Prologue : Un nouvel espoir

par Xunaly

An'tei-Fukai

 

Prologue

 

“Un jour il fallut quelqu'un pour défendre l'Univers qui nous est si cher. Un jour il fallut quelqu'un aussi fort que sa faiblesse était grande, quelqu'un dont le courage éclairerait sa lâcheté, représentant la lumière de l'espoir et la noirceur des ténèbres. Un jour il fallut quelqu'un de neutre pour défendre l'Equilibre. Un jour elle apparut...”

Introduction du “Grimoires des âmes damnées” : citation de XX.

Résonnant fortement dans les environs, la course d'une silhouette inconnue retentissait dans une rue désertée par l'animation habituelle du tout Tokyo. La nuit était tombée depuis plusieurs heures, déversant son encre noire sur la capitale. Cependant les lumières ne manquaient pas, éclairant les avenues les plus connues, dispensant sa lumière. Feux de voitures, lampadaires, fenêtres éclairées... Au coeur de la ville, la nuit repoussée contemplait de loin l'activitée qui régnait alors.

Cependant, tout était différent pour l'inconnu dont les pas l'avaient menés jusqu'aux rues les plus sombres. Le destin en avait décidé autrement pour cette pauvre jeune fille qui, dans un accés de générositée, avait délaissée l'offre de son amie. La compagnie de celle-ci sur le chemin du retour lui manquait plus que tout, surtout dans la situation où elle se trouvait.

Et qu'elle idée de faire le mur pour se rendre à une fête ! Si son père apprenait sa fugue temporaire, les remontrances seraient au rendez-vous. Lui qui ne jurait que par le service des domestiques et ne voulait pas la voir sortir sans garde du corps. Elle avait dû faire des pieds et des mains pour pouvoir se rendre au lycée sans l'un de ses gros bras.

Un gorgnement rauque la fit sortir de ses pensées. Elle ressentit le souffle chaud de ses poursuivants, accélérant alors la cadence prit par l'horreur d'une hypothèse dramatique où sa pauvre vie s'éteignait dans cette rue sordide. Et ses talons qui n'arrangeaient en rien !

_Je vous en prie !

La supplication de la brunette ne décida pas ses agresseurs dont les bruits de course résonnaient fortement. Les yeux nacrés de la jeune fille se remplirent de larme, mouillant abondamment ses joues au teint de craie.

Faible et fragile... Voilà ce qu'elle était pour ces prédateurs ! Mais ses préjugés ne s'arrêtaient pas là ! Même son cousin lui répétait souvent qu'il était là pour la protéger... N'y avait-il personne pour la pensée, ne serait-ce qu'une mince seconde, capable d'assumer la fortune de sa famille, de reprendre la tête de l'entreprise des Hyûgas auquel elle était destinée ? Quelqu'un d'autre que sa soeur de coeur qui lui avait proposer de la ramener ce soir-ci ?

Plongée dans ses pensées, elle ne vit pas le trottoir à la bordure haute. Son pied s'y buta et elle perdit l'équilibre, tombant en avant. Elle se rattrapa à l'aide de ses mains cependant une douleur intense perça au niveau de sa cheville, la faisant lacher un gémissement de souffrance... Et ses poursuivants qui la rattrapaient.

_Laissez-moi ! Pitié ! Je... S'il vous plaît !

La jeune fille tenta maladroitement de reculer en se dressant sur ses mains contemplant avec horreur ses agresseurs qui venaient tout juste de sortir de l'ombre et se plantaient fièrement devant elle. D'apparence animale s'approchant principalement des chiens, leur taille impressionnante valait celle d'un cheval. Leurs yeux rouge sang brillaient de folie meurtrière, un liquide blanc et bouillonant s'écoulait entre leurs crocs jaunâtres. Leurs grandes pattes étaient pourvut de griffes aux longueurs incroyables qui se plantaient telle un couteau dans du beurre, dans le béton de la route.

La pauvre brunette en dénombra cinq, mais c'était déjà trop pour ses maigres forces qui paraissaient bien pitoyables face à la prestence de ses montres.

L'un d'eux s'avança alors, faisant rouler ses muscles sous une peau de cuir gris aux reflets flous alors que des sanglots violents secoués le corps de la jeune fille. Alors elle allait mourir maintenant ? Et dire qu'elle n'allait pas pouvoir revoir au moins une fois sa soeur de coeur... Son cousin... Son père... Le terminal roux qui la faisait craquer plus que tout...

Le temps sembla se figer alors que le monstre se ramassait sur ses pattes arrières, près à bondir. La future victime entendit son coeur résonnait dans toute la rue et la sueur mouillait abondamment son front, y collant quelques mèches de sa frange.

Un sifflement strident perça le silence ambiant. Une flèche d'un gris métallique fusa de nulle part et alla se fichait droit dans le cou du molosse. Ce dernier tomba lourdement sur le sol avant d'y vider tout son sang.

_Vous n'avez pas entendu tas de viande ? Elle vous a demandé de la laisser !

La brunette ouvrit alors brusquement ses yeux couleur de lune qu'elle avait fermé auparavant. Elle leva la tête en direction de la source de la voix. Une silhouette solitaire se dressait sur le toit d'un petit immeuble. Un arc immense à la main qui brillait étrangement dans la nuit profonde. Elle disparut alors dans un tourbillon avant de réapparaître sur le trottoir d'en face, sans son arc.

Hinata étouffa un hoquet de stupeur en croisant le regard rose, emplit de malice, de sa sauveuse. Celle-ci avait avancée jusqu'au réverbère le plus proche, exposant à la lumière son corps élancé. Un bustier noire court terminé par de la résille, entourait sa poitrine, un short plus que petit, de la même couleur, était recouvert par une jupe rose fendue de chaque côtés jusqu'à mi-cuisses. Une paire de bottes montant jusqu'en dessous du genou et des mitaines en résilles complétaient le tout. Sans oublier le collier serré qu'elle portait autour du cou et où pendait une pierre argentée.

Les poursuivants de la brunette laissèrent échapper un glapissement rauque tandis qu'ils se regroupaient face à la jeune femme, délaissant leur victime. L'inconnue leur jeta un regard de pitié et les pointa du doigt.

_Maintenant je vous conseille de dégager bande d'enfoirés !!

Les bêtes poussèrent un hurlement sauvage avant de s'élancer en sa direction avec une rapidité effrayante. Un sourire ironique se peignit sur les lèvres de l'inconnue alors qu'elle joignait ses mains formant un papillon. Ces dernières s'illuminèrent sous les yeux de perle, écarquillés de stupeur, de la brune. Elle vit les bras de sa sauveuse lentement s'élever dans les airs et tournait la tête en direction de l'astre de la nuit, alors qu'une épée tombait du ciel dans un craquement mystérieux. Elle était tout d'argent sans compter le pommeau recouvert de dorures cuivrées aux dessins compliqués.

Ni une, ni deux, la guerrière empoigna l'arme et la tira avec une facilité déconcertante, du sol où elle s'était encrée. Faisant face aux monstres qui s'étaient stoppés dans leur course, elle s'élança alors dans leur direction et fendit l'air de son épée. Un jet de lumière, dans la continuité de la lame et frappa les bêtes avec force les envoyant rejoindre leur chef dans les profondeurs de l'enfer.

La tête de la brune lui tourna alors étrangement, elle avait peine à croire ce qui venait de se dérouler sous ses yeux. Et qui l'en aurait blâmée ? La scène semblait si irréelle... L'incertitude et la peur la plongèrent dans un état de transe avancée. Elle essayait tant bien que mal de se persuadait de la non-existence de ces événements, pourtant, une autre partie d'elle-même voulais croire en ce pouvoir, cette lumière si douce et destructrice. La chaleur qui s'était emparait d'elle en découvrant l'inconnue, chassait bientôt par la froideur de l'horreur face aux sorts de ces molosses qui semblaient indestructibles.

Les pulsions de son coeur semblait résonner dans toute la rue alors que des bruits de pas attirèrent son attention. Elle ouvrit les yeux et regarda bêtement les pieds qui s'étaient stoppés en face d'elle avant qu'un visage apparaisse alors. L'inconnue s'étant accroupit à sa hauteur et lui tendant une main chaleureuse. Elle s'en saisit non sans recevoir un électrochoc à ce contact.

_Tu vas bien ?

La voix calme et posée la tira de ses pensées qui s'embrouillaient de plus en plus. Le petit sourire ironique de l'inconnue démontrait cependant une force de caractère dont la brunette était dépourvue. Cette force qu'elle avait toujours tant souhaiter avoir.

Tous ces critères lui rappelaient sa soeur de coeur, la même qui aurait dû être à ses côtés ce soir-là si elle n'avait pas refusé. Elle releva la tête et se perdit dans les yeux roses de l'héroïne. La même douceur du regard... Le même éclat de courage qui y brillait. La force... Mais aussi la faiblesse. Elle semblait si différente et pourtant si commune. Si spéciale mais normale, rebelle et sage. Les adjectifs pour la décrire n'étaient pas en manque, et pourtant ils se contredisaient à chaque fois. Elle semblait être au milieu de tout. Equilibre incertain qu'elle s'efforçait de maintenir entre deux forces inconnues mais certainement réelles.

_Hinata... Rentre chez toi. Et oublie, oublie tout ça. Pour moi et pour toi.

La dite Hinata écarquilla les yeux de surprise, sa bouche s'ouvrit tandis qu'elle tentait de parler. Comment pouvait-elle connaître son pré... Eh ! C'était quoi ses oreilles ?? Et cette queue qui dépassait de son short ?

_Ah ça ?

La rose avait haussé un sourire en esquissant un sourire gêné après avoir saisi la cause de l'étonnement de la brune. Elle attrapa même sa queue de loup entre ses doigts fins.

_C'est inclus dans le contrat... Enfin, tu devrais rentrer chez toi maintenant. Et ne crains rien, je ne pense pas qu'il y en aura des nouveaux !

La silhouette s'éloigna alors, disparaissant dans les profondeurs de la nuit, entre les voiles de cette dernière et laissant derrière elle, une Hinata choquée, plantée de stupeur dans le béton.