25) Sasuke

par Tenshi-kamoto

Chapitre n°25

 

Sasuke

 

 

Trois semaine passèrent.

 

Depuis le dernier incident qui avait conduit le plus jeune Uzumaki à l’hôpital, Naruto et Naruhito s’étaient revus plusieurs fois. Petit à petit, les deux frères essayaient de reconstituer leur passé que l’autre n’avait pas connu. Ainsi, Naruto appris qu’Himuto, le vice-principal de l’université et ancien meilleur ami de son père avait fait office de père à Naruhito après le divorce, mais que jamais leur mère ne lui avait témoigné d’intérêt. Quand au cadet, il comprit combien son enfance à lui avait été chérie, au contraire de celle de Naruto, qui privée de mère et de frère, avait dû se rabattre sur sa grand-mère paternelle, Tsunade, qui ne voyait en lui qu’un probable héritier à son empire financier tandis que leur père, détruit par la séparation s’était encore davantage absenté du foyer.

Mais malgré ces histoires pas toujours rose, ils étaient fiers de s’être retrouvés.

 

Alors, ce dimanche matin, Naruto prit une grande résolution : réunir père et fils pour déjeuner. Aussitôt l’initiative prise, il appela Naruhito. L’appareil sonna longtemps, fit place à la messagerie. Il réitéra, même manège. Enfin, au bout du troisième appel, Naruto parvint à joindre son jeune frère :

 

_« Hey petit frère ! Ça te dirais de manger ensemble tout à l’heure ?

_ Je… Je ne pourrai pas.

_ Comment ça, tu ne peux pas ? Ça fait déjà trois fois que tu annules !

_ Je sais, pardon.

_ T’as des ennuis ?

_ Non…

_ Naruhito, tu tiens vraiment à ce qu’on soit de nouveau séparés ?

_ Bien sûr que non ! Mais… je peux pas, je te l’ai dit ! Je…

_ Tu quoi ?!

_ ...

_ Naruhito !

_ Grand-frère je suis à l’aéroport !

_ Hein ?

_ Maman a appris pour nous… Je voulais qu’elle te revoit, mais… Tu sais qu’elle a longtemps été en dépression, et ça l’a mise dans un tel état. Nous partons pour Taïwan dans un quart d’heure.

_ Que…

_ Je sais ! J’aurai dû t’en parler ! Mais je n’avais pas la force de te dire ça en face, pardonne moi grand-frère ! » Naruto ne répondit pas. Il était sous le choc. Ainsi, il n’avait pas été le seul à espérer reconstruire leur famille, et cela avait échoué. Pendant plus d’une minute, le plus âgé des deux ne put exprimer un mot. Il tentait de voir ce départ comme une bonne chose, mais l’idée de reperdre Naruhito lui paraissait inconcevable.

_«Grand-frère, il faut qu’on prenne la navette pour aller dans l’avion, et je ne pourrai plus te parler après… S’il te plait, dit quelque…

_ Prend soin de toi.

_ Euh…

_ Et prend soin de maman. Ne fais plus de coups tordus aux gens, sauf si c’est pour te défendre… Et… appelle-moi.

_ Promis ! Je t’appellerai toutes les semaines !

_ Ok… C’est bien…

_ Naruto…

_ Tu vas me manquer petit frère

_ .... Toi aussi. Mais on se revoit bientôt, hein ?!

_ Ouai…bientôt. »

 

La tonalité du téléphone remplaça la voix de Naruhito, et aussitôt, son aîné, assis sur le rebord de son lit ne pu retenir ses larmes. Parce qu’au fond, maintenant que sa mère savait que Naruhito et lui avaient repris contact, il savait bien qu’il ne le reverrait pas de si tôt. Son cœur lui faisait mal. Son petit frère lui avait toujours causé du soucis, et aujourd’hui plus que jamais… Pourtant, il ne pouvait rien faire, ne pouvait plus rien espérer, alors, en désespoir de cause, il enfila sa veste en cuir, et devant Sakura et leurs parents, prit la fuite sans un mot.

 

***

 

 

Son errance dura tout l’après-midi. Jamais sa moto n’avait eu à supporter un trajet si long. Il n’était pourtant pas partis bien loin, mais il conduisait sans savoir où aller, sans savoir quoi faire de ses pensées à travers la ville. Il avait vécu une vie sans son jeune frère, mais le destin leur avait donné une seconde chance qui déjà prenait fin. Et plus il s’entêtait à vouloir oublier sa colère et sa tristesse, et plus ces dernières l’étouffait. De rage, il pila à l’angle d’une rue déserte, y gara son engin, et entreprit de poursuivre à pieds. Une fine pluie agaçait les mèches de ses cheveux et le faisait frissonner depuis une heure déjà, lui donnant l’idée d’aller se réfugier dans le café à côté duquel il s’était arrêté. Il était sur le point d’en franchir le seuil quand soudain, la silhouette d’un homme bien connu, assis la tête entre les genoux et complétement trempé, se dessina à ses yeux.

_«Sasuke ! »

 

                Le brun sursauta, et bondit sur ses jambes, surpris dans sa détresse.

_«Merde, mais qu’es-ce que tu fous au juste ?!

_ Ça te regarde pas Uzumaki, fous moi la paix !». Sans demander son reste, le brun s’éloigna, tournant le dos au démon qui ne l’entendait pas de cet avis. Le rattrapant aussi vite, il agrippa son ancien rival par le bras.

_« Hey, je crois que t’as pas bien compris Uchihua !

_ T’as rien d’autre à foutre que de m’emmerder ?!

_ Mais qu’es-ce qui te prends à la fin !!

_ Je t’ai dis que ça te regarde pas !! » Sans crier garde, Sasuke jeta son poing au visage du blond qui n’avait pas vu le coup venir. L’encaissant de plein fouet, il lâcha sa prise et recula d’un pas. Stupéfait, Naruto porta sa main à ses lèvres, couvrant ainsi le bout de ses doigts de sang.

Le brun quand à lui, semblait partagé entre la surprise d’avoir osé frapper Naruto et sa colère qui n’avait pas passé pour autant. Il s’attendait à recevoir le double de ce qu’il venait de donner, et se prépara à riposter, mais Naruto ne semblait pas vouloir en découdre pour cette fois.

                Le blond le dévisageait, songeur. Il était certain qu’ils ne s’étaient jamais vraiment portés dans leurs cœurs, et leur rivalité pour l’amour de Sakura n’avait fait qu’envenimé les choses, mais Naruto était assez intelligent pour savoir que l’Uchihua n’était pas dans son été normal.

 

Déjà, il ne venait plus au club depuis presque un mois, et certainement séchait-il aussi les cours, mais ce qui avait alerté le démon c’était surtout l’apparence du brun. Son jean noir et sa chemise blanche portaient les noms de marques luxueuses, mais sur ses lèvres se dessinaient des traces noires, semblables à celle que laisse le vin au matin d’une soirée de débauche, tandis que ses yeux d’habitude si expressifs se laissaient aller dans un vide vu de lui seul, et son excès de colère ne devait pas y être étranger.  Naruto s’approcha un peu, il sentait l’alcool et la cigarette à plein nez.

_« Sasuke… Qu’es-ce qui s’est passé ? » Questionna Naruto, imperturbable.

 

_« Ce qui s’est passé ?! » Sasuke ria nerveusement avant de retourner son attention sur Naruto. « Attends, rappel moi un truc, t’es pas le mec qui m’a volé celle que j’aimais, par hasard ?! Et tu me demandes  ce qui s’est passé ! Non mais sans rire ! Tu sais ce que t’es Uzumaki ? Un pauvre type ! Le pire des enc**** ! ! Sakura, tu la mérites même pas !

_ C’est quoi ton problème ?!  T’es encore amoureux d’elle ?!

_ Pff, bien sûr que non ! T’façon elle aussi, elle est trop conne !! R’garde toi ! Ouai, ok, t’es plus musclé, mais je vaux mille fois mieux que toi !! Elle aurait jamais dû m’quitter !

_ T’as raison…

_ Ouai j’ai raison !! Et Temari aussi elle aurait jamais dû me quitter ! C’est quoi leur problème à ces meufs ?! Un mec bien, c’est pas ce qu’elles veulent toutes ?! Et je suis un beau mec, je suis sportif, et étudiant, et j’ai du fric, et j’suis… Je suis… » Le brun tituba violement, et se rattrapa tant bien que mal à Naruto afin d’éviter de chuter contre le bitume.                 

                Le blond n’avait pas vraiment compris l’état de l’Uchihua dans un premier temps, mais ce dernier avait parlé d’une probable rupture avec Temari. Et bien qu’il n’en connaisse pas encore les causes, Naruto était bien décidé à remettre son capitaine en état.

_«Hey, Uchihua, t’habites où ?

_ Lâche-moi, je fais pas ça avec les hommes !

_ Mais t’es sérieux là ?!

_ Lâche-moi ! Et appelle Karin !

_ Dis moi où t’habites et je l’appelle

_ L’immeuble d’en face, le 15. »

 

Naruto soupira longuement, et bien que cela lui coûta, mis Sasuke sur son dos, et traversa afin de rejoindre l’appartement du jeune homme.

Sasuke n’étant pas décidé à lui donner le code, Naruto dû attendre qu’on sorte pour pouvoir pénétrer dans la résidence, majoritairement habitée par des étudiants. Grâce aux boites aux lettres, il découvrit à quel étage résidait Sasuke, et après avoir retrouvé les clés dans les poches de l’ivre, pénétra dans l’appartement.

Le spectacle y était affligeant. Dans l’évier de la kitchenette, s’entassait une montagne de verres usagés, tandis que dans la poubelle à côté, des bouteilles d’alcools, de bières, et de vins s’entassaient tant et si bien que la plupart avaient préférés reposer sur le sol.

L’appartement était empesté par l’odeur du tabac froid auquel se mêlait celle tout aussi nauséabondes de substances illégales. Sur la table basse, des résidus de poudre blanche gisait près de la fameuse carte noire infinite au nom d’une certaine Karin Shigematsu.

 

Doucement, le démon déposa son camarade sur le canapé, tout en essayant de remettre de l’ordre dans ses idées. De la drogue, de l’alcool, du tabac, et une carte bleu illimitée portant le nom d’une fille dont personne ne connaissait l’identité… C’était beaucoup de choses pour le jeune Uchihua qu’on disait sans reproches. A cet instant, le téléphone de Sasuke vibra. Sans se gêner le moins du monde, Naruto lu le message :  «Tu as impressionné Duncan après la petite soirée d’hier soir. Retrouve moi dans une heure au Blue Flower’s, je sens qu’il a une bonne proposition à te faire ».

 

_«Karin… »

Sans plus attendre, le blond sortit son propre téléphone :

_« Kiba ?

_ Ouai ?

_ Y’a une urgence. Appelle Hinata et Shikamaru, et rejoignez moi le plus vite possible au 15 de la rue de Tokyo, c’est la résidence universitaire pas loin du campus, en face du café. Je vous attends

_ Mais, hey ! C’est vraiment urgent ? Parce que justement, je suis avec Hi…

_ Grouille toi ! »

 

Naruto fulminait. Sasuke semblait empêtré dans une affaire qui n’avait rien de bon. Plusieurs fois il reçu des appels de Sakura auxquels il refusa de répondre. La jeune femme devait se reposer, et bien qu’il ne puisse se l’avouer, l’idée qu’elle puisse se préoccuper du sort de Sasuke ne l’enchantait guère. Enfin, il tenta de joindre Temari à plusieurs reprises, sans succès.

Un peu moins d’une  demi-heure plus tard, les trois jeunes gens arrivèrent à l’appartement, et le spectacle qu’ils y découvrirent les laissèrent sans voix.

_«On est vraiment chez Uchihua-san là ? »Demanda Hinata, incrédule.

_« J’en ai bien peur. Je ne sais pas ce que ce mec à fait de sa vie ces derniers temps, ni pourquoi, mais il trempe dans une sale affaire.

_ Karin Shigematsu ? Et ben si tu veux mon avis, il a mit le grappin sur une sacré héritière le capitaine ! Matte moi cette carte, il parait qu’on ne peux en voir qu’une dans une vie ! A moins de traîner dans la mafia ou les hôtels de luxe !

_ Justement ! Kiba, ce soir on est de sortie.

_ Comment ça ?

_ Cette Karin lui a donné rendez-vous dans un club de la ville, plutôt select’ si tu te rappels bien.

_ Un peu que je m’en souviens, j’ai jamais eu l’impression de faire autant tâche dans une assemblée !

_ Ce club est fréquentée par toutes les grosses fortunes de la ville, et ça brasse pas mal de trucs pas net, je vois pas ce que Sasuke ficherait dans un endroit pareils. » Protesta Shikamaru.

 

_« Justement, il faut qu’on découvre quel est son lien avec cette Karin, c’est elle qui l’a traîné là-bas ! De plus, il semble que ce soit fini entre Temari et lui…

_ Dans ce cas pourquoi tu demandes pas à ta copine de s’en occuper, ironisa Hinata, après tout c’est sa meilleure amie, non ? S’il y’a quelqu’un qui sait quelque chose ça doit être elle ! 

_ Je sais… Mais je voudrais la laisser en dehors de tout ça pour une fois… Elle en a bavé…

_ Pff, si tu continue de la prendre pour une fragile petite poupée tu vas t’en mordre les doigts… Elle peut paraître vraiment cruche, mais pour ce qui est d’endurer les choses, je parie que ses épaules sont plus fortes que les tiennes !

_ Tu l’apprécies vraiment, hein Hinata ?» Sourit Naruto. Hinata ne répondit pas, mais un léger sourire en coin avait suffit à approuver les dires du démon.

_« T’as raison, je vais l’appeler. »

 

                En quelques minutes, Sakura fut à son tour mise dans la confidence, et rejoignit en un temps record le petit appartement qui commençait à être bien remplit. Sasuke toujours endormi sur le canapé n’avait pas bronché une seconde, tandis que Naruto et les autres s’afférait à remettre de l’ordre dans la pièce saccagée.

La fleur sonna. Bien que les bouteilles et les verres aient disparus, la poudre suspecte nettoyée, et les fenêtres ouvertes, l’odeur n’avait pas entièrement disparue et agressa instantanément le nez de la jeune fille lorsque cette dernière entra.

_« C’est quoi cette odeur ?! 

_ Apparemment, ton ancien mec nous fait le coup du rebelle en mal de vivre », soupira Hinata qui fut aussitôt grondée par les regards des garçons.      

     Naruto s’appliqua à expliquer la situation à sa petite amie. Cette dernière fut plus que surprise : Temari qu’elle côtoyait tous les jours ne lui avait rien laissé paraître, et surtout, elle ne s’était pas vantée de sa rupture avec le brun. Au contraire, elle s’était plu à raconter les merveilleuses sorties du week-end, les petites attentions, et leur amour indestructible durant ces dernières semaines à qui voulait bien l’entendre.

_«Vous en savez plus sur ce Duncan ?

_ Que dalle, excepté qu’il était là hier, et qu’il aurait une proposition à faire à Sasuke.

_ Le rendez-vous est à quelle heure ?

_ Dans quinze minutes. Ça nous laisse juste le temps de passer se changer au hangar, les costumes de la séance relooking de la dernière fois y sont encore. Une fois sur notre 31, on file avec ma voiture. La grand-mère de Naruto et la famille Hyuga sont très appréciées là-bas, Naruto et Hinata se chargeront de nous faire entrer. Après ça, il suffira de rincer un barman ou un serveur pour savoir qui sont Karin et Duncan. Les employés de ce club sont réputés pour tout savoir de tout le monde. Une fois renseignés, on évalue la situation, et si possible, on leur tombe dessus. » Expliqua Shikamaru.

_« Et pour Sasuke ? On le laissa là, tout seul ?

_ Mon frère et lui sont dans la même classe d’informatique, et s’entendent plutôt bien. Je lui ai demandé de s’en occuper, il ne devrait pas tarder », répondit Kiba très sûre de lui.

 

                En effet, alors que chacun commençait à piétiner en vue de l’heure qui tournait, Shino, le frère aîné de Kiba arriva. Une seconde plus tard, tout le monde était en route vers le hangar.

 

***

 

 Bien qu’étant en retard d’une bonne heure sur l’horaire prévue, Naruto, Sakura, Hinata, Kiba, et Shikamaru arrivèrent enfin au Blue Flower’s. Comme l’avait indiqué Shikamaru, l’endroit était très sélective, et autours de l’établissement, un véritable défilé de superbes créatures et de voitures luxueuses s’ornaient autour du tapis rouge de l’entrée. Quand vint leur tour, Naruto et Hinata se présentèrent, et le petit groupe entra sans encombre.

La pièce surchauffée offrait la vue de son immense bar coloré de néons et animé par les barmans et leurs shakers, autours desquels s’attroupait une foule de gens prenant commande. A l’autre bout, remonté sur une estrade de bois laqué, une grand piano à queue noir trônait dans l’ombre sans joueur à son bord, bien que les projecteurs soient braqués sur lui. Le reste de la salle se composait de grandes tables rondes surplombées de nappes en satin rouge. Un air de jazz venait agrémenter l’ambiance des lieux auxquels la plupart des jeunes gens n’avait pas l’habitude.

_«Et maintenant, qu’es-ce qu’on fait ? Interrogea Kiba, qui ne se sentait pas plus à l’aise que la dernière fois.

_ Maintenant, toi et Hinata allez occuper une table pendant que Shikamaru ira rincer un serveur pour en apprendre plus sur Duncan. Sakura tu vas avec lui, moi je vais essayer de trouver cette Karin.

_ Bonne chance vieux ! 

_ Kiba… De la distinction s’il te plait.»

 

Aussitôt dit, Hinata chargea un serveur de la placer en compagnie de Kiba. En vue de l’heure à laquelle ils étaient arrivés, ils durent se contenter d’une table en recul, bien que non loin de la scène.

Hinata observait de son regard aiguisé toutes les têtes de l’assemblée.

_« Bon alors, on recherche un probable dealer, et une petite poule pleine aux as… Faut croire que c’est le critère de sélection ici, ils ont tous des têtes de camés…

_ Tu viens souvent dans ce genre d’endroits toi ?

_ Tu m’as bien regardée ? »

 

De son côté, Shikamaru laissa Sakura seule au bar afin de pouvoir parler tranquillement à l’un des barmans. Rehaussée sur l’un des tabourets de cuir, la jeune femme se contenta de siroter le cocktail qu’il lui avait mit dans les mains en attendant qu’il revienne. Bien que Shikamaru ne soit pas issu d’un milieu aisé, il avait reçu une éducation qui lui permettait parfaitement de donner le change, sans compter qu’il était un merveilleux acteur. Ce dont Sakura ne pouvait pas se vanter. Ce monde lui était totalement inconnu. Elle n’avait connu que son pavillon de banlieue, les petits boulots, et les allocations de sa mère, le monde de la « haute » n’avait jamais brillé pour elle, et elle s’en moquait pas mal. Au contraire, cet environnement la gênait. Elle ne savait pas comment s’y comporter : devait-elle jouer les petites garces supérieures comme le faisait les filles des séries télé ? Ou au contraire, devait-elle se montrer la plus courtoise possible ? Elle pensait ne pas avoir à se poser la question, jusqu’à ce qu’un homme à la beauté sans pareille se loge à ses côtés.

 

_« Mademoiselle. » Sakura ne répondit rien, se contentant de dévisager ce nouveau visage. Il n’était pas asiatique, et en vue de son accent, il s’agissait plutôt d’un américain, ou d’un anglais.

Elle ne sut que répondre. C’était la première fois qu’elle voyait un occidental d’aussi près. Ses yeux étaient d’un bleu ahurissant, et sa chevelure brune et lisse bien qu’un peu désordonnée lui rappelait celle du héros de Titanic. Vêtue d’une chemise blanche, d’un pantalon et d’une veste de costume noir, l’homme semblait très sûre de lui, et à en croire son sourire, ne semblait pas indifférent à l’allure de Sakura.

_«Puis-je me permettre de vous offrir un verre ? » Elle hésita avant de lui montrer son verre encore plein. La voix tremblante, elle tenta de refuser son offre quand la voix d’un des barmans interpella l’inconnu.

_« Duncan ! La même chose que d’habitude ? »

                Comprenant qu’il s’agissait de l’homme auxquels ils avaient à faire, Sakura l’empêcha de s’éloigner en posant sa main sur son épaule. Duncan se retourna, la contempla. Le rose aux joues, la jeune femme vida son verre d’une traite. La bouffée d’alcool lui assombrie les idées pendant une seconde qui lui paru des heures, après quoi, d’une voix suave qu’elle ne se connaissait pas, elle fit s’assoir l’homme à ses côtés :

_«Votre offre tient-elle toujours ?

_ Bien sûr. Ken, champagne pour cette ravissante jeune femme ! »

 

Shikamaru revint quelques instants plus tard. Duncan lui tournait le dos, mais Sakura eut tout le loisir de voir l’expression figée du garçon. Enervé, ce dernier s’approcha de leur homme avec la ferme intention de le dégager.

_« Sakura, tu viens !

_ Non ! » Shikamaru était abasourdi. Mais qu’es-ce qu’elle fabriquait ? Aussitôt, le dénommé Duncan se retourna. Grâce au barman qui lui avait indiqué qui était l’homme, Nara n’eut aucun problème à le reconnaître. Aussitôt, il fit comprendre d’un regard à Sakura de suivre son manège tandis que l’Occidental le toisait de sa hauteur en lui demandant de bien vouloir laisser la rose tranquille.

_«Toi te mêles pas de ça ! Sakura, maintenant tu vas rentrer avec moi !

_ Plutôt crever, je t’ai déjà dit que c’était fini entre nous ! Si tu continus je vais devoir appeler les flics, alors fous le camps ! » Sakura s’amusait, c’était comme à la télévision, et ça lui plaisait. Duncan s’en mêla et pressa Shikamaru de s’en aller. Ce dernier, fier de voir que la jeune fille s’en sortait parfaitement, partit sans demander son reste.

 

Le brun alla se loger à la table de Kiba et Hinata discrètement.

_«Non mais elle nous fait quoi là ?!, S’enquit Hinata furieuse.

_ Le mec à qui elle parle c’est le Duncan qu’on cherche. Apparemment elle a un ticket avec lui, et si elle s’en sort bien, je ne lui donne pas une heure pour savoir tout ce qu’on veut savoir.

_ Tu devrais aller expliquer ça à Naruto avant qu’il ne les découvre sinon ce type risque de passer un sale quart d’heure » Soupira Kiba.

 

Au même moment, Naruto vint s’assoir avec eux.

_« Je suis déjà au parfum…

_ Et ben, ça à l’air de t’enchanter

_ Je connais ce genre de type, c’est le style à te mettre la main aux fesses avant même de t’avoir proposer la chambre d’hôtel

_ T’y vas fort mec, elle est en reconnaissance, donc on se tait, et on observe maintenant. »  

 

***

 

_«Au fait, Duncan… Je crois deviner que n’êtes pas d’ici

_ On ne peut rien vous cacher. Je suis américain

_ Oh, et d’où exactement ? 

_ New-York, mais j’ai dût déménager récemment pour le boulot. Vous connaissez certainement Las Vegas ?

_ Qui ne connait pas ? » Ria faussement Sakura

_« Evidemment. J’y dirige deux casinos, et je compte bientôt racheter le Venus Palladium, question de profits

_ Votre vie est tellement comblée. J’ai du mal à croire qu’un homme aussi riche et influent que vous trouve encore le temps de fréquenter les petits clubs Japonais 

_ C’est vrai que j’ai un emploi du temps assez chargé, mais si je ne prenais pas ce temps je n’aurai pas eu la chance de rencontrer une femme aussi magnifique que vous.

_ Vous exagérez

_ Je ne crois pas non. Allons Sakura, je ne vous prendrez pas pour une vantarde si vous vouliez bien approuver que vous êtes la plus belle fleur de ce club

_ C’est ce que vous dites à toutes les femmes ?

_ Non je suis plutôt le genre d’homme à n’offrir de compliments qu’à celles qui le méritent. »

 

Leur manège dura encore de longues minutes. De son côté, Naruto ne tenait plus en place, et frôlait la syncope à chaque fois que le fameux Duncan s’approchait un peu plus de Sakura.

Soudain, après encore un moment, Sakura se leva, et lança un regard à Hinata pour que cette dernière la suive aux toilettes.

Une fois la porte fermée derrière elle, la brune explosa :

_« Alors toi tu manques pas d’air ! Tu sais depuis combien de temps le prince est obligé de supporter tes grands airs avec ce mec !

_ Parce qu’en plus tu crois que c’est une partie de plaisir ? Ce type passe son temps à me dire qu’il a du fric et que je lui plait, dès que j’avance d’un pas, il nous fait reculer de deux, c’est pas facile !

_ Alors, tu lui a donné quoi comme couverture ?

_ Sakura Umegawa, fille du directeur de l’université de Tokyo. J’ai fais passé Shikamaru pour un de mes ex qui s’était fait passé pour riche mais que j’ai jeté en apprenant qu’il n’avait pas un sou. Ce type n’a cessé de cracher sur le petit peuple et la misère, alors qu’il est né avec une cuillère en argent dans la bouche c’est détestable !

_ Je te l’accorde… Bref, qu’es-ce que t’as appris ?

_ Il s’appelle Duncan O’connor, né à New-York, il possède plusieurs casinos à Las Vegas, mais veut se lancer dans l’entreprise du bijou, et notamment de la perle. Il vient au Japon pour affaires et aussi pour voir des amis de longue date. Et dans le lot, il a cité Karin.

_ Et alors ?

_ Il m’a juste dit que c’était une bonne cliente avec qui il avait sympathisée

_ Rien d’autre ?

_ Si, un détails important : il m’a parlé d’une « after » après la soirée, un endroit où l’on peut, selon ses dires « prendre du bon temps avec de bonnes choses ».

_ On le tiens !

_ Minute, le problème c’est qu’ils attendent Sasuke pour partir

_ Ils vont pas rester toute la nuit non plus, quand ils verront qu’il n’est pas là ils vont bien finir par se tirer !

_ Pas sûr, il a apparemment une grosse offre à lui faire. Duncan a racheté ce club, et il sera officiellement à lui dans quatre jours. Il veut « réengager » Sasuke.

_ Réengager….Sasuke a déjà travaillé ici ?

_ Il semblerait… Et pas en tant que serveur…

_ Ba alors en tant que qu… Non…. C’est pas vrai !

_ Si, apparemment il y’a quelques années, Sasuke était l’Escort boy numéro un de l’établissement. Sur le contrat il n’était que le chanteur du club, mais en vérité, il faisait office de host auprès des bourgeoises.

_ Attends, on va se calmer… Peut être qu’on se plante, qu’il parle d’un autre Sasuke ? Franchement, tu imagines Uchihua host boy ?!

_ Et pourquoi pas… »

 

Un ange passa. Peu désireuse de voir s’envoler leurs chances d’en savoir plus sur le passé de Sasuke, Sakura repartit en direction du bar. Duncan avait disparue. La jeune femme resta pantelante pendant une minute, quand celui qui l’intéressait revint à la charge et l’amena à sa propre table. Autour de cette dernière, la plus éloignée de la salle, riaient trois hommes accompagnés d’une ravissante femme à la chevelure flamboyante.

_« Sakura, laisse moi te présenter mes associés : Hiro Murakami, Takeo Takahishi, qui dirigent la plus grande ferme de perles du Pacifique, Frederick Kubo, mon associé et meilleur ami, et Karin Shigematsu, fille du propriétaire de ce club et ma plus fidèle amie !

_ C’est naturel ta couleur ? » Lui balança Karin pour seul salut.

_« Euh… Oui… je me posais la même question vous concernant, mais j’imaginais que c’était impoli de poser ce genre des questions pour une première impression. »

 

                La répartie de Sakura en fit très vite le phénomène de la soirée qui se prolongea plus que les jeunes gens ne l’avaient prévus. Aux alentours d’une heure du matin, Shino prévint son frère que Sasuke venait de se réveiller, et qu’il devenait violent, énervé par l’entêtement de l’aîné Inuzuka à ne pas vouloir le laisser sortir. Tout aussi agacé, Naruto prit lui-même la communication :

_«Sasuke ?

_ C’est quoi ce plan Uzumaki ?! Qu’es-ce que Shino fout chez moi ?!

_ On est courant Sasuke ! » L’Uchihua se tue. Naruto ne savait en vérité que ce que Hinata avait bien pu leur répéter. Pas grand-chose en vérité, mais la comédie du démon réussit à calmer le brun.

_«Ça vous regarde pas ! C’est du passé tout ça !, Cria Sasuke dans le haut-parleur.

_ Du passé ? Pourtant vue ce que j’ai pu observé dans ton appart’, ça avait l’air tout récent…

_ Ferme-là ! Tu sais rien !

_ Je pense au contraire que j’en sais plus que je n’en ai jamais su…

_ Où vous êtes ?

_ Au Blue Flower’s… » A l’autre bout du fil, le brun jura avant de demander à Naruto de revenir à l’appartement. La communication s’éternisa, et ne fut que marchandage qui en résultat sur un accord : si Naruto et les autres quittaient le club pour revenir, il leur raconterait tout.

Le petit groupe quitta donc les lieux. Shikamaru passa devant la table de Sakura, s’y arrêta :

 

_« Je retourne à l’appartement

_ Hey, je crois me souvenir qu’elle t’avait dit que c’était fini entre vous, tu ferais mieux de ne pas insister » Le prévint Duncan qui s’était relevé à la venue du Nara.

_« Sakura… sois prudente

_ T’inquiète pas pour elle, on s’en occupe »

 

Shikamaru disparut. Sakura, loin d’être idiote, compris qu’elle devait trouver un moyen rapide de s’éclipser du groupe. Une demie heure de festivités plus tard, et Sasuke n’arrivant pas, Duncan proposa de quitter les lieux, pressé de poursuivre la nuit en compagnie de la jeune rose qui joua des pieds et des mains pour refuser l’invitation. A la hâte, elle griffonna un faux numéro de téléphone dans la paume de l’homme d’affaire, et sortit sans demander son reste, Karin sur les talons.

_« Alors, Sakura… Tu te dégonfles ?

_ De quoi parlez-vous ?

_ D’habitude les filles qui se permettent d’allumer comme tu le fais prennent au moins la peine de rentabiliser la soirée de celui qui leur a payé leurs consommations

_ C’est peut être votre cas, mais moi je ne suis pas de ce bord… » Cette Karin l’insupportait. N’avait-on jamais vu pareils arrogance ?! En tout cas pour la belle Haruno, ce n’était pas le cas. Et de savoir qu’en plus cette femme avait fait du mal à Sasuke lui mettait les nerfs à fleur de peau.

Mais c’était sans compter sur la témérité de Karin.

_« Pas de ce bord, hein ? A voir ta tenue, on ne dirait pas… Mais pour ce que j’en dis…

_ Ça suffit ! » S’emporta Sakura, effrayant la présomptueuse au passage. « Je sais que vous avez fait du mal à Sasuke ! Je ne sais pas comment il en est venu à connaître une femme aussi méprisable que vous, mais je vous conseille vivement de ne plus vous approcher de lui es-ce bien clair ?! »

 

La rage de la douce jeune fille laissa son ainée de marbre. Enfin, cette dernière se détendit, esquissa un sourire, avant de finir par franchement éclater de rire.

_« Allons bon, encore une qui me prend pour la méchante !

_ Encore une ?

_ Oui, décidemment Sasuke a bien changé de fréquentation, apparemment il s’entiche des minettes sans intérêts maintenant. Mais après tout il fait sa vie, et si réellement tu tiens à lui petite, je te conseille de ne pas trop juger ce qu’il a pu faire. Apparemment la dernière qui s’est permis de faire ça l’a quitté le jour même. »

 

                La flamboyante rousse quitta Sakura quand ses trois compagnons conduits par un 4x4 italien vinrent la prendre au passage. La rose resta seule un instant, se remémorant avec effroi les paroles de l’intrigante. Ainsi donc, Temari aurait quitté Sasuke ? Qu’avait-il bien pu faire de si effroyable pour qu’elle en vienne à partir ? Résolue à en savoir plus, Sakura appela un taxi qui la déposa à l’appartement de son ancien petit ami.

 

Là, elle y retrouva toute la bande. Personne ne parlait, et l’ambiance semblait tendue au possible. Chacun occupait un espace de la pièce à l’écart des autres. Seul Naruto, adossé au mur qui faisait face au canapé, regardait Sasuke. Le brun avait appuyé ses coudes sur ses genoux et lié ses mains qu’il gardait devant sa bouche. Un signe d’inquiétude et de réflexion chez lui. Sakura voulu interroger Hinata, qui était la personne la plus proche de l’entrée, mais le démon ne lui en laissa pas le temps :

_«T’es trop con… Ce serait pas plus simple de l’appeler et de tout lui raconter ?

_ J’y ai pensé un millier de fois… Mais je te l’ai dis, je… C’est comme si elle m’avait trahie !

_ Elle n’a rien trahie du tout ! Comment voulais-tu qu’elle réagisse ?!   

_ Ne me fais pas passer pour le méchant de l’histoire ! » S’emporta Sasuke qui se releva, faisant à présent les cent pas dans la pièce.

 

_« Je l’aime, là n’est pas la question ! Mais quand Sakura a appris pour ton passé, elle ne s’est pas enfuie, elle ne t’a jamais lancé le regard qu’elle m’a lancé ce jour là ! Elle m’a regardé… Comme on dévisagerai un de ces mecs qui se fait gauler dans la rue avec une femme de joie… Tu n’imagines pas ce que ça fait d’être jugé par celle que tu aimes sans même qu’elle t’ai laissé la possibilité de te défendre !

 

_ Tu crois peut être que Sakura est irréprochable ? » Cette dernière déglutie. Elle n’aimait pas vraiment entendre Naruto parler ainsi d’elle en sa présence.

_«Tu penses peut être qu’elle n’a jamais eu peur de moi ? Qu’elle ne m’a jamais jugé sévèrement ?!

_ Je…

_ Elle l’a déjà fait ! Et elle avait bien raison de le faire, parce que je lui ai fait du mal !

_ Naruto… » murmura la rose, qui voyant le démon s’emporter, craignait que ses élans de colère lui fasse perdre contrôle.

_«J’ai failli cracher le morceau pour nous deux à nos parents ! J’ai failli la laisser mourir en ne voulant pas l’écouter quand elle me demandait de rentrer ! Je lui ai pourri son rendez-vous avec le type qu’elle aimait, j’ai fais d’elle ma bonniche, je ne l’ai pas défendue quand elle se faisait persécuter ! Mais elle est là, près de moi ! Parce que quand tu fais des erreurs, même des erreurs que tu as commises avant de la connaître, tu dois y faire face, et demander pardon. Si tu aimes vraiment Temari, va la chercher, dis lui pourquoi tu as fais ça, dis lui comment tu t’es sortis de cette merde, tout seul ! Et demande lui pardon, rassure la, dis lui que ça n’arrivera plus parce que tu l’aimes et qu’elle est là ! Et crois moi Sasuke, si tu ne met pas un peu d’eau dans ton vin, tu la perdras pour toujours. Et qu’est-ce que tu feras après ? Tu sais ce qu’il faut faire, si tu veux pas et que tu replonges, comptes pas sur moi pour te sortir de là !

_ …

_ Allez on y va. »

 

Le discours passionné avait impressionné tout le monde. Depuis quand Naruto Uzumaki pouvait-il faire preuve de tant de sensibilité et de bon sens ? Tous l’ignorait. Mais la partie qui avait définitivement coupé le souffle à la fleur de cerisier, c’était le moment où le jeune homme avait déversé toute la culpabilisait qui l’étreignait. Elle s’était toujours imaginé que comme elle qui avait su pardonné, Naruto avait tourné la page de toutes leurs mésaventures. Il n’en était rien.

 

Dans la voiture, conduite par Shino, personne n’avait parlé. Il ne restait désormais plus qu’à attendre que l’Uchihua prenne sa décision. Quand Naruto et Sakura furent seuls devant la porte de leur immeuble, la jeune femme n’osa pas rentrer tout de suite.

_«Sakura ?

_ Je ne pensais pas que tu continuais de ruminer ce qui avait pu se passer…

_ Parce que toi tu va me dire que tu es capable d’oublier tout ce qu’on a vécue ?

_ Non, pas d’oublier. Mais disons que les évènements qui nous ont fait du mal ne nous en font plus aujourd’hui, alors… ça va.

_ Facile à dire, t’es qu’une victime, moi je suis le méchant en rédemption ! » Naruto ria franchement. Sa demi-sœur avait décidemment la plus belle âme qui soit. Ce qu’il avait dit était vrai, et sa culpabilité l’étouffait quand il posait ses yeux sur elle. Parfois, il lui était arrivé de penser qu’au fond tout serait plus simple s’il n’avait pas prêté attention à cette lettre d’amour dans son casier. Et puis, il contempla cette longue chevelure rosée, ses deux yeux couleur d’émeraudes qui pétillaient de vie même dans les pires instants, ce corps élancé qui n’avait jamais été touché avant lui, et tout s’effaçait.

 

D’un regard, il chassait tout ce que le monde avait de mauvais, et ne vivait que pour l’amour qu’elle lui donnait, bien qu’il n’ai jamais très doué à lui rendre.

S’approchant de la silhouette de la jeune fille, Naruto la glissa entre son corps et le mur d’enceinte, la toisant de son regard le plus déroutant.

_«Au fait… Je peux savoir ce que tu disais à ce Duncan tout à l’heure ?

_ Quoi ?... Mais rien ! Pourquoi tu me parles de ça, Bouda t-elle le rouge aux joues.

_ Parce que tu m’as vraiment mis en colère en lui offrant ton sourire, c’est pourquoi je pense que je vais devoir te punir.

_ Me… Hey ! » Sans lui laisser le temps de protester, il maintint son visage entre ses mains et l’embrassa à perdre haleine. Cachés par le long manteau de cuir du démon, le corps de Sakura tremblait de l’excitation qu’il faisait monter en elle.

Elle ne put s’empêcher de gémir son prénom lorsque ce dernier passa sa langue avec lenteur sur le dessin de son oreille, poursuivant ce doux traitement vers le cou qu’il savait si sensible. Elle se laissait aller. Il était assez tard pour que personne ne vienne les déranger, pourtant, elle ne pouvait se résoudre à se laisser aller en un pareil endroit.

_«Naruto… Non, pas là… Aah 

_ chhht… Laisse toi faire…

_ Mh…»

 

 

Passant ses mains sous sa croupe, le démon débarrassa sa captive de son sous-vêtement avant de la lever dans ses bras. Instinctivement, la belle enroula ses jambes autours de sa taille, tout en approfondissant ses baisers. Bientôt le désir prit le pas sur la gêne, et leurs deux corps ne firent qu’un. La nuit pour seul témoin, ils s’aimèrent, tandis qu’à plusieurs kilomètres de là, la main tremblante contre le clavier de son téléphone portable, Sasuke acheva l’envoi d’un message destiné à celle qu’il aimait.

 

 

A Suivre…