La princesse d'acier

par plumyplumy

 

Minato s’écarta un peu de Naruto, reprenant un air plus neutre. Il semblait songeur, et chacune des personnes présentes se posaient des questions sur ce à quoi il pouvait bien penser. Le silence fut complet jusqu’à ce que le Yondaime Hokage relève la tête vers le plus jeune des ninjas présents, l’air décidé.

 

« Tu as un excellent niveau, qui nous sera très utile dans l’avenir. Cependant en attendant que tu ne fasses tes preuves sur le terrain, je t’accorde le grade de Chuunin, et je pense que personne ici ne me contredira quand je dis que tu le mérites largement.

-Mais Minato… commença à se plaindre sa sœur

-Je ne reviendrais pas sur ma décision. Il aura le grade Jounin quand je l’aurai décidé. Il a beau être puissant, s’il ne vaut rien sur le terrain, il restera aussi efficace qu’un Genin sortant de l’Académie que l’on met sur une mission de rang A. » déclara-t-il d’un ton ferme.

 

Minako baissa les yeux, préférant ne pas insister face à son frère dont le ton ne laissait place à aucune discussion, et Minato, ne voyant que personne n’avait d’objection, reprit la parole.

 

« Bien, je pense que vous en avez assez fait pour aujourd’hui, allez-vous reposer. Je vous verrais demain matin dans mon bureau pour une mission Minako et Naruto. Kakashi, Gaï, je vous laissez vaquer à vos occupations. Si jamais j’ai besoin de vous, je vous appellerai, comme d’habitude.

-A vos ordres Hokage-sama.

-Entendu sensei.

-Hmhm »

 

Seul Naruto hocha la tête silencieusement, perdu dans ses pensées. Si d’un côté il se sentait plutôt soulagé d’avoir obtenu le grade Chuunin (il n’avait strictement aucune envie de repasser l’examen), de l’autre il était particulièrement déçu de ne pas avoir eu le grade Jounin. Mais peu importait… Après tout, qu’était un grade ? Il l’obtiendrait plus tard si nécessaire.

 

Ce fut un bruit sourd qui le sortit de ses pensées. Il leva les yeux pour chercher la source du bruit et put constater que Minato était parti après que chacun eut acquiescé à ses directives. Et c’est en baissant les yeux qu’il comprit qui avait fait tant de bruit quelques instants auparavant : Minako venait de s’effondrer au sol, ne tenant plus sur ses jambes.

 

Comme l’aurait si bien Shikamaru dans une telle situation : Galère…

 

[…]

 

« Tu es lourde, tu le sais ça ?

-Je ne te permets pas sale gosse !! »

 

Naruto se prit un coup sur la tête, incroyablement léger en comparaison des coups qu’il s’était pris durant le test. A vrai dire, il mentait complètement en critiquant son poids car Minako était sûrement la fille la plus légère qu’il n’avait jamais porté, aussi légère qu’une enfant de dix ans, ce qui était assez étonnant vu qu’elle devait sûrement en avoir au moins le double.

 

« Quelle âge as-tu Minako ?

-On ne pose pas ce genre de questions à une femme ! s’exclama-t-elle, toujours vexée par la remarque précédente

-Sérieusement, je suis techniquement ton neveu, alors tu peux bien me le dire.

-Tss… J’ai vingt-trois ans.

-Et tu as la force d’une enfant de dix ans ta cadette.

-Tu veux un nouveau coup en pleine figure pour vérifier ça ? »

 

Naruto aurait bien levé les bras en signe de défaite dans la joute verbale, mais les lever entraînerait irrémédiablement la chute de Minako qu’il tenait fermement sur son dos et maintenait en place avec ses bras justement. Après le combat, elle avait aidé Naruto à se lever avant de s’effondrer elle-même au sol, ses jambes ne la soutenant plus… Résultat sans doute du Shinra Tensei où elle avait tenté de se rétablir sur ses jambes mais n’avait pu que s’écraser au sol. Si le blond s’était étonné d’une faiblesse si soudaine, il n’avait posé aucune question à ce moment-là.

 

Malgré tout, la curiosité l’emporta et il interrogea sa tante, dont les bras encerclaient son cou, en faisant attention de ne pas l’étouffer.

 

« Dis Minako, pourquoi te fatigues-tu si vite ?

-J’ai une force physique bien moins importante que la plupart des ninjas. Je la compense par ma grande réserve de chakra qui est jusqu’à dix fois plus élevée que la normale. Dans mon équipe de Genin, je ne m’occupais pas souvent du combat au corps à corps, mais plutôt de la partie Ninjutsu qui est ma spécialité. Et si je ne tiens plus sur mes jambes maintenant c’est parce que tu as tapé dedans assez violemment durant le combat et qu’à la fin je suis tombée comme une merde dessus à cause de ta technique bizarre. Et comme tu le sais déjà, c’est mon plus gros point faible. »

 

L’explication laissa Naruto songeur. Jamais il n’avait rencontré quelqu’un se battant comme Minako, privilégiant le Ninjutsu à toute autre forme de combat à cause d’une force physique trop faible. Il avait plutôt connu l’inverse avec Rock Lee qui était bien incapable d’utiliser le Ninjutsu mais se montrait quasiment imbattable en Taijutsu.

 

« Mais un si gros point faible n’est-il pas problématique lors des missions ?

-Non, habituellement personne n’atteint mes jambes aussi facilement que toi. En m’aidant de ma forte sensibilité au chakra, je devine assez instinctivement où mes adversaires vont taper et je suis assez rapide pour éviter la fâcheuse situation où mes jambes seraient touchées. Mais si cela arrive, je continue au Ninjutsu, même si j’ai les deux jambes brisées… finit-elle d’un ton un peu plus sombre

-Et, est-ce que je me trompe si je dis que tu as appris à utiliser ton chakra pour le combat au corps à corps avec Tsunade-baachan ? 

-Tsunade… baachan ? »

 

Naruto sentit le corps de Minako tressauter contre son dos, le déstabilisant dans sa marche. Ce fut l’éclat de rire (toujours aussi grossier pour une jolie fille comme Minako) de la jeune femme qui le fit stopper définitivement sa marche. Il tourna la tête vers elle, se demandant qu’elle était la cause de son hilarité et espérant qu’elle se calmerait bientôt : peine perdue, la blonde se tortillait dans tous les sens en riant de plus en plus fort.

 

Elle était tellement perdue dans son hilarité, qu’elle bascula sans s’en rendre compte en arrière et ce fut sa chute plus que brutale au sol qui la fit taire. Un chapelet de jurons à en faire rougir n’importe qui sortit de sa bouche, contrastant de façon étrange avec la situation précédente.

 

« Naruto, fais chier, tu pourrais me tenir correctement quand même. »

 

Le destinataire de ce reproche croisa les bras, un air blasé sur le visage, fixant sa tante immature avec l’air de dire "t’es sérieuse quand tu dis ça ?" que celle-ci feignit de ne pas remarquer. Elle se releva avec difficulté, en s’appuyant sur Naruto. Elle enleva la poussière accumulée par la chute et du test avec de petits coups sur ses vêtements puis se tourna vers son cadet, son visage ayant repris un air plus sérieux.

 

« C’est bon je vais marcher, nous ne sommes plus très loin de l’hôpital. »

 

Ils reprirent leur marche, Naruto se demandant toujours ce qui avait pu faire autant rire la blonde. Sur leur chemin, ils ne croisèrent que quelques rares personnes qui semblaient éviter de se trouver sur leur chemin. Cette situation lui rappela bizarrement ses jeunes années où certains villageois l’évitaient comme la peste contrairement à ceux qui l’insultaient dès qu’il passait près d’eux.

 

Si au début cette situation lui parut sans grande importance, au bout de quelques minutes, il tendit l’oreille, tentant de capter les chuchotements des commerçants qui les fuyaient en les voyant arriver, se demandant sérieusement ce qu’il se passait.

 

« C’est la princesse d’acier…

-Elle est là, ne la regarde pas dans les yeux…

-Eloignons-nous sans nous faire remarquer…

-Qui a pu mettre la princesse d’acier dans un tel état… ?

-Partons vite d’ici… »

 

Naruto posa son regard sur Minako qui semblait ne pas entendre (volontairement ou pas) les commentaires presque apeurés des rares personnes se trouvant dans les rues. Il décida d’attendre un peu pour lui demander des explications et tenta d’ignorer ce que disaient tous ces gens jusqu’à leur arrivé à l’hôpital.

 

Lorsqu’ils entrèrent dans le bâtiment, Naruto se décida à poser ses questions à la blonde.

 

« Dis Minako, pourquoi…

-Bonjour Namikaze-san, je suppose que vous venez voir Tsunade-sama ?

-Oui oui, où est-elle ?

-Elle doit être sortie de la salle d’opération à l’heure qu’il est, essayez de passer à son bureau, elle doit y être à présent.

-Merci Shizune-san. »

 

Naruto regarda Shizune s’éloigner d’un pas rapide, un peu surpris d’avoir été interrompu dans sa phrase et par la teneur de la conversation entre Minako et la brune. Ainsi, Tsunade était restée au village de Konoha ? Et ce, malgré la mort de son fiancé et de son frère qui avait été la cause de son départ du village caché de la feuille ?

 

Tellement de choses semblaient différentes dans ce monde. Pas de guerre, des personnes mortes qui étaient toujours en vie ici, des événements qu’il avait connu qui ici n’avaient jamais eu lieu et tellement d’autres choses encore qu’il allait sans aucun doute vite découvrir…

 

« Dis Minako… »

 

Il tourna la tête vers l’emplacement où se trouvait normalement la jeune femme, mais ne trouva que du vide. Surpris qu’elle soit partie sans qu’il ne se rende compte de rien et surtout sans son aide, il la chercha activement du regard avant qu’une tapette sur la tête ne lui fasse cesser ses recherches.

 

« Bon tu bouges imbécile, je ne vais pas t’attendre jusqu’à la tombée de la nuit. C’est par là le bureau de Tsunade-san. »

 

Ils s’engagèrent dans couloir à droite de l’entrée où les chambres aux portes closes s’alignaient à égale distance les unes des autres. Parfois, ils croisaient des médecins qui ne leur accordaient pas un regard, trop occupés à lire les dossiers ou les feuilles qu’ils tenaient en main, sans doute concernant leurs différents patients.

 

L’hôpital n’était pas le même que celui que Naruto connaissait, c’était un bâtiment plus récent, l’ancien ayant sans doute été détruit, volontairement ou non. Il y avait-il eut des attaques ennemies auparavant, justifiant la reconstruction d’une telle bâtisse ?

 

« Naruto, tu sais, ne sois pas vexé si Minato ne t’a donné que le grade Chuunin, quand tu auras fait tes preuves en missions tu auras le grade qui te convient ! »

 

Le concerné croisa le regard de Minako qui s’était arrêtée dans sa marche pour lui parler, visiblement inquiète qu’il ne dise plus rien depuis leur arrivée dans l’hôpital. Son air sincèrement inquiet lui arracha un large sourire et même un rire. Minako fronça les sourcils, vexée que le jeune homme se moquât ainsi d’elle alors qu’elle se montrait gentille.

 

« Naruto…. Commença-t-elle, avec un ton menaçant

-Haha, ne t’inquiète pas, je m’en fiche d’avoir été promu Chuunin ; même si c’est un peu vexant, je le comprends tout à fait.

-Ah. Qu’est-ce qui te préoccupe autant alors ?

-Cet hôpital… Quand a-t-il été reconstruit ? »

 

Minako eut l’air surprise par le sujet de ses préoccupations. Puis elle prit le temps de réfléchir aux circonstances qui avaient occasionné la destruction de l’hôpital.

 

« C’était il y a environ 5 ans si je me souviens bien. Lorsque Kumo nous a attaqués. Heureusement il n’y a pas eu de gros dégâts, si ce n’est l’hôpital.

-Le Raikage a ordonné l’attaque de Konoha ? s’exclama Naruto, choqué par un tel fait

-Oui, ça n’était pas la première fois d’ailleurs… ni la dernière ! Comme toujours, ça a failli partir en sucette, mais un accord a été trouvé et le pays de la foudre a subventionné les réparations pour se faire pardonner. La tête du Raikage était tellement drôle lorsque le daimyo a pris la décision d’éviter le conflit en payant !

-Tu étais là ?

-Oui j’étais chargée de la sécurité de Minato lorsqu’il s’est rendu dans le pays de la foudre pour la fantastique réunion entre les dirigeants du pays du feu et ceux du pays de la foudre… M’enfin bref, allons-y sinon je risque de rater Tsunade…-baachan comme tu dis. »

 

Elle eut un petit ricanement en prononçant le préfixe affectif que Naruto donnait systématiquement à la grande Tsunade, unique femme des légendaires Sannin de Konoha et continua à avancer, le Jinchuuriki sur ses talons. Finalement, quelques minutes plus tard, ils débouchèrent sur une autre aile du bâtiment où se trouvaient non plus des chambres mais différents bureaux, sans doute appartenant aux médecins de l’hôpital. Une secrétaire adressa un sourire un peu crispé à la jeune Namikaze en la laissant passer, mais demanda à Naruto de bien vouloir patienter.

 

Celui-ci voulut protester mais Minako l’en empêcha d’un simple geste de la main.

 

« C’est bon Naruto, de toute façon tu n’aurais pas eu le droit d’entrer avec moi, donc reste-là j’en ai pas pour longtemps, sauf si tu préfères aller te balader dans Konoha. Personnellement j’ai plutôt faim, donc si tu m’attends, on pourra se faire un petit restaurant.

-D’accord d’accord… Vas-y, je t’attendrais. »

 

Elle hocha la tête et s’éloigna, tandis que Naruto se laissait aller de tout son poids contre le mur en soupirant légèrement. Ainsi Konoha et Kumo étaient en conflit assez régulièrement… En y repensant, il ne trouvait rien d’étonnant à cela, sachant que dans l’histoire de Konoha, le seul moment où les deux villages furent alliés fut pour la Quatrième Grande Guerre Ninja… qui n’avait jamais eu lieu ici. Son esprit divagua et il repensa à Killer Bee, le jeune frère adoptif de A, le Raikage avec qui il avait passé beaucoup de temps depuis l’an passé. Lors des derniers combats de la guerre, le Jinchuuriki d’Hachibi avait été sévèrement blessé puis prit en charge par une équipe de médecins. Il se doutait que le rappeur amateur avait sans doute rapidement guéri de lui-même, mais Naruto fut triste à l’idée de ne pas le revoir. Au même titre que Gaara, Killer Bee était vite devenu un ami très cher à ses yeux, sans doute à cause de leur condition commune mais aussi pour tout le temps qu’ils avaient passé ensemble. Si le grand noir lui faisait entièrement confiance, Naruto de son côté aurait mis sa vie entre ses mains, sachant très bien qu’il pouvait compter sur lui. Si Naruto combattait, il savait que Killer Bee protégeait ses arrières et inversement. Killer Bee était sûrement la personne en qui il avait le plus confiance au monde, peu importe qu’il fût de Kumo ou d’ailleurs.

 

« Il est mignon le petit blond Ria-chan, qui est-ce ?

-Je ne sais pas, il est arrivé avec Namikaze-san. Apparemment il s’appelle Naruto… »

 

Entendre son nom le fit sortir de ses rêveries. Il se redressa et constata qu’au comptoir de la secrétaire chargée de cette aile de l’hôpital, une jeune femme blonde le contemplait avec gourmandise. Vêtue d’un ensemble violet terriblement court que cela soit son haut sans manche à col relevé qui laissait voir son ventre plat et finement musclé, ou la jupe fendue qui cachait vaguement le petit short noir qu’elle portait en dessous, la jeune kunoichi avait de longs cheveux d’un blond presque blanc, assemblés sur le sommet de sa tête en une queue de cheval ne laissant qu’une mèche épaisse libre sur le devant qui cachait son œil droit. Naruto put avec étonnement reconnaître Ino Yamanaka, sans doute la fille qu’il comprenait le moins dans tout Konoha mais aussi l’une de ses rares anciennes camarades ayant survécu à la guerre.

 

Voyant qu’il l’observait, Ino lui fit un petit clin d’œil aguicheur avant de saluer la secrétaire (visiblement nommée Ria) et de partir dans la même direction que Minako quelques minutes plus tôt.

 

Il sentit ses joues chauffer un peu : le pauvre Jinchuuriki n’était pas grandement habitué à être la cible des demoiselles, et encore moins d’une fille telle qu’Ino qui avait préféré être la énième groupie de Sasuke que de s’intéresser à lui.

 

Son esprit dériva sur ce dernier. Uchiwa Sasuke. Le plus grand échec de toute sa vie. Il serra le poing en sentant la colère l’envahir. Comment tout cela avait-il pu arriver… Pourtant il avait cru un moment que…

 

« Alors c’est lui dont tu me parlais ? Namikaze Naruto ? »

 

A nouveau perturbé dans ses pensées particulièrement noires à l’instant précédent, il reprit contact avec la réalité et croisa le regard chocolat stupéfait de Tsunade, la légendaire kunoichi spécialisée en Ninjutsu médical mais aussi célèbre petite fille du Shodaime, Hashirama Senju. Blonde aux cheveux attachés en deux queues de cheval dont deux mèches plus courtes s’échappaient pour encadrer son visage, Tsunade ressemblait à celle dont il avait le souvenir avec son Tilak bleu en losange sur le front, sceau qui expliquait son physique de jeune femme de vingt ans alors qu’elle approchait plutôt les cinquante-quatre à présent, mais aussi ses vêtements qui, d’un monde à l’autre, ne changeaient guère : un pantacourt bleu, une veste verte où (il en était sûr) au dos devait être noté le kanji "Kake" signifiant "pari" en noir sur un cercle de fond rouge, et en dessous de cette veste, un kimono d’un blanc immaculé attaché par une ceinture bleue dont le large décolleté permettait à tout homme d’apprécier la vue de son opulente poitrine. La princesse de Konoha se tenait devant lui, le détaillant du regard, comme cherchant un détail lui permettant de comprendre le subterfuge pourtant inexistant.

 

« Incroyable… Il lui ressemble vraiment comme deux gouttes d’eau… murmura-t-elle

-Donc Sensei, comme je vous l’ai dit, restez discrète là-dessus, Minato vous expliquera mieux la situation que je ne l’ai fait.

-Hm. Bon, je vais retourner dans mon bureau, ma stupide élève m’attend. Et toi Miko-chan, tu fais attention à tes jambes ! Sinon je m’occuperai de te les briser pour de bon, histoire de ne plus te voir traîner systématiquement dans mon bureau ! »

 

Naruto sentit son cœur se serrer en voyant Tsunade lui tourner le dos sans un mot de plus pour s’éloigner. Il espérait que celle qu’il connaissait, la Godaime Hokage, allait bien et qu’une fois encore, elle allait surprendre tout le monde en sortant de son coma. La puissante descendante des Senju avait fini son combat contre Uchiwa Madara dans un bien piètre état et, comme lors de l’attaque de Konoha, elle avait épuisé les ressources du Kinjutsu de sa création, le Sôzô Saisei(1) mais surtout ses réserves de chakra afin de sceller le mort revenu de son sommeil éternel grâce à la technique interdite de l’Edo Tensei(2). Finalement elle était tombée dans le coma après avoir soigné les autres Kage, et n’en était pas ressorti lorsque Naruto avait disparu de son monde.

 

« Naruto… Tu es encore dans tes pensées… Si je te dérange, dis-le-moi et j’irai manger toute seule !

-Pardon, dit-il en se reprenant. Je ne voulais pas te vexer, allons-y. »

 

Il commençait à s’inquiéter du sort de ses proches pour la première fois depuis qu’il était ici…

 

[…]

 

On frappa trois fois à la porte. Minato donna l’autorisation au visiteur d’entrer dans la pièce tout en gardant le nez plongé dans le rapport de mission que lui avait remis Kakashi après le test entre Minako et Naruto. Il leva brièvement les yeux pour voir que son visiteur n’était autre qu’un des ninjas chargés de récupérer les messages arrivant et partant de Konoha, un jeune Chuunin fraîchement promu. Baissant à nouveau les yeux sur son rapport, il demande au nouveau venu la raison de sa présence.

 

« Nous avons reçu un message important du village caché de Suna, Hokage-sama. Il vient directement du Kazekage. »

 

Le blond tendit la main et le jeune Chuunin lui remit le rouleau envoyé par le dirigeant du village ninja du pays du vent. Laissant sa lecture de côté, il ouvrit le rouleau et se mit attentivement à le lire.

 

Le Chuunin, encore présent dans la pièce, attendait patiemment que l’Hokage finisse sa lecture, en faisant le moins de bruit possible pour ne pas déranger son supérieur. Lorsqu’il observa le visage du blond, il constata que ses traits semblaient plus tirés qu’à l’habitude, ce qui lui avait auparavant parut peu probable. Que se passait-il pour le puissant Hokage montre assez de stress pour que son visage en soit ainsi marqué ?

 

Ses interrogations n’eurent jamais de réponse. 

 

« Bien bien murmura Minato avec un sourire satisfait. Reste ici, je vais rédiger une réponse que vous devrez envoyer immédiatement. »

 

Le jeune ninja hocha la tête et, quelques minutes plus tard, il quitta le bureau, un nouveau rouleau en main prêt à partir pour la direction de Suna. Autant Minato se félicitait du contenu du message que lui avait transmis le ninja, autant il grimaçait en imaginant la scène qui se produirait demain matin dans son bureau lorsqu’il annoncerait sa nouvelle mission à Minako.

 

Une migraine commençait déjà à le prendre rien qu’en y pensant...

 

[…]

 

Pendant ce temps, dans les rues de Konoha, deux blonds semblaient ne pas être d’accord sur l’endroit où ils allaient se restaurer, attirant toute l’attention des passants.

 

« JAMAIS ! Jamais tu ne feras manger des ramens !

-Mais… mais…

-Je veux des yaki-nuki ! s’exclama la blonde, sans laisser le temps au plus jeune de répondre.

-C’est fou ce que tu peux faire du faire du boucan princesse » l’interrompit une voix particulièrement familière aux deux ninjas.

 

Naruto et Minako cessèrent les hostilités, et tournèrent leur regard vers le nouveau venu. Minako grogna en découvrant de qui il s’agissait, bien qu’elle l’ait déjà reconnu au son de sa voix.

 

« Uchiwa, dégage ! »

 

Naruto accusa le coup difficilement, et recula d’un pas sous le choc. Devant eux se tenait Uchiwa Sasuke, habillé d’une tenue classique de Jounin, les bras croisés, adressant un regard méprisant à Minako qui lui en renvoyait un tout aussi agréable. Naruto n’avait pas revu Sasuke depuis des semaines, et se retrouver face à lui, flânant sans problème dans les rues de Konoha avec un petit air supérieur sur le visage, le choquait profondément.

 

« Si tu étais moins bruyante aussi, princesse, j’aurai simplement passé mon chemin.

-Et arrête de m’appeler comme ça, sale gamin prétentieux !

-Sasuke, on devrait y aller… » déclara une petite brune aux yeux noirs vêtue de sombres vêtements d’un air très sérieux. C’était sans aucun doute une kunoichi si l’on faisait attention aux différents étuis qu’elle avait à sa ceinture ou à sa cuisse gauche qui renfermaient sans aucun doute de nombreuses armes ou fumigènes, mais aussi à son bandeau frontal avec le signe de la feuille qu’elle portait à son cou.

 

Minako croisa les bras tout comme Sasuke, l’air passablement énervé contre le brun.

 

« Uchiwa, si tu ne veux pas que je t’éclate devant tout le monde, va voir ailleurs si j’y suis… »

 

Sasuke haussa un sourcil, l’air visiblement amusé par la réplique de la jeune blonde. Il commença à marcher, et, au moment de passer à côté de Minako, il lui adressa quelques mots sur un ton particulièrement froid.

 

« On a beau t’appeler la princesse d’acier, tu ne me fais pas peur Namikaze. Ne crois pas qu’être la sœur de l’Hokage te rende intouchable. »

 

Elle tourna la tête et affronta l’Uchiwa du regard.

 

« Je n’ai pas besoin d’être la sœur de l’Hokage pour te botter l’derrière gamin. »

 

Sasuke la foudroya du regard, mais poursuivit son chemin sans perdre son air hautain, la petite brune sur ses talons qui s’inclina devant Minako en s’excusant.

 

La blonde soupira d’irritation.

 

« Sérieusement ce gamin, quel prétentieux ! J’aimerais tellement lui donner une bonne leçon ! Mais si je le touche, je vais avoir le clan tout entier sur le dos ! »

 

Minako fut surprise de n’avoir aucune réflexion venant de Naruto qui était resté étrangement silencieux durant tout l’échange. Oubliant le brun quelques secondes, elle se tourna vers lui, espérant obtenir un son de sa part.

 

« Naruto, qu’est-ce que… Bon sang Naruto tu es sûr que ça va ? On dirait que tu as vu un fantôme, tu es affreusement pâle ! »

 

Le blond ne pouvait quitter du regard la route qu’avait prise Sasuke quelques instants plus tôt, encore sous le choc de la rencontre. Minako ne put le ramener à la réalité qu’en le secouant un peu fortement à l’épaule pour le faire réagir.

 

« Naruto, ça va dis ? Tu m’fais peur.

-Non tout va bien, c’est juste… juste… C’était bien Uchiwa Sasuke ?

-Oui tout à fait, le plus imbécile et prétentieux de tous les Jounin de Konoha. Je ne peux pas du tout le supporter.

-Hm… Je vois… »

 

Minako fronça des sourcils devant la réaction du jeune homme mais elle n’insista pas pour savoir pourquoi une telle attitude de sa part. Elle reprit son air enjoué habituel, préférant oublier le désagréable Uchiwa pour se concentrer sur son étrange et mystérieux neveu.

 

« Allez viens, on va chez Ichiraku, quelques bols de ramen te feront du bien si tu aimes ça autant que Kushina ! »

 

Et Minako entraîna, bien qu’à contrecœur, son jeune neveu en direction du stand de ramen préféré de Naruto, peu importe le monde où se trouvait. Si la kunoichi fit la conversation durant tout le trajet, il fut silencieux du côté du blond : l’image d’un Sasuke adulte portant fièrement sur son front le bandeau frontale de Konoha restait désespéramment collée derrière sa rétine, l’empêchant de penser à autre chose.

 

[…]

 

Notes de fin de chapitre :

 

(1)    Sôzô Saisei è La création et le renouveau

(2)    Edo Tensei è La réincarnation des âmes