chapitre 2

par nami-chan

 

Disclaimers : je ne possède que ce que mon imagination à bien voulue me faire passer

Auteur : Nami-chan

Note : Le retour de Ban et Ginji !

 

 

 

Projet RAIGAN

 

Chapitre 2

 

Le soleil déclinant de fin d’après midi n’arrivait pratiquement plus à éclairer la petite chambre aux allures aseptisées. Le seul son qui transparaissait était la respiration saccadé et difficile qui passait laborieusement à travers les lèvres entre ouverte du jeune homme étendu sur le lit.

Ses yeux clôt et ses trais étaient tiré, affichant sa douleur, la sueur collait à son front ses étranges mèches argentées. Une main amicale remonta un drap jusqu’à son menton, l’autre personne murmura des mots de réconforts à peines audible puis laissa la pièce se plongé à nouveau dans un silence quasi-total.

Un gémissement plaintif et douloureux raisonna avec une telle soudaineté qu’il fit sursauté l’infirmière improvisé. Il passa une éponge humide sur le front brûlant du garçon espérant le soulagé quelque peut.

"Ginji…"

Une voix claire et d’un ton doux fit ce retourné le blond qui veillait sur le malade, les années passé n’avait en rien altéré la beauté des deux hommes qui ce faisaient à présent face à face. Le temps avait l’air de c’être arrêter dans leur vingt ans, Ban et Ginji étaient resté pareils à eux même.

"Ban-chan…qu’est-ce qu’il a dit moi…"

Ginji passa ses bras autour des hanches du maître du Jagan, celui si répondit immédiatement à son étreinte en ébouriffant les cheveux d’or de son amant.

"On en sait rien Gin…on en sait rien."

Le bond étouffa un sanglot en enfouissant sa tête dans le torse finement musclé de Ban, le brun resserra ses bras autour du corps de son aimé tentant de le rassurer. Mais il n’était pas venu le rejoindre pour ça…quelque chose de plus urgent que l’état de santé de Makubex réclamait son attention et il avait promis de ne rien dire à Ginji.

"Amour…Je vois devoir te laisser…je te promet que je serait de retour dans quelque heures.

Ginji sera de ses deux mains le pull bleu foncé de Ban, puis s’éloigna de lui à contre cœur, refusant de rencontré ses yeux. Il se tourna de nouveau vers le jeune malade.

"Humm, mais tâche de me les ramenés en entier…"

Ban senti le sourire dans la voix de Ginji et ne peut s’empêcher de sourire lui aussi, évidemment que Ginji saurait, c’était ses enfants après tout…

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

"Hotaru ! Hotaru !" continua d’appeler Shinta en essayant de s’approcher le plus possible du trou

"Aaaahh c’est ma faute je suis qu’un idiot !"

Il était sur le point de s’arraché les cheveux quant la une lumière bleuté s’alluma soudainement à l’intérieur du trou, c’était la lumière de sa sœur, celle qui lui avait valu son surnom.

"Hotaru tu va bien ? !" cria il à nouveau

"Oui ! J’ai atterri sur une sorte de mousse végétale ! Mais je ne peux pas remonté ! Je croit que je me suis foulé la cheville." répondit la voix de la blonde, un peut trop lointaine à son goût.

"Ne t’inquiète pas, j’ai appelé Ban, il va venir nous aidé."

"QUOI ! Mais t’est malade ! Si papa apprend ça il va nous tuer !" la lumière s’intensifia pendant un instant.

"Te plein pas ! On avait pas le choix, je n’arrivait pas à réfléchir de façon cohérente !" Shinta se pencha un peut plus au dessus du trou.

"Comme si ça changeait beaucoup de d’habitude…Aie saleté de…"

"Je t’ai entendu !!! Bon je vais allé à sa rencontre, tu t‘en sortira toute seule ?" demanda Shinta plus pour s’assuré lui-même que sa sœur était réellement hors de danger.

"Oui, oui, va je suis pas en sucre…beurk c’est gluant…"

Shinta quitta le vieux bâtiment précipitamment, n’ayant qu’en tête l’idée de secourir Hotaru le plus rapidement possible.

De son côté la blonde était encore assise la où elle avait atterri scrutant les recoins sombres de l’étrange sous sol. Elle se trouvait sur une étrange fine surface spongieuse et humide à mis chemin entre un parterre de champignon et du lichen. Des morceaux de plâtre de plancher étaient éparpillé autour d’elle, par chance les poutres étaient tombés beaucoup plus loin, allant se fracasser dans les murs de la pièce.

Des morceaux brillants reflétèrent sa lumière attirant son attention. Que faisaient tout ces morceaux de verres dans un endroit sans fenêtre ? La blonde tenta de se lever, la curiosité prenant le dessus, la douleur à sa cheville ne réprimait pas son envie d’explorer.

Hotaru, avait à la différence de son frère jumeaux hérité d’une partis des talents de son père Amano Ginji, elle parvenait tout juste à faire luire sa peau de façon à produire une faible lumière semblable à celle d’une luciole…mais son frère lui n’a vais jamais montré aucun signe d’une telle capacité…et cela était bien étrange.

"Mais qu’est-ce que …?"

La pied valide de la blonde entra en contacte avec une sorte de liquide alors qu’elle n’avait pas encore fait un pas. Elle baissa les yeux et constata qu’une flaque d’eau se répandait sans bruit sur le sol bétonné du sous sol.

Hotaru pensa d’abord que quelque chose avait dû percer  une conduite d’eau dans sa chute mais son regard suivi le point d’arriver d’eau.

Là au fond, contre le mur le plus éloigné, entre des meubles renversé et une série de câbles, une espèce de grande cuve transparente avait été brisé par un gros morceau de poutre, c’était de la que s’échappait l’eau. Maintenant, Hotaru comprenant d’où venait les éclats de verres.

Mais cela n’expliquait pas pourquoi un enfant tentait de se relevé d’entre les débris, il était nu et tremblant et encore plus particulier, ses cours cheveux humides arborait une étrange teinte bleu azur.

Bien qu’elle était jusque là silencieuse, comme hypnotisé par cette étrange apparition, elle s’avança du mieux qu’elle peut vers lui, tenta d’un voix douce.

"Eh, mais qu’est-ce que tu fait là petite chose ?"

Le petit releva brusquement la tête, plongeant son regard apeuré dans celui surprit d’Hotaru.

Ce qui étonna la blonde c’était la couleur de ses yeux, de profonds émeraudes qui semblait caché en eux autant de puissance que ceux de Ban, la blonde frissonna ne pouvant se soustraire à ce regard.

"Hotaru ! Tu es toujours là ? Ba-ban va descendre venir te cherché !"

La blonde détourna un instant ses yeux pour regardé dans la direction des voix, elle aurait parié avoir entendu le bruit d’un coup de point sur un crâne suivi d’un ‘Je t’ai déjà dit mille fois de ne pas m’appeler comme ça!’

Hotaru ne put se retenir de rire doucement, elle distingua la silhouette de Ban qui commençait à descendre en rappel à l’aide d’une corde.

Arrivé à ça hauteur il lui tendit la main.

"Allé vient la puce." Lui dit il avec un sourire rassurant

"Attend ! Je…" mais quant elle se retourna, l’enfant avait disparu.

"Quoi, tu as perdu quelque chose ?"

"Non, rien."

Elle attrapa le bras tendu de Ban, croyant que tout cela n’avait du être qu’une illusion dû à sa chute.

"Remontez nous les filles !" cria Ban une fois qu’Hotaru fut bien attaché autour de sa taille.

"Tu veux peut être rester en bas Midô ? !" demanda sarcastiquement une autre voix familière à la jeune fille.

Hotaru rigola devant la grimace du brun et jeta un dernier regard par dessus son épaule alors qu’ils étaient hissés en hauteur. C’est la qu’elle le vit, caché derrière un meuble, la tête bleuté dépassait de quelques centimètre, elle ne sut pas pourquoi, mais elle se tût quant elle croisa une fois de plus les magnifiques yeux émeraudes du garçonnet…elle savait pourtant qu’elle reviendrait le voir…seule. Après tout elle ne pouvait pas abandonné comme ça ce petit être sans défenses.

 

Kazuki le tisseur lui attrapa les bras et termina de la remonter tandis que Ban était aidé par Shinta.

"Dans quel pétrin vous vous êtes encore mis les gamins, qu’est-ce qui vous as prit de venir joué dans un endroit pareil ?" demanda le maître du Jagan, faussement furieux.

Shinta se gratta nerveusement l’arrière de la tête. "Je…euh…"

"On s’est perdu !" le coupa Hotaru, couvrant sa bêtise

Ban secoua la tête. "Pas de toutes, Ginji est bien votre père…"

Kazuki émit un petit ricanement cristallin étant pour une fois d’accord avec Ban.

"Peut être devrions nous retourné à la pharmacie maintenant ?" fini t’il par demandé.

"Tu peut marché ?"Demanda Ban à Hotaru.

"Plus ou moins…" répondit elle.

Ban ne se formalisa pas plus et avec un soupir attrapa Hotaru pour la porté sur son dos, celle-ci cria de surprise.

"Eh ! Je suis plus un bébé." Elle frappa l’épaule de Ban.

Le brun se contenta de resserrer sa prise en passant ses bras sous les genoux de la jeune fille. "Tu nous ralentirait, j’ai promis à Ginji de revenir vite."

Personne jusque là n’avait prêté plus attention à Kazuki et ne remarquèrent que le bruit de la fermeture de son téléphone portable.

"Et on devrait vraiment faire vite,…l’état de Makubex vient de s’aggraver…"

Échangeant tous les quatre un regard entendu il quittèrent les lieux précipitamment, en direction de la pharmacie du vieux Gen.

Hotaru jeta un dernier regard vers le bâtiment qui s’éloignait de sa vision.

"Attend moi, petite chose, je revient vite…" murmura elle.