chapitre 23

par nami-chan


Disclaimers : je ne possède que ce que mon imagination à bien voulue me faire passer

Auteur : Nami-chan



Projet RAIGAN



Chapitre 23







Le sommeil de Ginji s'interrompit brutalement. Se redressant d'une traite, il porta ses mains fébriles à son visage cherchant sa respiration. Son visage était ruisselants de larmes et de sueur, ses cheveux plaqué contre son front. Il retint le hurlement qui menaçait de franchir ses poumons.

Secoué de sanglots et de frissons incontrôlables, il se mordit la main pour forcé la douleur à partir alors que les réminiscence de l'horrible cauchemar qu'il venait de faire remontaient à la surface.

Quatre jours, quatre horribles jour passé en sachant que Ban ne serait plus là dans de pareils moments. Quatre jour à préparer une cérémonie d'adieu pour l'homme qui avait illuminé sa vie..., quatre jour à ne pratiquement pas dormir.

Ginji n'avait trouvé le sommeil que lorsque la fatigue se faisait trop importante pour y résister, il dormait sur le canapé, le lit manquant trop de la chaleur d'un autre corps.

Par deux fois il avait déjà fait ce cauchemar. Un cauchemar très simple, en noir et blanc. Lui courant dans une ville fantôme, une rivière coulant non loin, appelant le nom de Ban sans relâche, il courait, courait et criait sans ressentir la moindre fatigue alors que cela semblait durer des heures.

Un pont, une seule couleur, rouge, la rivière est rouge, pourquoi ? Ginji se pose vaguement la question, mais ce n'est pas sa priorité, il appelle Ban une nouvelle fois, traverse le pont.

C'est la qu'il le trouve, sur une grande place ou toute sorte de gens son rassemblé leurs yeux rivé vers l'homme qu'il aime.

Il est là les bras suspendus, enchaîné à un poteau sur une estrade bien en évidence, comme si il était la principale attraction d'un spectacle qui ne ce jouait que tout les millénaires.

Lentement, il relève la tête, ses yeux croisent ceux de Ginji encore sous le choc de sa découverte...il sourit.

"Ban-chan !" cri Ginji

D'un seul mouvement, comme une armée de pantin, les spectateurs se tournent en direction de Ginji. Il n'ont pas de visage ! Pas d'yeux, pas de nez pas de bouche , pas d'oreilles...mais qu'est ce que...

le blond recule d'un pas, il est inquiet, peut être à il peur, la rivière rouge s'écoule sous ses pieds.

Soudain un grognement déchira le silence, strident et inhumain. Ce qui semble être un homme monte sur l'estrade à côté de Ban, une torche à la main.

Maintenant Ginji à peur, mais pas pour lui, il sent les tremblements, les sueurs froides, il se jette dans la foule tentant de rejoindre Ban, les gens le maîtrise facilement, leur force et incroyable.

L'un deux l'attrape par les cheveux et lui maintient la tête, le forçant à regarder. Le grognement recommence, un trait horizontal et longiligne se dessine sur le visage de l'homme à côté de Ban.

Ginji regarde avec horreur une immense langue rouge et tortueuse en sortir, elle dégouline d'une bave gluante, comme si il se délectait de ce qu'il allait faire.

"Non !"

Trop tard, il à déjà jeté la torche au pieds de Ban qui s'enflamme rapidement.

Ginji souffre, Ban lui sourit toujours alors que les flammes le dévorent, son cache à peine la douleur que ressent le brun et Ginji à mal avec lui. Il se débat, hurle de toutes ses forces, mais rien n'y fait, une fois de plus il est forcé de voir mourir l'être aimé...les lèvres de Ban bouges..."Je t'aime..."

Le blond commençait à revenir à la réalité, son cœur se calmant, pour une autre nuit sans sommeil. Il se replia sur lui même serrant la couverture contre ses épaules, il tentait de faire taire ses sanglots.

"Mhm..."

Mugen parvint à attiré son attention, Ginji releva la tête et fit un sourire triste au petit garçon. Le blond ouvrit les bras et serra le petit contre lui, caressant ses cheveux bleus, ils se réconfortèrent mutuellement.

L'empereur se mordit la lèvre alors que le petit se rendormait contre son torse. Mugen c'était tout de suite replongé dans le mutisme et Ginji ne l'avait plus rien entendu dire. Cela n'échappait à personne qu'il s'en voulais de ce qui était arrivé à Ban, raison de plus pour veillé d'avantage sur lui, peut être même souffrait il autant que son papa Ginji.

Il le regarda alors qu'il trouvait enfin la paix tant recherché. Ginji se dit qu'il serait peut être bon pour lui aussi de dormir un peut...et il avec comme la certitude que cette fois il ne ferait pas de cauchemar...

Oooooooooooooooooooooooooooooooooooo



Sakura se réveilla au sons des pleurs de sa petites fille. Avec un bâillement, elle enfila un peignoir et s'apprêta à rejoindre le bébé qui dormait dans la pièce adjacente.

Sakura stoppa brutalement sa main alors qu'elle tournait la poignée de la porte de sa chambre.

Le bébé ne pleurait plus.

Prise d'affolement elle sorti avec précipitation, elle s'arrêta net pourtant et un fin sourire se dessina sur son visage de jeune maman.

Pour des besoins pratique, toute les chambres des nouveau rois donnaient sur la salle principale abritant les ordinateurs de Makubex. C'était dans leur lumière pale et bleuté que son petit protégé cajolait sa petite fille.

Le jeune aux cheveux d'agent arpentait le sol dur et froid de ses pieds nus, berçant la petite fille. Il la tenait contre sa poitrine, emmailloté dans une couverture rose, la berçant pour qu'elle retrouve le sommeil.

Sakura fut étonné de l'entendre fredonner une berceuse, se sentit encore plus touché lorsqu'elle reconnu l'air qu'elle chantait au petit génie lorsqu'il refusait de se détendre. Le sourire attendri et le regard protecteur finir de la faire fondre.

"Tu es la petite princesse du Mugenjô." l'entendit elle murmurer alors qu'il embrassait le front du bébé.

"Ce n'est pas ton enfant...et pourtant...qui pourrait le croire en voyant comment tu t'occupe d'elle ?"

Makubex tourna son sourire vers elle.

"Tant que tu vivra avec nous...ce serra un peut notre fille à tous Sakura. Tu es des notre après tout ? Non ? Unis pour la vie..."

particulièrement touché, la brune aurait tout de suite été l'enlacé si les trait tiré et fatigué du jeune roi ne l'avait pas retenu. Croisant les bras sur sa poitrine, elle ne put se retenir de ne pas lui passé un savon.

"Tu n'a pas dormi pas vrai ?"

Makubex secoua timidement la tête alors qu'il dépassait Sakura pour allé remettre le bébé dans son berceau.

Attendant patiemment qu'il ait terminé, la brune n'en décoléra pas pour autant. Il referma la porte sans bruit et alla s'assoir devant son moniteur principal attendant il n'attendit pas vraiment la réprimande qui allait suivre.

"Je n'arrive pas à dormir." fit il.

"Makubex..."

"Je dois faire quelque chose...il doit y avoir un moyen."

"Tu as portant entendu Ginji...il...il ne sent plus sa présence en ce monde...il ne veut pas que nous ayons de faux espoir" tenta elle de le raisonné

Makubex tourna des yeux en colère sur elle, elle recula malgré elle, qu'avait elle fait ? Sinon lui rappeler la triste réalité.

Ses yeux bleus glacé se remplirent de larmes.

"J-Je ne peut pas l'accepté...Ginji, le Mugenjô n'a pas le droit de faire ça à Ginji, il ne peut pas lui prendre Ban. Et Ban...il a tout sacrifié pour cet endroit, pour Ginji...deux fois ! et...tu voudrait que je renonce ? Ban doit être quelque part dans le château, il le faut !" insista il.

Sakura s'agenouilla prêt de lui, l'enlaçant, elle reposa sa tête contre sa poitrine ou il pouvait entendre son cœur battre.

"Peut être peut tu au moins te reposé quelques heures...s'il te plait ?" demanda elle d'une voix envoutante.

Makubex se sentit se détendre dans ses bras, comme à chaque fois qu'elle faisait ça.

"Il y a six mois... quant ce virus à faillit me tuer." il senti un léger tressaillement. "Je sait que vous étiez tout la, mais je sentait surtout la présence de Ginji, je sait qu'il m'a veillé sans relâchement pendant plusieurs jour...il a déjà tant fait pour nous...pour moi. Je ne veut pas...l'abandonner..."

Sa voix mourait alors que le sommeil le gagnait.

"Mais peut être que tu as raison..."

Le calme qui s'était insinué dans la pièce ne les avait pas préparer à la violente onde de choc qui les frappa au point de les renverser au sol.

"Qu'est ce que c'était ?" s'exclama Makubex en se réveillant subitement.

Les cris du bébé poussèrent Sakura à se relevé. "Je ne sait pas, on aurait dit une explosion..."

"Je vérifie les cameras."

Makubex se mit en position tandis que Sakura disparu dans la chambre de sa fille, les pleurs de l'enfant raisonnaient toujours dans le bâtiment et ne tarderaient pas à réveiller tout les occupants de cet étage.

Makubex entra une commende qui lui permis de trouvé la source d'énergie qui avait provoqué cette secousse. Il repassa l'évènement anormal, n'en croyant pas ses yeux, Makubex braqua toutes les cameras disponibles sur l'endroit d'où l'anomalie était parti...pas de doutes...il fallait immédiatement y envoyé quelqu'un.

Oooooooooooooooooooooooooooooooooooo

Shido laissa la brise caresser ses cheveux alors que l'air de la nuit lui faisait parvenir une odeur apaisante.

Il soupira, appuya ses coudes contre la rambarde du balcon. Il eu un regarde en arrière pour vérifié que Madoka dormait toujours profondément dans leur lit.

Le Beast Master sauta gracieusement et se réjoui de sentir l'herbe fraiche sous ses pied nues, la pleine lune pour seule compagnie, il se dit qu'une petite promenade dans le jardin l'aiderait à faire le vide dans son esprit.

Cette nuit était étrange, particulière...la nature semblait agité et cela troublait son sommeil.

Bien sûr tout était diffèrent depuis que Ginji connaissait une nouvelle solitude. Lui même avait du mal à se faire à l'idée...

Pas même en rêve il ne c'était imaginé la disparition de son rival...oui c'était ce que Midô Ban avait toujours été.

Il l'avait d'abord ouvertement détesté, ce vil serpent qui osait tourner autour de SON Ginji. Arrogant, moqueur, rat, mauvais, il lui avait trouvé tout les défauts.

Mais le temps passa et il apprit a surmonté son aversion, apprit à connaître l'autre brun. Petit à petit son dégout c'était transformé en une saine rivalité. Peut être avait il même cru l'aimer pendant un temps...si cela était possible...

Il se passait en mémoire toute les bonnes choses de leur vie qui était de prêt ou de loin lié au détenteur du Jagan.

Sa rencontre avec Madoka. Les retrouvailles avec Makubex. La paix entre les Kiryudo et les Maryudo. Ce qu'il avait fait pour Emishi avec le jeu du chat et de la souri (Même si il prétendait toujours que ce n'était que pour l'argent.) Jûbei et Kazuki n'ayant plus honte de leur relation. Le Mugenjô (et peut être plus) sauvé à plusieurs reprise. C'était aussi un peut de sa faute si il avait eu le courage de demandé Madoka en mariage (Même si au fond de lui, une petite parti de son cœur était toujours amoureux de Ginji.). Il savait aussi qu'en quelque sorte, il avait toujours veillé sur eux.

Et surtout mais surtout, c'était la fait qu'il faisait sourire Ginji jour après jour.

Aujourd'hui Shido avait peur que ce sourire ne disparaisse à nouveau derrière la tristesse et la mélancolie du blond. C'était ce qu'ils redoutaient tous.

Cet après midi, il avait eu son cousin Amon au téléphone. Lui est Emishi avait décidé d'écourté leur tourné pour venir rendre un dernier hommage à Ban.

Shido ne put retenir en sourire en coin à cet idée, cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas vue ses deux amis. De plus, il y avait toujours se pari avec Kazuki pour savoir lequel des deux se déclarera à l'autre en premier...ils arrivaient demain par avion.

Le brun soupira une nouvelle fois. De quoi aura il l'air quant il les accueillera en aillant dormi que quelques heures...

Shido n'ignorait pas que tout serait différent maintenant, mais la vie devait reprendre son cour. Il avait toujours une femme et un enfant derrière lui.

Il ferait de son mieux pour veiller sur Ginji, ne serait ce que pour remboursé un peut de sa dette à Ban.

Un dernier regard sur la lune. Shido fronça les sourcils. Cette soirée était vraiment étrange, qu'elle était cette chose incompréhensible que murmurait les animaux de la nuit ?

Oooooooooooooooooooooooooooooooooooo

Kazuki se retourna une fois de plus dans son grand lit, cherchant la chaleur de Jûbei qui dormait à ses côtés.

Les bras de son protecteur s'enroulèrent autour de sa fine taille. Cette fois, Toshiki ne partageait pas leur lit, c'était son tour de garde et il était parti faire une ronde de nuit avec un petit groupe de New Volts.

L'efféminé huma l'odeur unique de son amant. Cette nuit, il aurait eu besoin de ses deux amours pour se sortir les sombres pensées qui envahissait son esprit.

Kazuki ne trouvait plus le sommeil après l'étrange rêve qu'il venait de faire. Ce rêve l'avait ramené à un souvenir de bien avant sa rencontre avec Raitei Amano Ginji, à l'époque ou il était connu sous le nom du prince du massacre. Le Mugenjô transformait le plus doux des agneaux en bête sanguinaire qui serait prête à dévorer un loup si cela signifiait rester en vie.

Il avait fallu un être au charisme incroyable, aux yeux plein de promesses et portant les mots qu'ils souhaitaient tous entendre comme un étendard pour lui rappeler qui il était vraiment.

C'était Amano Ginji qui l'avait sauvé de la folie et en retour il l'avait vue sombré jour après jour. Peut être par égoïsme ou autre chose qu'il ne pouvait définir, Kazuki n'avait rien fait pour empêcher l'humanité du blond de disparaître.

Comme les autres il avait cru en ses sourires feints, ou avait cru le croire...au fond de lui il avait toujours su...mais il avait continuer à laisser Ginji prendre tout sur lui, avec la seule promesse de toujours rester au prêt de lui...alors que c'était lui qui ne voulait pas être seul.

Puis Midô Ban était arrivé, faisant volé tout son petit monde en éclat, arrachant Ginji à la forteresse, le libérant.

Kazuki fut l'un des premier à partir, parce qu'il savait ce qu'ils avaient fait à Ginji...il devait le retrouvé, plus rien n'était pareil sans lui.

Ce ne fut pas difficile en réalité. Kazuki le trouva au Honky Tonk, choisissant de rester de l'autre côté de la vitre, là ou le blond ne pouvait le voir.

Comment pouvait il en vouloir à Ban après avoir vu se sourire trop longtemps perdu illuminé le visage du blond ? Comment pouvait il ne pas réalisé que Ginji souffrait dans le château ?

En tout cas tout ceci était devenu clair en une fraction de secondes et Kazuki avait de nouveau disparu dans l'ombre...il avait entendu dire qu'un homme sachant parlé aux animaux était entré au service du célèbre Akutsu Shunsuke, l'occasion d'aller rendre visite à un vieil ami...

"Tu n'arrive plus à dormir ?" lui murmura Jûbei.

"Non."

Son médecin commença de lentes caresse le long de ses cheveux, tentant d'apaisé la tension qu'il sentait dans les muscles de son amant.

"Tu pensait encore à l'empereur ?"

"Jûbei...j'ai peur que Ginji perde son sourire...définitivement cette fois." le tisseur serra ses poings.

"Moi je crois que cette fois...tu ne laissera pas cela arrivé..."

Kazuki se redressa dans la prise de Jûbei passant au dessus de son torse, il planta son regard dans le sien, leurs nez se touchaient presque.

"Ginji, plus que quiconque ici, mérite d'être heureux...je n'aurait jamais put imaginé...je ne voulait pas, qu'un tel malheur arrive un jour."

"Tu n'y peut rien mon amour...personne n'y peut rien." Jûbei déposa un petit baisé sur bout du nez de l'autre brun.

"Je sait...merci." la tête de Kazuki retomba sur son épaule.

Il regarda par la fenêtre, les lumière de la ville cachant les étoiles, l'aube était porche...

Oooooooooooooooooooooooooooooooooooo

Ginji ouvrit un ouvrit un œil ensommeillé, regardant avec dédain le soleil d'un beau jour pointer par les rideaux ouvert. Ses yeux se posèrent sur l'horloge murale en face de lui. Déjà dix heures et demi passé...

Mugen dormait toujours contre lui, aussi se leva il le plus doucement possible pour que le petit garçon ne se réveille pas.

Le blond tenta de ne pas repensé à son cauchemar de la nuit dernière, son ventre gargouilla, lui offrant une distraction bienvenu.

Allant à la cuisine pour se préparer un petit déjeuné, il s'étonna de trouvé un petit mot sur le frigo. Shinta et Hotaru le prévenait qu'ils étaient allé rendre visite à leur tante Ryoko qui se remettait à l'hôpital et qu'il ne fallait pas les attendre pour le déjeuné...

"Ils auraient put me réveille au moins..." Ginji fit la moue.

Il sursauta et des étincelles fusèrent de son corps quant on tambourina à la porte avec force. Que pouvait on bien lui vouloir à cet heure ?

Ginji se pressa dans le salon, il regarda la tête bleu et une paire d'émeraudes dépassé du canapé, Mugen était encore un peut effrayé d'avoir été réveillé si brutalement.

La porte s'ouvrit révélant un Beast Master essoufflé et proche de l'état de panique.

"Shido ? Mais qu'es ce que..."

"Tu n'allume jamais ton portable ? Cela fait des heures qu'on essaient de te joindre." le réprimanda le brun en l'attrapant par le col.

"Calme toi Shido ! Je ne comprend pas !" il repoussa les main du brun et recula dans son appartement.

Shido prit deux grandes respiration qui semblèrent le calmé.

"Prend Mugen, habillez vous vite et suivez moi, les autres sont déjà las bas." ordonna il plus calmement.

"Quoi mais pourquoi ? Explique toi a la fin !"

Shido rentra simplement dans l'appartement, il se rongeait presque les ongles, Ginji n'avait jamais vu l'anxiété si palpable chez son ami.

"On a trouvé quelque chose Ginji..."



TBC