23) Sa Blessure

par Tenshi-kamoto

Chapitre n°23

 

Sa Blessure

 

 

La nuit était tombée. Le jour s’était levé pour se coucher à nouveau. Ce soir là, Naruto et Sakura étaient seuls, leurs parents respectifs étant invités chez des amies de Maki.

Ainsi donc, quand le démon rentra dans l’appartement, il découvrit la maladresse légendaire de la fleur de cerisier en pleine expérience culinaire.

_« Hey ! Mais ! Tu tiens à faire cramer la maison ou quoi ! Ca pue le gaz dans toute la pièce !

_ Ah mince ! » A toute allure, alors qu’elle était penchée sur l’épluchage de légumes, Sakura se retourna pour éteindre la plaque de gaz. « Tu pourrais m’aider un peu maintenant que tu es là !

_ Si ça ne tenais qu’à moi, je t’aurai invitée à manger dehors plutôt que de risquer l’intoxication alimentaire.

_ Hey ! Je te signale que je cuisine très bien !

_ C’est vrai que tu as l’air d’être tout à fait dans ton élément… »

 

Exaspérée par les remarques de son demi-frère, Sakura lui jeta à la figure la pomme de terre dont elle retirait la peau à l’instant. 

_« AÏE !! Cria le démon sous l’impact. Mais c’est quoi ton problème ?! 

_ Mon problème ?! Mon problème c’est que je ne supporte pas les types lunatiques dans ton genre qui disent je t’aime un soir et vous injurie le lendemain ! Je me donne du mal pour toi, tu le réalises seulement ?!

_ Sakura… »

 

La jeune femme partie en furie de la cuisine et se recroquevilla sur le canapé laissant Naruto pantelant. Le jeune homme la suivie au pas puis resta debout derrière elle.

_« Ce n’était pas mon intention de… Je te taquinais…   

_ Et bien la prochaine fois que tu tentes de me taquiner, trouve un moyen plus civil de le faire. » Son ton était glacial, et pour la première Naruto ne sut quoi répondre à la jeune femme. Pourquoi la si douce Sakura s’énervait-elle aussi facilement ? La réponse vint résonner dans l’esprit du démon à la vitesse de l’éclair. Poussant un long soupir, il s’adossa au mur derrière lui.

 

_« Pardonne moi, jusqu’à présent je n’avais pas réalisé à quels point les charmes de ma petites sœur étaient grands. » 

 

Etonnée de la façon bien docile avec laquelle Naruto venait de répondre, la rose fit volte/face, et le regarda l’air le plus étonné du monde. Devant cette tête incrédule, le démon esquissa un rire discret.

_« J’ai entendu de Sasuke qu’un mec assez craquant te courait après…

 

            Soulagée, Sakura se décrispa entièrement. : Après la note qu’il lui avait laissé au restaurant, elle s’était elle-même persuadée que quelqu’un avait prévenu le démon de sa terrible rencontre avec Naruhito. Il n’en était rien, Naruto savait seulement qu’un garçon l’avait dans le collimateur. S’il savait…

_ Ce n’est pas ça, ne va pas t’imaginer n’importe quoi !

_ Ne sois pas si fière de toi ! Je m’en fiche… Parce que personne ne t’aimera jamais aussi fort que moi. Tu es à moi. »

 

La jeune femme soupira :

_« Tu me considères toujours comme un objet…

_ Mais qu’es-ce qui ne va pas avec toi ce soir ?! 

_ Je ! Laisse, y’a rien…

_ Sakura ! »

Peine perdue, Sakura était déjà partie s’enfermer dans sa chambre. Comment pouvait-elle lui parler de ce qui la tracassait quand cette chose en question était son propre frère. En effet, la veille, lorsque Maki et Shigure avaient rejoints les deux jeunes gens au dehors, et qu’ils furent tous rentrés à la maison, Sakura reçu un message de son assaillant.

« Oh Naruto, je t’aime tellement que je voudrais pouvoir le crier haut et fort ! »

 

Son sang n’avait fait qu’un tour. Ils avaient été suivis, encore une fois. Mais cette fois la menace était bien plus terrible qu’un simple cliché de famille publié dans le journal de la fac. Si Naruhito possédait la moindre trace des embrassades de Naruto et Sakura, ils seraient perdus. Et malheureusement, un message suivant de près le premier vint confirmer les craintes de la fleur de cerisier. Naruhito prétendait avoir une vidéo de la scène prise depuis la terrasse de la brasserie qui faisait face au restaurant.

S’en était trop. Elle était à bout de nerfs, et c’était vraiment assez. La gentille Sakura atteignait ses limites, et si Naruhito voulait lui déclarer la guerre, elle ne reculerait devant rien. Une simple recherche Internet permis à la rose de reconnaître le plus jeune Uzumaki parmi les étudiants du lycée Dazi, un établissement se trouvant à la périphérie de la ville.

 

La tête reposée, Sakura avait passé la journée à planifier sa rencontre dès le lendemain avec le jeune démon. Grâce au numéro de téléphone du président de l’association des élèves de Dazi affiché sur le site du lycée, Sakura avait pu noté les heures de sortie de la classe dont le garçon était issu. Mais d’ici là, il lui fallait agir comme si de rien n’était et ça, ça lui était littéralement impossible.

 

Constatant qu’elle ne pourrait tenir de discussion civilisée avec son demi-frère ce soir, elle tenta la fuite pure et simple. Mais à peine fut elle changée et mise au lit que le son de sa porte s’ouvrant se fit retentir. Sakura soupira pour la énième fois de la soirée tandis que Naruto allumait la lumière avant de s’imposer sur le lit de son amante.

_«Bon qu’es-ce qui t’arrive ? Si tu voyais comment tu réagis, ce n’est pas toi !

_ Je suis fatiguée, tu ne peux pas comprendre quelque chose d’aussi basique ?! Toi tu es toujours agressif alors forcément quand tu commences à en avoir assez ça se remarque à peine, mais moi je ne suis pas comme ça ! Je ne… »

 

De ses lèvres il la réduisit au silence. Mon dieu, qu’es-ce qu’elle pouvait parler pour quelqu’un qui se prétendait fatigué

            Il comprenait, oh oui, il comprenait même très bien. Elle réagissait à l’opposé de lui. Si Naruto était en effet constamment près à lever le ton, quand il commençait à flancher il s’apaisait alors comme par magie. Mais Sakura, si douce de nature ne pouvait réagir qu’à l’opposé. Ce n’était pas bien grave, si elle était à bout, il fallait la ménager, tout simplement.

 

            Alors longtemps, Naruto profita de cette absence prodigue pour savourer les baisers de la jeune femme sous lui. Ses mains caressaient le corps frissonnant de la rose, la massait par moment, mais toujours avec légèreté. Quand enfin il sentit qu’elle n’y tenait plus, il s’allongea auprès d’elle, la logea contre lui et la berça doucement contre son torse jusqu’à ce qu’elle fut endormie.

            Bien que peu disposé à laisser la belle à un moment si paisible, il dut pourtant se résoudre à la quitter quand résonna dans l’appartement le bruit de l’ascenseur qui s’arrêtait, et de la clé glissée dans la serrure qui ouvrit le passage à Maki et Shigeru.

 

***

 

 

   16h30 – Gymnase de la  Fac.

 

Sasuke était sur le qui-vive, posté à l’entrée du gymnase.

Pour la énième fois, les membres de l’équipe déjà présents depuis une bonne demi-heure échauffés et  prêts à jouer, le pressèrent de commencer. Mais le capitaine ne flancha pas : Naruto n’était pas arrivé, et ce dernier lui avait juré d’être présent aujourd’hui.

 

Et enfin, après encore quelques interminables secondes, le blond fit son apparition, dans une tenue fort peu adaptée à l’athlétisme. Malgré l’exaspération que lui faisait ressentir le démon, le jeune homme s’empressa d’aller à sa rencontre et lui demanda de vite se changer. Malheureusement, ce que lui répondit son homologue ne fut pas pour lui plaire.

_« Tu m’avais donné ta parole ! C’est quoi ton excuse cette fois, hein ?! Je sais depuis le tout début que ton intégration au sein de ce club n’est qu’une plaisanterie pour toi, mais je te rappel que tu t’es engagé ! Et qu’en tant qu’homme, tu te dois de te conformer à tes engagements ! »

 

Attirée par les paroles sèche du gentil Sasuke, Hinata, en bonne manager suppléante qu’elle était, vint se mêler à la conversation.

 

_«Que se passe-t-il prince ? Il ne lui prêta pas attention, elle soupira. Si tu veux quitter le club, autant le dire directement…

_ Je ne quitte pas le club, répondit-il au quart de tour. Je tiendrai parole, et je donnerai tout ce que j’ai pour les nationales

_ Si tu as encore quelque chose à donner » Persiffla Sasuke.  

       

 

            Le ton allait crescendo. Tandis que les deux garçons avaient rompus tout contact visuel, bien décidés à se bouder l’un l’autre, la brune rajouta de l’huile sur le feu :

 

_« Et Sakura, pourquoi elle n’est pas là ? Même la manager nous laisse tomber

_  N’en rajoute pas. Sakura devait se rendre au lycée Dazi pour parler avec quelqu’un. Elle sera là à la prochaine heure. » A peine Sasuke eut-il achevé sa phrase que le démon lui rendit son attention, tandis que sur son visage se peignait une expression de crainte mêlée d’incompréhension.

 

_ « Dazi ? Pourquoi est-elle allée là-bas ?!

_ Elle cherche le gars qui lui courait après. » Hinata pouffa. 

_ Tiens on dirait qu’il y’a de l’infidélité dans l’air… Quel culot !

_Hinata, je t’ai dit de ne pas en rajouter. S’emporta Sasuke, avant de revenir à Naruto, plus calme cette fois. Elle est allée là-bas pour tirer les choses au clair sur ce qu’il s’est passé hier. Temari l’a aperçue ce matin dans le métro, et l’a dit à Sakura. C’est pour ça que…

_ Attend ! Je peux savoir ce qu’il s’est passé hier ! » Hurla le démon sans même s’en rendre compte.

 

A présent tous les visages s’étaient tournés vers lui. Il sentit son sang bouillonner dans ses veines, une sueur froide parcourut son dos à toute allure. Peu à peu, Sasuke lui étalait une histoire invraisemblable qui pourtant expliquait bien des choses quant au comportement de la rose la veille.

 

            Ainsi sa fatigue, son état de stress permanent, ses impulsions, et ses larmes qu’elle ne savait plus retenir, tout cela c’était dût à ce seul garçon. Les articulations blanchies par la pression qu’il maintenait en serrant son poing, Naruto déglutit difficilement, et enfin demanda comment s’appeler ce garçon.

            Un jeune homme blond, l’air assez jeune, un sourire de démon, et une façon de procéder bien trop brutale ? Le lycée Dazi ? Inconsciemment, Naruto pria. Oui il pria fort, supplia toutes les forces terrestres et spirituelles de l’univers que ses doutes ne soient pas confirmés. Pourtant à la question redoutée, la réponse fut tranchante :

_« Je crois qu’il s’appelle Naruhito. »

 

Sans même remercier, ni saluer son informateur, Naruto détala en direction de la sortie.

Il était venu afin de prévenir Sasuke qu’en raison de son comportement étrange, il souhaitait emmener Sakura quelque part pour discuter un peu avec elle, et qu’en raison de cela il devrait sécher le club, une fois de plus. Mais s’il avait fait d’une pierre deux coups en sachant enfin ce qui tracassait tant sa belle amie, désormais une menace bien plus pesante trônait au-dessus de leurs têtes.

 

 

 

***

 

Lycée Dazi. 16h10 - Sortie des élèves.    

 

            Elle était arrivée bien trop tôt, mais peu lui importait à présent, Sakura était déterminée. Cette comédie brutale devait prendre fin, maintenant. Assise sur un bac public, non loin de la grille du lycée Dazi, elle scrutait avec la plus grande concentration le moment où apparaitrait son « ennemi ».

Enfin, le son d’une cloche sonna. Après plusieurs minutes encore, par dizaines, des petits groupes d’adolescents s’éparpillèrent ici et là aux quatre coins de la cour. La grille s’ouvrit, leur laissant le passage.

            Et Sakura ne tarda pas à « le » repéré. Parmi cette masse de cheveux noirs, typiquement asiatiques, les mèches dorées de Naruhito contrastaient, le rendant plus visible que jamais. Soudain, alors qu’elle se tenait à quelques mètres, toute prête à lui courir après si besoin était, elle le vit s’immobiliser, tel un piquet au milieu de la foule qui désertait les lieux.

 

Très vite, ils furent seuls dans la cour, les uns étant sortis, les autres retournés en classe. Tenant la bandoulière de son sac fermement à l’épaule, le jeune démon ne jeta pas un regard à la rose. Il sentait son regard sur lui, c’était désagréable. Mais puisque cette fille avait fait tout ce chemin pour le rencontrer, il devrait rendre leur rencontre inoubliable.

_« Je savais que tu serais là. Si tu avais deux grammes de bon sens, tu aurais eu la bonne idée de donner un pseudonyme plutôt que ton vrai prénom au président des élèves.

_ Pourquoi mentir ? Je suis ravie que tu sois au courant. Et puisque tu savais que je viendrai, je suppose que tu sais aussi ce qui m’amène ? »

 

Le sourire qu’il lui lança était carnassier. Elle n’était qu’une proie facile, un simple pion sans défense, mais qui une fois tombée briserai pour toujours l’armure de Naruto. Et il s’était juré de les faire tomber tous les deux.

_« L’autre jour sur le toit… Tu avais beau jouer les durs, quand j’ai manqué de tomber, ton visage s’est décomposé. Tu avais l’air bouleversé.

_ Tu sembles bien sûre de toi.

_ Je le suis ! » Il ria, et ce son fit trembler la rose d’effroi. C’était un rire inhabituel, le genre de ceux que l’on entendait que de la bouche des méchants dans les dessins animés. Mais sa rancœur à lui, elle était bien réelle, et ses mauvaises intentions aussi. Et puis, alors que la jeune femme semblait avoir oublié l’objet de sa venue, son cadet le lui rappela en tirant de la poche de son veston une petite cassette.

 

            _« C’est pour ça que tu es venue, non ? Pourquoi t’entêter à me sortir ta morale à deux balles quand ton seul intérêt c’est de conserver ton petit secret ? Tu ne vaux pas mieux que les autres, quoi que tu dises, tu n’agis que dans ton intérêt.

_ Tu sais que c’est faux ! » Cria-t-elle sans pouvoir se contrôler. « Du moins en partie…

_ C’est vrai qu’il y’a aussi Naruto… Oui, lui a toujours toute l’attention de tout le monde.

_ Que veux-tu dire ? »

 

Les yeux couleur de topaze vinrent menacer Sakura. Il la dévisageait sans gêne.

_«Si tu veux cette cassette, tu devras quitter Naruto

_ Quoi…

_ Tu m’as compris. Quitte le et je ne dirai rien, reste avec et dès ce soir elle sera diffusée sur internet, et je ferai en sorte que votre jolie petite famille en soit le premier témoin.

_ Ton chantage n’a aucun sens ?! En quoi mes sentiments pour Naruto te dérangent-ils ?! Tu…

 

            Sakura se stoppa net. Elle ne l’avait pas vu arrivé, pourtant là derrière la silhouette du jeune garçon, se dessinait l’ombre de Naruto. La demoiselle en les dévisageant l’un après l’autre n’eut plus aucun doute sur leur lien. Naruhito n’était qu’une copie aux traits plus jeunes de son aîné. Ce dernier posa une main sur l’épaule de son frère qui sursauta avant de dévisager le démon avec incompréhension.

            Alors que sans un mot, le plus âgé des deux frères avait agrippé l’autre par l’épaule, Naruhito se retourna les yeux emplis de haine vers Sakura :

_« Tu l’as prévenue espèce de garce ! Tu verras, ce soir je… » Il n’eut pas le temps d’achever sa phrase, que Naruto le poussa faisant basculer le garçon au sol. Il leva les yeux vers la silhouette de celui qu’il avait fait arrêter quelques jours plus tôt. Naruto avait le visage impassible, comme si un masque d’indifférence avait pris place pour cacher sa colère sans pour autant la dissimuler entièrement. Sans plus un regard pour son cadet, il avança et sous son pas fit éclater le plastique de la cassette. Sentant l’obstacle détruit sous son pied Naruto se courba, le ramassa, et tira sur la bande la faisant céder pour que jamais ne sois révélé les informations qu’elle contenait. Puis sans plus y prêter attention, il balança l’objet à plusieurs mètres, prit Sakura par le bras et partit sans se retourner.

 

            Bien qu’elle n’ait pu dire un mot, tandis que Naruto les éloignait de son jeune frère toujours assis au sol, la tête baissée, elle ne put s’empêcher de ressentir de la tristesse. Quel est ce regard ? On dirait un enfant qu’on a privé de quelque chose.   

 

Elle appela Naruto à plusieurs reprises pour qu’il l’écoute, pour que tout ne s’achève pas ainsi, mais déjà il ne l’écoutait plus. Longtemps il l’entraîna à sa suite, la maintenant toujours plus fort. Il savait, il la connaissait trop bien. Il savait que s’il la lâchait maintenant son cœur débordant de compassion allait s’apitoyer sur le sort de son frère, et avant que de n’entendre ce discours, il voulait d’abord des réponses à ses propres questions.

Quand enfin ils furent trop loin de Dazi pour songer à rebrousser chemin, il défit quelque peu sa poigne, et Sakura en profita pour se dégager.

 

Elle le regarda sans dire un mot, et n’eut pas à attendre bien longtemps pour que le démon prenne la parole. Seulement contrairement à ce qu’elle s’était imaginé, il parlait calmement :

_« Pourquoi ne m’as-tu rien dis ?!

_ Je…

_ Ça ne date pas d’hier n’es-ce pas ? Ses menaces. Pourquoi tu ne m’as rien dis ?

_ C’est… parce que… Je ne voulais pas t’inquiéter, et puis… Au début, je ne savais pas que c’était ton…

_ C’est le seul d’entre nous que ma mère a pris avec elle quand elle est partie. » Sakura resta interdite. L’expression de Naruto avait gagné cette expression qu’elle seule était autorisée à voir, un voile de tristesse et d’amertume trop longtemps cachée.

_ Pourquoi ne m’en avoir jamais parlé ?

_ Parce que je n’en avais pas envie. J’espère que tu n’auras plus rien à voir avec lui, s’il revenait à t’ennuyer, préviens moi. Rentrons. » Il était sec, sa décision était irréversible ; Pourtant Sakura continua :

_ Mais Naruto, si vous êtes vraiment frères, il faut que…

_ Tu peux rentrer toute seule ? »

 

            Elle resta interdite, mais au ton qu’il avait employé elle savait qu’elle ne devait pas le suivre, et ne demanda pas son reste. Sur le chemin de la gare, elle ne pouvait s’empêcher de penser douloureusement :

 

            Naruto…Naruhito…Comment la haine peut-elle venir déchirer une famille au point que deux frères en viennent à s’affronter de cette façon ? Ils ont beau penser que c’est de la colère, il suffit de voir leurs visages…si tristes. Naruto…es-ce qu’un jour tu sauras t’ouvrir à moi pour que plus jamais je n’ai à supporter ce sentiment si sombre dans tes yeux ?

 

Tout en songeant, elle fixait ses pieds au fil de sa marche. Quand soudain, alors qu’elle passait près d’un banc à proximité de la gare, une voix connue se fit entendre.

 

 

_« Pourquoi es-tu allée voir Naruhito tout à l’heure ? »

 

            Sakura se retourna pour découvrir la silhouette d’Hinata. La jeune fille était comme à son habitude entièrement vêtue de noir. Sa longue jupe fendue au mollet laissait apercevoir des bottines en cuirs. Son sa capeline noire de jais, elle portait un col roulé qui lui donnait un air austère, et sa longue chevelure assortie à l’ensemble vestimentaire n’était pas pour égayer sa silhouette, quant à ses yeux et sa peau d’albâtre, elles contrastaient avec le tout lui donnait un air de figure irréelle.

 

La rose la dévisagea. C’était la première fois qu’elle la regardait attentivement sans aucune appréhension dans le cœur. Comme s’il s’était agi d’une amie de longue date, elle vint s’assoir à ses côtés, et répondit le plus simplement du monde :

_«Il fallait que je le vois parce qu’il menaçait Naruto. Et…moi aussi, il m’a menacé. » Silence

 

_« Et tu as été l’affronter toute seule, comme une grande ? Tu as changée…Tu es plus forte  

_ J’ai plutôt la désagréable impression de me ramollir.

_ Ce n’est qu’une phase. Si tu prétends vouloir l’aimer tu vas devoir en passer par là, et plus souvent que tu ne le penses.

_ Dis-moi, toi qui le connais depuis longtemps…Peux-tu me parler de lui ?

_ Pourquoi je ferais-ça ? Répondit la brune, soudain sur la défensive.

_ Parce que tu me dois bien ça. »

 

            Hinata souri franchement de sa réponse. Elle avait beau dire, elle avait vraiment évolué la petite Sakura qui portait son déjeuner à tout le groupe de Naruto il n’y a pas si longtemps que ça. Tu lui a forgé le caractère à elle aussi, hein Naruto ?

 

_« Très bien. Je vais commencer depuis le début, mais je te préviens, certains détails risquent de ne pas te plaire.

 

            Sakura était pendue à ses lèvres. Plus attentive que jamais, elle s’apprêtait à découvrir le côté sombre de l’homme qu’elle aimait.

_ Naruto, quand nous étions au lycée disons qu’il avait une vie, assez agitée. C’était un garçon très agressif, qui ne comptait que sur lui-même et qui ne se mêlait jamais aux autres. Le Naruto d’avant…Il regardait les autres comme s’ils étaient tous ses ennemis, et il se battait tous le temps car il ne supportait rien, comme si le monde entier était un obstacle à sa survie. A vrai dire, il faisait peur aux gens, et quand il était dans les parages, les gens baissaient les yeux et la voix. A cette époque nous ne nous connaissions pas encore mais il me fascinait. Je l’ai souvent suivie en cachette…

_ Pourquoi…Je veux dire, il ne te faisait pas peur ?

 

_ Je suis arrivée au lycée en cours d’année, et j’ai toujours eu du mal à me faire ma place parmi les groupes déjà formés. Un jour un peu au hasard, je l’ai vu se battre contre une bande de garçon de ma classe qui me rendait la vie infernale. Je crois que c’est depuis ce jour-là qu’il est devenu mon « prince ». Il ne me voyait pas, mais moi pendant cette période je le suivais partout. Jusqu’au jour où j’ai découvert que je n’étais pas la seule.

_ D’autres filles l’espionnaient ?

_ Pas des filles…Naruhito. Un beau jour il est apparu, et après nous étions toujours là, à regarder Naruto dans ses pires excès de violence. Nous ne nous sommes jamais parlé Naruhito et moi, et…à vrai dire, eux ne se sont jamais parlé non plus. Mais j’ai très vite compris que comme moi, il voulait que Naruto le remarque. Mais jamais il ne l’a regardé.

            De loin, pendant longtemps, j’ai vu Naruhito regarder désespérément son frère en quête d’un peu d’attention…Mais Naruto, lui, il ne s’est jamais retourné, il n’a jamais vu les larmes dans les yeux de son petit frère dont il était le héros. C’était comme si…il n’admettait pas son existence…Comme si Naruhito n’existait pas. »

 

Silence.

 

_«Comment… un lien de sang, l’amour d’un frère, peut-il disparaître comme ça ?

_ J’ai voulu poser la question un million de fois…Mais pour Naruto c’est un sujet tabou.

_ Mais ! Comment son propre frère peut-il être un tabou ?

_ A quel point crois-tu le connaître ?! Se fâcha Hinata. Elle soupira. Tu as beaucoup mûri mais ce n’est pas encore assez…Dans ce monde personne n’est parfait, ni infaillible. Et même si Naruto peut sembler indestructible, il a aussi ses faiblesses. C’est sa blessure, qui ne doit jamais être vue de personne.

 

_ Une blessure…

_ Personne avant toi n’as pu lui tirer un mot de cette histoire, pas même Kiba. Tu peux comme moi passer ton temps à l’observer, et au fil du temps tu finiras par comprendre certaines choses. Mais… Toi tu as la chance qu’il t’ait laissé entrer dans son cœur, c’est une chance inestimable qui t’ai donnée… Fais en bon usage. »

 

            Sans plus rien ajouter, Hinata prit congé de la rose. Longtemps elle resta dans ses pensées. Elle ne songea même pas à rentrer. Toute sa concentration était maintenant portée sur la blessure profonde d’un homme qui paraissait sans failles.

 

 

A Suivre…