La Prisonnière et l'Entrée

par amycybille

 

 

Chapitre Troisième : La Prisonnière et l'Entrée

 

 

 

 

 

Un cri aigu déchira les ténèbres d'un endroit damné. Un endroit où jamais personne n'oserait mettre les pieds sous peine de perdre la vie sur le champ. Toute personne vous aurez dit que cet endroit se trouvait à mille pieds sous terre, près du centre de la Terre, à l'abri des regards indiscrets où y régnait une chaleur insupportable. Mais en réalité, cet endroit se trouvait beaucoup plus près qu'on le pensait. Essayez d'imaginer un château gigantesque entièrement en pierre, décoré par des centaines de gargouilles et de statues plus bizarre les unes que les autres. Un portail fait d'acier noir où de multiples dessins y sont forgés avec précision, accueille les visiteurs, aussi rares qu'ils soient. Un jardin où de démoniaques roses noires et d'autres fleurs de la même couleur règnent en maitre. Une immense porte noire impose l'entrée de la demeure. "La maison abandonnée", comme les enfants de la région aiment l'appeler. Jamais personne ne s'y aventure, sauf une bande de gamins se mettant devant le portail et pariant qui d'entre eux tiendrait le plus longtemps sans avoir peur, mais jamais en dépassant le portail. D'après les villageois, une petite fille s'était aventurée à l'intérieur du château, et jamais elle n'en était revenue. Et c'est dans ce château maudit que ce cri aigu fit sursauter des gamins devant le portail.

 

_"Qu'est-ce que c'est ? demanda un gamin blond affolé.

 

_Je sais pas, fit un de ses camarades, on aurait dit un cri de femme !

 

Les gamins se regardèrent et entendirent encore une fois ce cri, suivit d'un rire démoniaque. Ils se mirent alors à crier de toute leur force et sans hésitation coururent en direction du village la peur au ventre et effrayés comme jamais. Une fois partis, un lourd silence tomba autour de ce château maudit. Puis un autre cri se fit entendre encore plus aigüe que tout à l'heure. A l'intérieur de cet enfer on pouvait voir que tout était vide, pas un meuble, pas une personne, rien. Juste un plafond surement blanc autrefois, noirci par la saleté, des murs dans le même état et un sol pavé de carreaux glacés par l'humidité. La seule chose qu'on pouvait voir, c'était un escalier menant plus bas, surement aux sous-sols. L'entrée de cet endroit est par définition, vide. Mais le sous-sol c'est une autre histoire. En descendant cet escalier, un long tunnel s'y trouve. Mais arrivé à la fin de celui-ci, une "bête-homme" est posté devant une porte couverte de sang et d'égratignures. Pour tout vous dire, cette "bête-homme" ne doit pas être très commode. Et là, un autre cri se fit entendre. Si quelqu'un aurait était prés de cette porte et de son "gardien", il aurait pu deviner que ce cri venait de derrière cette porte. Car en effet après cette porte se trouvait un long couloir où une centaine de portes graduait le mur droit du couloir. Un peu comme une prison. Le fameux cri se refit entendre derrière la sixième porte du couloir. Après cette porte se trouve une pièce beaucoup moins grande que les autres. Une cellule. Une femme est attachée au fond de la pièce contre le mur, à l'aide de multiples chaines. Ses jambes ne touchent même pas le sol et ses poignets son tellement serrés par les chaines, que de nombreux filés de sang coulent sur ses poignets. Il faut le dire comme il est, cette femme est en très mauvais état. Un homme posé devant elle la regarde d'un air froid et sans expression. Entièrement recouvert d'un manteau noir, il est impossible de voir son visage.

 

_"Je commence à être à bout de nerf, dit-il d'une voix énervé et effrayante.

 

Il s'approcha de la femme et lui tira violemment ses cheveux rose couvert de sang, ce qui la fit crier de douleur une fois de plus.

 

_Pour la dernière fois, dit-il d’une voix menaçante, tirant toujours les cheveux rose de la femme, dis-moi où se cache cette bande de minables qui se font appeler Hope !

 

La jeune femme trop faible pour lui répondre un "non", lui cracha au visage, montrant à l'homme que même sous les pires souffrances jamais elle ne trahirait ses amis.

 

L'homme, fou de rage, la gifla fortement et sortit de la pièce. Il marcha dans les couloirs en réfléchissant, puis un sourire se dessina sur ses lèvres.

 

_"Ce n'est pas grave. Puisque tu ne veux pas me dire où ces têtes de pioche se cachent, je vais t'utiliser comme appât.

 

Il s'arrêta en plein milieu du couloir et rit froidement, heureux d'avoir trouvé un moyen de coincer enfin ses ennemis traqués depuis plus de huit ans maintenant.

 

 

 

 

***

 

 

 

 

Dans une forêt plutôt lugubre, deux hommes marchaient parmi les arbres couverts de neige en cette période d'hiver. Le brun, marchait devant l'homme aux mèches bleues et semblait plus concentré par la direction où il allait que par les paroles interminables de son compagnon.

 

_" J'te jure Sasuke ! Des fois je me demande comment je fais pour attirer autant de filles, dit-il fièrement, à chaque fois que je rentre dans un bar elles se jettent toutes sur moi ! Et en plus ...

 

_Shaiku, tu peux pas arrêter de parler pour rien dire s'il te plait, le coupa Sasuke, énervé, en plus tu me déconcentres et j'arrive pas à comprendre la carte que tu m'as donné.

 

_...Hn... toi, à chaque fois qu'on te parle de femmes tu t'énerves, répondit Shaiku d’une voix neutre.

 

_Qu'est-ce que tu peux être stupide, dit Sasuke en s'arrêtant au beau milieu de la forêt, au lieu de dire des bêtises à deux balles, aide-moi plutôt à voir où on est, dit-il en lui tendant la carte.

 

Shaiku la prit et examina la situation, quand un bruit de pas se fit entendre derrière eux. Par réflexe ils dégainèrent leurs armes mais se ravisèrent dès qu'ils virent que c'était Shikamaru.

 

_"Qu'est-ce tu fous la ? demanda Shaiku en soufflant, retourne au bar malheureux, si Crow voit que tu es parti tu seras torturé et s'ils découvrent que tu es avec nous, nous allons perdre notre couverture crétin !

 

_Vous avez cas prétexter que vous aviez besoin de moi d'urgence pour une mission importante, ça passera comme une lettre à la poste, répondit Shikamaru totalement décontracté, et puis si je ne m'abuse vous êtes perdu, non ?

 

_Nan mais ça ne te regarde pas, dit Shaiku vexé, j'étais justement en train d'examiner notre position, dit-il sûr de lui en regardant la carte, et d'après cette carte le repère des Lycans devrait être ...... hmmmm..... vers le sud.... nan en fait vers le nord..., Shaiku tournait la carte dans tous les sens, ....euh nan en faite le repère est ....

 

_Ici, répondit Shikamaru en baillant.

 

Shaiku et Sasuke le regardèrent choqués.

 

_"Il est fou, finit par dire Shaiku, la carte ne dit pas du tout ça !

 

_Oh si, c'est juste que tu ne sais pas lire une carte, dit Shikamaru moqueur.

 

_Répète ! s'énerva Shaiku.

 

_Il a raison intervint Sasuke, regarde lui, dit-il, tu la tiens à l'envers.

 

_"Quel crétin, ricana Shikamaru qui s'était adossé à un arbre, pour un ex-ninja du village caché de la pluie tu voles pas haut.

 

Shaiku allait se jeter sur Shikamaru mais se ravisa en voyant les yeux menaçant de l'Uchiwa.

 

_Bon, c'est d'accord, tu viens avec nous, après tout tu sais te défendre, dit Sasuke en reprenant la carte des mains de Shaiku pour la ranger, où est l'entrée ?

 

_Là, répondit Shikamaru en pointant la fontaine juste à côté d'eux.

 

_Ouah, s'exclama Shaiku surpris, j'avais même pas vu qui avait une fontaine !

 

_Lave-toi les yeux, répondit Shikamaru en s'approchant de la fontaine, suivi par le regard noir de Shaiku.

 

_Mon pote m'a dit qu'il fallait toquer trois fois sur le rebord de la fontaine, dit Shikamaru en examinant les bords de la fontaine.

 

_Un mécanisme .... conclut Sasuke.

 

_Surement, répondit Shikamaru.

 

Sasuke s'approcha de la fontaine et toqua 3 fois comme avait dit Shikamaru .... rien.

 

_C'est naze ce truc, s'écria Shaiku, il s'approcha de la fontaine et donna un gros coup de pied sur le rebord, se faisant par la même occasion un mal de chien.

 

_Aie ! cria t-il, saleté !

 

Shaiku insulta pendant un moment la fontaine pour sa douleur au pied, sous le regard désespéré de ses deux compagnons, quand un tremblement secoua violemment l'endroit où ils se trouvaient.

 

_Qu'est-ce que c'est ? demanda Sasuke à Shikamaru, en essayant avec peine de rester debout sous les tremblements.

 

_Le mécanisme, dit Shikamaru en faisant la même chose que Sasuke, essayez de rester debout.

 

Tout d'un coup la fontaine s'ouvrit par le sol, faisant un trou de plus en plus grand, puis engloutit nos trois compagnons qui tombèrent sans pouvoir faire autrement. Ils se sentirent tomber pendant quelques instants puis quand ils sentirent le sol dur les heurter, tout devint noir.

 

 

 

 

Amy.