chapitre 24

par nami-chan


Disclaimers : je ne possède que ce que mon imagination à bien voulue me faire passer

Auteur : Nami-chan


Note : Merci à tout ceux qui me suivent encore et m'encourage. À vous tous je vous embrasse.

Projet RAIGAN



Chapitre 24





Le Beast Master refusait toujours de dire à au blond ce qui ce passait, Ginji n'avait cessé de lui lancer des regards inquiets.

A chaque fois qu'il avait posé la question, la réponse fut la même, «Tu le saura bien assez tôt». Ginji craignait que quelque chose de grave ce soit produit, plus qu'il ne pourrait supporter à cet instant. Si ce n'est qu'à un moment il avait perçu le début d'un sourire sur les lèvres trop sérieuses de son ami, cela l'avait grandement rassuré. De plus Ginji se demandait toujours pourquoi il lui avait fait prendre des vêtements de rechange.

"Ce n'est pas l'hôpital ou travail Ren ?" Ginji dégluti, appréhendant ce qu'il allait découvrir ici.

Le brun se contenta d'un simple hochement de tête avant de saisir la main de Mugen qui refusait de les suivre...tout ces gens en blouses blanches...ça lui rappelait trop...

Son père adoptif remarqua son comportement et lui ébouriffa les cheveux.

"Il ne t'arrivera rien Mugen, je suis avec toi, ces gens ne te ferons aucun mal."

L'enfant regarda intensément son interlocuteur, les yeux de Ginji ne mentaient pas, il pouvait entièrement lui faire confiance.

Sans plus attendre, Shido les entraina tout les deux à l'intérieur. Les longs couloirs défilèrent, les personnes affairées et les patients se permettant une petite promenade ne manquèrent pas de jeté un petit regard à l'enfant aux cheveux bleus.

Certains étaient bienveillants, d'autres juste curieux. Ce n'était pas tout les jour qu'il voyaient un si petit garçon avec une couleur de cheveux si atypique. Il n'y en avait que quelques un que l'ont pouvaient définir comme hostiles. Mugen serra la main de Shido, cherchant sa protection. Les gens de l'extérieur l'effrayait toujours autant. Pourra il espérer avoir une vie normale un jour ?

Il percuta le dos du brun lorsqu'il s'arrêta abruptement.

Quant Shido avait dit que les autres étaient déjà là bas, Ginji n'aurait pas cru que TOUT le monde l'attendait.

Ils formaient un groupe impressionnant dans le couloir, les gens ne s'attardaient pas en leur compagnie tant ils étaient intimidant et plus bizarres les uns que les autres.

Ren était avec eux, c'était vers elle que toute l'attention était tourné.

"Ginji !" elle se précipita vers lui lorsqu'elle remarqua sa présence.

Tout les regard se tournèrent vers eux. La Jeune brune lui saisi les mains, Ginji la fixa, son expression expectative. Elle voulait visiblement lui dire quelque chose, pourtant elle se ravisa au dernier moment et avec un soupir, l'entraina vers le groupe.

Le blond se laissa entrainer, il ne comprenait plus rien, il ne manquait personne, tous étaient devant lui. Non en fait il manquait les jumeaux remarqua il finalement. Ginji prit peur, il l'aurait sentit si il était arrivé quelque chose à l'un d'eux, non ?

Ren le poussa devant une vitre qui donnait vue sur une chambre, s'attendant au pire, il chercha les yeux de ses amis, cherchant une réponse. Pourquoi étaient ils tous si mystérieux tout à coup ?

Il tourna sa tête sans vraiment le vouloir et ses yeux chocolats trouvèrent la chambre d'hôpital qu'il refusait de voir.

Sa réaction fut immédiate, sans doutes celle là même que ses compagnons avaient imaginé.

Ginji porta ses mains à sa bouche aspirant l'air bruyamment, tremblant, un première larme glissa sur sa joue, rapidement suivit par d'autres. Il était sûr que les battements de se son cœur étaient visibles à travers ses vêtements tant il lui faisait mal. Le blond se figea, n'en croyant pas ses yeux.

Makubex posa une main sur son épaule, Ginji vit son reflet dans la vitre.

"Ginji, ce n'est peut être pas lui."

L'ex-Raitei éloigna à regret son regard de la chambre préférant s'adresser directement au jeune roi du Mugenjô.

"Quoi ? Comment." prononça il faiblement

Makubex se mordilla la lèvre. "Tu te souvient ? Quant tu avait croisé nos doubles à moi et Emishi ?"

Ginji hocha lentement la tête peut sûr de lui.

"Et bien, c'est comme...il est apparu comme si il avait crevé la barrière entre les dimensions, il n'est peut être pas celui que nous connaissons..."

"Je ne suis pas sûr de comprendre...mais je sait que si ce n'est pas lui..."

"Alors va y." l'interrompit l'argenté avec un sourire.

"Mais attend il ne peut pas y allé comme ça !" Ren poussa Makubex et agrippa le bras de Ginji.

"Tu doit faire très attention, tu doit savoir que ce type ne se souvient même pas de son nom."

Le blond paru d'abord choqué mais souri tout de même.

"Il ne faut pas le brusquer, je ne sait pas encore si il retrouvera la mémoire un jour, mais je te promet que je ferait tout mon possible d'accord. Tu ne doit pas le forcé à se souvenir comprit ?"

Ginji hocha la tête, peut être cela sera il difficile à gérer, mais plus rien n'avait d'importance maintenant. Combien de temps allait elle encore le retenir ? Il mourait d'envie de le toucher, de sentir son odeur, de s'assurer que ce n'était pas un rêve.

"Fait moi confiance, suis mes conseils et tout ira, je ne suit pas médecin pour rien après tout, non ? Ça ne fait pas longtemps qu'il dort...mais je pense qu'il s'est assez reposé." insista la jeune femme avec un clin d'œil.

Ginji saisi la poignée de la porte, Mugen s'était serré contre la jambe de Shido, sans vraiment comprendre ce qui se tramait, le blond lui fit un sourire rassurant et entra dans la pièce.

Pas après pas, il s'avança vers le lit. Le trait oscillait régulièrement sur cette machine bizarre, la perfusion goutait lentement. La poitrine de l'être qui reposait sur le lit montait et descendait silencieusement alors qu'il dormait profondément. Ginji eu un vertige tandis qu'il se rapprochait...le voir ainsi.

Ses joues étaient creusées, sa peau trop pâle, ses lèvres d'un bleu pâle, son torse nu qui dépassait des draps était plus maigre que de raison, montrant ses côtes et ses bras squelettiques lui donnait un aspect de faiblesse extrême. Le point positif était qu'il ne présentait aucunes blessures apparentes, pas un bleu, pas une entaille. Par quel enfer avait il bien pu passé ?

Ginji prit une main aux longs doigts fin dans la sienne, elle était chaude...comme cette chaleur était agréable. Il la porta à ses lèvres, gouta cette peau...

"B-Ban-ch-chan..." Ginji éclata en sanglot une fois de plus.

Le soulagement et le bonheur qui déferlèrent en lui étaient d'une intensité indéfinissable. C'était son Ban-chan, il ne pouvait pas ce trompé. Toute crainte et mauvaises pensées disparurent, il n'aurait pas à supporter une seconde de plus en croyant qu'il ne reverrait plus jamais son amour. Il était là, il était bien vivant.

Il tourna un visage souriant vers ses amis, les remerciant silencieusement.

Une euphorie générale se répandit dans l'assistance. C'était bien lui, c'était bien Ban...

Kazuki se jeta dans les bras de Jûbei et attira Toshiki contre lui. Makubex prit discrètement la main de Sakura dans la sienne, celle ci essuyant quelques larmes de joie. Hevn embrassa Masaki fermement. Emishi et Amon firent une danse folle avec leur éventails. Himiko se retira discrètement, un mince sourire sur ses lèvres...tristement, personne ne remarqua vraiment son départ. Elle n'avait pas besoin d'en voir plus...

Mugen, dans les bras de Shido, sanglotait contre l'épaule du brun...son papa était revenu.

Un mouvement dans la chambre fit taire tout le monde.

Ban remua dans son lit, Ginji lui serra d'avantage la main, fixant son visage.

Tout doucement, le brun ouvrit les yeux. Il sembla d'abord étonné de constater qu'il n'était plus seul, il s'assit comme il le put. Ginji lui fit un sourire.

"Bonjour." prononça chaudement le blond.

Son cœur fit un bond lorsque Ban lui rendit son sourire.

"Bonjour. Tu sait que ton sourire réchauffe comme le soleil ?" répondit il d'une voix faible.

L'ex Raitei ri doucement plaçant la main de Ban entre les deux siennes, ils se regardèrent en silence pendant un long moment. Le brun avait ressentit une sensation étrange. Il ne se souvenait plus de rien, pourtant le sourire de cet homme faisait naitre des petits chatouillements au creux de son estomac et il avait une irrépressible envie de rester à avec lui pour avoir encore plus de ce sourire.

"Je suis désolé mais...je ne me souvient pas de ton nom. Comment t'appelle tu, beau blond ?" demanda Ban

Ginji prit la question comme une gifle en pleine figure, il n'en laissa rien paraître, Ren l'avait prévenu après tout.

"Je suis Ginji...ton..." le blond se ravisa au dernier moment, ravalant ce qu'il allait dire...Ren avait insisté sur le fait qu'il ne fallait pas le brusquer, cela pourrait choquer Ban si il allait trop vite. "Ton meilleur ami." fit il tout sourire.

"Ah, je me disait que tu m'était familier. Ne m'en veux pas...les médecins ont dit que je souffrait d'amnésie." Ban chercha à se justifié, quelque part il avait senti qu'il avait peut être été blessant avec Ginji.

"Je sait...tout va bien maintenant."

Ren entra, un bloc note à la main. "Bonjour, Ban-san." fit elle avec un hochement de tête.

"Bonjour docteur." lui répondit il.

"Je constate que vous ne souffrez pas de trouble de la mémoire immédiate." nota elle.

Ginji la fixait avec étonnement, il voyait bien que la jeune femme préparait quelque chose.

"Je suis venu vous faire un bilan avant votre sorti. Votre ami ici va s'occuper de vous, jusqu'à votre rétablissement."

Elle fit un clin d'œil à Ginji, c'était la manière la plus douce qu'elle avait trouvé pour forcé Ban à se réinstallé chez eux sans qu'il ne ce doute de la vrai nature de leur relation...c'était quelque chose qu'il devait retrouver par lui même. Ginji risquait de souffrir si Ban faisait semblant en apprenant qu'ils étaient amants...

"Vraiment ? Cela ne te dérange pas au moins Ginji ? Je ne voudrait pas être un poids."

Ban était heureux en fait de savoir que quelqu'un tenait à lui. Il avait comme une impression de vide, tout comme le sentiment que tout n'était pas dû à sa perte de mémoire.

"Mais non Ban-chan...ne dit pas des choses pareilles." Ginji était toujours souriant.

Ban tiqua en entendant le chan à la fin de son prénom. Cela semblait pourtant si normal provenant de la bouche de son ami blond, cela n'aurait pas dû le déranger.

"Papa ?" une petite tête blonde passa la porte.

"Entrez, venez" Ren fit entrer les enfants de Ginji dans la chambre.

"Ban !"

Sans plus attendre les jumeaux se jetèrent au cou du patient, lui arrachant une expression de surprise. Ban remarqua immédiatement la ressemblance avec son beau blond.

"Tu as des gosses ?"

Les expressions indignées des deux jeunes blonds provoquèrent une crise de rire chez Ginji

"Ce sont Shinta et Hotaru, mes jumeaux. Et voilà le petit dernier, Mugen."

Ginji fit sortir le petit garçon au cheveux bleus qui c'était caché derrière lui. L'enfant triturait ses doigts nerveusement, ne sachant pas comment se comporter avec un papa Ban qui ne se souvenait pas de lui...ni de ce qu'il lui avait fait...

Ban se referma en se disant que Ginji avait visiblement quelqu'un dans sa vie, pourquoi cela lui posait il autant de problèmes ? Le blond lui présenta l'enfant étrange, il leva un sourcil en remarquant son expression étrange.

"Il à l'air timide lui...je ne vais pas te morde gamin."

Mugen détourna la tête mais s'avança tout de même, il cachait juste son rougissement. Grimpant sur le lit, il n'eut le temps de rien faire que Ban le serra dans ses bras.

"On est si content de te revoir Ban." enchaina Hotaru.

"Je vois ça." fit le brun en ressentant pratiquement l'amour que les enfants lui portait.

Ren posa ses mains sur ses hanches. " Peut être que je pourrait m'occuper de mon patient maintenant ? Allez sortez."

la brune les poussa plus ou moins en dehors de la chambre, Ginji y comprit, Ban et lui échangèrent un dernier regard.

"Tu es sûr Ginji ? Ça ne dérange pas ta femme ?" fit Ban avec une grimace.

Ginji ne su pas trop si il se sentit amusé où vexé.

"Mais je n'ait pas de femme Ban-chan."

Toujours et il qu'il fut surprit lorsqu'il cru voir une expression de soulagement passer vaguement sur les traits de Ban.

Une fois hors de la chambre, Makubex lui sauta pratiquement dessus.

"Alors comment va il ?"

"Ça va, il a l'air très fatigué...mais je voudrais savoir ou vous l'avez trouvé."

Tout le monde se tut, le jeune roi se fit plus sérieux.

"Je te l'ait dit, il est apparu de nul part, en plein cœur des bas fonds."

Ginji fronça les sourcils et sembla pensif.

"Sa réapparition à créé comme une onde de choc, mes ordinateurs n'ont pas pu trouvé ce que c'était."

"On s'en moque, l'important c'est qu'il soit là maintenant..." l'interrompit brusquement Ginji.

Le garçon au cheveux gris, s'étonna de cette réaction, surtout que c'était le blond qui avait posé la question.

"Vous tous, j'ai une mission à vous confier." pendant quelques secondes, Ginji sembla être revenu au temps de volts.

Ses ancien hommes, toujours subjugués par son charisme l'écoutèrent attentivement.

"Je veut que vous détruisiez tout ce qui reste du laboratoire de Yuji...y comprit ses recherches." il se tourna vers Makubex et continua un ton plus bas. "Si tu y tien tu pourra y jeté un œil, mais promet moi qu'après tu les détruiras."

Makubex hocha la tête, il savait au fond de lui qu'il allait probablement découvrir des choses terribles, mais il avait besoin de savoir comment Yuji avait créé le ver qui l'avait attaqué...sa curiosité était parfois si forte qu'elle en était douloureuse, mais c'est ce qui faisait de lui un génie.

"Je ne veut plus jamais...jamais entendre parler de lui, ou de tout ce qui ce rapporte à lui..."

Ginji ne parvint pas à finir sa phrase, il cacha son visage dans ses mains, cela n'empêcha pas de coulé ses larmes qui ruisselèrent entre ses doigts silencieusement.

Shinta et Hotaru le firent s'assoir sur une chaise en plastique, l'épuisement gagnait leur père et il n'était plus qu'une boule de nerfs.

Makubex se reprit et sentit que c'était pour lui le moment d'agir.

"Vous avez entendu vous autres ! Allons y sur le champ, nous avons du travail." lança il sur un ton entrainant.

Un brouhaha d'encouragement se fit entendre. "Bon, on y va avant de se faire virer d'ici." fit il plus bas.

Chacun fit son au revoir à Ginji en promettant de revenir le voir, pas tous en même temps cette fois.

Makubex fut le dernier à partir. Il tapota l'épaule de son ancien leader.

"Tout va bien ce passé maintenant Ginji. Tu va récupérer ton bonheur chèrement acquis." et il disparu avec les autres.

"Ren nous a dit que Ban ne devait pas savoir tout de suite pour vous deux...il faut y allé en douceur hein ?"

Shinta se reçu un coup derrière la tête pour ce commentaire, Hotaru punissait son manque de tact. Ginji releva la tête vers eux, ils avait remarqués tout de suite que son sourire était faux, ils ne dirent rien et écoutèrent, ils étaient le soutient dont Ginji avait le plus besoin.

"Je voudrais que vous rameniez Mugen à la maison, je veut rentrer seul avec Ban-chan."

"Pas de problèmes."

"Une dernière chose. Cachez toutes les photos de moi et de Ban ainsi que les albums, vous voulez bien ?"

on aurait dit que prononcer ses mots avaient déchirer le cœur de Ginji.

" Tout ce que tu veut papa, on s'occupe de tout, tu vient luciole ?"

Hotaru s'en voulu énormément de laissé son père dans cet état, il était certes mieux que durant les quatre jours précèdent mais c'était tout de même difficile. Elle hocha la tête et prit la main de Mugen. Le petit fit un petit bisous sur la joue de Ginji avant de partir avec les deux grand.

Une fois seul, le blond en profita pour relâcher toute la tension et la tristesse accumulé en lui, un orage gronda subitement à l'extérieur quant bien même que le ciel était bleu quelques minutes au par-avant.

"Oh Ban...je suis si heureux..." murmura il.

"Ginji ?" l'interpela Ren.

Le blond sécha ses yeux et se releva faisant face à la jeune médecin. Elle lui tendit des feuilles de papiers.

"Ce sont les directives à suivre quant au cas de Ban. Le régime spécial pour qu'il reprenne des forces et aussi les horaires pour la rééducation."

"Rééducation ?" s'enquit Ginji.

"Ah, euh oui, ses muscles son atrophiés...c'est assez bizarre mais bon ça passera... sauf qu'il ne pourra pas remarché tout de suite si il ne se muscle pas."

"C'est comme si...il avait été enfermé et ligoté pendant plusieurs semaines..." fit Ginji plus pour lui même.

Un infirmier amena Ban jusqu'à eux, le fauteuil roulant avait l'air de l'importuné et les vêtements de Ginji qu'il portait étaient vraiment trop large pour lui. Sa grimace s'estompa et il fit un sourire en coin en voyant Ginji.

"Cette folle ne voulait pas me lâché." il pointa Ren du doigt. " J'en ait vraiment assez de cet endroit."

Ginji prit les poignées du fauteuil et commença à le pousser.

"Ne t'en fait pas, on rentre à la maison Ban-chan."

Un rayon de soleil traversa les nuage éclairant les deux Get Backers, ils se regardèrent en souriant.

"N'oublie pas de lire les instructions Ginji !" cria Ren de l'autre bout du couloir, sa voix stridente fit grimacer les deux hommes.



TBC