçait clairement son décès. Après maintes réflexions, il avait pris sur lui et avait modifié le dossier afin de détailler le mensonge qui expliquait l’existence de Naruto Uzumaki dans leur monde. Officiellement nommé Naruto Namikaze, le jeune blond avait maintenant une existence tangible dans le monde des ninjas, et le conseil ne pourrait rien redire là-dessus. Justifier la soi-disant disparition du garçon durant des années sans que personne ne le sache par l’obligation de le mettre en sécurité était logique et indiscutable.

 

Et même si jamais il ne l’avouerait à voix haute, faire cette modification dans le dossier de son propre fils lui avait presque arraché le cœur. Lorsqu’il était tombé sur les différentes photos de son vrai fils, il n’avait pu s’empêcher de comparer le visage de celui qui fut sa chaire et son sang, à celui venant d’arriver : la ressemblance était avérée. Naruto était bien le fils de Minato Namikaze, même s’il n’était ce Minato là. La réaction de Kushina lors de la rencontre avec le nouveau venu n’était pas très étonnante. Elle avait depuis longtemps fait le deuil de son fils, mais ne s’était jamais remise de l’idée de ne plus avoir d’enfant et de ne plus avoir son garçon, ce si joyeux et lumineux petit garçon, fruit de leur amour pourtant déclinant aujourd’hui. Inconsciemment, Minato espérait que la présence de Naruto serait bénéfique à Kushina, la motivant à guérir et à se remettre, et peut être aussi, au plus profond de lui-même, espérait-il que Naruto soignerait les blessures encore à vif de son propre cœur.

 

Minato continua son chemin durant plus d’une dizaine de minutes en direction d’un terrain d’entraînement précis où il se rendait presque chaque soir quand Minako n’était pas en mission. Il n’entendit bientôt plus les sons venant de la ville, et un silence presque complet l’accompagna durant sa marche. Lorsqu’il arriva à destination, il vit Minako, les sourcils froncés et les yeux fermés, visiblement extrêmement concentrée, entourée par de nombreux kunais à trois pointes plantés dans le sol sur toute la surface du terrain. Sur chaque kunai, des sceaux très complexes avaient été consciencieusement collés à la garde. Il eut un léger sourire lorsque la jeune blonde disparut de son champ de vision dans un éclair jaune lumineux pour réapparaître quelques secondes plus tard de l’autre côté du terrain. Emportée par la vitesse de la technique, elle sembla trébucher et bascula en avant pour s’effondrer au sol sous les rires de Minato qui ne retenait pas son hilarité face à la scène. Il l’entendit crier quelques noms d’oiseaux avec rage d’avoir encore échoué dans son entreprise, puis elle finit par se relever pour revenir près de l’endroit où se trouvait son frère.

 

« Ta technique va juste me rendre dingue. »

 

Minato eut un nouveau petit rire qui fit doublement soupirer la jeune blonde.

 

« Ce n’est pas drôle Minato, elle est vraiment horrible à contrôler ! Ça fait plus d’un an que je bosse dessus…

-Je t’avais prévenu. Pourquoi t’acharnes-tu tant si tu n’y arrives pas ?

-Si je la maîtrise, c’est que je t’aurai dépassé, expliqua-t-elle avec une lueur de défi dans le regard

-Tu me dépasses déjà Miko-chan.

-Arrête de m’appeler comme ça. Et ne sois pas bête, si je te dépassais, je n’aurais aucune difficulté à utiliser le Hiraishin no Jutsu… Ce qui n’est actuellement pas du tout le cas.

-Haha, si tu le dis Miko-chan, si tu le dis… »

 

Elle se laissa doucement tomber au sol, épuisée par l’effort physique et la demande en chakra que demandait cette technique, et, sans que l’un ne fasse un geste, les kunais tremblèrent légèrement, pour finalement se détacher du sol et flotter jusqu’à eux, leur évitant ainsi l’effort de récupérer chacun d’entre eux sur l’ensemble du terrain.

 

« Minato… ?

-Hm ?

-Dis, pour Naruto…

-Je sais ce que tu vas me dire, mais je ne peux pas donner le niveau Jounin à un inconnu, malgré ses capacités. Je suis Hokage, je me dois de faire preuve de clairvoyance et surtout de prudence.

-Je sais tout ça, je sais, on en a déjà parlé, mais je ne voulais pas parler de ça. » dit-elle en secouant la tête d’un geste négatif.

 

Elle se releva avec difficulté, son frère l’aidant, et elle prit le temps d’enlever la poussière, la terre et les feuilles qui s’étaient attachées à sa tenue verte délavée qu’elle mettait tout le temps, sauf les jours de missions. C’est une tenue sans forme, assez légère, proche d’un T-shirt dont on aurait déformé complètement le col qui glissait de l’épaule gauche de la jeune kunoichi et sur chacune de ses manches, le symbole d’Uzushio, le village disparu du pays des tourbillons était cousu. Le bas de sa tenue laissait entrapercevoir un short simple noir, d’un tissu épais, tandis que le reste de ses jambes était comme toujours caché par d’épais bandages blancs. Elle détacha ses cheveux qu’elle avait relevés en queue de cheval pour l’entraînement, et reprit la conversation là où elle l’avait laissée : 

 

« Non, ce que je voulais dire, c’est plutôt ton attitude… Tu es tellement froid avec lui. Le pauvre, il vient juste d’arriver, il est aussi perdu que nous dans cette histoire, voire même plus !

-Où est-il d’ailleurs ?

-A la maison. Il n’avait pas l’air dans son assiette alors je l’ai laissé avec Kushina qui était visiblement ravie de passer du temps avec lui. Du coup j’en ai profité pour venir m’entraîner… Eh ! Ne change pas de sujet, réponds à ce que je t’ai dit !

-Que veux-tu que je te dise ? Je ne peux pas lui faire confiance. C’est une réaction normale. Ce qui ne l’est pas en revanche, c’est que toi, une des meilleures Jounin de Konoha, tu ne sois pas capable de mettre un peu tes sentiments de côté pour analyser froidement la situation. Tu fais trop confiance à ce que tu ressens.

-Oui, c’est une qualité que tu as visiblement perdu avec le temps Minato. A se méfier de tout le monde, on finit par être seul. Je le sais mieux que personne.

-Peut-être, mais prudence est mère de sûreté. C’est trop gros comme histoire ! Tu te rends compte ? C’est dingue ! Rien que de penser que j’ai accepté l’idée que cette histoire soit vraie me fait douter de mes capacités mentales actuelles.

-Tu as une meilleure explication peut-être ?

-Je… Non. C’est vrai. Mais je continuerai à chercher malgré tout et surtout à le surveiller. S’il me montre qu’on peut lui faire confiance, alors je l’accepterai comme un ninja de Konoha.

-Et comme un membre de notre famille ?

-Ne me demande pas de remplacer mon fils, ça n’arrivera jamais. »

 

Minako n’insista pas. Son frère pouvait, quand il le voulait, être plus têtu qu’une mule et plus têtu qu’elle-même, ce qui n’était pas peu dire. Elle comprenait ses sentiments, mais elle refusait d’étouffer la sensation de bienveillance qui se réveillait en elle quand elle était avec Naruto.

 

« Tu sais Minato, si tu ne le crois pas, utilise ça.

-Quoi donc ?

-Tu sais bien de quoi je parle…

-Ah… Je… Non, tu sais, je le crois, ça n’est pas vraiment le problème, mais… je garderai le doute jusqu’à ce qu’il me prouve, de lui-même, par ses actes et non ses mots, que je peux lui accorder ma confiance. »

 

Minako hocha la tête. Ça ne manquait pas de bon sens.

Avec le temps, les sentiments évolueront.

 

[…]

 

Naruto s’agita dans son lit, n’arrivant pas à trouver le sommeil. Mille fois, la scène de l’après-midi tournait dans sa tête. Il revoyait le visage serein et arrogant de Sasuke, l’air bien heureux de vivre, sans haine, sans rancœur, sans cette noirceur qui l’avait rongé durant des années là où avait vécu le blond. Revoir celui qui avait été son meilleur ami dans un état si naturel, si "heureux" (oui car un Uchiwa arrogant et provocateur était un Uchiwa heureux) avait été la plus étrange, la plus triste et la plus perturbante de toutes les situations. Il haïssait ce monde. Ou plutôt il jalousait ce monde où Sasuke n’était jamais devenu déserteur, où Minato Namikaze était en vie, où Kushina Uzumaki le bichonnait quand il rentrait, où Minako Namikaze existait et où toutes les personnes qu’il avait connu étaient sans doute vivantes et en bonne santé.

 

Il se sentait mal ici. Tout était trop différent. Pourtant les gens étaient les mêmes. Ino avait cette même attitude de jeune femme prenant soin de son physique et de son apparence, Sasuke aimait autant provoquer les plus forts que lui, Kakashi avait ce même air blasé sur le visage dont les trois-quarts n’étaient pas visibles et Gaï fatiguait toujours autant tout le monde avec ses grandes entrées théâtrales et ses attitudes farfelues. Et pourtant… pourtant dans son monde, Kakashi était mort, Gaï ne faisait plus autant l’imbécile, Sasuke… Sasuke avait sombré jusqu’au point de non-retour et Ino semblait avoir perdu toute émotion, se battant tel un automate pour protéger sa vie et celle de ses compagnons toujours en vie. Dans son monde, il était orphelin et jamais il n’avait entendu parler de l’existence d’une quelconque Minako. Pourquoi devaient-ils autant souffrir dans son monde, tandis que ceux vivant ici semblaient heureux, presque insouciants.

 

"Ça n’était pas la première fois d’ailleurs… ni la dernière ! Comme toujours, ça a failli partir en sucette…"

 

Les paroles de Minako lui revinrent alors en mémoire : ainsi Konoha avait été en conflit durant les dernières années avec Kumo ?

 

Il réalisa soudain sa bêtise. La seule chose qui, dans son monde, avait maintenu la paix (bien que difficilement) durant toutes les années qu’il avait connues avant la Quatrième Grande Guerre était la présence des Bijuus dans chaque village. Arme de dissuasion de chaque grand pays, les Bijuus avaient évité les plus téméraires de s’attaquer aux autres villages, de peur qu’une nouvelle guerre ne soit lancée, où les Jinchuuriki et leurs terrifiants pouvoirs seraient mis en première ligne. Sans la présence des Bijuus, la seule chose qui pouvait éviter un conflit était la présence de très puissants ninjas, ce qui expliquait la nouvelle politique adopté par Minato quant au niveau des ninjas gradés. Pourtant ça n’avait visiblement pas empêché Kumo d’attaquer Konoha plusieurs fois.

 

Naruto se redressa dans son lit, se demandant quels dégâts avaient pu être engendrés par de nombreuses guerres entre les différents villages du monde ninja, sans pour autant tourner au conflit mondial. Sûrement bon nombre des ninjas de chaque village étaient décédés. Beaucoup de civils avaient du souffrir de la perte d’un proche qui s’était trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment. La paix n’en était que plus illusoire dans un tel monde.

 

Il soupira. Aucun des deux mondes n’avait une meilleure situation que l’autre. Là où il avait croisé des connaissances en vie qu’il avait déjà perdu par le passé, d’autres personnes qu’il avait quittées en pleine forme étaient peut-être mortes ici. Un peu comme un principe d’équivalence.

 

Le blond s’ébouriffa les cheveux avec frustration. Son crâne allait exploser à force de trop réfléchir. Ce fut des bruits de pas dans le couloir qui lui firent quitter ses réflexions tumultueuses ; bien qu’on fût en plein milieu de la nuit, quelqu’un semblait dormir aussi peu que lui et avait décidé de faire une petite excursion nocturne.

 

Il s’approcha de sa petite fenêtre donnant sur l’extérieur et, au bout de quelques minutes, vit sans surprise Minako sortir de la maison pour disparaître dans la nuit noire d’encre.

 

Qu’allait-elle faire à une heure si avancée de la nuit ?

 

C’était encore un mystère sur lequel Naruto put cogiter toute la nuit, avant que le sommeil ne vienne l’emporter.

 

[…]

 

« Allez Miko-chan, un peu de nerfs que diable !

-Kushina tais-toi, ma tête va exploser… grogna l’interpellée en s’affalant sur la table de la salle à manger, Et arrêtez de m’appeler Miko-chan bordel…

-Mange Naruto, pour ta première mission tu dois être en forme ! »

 

Le blond fit un sourire un peu crispé à la rousse. Sans doute ne s’y habituerait-il jamais ; avoir une mère pour lui dire quoi faire, qui s’inquiète de son état de santé, qui lui prépare le repas… Vivre en famille était une expérience toute nouvelle, et il devait avouer que si au début il trouvait l’idée tout à fait charmante, ce matin il se fit la réflexion que ses habitudes de solitaire allaient bien vite reprendre le dessus. Il se sentait comme trop "sauvage" pour la vie de famille.

 

Kushina lui resservit un peu d’omelette avec vigueur, et il ne se sentit pas de la contredire.

 

« Bon Naruto... marmonna Minako en relevant sa tête de revenante pour se concentrer sur son neveu, Je ne sais pas quelle genre de mission va nous donner Minato, mais nous serons sans doute avec quelqu’un d’autre, voire peut être deux autres personnes. Comme tu le sais, les équipes de mission sont souvent composées de quatre personnages, au minima trois, exception faite des ANBU qui travaillent souvent en solo. Mais je ne t’apprends rien. Tout ça pour dire que les personnes qui nous accompagneront ne sauront rien de la véritable raison de ta présence ici. Fais donc attention à ce que tu dis. Certains ninjas de Konoha connaissaient… eh bien Naruto quoi, donc il est possible que certains te parlent de choses que tu n’as jamais vécu. Dans ces cas-là, laisse-moi faire. Sinon, pas d’embrouille dans l’histoire hein ! Tu étais en entraînement avec le vieux pervers des Sannin et ce dans le plus grand secret pour ta sécurité. D’accord ?

-Hm hm.

-Je n’ai pas bien entendu.

-Oui Minako… » soupira-t-il. La situation ne l’enchantait pas. C’était trop bancal pour qu’un seul ninja du village n’y croie. Pire encore si des gens le connaissaient. Enfin, connaissaient le Naruto de ce monde…

 

Une heure plus tard, ils partaient de la maison, avec les encouragements de Kushina qui leur souhaitait bonne chance pour leur mission, quelle qu’elle soit. La situation fit rire Minako qui se sentait comme une Genin allant effectuer sa première mission pour le village. La scène avait été à peu près identique à l’époque.

 

Le trajet se fit dans le silence le plus complet, sous les chuchotements des passants qui les remarquaient. Naruto tentait de ne pas écouter ce qu’il se disait ; cela lui rappelait de trop mauvais souvenirs. C’était comme un bond en arrière, même si la personne visée n’était pas la même. A la différence près que les gens semblaient plus craindre Minako que la détester. Pourquoi ? C’était une question que le Jinchuuriki gardait pour lui, sachant très bien que la réponse viendrait, de Minako elle-même ou d’ailleurs.

 

Ils arrivèrent bien vite devant la porte menant au bureau de l’Hokage, bien connue de Naruto pour le nombre de fois où il était venu voir le Sandaime ou encore Tsunade. Minako ne perdit pas une seconde et frappa durement contre le battant en bois. La voix étouffée de Minato perça à travers la porte que la jeune femme ouvrit. Naruto découvrit de nouveau ce bureau qu’il connaissait si bien, et eut une sensation étrange en ne voyant pas Tsunade assise au bureau, mais son "père", le Yondaime Hokage qu’il avait tant admiré, encore aujourd’hui.

 

Une autre personne se tenait devant le bureau. Personne qui se tourna lors de leur entrée.

 

« Ah, Minako, Naruto, nous n’attendions plus que vous. »

 

Naruto dévisagea ouvertement le nouveau protagoniste de l’histoire. Il était plutôt bête de ne pas y avoir pensé plus tôt, mais sa présence à Konoha n’avait rien de surprenant. Mais il fut tout de même légèrement surpris.

 

Minako passa devant lui, se dirigeant vers le brun qui était arrivé avant eux dans la pièce.

 

« Itachi, tu viens avec nous pour la mission ?! Yeah, comme au bon vieux temps ! »

 

Uchiwa Itachi, sombrement vêtu d’une tenue de Jounin noire et d’un gilet vert que portait la majorité des gradés de Konoha, se tourna vers la jeune blonde qui, bien que grande, faisait quelques centimètres de moins que lui qui frôlait facilement le mètre quatre-vingt. Choqué, Naruto vit Itachi adresser un petit sourire à Minako qui lui rendit le même, avec un petit coup de coude amical en prime. Naruto avait beau ne pas bien connaître Itachi (leurs différentes rencontres n’avaient jamais été particulièrement propices aux discussions pour faire connaissance), il était sûr de ne jamais l’avoir vu sourire. La blonde se tourna vers Naruto, lui faisant signe d’approcher.

 

« Itachi, tu te souviens de Naruto ? Il vient de rentrer d’entraînement avec le chevelu pervers.

-Naruto ? demanda Itachi, prenant pour la première fois la parole, Mais je croyais que…

-Haha, oui oui, une histoire assez compliquée… l’interrompit Minako en riant nerveusement, Minato voulait juste le protéger alors il a préféré que personne ne sache qu’il était parti avec son maître… Bref, je t’expliquerai tout ça une autre fois. 

-Oui, vous aurez tout le temps de vous raconter les nouvelles sur le chemin, intervint Minato d’un ton calme. Tout d’abord, bonjour à tous. Maintenant que nous sommes au complet, je vais pouvoir vous expliquer votre mission. Il s’agit d’une mission de rang A car il s’agit d’une mission diplomatique. Naruto, étant donné que tu es avec deux Jounin, il n’est pas problématique que tu participes à cette mission. Il est même important que toi et Minako fassiez partis de l’équipe.

-Pourquoi ? demanda la blonde

-Car vous êtes tous les deux des membres de ma famille et que les Kage apprécient toujours que leurs confrères envoient, en signe de confiance et de respect, des membres de leur famille ou encore leurs ninjas les plus puissants. Et dans le cas présent, les conditions sont remplies : Itachi a une bonne réputation et il se trouve faire partie de nos Jounin les plus prometteurs, quant à toi Minako, tu es non seulement ma sœur, mais tu es aussi la kunoichi la plus célèbre de Konoha après Tsunade bien sûr. Puis, il y a Naruto qui est mon fils, bien que peu de personnes ne soit au courant.

-Certes, ça se tient. Bon, dis-nous tout sur la mission.

-Vous irez au village caché de Suna pour y rencontrer le Kazekage afin de finaliser le pacte d’amitié liant nos deux villages et préparer le prochain examen Chuunin auquel participeront aussi différents Genin de Suna maintenant que l’accord est presque conclu.

-Je refuse. »

 

Un silence de mort tomba dans la pièce. Chaque personne tourna son regard vers Minako dont les joues semblaient avoir pris des couleurs plus vives en quelques secondes. Le poing crispé, elle semblait prendre sur elle pour garder son calme. Minato, qui visiblement ne s’étonnait pas de cette réplique, reprit sur un ton mortellement toujours aussi calme :

 

« Vous ne pouvez pas refuser cette mission car je n’enverrai personne d’autre que vous dessus.

-Je refuse cette putain de mission ! Je ne mettrais pas un putain d’orteil dans ce village de malheur !! Encore moins pour voir la sale face du Kazekage !

-Ça suffit ! s’exclama Minato en claquant du poing sur la table, refroidissant l’atmosphère de la pièce, et même les ardeurs de Minako furent calmées. Jusqu’à preuve du contraire, et ce même si tu es ma sœur, je reste ton supérieur hiérarchique. Alors tu iras à Suna, que tu le veuilles ou non. »

 

On aurait pu entendre une mouche voler. Personne n’osait prendre la parole devant le ton plus glacial que les températures du pays du fer qu’avait adopté Minato, sûrement excédé par l’attitude irrespectueuse de sa sœur. Itachi ne semblait pas s’émouvoir de la situation, comme si ça n’était pas la première fois qu’il assistait à de telles tensions entre le frère et la sœur. Et c’est sûrement pour cette raison qu’il fut le seul à objecter les paroles de l’Hokage :

 

« Sensei, est-ce que ça ne serait pas… comment dire… dangereux de laisser Minako s’occuper d’une mission diplomatique avec Suna ?

-Non, le Kazekage a même précisé qu’il serait ravi que Minako prenne part à l’expédition.

-Je ne voulais pas dire dangereux par rapport à Suna, mais dangereux par rapport à Minako elle-même ? Ne risque-t-elle pas de faire rater la mission ?

-EH ! Itachi espèce de…

-Sans doute, c’est pour cela que j’ai souhaité que tu fasses parti de l’équipe. Tu es sans doute la seule personne capable de la contenir un peu.

-Entendu sensei. »

 

Naruto fut perdu. "Sensei ?" Pourquoi Itachi nommait-il l’Hokage ainsi ? Serait-il possible que le blond fût le capitaine de l’équipe où se trouvait Itachi étant Genin ? Il n’avait jamais su que le grand frère de Sasuke avait eu son propre père comme sensei ! Pendant que Minato expliquait le peu de détails que comportait la mission aux deux Jounin, Naruto se perdit dans la contemplation du visage d’Itachi. Durant tant d’années, Konoha avait mis une étiquette de criminel à ce shinobi qui avait protégé ce même village jusqu’à sa mort. Et même au-delà. Lorsque Kabuto avait utilisé l’Edo Tensei pour ramener Itachi d’entre les morts, l’Uchiwa avait tout fait pour aider Konoha dans la guerre en éliminant le problème que posait Kabuto en ramenant de puissants ninjas en vie. Il respectait le brun pour n’avoir jamais douté de sa décision de protéger Konoha, même si elle a impliqué la plus horrible des tragédies dans sa vie et celle de son frère. Il fut soulagé qu’Itachi soit, dans ce monde, toujours un ninja de Konoha et semblait surtout bien plus… comment dire… expressif que dans son monde.

 

« Naruto ? »

 

Il se reconcentra sur ce qu’il se passait autour de lui. Minako était celle qui l’avait appelé, et sans qu’il ne s’en rende compte, elle se trouvait déjà à la porte, lui faisant signe de venir avec elle. Itachi, quant à lui, lui jetait un regard inquisiteur, semblant visiblement se poser des questions sur ce "retour miracle" trop beau pour être vrai. Il rejoignit la blonde qui l’entraina dans une pièce située juste à côté, en prenant bien soin de ferme la porte à clé derrière elle.

 

« Bon, Naruto, on est dans la moise, on pouvait pas avoir pire coéquipier qu’Itachi. Il te connaissait très bien, enfin il connaissait bien Naruto… enfin tu comprends quoi, et il va se poser des questions si tu ne te rappelles plus de lui.

-Il se doute déjà de quelque chose.

-C’est normal, Itachi doute toujours de tout. C’est ce qui le rend si insupportablement brillant parfois. Bref. Donc, Itachi est mon ancien coéquipier, nous étions dans la même équipe Genin avec un autre garçon nommé Nea que tu as bien connu aussi, mais tu n’as pas besoin d’en savoir plus. Notre maître était Minato, c’est pourquoi Itachi l’appelle toujours sensei et non Hokage-sama. S’il te connait c’est parce que tu venais tout le temps nous voir lors de nos entraînements avec Sasuke. Compris ? Je ne pense pas que tu ais besoin d’en savoir plus pour endormir sa méfiance. Tu as tout retenu ?

-Euh oui oui, je crois… »

 

Trop d’informations d’un coup. Donc son "père" avait eu des élèves malgré sa position d’Hokage ? Qui était ce Nea dont il n’avait jamais entendu parler (encore un !) ? Il soupira.

 

Jamais il ne cesserait d’être surpris par ce monde.

 

[…]

 

Le voyage en direction de Suna avait commencé dans une ambiance assez… calme et silencieuse. Ils avaient décidé de marcher durant la journée, Minato ayant bien précisé qu’ils avaient tout leur temps car le Kazekage ne devait même pas encore avoir reçu sa réponse. Itachi jetait de temps à autre quelques regards à Naruto qui lui fuyait le regard de l’Uchiwa en regardant Minako qui bougonnait, crachant mille insultes contre son frère qui n’avait pas plié devant ses caprices et l’avait forcé à se rendre à Suna.

 

Dans le but d’alléger l’ambiance, Naruto décida de satisfaire ses curiosités en posant quelques questions à la blonde :

 

« Au fait Minako, pourquoi tout le monde t’appelle "la princesse d’acier" ? »

 

Le regard noir qu’il se prit le dissuada d’insister. Minako accéléra le pas, prenant la tête du petit groupe, laissant Naruto, gêné par la réaction de la jeune femme, et Itachi, toujours aussi terriblement silencieux, en arrière.

 

« Il y a pas mal de raisons pour lesquelles les habitants de Konoha et même le reste du monde ninja l’appellent la princesse d’acier. »

 

Entendre la voix d’Itachi répondre à sa question le fit presque sursauter. Portant un regard attentif sur le brun, il attendit patiemment que celui-ci développe un peu son explication. Voyant qu’il avait toute l’attention du Chuunin fraîchement promu, Itachi continua sur sa lancée :

 

« Je pense que la première raison est qu’elle est l’une des rares utilisatrices d’un Kekkei Genkai(1) nommé Kôton(2). Elle ne l’utilise pratiquement jamais, mais l’information a vite filtré.

-Kôton ?

-Oui, on ne sait que peu de choses dessus, si ce n’est que les utilisateurs de Kôton sont extrêmement rares. Ce n’est pas une technique si incroyable, mais très utile au corps à corps qui a tendance à faire défaut à Minako.

-Alors les gens l’appellent ainsi uniquement pour cette raison ? Pourtant ils avaient l’air presque… terrifié par elle.

-Hm. C’est vrai que tu n’étais pas là durant l’examen Chuunin. Heureusement d’ailleurs… »

 

Itachi laissa un silence s’installer, le temps de boire un peu d’eau dans la gourde qu’il avait pris pour le trajet. Naruto quant à lui était étonné de ne jamais avoir entendu parler de ce don héréditaire. Bien sûr, il ne les connaissait pas tous, ils étaient bien trop nombreux, mais jamais le nom de cette capacité n’avait été prononcé en sa présence. Il attendit que le brun ait fini d’étancher sa soif pour qu’il continue son explication.

 

« Et donc, quel rapport avec l’examen Chuunin ?

-Lorsque nous avons passé l’examen Chuunin, tout le monde était impatient de voir nos combats lors de la troisième épreuve car nous étions les plus jeunes shinobi participant. Nous n’avions que dix ans. Les combats se sont plutôt bien passés, mais Minako a complètement perdu les pédales sur le dernier… Elle a tué son adversaire avec une froideur qui a choqué tout le public. J’avoue que c’était une scène assez effrayante. Beaucoup l’ont appelé "cœur d’acier" aussi, mais ils ont vite préféré suivre le mouvement et c’est ainsi que la réputation de la "princesse d’acier" s’est faite… Il y a d’autres raisons mais elles ne sont pas aussi signifiantes que celle-ci. 

-Je vois… »

 

Naruto regarda le dos de son aînée où se perdaient ses longs cheveux blonds, se soulevant au gré du vent. Elle faisait sans doute partie des ninjas les plus expressifs qu’il connaisse, et pourtant il avait eu l’occasion d’en rencontrer pas mal. Pour lui, elle était tout sauf "un cœur d’acier", bien au contraire. C’était la première à lui avoir fait confiance en se basant sur son ressenti plutôt que la raison. Sans doute que si elle n’avait pas été là pour convaincre Minato de lui donner une chance, il serait encore en train de croupir dans un cachot dans les sous-sol de Konoha ou tout simplement dans la célèbre prison du village.

 

« Elle s’en est toujours voulue d’avoir tué ce Genin. Même si elle ne l’avouera jamais. »

 

Il hocha la tête face à la dernière réflexion d’Itachi. Il ne connaissait pas encore complètement Minako, mais pas un instant, il ne mit en doute l’affirmation du brun.

 

Pas un seul instant.

 

[…]

 

Notes de fin de chapitre :

 

(1)    Kekkei Genkai è Don héréditaire

(2)    Kôton è Art de maîtriser l’acier