Vingt et un

par elane

Gymnase de Seirin

Mi-Temps

Vestiaire de Kaijo

 

Kasamatsu observe avec attention Kise.

Assis sur le banc, les poings crispés, la tête baissée, il est tellement concentré qu’une aura aussi brillante que ces yeux semble émaner de tout son être.

-          Kise ?

Lentement, il relève la tête et Kasamatsu n’est pas étonné de voir sa concentration éclairer son regard d’une nouvelle lumière. Mais il est surpris de voir le sourire à la fois fier et impatient qu’il lui retourne.

-          Il m’a passé, souffle-t-il.

Oui, Kuroko l’avait dribblé et avait marqué.

Le coach s’apprête à leur donner quelques conseils et Kise tourne toute son attention vers lui.

-          J’ai un peu sous-estimé leur défense, dit-il, mais tout se passe comme nous l’avions prévu. On se tient au plan, Kise tu passes en attaque et il est temps de tester cette technique que tu nous as montré à l’entraînement. Mais il faudra faire attention à ne l’utiliser qu’au bon moment.

Kise et Moriyama hochent la tête.

Le coach fixe Kise pendant une seconde en silence

-          Ce serait n’importe quelle autre équipe en face, je dirai que cette partie est déjà gagnée. Mais je ne ferai pas l’erreur de les sous-estimer une nouvelle fois. Restons prudents.

Il regarde un à un les membres de son équipe avec une seule certitude. Quoi que Seirin leur réserve, ils sont prêts.

 

 

-          Shin chan, demande Takao, pourquoi est-ce que la chose a droit à un siège ?

Il regarde d’un regard en biais le gros tigre en peluche aux yeux vert qui est à sa gauche.

-          Et pourquoi Monsieur Tabby n’aurait pas le droit à une place, demande Midorima avec le plus grand sérieux.

Monsieur Tabby ?

Takao regarde avec attention la peluche qui est assise, bien calée à la droite de Midorima. Sa fourrure lui parait soudain fatiguée, ses yeux ternes ; il voit même qu’elle a été rafistolée un certain nombre de fois… Se pourrait-il que ce soit une peluche d’enfance ?

Il sourit en imaginant un petit Midorima, à peine plus haut que sa peluche, serrant dans ses bras son Monsieur Tabby. Et il se laisse surprendre quand il se lève en prenant sa peluche. Trop curieux, il le suit, souhaitant lui aussi se dégourdir les jambes.

 

Aomine se lève, les mains tremblantes.

Ce début de match lui avait donné une envie irrésistible de mettre quelques paniers, il agrippe le ballon qu’un des rookies avait amené et sort du gymnase. Il a vu un terrain de basket juste devant le gymnase et il a besoin de se dépenser.

Il dribble en tentant de brûler toute l’énergie qui fourmille dans tout son être à la vue du match et plaque un dunk monstrueux sur le panier qui vacille une seconde.

-          Un contre un ?

Surpris, il se retourne pour voir Midorima accompagné de son équipier qui a autant envie que lui de se défouler sur un terrain.

-          Ca fait un bail Midorima, dit Aomine en lui envoyant le ballon.

Le sourire de Takao s’agrandit lorsqu’il voit Midorima lui confier sa peluche qu’il accueille avec un « Je garde le petit » moqueur qui lui vaut un regard en biais et les deux anciens équipiers se lancent dans un duel tendu. Ils se défient du regard et lorsque Aomine tente un de ses tirs sans forme, Midorima dévie la balle dans un contre incroyable. Mais Aomine réagit en une fraction de seconde, saute en rattrapant la balle au vol et lance le ballon avant même de toucher le sol du bout des doigts.

Un panier hors norme.

Mais Midorima n’est pas impressionné le moins du monde et fonce à son tour vers le panier en feintant Aomine sur la droite suffisamment longtemps pour lancer le ballon.

Et lorsqu’il passe dans l’arceau, Takao est surpris de voir Aomine sourire en prenant le ballon.

-          Midorima, à ton avis, qui va gagner ?

Alors qu’un nouveau duel s’engage, Takao est plus que curieux d’entendre sa réponse.

-          Sur le papier, dit-il, c’est plié. Seirin a du mal à maintenir son avance alors que Kise est loin d’avoir donné son maximum. Mais en face, il y a Kuroko…

Aomine hoche la tête pour acquiescer et Midorima profite de sa seconde d’inattention pour le passer sur la gauche. Il réagit dans la seconde et saute dans son dos pour dévier la balle de la main.

Le match n’allait pas tarder à recommencer et Aomine récupère le ballon d’une main pour mettre fin à leur partie.

Un partout… un duel en suspend qu’ils finiraient un de ses jours dans un match officiel. Il se tourne vers Midorima et Takao qui n’a rien loupé de leur petit échange. Un joueur intéressant qui avait fait des passes hallucinantes à Midorima pendant leur match contre Rakuzan.

-          J’ai hâte de vous rencontrer sur le terrain, dit-il à Midorima et Takao avec un petit sourire impatient.

-          Moi aussi, lui répond-il en remontant machinalement ses lunettes sur son nez.

Et à cet instant, Aomine sait qu’il pense exactement la même chose que lui.

Pouvoir jouer un match qu’il n’est pas sûr de gagner est une sensation grisante qui donne une toute nouvelle saveur au basket.

 

Akashi se lève aussi à son tour, il avait senti les regards froids des joueurs de l’équipe de Teiko qui assistent au match. Il avait vu la finale des nationales et avait été impressionné par le capitaine, pivot de l’équipe qui avait su insuffler une âme à l’équipe de Teiko.

Ce match, cette équipe lui avaient rappelé sa première année à Teiko, quand Nijimura était encore capitaine et qu’aucun d’eux n’avaient encore atteint leur véritable potentiel. Tous les membres de l’équipe A de Teiko de cette année faisaient partis de l’équipe B lors de sa dernière année à Teiko.

Et il avait amplement mérité tous les regards meurtriers qu’ils lui lançaient en début de rencontre.

Un instant, il se demande pourquoi il allait s’imposer cette confrontation ?

Même pour lui ça reste un mystère.

Par contre, il ne s’attendait pas à ce que tout le monde le suive alors qu’il se dirige vers le capitaine de Teiko. Cela n’allait pas être une rencontre facile et il ne s’attendait pas à avoir une audience.

Il soupire en voyant les regards froids se tourner vers lui avec autant d’appréhension que de surprises et prend une grande respiration pour calmer les battements de son cœur qui s’affolent un peu pour garder tout son calme.

Haruko Hideo se lève en le toisant d’un regard froid, histoire de bien montrer qu’il le domine d’une vingtaine de centimètres. Il sent un frisson lui torturer les entrailles, quelque part au fond de lui, les sursauts d’un orgueil blessé font étinceler son œil d’une lueur inquiétante.

Et bien malgré lui, l’atmosphère change dans la seconde et le grand pivot étouffe un sursaut de recul.

-          Bonjour Hideo, dit Akashi avec un sourire plus engageant.

-          Bonjour Akashi san, lui répond nerveusement Haruko

Le grand pivot se place devant entre lui et les membres de son équipe comme s’il cherchait à les protéger. Et Akashi n’arrive pas vraiment à lui en vouloir.

-          Je tenais à vous féliciter, dit simplement Akashi, pour votre victoire aux nationales.

Haruko est trop surpris du compliment pour y répondre.

-          J’ai vu votre finale, c’était une belle victoire contre Seiho, continue Akashi.

-          Nous aussi on a vu votre finale, dit Haruko avec un petit sourire supérieur, c’était une belle défaite

Akashi encaisse sans broncher l’insulte et est à deux doigts de tomber des nues quand Kaori dans son dos lui répond :

-          On apprend souvent plus d’une défaite que d’une victoire, dit-elle en le fixant de son regard qui s’illumine de cet éclat métallique quand elle devient sérieuse.

Elle s’apprête à partir et ajoute :

-          Je n’ai besoin que d’un seul regard pour voir que vous avez encore beaucoup à apprendre.

Kaori lui tourne le dos sans cérémonie et rejoint d’un pas rapide sa place. Akashi constate qu’il n’est pas le seul surpris en croisant les regards de Murasakibara et d’Himuro qui lui emboitent le pas.

Kaori serre nerveusement ses poings en tournant son attention vers le terrain. Elle n’avait pas compris pourquoi Haruko lui avait parlé ainsi et pourquoi il l’avait laissé faire.

Et surtout, elle ne comprend pas sa propre réaction.

Dans un silence un peu gêné, ils attendent la fin de la pause lorsque Murasakibara lui tend son propre paquet de bonbons.

D’une main hésitante, elle en prend un, un timide merci sur les lèvres.

 

Vestiaire de Seirin

 

Riko observe avec attention ses joueurs.

Grâce à Kuroko, ils avaient gardé une minuscule avance. Mais Kise n’avait pour le moment joué qu’en défense. Dès le troisième quart temps, il allait mener l’attaque et selon Kuroko, il a une nouvelle technique en réserve.

Mais Kuroko aussi.

-          Izuki, Kyoshi, vous allez marquer Kise. Même sans ses talents de copycat, il est redoutable. Kuroko, je veux que tu tentes ta nouvelle passe.

Kuroko acquiesce et contrairement à son habitude, elle peut lire son envie de se battre et de gagner qui brûle dans son regard. Il regarde ses mains qui tremblent encore avec un petit sourire :

-          Je n’aurai pas pu jouer plus longtemps dans l’ombre.

 

Troisième quart temps

00 : 00

67- 66

 

Kise s’avance sur le terrain plus concentré que jamais. D’un regard, il fait signe à Moriyama. Comme il s’y attendait, Seirin avait changé sa défense et il se retrouve avec deux défenseurs sur le dos. Et c’est exactement ce qu’ils avaient prévu.

Alors qu’il tente de se libérer de l’étau de ses deux défenseurs, il voit Kasamatsu arriver sans encombre jusqu’à la raquette et tenter un tir. Mais Kagami s’interpose, dévie la balle qui est récupéré par Kuroko qui court vers le panier adverse.

 

Les anciens équipiers de Kuroko observent avec beaucoup d’attention le duel sur le parquet avec la même question sur les lèvres.

Pourquoi Kuroko est-il encore sur le parquet alors qu’il est de plus en plus tangible sur le terrain ?

La défense de Kaijo est exemplaire et Kuroko est seul face à Kise. De nouveau.

Mais cette fois, Kise ne le laissera pas passer.

Et là Kuroko positionne étrangement ses mains sur la balle et l’envoie presque devant le nez de Kasamatsu qui défend sur Kagami.

-          Mais qu’est-ce qu’il fait ! s’exclame Kaori.

Toute la foule pense comme Kaori que le petit passeur est devenu fou en lançant le ballon sous le nez de son adversaire.

Lorsque la balle prend une courbe étrange après le rebond, contournant Kasamatsu en atterrissant directement dans les mains de Kagami qui s’élance et tire dans le silence d’une foule stupéfaite.

 

01 : 55

69-66

 

-          Akashi, dit Kaori qui n’arrive pas à décoller les yeux du terrain, qu’est-ce que c’était que ça ?

Moriyama, le ballon entre les mains fonce à son tour vers le panier, bien décidé à ne pas laisser l’écart se creuser. Il dribble Izuki et met un trois point qui remet Kaijo à égalité.

 

02 : 45

69-69

 

Akashi cherche encore ses mots et c’est Murasakibara qui lui répond.

-          C’est la nouvelle technique de Kuro chin, lui répond Murasakibara encore choqué.

-          C’est incroyable, dit Kaori, la balle s’est courbée pour contourner le défenseur et atterrir dans les mains de son équipier.

 

Takao les yeux écarquillés s’exclame :

-          C’est incroyable cette technique !

-          Ce qui est incroyable, dit Midorima, c’est que grâce à cette technique Kuroko peut continuer à assurer ses passes même lorsque sa misdirection ne marche plus !

 

Aomine ne dit rien et se contente de sourire.

 

Alors que Kuroko recommence son nouveau tour de passe-passe et que Seirin reprend une courte avance, le coach de Kaijo demande son premier temps mort.

 

03 : 01

71 - 69

 

Temps mort demandé par Kaijo

Banc de Kaijo

 

Le coach regarde ses joueurs. Kasamatsu et Kise l’avaient averti de cette nouvelle technique de Kuroko. Mais il ne s’attendait pas à quelque chose d’aussi spectaculaire.

-          Le marquage individuel ne sert plus à rien avec cette nouvelle technique. On passe à une défense de zone. Sauf sur Kuroko. Il ne joue plus dans l’ombre, il est donc plus facile à marquer. Kobori, tu ne le lâches pas d’une semelle. Et dès que c’est possible, Moriyama, Kise, c’est à nous de leur montrer qu’on a nous aussi une nouvelle technique en réserve.

 

Banc de Seirin

 

-          Ils vont changer leur défense, dit Riko, mais on s’y est déjà préparé. Par contre, ils vont bientôt nous sortir leur nouvelle technique. Et là, je m’attends à tout.

 

Alors que le match reprend, Kobori tente de coller aux pas de Kuroko. Mais même sans ses techniques de l’ombre, sa faible présence n’est pas à prendre à la légère. Et toute l’équipe de Seirin se cordonne pour lui faire des écrans ou lui faire perdre l’espace d’un instant sa vigilance. Et il n’en faut pas plus à Kuroko pour lui échapper et faire une de ses passes étranges.

Et c’est Seirin qui creuse un peu plus l’écart avec un alley hoop de Kagami.

 

03 : 59

73 - 69

 

Kasamatsu engage en lançant la balle à Moriyama qui s’élance à toute vitesse. Mais il fait rapidement face à Kagami qui ne lui laisse que peu de chance.

Du regard, il voit Kise entravé par deux défenseurs.

Et Kuroko est encore derrière Kobori.

Kise l’avait averti qu’il ne devait pas faire leur passe sous les yeux de Kuroko car il ne lui faudrait que peu de temps pour la comprendre et trouver une parade.

Le timing est parfait.

Il lance la balle vers Kise.

Izuki tend la main pour l’intercepter. Et sous ses yeux écarquillés, la balle semble traverser sa paume pour atterrir dans les mains de Kise qui profite de la surprise de ses adverses pour bondir et marquer.

 

04 : 53

73 – 71

 

-          J’y crois pas ! s’exclame Takao.

Midorima écarquille les yeux en regardant Moriyama enchaîner ces passes étranges qui semblent traverser les mains des défenseurs. Et coup sur coup, l’équilibre s’inverse sur le terrain. Kise se libère de l’emprise de Kyoshi et Izuki et met trois paniers d’affilé.

Au début de la sixième minute et pour la première fois, Kaijo commence à dominer la partie sur un score de 73- 77.

Akashi observe avec de grands yeux la passe de Moriyama et comprend sans peine comment Kise avait su orienter les tirs étranges de ce joueur pour créer ce genre de passes.

Il avait toujours su que Kise pourrait évoluer en s’appropriant et en modifiant à sa guise les techniques qu’il s’appropriait. Mais il n’avait pas anticipé le fait qu’il puisse créer de nouvelles techniques qui se basaient sur ses propres équipiers.

Et de l’effet que cela aurait sur le jeu d’équipe et son rôle de capitaine.

Il reconnait facilement l’empreinte de Kuroko derrière cette nouvelle technique.

L’équipe est comme transcendée par cette technique qu’il partage avec Moriyama et continue à creuser l’écart sous l’ovation de la foule qui applaudit chaque action de l’équipe qu’elle était venue supporter.

 

08 : 03

75 - 87

 

Akashi n’est pas surpris de voir le coach de Seirin s’approcher pour demander un temps-mort.

Lorsqu’il voit Riko hésiter.

Et il comprend pourquoi assez vite pourquoi.

Le regard de Kagami.

Ses épaules se détendent, sa posture change imperceptiblement, comme celle d’un fauve prêt à bondir.

Alors qu’il affronte Kise du regard, il plonge profondément dans la zone.

Akashi comprend alors le dilemme de Riko.

Elle avait espéré que Kagami entre dans la zone pendant le quatrième quart temps pour contrer les talents de copycat de Kise. Et là, c’est beaucoup trop tôt.

Mais la zone est capricieuse. Si elle l’en fait sortir arbitrairement, elle ne peut pas être sûre qu’il puisse y rentrer à nouveau au moment où elle en aurait le plus besoin.

Car c’est parfois quand on cherche à y entrer désespérément que ses portes restent fermées.

 

-          Mauvais timing idiot ! peste Aomine.

 

Bien sûr, sur le terrain, l’évidence est loin d’être là. Animée d’une énergie animale, Kagami survole le terrain, réduisant panier après panier l’écart au score emportant l’adhésion de la foule qui applaudit les sauts toujours plus audacieux de l’as de Seirin.

 

Midorima observe la scène en hochant la tête :

-          Il est en train de réduire les chances de son équipe à néant cet idiot !

 

C’est en substance ce que s’apprête à dire Akashi lorsqu’il surprend un regard échangé entre Kuroko et son coach qui la dissuade de demander un temps mort.

 

10 : 00

95 - 92

 

Lorsque la sonnerie de la fin du troisième quart temps retentit, Seirin a repris une courte avance mais à cet instant, Akashi sait que Kuroko n’a pas encore dévoilé tous ses atouts.

 

Banc de Kaijo

Sur le banc, Kise enrage.

Pour suivre le plan du coach, il avait dû regarder Kagami entrer dans la zone sans pouvoir se mesurer à lui.

Pour le plan.

Pour gagner.

Et il veut vraiment gagner !

Alors pourquoi se sent-il aussi amer d’avoir vu Kagami enchaîner les paniers sans pouvoir s’engager à fond dans leur duel.

-          Kise, dit Kasamatsu, le ramenant à la réalité. Tu as bien réagi. Et maintenant, tu vas pouvoir te donner à fond pendant le dernier quart temps.

 

Banc de Seirin

Riko regarde Kagami encore centré sur lui-même. Après une analyse rapide de son état, elle sait qu’il ne pourra pas rester plus de cinq minutes dans la zone avant de s’effondrer. Et Kise tiendrait tout le quart temps à plein régime.

Et pire que tout, elle n’est même pas sûre que même dans cet état, Kagami puisse réellement tenir la dragée haute à Kise.

Les choses s’annoncent mal.

Mais elle sait que Kuroko n’a pas encore joué toutes ses cartes. Et sans un dernier atout, face à Kise, ils ne feront pas le poids.

-          Coach, dit Kuroko.

Tous les regards se tournent vers lui.

-          J’ai un plan.

Cette fois, c’est l’espoir qui brille dans les yeux de ses équipiers.

-          Je n’en ai pas parlé avant parce que je ne suis pas du tout sûr que ça peut marcher.

Kuroko baisse les yeux une seconde :

-          J’ai besoin de votre confiance absolue…

Il sent une main se poser sur sa tête et il relève les yeux pour voir tous ses équipiers lui retourner un regard franc et un grand sourire :

-          T’as vraiment besoin de le demander Tit’ tête ! s’exclame Kagami.

-          Et j’ai besoin de trois, peut-être quatre minutes sur le terrain sans jouer.

Riko se tourne vers Kuroko :

-          Explique-moi.

 

Quatrième quart temps

00 : 00

95 – 92

 

Dès les premières secondes, Kise laisse exploser toute l’énergie qu’il avait dû contenir en traversant le terrain comme l’aurait fait Aomine. Et il entre dans un duel terrifiant avec Kagami qui ravit toute l’attention de la foule.

Enfin presque toute.

Les anciens équipiers de Teiko délaissent une seconde le spectacle pour regarder avec attention Kuroko qui observe la scène avec une attention effroyable.

Kagami détourne d’une main un tir improvisé de Kise et le fixe avec une intensité rare.

Pour la première phase du plan de Kuroko, il avait besoin que Kise l’oublie sur le terrain. Et il a une petite idée sur la façon d’y arriver.

-          Kise, dit-il avec un air de défi. Tu les copies peut-être parfaitement mais ça ne change rien au fait que moi, je les ai tous battus, les uns après les autres.

Une provocation gratuite qui ne lui ressemble plus vraiment. Mais en voyant les yeux de Kise s’enflammer littéralement, il sait qu’il a gagné toute son attention…

 

Midorima secoue la tête en murmurant :

-          Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois…

Takao lui retourne un regard interrogateur :

-          Kise est encore plus idiot que Kagami ! En rentrant dans le jeu de sa petite provocation, il en oublie Kuroko.

Takao réalise soudain que lui aussi avait oublié Kuroko et le cherche une seconde :

-          Mais qu’est-ce qu’il fait ?

 

Aomine observe avec circonspection Kise lancé dans une copie de lui-même. C’est toujours aussi déroutant, surtout avec Kagami profondément plongé dans la zone.

Les gestes, les attitudes de Kise sont si semblables aux siennes, que l’espace d’un instant, sa propre image se superpose à Kise. Et il a presque l’impression d’assister à une scène de son passé dans un rêve éveillé.

La provocation de Kagami avait marché. Un peu trop bien.

Kise a certes oublié la présence de Kuroko. Mais il enchaîne aussi les paniers malgré la défense exemplaire de Kagami et l’équilibre est lentement en train de basculer.

Tous les joueurs sur le terrain, tous les spectateurs sont depuis longtemps perdus dans le duel délirant qui se passe devant leurs yeux.

Kise utilise tour à tour l’ankle breaker d’Akashi, la défense de Murasakibara, les tirs à trois points de Midorima, les passes de Kuroko. Il arrive même à laisser Kagami stupéfait en copiant le dribble invisible de son équipier.

Mais c’est son style et ses propres tirs qui reviennent le plus souvent dans le jeu de Kise.

Après tout, rien de plus normal. Avec Kuroko, c’est le joueur qui connait le mieux son style.

Aomine jette un œil au tableau d’affichage.

 

03 : 51

107 – 116

 

Pour un panier mis par Seirin, Kise en avait mis deux. Et Kagami est à sa limite. Il va bientôt sortir de la zone et Kaijo a déjà neuf points d’avance !

Si tu n’as pas un truc de fou en réserve Tetsu, pense Aomine, Seirin est fini.

Alors que Kise envoie une passe vortex qui traverse le terrain pour atterrir dans les mains de Kasamatsu qui tire et marque, creusant un peu plus l’écart, il voit Kuroko faire un signe à son entraîneur qui demande un temps mort.

 

Temps mort demandé par Seirin

04 : 41

107 – 118

 

Banc de Kaijo

 

Le coach regarde Kise avec un petit sourire :

-          La défense de Kagami est admirable mais elle ne va pas durer. Il va bientôt sortir de la zone et Seirin n’aura plus rien à nous opposer. On ne peut pas perdre !

Kise se tourne vers le banc de Seirin avec un mauvais pressentiment.

Seirin n’a pas encore abattu toutes ses cartes.

Non, se reprend-il, Kuroko n’a pas encore tout montré.

 

Banc de Seirin

 

Alors que Kagami sort de la zone, tous les joueurs de Seirin se tournent vers Kuroko. La tête baissée, les mains crispées sur les genoux, il se relève lentement.

Il garde les yeux fermés et tous sont hypnotisés par son petit sourire confiant.

-          J’y suis enfin.

Sa voix est définitivement différente, plus grave, plus calme, plus profonde et s’ils ne connaissaient pas aussi bien Kuroko, ils en auraient eu des frissons dans le dos.

Kuroko, les yeux toujours fermés avance ses mains, tournant ses paumes vers ses équipiers.

-          Je vais avoir besoin de toutes vos forces pour gagner cette partie.

Sans comprendre encore de quoi il retourne, tous prennent les mains tendues et à peine ont-il effleurés sa peau qu’ils en ressentent une pression étrange.

-          J’ai toujours été l’ombre d’une seule lumière. Je me suis toujours coordonné sur vos actions, mais aujourd’hui je vais vous demander de vous synchroniser sur moi.

Une décharge d’adrénaline les transperce littéralement lorsque Kuroko ouvre enfin les yeux.

Des éclairs illuminent ses grands yeux bleus.

 

De surprise, Akashi, Aomine, Midorima et Murasakibara se lèvent avec cette même expression sur les lèvres.

-          Oh mon Dieu !

 

Tous savaient que cela arriverait un jour.

Et qu’à partir de maintenant tout, absolument tout pouvait arriver.

Car Kuroko est plongé profondément dans la zone.

 

Alors que le match recommence, Kuroko s’avance face à Kise qui se perd une seconde dans la contemplation de ses grands yeux bleus qui scintillent d’une nouvelle lumière.

Et même si la victoire semble soudain loin d’être une certitude, il a hâte de se mesurer à Kuroko dans cet état.

 

Brûlant d’impatience, il s’élance ballon à la main avec toute l’agilité d’Aomine lorsqu’il se heurte à Kagami.

Kagami qui est sorti de la zone arrive à suivre la moindre de ses accélérations, de ses dribbles, de ses feintes. Il tente une autre approche avec une passe vers Kasamatsu.

Une passe interceptée par Kyoshi qui fonce vers le panier et marque, réduisant l’écart à moins de dix points.

 

05 : 21

109 – 118

 

De nouveau le ballon dans les mains, il décide d’éviter la raquette et la défense de Kagami et tente un tir à trois points. Mais cette fois, c’est Izuki qui le bloque en l’empêchant de préparer son tir. Il décide le passer sur la droite…

Mais à peine l’a-t-il passé qu’Izuki tend son bras qui lui fait perdre la balle qui est récupérée dans la seconde par Kuroko qui passe à Kagami qui marque d’un dunk puissant.

 

05 : 41

111 – 118

 

Kise cherche du regard Kuroko, une goutte de sueur coulant contre sa tempe lorsqu’il comprend.

 

-          C’est incroyable, souffle Akashi.

-          Akashi ? s’inquiète Kaori.

Et il se rend compte qu’il ne s’est toujours rassis, ce qu’il s’empresse de faire en tentant de regagner son calme.

Alors que Kuroko continue sa démonstration sur le parquet, Akashi tente d’expliquer calmement la vision qui nait dans son esprit.

-          Kuroko lit dans les mouvements de Kise parce qu’il reproduit les jeux des joueurs qu’il a le plus observé.

Il anticipe ses actions comme j’aurais pu le faire avec mon œil, pense-t-il.

-          Mais ça ne s’arrête pas là. D’un seul regard, il transmet à chacun de ses joueurs la marche à suivre pour contrer Ryota sur chacune de ses attaques.

-          C’est comme ça que Taïga peut continuer à se mesurer à Kise sans être dans la zone, dit Himuro.

Akashi acquiesce lentement en regardant Kuroko sur le terrain.

Il a l’impression de voir un tisseur qui manipule des fils du bout des doigts et chacun de ses fils est attaché à un de ses joueurs qui exécute à la perfection ses instructions.

Il avait toujours été le support de l’équipe.

Mais cette fois, il en avait pris les rênes avec une maestria digne d’un chef d’orchestre dirigeant une symphonie qui se déroule sans accroc.

Et au centre de cette toile, Kise essaye de se débattre avec l’énergie du désespoir contre un adversaire tout puissant qui dirige et prévoit tout dans l’ombre.

-          Je comprends mieux maintenant, dit Kaori. Ce Kuroko, je le considérais comme le Roi sur l’échiquier. La pièce la plus importante de l’échiquier puisque tant qu’il est encore debout, il y a encore de l’espoir mais c’est aussi l’une des pièces les plus faibles sur le terrain. Une pièce capable d’aller dans toutes les directions sans pour autant avoir plus d’envergure que celle d’un simple pion.

Elle prend d’une main distraite un bonbon tout en restant complètement concentrée sur le match.

-          Mais là, il passe du statut de pièce sur l’échiquier à celui de joueur.

 

Temps mort demandé par Kaijo

07 : 58

123 – 123

 

Banc de Kaijo

 

Le coach observe ses joueurs encore choqués par la tournure que prennent les évènements.

-          Ce Kuroko ! enrage le coach. Kise, il faut se rendre à l’évidence, il bloque toutes tes attaques. Il faut qu’on change de stratégie et vite. En moins de deux minutes, ils ont remonté leur retard !

Kise baisse la tête en serrant les poings.

Non, il n’est pas encore prêt à abandonner.

Pas encore.

Une décharge d’énergie afflue dans tous ses membres. La porte se trouve devant lui, il n’a qu’à la pousser.

-          Non !

-          Kise ! s’exclame Kasmatsu.

-          Je suis content de voir que pour une fois, tous puissent voir à quel point Kuroko est un adversaire incroyable. Ce n’est pas mon rival pour rien.

Et alors que ses yeux s’illuminent à son tour.

-          Mais il n’est pas le seul à pouvoir entrer dans la zone.

 

Banc de Seirin

 

Riko observe avec incrédulité Kuroko.

Elle n’avait jamais sous-estimé Kuroko. Depuis le premier jour, dès le premier match, elle avait compris qu’il était le sixième homme de la génération miracle, le joueur de l’ombre.

Mais à cet instant, alors qu’elle voit Kuroko lui retourner son regard étincelant, elle prend conscience de la véritable puissance de son joueur de l’ombre.

Tous les joueurs sur le parquet lui obéissent au doigt et à l’œil.

Littéralement.

-          Rien n’est encore gagné, dit Kuroko. Parce que maintenant Kise kun va passer à la vitesse supérieure.

Il se permet un sourire satisfait, impatient de retourner sur le parquet.

-          C’est mon rival après tout.

Et pour la première fois qu’il est dans la zone, Riko et toute l’équipe reconnaissent enfin ses intonations et sa voix.

 

07 : 58

123 – 123

 

Juste avant la remise en jeu, Kise et Kuroko s’affrontent du regard dans une seconde qui s’étire.

Et c’est tout ce qu’il faut à Kise pour basculer dans la zone.

-          Ça ne pouvait pas se terminer autrement, dit Kuroko avec un regard plein de défi.

Le sourire de Kise s’agrandit un peu plus.

La première attaque de Kise est rapide. Il s’élance avec toute la vélocité d’Aomine en grande forme et cette fois les manœuvres de Kuroko ne l’arrêtent pas.

 

08 : 22

123 – 125

 

-          Akashi ? Pourquoi ? demande Kaori. Je n’ai pas l’impression que l’attaque de Kaijo ait changée. Alors pourquoi est-ce que ça marche maintenant ?

Alors que la contre-attaque de Seirin ne se fait pas attendre, Huyga attrape une passe boostée de Kuroko qui traverse tout le terrain en une seconde et marque un trois points qui remet Seirin un point devant.

 

08 : 48

126 – 125

 

Et lorsque Kise relance l’attaque, Akashi comprend.

-          La vitesse de Ryota a augmenté. Et contrairement à ses précédentes démonstrations, il intègre parfaitement ses équipiers dans ses attaques. Mais il n’y a pas que ça.

Kise traverse le terrain à toute vitesse, passant ses adversaires avec la propre technique de Kuroko et lance un trois points digne de ceux de Midorima.

 

09 : 21

126 – 128

 

-          Ryota ne joue plus de façon rationnelle. Jusqu’à maintenant Tetsuya avait réussi a anticiper les attaques de Kaijo car elle répondait à la logique. Mais là, Kaijo intègre un élément chaotique à son attaque qui rend toute prévision impossible.

Même moi, je ne pourrais pas prédire les attaques de Kise, pense-t-il.

Kaori observe avec attention Kuroko qui dribble Kasamatsu et lance une passe impossible qui se courbe pour atterrir dans les mains de Huyga qui marque un trois points à son tour.

Les deux équipes sont au coude à coude à quelques secondes de la fin et se lève avec le publique pour assister aux dernières secondes du match.

 

09 : 45

129 – 128

 

Le ballon entre les mains, Kise se met à réfléchir à toute vitesse.

Quinze secondes

Un point de retard.

Une dizaines de scénarii se jouent dans sa tête et la scène se joue au ralenti devant ses yeux. Il s’avance vers la raquette et la défense de Seirin est plus efficace que jamais.

Et lorsqu’il voit une possibilité alors que Moriyama se démarque, il se méfie.

Kuroko peut avoir permis à son équipier de se libérer de Hyuga pour forcer sa passe et intercepter la balle.

Sept secondes

Il va falloir qu’il se décide avant qu’il ne soit trop tard.

Passer en force est trop hasardeux.

Il passe la balle à Moriyama et court vers la raquette. Hyuga fonce sur Moriyama l’empêchant de tirer.

Cinq secondes

Moriyama se débat une seconde et réussi à trouver une faille dans la défense et passe haute à Kise pour un dunk.

Deux secondes

Kise voit Kagami foncer et sauter en tendant la main sur la trajectoire de la balle.

Mais ce n’est pas n’importe quelle passe.

C’est la passe qu’ils ont mis au point ensemble et les yeux écarquillés, Kagami voit la balle traverser sa paume.

Une seconde

Kise saute attrape la balle au vol et s’apprête à mettre un dunk lorsque Kyoshi s’interpose.

Mais il est trop prêt de la victoire pour se laisser stopper maintenant.

Une ultime décharge d’adrénaline lui donne la force de mettre le panier.

Le coup se de sifflet final signe la fin de la rencontre.

Et la première victoire de Kaijo sur Seirin.

129 – 130

Le public déjà debout depuis une bonne minute applaudit à tout rompre.