Chapitre 6 : Désobéissance

par CookieKandy

Au paradis, Neji attendait que son oncle accepte de le rencontrer. Et malgré l’assurance dont il avait fait preuve devant Kô, il n’en menait pas large. Hiashi n’était pas obligé de répondre à ses questions et il pouvait très bien l’enfermer ensuite pour éviter une révolte. Et depuis son retour au paradis, l’ange gardien n’avait pas revu le chef des anges et oser demander une entrevue après avoir enfreint les règles, c’était assez déplacé de sa part. Au final, son oncle le reçu rapidement, mais le regard qu’il lui jeta était tout sauf chaleureux ou avenant. Il ne semblait pas ravi de cette soudaine demande, comprit Neji. Voyant qu’il restait silencieux, le cadet prit une grande respiration avant d’entamer :

 

- Pourquoi tout le monde nous ment ? Pourquoi nous enseigne-t-on qu’aucun ange n’a abandonné ses ailes par amour, alors que j’ai rencontré un demi-ange ? Pourquoi n’a-t-on jamais été mis au courant de l’exécution de Minato Namikaze ? Comment a-t-il réussi à créer un double cryptage ? Pourquoi Naruto a-t-il été élevé aux enfers par ce Jiraiya et non ici ou sur terre ? Pourquoi sommes-nous endoctrinés pour détester les démons et prendre les humains de haut ? Pourquoi ?

 

Alors qu’il reprenait sa respiration, un gros silence s’installa dans la pièce et Hiashi se contenta de le fixer en fronçant les sourcils. Mécontent, mais aussi surpris par toutes ces questions. Comment avait-il découvert tout ça ? devait-il se demander, supposa Neji.

 

- Je n’ai pas à répondre à ses questions, finit par dire Hiashi sur un ton dur et sans réplique.

- Vraiment ? s’exclama l’ange gardien. Les humains ne sont peut-être plus des modèles de bonnes conduites, mais il y en a qui sont préoccupés par le bien-être des personnes âgés, des sans-abris. Certains vont à la messe ou sont prêts à venir au secours de ceux qui sont en danger. Ce ne sont pas les sauvages insensibles et pervertis qu’on nous dépeint depuis notre plus jeune âge. Et Naruto n’est pas le mal incarné ! Vous avez bien vu combien Hinata a appris à s’affirmer pendant cette escapade !

- Elle déshonore notre race ! le coupa son oncle en frappant sur son bureau.

- Notre race ou notre famille ? défia Neji. Vous ne pouvez digérer qu’un Hyuuga puisse fréquenter un démon comme l’a fait votre meilleur ami !

 

À peine terminait-il sa phrase, que Neji se sentit repoussé vers le mur opposé et il retomba sur le dos. Hiashi était maintenant debout et lui jetait un regard noir, prenant de grandes respirations pour retrouver son calme.

 

- Tu ignores ce dont il est vraiment question, souffla-t-il, la mâchoire contractée pour garder son calme.

- Alors expliquez-moi, répliqua le plus jeune en se relevant. Éclairez ma lanterne. Je ne comprends pas pourquoi les demandes de pourparlers de Jiraiya ont été refusées par vos trois prédécesseurs.

- Parce qu’il a déjà eu un accord avec les démons, mais ils l’ont bafoués.

- Quoi ?

- Pour ta culture personnelle, Jiraiya n’est pas le chef des enfers et il n’a aucun pouvoir sur Orochimaru. De toute façon, l’Envie a toujours été plus puissante que la Gourmandise.

 

Le jeune ange regarda son oncle, la surprise bien présence sur son visage et l’incompréhension au fond des yeux.

 

- Que voulez-vous dire ?

- Le prédécesseur d’Orochimaru avait au départ proposé à Jiraiya de le remplacer, car il était son préféré. Mais comme la Paresse, la Gourmandise n’a jamais vraiment eu envie de plus de pouvoir. Jiraiya ne voulant pas avoir cette charge de pouvoir, Lucifer a choisi celui qui désirait le plus ce travail et il est parti on ne sait où. Durant ces premières de règne, il a suivi le traiter, puis il s’est lassé et à commencé à jouer sur nos plates-bandes.

- Comment ?

- En s’attaquant directement aux protégés des anges.

- Mais si un démon attaque directement, les anges ont le droit de…

- C’est là que tu te trompes, l’arrête Hiashi.

 

L’aîné garda le silence un instant, puis se dirigea vers une étagère croulant sous des livres et vieux grimoires, d’où il en ressortit un plus ancien que les autres.

 

- Les démons ont la faculté de pervertir, les anges de purifier, ça tu le sais déjà. Mais s’il est possible pour un ange de devenir un humain, ce n’est pas le cas pour les démons. Tout comme il est possible à un humain de devenir un démon, mais pas un ange. Du moins, c’est beaucoup plus difficile.

 

Hiashi déposa le livre sur son bureau, puis l’ouvrit à une page marquée par un signet. Il le tourna ensuite, pour que Neji puisse lire ce qui s’y trouvait.

 

« Les anges, par amour, peuvent devenir humain. Les humains, par haine, peuvent devenir démon. Démons, par jalousie, peuvent faire en sorte de provoquer les deux. Tout comme ils peuvent corrompre un ange au point de l’emmener à sa déchéance. Seuls les démons, fils de Lucifer, peuvent créer d’autres anges déchus. »

 

- Est-ce que vous voulez dire que…

- Plusieurs des notre sont devenus des démons durant les derniers siècles, expliqua Hiashi en se détournant. Et la mère de ce… Naruto, avait pour mission de faire la même chose avec moi. Voilà pourquoi à cette époque, on ne pouvait accomplir une mission en solo sur terre, poursuivit-il en se retournant vers lui. Au final, c’est Minato qui serait déchu, si ton grand-père ne l’avait pas exécuté.

- Pourquoi garder tout ça secret ? demanda Neji. Pourquoi ne pas nous prévenir de ce danger ?

- Pour éviter la peur. Jusqu’à l’exécution de Minato, tous étaient au courant. Mais les plus jeunes se croient souvent invincibles et tombent dans des pièges. Voilà pourquoi j’ai instauré cette loi quand j’ai pris le pouvoir il y a plus d’un siècle. Je voulais éviter des débordements de supériorité.

- Et vous croyez que c’est mieux de nous emmener à détester les humains ?

- Les humains sont pervertis, répliqua Hiashi. Rares sont ceux qui auront la chance de venir vivre au paradis et nombreux sont ceux qui iront aux enfers ou resteront dans les limbes. L’amour a suffisamment fait de ravage au paradis, alors oublie ta protéger et ressaisies-toi, lui ordonna-t-il avant de lui faire signe de quitter la pièce.

 

Oo0oO

 

Après le départ des garçons, Hanabi s’appétait à reporter son attention sur le lac, quand elle découvrit Shion en train de prendre de l’eau du lac avec un récipient d’une quinzaine de centimètre de diamètre.

 

- Mais qu’est-ce que tu fais ? s’étrangla la brune.

- Avec ça, tu n’auras plus à venir jusqu’ici pour prendre des nouvelles de tes amis sur terre, fit Shion sans la regarder. Puisque la terre nous est interdite, ma famille s’est procuré de l’eau pour pouvoir continué à se tenir au courant de l’évolution des humains, ajouta-t-elle en se redressant. Garde-le caché dans ta chambre, ordonna-t-elle en suite en lui tendant le récipient. Je vais faire en sorte que ta sœur en ait aussi un.

- Comment ? Il y a quatre gardes devant sa porte et je n’ai même pas le droit d’aller la voir.

- Ne t’inquiète pas pour ça. J’ai plus d’un tour dans mon sac, assura la blonde.

 

Un brin déboussolée, la brune retourna à sa chambre en faisant bien attention pour que personne ne remarque le récipient. La porte fermée, elle se dépêcha de cacher le pot sous son lit, des draps par-dessus pour le camoufler un peu plus. Juste au cas où quelqu’un rentrerait dans sa chambre et regarderait en dessous. Mieux valait être paranoïaque, que d’être surpris avec de l’eau du lac de l’Humanité dans sa chambre. Puis elle ressortit pour se promener. Si elle s’enfermait dans sa chambre trop longtemps à cette heure de la journée, elle risquait d’éveiller les soupçons.

 

Oo0oO

 

Sur terre, sans qu’un quelconque ange ne les observe, Naruto et Konohamaru rentrèrent à l’appartement du blond d’un pas rapide pour éviter d’être de nouveau surpris par des démons. Dans le salon du demi-ange, celui-ci retrouva les deux filles assises sur le divan en pleine conversation, Haku semblait médit sur sa chaise et le roux regardait par la fenêtre, et ce n’est que lorsque la porte fut fermée qu’il se retourna pour les regarder.

 

- Il semblerait que des démons vous aient suivi. Ils regardent le bloc avec convoitise.

- Ils ne peuvent entrer dans un bâtiment que s’ils y sont invités, rassura Naruto.

- Ce n’est pas les vampires ça ? fit Tenten.

- Les vampires sont des êtres de la nuit, non ? rétorqua le blond. Les démons aussi.

 

Un silence s’installa dans l’appartement, et alors que Konohamaru allait s’asseoir sur le bras du canapé, le démon alla regarder par la fenêtre. Malheureusement, il ne vit rien.

 

- Tu peux me les décrire ? demanda-t-il à Gaara.

- Assez normal je dirais. Ils ressemblent à ceux qui jouent des tours avec les voitures.

 

En soupirant, le blond s’adossa au mur en se massant les tempes. Son voisin et ami en profita pour reposer sa question.

 

- Maintenant qu’on est à l’abri, tu peux m’expliquer un peu ce truc d’anges et de démons ?

 

Les trois descendants anges se tournèrent vers lui, se demandant ce qu’ils devaient faire. Naruto soupira de nouveau, déjà assez préoccupé par la chasse qu’Orochimaru subventionnait pour tenter d’expliquer cet univers mythique à son ami. Mais avant qu’il n’ait le temps de lui répondre, le roux se manifesta de nouveau.

 

- Il y en a deux qui sortent du lot.

- Ils ressemblent à quoi ? demanda-t-il en se retournant vers la vitre.

 

Mais au final, Gaara n’eut pas besoin de les lui décrire, puisqu’ils ne se cachaient pas. Il y avait d’abord un jeune homme aux cheveux décolorés blancs, vêtu d’un manteau trop épais pour la douce température printanière, semblant chuchoter quelque chose à l’oreille de sa compagne. Celle-ci, Naruto la reconnut immédiatement à la couleur de ses cheveux d’un rouge flamboyant, couleur très appréciée chez les succubes, et qui était toujours aussi peu vêtue que dans les souvenirs du jeune homme. Au bout d’un moment à l’observer, la démone leva les yeux vers sa fenêtre et leurs regards se croisèrent. Son compagnon suivit le mouvement et leva la tête à son tour, puis se pencha de nouveau vers la jeune femme pour lui chuchoter autre chose à l’oreille. La rousse mima une conversation téléphonique, suivit par le mouvement d’ouvrir une porte.

 

- Tu la connais ? demanda Gaara en se tournant vers le démon.

- C’est une enfant de succube que Jiraiya a recueilli à la mort de sa mère.

- Est-ce sécuritaire de la faire entrer ?

- Pas besoin de la faire entrer pour parler, répliqua Naruto en tournant le dos à la fenêtre.

- Est-ce déplacé, si je demande de t’accompagner ? J’ai un excellent sixième sens pour détecter le mensonge, ajouta rapidement le roux.

- Si tu veux, mais elle ne sait pas mentir de toute façon.

- Un démon qui ne sait pas mentir ? ironisa Haku.

- Et oui, il y a toujours des exceptions, fit le blond en haussant les épaules.

 

Accompagné du roux, Naruto sortit de l’appartement et prit la direction de l’entrée du bloc. Les deux démons attendaient devant, la jeune femme appuyée contre le mur et son compagnon assis sur les marches de l’escalier, tournant le dos à la porte et surveillant les alentours.

 

- Comment m’as-tu trouvé ? demanda le blond en restant dans le cadrage de la porte.

- Maître Jiraiya. C’est lui qui m’envoie.

- Pourquoi ?

- Parce que Yue a une grande gueule et qu’il a dit à tout le monde que ton odeur avait changé. Et que tu protégeais un humain qui sent comme les anges.

- En moins d’une demi-heure il a eu le temps de faire ça ? soupira Naruto, découragé par le comportement de l’incube.

- Les rumeurs vont vite en enfer, rappela la rousse.

- Arrêtes de tourner autour du pot, Karin, se plaignit son compagnon.

- Je sais que le soleil du sud te manque, Suigetsu, mais pourrais-tu prendre ton mal en patience ? râla-t-elle en levant la tête sous l’exaspération.

- Je ne comprends même pas pourquoi il a insisté pour que je t’accompagne, grogna celui-ci.

- Je te l’ai déjà expliqué, soupira Karin en tournant la tête vers lui. Et maintenant surveilles autour, je sens un grand nombre de démons qui se camouflent et je n’aime pas ça.

- Ils n’osent pas se rapprocher, se manifesta Gaara.

 

La rousse se tourna vers lui, le regarda de haut en bas, puis revint au blond.

 

- C’est long, compliqué et beaucoup trop dangereux que j’en parle ici, poursuivit-elle.

- Avec ce qu’il se passe en enfer, c’est tout aussi risqué que je te laisse entrer, répliqua Naruto.

- Alors sort la tête pour que je te le dise à l’oreille et tu vas voir que je ne peux pas t’en parler ici.

 

Le blond s’exécutant en soupirant et lui tendit l’oreille droite. La jeune femme parla suffisamment bas pour que Gaara ne perçoive aucun mot distinctement, mais à l’écarquillement des yeux du blond, il comprit que l’information semblait importante et dangereuse.

 

- C’est impossible ! s’exclama-t-il en se reculant.

- C’est aussi ce que j’ai dit à Jiraiya, avant qu’il ne me montre la preuve. Preuve que je ne peux te montrer ici, car tu comprends bien que si ça tombe entre de mauvaises mains, on est mal. Tous les deux, insista-t-elle.

- Et lui ? fit le blonde d’un mouvement de tête vers Suigetsu.

- On est lié, répondit la jeune femme évasivement.

- Lié ? répéta Naruto sous la surprise.

- Pitié, ne m’en demande pas plus.

 

En soupirant, il se décala sur le côté et les invita tous les deux à entrer, sous le regard méfiant de Gaara. Par contre, ils restèrent dans l’entrée et le roux regarda par la fenêtre comme le démon aux cheveux blancs.

 

- Tu les vois toi aussi, fit ce dernier. C’est un don très rare, qu’on acquière qu’en assistant à la mort d’un être cher qui c’est sacrifié pour nous.

 

Surpris, Gaara se retourna vers le démon, mais il n’eut pas le temps de lui poser de questions, puisque Karin reprit ses explications.

 

- Voilà la preuve, déclara-t-elle en sortant une photo de la poche de sa jupe.

 

Naruto prit la photo, où une femme rousse tenait deux enfants blonds. La respiration du jeune homme s’accéléra. Cette femme, Karin lui ressemblait comme deux goûtes d’eau, et les jumeaux blonds dans les bras d’une succube… Il n’y avait aucun doute possible, les cheveux blonds n’étaient pas de naissance chez les démons.

 

- Tu es en train de dire que nous deux… On est jumeau ? fit-il en relevant la tête vers elle.

 

Surpris par cette annonce, Gaara se retourna pour les regarder et se rapprocha pour voir l’image sur la photo. Lui-même n’en croyait pas ses yeux.

 

- Jiraiya a déclaré qu’on était des enfants de succube, sans préciser de la même mère, pour nous protéger. Rares sont les succubes qui tombent enceinte et ce n’est jamais arrivé que ce soit des jumeaux. Jiraiya en a déduit que c’était l’ascendance angélique de notre père, puisqu’il fallait un équilibre.

- Un équilibre ? répéta Gaara.

- Un plus démonique, moi la femme succube en l’occurrence. Et un plus angélique, soit Naruto qui n’est pas devenu un incube, mais un simple démon malgré sa mère succube.

 

Un silence pesant plana autour du groupe, la révélation étant complètement inusité. Jamais un ange ou un démon n’avaient entretenu une liaison et jamais les anges comme les démons n’avaient enfanté des jumeaux. Alors Karin et Naruto étaient toute une révélation pour le monde mythique.

 

- On ferait bien de bouger, ils se rapprochent pour lire sur nos lèvres, prévint Suigetsu en quittant la fenêtre de la porte.

- Avant de monter, je veux savoir ce que tu entends par lié, insista Naruto.

- Tu sais très bien ce que j’entends par là, rougit Karin.

- Mais je croyais que ce n’était possible qu’avec un humain.

- J’en étais un jusqu’à tout récemment, assura le démon. Du moins à moitié, marmonna-t-il ensuite.

- Je te promets sur ma tête qu’aucun de nous deux ne fera de mal aux anges qui se trouvent dans ton appartement.

- Tu n’auras qu’à nous arracher la tête si on ne la tien pas, souffla son compagnon. Ici, moi je n’ai pas vraiment d’autres pouvoirs en dehors de celui de voir ceux qui se camouflent.

- Il ne peut que communiquer avec la faune aquatique. Alors tant que tu te tiens loin des grandes étendues d’eau, tu ne crains rien. Et moi, ben… Je suis une succube, alors… Je peux juste les corrompre avec la luxure.

 

Le blond roula les yeux à ce commentaire, puis leur fit signe de le suivre dans l’escalier. Il remarqua l’état tendu de Gaara, comprenant qu’il n’était pas à l’aise que deux démons s’approchent de sa sœur, bien que l’un d’eux ne le soit qu’à moitié tout comme lui. Dans l’appartement, Tenten avait expliqué tout ce qu’elle savait sur la situation à Konohamaru, mais il y avait encore plusieurs zones d’ombre qu’on ne lui avait toujours pas expliquées. Le jeune homme se sentait tout drôle d’avoir fréquenté un ange supérieur qui allait hériter de la direction du paradis. Il la croyait seulement âgé de dix-sept ans, voir dix-huit, alors il ne s’était jamais posé de question sur sa timidité. Maintenant il comprenait mieux pourquoi elle était gênée quand il lui prenait la main, ou bien par la taille. Il était maintenant soulagé d’avoir attendu et de ne pas être allé plus loin que quelques baisers pudiques. Ça aurait été gênant s’il l’avait corrompu par inadvertance.

 

Après toutes ces révélations, ils restèrent tous les quatre silencieux jusqu’au retour de Naruto et Gaara. En voyant les démons entrer à leur suite, Haku se leva d’un bond pour mettre le plus de distance entre eux et jeta un regard inquiet vers Tenten, qui se contentait d’observer les deux nouveaux venus avec curiosité. Chose que l’ange gardien n’aima pas, puisqu’il se devait de la protéger des êtres corrompus.

 

- Du calme, ils ne vont rien lui faire, fit Naruto en le voyant faire.

- Je suis dans le même bateau que lui, ajouta Karin en pointant le blond.

- Et moi d’elle, l’imita Suigetsu en la pointant elle. Tu n’aurais pas de l’eau ? demanda-t-il ensuite à Naruto. Ma bouteille est presque terminée.

- Celle du robinet ça va ?

- Je m’en contenterai, grimaça le démon en se dirigeant vers la cuisine.

- Mets un peu de sel, ça aura meilleur goût, suggéra la rousse. Il a beaucoup de difficulté avec l’eau de la ville. Elle est trop chlorée, ajouta-elle en devant leurs regards intrigués.

 

La rousse se dirigea vers la chaise qu’Haku avait délaissée et regarda autour d’elle. Deux humains, un ange gardien, deux enfants d’un ange exilé… C’est que son « frère jumeau » avait des relations assez diversifiées sur terre. C’était encore assez étrange de se dire qu’ils étaient frère et sœur, soupira la jeune femme. Gaara retourna se poster près de la fenêtre pour surveiller l’extérieur et il fronça les sourcils en voyant ce qui s’y passait.

 

- Il y en a de plus en plus.

- Va falloir que je prévienne Jiraiya pour qu’il intervienne, soupira Naruto.

- Il aura beau se débarrasser des sous-fifres qui sont dehors, c’est Orochimaru qui les pousse à agir ainsi, lui fit remarquer Karin.

- Qui est Orochimaru ? demanda Tenten.

- Le chef des enfers, répondit Suigetsu en rejoignant Gaara près de la fenêtre. Malheureusement, soupira-t-il ensuite. Je suis prêt à parier qu’il a été l’ami d’Hitler. C’est un vrai dictateur psychopathe, qui extermine tous ceux qui ne sont pas comme lui. Oh tien, il y en a un qui ne semble pas l’habitude des froids hivernaux de Konoha, ricana-t-il en se laissant distraire par le spectacle extérieur. Le pauvre, on dirait un gros glaçon.

 

Tout le monde le regarda un instant, étonné par ses multiples commentaires, puis Karin lui fit remarquer qu’ils ne voulaient pas savoir ce qui se passai dehors et se tourna vers Naruto.

 

- Alors Orochimaru a vraiment lancé une chasse à l’ange ? demanda-t-il avant qu’elle n’ait le temps d’ouvrir la bouche.

- Il ne s’intéresse plus aux humains, soupira la succube. Il trouve que pervertir les mortels n’est plus assez nourrissant, ni divertissant. Il a déclaré qu’il fallait viser plus haut.

- Et Jiraiya ne fait rien pour…

- Qu’est-ce que tu crois Naruto ? l’interrompit-elle. Il a refusé de prendre la direction des enfers. Il n’a aucun pouvoir sur lui. Même maître Tsunade essaie de lui faire changer d’idée.

- Pourtant elle fait peur à tous les démons. Même à Jiraiya.

- La différence entre Jiraiya et Orochimaru, c’est que Jiraiya a un cœur et des sentiments. Et même s’il avait peur d’elle, Orochimaru a acquis beaucoup plus de pouvoir qu’elle en reprenant la relève. Il n’est plus de classe deux.

 

 Le blond se refrogna contre le mur, les bras croisés contre son torse à la recherche d’une solution.

 

- Je ne t’ai pas encore tout dit, ajouta Karin, un malaise flagrant sur son visage.

 

Naruto releva la tête pour la regarder en plissa son front, la peur au ventre de la voir dans cet état.

 

- Ta tête a été mise à prix, annonça sans détour la succube.

 

Dans le salon, tous se tournèrent vers la rousse à cette annonce, puis vers Naruto qui semblait s’être figé. Est-ce que ça pouvait aller plus mal ?

 

Oo0oO

 

Au paradis, Hinata s’allongea sur son lit, exaspérée d’être enfermée dans cette pièce avec rien pour se distraire. Rien. Pas un livre pour lire, ni rien pour écrire. Juste la paresse et la solitude. Du moins, jusqu’à la visite de Shion. La brune ignorait ce qui se passait, mais elle perçut quelques bruits en provenance du couloir avant que la porte ne soit poussée. L’ange se redressa sur le matelas et écarquilla les yeux en apercevant la blonde entrer en surveillant l’extérieur de la chambre. Avant qu’elle n’ait le temps de lui demander ce qu’elle faisait ici, et surtout comment elle avait réussi à entrer la Toya plaça un doigt devant sa bouche pour l’inciter à garder le silence et déposa un récipient sur le bureau près de la porte, avant de repartir comme elle était venue. Sans un mot, sans un bruit. Hinata resta quelques secondes immobile, n’osant pas bouger de peur que ce soit un piège, puis s’approcha de la porte. Les gardes discutaient tranquillement, comme si Shion n’était jamais passée. Comment avait-elle fait ça ? s’interrogea l’aînée d’Hiashi. Et puis… Elle se retourna vers le récipient, se demandant ce qu’il pouvait contenir. Il reposait sur une enveloppe, qu’elle ouvrit en premier, de peur que le contenu ne lui saute au visage. Et en lisant les mots qui couvraient la lettre, ses yeux s’écarquillèrent sous la surprise.

 

«  Ce pot contient de l’eau du lac de l’Humanité, pour que tu puisses voir ce qui se passe sur terre et avoir des nouvelles de tes amis. J’en ai fourni un à Hanabi, pour lui éviter d’être à nouveau surprise en train de regarder dans le lac. Garde-le caché en permanence, car je ne pourrai pas t’en procurer de nouveau. »

 

L’eau du lac ? se répéta Hinata en observant le contenant sur le bureau, puis la porte. Ni une, ni deux, elle attrapa le pot et contourna rapidement son lit pour s’asseoir dos à la porte. Si quelqu’un entrait, elle aurait le temps de le pousser sous le lit. Ni vue, ni connue. Avant d’aller voir comment allait Naruto, la brune pensa d’abord à Maya. Disparaître comme ça sans avertissement, ni mémo, elle devait s’inquiéter. Quoique le blond devait avoir inventé un mensonge pour l’éviter.

 

Pendant un moment, la brune crut que cet échantillon du lac ne fonctionnait pas, jusqu’à ce que l’obscurité soit chassée par la lumière d’un plafonnier. Elle vit Maya attaché à une chaise, de multiples coupures sur le corps, ses vêtements rougis par le sang. Le cœur de l’ange se crispa en la découvrant dans cet état et supplia l’eau de lui montrer ce qui s’était passé. Mais au final, quelqu’un passa près d’elle et Hinata s’étrangla presque en reconnaissant Shino, le bassiste des « Black Devil ». La rousse ouvrit péniblement les yeux quand le musicien lui caressa la joue.

 

- On se réveille, belle aux bois dormants, sourit-il.

- Vous n’êtes pas Shino, souffla-t-elle en dégageant sa joue.

- Pourquoi ? Parce que j’ai tailladé ton joli corps ?

- Non, sourit maigrement la jeune femme. Jamais Shino ne m’aurait caressé la joue. Et encore moins embrassé dans un moment pareil.

- Vraiment ? Pourtant vous êtes ensemble, s’étonna le brun.

- Tu es un shapeshifter, déclara-t-elle. Tu l’as capturé et tu le garde en vie pour avoir accès à ses souvenirs. Mais tu ne sembles pas les avoir entièrement regardés.

- Et qu’aurais-je manqué ? nargua son geôlier.

- Que je suis une chasseuse et lui un vampire végétarien. Jamais il ne m’aurait approché, si j’étais couverte de sang. Tu l’ignorais, car tu m’as entaillé la peau sans boire mon sang. Une erreur de débutant, ricana Maya.

- Je te l’accorde, concéda le shapeshifter. Je suis bel et bien un polymorphe et je n’ai pas regardé suffisamment loin dans ses souvenirs pour savoir qu’il n’était pas humain. Il devait être affamé pour être aussi facile à capturé, ajouta-t-il faussement soucieux.

 

La barmaid, tiret chasseuse, le regarda hautainement malgré ses blessures et un sourire s’étira sur ses lèvres.

 

- Qu’est-ce qui te fait sourire ? grogna l’homme devant elle.

- Quelqu’un va venir me sauver.

- Vraiment ? ricana-t-il. Tu es aussi médium ?

- Non, mais j’en connais une. Je sais déjà ce que je vais faire demain. Elle m’a dit que j’allais te tuer avec trois balles d’argent, souffla-t-elle.

- Vraiment ? se redressa son geôlier. Tu es supposée me tuer comment, si tu es attachée à cette chaise et sans arme ?

- Je te l’ai dit. Quelqu’un va venir et je vais te tuer, Zaku.

 

Le visage du polymorphe changea subitement, et alors qu’il fixait sa prisonnière avec méfiance, Hinata demanda l’eau de transmettre ces images à sa sœur. En souhaitant, bien entendu, quelles lui arrivent avant qu’il ne soit trop tard.

 

Oo0oO

 

Hanabi revenait d’une courte promenade dans le palais des anges supérieurs, quand elle remarqua que le dessous de son lit était illuminé. Elle ferma rapidement sa porte qu’elle verrouilla, avant de se jeter sur le contenant que Shion lui avait fournit. À son grand étonnement, des images y défilaient, alors qu’elle n’avait rien demandé. C’était la première fois que le lac lui montrait des images sans demandes. Mais lorsqu’elle reconnut Maya, elle devina que c’était Hinata qui l’avait commandé. Comment sa sœur avait-elle réussi à les lui transmettre, ça elle l’ignorait, mais au vue de l’état de la rousse, Hanabi ne prit pas le temps de réfléchir plus longtemps. Elle remit le récipient sous les draps, puis sortit en vitesse de sa chambre. Elle devait trouver quelqu’un pour venir en aide à la barmaid. Et vite si elle ne voulait pas voir la jeune femme rendre l’âme via l’eau du lac.

 

Alors qu’elle courait dans les couloirs, elle percuta Neji qui sortait du bureau de son oncle, encore perturbé par les révélations d’Hiashi. Il rattrapa de justesse sa cousine, dont les yeux s’illuminèrent en le reconnaissant. Elle lui attrapa soudainement le bras et le tira en direction s’où elle arrivait. Hanabi le ramena dans sa chambre, qu’elle verrouilla de nouveau sous le regard surpris du brun. Elle ne lui répondit pas lorsqu’il lui demanda ce qu’il se passait et se contenta de sortir le pot de sous son lit pour le poser sur le matelas. Quand Neji comprit ce que contenait le récipient, il s’affola. Mais qu’est-ce qui avait traversé l’esprit de la brune ? C’était un crime grave de posséder de l’eau du lac de l’Humanité.

 

- Mais qu’est-ce que tu fiches avec…

- Plus tard, l’arrêta sa cadette. Il faut venir en aide à Maya, l’obligea-t-elle à regarder.

 

L’ange gardien resta sans voix en découvrant la scène qui se déroulait à la surface de l’eau. L’homme venait de gifler la rousse, qui se mit à rire.

 

- Il n’y a que la vérité qui fait mal, sourit-elle. Les shapeshifters sont des monstres voués à la solitude à cause de leur laideur. À cause de celle-ci, ils perpétuent des crimes pour prendre l’apparence de gens honnêtes. Malheureusement, en choisissant l’apparence de Shino, tu as fait ta plus grosse erreur.

 

Une seconde gifle envoya sa tête valsée sur son épaule gauche, alors que l’homme devant elle prenait de grandes respirations pour se calmer. Avec un sourire pervers, il sortit un couteau de sa ceinture et l’appuya contre la gorge de la jeune femme.

 

- Je vais te tuer, siffla Zaku. Te trancher la gorge et te regarder mourir à petit feu.

- Si tu me tranches la gorge, je vais mourir presque sur le coup, riposta Maya. Tu ne pourras pas t’en délecter très longtemps, ricana-t-elle ensuite.

 

Au paradis, Hanabi attrapa de nouveau le bras de son cousin et le regarda avec des yeux larmoyants.

 

- Il faut faire quelque chose !

- Mais on est pris ici, lui rappela le brun. Si on descend sur terre, ton père va…

- Je m’en fiche de sa réaction ! s’emporta la cadette. Tout ce que je sais, c’est qu’une personne chère à ma sœur va mourir si personne ne lui vient en aide. Je suis prête à risquer la même punition qu’Hinata, si Maya survit, termina-t-elle en se calmant un peu.

 

L’ange gardien la regardant sans rien dire, bouche bée par les paroles de sa cousine. Elle, toujours si obéissante envers son père, était prête à subir ses foudres pour sauver une humaine. Une humaine qui n’était même pas une de ses proches à elle. Le doute qui l’assaillait depuis plusieurs jours et que son oncle avait tempéré un peu plus, devint encore plus fort. Il sut se qu’il devait faire.

 

- Non, tu n’iras pas.

- Mais…

- Parce que c’est moi qui irai, termina-t-il. C’est mon rôle de protéger et sauver des vies. Es-tu capable de déterminer où ils se trouvent ?

- Hum, réfléchit Hanabi en se penchant au-dessus de l’image. Si je me fis au décor, c’est le club. La cave du bar, précisa-t-elle. Hinata m’y a entrainé quand je suis débarquée la première fois. La porte est juste derrière le comptoir.

 

Neji sortit rapidement de la chambre et dut se retenir pour ne pas courir. Attirer l’attention était la dernière chose qui voulait et il ne voulait pas que quelqu’un avertisse Hiashi. Malheureusement, ce dernier se trouvait justement devant le lac de l’Humanité et il releva la tête au moment où lui-même le reconnaissait. Malgré la distance qui les séparait, Neji le vit froncer les sourcils, probablement mécontent de le voir se rebeller aussi rapidement après leur entretien.

 

- Ce lieu t’est interdit, Neji, lui rappela Hiashi en s’avançant.

- Je sais, mais il y a urgence, tenta l’ange gardien.

- La terre t’est interdite aussi longtemps que tu n’auras pas purgé tes fautes et regarder ce qu’il se passe sur terre ne t’y aidera pas.

- Vous avez toujours dit que les anges se devaient de protéger les humains des démons et c’est ce que je compte faire sur le champ, annonça Neji en s’avança vers le lac.

- Si tu retournes sur terre, tu seras exilé du paradis à jamais, le menaça son supérieur en lui barrant le chemin de sa haute stature.

 

Le plus jeune regarda son oncle un instant, le doute l’assaillant, puis il revit Maya attachée à cette chaise, plusieurs plaies saignantes. Puis le souvenir de cette soirée avec Tenten. Plus aucun doute ne l’habitait, lorsqu’il contourna son oncle en courant.

 

- Je préfère être exilé, répliqua-t-il en sautant dans le lac, que d’avoir une mort sur la conscience.

 

Oo0oO

 

Dans les égouts de la ville, Shino se démenait pour se détacher, mais le manque de sang l’affaiblissait. Il appuya sa tête contre le pilier derrière lui, puis tourna la tête vers Kiba et Sasuke, tout deux attachées. L’un à l’aide d’une chaine en argent qui le faisait grimacer à chaque fois qu’elle glissait sur sa peau. Le deuxième attaché par des menottes à chaine qui descendait du plafond, un pieu en bois planté dans le ventre. Mais pas trop gros, ni trop profond, car le Shapeshifter voulait pouvoir continuer à se changer en chacun d’eux. Le chanteur du groupe divaguait légèrement, finissant par tomber sur les nerfs du guitariste.

 

- Hey, le magicien, si tu pouvais arrêter de marmonner ces incantations alors que ce pieu t’empêche d’utiliser tes pouvoirs, ça nous ferait des vacances.

- Du calme, Kiba, soupira Shino. Ce n’est pas de ça faute, si ce polymorphe a utilisé nos souvenirs pour mieux piéger les autres.

- Et ce sera qui le prochain ? Naruto ? s’emporta Kiba. Ça fait deux jours qu’on a plus de nouvelle de lui. Sai ? Il est parti à Suna pour affaire. Maya ? Il y a de grosses chances, puisque tu es le dernier qu’il a capturé. Oh et désolé qu’il est découvert ton point faible par ma faute. Si on n’en avait pas discuté hier, jamais il aurait su que le sang d’un mort pouvait t’affaiblir et que tu as besoin de sang frais pour retrouver tes forces.

 

Le vampire garda le silence, s’inquiétant pour Maya. Le shapeshifter savait pour eux, savait qu’il était un vampire, avait su par dieu sait qui que Sasuke était un magicien et grâce à ses souvenirs que Kiba était un loup-garou. Ce Zaku était plus futé qu’il ne le laissait paraître.