chapitre 9

par nami-chan

 

Disclaimers : je ne possède que ce que mon imagination à bien voulue me faire passer

Auteur : Nami-chan

 

Projet RAIGAN

 

Chapitre 9

 

 

Les bruits de la ville qui ne dort jamais étaient à peine perceptibles dans le silence de la nuit. Il était très tard, les enfants dormaient depuis longtemps.

Pourtant Ban restait dans l’entrebâillement de la porte qui menait à la chambre de Shinta. La lumière du couloir allumé, il pouvait distinguer la petite silhouette qui reposait sur le futon ou sol.

Le sommeil de l’enfant semblait troublé, les traits de son visage se tiraient à intervalles réguliers, il se tournait et se retournait, émettant parfois de petits sons plaintifs.

Ban soupira, lui qui était maître des rêves ne pouvait rien faire de plus que le laisser affronter seul ses cauchemars…

Une main chaude se posa dans son cou, le faisant presque sursauté.

"Tu devrait les laisser dormir." Murmura Ginji dans son oreille

Ban soupira à nouveau lorsqu’une paire de lèvres remplaça la main qui avait glissé en une caresse.

"Désolé, je ne peut pas m’empêcher de le surveiller…comme si il pouvait disparaître d’un instant à l’autre…" murmura à son tour le brun.

Ginji lui accorda un sourire avant de le tirer par le bras dans le but de le ramener dans leur chambre.

"Tu ne le connaît que depuis ce matin et tu est déjà tellement attaché à lui." Constata le blond.

Ban le regarda droit dans les yeux et prit un air pleinement sérieux.

"Je ne peut pas t’expliqué quelque chose que je ne comprend pas moi-même Gin…"

"Oh, le grand Mido Ban-sama et troublé. Voila quelque chose de nouveau." Le taquina son amant. Ban ne répondit rien, ce contentant de froncé les sourcils

Ginji alluma la lumière et ferma la porte de leur chambre.

"Que compte tu faire ? Tu n’as pas oublié que nous avons une mission de prévu demain ? Nous ne pouvons pas l’emmené avec nous, ni la reporter une nouvelle fois…" demanda Ginji.

"Je ne veux pas qu’il retourne au Mugenjô." Répondit Ban un peut plus rapidement qu’il ne l’aurait voulu.

Mais Ginji ne se vexa pas, il connaissait le ressentiment qu’avait son amour envers le château, même si il était aujourd’hui un endroit bien plus sur que quant lui y vivait. Il ne pouvait pas lui en vouloir, Ban n’aimerait jamais cet endroit.

"Alors espérons que Paul veuille bien le garder."

Le blond se retourna et avait a peine eu le temps de retiré son haut que la lumière s’éteignit. Surprit, il se redressa subitement avant d’être poussé sur le lit.

Les lèvres de Ban étouffèrent toute forment de protestation et Ginji répondit à son baisé avec autant de passion. Lorsqu’ils se séparèrent, à bout de souffle, le blond caressa tendrement les cheveux du brun.

"Tu es puni Ban, souvient toi…" menaça le blond

Pourtant le sourire coquin de Ginji, accentué par les reflets que donnait la lumière de la lune à sa peau doré, ne l’aidait pas à cacher que c’était simplement de la provocation.

"Ah bon, je ne m’en souvient pas…"

Ban termina sa phrase en soufflant dans le cou de son amant avant de venir mordiller la peau excitée.

Ginji se mit à ricané, chatouillé par la douceur de Ban.

"Bon…une autre fois peut être…" céda il sans opposé grande résistance.

Et les soupires ainsi que les murmures d’amour furent les seuls son qu’ils échangèrent à mesures que leur vêtements puis plus tard leurs mains et leurs lèvres glissaient sur leur peau rendu luisante par une fine pellicule de sueur.

La nuit s’acheva, emportant avec elle tout sentiments superflus.

OOOOOOOooooooooooooooooooooooooooooo

Un œil vert s’ouvrit, d’abord embrumé, il commença peut à peut à percevoir les couleurs, ainsi que la lumière du soleil qui traversait les rideaux à moitiés tirés.

Mugen se redressa doucement, éloignant le sommeil de ses yeux en les frottant de son poing fermé.

Il réalisa soudain une chose importante…il était seul.

Prit d’un incontrôlable sentiment de panique, il se précipita hors de la chambre, la peur d’avoir à nouveau été abandonné lui tiraillait le ventre, rendant ses gestes frénétiques et maladroit. Il courait dans les couloirs de l’appartement, les larmes lui montant aux yeux.

Quel ne fut pas son soulagement quant Ginji, alerté par le vacarme qu’il faisait, sortit de derrière une porte, encore ruisselant d’eau et vêtu d’une simple serviette autour de la taille.

L’enfant ne perdit pas de temps et se jeta dans les bras du blond, relâchant un couinement proche de celui d’une sourit pourchassé par un chat.

"Mugen ?…Du calme, tout va bien." Tenta de rassurer l’ex-Raitei étonné de trouver le petit dans cet état.

Mugen le regarda de ses yeux larmoyants et de toute ses force, pousse l’air dans sa gorge affin de faire comprendre ce qu’il voulait.

"..Aa…uu…"

"Hotaru ?" comprit Ginji en le regardant simplement dans les yeux. "Elle est parti à l’école avec Shinta…Tu sait ce que s’est ?" demanda Ginji plus pour lui-même.

Le garçonnet fronça les sourcils de frustration, il voulait juste savoir pourquoi elle n’était pas là.

Le blond lui fit un sourire rassurant. "Ne t’inquiète pas, ils vont revenir très vite." Ginji ricana, une idée machiavélique lui venant en tête. "Pourquoi n’irait tu pas voir Ban pendant que je prépare le petit déjeuné ?" dit il sachant très bien que son amant dormait toujours et que l’enfant avait le don de le faire tourné en bourrique.

Mugen souri malicieusement avant de se détaché de Ginji et de ce précipita dans la chambre voisine.

Ginji, qui une fois habillé, s’attela tranquillement à faire du café et un chocolat pour le petit, il ne put retenir un petit rire moqueur lorsque le hurlement de frustration de Ban lui parvint, pas de grâce matinée pour le brun ce matin.

Il fit un grand sourire lorsque Ban, en pyjama et fulminant, lui rapporta le petit bleu complètement hilare en le tenant par la peau du cou. Il le posa sèchement sur une chaise

"Toi ! Tu ne bouge pas." Claqua il le regard assassin. "Et toi ! Tu le surveille pendant que je prend ma douche, clair ?"

Ginji hocha la tête timidement, il ne pensait pas qu’il mettrait tellement le brun en colère par son petit jeu.

Le détenteur du Jagan se détourna de ses interlocuteurs, ils ne virent pas le petit sourire triomphant qui s’afficha sur ses lèvres.

"Et bien, il n’est pas commode ce matin Ban-chan."

"…" Mugen le regarda avec des yeux ronds

"Bah tu verra, Ban-chan et quelqu’un de très gentil en fait, même si il fait un peut peur au début."

"…" le petit avala une gorgé de son chocolat, cachant ses cheveux derrière ses mèches bleues. Pas de doute qu’il était réellement intimidé par le brun

Ginji soupira lourdement passant une main distraite dans ses cheveux soleil, son âge véritable se reflétant un instant sur son visage. Quelque minutes s’écoulèrent ainsi mais le blond et l’enfant étranges restèrent silencieux, jusqu’à ce que Ginji se demande à voix haute.

"Comment va-t-on y arrivé…tu ne peut même pas parlé…"

"J’ai décidé qu’on apprendrait tous le langage des signes…" le coupa soudainement la voix de l’être aimé

"Ban-chan ! Tu a fait vite." S’étonna le blond.

"Bien sûr, je suis le meilleur après tout." Se vanta le brun prenant un air hautain.

Ginji roula des yeux avec tout de même un petit sourire, il servit un café à Ban et lui demanda plus sérieusement.

"Comment compte tu t’y prendre ? Je suppose que ce n’est pas quelque chose de relativement facile…"

"L’important c’est que Mugen puise l’utiliser pour ce faire comprendre, c’est la seule méthode que je connaisse. Tu entend gamin c’est pour toi, alors refait les mêmes gestes que moi."

Ban exécuta lentement une séries de signes avec ses mains sous les yeux ébahi de Ginji et ceux attentif de l’enfant.

"Ouah Ban-chan, presque 20 ans de vie commune et tu ne cesse jamais de m’étonner, je ne savait pas que tu connaissait le langage des signes."

Le petit Mugen s’appliqua à reproduire parfaitement les gestes du brun, les sourcils froncé par la concentration. Ban comprit en un instant qu’il serait un élève remarquable, il apprendra rapidement…

"C’est la seule chose que je sait dire en fait, on lui prendra un livre pour qu’il étudie quant on le laissera au Honky Tonk." Affirma Ban.

Ginji acquiesça.

"Qu’est-ce que ça veux dire ?" demanda il, curieux.

Ban grimaça et se mordit la lèvre inférieure, il aurait voulu éviter ce détail.

"Jaimetesgrosnichons." Répondit il trop rapidement pour être comprit.

"De quoi ?"

Mais avant que Ginji n’ait eu le temps de demander plus de précision, Ban avait déjà attrapé la gamin et l’aidait à enfiler un manteau.

"Allé go Gin, on y va."

Mais Ginji qui se reposait la phrase dans sa tête fini par comprendre.

"Baaannn-chaaaan!!!" gronda il furieusement, des étincelles crépitant dans son dos.

Le brun était déjà dans l’ascenseur de l’immeuble….

 

TBC