chapitre 14

par nami-chan


Disclaimers : je ne possède que ce que mon imagination à bien voulue me faire passer

Auteur : Nami-chan



Projet RAIGAN



Chapitre 14



L'ouverture violente de la porte raisonna comme le tonnerre dans le sombre bureau faisant sursauter le propriétaire.

"Jefferson !" gronda l'homme qui travaillait encore si tard.

Le majordome était essoufflé, une main porté sur sa poitrine il s'expliqua comme il le pût

"C'est...monsieur, l'un de vos hommes...il a vue une occasion et a essayé de reprendre le spécimen..."

les lunettes de l'homme mystérieux scintillèrent alors qu'il ramenait ses deux mains sous son menton fronçant les sourcils.

"Je t'écoute ?"

"Il, il a échoué...il est mort." fit il l'air grave.

Soudainement son maitre se releva, envoyant volé sa chaise au fond de la pièce.

"Pauvre imbécile ! Il vont tout faire pour nous retrouvé maintenant !"

après quelques respiration contrôlé l'homme tourna le dos à son domestique, fixant un grand tableau accroché sur le mur du fond.

"Il nous faut agir vite...je vais devoir avancé l'exécution du plan."

"Mais monsieur...tout n'est pas..."

"Silence ! Je doit encore réparer les bêtises des autres ! C'est moi qui vous paye et vous n'êtes même pas fichu d'obéir au ordres correctement !" sa colère éclata une fois de plus.

Le majordome baissa la tête, honteux

"Très bien monsieur, tout sera fait selon votre bon vouloir, je vous présente mes excuses."

l'homme se retourna un sourire malsain s'étira sur ses lèvres...le domestique ne pût s'empêcher de frissonner.

Oooooooooooooooooooooooooooooo

le calme régnait dans le petit café vide de tout clients.

La matinée était déjà bien avancé,c'était peut être le weekend mais quant le patron était dans cet état, les habitué avaient comme prit l'habitude de repasser à des heures plus convenables.

Mais aujourd'hui ce n'était pas réellement le barman roux qui était dans une humeur exécrable.

En fait il s'agissait des Get Backers assis à une table, face à leur trois enfants, on devinait aisément que quelque chose d'inhabituel c'était produit, tant la pression et la tension émanant des deux hommes faisait fuir même les chats dans la ruelle derrière le café.

Le patron en fait se contentait d'essuyé les verres en couvant d'un regard lointain ses protégés

"Pour commencé, nous allons reprendre depuis le début..." commença Ginji.

Le jeune Shinta serra ses mains jointes sur le table, évitant le regard de son père. Un expression triste troublant ses traits.

"En fait, j'ai découvert mon don à l'école primaire..." dit il.

Le regard d'Hotaru allant de lui à son père cherchant à prévenir une réaction, Mugen lui regardait son frère sans vraiment comprendre et se demandant pourquoi il semblait que son papa était en colère.

Mais Ginji n'était pas réellement en colère, en fait il se sentait quelque peut trahi, se demandant pourquoi ses propres enfants avaient préféré lui cacher une chose pareille, il n'ignorait pas que ces deux petit, depuis la mort de leur mère était devenus très secret, comme dans une bulle rien qu'à eux deux. Cet évènement ne faisait que lui rappeler douloureusement qu'il en était exclu.

"Et comment l'a tu découvert ?" continua Ban en voyant qu'il aurait du mal à allé plus loin.

Shinta commença par soupiré, triturant nerveusement ses doigts, il se demandait pourquoi il devait s'expliquer alors que ce n'était pas lui au départ qui avait voulu le caché à leur père. Le blond regarda nerveusement sa sœur, espérant qu'elle comprenne sa demande implicite. Il allait ouvrir la bouche lorsque sa jumelle l'interrompit.

"Il arrivait que des grands viennent racketté les petits à la sorti de l'école..." elle marqua une pause, mais personne ne faisait signe de vouloir interrompre son récit.

"Un jour ils s'en sont prit à un ami de Shinta., et cet idiot..."Shinta souri tristement à l'évocation de se souvenir. "Et bien, quant il l'a appris, il y et retourné avec son ami, pour que les grands lui rendent son argent, je les ais vue alors je les ais suivi, j'avais peur qu'ils ne s'en prennent à Shinta."

L'ex-Raitei eu un sourire approbateur, là il reconnaissait bien ses enfant. Il voyait bien qu'Hotaru avait des difficulté pour tout raconté, ses yeux était embué de larmes. Lentement il posa sa main sur celle de sa fille en un geste rassurant.

"Ne t'inquiète pas, je ne vous en veut pas, ce qui et fait et fait, je veut juste tiré ça au clair, d'accord ?"

En dépit des ces mots et gestes rassurant, c'est dans un sanglot, une larme roulant sur sa joue que la blonde continua son histoire.

"Avant que je n'ai le temps de faire quoi que ce soit, l'un des grand avait sorti un couteau, et...et...je me suis mise à courir mais... c'était trop tard...les grands s'étaient enfui et Shinta se vidait de son sang !" Maintenant la jeune fille pleurait ouvertement.

Shinta recommença ses gestes nerveux, il sentait les regards braqué sur lui. Ban se tourna vers Ginji posant une main sur son genou...peut de famille ayant connu cela avait autant de chance qu'eux, Shinta était bien vivant.

"Il ne restait plus que moi et l'ami de Shinta, on était si petits, on ne savait pas comment réagir, il commençait à ne plus pouvoir respiré, j'imagine qu'un de ses poumons était touché...si il n'avait pas été ton fils papa, je ne sait pas si...."

La blonde sourit, montrant qu'elle était tout de même fière d'être la fille de Ginji. Mugen, lui,essayait de déchiffrer les dires de sa sœur, quelqu'un avait fait du mal à grand frère ? Il avait soudainement très envie de serrer papa Ginji très fort dans ses bras.

"Enfin, l'ami de Shin, qui jusque à était resté figé, allait partir chercher un professeur lorsque le corps de Shinta c'est mit à brillé. Ce crétin commençait à capté et absorbé l'énergie électrique de tout les appareils alentour, un lampadaire à même éclaté au dessus de nous,quel soulagement quant j'ai vu sa blessure se refermé et son souffle redevenir normal..." fini elle avec un soupir de soulagement.

"Mais pourquoi ne pas nous en avoir parlé alors ? Vous n'aviez rien fait de mal, pas de raison d'avoir peur." statua Ginji

"Je voulait te le dire ! Mais Hotaru ma fait promettre de gardé le secret !" lança Shinta, ne supportant pas de voir cette étincelle de déception dans les yeux de son père.

"Pourquoi luciole ? Je veut connaître la raison."

"Mais !..." répondit elle.

"Non, Hotaru, tu me dois une explication."

"Je refuse...de salir la mémoire de maman." le visage de Ginji se fit interrogatif.

"Qu'est ce que Mizuki a à voir dans tout ça ?"

La jumelle se contenta de tourné la tête, soudant fermement sa mâchoire, elle en avait déjà trop dit.

"Ça suffit suffit Hotaru ! Maman et morte !" Shinta surprit tout le monde en frappant le table de son poing. Mugen se cacha derrière sa grande sœur. "Maman à très mal réagit lorsque luciole, toute fière, à voulu lui montrer qu'elle savait faire de la lumière ! Elle la frappé et la traité de monstre ! En jurant qu'elle n'était pas sa fille !"

Le craquement sourd du bois ricocha contre les murs du petit café, tout les regards se tournèrent vers la source du bruit. Ban secoua sa main, évacuant les plus grosses échardes qui y étaient planté, ça avait l'air très douloureux bien que son visage demeurait impassible. Son sourcil tiqua et ses yeux se fermèrent.

"Désolé Paul, je rembourserait..." dit il dans un soupir.

"Pas de problème...j'ai l'habitude." rajouta le rouquin en reprenant son journal, les autres avaient presque oublié sa présence.

Ginji regarda le brun avec tendresse. "Ban-chan."fit il affectueusement. Puis reprenant son sérieux, il en revint à ses enfants, l'air grave.

"Je n'arrive pas à croire que Mizuki ait pu faire une chose pareille, cela ne lui ressemble pas du tout, elle vous aimait tellement."

"Mais elle s'est excusé après, mille et mille fois, elle sortait d'un repas d'affaire arrosé ce jour là...je...je...ce n'était pas de sa faute..., je crois...qu'en fait...elle devait avoir peur de la réaction des autres..."

"Hotaru, tu ne pense pas ce que tu dit pas vrai?...sinon tu n'aurait pas empêcher ton frère de parler de son pouvoir." dit Ban. "Tu avait peur qu'elle ait la même réaction avec ton frère n'est ce pas ?"

"Non ce n'est pas..."

"C'est aussi de la faute à mon ami, peut de temps après cet incident, sa famille à déménagé et il a changé d'école...je suppose qu'il avait dû en parlé a ses parents. Ça ma encore plus donné l'envie de gardé ça secret." Shinta intervint pour empêcher Ban de poussé sa jumelle plus loin.

"Même après tout ce temps?...même après la mort de votre mère ? Vous aviez peur que je vous rejette moi aussi ?"

les jumeaux soupirèrent et d'une seule voix. "On t'aime papa, on redoutait juste cette conversation..."

"Je n'en veut pas à maman tu sait, je me sent mal de t'avoir révélé son dérapage..." termina Hotaru.

Le sourire de Ginji réchauffa la pièce. "Je comprend, tant que tout va bien maintenant...c'est ce qui compte."

"Ouais...mais j'ai pas essayé de voir si je me sa marchait si j'étais tué sur le coup hein, et j'ai pas trop envie." tenta Shinta dans un humour lamentable.

Il ne s'attira que des regards lourds de suspicion.

"D'accord, d'accord...ce n'est pas drôle." il se gratta l'arrière de la tête avec une moue boudeuse.

Un silence reposant s'installa, les enfants en profitèrent pour commandé une glace. Le couple les observait, Ginji ne savait pas si il pardonnerait un jour à la mère de ses enfants...même si Hotaru et Shinta ne lui en voulait pas, il savait que pour lui ce serait difficile de ne pas lui garder rancœur. Pourtant elle les armait ses petits et ça le blond en était persuadé...comment ne pas se sentir troublé ?

Ban lui se sentait étrange, il regardait distraitement le fille de son amour, d'une certaine façon, il se sentait encore plus proche d'elle maintenant...il avait mal pour elle. Comprenant plus que quiconque ce qu'elle devait ressentir.

"En fait, on a une surprise pour vous..." reprit Ginji

"A oui ?" demanda Hotaru finissant une bouché.

"Mais après ce que tu viens de nous dire je ne suis pas trop sûr..."

"Pourquoi ? Tu as dit que tu ne nous punirait pas ?" fit Shinta

Ginji soupira, se gratta la tête.

"Vos tantes viennent vous chercher pour vous emmener à la fête foraine aujourd'hui...elles ont appelé ce matin." fini il par dire.

" Ouais super ! Elles arrivent quant ?" firent les jumeaux

Ginji prit l'air un peu peiné...il craignait...non en fait il n'y avait pas de raisons...

"Vous êtes sûrs ? Je veut dire...elles vous traitent bien au moins ? Elles ne..."

"Pas d'inquiétude papa, elles ne nous jamais regardé différemment, s'est même tante Kaede qui à passé un savon à maman après qu'elle m'ait frappé..." Dit Hotaru avec un sourire bienveillant.

"Allé p'pa, laisse nous y allé." supplia le jeune blond.

"Bon c'est d'accord" répondit il avec un peut d'hésitation dans le voix. "Elles arrivent dans quelques minutes maintenant."

"Ouais !!"

Et le Honky Tonk se remplis d'exclamation de joua alors que les adolescents sautait partout. Ban posa son bras sur les épaules de Ginji, il voyait bien que quelque chose perturbait le blond. Celui ci comprit l'invitation et fit par de son doute à Ban.

"J'ai quand même un mauvais pressentiment." fit il en se couvrant la bouche avec son poing.

"Mhmm ? Pourtant ce matin tu m'affirmait encore que tu avait toute confiance en ces deux folles."

"Oui, mais ça n'empêche pas..."

Ginji fut interrompis par un mouvement à son côté, il tourna la tête pour voir Mugen qui tirait doucement sur sa manche. Ses yeux était brillant d'interrogation, il pointa les deux plus vieux du doit, ils étaient prêt de le fenêtre, guettant déjà l'arrivé de leurs tantes

"Désolé gamin...tu ne peut pas allé avec eux, tu reste avec nous aujourd'hui" lui dit Ban.

Le petit bleu retourna mangé sa glace avec un grand sourire, de toute façon il préférait passé la journée avec ses papas, l'extérieur lui faisait toujours un peut peur.

"Les voilà ! Les voilà !' s'exclama Shinta.

Ginji soupira lourdement. "Allez y...je doute qu'elle veuillent me voir...vous savez, depuis..."

le blond se retrouva les bras remplis par les deux jeunes.

"Tu n'a pas à te justifié devant nous." fit Shinta

"On se voie ce soir papa." continua Hotaru.

"A ce soir...mes petits..." répondit le blond.

"Et pas de bêtises les gosses ok ?" ajouta Ban alors qu'ils étaient sur le point de franchir la porte.

"No probs !"

Les deux ados quittèrent le café, emportant avec eux leur rire et leur bonne humeur. L'atmosphère ne remit pas longtemps à ce refaire lourde et chargé...comme si un orage se préparait dans le lointain.

Tout cela parce qu'ils c'étaient rassemblé ici pour une chose avant tout, ils avaient déjà perdu assez de temps et pendant qu'ils étaient là à discuté et à rire, leur ennemi invisible préparait sans doute sa défense ou pire une nouvelle attaque.

"Mugen...c'est ton tour maintenant." fit Ban calmement, ne voulant pas brusqué le garçon.

Le regard vert du petit bleu se tourna vers ses papas, il se souvenait d'hier soir, mais il ne savait pas pourquoi...il avait peur de leur dire ce qu'il savait. Que ce passerait il si ?...

"Tu ne veut pas nous dire ?" demanda Ginji

L'enfant eu la même réaction que le veille quant le duo avait essayé d'obtenir plus d'informations de sa part, il secoua vivement la tête et cacha ses yeux incroyables derrière ses mèches bleus. Mais alors que Ban était sur le point d'insister Mugen se leva, alla chercher une feuille de papier sur le comptoir et revint s'assoir.

Fixant ses prunelles dans celle de Ban il commença à écrire rapidement, il tendit ensuite la feuille devant lui.

Ban lus

"Je ne serait pas le dire avec des gestes"

"Vraiment ? Tu ne sait pas ou tu ne veut pas ?" insista le brun.

Le petit garçon recommença sa manœuvre. "Je ne me souvient pas exactement" écrivit il.

"Ce n'est pas grave Mugen...dit nous ce que tu peut." Ginji lui ébouriffa les cheveux.

"Me souvient pas de l'adresse juste de la rue."

"C'est déjà bien. Ne force pas pour te souvenir ok ?" fit Ban.

les Get Backers ne voulait pas forcer l'enfant à ce souvenir, même si toutes les informations aurait put être utile, trop de fois, en fait chaque fois que l'enfant essayé de retrouvé un évènement de son passé cela déclenchait chez lui une violente crise de mots de tête, se terminant presque à chaque fois par une perte de connaissance...ils en étaient arrivé à la conclusion que quelque chose dans le subconscient du petit ne voulait pas qu'il ce souvienne...de toute façon, l'important c'était sa vie de maintenant et les nouveaux souvenirs qu'il se construisait.

"Attend ? Tu crois que tu pourrait reconnaitre le bâtiment si nous t'emmenons ?"

"Ginji ! Ce serait prendre des risques inutile !" gronda Ban

Mais Mugen hochait déjà la tête positivement, griffonnant le non de la rue sur sa feuille.

"C'est ce que nous pouvons faire de mieux Ban-chan. Paul n'aura qu'à venir avec nous et repartir mettre Mugen en sécurité après ! Pas vrai Paul ?"

Le patron du café regarda ses clients et après réflexion approuva l'idée de Ginji avec un sourire.

"Alors Ban-chan?"

Ginji fit son regard de chiot irrésistible, évidemment, Ban n'y résista pas et avec un ricanement, il passa ses doigts dans les cheveux du blond.

"J'espère que tu as raison..."

Mugen termina enfin d'écrire, il présenta sa feuille, content de lui.

"Ban-chan ! Cet endroit et tout prêt du Mugenjô !"



TBC