6) Déclaration... de Guerre

par Tenshi-kamoto

Chapitre N°6 

 

 Déclaration de Guerre

 

 

La soirée fut courte pour Sakura qui avait passé la nuit à ressasser les paroles du blond.

« Tu n’as pas de vie qui soit privée car ta vie entière est à moi… Tu m’as déclaré la guerre en te déclarant, attend toi au pire ! » Tant de paroles qui lui empêchait l’accès au sommeil.

 

Le matin arriva bien vite, et comme chaque jour, Sakura dû partir pour la fac. Elle arriva en rollers, mit ses chaussures en arrivant, puis elle se dirigea vers sa salle de classe. Mais pour y parvenir, il fallait franchir le long couloir bondé d’élèves, tous agglutinés autour du mur d’affiche.

Curieuse de voir ce qui provoquait cette émeute elle se rapprocha. Sasuke était là, le visage nu d’expression, blême. Quant aux autres, ceux qui ne riaient pas, s’esclaffaient de surprise. Quand Sakura se rapprocha quelle ne fut pas sa stupeur de retrouver, photocopiée sur tous le long du mur, la lettre d’amour qu’elle avait adressé à Sasuke. Les larmes lui montèrent aux yeux et sans que l’autre concerné n’ai eu le temps de la rattraper, elle courut en direction de la salle qu’occupaient habituellement Naruto et ses amis. Elle était furieuse, et encore, c’était un bien bel euphémisme ! Pour la première fois depuis bien longtemps, la jeune femme se sentis hors d’elle, et comptais bien ne pas se laisser marcher sur les pieds une fois de plus. Arrivée au point voulu, elle fit une entrée fracassante au milieu des garçons, et sans la moindre peur dans les yeux, elle se planta devant le démon et le gifla violemment.

 

Autour d’eux, les amis du blâmé se turent, trop surpris de la réaction de la gentille Sakura.

 

- «Tu es la pire des enflures !! » Cria-t-elle. « J’ai fait tout ce que tu m’as demandé ! Je me suis ridiculisée à plusieurs reprises pour toi, tu n’as aucun cœur ! Aucune considération pour l’être humain ! Tu n’as sûrement jamais aimé, ni même été aimé en retour pour avoir osé faire ça ! Tu pourrais au moins t’excuser !! »

 

Elle avait littéralement hurlé sur son tortionnaire qui étrangement n’avait pas bronché devant l’emportement de la belle.

Tentant de garder son calme en serrant les poings, malgré la rage que l’on le devinait contenir, Naruto répliqua, amer :

- « Et pourquoi ? »  

 

Un air de dégoût se dessina sur le visage de la fleur.

 

- « Ne t’approches plus jamais de moi ! »

 

Prise dans son élan de colère, elle ne manqua pas de fusiller de la même façon les autres garçons présents dans la salle restés muets, avant de prendre à nouveau la porte.

 

 - «Qu’est-ce que vous regardez ?! » Hurla Naruto à l’adresse de ses compagnons qui le dévisageait l’air hébété.

 

***

 

 

Plus furieuse que jamais, Sakura descendit les escaliers afin de se rendre en classe, quand une apparition qui ne lui était pas étrangère l’interpella. Sans y prendre gare, Sakura tenta de passer son chemin, mais peine perdu, l’arrivante la plaqua contre le mur et l’y maintenue en empoignant douloureusement la longue chevelure de la fleur.

 

- «Qu’es ce que tu faisais près de Naruto-sama ? Tu as eu ce que tu voulais non ! Maintenant Uchiwa-san connaît tes sentiments, alors arrête de tourner autour de lui ! Qu’est-ce que je dois faire de plus pour que tu arrêtes ? Te brûler vive ?!

- C’est… » Sakura pâlit.

 

Pour la première fois de sa vie, elle fut dotée de la plus grande des clairvoyances : Ce n’était pas Naruto l’auteur de ce canular, mais cette dénommée Hinata !  

La brune s’avança dangereusement de sa « rivale ».

 

- « Pourquoi tu continues de lui tourner autour ? Sasuke-san ne peux répondre à tes sentiments et tu cherches à te consoler auprès de Naruto-sama ? Ou bien alors tu cours deux garçons à la fois ? Tu veux que je te dise : tu n’es qu’une petite traînée, sans honneur, sans fierté, sans rien que l’on puisse aimer. Ceci est mon dernier avertissement ! Approche une fois de plus de Naruto-sama, et je te ferais connaître le goût des flammes, sorcière ! »

 

Sans même laisser le temps à Sakura de répliquer, Hinata partie dans la direction opposée, sans omettre au passage de donner un violent coup de coude dans le ventre de sa captive, lui coupant le souffle au passage.

 

 Cette nana est folle à lier ! Comment ne peut-elle pas voir que je déteste ce démon !!

 

Elle resta silencieuse. Oui elle l’avait vraiment haït en voyant sa lettre publiée quelques minutes auparavant, et pourtant, jusque lors, elle n’avait jamais éprouvé une véritable antipathie envers le garçon.  Mais tout était différent à présent : ce n’était pas lui l’auteur de cette mauvaise blague. Elle devrait s’excuser, mais la menace pesant sur elle, ajoutée à un tant soit peu de fierté, empêchait l’étudiante de se comporter comme il l’aurait fallu.

 Fatiguée, elle s’isola dans la cour de la fac. Pourtant sa tentative d’isolement échoua à l’arrivée de ses deux amies. Temari apparut la première, l’air plus que désolée.

 

- «Sakura ! Est-ce que ça va ? » Commença la blonde.

La réponse fut silencieuse. Nul besoin de confirmer le fait que la jeune femme était plongée dans une grande tristesse. Enlacée des deux côtés par Tenten et Temari, elle se laissa aller à ses larmes.

- « Ne t’en fais pas » Repris Temari, « Sasuke-kun avait l’air heureux malgré l’émeute que cette lettre a créé. Je t’assure qu’il était tout rouge ! Je crois même l’avoir vu sourire, alors cesse de pleurer. Le mieux est de laisser tomber cette histoire et d’appeler Sasuke-kun, qu’est-ce que tu en pense ? »

 

 

- « Je ne sais pas…Je dois vraiment avoir une tête horrible

- Au contraire, tu es très mignonne » Annonça une nouvelle voix, masculine cette fois-ci. Se tenant devant l’encolure de la porte, Sasuke regardait son admiratrice, un tendre sourire affiché sur le visage. Aussitôt, les deux confidentes de Sakura prirent la poudre d’escampette, laissant cette dernière seule avec Sasuke. Temari, surexcitée, attrapa Tenten par la manche, et elles entreprirent de se trouver une bonne cachette afin d’observer la scène sans pour autant déranger les deux jeunes gens. 

 

Ces derniers se regardaient profondément sans pour autant décrocher le moindre mot. Après plusieurs minutes de ce petit jeu, Sasuke se lança :

- « Tu sais… Même si…. Même si ce n’était peut-être pas la meilleure façon de le faire savoir… Ta lettre m’a fait énormément plaisir.

- Euh… Merci. Je dois dire que… Je pensais que tu m’en voulais de t’avoir ainsi…. Disons affiché.

- Non, bien sûr que non ! J’étais juste assez… surpris. Mais, au final, je dois avouer que j’étais plutôt content… Même très heureux. Tu sais, moi aussi je… Je t’aime beaucoup. Je n’ai jamais vraiment eu le courage de te le dire, surtout que je pensais que tu sortais avec cet idiot blond…

- Non ! » Cria Sakura, avant de se calmer, consciente de la puissance de son cri.

 

- « Je veux dire, ce n’est en aucun cas mon petit ami. Il ne le sera jamais ! Il est… Une sorte de connaissance, je n’ai aucun lien avec lui.

- Oh… Tant mieux alors. Mais tu sais hier quand tu… Enfin quand tu me l’as dit et, aujourd’hui cette lettre, ça m’a… énormément touché. » Acheva Sasuke, un demi sourire affiché sur le visage.

 

Encore une fois, ils furent interrompus par la sonnerie annonçant le début de la deuxième heure. L’Uchiwa se pressa de quitter Sakura. Cette dernière resta seule au milieu de la cour, ses deux amies ayant pris la fuite en même temps que Sasuke.

 Ce qui venait d’arriver avait davantage l’apparence d’un rêve, tant et si bien que l’étudiante s’autorisa à ne pas aller à cette heure de cour. Flânant, elle ne vit pas la silhouette derrière elle se rapprocher dangereusement.

 

A Suivre…